hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-22%
Le deal à ne pas rater :
Clavier Gaming mécanique Razer Blackwidow Elite
119.99 € 152.95 €
Voir le deal

 

 Hurt and grieve but don't suffer alone


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak
Aller en bas 

Clyde Llewellyn

messages : 13
name : hjs
face + © : rufus sewell ©hjs
points : 87
age : fifty-one.
♡ status : alone.
work : teacher, writer and patient.

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 9 Mai - 15:20
You're scaring us
And all of us
Some of us love you
Achilles, it's not much but there's proof
@Louise Fawkes


La douleur irradie tes membres. Tes jambes sont en première ligne, c'est horrible et tu ne peux rien faire, il est trop tôt pour prendre des anti-douleurs sans que tu ne bousilles ta journée, sans que tu ne changes tout le programme qui t'est imposé. Tu prends ton mal en patience, frottant tes mains sur tes cuisses les yeux remplis de larmes. Tu pourrais appuyer sur le bouton de bracelet, appeler à l'aide mais tu ne bouges pas, restant immobile et crispé dans tes draps en soie. Si ça se trouve, Louise ne dort même pas, elle pourrait peut-être te masser pour évacuer la douleur comme l'a suggéré ton kinésithérapeute mais tu as peur de lui demander, tu es encore dans ces moments gênants. Elle t'a vu dans tes états peu glorieux pourtant, surtout après la chimio, affalé sur la cuvette des toilettes à rendre le contenu de ton estomac jusqu'à le vider complètement, te donnant des crampes sans fin. Elle a du courage d'être avec toi, tu n'es pas un bon patient parce que si ça n'avait tenu qu'à toi, tu te serais laissé mourir pour rejoindre Laura, tout simplement mais avec tes sœurs sur le dos, ce fut impossible et même si tu as changé de continent, elles sont toujours là à te surveiller, te réduisant à un enfant incapable de s'occuper de lui-même.

Tes yeux se posent sur ton réveil annonçant cinq heures du matin. Il est trop tôt pour que tu quittes le lit mais tu ne peux plus rester dedans à souffrir inutilement. Peut-être que si tu marches un peu, la douleur passera. Peut-être. Tu repousses les draps avant de te mettre en position assise sur le matelas, soufflant douloureusement à chacun de tes mouvements. Ça va passer, vouloir ce que tu te martèles en tête tout en bougeant, rejoignant la salle de bain de ta chambre essayant de faire le moindre bruit. Tu t'habilles avec ce que tu trouves sous la main, un bas de jogging noir, une chemise que tu boutonnes mal, de travers mais ce n'est pas grave, tu as juste besoin de te couvrir un minimum avant de sortir. Oui, le but de la démarche c'est que tu  sortes, marches et surtout, respires. Tu prends ta canne au cas où, ton téléphone reste sur ta table de chevet à côté de ton bracelet de secours, tu prends néanmoins ta montre. Après quelques longues minutes à traverser le couloir, tu prends les escaliers avec le soin de ne pas faire grincer les marches, tu rejoins la cuisine et tu ouvres la porte fenêtre présente dans celle-ci pour faire le moindre bruit. Pieds nus, tu marches dans la pelouse après avoir quitté le carrelage de la terrasse. L'envie est irrépressible de prendre le chemin qui mène vers la foret, mais il fait trop sombre et Louise sera folle de rage contre toi si tu te sauves comme ça. Tu optes pour la lisière, le banc collé à celle-ci, juste de quoi observer le soleil se lever. Le ciel est vraiment dégagé en plus, le spectacle est magnifique pour une fois. Il ne pleut pas. T'aidant de ta canne, essayant de faire vain de la douleur de tes jambes, tu rejoins tant bien que mal le banc sur lequel tu t'assois. Tu restes immobile un moment avant d'être affublé par la fatigue et de te coucher sur les lattes du vieux bois encore humide de la rosée du matin. Tes yeux papillonnent et tu replonges dans un sommeil sans rêves oubliant que le réveil risque d'être on ne peut plus douloureux, mais ça en valait la peine, tes jambes ne te font plus mal, ou alors tu as simplement oublié la douleur, qui sait.  

_________________
You'll be alright, no one can hurt you now


Louise Fawkes

messages : 16
name : bumblebeegirl. (m.)
face + © : jlc. + killing boys
multinicks : none
points : 70
age : (thirty-one) she doesn't care about the age, it's just a number after all.
♡ status : (single) nobody in the heart, nobody in the mind, freedom.
work : (carer)
activities : taking care of him, sewing, creating.
home : a house (way too big)

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 9 Mai - 20:40
talking to the moon (@clyde llewellyn)


Louise s'est endormie relativement tôt hier, elle est sortie au restaurant avec une amie, si bien que quand elle est rentrée, tout était noire dans l'habitation et elle a tout de même vérifier que tout allait bien, son côté protecteur sans doute, qui se montrait un peu trop quand elle sortait pour la soirée. Mais c'est lui qui lui avait dit, qu'elle devait sortir, voir du monde, qu'elle ne pouvait pas rester enfermée dans cette demeure, et Louise l'avait écouté. Elle s'était fait quelques ami.e.s, et puis maintenant, elle sortait un peu plus même si c'était toujours angoissant pour elle, parce qu'elle ne cessait de jeter un coup d'oeil au bracelet qui la reliait à Clyde, mais elle savait qu'il allait bien parce qu'il ne vibrait pas, son téléphone, toujours en silencieux n'avait que le numéro de Clyde en favoris pour qu'il puisse sonner n'importe quand. Elle ne voulait pas trahir la confiance de Lucy en sortant et en laissant le frère de celle-ci dans un état pitoyable, alors elle faisait toujours en sorte que tout aille pour le mieux, qu'il ait tout ce qu'il lui faut pour les soirs où elle osait sortir.

Elle grognait en ouvrant un oeil et elle s'extirpait rapidement de son lit pour ne pas resombrer dans les bras de morphée avant de sauter dans sa douche pour pouvoir se réveiller de la plus motivante des manières, elle ne mettait pas longtemps avant d'en sortir, ne souhaitant pas non plus y passer trois heures. Et elle enfilait un jean, un sweat avant de coiffer ses cheveux d'une queue de cheval jetant un oeil à son téléphone qui lui indiquait 7.30 am, parfait timing. Elle descendait dans la chambre de Clyde pour entrer et ouvrir les rideaux comme elle le faisait à son habitude, mais quand elle se tournait, il n'était plus là. Son coeur battait bien trop vite et elle regardait autour d'elle. Elle roulait des yeux s'aperçevant que la canne manquait et elle récupérait le bracelet et le téléphone qui gisent comme deux pauvres malheureux sur la table de nuit avant d'enfiler une veste pour sortir à l'extérieur, elle sait où il est, elle s'en doute. Enfin elle pense, la porte est mal verrouillée, ses pensées sont donc bonnes. Elle frissonne en sortant et elle marche, se dirige bille en tête jusque la lisière et elle s'autorise un sourire soulagé quand elle le voit, endormi. Elle se pince la lèvre parce qu'elle est contrariée de devoir le réveiller alors qu'il semble si bien dormir, elle s'approche alors à pas de loup et elle pose une main délicate sur son épaule « Clyde, it's time to wake up. » murmure t-elle, sa main toujours sur l'épaule, pour qu'il ne fasse pas trop de gestes brusques. « It's 7.30 am, well quarter to eight now » La montre et le téléphone qui pèsent trop lourd dans la poche. « Come on Clyde, you're gonna be upset if you don't have any breakfast, and Lucy will kill me if she knows that you had an extra sleep on a bench. »

Clyde Llewellyn

messages : 13
name : hjs
face + © : rufus sewell ©hjs
points : 87
age : fifty-one.
♡ status : alone.
work : teacher, writer and patient.

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 9 Mai - 21:13
You're scaring us
And all of us
Some of us love you
Achilles, it's not much but there's proof
@Louise Fawkes

Malgré la dureté du bois, le sommeil est profond, réparateur, le froid qui t'entoure ne change rien à ce bien-être que tu ressens lorsque tu dors paisiblement sur le banc. Peut-être qu'à l'avenir, tu devrais apporter un oreiller, ou une couverture, ça pourrait être utile mais tu as beau y penser à chaque fois, tu oublies la seconde qui suit. En parlant de secondes celles-ci sont passées à une allure fulgurant t'offrant quelques quasiment deux heures de sommeil lorsque tu sens un contact sur ton corps. Incapable de le comprendre dans un premier temps, tu sors de ta torpeur difficilement. Un petit sursaut, suivit d'un léger gémissement. Tes mains dans tes cheveux que tu décoiffes sans faire attention à quelques mèches qui se glissent entre tes doigts, tu clignes des yeux te permettant de reconnaître Louise. « Bench, extra what? » murmures-tu encore dans le flou avant de s'aider de son bras pour se redresser. Tu es toujours un peu perdu lorsque tu te réveilles comme ça et même si ce n'est pas la première et encore moins la dernière, tu es toujours dans cet état. Tu gardes ta main sur son bras. « My glasses, where are they? » tu glisses ta main libre sur ton visage, humide, comme si la rosée était aussi venue se poser sur toi et c'est à cet instant que tu ressens un frisson qui s'empare de tout ton corps. Tu as froid. « We... We should put the bench inside maybe I'll sleep in it. Could be better with the cold. » Grommelles-tu avant de te redresser contre le bord du banc, mettant ton dos droit et regardant tes jambes comme si elles n'étaient pas les tiennes. La douleur a disparu mais la peur non, peut-être que si tu te remets à marcher ça va recommencer. Secouant légèrement la tête sur les côtés, délaissant ses pensées néfastes, tu t'empares de ta canne et tu te redresses. Tu as horreur de l'utiliser, elle n'est jamais là lorsque tu es invité aux conférences, pas question que qui que ce soit sache que tu es malade. Il y a déjà bien assez de personnes au courant. Ils ne doivent pas croire que tu es faible derrière la maladie.  « How was your evening? » Demandes-tu curieusement à la jeune femme qui s'occupe de toi tout te quittant le banc, appuyant avec force sur ta canne pour te maintenir debout. C'est toujours aussi dur les matins. Tu cherches aussi un sujet, éviter les remontrances et lui faire changer d'avis au cas ou elle voudrait dire à ses sœurs que tu es encore sorti dormir dehors. Si tu étais un gosse, elles ne diraient rien mais là, en tant qu'adulte malade, tu es au centre de toutes les attentions.

C'est ce dont tu as horreur, l'attention, ceux qui veulent savoir plus sur toi, ceux qui veulent te contrôler etc... Avec le professeur Jenkins, lorsque vous étiez en train de voyager dans le monde, vous étiez confrontez à tout ça et il t'a aidé à te défendre parce que tu étais une cible facile, incapable de dire non. Après tout, tu étais celui qui donnait toujours la bonne réponse, mais aux autres et ça, sans jamais rien demander en retour. Tu aurais préféré vivre seul après le décès de ta femme et le rester surtout, loin de tout, loin même de ta famille avec laquelle tu es on ne peut plus proche. Tu en avais assez d'entendre des mots doux, des mots de soutien. Tu as perdu l'amour de ta vie, celle qui te rendait heureux, celle qui te faisait sourire dès le réveil et ça, jusqu'au coucher. Laura était la perfection incarnée, une femme absolument divine qui avait le monde à ses pieds et vous étiez prêts tous les deux à fonder une famille, à mettre vos ambitions de côtés pour avoir des enfants, une immense famille et que du bonheur. Malheureusement vos plans se sont écroulé en quelques mois. C'était comme si tu devais subir une loi, l'argent et le travail mais pas d'amour, à chaque fois il y en a un qui disparaît dans le néant et toi, c'est l'amour que tu as perdu alors que c'est çà que tu chérissais le plus. « Nevermind about the bench inside, we should put the bed outside. » Lances-tu soudainement, quittant à nouveau tes pensées tout en marchant pieds nus sur la pelouse. « It looks like we have a beautiful day ahead. » Les yeux tournés vers le ciel, clair, parsemé de quelques nuages blancs, rien de menaçant, du calme dans cette situation d'horreur. Tu passes la porte avec difficulté, ta jambe gauche a décidé d'être lourde aujourd'hui mais tu t'en sors, seul ou presque si on compte ta canne.

_________________
You'll be alright, no one can hurt you now


Louise Fawkes

messages : 16
name : bumblebeegirl. (m.)
face + © : jlc. + killing boys
multinicks : none
points : 70
age : (thirty-one) she doesn't care about the age, it's just a number after all.
♡ status : (single) nobody in the heart, nobody in the mind, freedom.
work : (carer)
activities : taking care of him, sewing, creating.
home : a house (way too big)

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Ven 15 Mai - 21:38
Elle déteste quand il fait cela, Louise. Quand il s'échappe loin ou pas, et qu'il ne la prévient pas, ça n'arrive pas souvent, mais ça arrive, parfois et elle déteste cela parce qu'elle se dit qu'il peut être n'importe où. Mais elle se rassure en se disant que son bracelet n'a pas vibré. Mais elle sait que parfois, elle l'agace, à être là, toujours dans ses pattes, à être là et à lui donner ses médicaments, elle voit bien que le regard est infiniment triste et Louise, elle voudrait être la lumière dans ses nuits noires. Mais elle sait bien qu'il ne veut pas d'elle parfois, qu'elle l'agace parce qu'elle est là alors qu'il voudrait être seul, mais il a des soeurs un peu trop pénibles et persuasives qui lui ont mis Louise dans les pattes. Ses lunettes, Louise le regarde et elle hausse les épaules « I don't know, inside maybe. I didn't see your glasses, but I'll check when we'll be inside. » prononce t-elle, avant de tendre ses mains en avant, comme un réflexe alors qu'il se relève. « Well if you want, I can ask if someone can help me and we can put the bench inside, if you can have a better sleep. » Un sourire bienveillant naît sur ses lèvres avant de le laisser ouvrir la marche pour rester à ses côtés, passant une main dans ses cheveux quand il lui demande pour sa soirée « It was a great one, I had a very good meal and it was very good. I saw that there is a take away service, maybe you can try it one day ? » Elle essaie, pour le faire sortir de son chemin tout tracé. Peut-être que ça lui ferait du bien rien que de savoir qu'elle pourrait l'emmener choisir un take away.

Quand il s'arrête, Louise en fait de même. La fraîcheur du matin lui fait du bien, ça lui garde l'esprit éveillé et elle n'a pas envie de replonger dans ses couvertures après son thé, elle le laisse avancer, s'arrêter comme il le souhaite, elle ne veut pas le brusquer. De toutes façons, ils ont déjà prit du retard dans son planning de la journée, mais heureusement pour elle, elle avait préparé un petit déjeuner en avance en rentrant cette nuit, elle avait préparé les ingrédients qu'il pourrait vouloir, pour ne pas avoir à le faire si jamais, elle dormait un peu plus. Un sourcil qui s'arque quand il lui parle une nouvelle fois du banc. Elle voulait juste lui signifier que si sa soeur apprenait qu'il avait dormi sur le banc, elle se ferait passablement tué, mais au moins, il a l'air reposé. Pour une fois. Ses traits ne sont pas tirés, la fatigue n'est pas trop présente, et ça c'est un bon point. « Yes we'll see that. » Ou pas, jamais de la vie elle ne mettra son lit dehors. Ni même une toile de tente avec un lit de camping. « Yep, no rain today at the forecast weather. » Elle lève le nez et passe une nouvelle main derrière sa nuque avant de tendre son bras pour qu'il y prenne appui s'il le veut pour pouvoir entrer dans la maison. Quand ils sont tout les deux rentrés, elle le regarde et sent la montre qui pèse lourd. « Your health watch. » Elle l'attache alors à son poignet et le laisse se diriger vers la cuisine « What do you want for breakfast ? I thought about eggs and a cup of coffee last night, is it good for you ? Or a cereal bowl ? » Elle se met sur la pointe des pieds pour attraper la boîte de médicaments et elle les dépose dans la coupelle avant de le lui tendre avec un verre d'eau. « Do you wanna take a bath ? Maybe you can skip your piano lesson for today ? » Juste une proposition comme ça, mais elle avait envie qu'il profite de cette journée plutôt qu'il se cantonne à suivre le planning au pied de la lettre et de toutes façons, ils sont déjà en retard.

Clyde Llewellyn

messages : 13
name : hjs
face + © : rufus sewell ©hjs
points : 87
age : fifty-one.
♡ status : alone.
work : teacher, writer and patient.

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 16 Mai - 0:06
You're scaring us
And all of us
Some of us love you
Achilles, it's not much but there's proof
@Louise Fawkes

« Inside sounds good. » Pour tes lunettes, non pas que ta vue soit vraiment mauvaise, mais tu dois avouer que regarder de loin et voir des points fixes devient compliqué au fur et à mesure. Peut-être que tu passes trop de temps collé aux écrans, qui sait. Un rendez-vous pour vérifier que tout va bien de ce côté là ne te ferait pas de mal mais tu n'en diras rien, c'est un détail. Par contre, ce qui n'en est pas un, c'est cette idée farfelue de mettre le banc dans la maison ou alors mieux, le lit à l'extérieur bien que tu doutes que ça ne puisse fonctionner. Louise acquiesce quand même et propose de demander à quelqu'un de venir voir si c'est possible. Tu restes silencieux à ce sujet, perdu dans tes pensées à imaginer des scénarios divers et variés, notamment un incluant de la pluie et des draps mouillés. Mauvaise idée. Un haussement d'épaules accompagne ta réponse suivante. « Unfortunately, food as you know isn't... Well my cup if tea. » Tu n'as jamais été un amateur de gastronomie, tout ce qui est simple te convient, tu ne vas jamais chercher plus loin que ce que tu as sous la main. Le plus simple est le meilleur alors, les fancy restaurants et autres lieux ou déguster de la nourriture qui sort de l'ordinaire, ça ne te branche pas plus que ça. Surtout qu'avec la chance que tu as, tu risques d'être malade à peine une demi-heure suivant le repas. « But I'm glad you had a good evening, I know I wasn't a very good company yesterday. » Un mauvais jour, ça arrive, surtout quand tu ne peux pas travailler comme tu l'entends parce que tu es sous chimio. Ton humeur peut rapidement changer et passer du correct à l'exécrable et tu es un très mauvais patient capable de prendre les décision les plus immatures possibles au pire moment.

Tu t'aides de son bras proposé pour passer le pas de la porte et essuyer tes pieds sur le tapis, la fatigue est présente mais totalement contrôlable, ça te fait du bien pour une fois de ne pas être assommé. « Thank you. » Dis-tu avant de lâcher son bras mais de te retrouver avec ta montre accroché au poignet, tu ouvres la bouche sans prononcer le moindre mot avant de t'imaginer qu'elle a dû s'inquiéter, comme à chaque fois. Tu pinces les lèvres et rejoins le salon pour t'installer sur une chaise, la tienne, avec un coussin dans le dos afin que tu évites de te faire mal quand tu y restes des heures pour bouquiner quand tu en as l'occasion. Et aujourd'hui semble être un bon jour pour ça. Nothing... Tu voudrais lui répondre en voyant la coupelle de médicaments se dresser devant toi. « Cereals and coffee would be good, thanks. » Ta voix reprend un peu plus de froideur lorsque tu tires la coupelle vers toi inspectant les cachets colorés que tu connais sur le bout des doigts. « Question is, do you want to help me to get a bath? » réponds-tu du tac-o-tac en haussant un sourcil, intrigué par sa réponse qui selon toi est déjà préparée dans sa tête, elle est payée pour s'occuper de toi et elle fera de son mieux afin que tu sois le plus confortable possible. Tu t'es toujours demandé pourquoi une jeune femme aussi intelligente qu'elle a abandonné ses études de médecine puis son travail pour venir s'occuper de toi pendant tes quelques dernières années à vivre. « Don't bother, I'll get a shower myself and yeah, sure, why not skip piano, I'm not in the mood to play anyway. » à moins qu'elle veuille entendre les morceaux les plus tristes que tu connaisses, histoire de vraiment jouer dans le mélo-drame. « Is it going to be one of those days ? » demandes-tu en prenant un cachet et l'avaler après une gorgée d'eau. « You know, those when we do activities? » Sa réponse t'intrigue parce que si c'est le cas alors ton moral sera peut-être plus à la hausse, cette routine bien que rassurante, elle est parfois lourde à porter sur tes épaules et ça, même si elle est nécessaire à ta santé. Tu parles bien entendu des activités hors emploi du temps que tu as, enfin, que vous avez tous les deux. Tu croises les doigts sous la table.

_________________
You'll be alright, no one can hurt you now


Louise Fawkes

messages : 16
name : bumblebeegirl. (m.)
face + © : jlc. + killing boys
multinicks : none
points : 70
age : (thirty-one) she doesn't care about the age, it's just a number after all.
♡ status : (single) nobody in the heart, nobody in the mind, freedom.
work : (carer)
activities : taking care of him, sewing, creating.
home : a house (way too big)

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 23 Mai - 19:07
Elle savait pertinemment qu’il allait refuser parce qu’il est comme ça, mais Louise, elle a l’habitude de ne pas abandonner et d’obtenir souvent ce qu’elle veut, mais cependant, là, elle ne force pas, elle n’en a pas envie. Après tout, si un jour, il veut goûter, elle se fera un plaisir d’aller lui chercher de la nourriture mais elle peut très bien se cantonner à ce qu’il y a dans le frigidaire, ce n’est pas ça qui la dérange. Elle a même prit l’habitude de cuisiner avec ce qu’il y a dedans, même quand il n’y a plus grand chose, elle a amélioré ses skills de cuisine avec une facilité déconcertante. « Yep, I know, but now, you know that I can go and grab some food in a fancy restaurant. » répond t-elle avec un sourire en passant une main derrière sa nuque. D’ailleurs, elle a faim mais elle espère que son estomac ne lui fera pas défaut et qu’il ne se manifestera pas trop. Quand il parle de la journée d’hier, Louise hausse simplement les épaules. « I will never say that you are a good or a bad company, we all have good days and bad days. Even me, sometimes I feel a bit huffy but it’s not a big deal, I remember that tomorrow is better than yesterday. » Et elle sourit, Louise qui sourit tout le temps même quand elle est bien trop contrariée parce qu’il a disparu de la maison, parce qu’elle l’a retrouvé sur un banc, allongé et endormi.

Une fois dans le confort de la maison, elle ne peut s’empêcher de lui mettre la montre au poignet en le regardant et en lui faisant comprendre que c’est la dernière fois qu’il part sans. Mais elle sait que s’il en a envie, il partira sans demain, après-demain et les jours d’après aussi. S’il n’a pas envie de porter cette montre qui les relie, il ne le fera pas. Puis elle reprend son travail, lui proposant des alternatives de petit déjeuner après lui avoir donné ses médicaments et un verre d’eau. Quand elle entend céréales et café, elle s’active devant la cafetière qu’elle remplit d’une dosette avant de faire couler la boisson chaude et elle se hisse sur la pointe des pieds pour récupérer les céréales « I need to go to the grocery store, we only have one type of cereal, I’ll go quickly at the end of the day. » Et elle note ça sur le grand tableau ardoise pour se le rappeler tout en discutant et en lui proposant des choses pour la matinée à venir, la question sur le bain la fait se retourner un peu trop vite et elle hausse un sourcil à la fois étonné et interrogateur « If you want me to help you, I will, but if it’s not necessary well, I Think I Will pass. » Elle ne veut pas paraître feignante ou autre, mais il sait très bien qu’elle n’est pas très confortable avec le fait de lui prendre son bain mais si c’est nécessaire, elle le fera avec plaisir. Ou du moins, elle le fera parce qu’elle est obligée. Le café coulé, elle lui dépose devant lui avant de se servir une tasse et elle s’installe en face de lui, prenant une gorgée de la boisson chaude avant de soupirer discrètement de soulagement, encore un jour sans bain. « It’s no big deal for the piano. You will play tomorrow or in two or three days. » répond t-elle en souriant. Elle prend une nouvelle gorgée de café, vérifiant qu’il avale bien ses cachets et elle sent un peu son coeur qui se gonfle de tendresse quand il demande si ça va être un de ses jours. Après tout, ce n’est pas le soir où sa soeur appelle Louise, alors il pourrait. Parce que Louise est une piètre menteuse et elle a beaucoup de mal à cacher ses sentiments alors quand elle se fait réprimander, elle a l’impression que le poids de son agacement et de sa tristesse se dresse sur son visage. « Yes, we can do some activities. » acquiesce t-elle avant de reprendre une gorgée de café. « What do you wanna do ? » Après tout, elle veut lui faire plaisir alors elle ne choisira pas. « Maybe we can play chess or checkers ? » Louise avait toujours du mal avec les échecs mais elle devenait de plus en plus douée. « Or maybe we can go outside and do some drawings ? Weather sounds warm and good. But it’s all up to you ! »

Clyde Llewellyn

messages : 13
name : hjs
face + © : rufus sewell ©hjs
points : 87
age : fifty-one.
♡ status : alone.
work : teacher, writer and patient.

Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone · Sam 23 Mai - 21:09
You're scaring us
And all of us
Some of us love you
Achilles, it's not much but there's proof
@Louise Fawkes

Un sourcil arqué, tu écoutes sa réponse et tu décides de changer d'avis, tout du moins, de lui offrir l'opportunité de changer vos plans culinaires. « Well, if you think it's good, why not give it a try. » En parlant de la nourriture, chose pour laquelle tu n'as jamais eu un grand intérêt, tu manges ce qu'on te présente et tu exprimes ton opinion sans te soucier des réactions, c'est la raison pour laquelle tu manges toujours les mêmes repas. Pas de déception si c'est quelque chose que tu connais. Tu acceptes le risque d'être malade, après tout un peu plus, un peu moins qu'est-ce que ça change ? Ça peut changer ton humeur oui, surtout qu'hier tu n'as pas été le plus gentil des patients. La douleur que tu avais dans le bas du dos, malgré les anti-douleurs ne t'a pas offert de répit et tu étais sec, dur, sévère. Elle ne méritait pas un traitement pareil et quand bien même elle pense avoir l'habitude avec toi, Louise ne mérite pas que tu agisses de la sorte. « Could you leave a message to tomorrow for me, I would really appreciate to have a good day for once, that'd be great, thank you. » Tu essaies de lui offrir un sourire derrière cette tentative de blague ou simplement d'excuse cachée. Tu ne sais pas trop. Honnêtement, avoir un bon jour pour toi, ça relève du miracle, surtout quand tu as ta chimio et si en plus, tu sens que tes cheveux disparaissent, tu es vraiment d'humeur exécrable. Oui, tu as un problème avec tes cheveux, tu as vraiment peur de les perdre complètement et jusqu'à présent, ils ne sont pas touchés ou presque pas mais tu sais que tu ne vas pas y couper et à ce moment là, tu ne quitteras plus jamais ta chambre.

Tu ouvres la bouche pour dire quelque chose sur le céréales et tu te ravises, ayant perdu le fil de tes pensées, tu cherchais simplement le nom de céréales que vous aviez il y a deux semaines et qui étaient vraiment sympas. Tant pis, ça sera pour une prochaine fois si tu arrives à t'en rappeler. Tu la regardes noter tout ça sur l'ardoise et peut-être que tu aurais dû le noter aussi, il faudrait que tu songes à l'utiliser plus souvent pour les courses, ça t'aiderait à palier les problèmes de mémoire que tu as de temps en temps, liés aux médicaments que tu dois prendre. Un handicap de plus à ajouter sur ta longue liste, heureusement que tu ne dois pas te déplacer en ce moment et simplement offrir des cours à distance sinon ça serait un vrai calvaire. Déjà que répondre aux questions des étudiants par mail, ça te prend des heures car tu es incapable de te rappeler de la question ou simplement de ne pas te perdre dans des explications qui s'étalent inutilement sur des pages et des pages. « See, shower will do perfectly fine. » Tu savais que ça ne la branchait pas de trop et pour tout avouer, ça ne te donne pas envie non plus, te sentir vulnérable à ce point, c'est à te rendre malade parce que tu sais pertinemment que si tu prends un bain, elle serait obligée de t'aider à te redresser, quoi qu'il arrive et tu ne veux pas lui infliger ça. La douche avec les rambardes de sécurité est parfaite. « It's not the piano, I like playing it, It's just like, having a specific hour to play it... You know, It kills the mood, I'm not inspired. » Tu joues un instant avec ta cuillère, perdu dans tes pensées, te remémorant le plan exact de tes journées parfaitement dessiné et tu espères qu'elle va accepter qu'aujourd'hui soit une journée à vous, sans les règles et restrictions. Ça n'arrive pas souvent, mais de temps en temps, vous y avez droit. C'est votre petit secret. Tu bois une gorgée de ton café après l'avoir remercié de t'avoir servi et tu attends sagement, ou presque, ton pied droit sous la table bouge nerveusement. « Chess for later, I can teach you a bit more but yes, before outside and not a simple walk, I want to go swimming. Please, don't say no, just think of it. I won't go far, It won't last for hours and the weather is great. » Est-ce que tu es en train de croiser les doigts sous la table ? Oui, tu espères qu'elle va accepter parce que tu sais que c'est dangereux, mais tu as besoin de ça, aujourd’hui, tu en as envie et peut-être que ça apaisera les douleurs que tu as eu plus tôt. Tu évites soigneusement de lui en parler. « I have that. » Tu lui montres le bracelet que tu as autour du poignet, celui qu'elle est venue t'attacher parce que tu l'avais volontairement oublié. « And I have you. » Ton plus beau regard de chien battu apparaît soudainement. She can't say no...

_________________
You'll be alright, no one can hurt you now

Contenu sponsorisé




Hurt and grieve but don't suffer alone Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Hurt and grieve but don't suffer alone ·
 
Hurt and grieve but don't suffer alone
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: