hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Joyeux anniversaire FS ! Et oui, deux ans déjà. Pour les célébrer comme
il se doit, nous lançons la season 3. Ce nouveau chapitre
s'accompagne d'un nouveau design et quelques nouveautés !
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
Voir le deal
109 €

 

 this is the end [t/l]


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World
Aller en bas 
alpha females don't run in packs.

Lola Ridley

messages : 627
name : sow — pomeline.
face + © : adekane — labonairs.
multinicks : xavi, blake, vika, kerry, priam, luna, hailey.
points : 1526
age : twenty-nine yo (31/10).
work : working at the wbso (central) — trying to get her own catering company.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off/tony.

this is the end [t/l] Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· this is the end [t/l] · Mar 12 Mai - 15:07
« C'est pas vrai, y'a plus personne ? » Le souffle court, son classeur entre les mains, Lola venait de dépasser le seuil d'un traiteur à la recherche d'une silhouette familière. Elle avait presque 1h de retard et espérait pouvoir honorer son rendez-vous malgré tout. Personne ne répondit à son appel alors que la porte était toujours ouverte. Lola soupira dans la foulée, consciente qu'elle venait peut-être de rater une opportunité immense pour sa carrière de traiteur. Ses épaules s'affaissèrent rapidement alors qu'elle fit le tour de l'entrée, désespérée de pouvoir expliquer ses mésaventures à quelqu'un. Peine perdue, il n'y avait pas âme qui vive. Habituellement, elle aurait rebroussée chemin, consciente que tout ceci était de sa faute mais aujourd'hui, l'envie d'insister était présente. Elle traînait depuis des mois, incapable de mettre correctement en oeuvre son projet et elle ne pouvait définitivement pas laisser passer une telle occasion. D'un pas rapide, elle emprunta un étroit corridor menant à divers bureaux ainsi qu'à l'atelier situé au fond de la boutique, l’œillade alerte face à un éventuel signe de vie. Toujours rien. Ne sachant guère quoi faire de plus, Lola rebroussa chemin à plusieurs reprises, hésita tout du long et finit par entrer en collision avec un homme qu'elle n'avait pas vu venir. « Pardon, excusez-moi, je me suis perdue.. vous travaillez ici ? J'ai besoin d'aide je... » Sa voix s'était étouffée à la fin de sa phrase tandis qu'elle ramassait à la va vite son classeur rougeâtre. « Oh, vous ne travaillez pas pour eux, pardon.. vous savez s'il y a quelqu'un ? » reprit-elle en remontant le menton sur le visage de son interlocuteur. Quelque chose tressaillit au fond de ses entrailles, un étrange sentiment de déjà vu couplé à un frisson qui parcourut son échine. « Je vous connais. » Ce qui devait être une question se transforma en une affirmation bien appuyée alors que les yeux de Lola quittèrent un court instant ceux de son interlocuteur. Sa mine embêtée se mua en moue inquiète tandis que son cerveau tournait à plein régime pour se remémorer avec précision ce visage qui ne l'avait jamais vraiment quitté avec les années. Là, elle se souvenait maintenant et son regard reprit automatiquement contact avec le sien, comme pour mieux sous entendre ce qui venait de traverser son esprit.

_________________

「 candlelight is how i like to see you, say my name in the darkness, it's not the same so come and kiss me before the sun goes down 」
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 2069
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & fancykraken.
multinicks : beckett, isaac, maisie, marnie, oliver, peter.
points : 1818
age : 37 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, not getting near schools, avoiding women who aren't avoiding him.
home : a sublease on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) kerry, naajessica, lola.

this is the end [t/l] Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end [t/l] · Lun 18 Mai - 10:40
Des reniflements un peu trop fréquents, des mouvements incontrôlés de la nuque, un regard fuyant, il aurait été aisé et logique d’accuser Tony Burton d’être un junkie en manque de son fixe, tant l’individu faisait peur et peine à voir. Il essayait, très fort, pourtant, de paraître le plus normal possible, toutefois la tempête qui faisait rage sous son crâne était plus puissante que sa volonté. Il s’était laissé aller dans le confort d’une vie normale, il avait cru s’en sortir et se créer un cocon rien qu’à lui, dans lequel il aurait pu s’épanouir comme un homme lambda, avec des proches amis, de vagues connaissances, des collègues distants, des coups d’un soir et des béguins plus persistants. Un tel destin n’était hélas pas le sien. Son chemin tortueux avait été tracé dès son plus jeune âge, toute tentative de soins ne pourrait jamais rétablir sa chimie foutue depuis longtemps. Il pouvait prétendre aller bien pendant un mois ou deux, le cycle infernal le faisait constamment rechuter. Si cette fois, il n’avait pas de sang sur les mains, sa conscience s’était ajoutée le poids d’une nouvelle vie enlevée. Jessica, sa Jessica, n’était plus, et tout était –une fois encore – de sa faute. Il devait se rendre à l’évidence qu’il ne devait plus s’attacher à une femme, que cela ne présageait jamais rien de bon pour les concernées. Les battements précipités de son organe vital étaient un mauvais augure, et il avait peur pour Inej, pour Kerry, et pour toutes celles qui avaient le malheur d’avoir placé un minimum de confiance en lui. Il les décevrait. Un jour ou l’autre, elles seraient amenées à voir son vrai visage, et aucune d’elle ne pourrait plus jamais le regarder dans les yeux. Plus que ses relations avec les autres, sa rechute avait contribué à le rendre plus taciturne, plus brusque, moins patient avec les imbéciles, et il avait reçu, quelques jours plus tôt, un blâme suite à la réclamation d’un client qui n’avait guère apprécié d’être traité de « gros con » par l’installateur de son système d’alarme. Il l’avait pourtant cherché, en restant perpétuellement dans les pattes de Tony, et en abusant un peu trop des spaghetti. Burton devait par conséquent se tenir à carreaux, et il privilégiait les interventions dans les lieux les plus discrets, aux horaires les plus à même de réduire les interactions sociales. Il ne s’attendit donc guère à rencontrer, violemment, une autre personne. Sonné par la surprise, il resta interdit un moment avant de secouer la tête, tandis que ses doigts se resserraient machinalement sur les câbles qu’il tenait. « Non, tout le monde est parti depuis une bonne demi-heure, » répondit-il d’une voix bourrue. Il ne comprenait pas ce que la jeune femme faisait dans les parages, et il fixa son classeur comme si l’objet allait répondre à ses interrogations. Telle une décharge électrique, la voix de la brunette le ramena brusquement à la réalité, et il croisa son regard. Ce n’était pas l’expression d’une personne qui avait partagé un bon souvenir. « Je pense que tu fais erreur, je ne t’ai jamais vue, je m’en souviendrais. » Faux. Tony avait oublié au moins un tiers des personnes qu’il avait été amené à rencontrer au cours de son existence. La faute à ses épisodes et à certaines interventions peu agréables sur certaines parties de son cerveau. « Faut pas rester là, je vais procéder à des tests sur l’alarme, ça risque d’abîmer tes jolies oreilles. »

_________________

Inhale that drug, but start to choke
Why oh why can't you just fix me? When all I want's to feel numb but the medication's all gone. Why oh why does God hate me? Cause I've seen enough of it, heard enough of it, felt enough of it, had enough of it.
alpha females don't run in packs.

Lola Ridley

messages : 627
name : sow — pomeline.
face + © : adekane — labonairs.
multinicks : xavi, blake, vika, kerry, priam, luna, hailey.
points : 1526
age : twenty-nine yo (31/10).
work : working at the wbso (central) — trying to get her own catering company.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off/tony.

this is the end [t/l] Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end [t/l] · Dim 24 Mai - 17:09
Le palpitant de Lola battait à un rythme saccadé et le fait de jeter son regard ailleurs n'aidait en rien à lui conférer une symphonie plus douce. Les traits du grand brun se dessinaient machinalement dans son esprit à mesure que les secondes avançaient et qu'elle se ratatinait doucement contre le mur, espérant voir quelqu'un débarquer. Elle eut rapidement la confirmation que personne ne viendrait et aussitôt, Lola déglutit avec violence. Dans un geste vif, elle se décala vers un autre pan, instaurant une distance de sécurité qu'elle estimait minimale en compagnie de cet individu. « Tu ne te souviens même pas de moi !? » articula-t-elle avec douceur, alors qu'un sentiment de dégoût s'évanouit au même instant. Comment avait-il pu oublier ? Jouait-il la comédie ? Etait-ce sa façon malsaine de croire qu'il s'en sortirait haut la main ? Que nier revenait à oublier ? « Mes jolies oreilles ? » répéta-t-elle alors qu'elle sentit son regard s'embuer. Elle se souvenait de cette soirée, de la façon dont elle avait été agressé, des mots susurrés par l'individu en face d'elle. Jolie, était l'un d'eux. Pendant longtemps, son cerveau avait omis la suite, bloquant les images d'une nuit où une simple agression n'avait pas suffit à calmer son interlocuteur, il avait eu besoin de prendre plus, de se servir comme bon lui semblait. « Tu veux que je te rafraîchisse la mémoire ? Tu avais ta main sur mon cou. Tu avais ton autre main.. » Au fur et à mesure qu'elle tentait d’apposer des mots sur cette terrible soirée, les images se faisaient plus nettes. Elle eut un haut le coeur à cette seule pensée alors que sa main droite vint s'écraser sur sa bouche pour étouffer un couinement aiguë. Sa pochette rougeâtre vint s'écraser au sol avec fracas alors qu'elle fit à nouveau un pas en arrière. Comment faire face à cet individu ? Comment expliquer que son propre esprit avait choisi d'effacer une partie de sa soirée, lui offrant ainsi une échappatoire alors que lui se trouvait là, bienheureux dans son travail ? Utilisant le terme jolie comme si ce dernier était d'une banalité effarante. L'air lui manquait, les mots étaient coincés dans sa gorge et l'envie de fuir s'invita dans la foulée mais aujourd'hui, Lola n'était pas résolue à prendre la tangente. Il méritait de se remémorer chaque détail de cette soirée où il s'était permis de la prendre pour un vulgaire chiffon. « Je t'ai demandé d'arrêter ! Tu t'en souviens de ça au moins ?! » Son aveu c'était transformé en un hurlement strident sans qu'elle ne parvienne à canaliser sa voix. Lola avait fait un pas en avant, comme pour mieux se mesurer à lui, soutenant son regard comme elle l'avait soutenu quelques années auparavant, le suppliant d'arrêter ce qu'il avait entamé. Une grimace, enfin, épousa ses traits alors qu'elle écrasa sa main sur son estomac, retourné d'avoir à faire face à lui une nouvelle fois.

_________________

「 candlelight is how i like to see you, say my name in the darkness, it's not the same so come and kiss me before the sun goes down 」
◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

messages : 2069
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & fancykraken.
multinicks : beckett, isaac, maisie, marnie, oliver, peter.
points : 1818
age : 37 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, not getting near schools, avoiding women who aren't avoiding him.
home : a sublease on pioneer oak.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) kerry, naajessica, lola.

this is the end [t/l] Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end [t/l] · Mar 26 Mai - 11:09
Même dans son état normal, Tony n’aurait pas eu la patience de supporter ses regards de biche égarée et de répondre à ses questions invasives. Il était sur son lieu de travail, il avait une tâche à accomplir, et la jeune femme malvenue ne faisait que le retarder, chose qu’il n’acceptait pas. Plus elle parlait, néanmoins, plus elle déclenchait chez lui une réaction épidermique qui lui procurait une chair de poule elle aussi déplacée. Il ne faisait pas froid dans cette arrière-boutique, au contraire, l’atmosphère était plutôt pesante, alors pourquoi se mettait-il à frissonner ? A renifler un peu plus fort ? A se frotter la poitrine comme pour retenir son cœur qui battait la chamade et réclamait à jaillir d’entre ses côtes ?  « Ferme-la, » maugréa-t-il, entre ses dents, d’une voix si faible que même ses propres oreilles avaient eu du mal à entendre. Il n’avait pas besoin d’en entendre d’avantage, car la jeune femme venait d’appuyer sur un bouton qui avait ouvert des vannes fermées depuis de longues années, les nombreux souvenirs refoulés par un subconscient qui voulait le protéger affluèrent dans son esprit. Mais ces derniers se heurtèrent à un nouveau rempart psychologique, un mur dressé pour maintenir un semblant de sens dans ses pensées. Il ne fallait pas qu’elle franchisse cette nouvelle ligne. Il eut une remontée acide dans la gorge et la ravala, pour ne pas passer pour un être fragile ou, pire, coupable des accusations qu’elle lui lançait. « Tu te trompes, c’était pas moi. » A nouveau, ses murmures n’étaient pas assez forts pour être audibles, il parlait seul et ne parvenait pas à se défendre. Car il n’était pas en mesure de le faire. Il était un rat pris au piège, et son échappatoire n’était pas la fuite dans un trou qu’il aurait mâchonné dans le mur voisin ; non, pour s’en sortir, il devait attaquer. Il devait faire taire la brunette qui hurlait et risquait d’attirer l’attention d’une âme pourtant inexistante en ces lieux. Il leva un index devant elle pour réclamer son silence, en vain ; il lui sembla entendre un bruit en provenance d’une pièce voisine, et sa main droite vint se refermer autour de la gorge de la jeune femme, tandis que la paume de sa gauche s’appuyait contre ses lèvres. « Je sais pas qui tu es, je sais pas ce que je t’ai fait, mais c’est à mon tour de te demander d’arrêter, ok ? » Il se racla la gorge et jeta un regard nerveux vers le plafond, en direction de la caméra de surveillance pointée tout droit sur eux. Il aurait dû relâcher la jeune femme, pour lui laisser une chance de battre en retraite. Mais sa raison fut incapable de prendre le dessus. « Je... Je ne vais pas bien, là-haut... » Il remua la tête pour désigner cette dernière. « Je suis désolé si j’ai fait quelque chose que je n’aurais pas dû. Mais j’essaie d’aller mieux, là. J’ai un boulot, j’ai un toit, j’ai des amis, des gens qui semblent tenir à moi. Et j’aimerais bien que ça reste ainsi, ok ? Je n’ai clairement pas ruiné ta vie, car tu sembles être une femme dynamique, je veux dire, t’es venue ici avec un classeur, ça veut dire que tu as un travail important... » Il ricana dans sa barbe, sans réaliser la pression qu’exerçaient ses doigts sur la nuque de la demoiselle. « Donc est-ce que tu pourrais ne pas ruiner la mienne ? On peut tous les deux faire comme si de rien n’était. Je te demande pardon, et je te promets que je n’ai plus touché à personne. Je me soigne. C’est important, les médicaments, pour quelqu’un comme moi, tu sais... » Il reporta son attention sur le visage de son interlocutrice et constata avec effroi que quelque chose clochait. Son regard était injecté de sang alors que tout allait bien quelques minutes plus tôt. Comme si sa peau de porcelaine chauffait autant que de la lave en fusion, il la relâcha et recula d’un pas, prêt à la réceptionner si ses jambes venaient à ne plus pouvoir la porter. « Je suis désolé... »

_________________

Inhale that drug, but start to choke
Why oh why can't you just fix me? When all I want's to feel numb but the medication's all gone. Why oh why does God hate me? Cause I've seen enough of it, heard enough of it, felt enough of it, had enough of it.
Contenu sponsorisé




this is the end [t/l] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end [t/l] ·
 
this is the end [t/l]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: