hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -52%
-52% sur l’outil de toilettage pour chiens ...
Voir le deal
23.89 €

 

 now I remember what it feels like to fly.


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak :: st. rose church
Aller en bas 
— i was fireproof.

Brandon Rose

messages : 3310
name : galothymos (laura).
face + © : froy — ©kidd.
multinicks : atticus, eden, nas, rufus.
points : 3606
age (birth) : 20.
♡ status : beauchamped.
work : sports coach @ windmont bay campus.
activities : enjoying life w/ jax, being an absolute snack, making the haters mad.
home : w/ jax, wants to get a bigger apartment to get a puppy.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : jax, stella, jacob.

now I remember what it feels like to fly. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· now I remember what it feels like to fly. · Jeu 14 Mai - 21:45
[jax + brandon]
Kiss full of color makes me wonder where you've always been
I was hiding in doubt till you brought me out of my chrysalis
And I came out new
All because of you

@butterflies, kacey musgraves.

Bran se lança un dernier regard à travers l’écran de son téléphone. Il était habillé en noir de la tête au pied, ce qu’il détestait, car il était évident que la couleur durcissait ses traits autrement angéliques et ne mettait pas en valeur ses yeux aussi bien que le bleu ou le bordeaux pouvait le faire. Bien entendu, même attifé d’oripeaux déprimants, il restait un parangon de beauté et de fashion sense à Windmont Bay (ce dont la ville avait désespérément besoin et que Bran était heureux de procurer gratuitement, conscient que les peuplades sauvages avaient besoin de son exemple comme d’un phare dans la nuit) mais il aurait préféré être à son plus bel avantage alors qu’il s’apprêtait à rendre visite à son petit ami. Visite surprise qui plus est, car il avait lu quelque part que le pire ennemi d’un couple était la routine : or, depuis quelques temps, tant qu’il respirerait, il ne laisserait rien ni personne mettre en danger son histoire avec Jax. Dès lors, quelle meilleure idée que de surprendre son petit ami pour un pique-nique romantique sur son lieu de travail ? Bran n’avait jamais mis un pied au cimetière de Windmont Bay ; les seules funérailles auxquelles il avait assisté étaient celles du style et de la modernité à Windmont Bay. Il se tenait donc devant les grilles, son sac à dos sur les épaules, quand un dernier regard lui apprit que sa mèche avait fière allure malgré le triste étendard revêtu pour l’occasion. C’était tout ce qu’il avait besoin de s’avoir avant de s’élancer vers les grilles entrouvertes. Prudemment, il avança la main pour pousser celle de droite et celle-ci s’ouvrit en raclant horriblement contre le gravier.  Sérieusement ? Il en toucherait deux mots à Jax. « Damnit. » Rentrant la tête dans les épaules, Bran se faufila entre les grilles mais fut soulagé de constater que personne n’était là pour lui lancer des regards courroucés. Les allées du cimetière semblaient être désertes mais de là où il était, il ne pouvait qu’apercevoir une petite partie de l’endroit. Bran s’immobilisa un instant, l’estomac remué de voir toutes ces tombes. C’était étrange de se dire que Jax passait ses journées au milieu de ces allées de gravier et de terre meuble. Et quelque part, songea Bran, ce n’était pas plus mal. Ici, personne ne ferait du gringue à son petit-ami. Hands off, ghosts!
Il ne mit pas longtemps à le trouver, d’ailleurs. C’était indiscutablement la silhouette de Jax qu’il pouvait apercevoir, à une dizaine de mètres de lui. Même de dos, Bran l’aurait reconnu partout - les épaules solides, la ligne du cou, cette allure débraillée qui finissait, peu à peu, par gagner du charme. Un sourire de panthère effleura les lèvres de Bran et il avança à pas de loup, dépassant sans les remarquer vraiment deux femmes d’un certain âge qui se recueillaient sans doute sur la tombe d’un proche. Il ne voyait que son petit-ami, duquel il était désormais tout proche. La nuque de Jax brillait légèrement au soleil et Bran avala la distance entre eux d’un pas alerte. « Surprise ! » s’exclama-t-il en refermant ses bras autour de son amant. L’odeur humide de la terre, de fleurs fraîches et de sueur l’enveloppa d’un coup et il ronronna sans le lâcher d’un pouce. Bran serait bien resté ainsi accroché à son amant si tout à coup, une toux prolongée ne lui avait pas fait tourner la tête. C’était les deux visiteuses du cimetière qui le fixaient soudain avec insistance. Soudain conscient du spectacle qu’il devait offrir, Bran se détacha en vitesse de son amant et enclencha l’opération de relations publiques destinée à le sauver d’une mort sociale certaine. « Oh non, je… Je suis son assistant. » balbutia-t-il en direction des deux visiteuses. Il se passa une main dans les cheveux, leur offrant son sourire le plus éclatant (sans doute pas l’attitude attendue d’un assistant jardinier dans un cimetière) et elles se détournèrent après un hoquet courroucé, bras dessus-dessous, sans doute prêtes à aller répandre les faits d’indécence  qui se produisaient au cimetière. Bran les regarda s’éloigner. « Well, j’aurais essayé. » lâcha-t-il en haussant les épaules. Il se retourna vers Jax et revint vers lui, l’attrapant par les hanches cette fois-ci. Ils étaient seuls, qui allait les dénoncer ? Casper le gentil fantôme ? « Hello, Mr Beauchamp. » ronronna-t-il, les yeux brillants, avant de se hausser sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur ses lèvres. « Je voulais te voir. » murmura-t-il, presque boudeur, alors que ses talons revenaient sur terre - mais que son esprit, lui, flottait déjà ailleurs.

_________________

-- warm like a summer breeze, cool as a cat.
it's all butterflies and roses

Jax Beauchamp

messages : 5189
name : Olivia
face + © : harris dickinson (@mashed woods)
multinicks : chad, greyson, harper, lydia, stella, tate, tobias, zoya
points : 2622
age (birth) : 26
♡ status : w/ brandon rose
work : employee @ the cemetery
activities : kissing bran, worrying about his sister, haunted by his past
home : a small appartement in a shitty neighborhood

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nathan, skylar, bran

now I remember what it feels like to fly. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now I remember what it feels like to fly. · Mer 27 Mai - 11:16
Jax venait de tondre une parcelle de pelouse et s’activait à rassembler l’herbe coupée en petits tas odorants. Il aimait particulièrement ce parfum entêtant, il avait toujours été surpris par la puissance de la fragrance qui se répandait grâce à la brise légère qui soufflait sur le cimetière et s’insinuait dans les poumons de tous les visiteurs. Lui, il aurait pu rester là, à se gonfler le torse de cet air chargé, comme s’il s’agissait d’un carburant, revigoré pour reprendre une autre activité. Il lui faudrait toutefois d’abord ramasser l’herbe tondue comme une pile de cheveux chez le coiffeur pour les mettre dans de larges sacs verts, avec les branches mortes et les débris de la haie taillée la veille. Ses gestes étaient mécaniques, comme souvent, car Jax avait l’impression qu’il se perdait beaucoup plus dans ses pensées depuis qu’il travaillait au cimetière de Windmont Bay. Lui qui fuyait auparavant toute forme de réflexion, avait appris avec le temps, contraint et forcé pour pouvoir suivre le rythme affolant de sa relation avec Bran, que se fondre dans la rivière de son esprit n’était pas forcément un mal - et que même les choses qui faisaient effectivement mal pouvaient être retouchées, adaptées, mélangées, guéries, s’il y mettait du sien. Au contact de son amant, Jax avait appris à revoir son instinct de protection qui le poussait à rejeter toute forme d’attachement et d’affection; il avait rapidement compris qu’il ne se déferait pas de ce sentiment qui avait grandi en lui, trop vite, trop vivement, qu’il ne pourrait nier ce qui dansait dans son ventre et dans son coeur, qui envahissait son âme comme une plante grimpante et qui s’installait dans tous les coins. Deux ans plus tard et sa vie s’était métamorphosée: non seulement il ne subissait plus le joug de son père mais il avait surtout trouvé l’amour entre les bras du trublion et chaque jour qui passait n’était plus un fardeau mais un cadeau. Sa nouvelle fonction au sein du cimetière ne faisait que confirmer à Jax Beauchamp que la vie pouvait être belle et qu’il lui fallait être patient - et ne pas abandonner.
Ne pas abandonner. Même si la vie s’était rappelée à lui quelques jours plus tôt, sous la forme émaciée de sa soeur cadette, apparue parmi les tombes comme un fantôme du passé. Jax n’était pas superstitieux, refusait d’y voir le moindre signe, mais il devait avouer que la vision de Skylar dans ce décor, de nuit, l’avait ébranlé. Il n’était toutefois pas certain qu’un autre lieu ou moment aurait atténué le choc de la découvrir si menue et fragile (et pourtant si acerbe et têtue). Pourtant, il savait que Skylar n’avait jamais été un grand gabarit, mais quelque chose s’était effondré (chez elle, en lui) et le jeune homme n’arrivait pas à s’ôter ce tableau de la tête.
Suprise! La voix tinta aux oreilles de Jax juste avant qu’il sente les bras se refermer autour de lui, le corps de son amant le percuter joyeusement, le faisant vaciller. Skylar se dilua, s’évapora de son esprit, alors que la chaleur familière lui envahissait le ventre et qu’un sourire venait se dessiner sur ses lèvres. Instinctivement, Jax posa sa main calleuse sur celle de Bran et l’étreignit brièvement, au moment où la manifestation de désapprobation força le trouble-fête à s’écarter. Plus amusé que gêné par ce qu’elles devaient considérer comme un moment d’indécence et qui l’aurait sûrement mortifié deux ans plus tôt, Jax se tourna pour découvrir l’accoutrement de Bran, qu’il détailla de la tête aux pieds pendant que ce dernier tentait d’user de ses charmes pour amadouer les visiteuses (en vain).
- Tu sais que tu n’étais pas obligé de t’habiller en noir pour entrer, n’est-ce pas? le taquina Jax, sans chercher à esquiver les lèvres gourmandes de son amant. Je suis dégueulasse, ajouta-t-il, dans une tentative un peu molle de mise en garde, alors qu’il passait un bras autour des épaules de Bran, son autre main tenant toujours le râteau qui lui servait à rassembler l’herbe. Mais je suis content de ta visite.
Il pressa une seconde son front contre celui de Bran puis l’embrassa brièvement, en songeant avec un sourire que l’une des petites vieilles aurait fait une syncope si elle avait entraperçu la langue qui se faufilait fugitivement dans la bouche voisine pour caresser avec délice celle du trublion. Jax ne pousserait pas la tentation jusqu’à prolonger l’étreinte, toutefois, et il relâcha Bran, trop conscient de son état (les vêtements tachés de sueur et de terre et donc l’odeur qui allait avec, bien moins agréable que celle de l’herbe coupée, à n’en pas douter).
- Quelle heure est-il? s’entendit-il demander en cherchant son téléphone dans l’une des multiples poches de sa salopette. Tu veux faire un tour des lieux?
Drôle de suggestion, sans doute, mais c’était la première fois que Bran venait le voir au cimetière et il n’y avait pas grand-monde, à cette heure. Il pourrait lui montrer les changements qu’il avait faits, lui présenter l’aïeul du cimetière, lui faire découvrir cet univers singulier auquel personne ne prêtait vraiment attention en dehors des visiteurs réguliers (que Jax avait appris à reconnaître, au fil des semaines écoulées). Il songea même à l’idée saugrenue de présenter Bran à sa mère, alors qu’il n’avait jamais parlé à sa tombe. Cette pensée le fit sourire distraitement, à moins que ça soit simplement la présence de Bran qui lui faisait constamment cet effet-là, comme si l’émoi des premiers jours ne s’était en rien dissolu, gardant la flamme vive, son coeur bondissant comme sur un trampoline et cette envie irrésistible, toujours, de toucher et enlacer l’être qui avait métamorphosé son existence.

_________________

It was never going to be perfect – I don’t want it to be. I want the mess. I want the awkward moments and bad hair days, I want your best and I want your worst.

— i was fireproof.

Brandon Rose

messages : 3310
name : galothymos (laura).
face + © : froy — ©kidd.
multinicks : atticus, eden, nas, rufus.
points : 3606
age (birth) : 20.
♡ status : beauchamped.
work : sports coach @ windmont bay campus.
activities : enjoying life w/ jax, being an absolute snack, making the haters mad.
home : w/ jax, wants to get a bigger apartment to get a puppy.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : jax, stella, jacob.

now I remember what it feels like to fly. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now I remember what it feels like to fly. · Mar 30 Juin - 2:14
Peut-être que Jax prendrait ses désirs pour des caprices (encore un). Quelle importance ? Il était habitué, désormais. Bran ne se faisait plus aucun souci sur le sujet : il était intimement persuadé que cela faisait partie de son charme et il était évident que c’était l’une des nombreuses (innombrables, même), raisons pour laquelle le jardinier était fou amoureux de lui. Ça, sa chevelure impeccable, son sens du style… Bien sûr, à côté de ça, le jardinier devait composer avec son manque cruel de talents dans tout ce qui touchait aux tâches ménagères, sa malheureuse propension à confondre le nombre de zéros sur sa feuille de paie, son désintérêt total pour le jardinage et son appréciation très modéré de la bière. Mais ça ne les avait jamais séparés. Par chance, Bran savait capter l’attention (et l’indulgence) de Jax par d’autres moyens.
Comme maintenant, par exemple, alors qu’il enlaçait son amant et se pressait contre lui, l’air de rien. La tentative de séduction, pourtant, n’eut pas totalement l’effet escompté et Bran haussa des sourcils scandalisés. « Et c’est maintenant que tu me le dis ? Regarde de quoi j’ai l’air ! » s’exclama-t-il, outré par la négligence de Jax qui aurait pourtant dû savoir qu’il lui fallait être au courant de cette information capitale. Il rangea dans un coin de sa tête que cela faisait deux fois de suite qu’il ne parvenait pas à jouer de son charme (une fois avec les endeuillées, une fois avec Jax), se promettant cependant d’y revenir afin d’affiner sa technique. Il ne pouvait pas prendre le risque de s’émousser. Car s’il n’était plus joli et charmant, que lui restait-il ? Il n’avait ni compte en banque bien garni ni célébrité opportune. Bien sûr, il aurait pu reprendre les études, ça n’avait jamais été un problème, mais il éprouvait encore une étrange angoisse à mettre les pieds sur un campus. À cette pensée, la bonne humeur de Bran s’émoussa brutalement.
Heureusement pour lui, Jax semblait ignorer (pour le moment), son humeur assombrie. « Bien sûr que tu es content. Je suis un véritable délice. » grommela Bran, bougon, alors que l’étreinte du jardinier se refermait autour de lui, l’enveloppant brièvement d’une odeur que Bran accepta par amour. (Non, c’était faux, et il le savait. Rien de Jax n’aurait jamais pu le dégoûter, le faire reculer. Il acceptait, embrassait tout, sans hésiter.) Leurs bouches se trouvèrent un instant et Bran ferma les yeux, tout à coup. Dépossédé de sa volonté, il se laissa aller contre le corps ferme et musclé de Jax et accueillit sa langue avec un gémissement sans pudeur, ses joues se voilant d’une aquarelle couleur coquelicot. Le nuage sombre se dissipa pour laisser place à un éclair tranchant, une clarté pure qui explosa soudain dans son corps, jusqu’au bout de ses doigts.
Bran resserra les mains autour de la salopette et s’agrippa au jardinier. Il ne voulait pas le laisser partir. Il voulait le garder là, tout contre lui, et tant pis si on les surprenait, tant pis si c’était immoral, indécent ou contre la bienséance. S’il s’était écouté, Bran aurait attrapé Jax par le col pour l’emmener à l’abri des regards et lui aurait prouvé que ni son odeur ni sa salopette ni les traces de terre ne le dégoûtaient. À son grand regret, pourtant, il n’eut pas le temps de convaincre son amant ; celui-ci s’écarta de lui, rompant leur contact pourtant délicieux. Bran rouvrit les yeux, les joues roses, la bouche humide et il eut une petite moue déçue. Trop court, ce baiser. Trop rapide, l’éclaircie.
Quelle heure est-il ? Distrait, il releva les yeux vers son amant (son regard avait rapidement été absorbé par une tombe absolument affreuse, couverte de faux pots de fleurs en céramique) et l’observa se débattre avec sa salopette. Bran sortit son propre téléphone de sa poche et jeta un rapide coup d’oeil à l’écran. « Treize heures. » offrit-il en considérant son amant d’un oeil circonspect, haussant un sourcil à sa proposition farfelue. « Visiter… le cimetière ? » Bran regarda autour de lui, soudain conscient de leur solitude et de sa propre mortalité. Il repensa à sa tombe et se demanda brutalement si Jax le partagerait. Un frisson désagréable lui roula sur la nuque - non, il ne voulait pas penser à ça, il ne voulait même pas envisager l’idée que Jax puisse mourir un jour, même pas en rêve. C’était impossible. Il le lui interdisait ! Sans même qu’il n’y réfléchisse, Bran vint attraper la main de Jax. Où qu’il y aille, il allait aussi. « Ton romantisme est légendaire, Beauchamp. Mais j’accepte ta petite randonnée. » répondit-il, péremptoire et le menton en l’air pour masquer la terreur qui avait agrippé son coeur l’instant d’avant. La main de Jax dans la sienne était douce, chaude, vivante. Ils étaient en vie, tous les deux, et ils allaient en profiter jusqu’à la lie, Bran se le promettait. « J’ai même le pique-nique ! » ajouta-t-il en se haussant sur la pointe des pieds pour déposer un baiser contre l’angle de la mâchoire. Très fier de lui, Bran décocha un clin d’oeil à son amant. Et pour faire bonne mesure, il lui dévoila un bout de langue rose et insolente, de nouveau un gamin effronté, impudent et amoureux.

_________________

-- warm like a summer breeze, cool as a cat.
it's all butterflies and roses

Jax Beauchamp

messages : 5189
name : Olivia
face + © : harris dickinson (@mashed woods)
multinicks : chad, greyson, harper, lydia, stella, tate, tobias, zoya
points : 2622
age (birth) : 26
♡ status : w/ brandon rose
work : employee @ the cemetery
activities : kissing bran, worrying about his sister, haunted by his past
home : a small appartement in a shitty neighborhood

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nathan, skylar, bran

now I remember what it feels like to fly. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now I remember what it feels like to fly. · Sam 15 Aoû - 12:39
Une pause ne lui ferait pas de mal, peu importe l'heure qu'il était. Jax ne voyait pas le temps passer lorsqu'il travaillait au cimetière; les aiguilles trottaient joyeusement sur le cadran et lorsqu'il levait les yeux vers l'horloge de l'église, il était toujours surpris de voir que plusieurs heures s'étaient écoulées depuis qu'il avait pris sa bêche ou sa brouette. Il était sans doute un peu tôt pour le dire mais Jax en était convaincu: ce job-là ne le lasserait pas comme le travail harrassant de la scierie ou les routes interminables qu'il avait parcourues pendant quelques mois, quand il avait cherché à échapper à Windmont Bay (et surtout à la perspective d'y croiser le fantôme de Bran partout). Désormais, il avait le sentiment d'avoir trouvé sa place, dans un univers qui lui convenait et si bien sûr il était ironique qu'il apprécie s'adonner à l'activité que son père l'avait forcé à apprendre quand il était adolescent, Jax préférait ne pas trop le remarquer. S'il fallait trouver un seul détail positif à invoquer en pensant à son patriarche, autant que cela soit celui-là, mais Jax songeait surtout que c'était parce qu'il évoluait dans un décor hors du temps, hors de tout, qu'il s'y trouvait apaisé. Les sons de la petite ville avaient beau sauter les murs du cimetière, il régnait toujours une atmosphère singulière en ce lieu isolé, que personne n'aimait vraiment visiter. Il n'y avait que les personnes plus âgées (et ceux qui avaient perdu un enfant, malheureusement) pour vraiment y venir de manière régulière. Pour le reste, les allées étaient calmes, paisibles, surtout sous la clémence de l'été, qui apportait son lot de parfums, de douceur, de chaleur. Jax avait tout de même hâte de voir l'endroit se transformer à l'automne, puis se fondre dans la grisaille de l'hiver pour renaître au printemps. Les morts ne reviendraient pas à la vie mais la nature qui les entourait, elle, ne cesserait jamais de changer.
- De quoi tu as l'air? répéta Jax, avec un sourire en coin qui trahissait déjà le fond de sa pensée. Heureusement que les vieilles ne lisent pas les pensées, sinon elles ne mettraient plus un pied dans ce cimetière. Ou s'arrangeraient pour me faire virer, plaisanta Jax en secouant la tête.
Il n'avait pas besoin d'illustrer avec des mots sans saveur les images que son esprit pouvait convoquer en se baignant dans les nombreux souvenirs de leurs étreintes - depuis cette première fois, deux ans plus tôt, jusqu'à la veille encore, quand il s'était endormi, les membres emmêlés à ceux de Bran, malgré la température ambiante. C'était comme si le jeune Rose n'avait qu'à le regarder pour mettre tous ses sens en alerte, pour instiller ce doux bouillonnement dans ses entrailles et faire valser son coeur au son d'une musique infatigable.
Bran était beau. Il le savait. Jax le savait. Tout Windmont Bay le savait. Mais Jax était désormais convaincu que ça n'était pas que ça. Que c'était l'âme indomptable de Bran qui le faisait frissonner. Cette aptitude qu'il avait à être lui, sans se soucier de ce qu'on pourrait en penser ou dire, à provoquer, même, quand l'envie lui en prenait, alors que Jax était tout son contraire. Il avait cherché à se fondre dans le décor, à disparaitre, à ne pas attirer l'oeil sur lui - que cela soit celui de son père, imprévisible, ou ceux des commères. La honte d'être un Beauchamp, collée à la peau (et marquée à jamais sur celle-ci). Il avait fallu un être aussi solaire et impénitent pour lui faire croire que le bonheur existait - et qu'il avait droit à une part de celui-ci, comme n'importe qui.
- L'heure de manger, conclut Jax.
Pas celle de dévorer Bran, à son grand regret. Mais il ne manquerait pas de se rattraper plus tard, quand une bonne douche aurait fait disparaître les traces de sa journée de travail pour ne laisser qu'un corps las mais insatiable de son amant.
- Pourquoi pas? Tu t'y es déjà promené?
La question pouvait être délicate, il n'avait aucune idée du rapport qu'avait Bran avec la mort ou les morts éventuels qui reposaient ici. Peut-être y avait-il une tombe qu'il préférerait éviter (comme lui-même s'aventurait le moins possible du côté de celle de son père, comme s'il craignait que l'homme sorte de terre pour continuer à lui faire vivre un enfer, ce qui était absurde, il le savait), peut-être que cette proximité avec l'au-delà (ou l'absence de ce dernier) le mettait mal à l'aise, invoquait des questions existentielles qui lui retournaient le ventre. Ils n'avaient jamais parlé de ce genre de choses, ils n'en avaient pas eu besoin. Ils étaient au stade où leur vie à deux commençait, se façonnait, ils n'avaient ni l'un ni l'autre envie de parler de ce qui pourrait arriver dans soixante ans. Ou demain.
- Tu serais étonné de ce que certaines fleurs peuvent apporter à cet endroit, lui assura Jax en serrant les doigts de Bran. Tu es l'homme parfait ajouta-t-il en riant quand son amant lui annonça avoir apporté le pique-nique. Viens. Je vais me débarbouiller un peu. Ensuite j'aimerais te présenter quelqu'un.
Si la remarque n'avait sans doute rien de mystérieux, vu l'endroit et les possibilités de rencontres offertes, Jax n'en dit pas davantage. Il emmena Bran vers la petite bâtisse où était rangé son matériel et il posa le rateau contre un mur avant de s'approcher d'un évier où il se lava soigneusement les mains et le visage, retrouvant un semblant de propreté. Il déboutonna le haut de sa salopette mais ne se changea pas, puis il attrapa à nouveau la main de Bran pour l'entraîner dans les allées du cimetière, qu'il connaissait désormais par coeur.
Ils virèrent à droite puis deux fois à gauche et débouchèrent dans un coin du cimetière où, à l'évidence, les gens avaient moins de moyens. Les tombes y étaient plus modestes, moins visitées, mais elles étaient à l'ombre et proches du mur est. Il y faisait plus frais, plus silencieux, et Jax ne s'arrêta que lorsqu'ils furent à hauteur d'une sépulture d'une simplicité commune - un peu à l'image de celle qui reposait dessous depuis près de douze ans - mais dont on prenait soin, à l'évidence.
- Nous y sommes. Bran. Je te présente ma mère.
Une petite photo encadrée y était accrochée et montrait une femme au teint clair, le nez constellé de taches de rousseur, les cheveux d'une couleur indéfinissable qui bouclaient à peine sur ses épaules et un sourire - ce sourire marqué au fer rouge dans chacun des souvenirs que Jax gardait de sa mère - intimidé frôlant à peine ses lèvres.
- Elle n'a jamais été à l'aise devant l'objectif. Elle avait plutôt tendance à détourner la tête quand elle le voyait pointé sur elle. J'ai très peu de photos d'elle, du coup, expliqua Jax en observant distraitement le portrait qu'il avait choisi pour sa tombe.
Il émit un long soupir puis reporta son attention sur son amant.
- Je crois que tu l'aurais beaucoup impressionnée, si elle avait pu te rencontrer. Mais je sais que tu serais parvenu à balayer ses défenses. Et elle t'aurait adoré.
Une brève émotion traversa son visage alors qu'il sentait sa gorge se nouer et il chassa cet instant d'un sourire, avant de demander:
- Alors, qu'est-ce que tu as apporté de bon dans ton petit panier de pique-nique? J'ai une faim de loup.
Jax n'avait jamais été à l'aise avec les élans de vulnérabilité, même si personne ne l'avait jamais vu aussi vulnérable et autant de fois que Brandon Rose, mais il conservait cette tendance à rester en terrain sécurisé, là où son coeur avait moins de risque de se tordre, meurtri et inconsolable.
Pourtant, c'était vrai, sa mère aurait adoré Bran. Et Jax aurait adoré pouvoir les présenter l'un à l'autre. Mais il se contenterait de cette rencontre-ci. Elle valait déjà tout ce qu'il(s) avai(en)t pu endurer jusque-là.

_________________

It was never going to be perfect – I don’t want it to be. I want the mess. I want the awkward moments and bad hair days, I want your best and I want your worst.

Contenu sponsorisé




now I remember what it feels like to fly. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now I remember what it feels like to fly. ·
 
now I remember what it feels like to fly.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak :: st. rose church-
Sauter vers: