hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 don't care about nothing but me (jace)


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Rock Creek Ranch
Aller en bas 

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· don't care about nothing but me (jace) · Ven 15 Mai - 13:14
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@"Jace Cassidy" – May the 15th, 2020.

Le trajet n’avait pas été chose facile, mais ce matin, Naila avait été informée que son étalon était enfin arrivé à destination et n’attendait plus que sa visite. Après près de six mois au Texas, où elle n’avait eut d’autre choix que de l’y abandonner à son frère, Woody se trouvait à présent au ranch tenu par Luna Shelbia. Si l’(ex) étudiante était ravie de retrouver son cheval, à qui elle tenait comme à la prunelle de ses yeux, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine tristesse à le savoir ici. C’était une page qui se tournait. Naila avait pris la décision de le faire déplacer à Windmont Bay lorsqu’elle avait compris qu’elle ne retournerait pas au Texas pour y terminer son année, se rendre à Daytona et obtenir son diplôme en business management. Elle devait à présent aller de l’avant. Accepter la situation qui, si elle ne l’avait pas vu venir, faisait partie des aléas du mariage. Épouser Cameron n’était pas une décision que la jeune femme avait pris à la légère et elle en acceptait les conséquences, pour le meilleur et pour le pire. Windmont Bay avait toujours été le plan initial des Baldwin-Flores, seulement Naila avait espéré qu’il n’y aurait pas de faille au plan et qu’elle pourrait obtenir son diplôme et profiter de sa dernière année à Corsicana avant de s’y installer définitivement.
Après un passage par les bureaux de BlueFinest où elle était attendue pour signer quelques documents, l’épouse du grand directeur pris immédiatement la direction du ranch avec une certaine hâte. Un si long trajet devait avoir angoissé Woody et elle avait hâte de passer une petite heure en sa compagnie, à prendre soin de lui et s’assurer que l’animal était détendu malgré le trajet et ce nouveau foyer. Garée sur le parking de la ferme, Naila se mit à la recherche d’une âme qui vive pour se présenter et obtenir la location de son cheval - ainsi que l’autorisation d’aller à sa rencontre. Ne trouvant personne à qui s’adresser, la jeune femme s’aventura dans la ferme à coup de « hello » dans l’espoir d’obtenir une réponse et trouva finalement les boxes des chevaux ou le bruit d’un râteau en métal se fit entendre. Bingo. Dans un des boxes, l’homme se tenait dos à elle et s’attelait à rassembler la paille pour l’étaler ensuite de manière égale. Naila se racla la gorge pour annoncer sa présence mais n’obtint aucune réaction. « Hey ! Sorry to bother you, I’m look’… » Son coeur rata un battement, alors que ses yeux écarquillés se posaient sur celui qu’elle ne connaissait que trop bien et qu’elle aurait du reconnaître, même de dos. Interdite, Naila aurait aimé pouvoir l’observer de haut en bas, se pincer afin de s’assurer qu’elle n’était pas en train d’halluciner, mais elle était incapable de décrocher son regard du sien. Combien de mois, d’années, s’étaient écoulés depuis la dernière fois où ils s’étaient retrouvés face-à-face ? La jeune femme pouvait mettre le doigt aisément sur leur dernier échange, se rappelait l’expression sur le visage de Jace lorsqu’elle lui avait annoncé que le lendemain, elle irait à bout de son engagement et épouserait Cameron. Elle s’était attendue à le retrouver, un mois plus tard, au détour d’un couloir de Navarro College mais il s’était fait porter disparu. Si son coeur était un peu plus lourd à chaque fois qu’elle pensait l'apercevoir pour finalement réaliser que ce n’était pas lui, Naila avait fini par accepter qu’il ne reviendrait pas mais surtout par comprendre que c’était pour le mieux. Pour leur bien à tous, Jace O'Connor devait rester le plus loin possible de sa personne. « What are you doing here? » Elle parvint à articuler, maintenant que la réalité de sa présence s’imposait à elle, venant croiser les bras contre sa poitrine comme si ce simple geste pouvait la protéger. Plus d’elle-même que de lui, pour être tout-à-fait honnête. La surprise passée, elle laissait place à l’incompréhension mélangée à ce qui ressemblait de près à la colère ; que venait-il faire ici ? Chez elle. Si elle ne pouvait le jurer, Naila était certaine d’avoir mentionné Windmont Bay à l'irlandais et ne voyait pas leur rencontre comme le fruit du hasard - le monde était bien trop vaste pour se retrouver nez-à-nez avec lui dans le coin le plus paumé de l’Oregon.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.


Dernière édition par Naila Baldwin-Flores le Mer 20 Mai - 18:33, édité 1 fois

Jace O'Connor

messages : 199
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 585
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Lun 18 Mai - 0:54
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – May the 15th, 2020.

Jace avait passé son début de matinée à s'occuper de leur nouveau pensionaire. Le faire sortir du véhicule, le calmer... ça avait été ça la plus grande mission. Ça l'était avec la plupart des chevaux. Avant de le mettre dans le box qui lui avait été attribué pour lui prodiguer quelques soins, il avait préféré l'installé à l'air libre, où d'autres chevaux étaient déjà en train de gambader. Il l'avait équipé du strict minimum. Juste une bride pour pouvoir le tenir, tout en lui laissant du lest. Il l'avait d'abord tenu à distance, le laissant galoper tranquillement et après plusieurs minutes où le cheval semblait se calmer, Jace s'était rapproché. Doucement. Un pas, puis l'autre, avant de laisser l'animal venir à lui, tout aussi doucement. Il n'avait fallu que quelques minutes de plus pour qu'il ne puisse le caresser et finisse de le rassurer. Un cheval sublime, avec une certaine fierté, à n'en pas douter. Alors après s'en être méticuleusement occupé, il l'avait ramené à l'extérieur, dans le pré, un peu plus à l'écart des autres chevaux, pour qu'il s'habitue tranquillement à son nouvel environnement. Il avait eu assez d'émotions pour une journée.

Sa journée était loin d'être finie. Il avait une barrière à réparer, un peu plus loin, pour pouvoir agrandir l'enclos, et aussi les écuries à nettoyer, comme tous les jours. Il s’essuie le front à l'aide de son t-shirt, hésite un instant à l'enlever avant de se raviser. L'un des râteaux attrapé, il ramenait la paille que les chevaux avaient ramené avec eux, à l'intérieur des boxes. Ratisser, répartir, égaliser. Les mêmes mouvements, à répétition. Mais ça lui allait bien. Travailler de ses mains l'empêchaient de trop cogiter, alors il continuait, inlassablement, chaque jour. Et surtout, ça le gardait hors des conneries (au moins pour un certain temps). Il ressort d'un boxe, pour s'occuper du devant. La paille dégagée de l'allée, il entre dans le boxe suivant, étalant les tas de paille, faits ici et là, quand les chevaux commençaient à trouver le temps long ici. Et finalement, y'a une voix qui s'élève. Il s'attend à voir n'importe qui... Luna, Gibi, peut-être même Leni, mais certainement pas elle. C'était à cause de Naila Baldwin qu'il avait besoin de s'occuper et qu'il évitait de trop cogiter. Pendant une dixième de seconde, il se demande si ses nerfs n'ont pas laché. Il reste là, interdit, à la fixer. Ses opales tracent chaque ligne de son visage. Ses joues, ses lèvres, qu'il a tant de fois martyrisé. Putain de flashs d'un passé qu'il pense avoir rêvé qui viennent l'assommer. Et ses iris se reposent sur ses yeux qui le fixent tout autant. Visiblement aussi surprise que lui.... et pourtant. Est-ce qu'il croit aux coincidences ? Il n'en est pas sûr. Mais ça fait combien de temps ? Trop longtemps et pas assez. Les souvenirs de leur dernière conversation est bien ancré, ce que ça a provoqué chez lui, aussi. La déception, la tristesse qu'il avait tenté de dissimuler. La douleur. La gêne aussi... Celle de s'être pensé trop con, d'avoir pensé qu'un jour, il aurait une fille comme elle. Et finalement, il reprend ses esprits, reprend contact avec la réalité lorsqu'il entend de nouveau sa voix. « Working, obviously. What are you doing here ? »  il avait l'impression d'halluciner. Il n'avait pourtant pas bu, aucune canicule à l'horizon, et étant abrité, il ne pouvait pas dire que le soleil lui tapait trop dessus. Mais comment une explication logique à la présence de la blonde face à lui ? « Last time I've checked, you were about to marry your old man, princess » il insiste sur le dernier mot, quelque peu sarcastique dans sa réponse, et sans aucun doute amer, malgré les mois qui ont passé. Il a bien essayé de l'oublier, Naila. Plusieurs fois. Dans des baisers enflammés ou plus mesurés, entre des cuisses graciles et sous quelques caresses. Il a essayé de l'extirper de son système comme on se débarrasse d'un venin. Mais lorsqu'il la voit, là, face à lui, il pense un instant qu'il n'y a juste rien à faire. Elle n'a pas changé. Cette assurance,  cette malice au fond des yeux. Cette putain d'envie de l'embrasser, aussi. No way, que ça martèle dans son crâne. Mais il s'approche quand même, faisant contraire à son foutu bon sens qu'il aurait encore mieux fait d'écouter. « Texas is far from here. You got lost ? you were bored with him ? » il se rapproche encore, bien trop près pour son propre bien. Il était maintenant capable de sentir les effluves délicates de son parfum. La machoire légèrement crispé, il prenait sur lui pour garder un minimum de self control. « Or missing me, maybe ? » le ton était plus rauque, les lippes frôlaient son épiderme de porcelaine. Il se recule subitement, plus pour lui que pour elle, fait mine de reprendre son travail. « Didn't think you were a stalker, though » il a un sourire amusé, sans doute un peu taquin, sur le coin des lèvres, alors qu'il enlève un maximum de paille à l'aide de son outil. C'était tellement irréaliste qu'elle soit là, un mètre à peine, après autant de temps. Pourtant, à la voir ici, il n'avait plus l'impression que ça faisait si longtemps que ça la dernière fois qu'ils avaient parlé.




Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Jeu 21 Mai - 0:34
Si Jace semblait au moins aussi surpris qu’elle de cette rencontre, Naila ne pût s’empêcher d’agiter la tête, dans l’incompréhension la plus totale, lorsqu’il lui retourna sa question au lieu d’y répondre. Il se moquait d’elle, n’est ce pas? Que faisait-elle, ici ? Chez elle ? Là ou son père avait vu le jour - tout comme son mari -, là ou elle avait été destinée à revenir, quand bien même Naila s’était longtemps bercé de l’illusion qu’elle ferait sa vie au Texas. Peut-être que Cameron aurait cédé à ce caprice si son père n’était pas tombé malade… Peut-être aurait-il compris que leur vie était à présent entre Forth Worth et Corsicana et non dans l’Oregon, qu'il avait quitté deux décennies plus tôt. Naila ne pouvait pas lui en vouloir, son mari ayant été honnête avec elle sur ses projets futurs bien avant le mariage et la maladie, projets qu’elle avait accepté lorsqu’elle lui avait dit oui, jusqu’à ce que la mort ne les sépare. Cela faisait trois ans que la gamine savait que ses pas finiraient par la guider à Windmont Bay et que l’Irlandais questionne sa place ici lui arracha un rire, jaune. Des deux, il était celui qui n’avait rien faire là, celui qui empiétait sur le territoire de l’autre. Naila n’était franchement pas prête à partager ses terres avec le blond à nouveau, parce qu’elle savait que la cohabitation serait trop houleuse et douloureuse. Avait-elle le choix cependant? Rien n’était moins sûr. La cheerleader n’eut pas le temps de lui répondre, les mots étant pourtant sur le bout de sa langue, avant que Jace ne mentionne -sans surprise- son mariage à Cameron. Elle ne pouvait pas lui en vouloir de l’avoir en travers de la gorge, pas après lui avoir laissé nourrir l’espoir, pendant plusieurs mois, qu’elle change d’avis et se tourne vers lui. Et Naila l’avait sincèrement envisagé. La gamine s’était imaginé sa vie au près d’un et de l’autre, avait eut envie d’envoyer en l’air tout ce pourquoi elle s’était battue pendant deux années, avant de reprendre ses esprits. Jace et elle n’avaient pas grand chose en commun, si ce n’était rien, et il était hors de question qu’elle devienne « la petite amie du dealer ». Naila était prête à beaucoup par amour, aurait pu renoncer au luxe dans lequel elle avait grandi - tout du moins pouvait-elle essayer de s’en convaincre - mais visiter son petit-ami derrière les barreaux ne faisait clairement pas partie de ses plans d’avenir. Baldwin l’avait assez souvent mis en garde à ce sujet mais n’étant personne pour lui dire comment gérer sa vie, elle avait choisi de ne plus en faire partie. La décision n’avait pas été facile mais Naila s’y était tenue, parce qu’elle était bornée et n’était pas du genre à prendre ses engagements à la légère. « I live here. » Ses mots étaient balancés avec une certaine évidence malgré le fait que Jace ne pouvait deviner ses plans d’avenir avec son mari, plans non abordés en sa présence à lui. « And I did marry him. » Lui assura-t-elle, même si elle ne prenait pas plaisir à lui balancer son union au visage. S’il y a bien une personne qui était en droit de critiquer son choix, c’était bien Jace. « He’s from Windmont Bay, so is my dad… so this is my home. » Faux, elle ne s’y sentirait jamais aussi bien qu’au Texas, mais il n’avait pas besoin de le savoir. Faisant tourner son majeure dans l’air pour y tracer un cercle invisible et désigner de manière imaginaire la bourgade, Naila croisa à nouveau ses bras contre sa poitrine alors que ses yeux déviaient rapidement sur les pas de son ancien amant, pour ensuite les reporter sur son visage. Il s’approchait bien trop à son gout mais elle ne bougea pas d’un millimètre pour autant. « But you knew this already, hm? » Quelle autre raison pour se retrouver ici ? Aucune. Si Naila ne se targuait pas d’être le centre du monde de O’Connor - elle priait même que ça ne soit pas le cas, ne méritant clairement pas de l’être - , elle ne croyait pas au hasard. Il y avait un million d’autres choix que Windmont Bay et c’était pourtant ici que son Irlandais avait choisi de poser bagages.
Alors qu’il s’approchait un peu plus d’elle, l’ex étudiante se mordilla l’intérieur des joues, se retenant de poser une main sur sa poitrine pour le faire reculer et conserver une distance de sécurité entre eux. Le problème était qu’elle ne pouvait pas prendre le risque de le toucher non plus et resta donc interdite, les yeux encrés dans les siens et le coeur battant à tout rompre. Naila ferma les yeux lorsque son souffle vint caresser sa peau, oubliant un instant de respirer, alors qu’un frisson descendit le long de son échine. Elle ne s’autorisa à les réouvrir que lorsqu’elle le sentit s'écarter, s’humectant les lèvres alors qu’elle autorisait l’air à entrer à nouveau dans ses poumons et y circuler. Qu’était-elle censé répondre à ça ? Quoi qu’elle dise, Naila savait que l’ancien homme à tout-faire de Navarro College n’apprécierait pas ses mots, mais peut-être était-ce un mal pour un bien. « Oh please. If I ever wanted to find you, I would have done so a long time ago. My stalker-skills are way better than you think. » Un sourire se dessina sur ses lèvres, qu’elle perdit aussi vite qu’il n’était arrivé. Ce n’était qu’un demi mensonge ; Naila n’avait jamais cherché à retrouver son amant lorsqu’il avait disparu. Elle avait fait son choix, lui le sien, et elle lui devait au moins de l’accepter et ne pas chercher à croiser sa route à nouveau. Pourtant, la gamine ne pouvait s’empêcher de culpabiliser au moindre mot venimeux qui sortait de ses lèvres à l'égard du blond, ce qu’elle ne risquait pas de lui laisser entrevoir. « I’m here for my horse, he’s been transfered this morning. » Elle annonça du ton le plus neutre qu’elle avait en réserve, décidant d’ignorer ses insinuations tant le concernant que celles sur son mariage. La page avait été tournée il y a longtemps - elle pouvait au moins faire ‘comme ci’ même si elle n’y croyait pas elle-même - et ça ne le regardait pas.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 199
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 585
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Ven 22 Mai - 22:05
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – May the 15th, 2020.

C'était étrange de la voir là. Une image un peu surréaliste. Hallucinante. Il n'avait pas pour habitude de consommer ce qu'il vendait, mais peut-être l'avait-il fait sans s'en rendre compte ? Il a le doute, au moins un instant. Le palpitant bat trop vite, complètement perturbé et affolé par cette vision. Ça le ramène à Corsicana et à tout ce par quoi elle la fait passer. De l'extase la plus totale à une colère viscérale. De sentiments sincères à une amertume certaine. A chacun de ses mots, il se retient de ne pas grimacer, tenant son outil un peu  plus fort dans sa paume, comme pour faire passer la colère -et la rancœur. Elle l'a épousé. La sentence tombe sans surprise, mais elle fait mal quand même. Il retient une pique et détourne le regard un instant. Il meurt d'envie de lui demander si elle a fini mais il n'en fait rien, après tout, il lui a retourné ses questions. « how was I supposed to know ? I left on your precious wedding day, Naila. I came here because my cousin lives here » owen était arrivé peu de temps avant lui, mais il était totalement étranger à Naila ou sa famille.
Jace avait voulu s'approcher pour la titiller, peut-être même la bousculer -elle et les hypothétiques sentiments qu'elle avait pu avoir- mais il ne savait pas lequel des deux était le plus secoué. La môme était douée pour se jouer des apparences, plus que lui, en tout cas. L'irlandais avait envie de la prendre dans ses bras, de replacer une mèche blonde derrière son oreille. Peut-être même envie de la secouer en lui demandant pourquoi, sans être certain qu'il obtiendrait plus de réponses de cette façon. Alors il soupire, s'écarte en ayant l'impression de mieux respirer. « good to know that you didn't even try to look for me » il a un rire nerveux alors qu'il s'éloigne un peu plus, lui tournant presque le dos pour continuer son boulot. Mais il se redresse encore une fois, le regard fixé sur la blonde. « i guess you made the right choice after all » il a le palpitant comprimé, la déception amère. Pendant un temps, il y a cru à cette histoire. Il se disait bien que c'était peut-être trop beau pour être vrai, et il avait raison. Mais il y croyait, et elle a sans doute fait pour. Ça passait plus que bien. Malgré leurs mondes quasiment opposés, il y avait vraiment quelque chose qui se passait. Quelques accros sur son activité parallèle, mais ils s'étaient bien trouvés. Sans doute trop. Des caractères qui se complétaient plus qu'ils ne se ressemblaient. Une alchimie indéniable, évidente dès le jour de leur rencontre, sans pour autant qu'il ne se soit douté où ça allait le mener. Ça aurait peut-être pu le faire, si elle n'avait pas été fiancée. Des fois il se dit que ça aurait marché. Et pourtant... Pourtant y'a une voix qui lui dit qu'une fille comme elle n'a jamais été destinée à un mec comme lui. Ça se fait que dans les films, pas dans la réalité. Il a jamais su si c'était l'amour qu'elle a choisi. Ou le confort et le fric. La sécurité.le bruit du rateau raclait sur le béton caché par la paille, mais ça ne faisait pas encore assez de bruit à son goût. Pas assez pour s'empêcher de s'entendre penser. Ou de l'entendre elle. Il s'arrête subitement, oubliant presque que -malgré la coincidence un peu énorme à son goût- elle a normalement une bonne raison d'être ici. « your horse ? » nouveau rire nerveux. « woody is yours ? » il aurait dû le deviner (ou presque. Il l'aurait deviné s'il avait eu une liste de noms et qu'il aurait dû relier les chevaux à leur proprio). « Your horse has some temper. He's proud and scared. » sous-entendant clairement qu'il avait plus ou moins hérité de certaines caractéristiques de sa propriétaire. Mais surtout, le voyage l'avait fatigué, et clairement perturbé. Jace pouvait le comprendre. Etre enfermé autant d'heures, sans aucune marche de manœuvre possible, valait mieux pas être claustrophobe. Quelques coups de rateau en plus avant qu'il ne soupire et pose finalement son outil. Elle n'allait pas le trouver seule, et ça faisait partie de ses tâches de faire en sorte qu'elle trouve son cheval. La plaie. Si on lui avait dit qu'il tomberait sur Naila, il ne l'aurait jamais cru. Au mieux, il aurait imaginé une mauvaise blague. Alors qu'il passe devant elle, il s'arrête, la détaille un peu plus. Fuck, que ça hurle dans sa tête. Si belle. Toujours. Et pourtant, la pilule n'est toujours pas passée. C'est aussi agréable que douloureux de la voir là, si près sans pouvoir la touche. La désirer, tout autant que l'envie de se barrer en lui tournant le dos. « You look good » c'est tout, il avance et sort des écuries sans se retourner, sachant pertinemment que si elle voulait voir son cheval, elle était obligée de le suivre. Si le chemin jusqu'au pré se faisait en silence, c'était loin d'être le cas dans son crâne. Ébullition totale. Il ne savait pas comment agir face à elle. Il sait qu'il devrait laisser couler, se faire une raison -peu importe à quel point ça se bousculait dans sa tête- parce que son choix avait été fait, mais en pratique, ça semblait déjà plus compliqué. Est-ce qu'il allait la croiser tous les jours ? Une fois par semaine ? Est-ce qu'il allait la croiser avec son mari ? L'idée le fait soupirer et serrer les poings. C'était la dernière chose qu'il voulait, et pourtant c'était sans doute ce qu'il y avait de plus probable. Nettement plus qu'avoir l'opportunité de retrouver ses lèvres. « He's here » d'un geste de la main, il le désigne, un peu plus loin. « He didn't really enjoy the trip but he's okay now » explique-t-il. Ça lui avait pris une bonne heure pour réussir à le calmer et l'approcher. Son aisance avec les cheveux avait sans aucun doute aidé, mais il préférait prévenir au cas où il soit un peu plus jumpy que d'habitude. Il vient caresser Woody, doucement, pour ne pas l'effrayer avant de se retourner vers Naila. « so you're gonna live here ? » demande-t-il, pour savoir à quoi s'attendre, en tentant d'adopter un ton détaché.




_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Dim 24 Mai - 17:41
Rien de cette situation n’avait de sens. Naila refusait de croire que son ex amant avait bel et bien déménagé à Windmont Bay et qu’elle risquait donc de le croiser à la pompe à essence ou au supermarché à tout instant. Elle ignorait à quand remontait sa présence en Oregon mais elle avait jusqu’ici, par chance - ou non, c’était encore à déterminer -, réussi à éviter de tomber nez-à-nez avec lui, jusqu’à aujourd’hui. Venant se mordre nerveusement la lèvre inférieure, la cheerleader eut du mal à soutenir son regard alors qu’il lui renvoyait son choix au visage et son départ qui, selon ses dires, en découlait. De ça elle ne doutait pas - c’était le moment précis où le Texas avait vu pour la dernière fois Jace O’Connor - mais Naila avait du mal à croire l’histoire autour de son arrivée à Windmont Bay et ce foutu destin (karma?) qui devait bien se foutre d’elle. « So you’re telling me that this is a coincidence? » Elle les désigna tour-à-tour de l’index avant de laisser ses bras retomber le long de son corps dans un soupire. Peu importe, au fond, les raisons qui les avaient réuni à nouveau, le fait est qu’il se tenait à quelques centimètres d’elle à peine et que son coeur était au bord de l’explosion. Il ne lui avait suffit que d’une seconde, un regard posé sur l'homme à tout faire, pour remettre en question la décision prise près de trois années plus tôt.
Naila plissa le front avant de laisser sa tête tomber sur le côté, regrettant bien vite sa tirade. Elle aurait voulu que Jace entre dans son jeu, qu’il frappe à son tour où ça faisait mal… et d’une certaine façon, c’était ce qu’il faisait en ne ripostant pas. « I made a choice, you had the right to make yours. » Pourquoi lui aurait-elle couru après, si ce n’était pour lui dire que tout ce qu’ils avaient partagés était sincère, mais que cela ne changeait pas la chute de leur histoire ? Naila l’avait sincèrement aimé (si tant est qu’elle puisse réellement parler au passé), tout comme elle aimait Cameron. Elle avait besoin de l’un et de l’autre, mais c’était purement égoïste et il avait fallut faire un choix. La gamine avait fait celui qui lui semblait le plus sûr pour son avenir et seul ce dernier lui dirait si elle avait eut tord ou raison. Sa relation avec Jace était aussi passionnante que passionnée et rien ne lui disait qu’ils seraient encore ensemble à ce jour s’ils s’étaient laissé une vraie chance, sans que la main de la blonde ne soit promise à quelqu’un d’autre. « Jace… » Elle l’implora d’arrêter, de ne pas les replonger trois ans en arrière, baissant les yeux pour ne pas avoir à les garder sur lui. Naila avait tenté maladroitement de lui expliquer les choses lors de leur dernière conversation, sans que l’Irlandais ne la laisse aller à bout de ses pensées lorsqu’il avait compris qu’elle lui annonçait la fin de leur relation. Elle s’était préparée, à l’époque, à ce qu’elle allait pouvoir lui dire, même si chacun de ses mots sonnaient faux, contrairement à aujourd’hui où elle était prise au dépourvu. Il y avait prescription pour se justifier, non ?
Observant son ancien amant s’atteler à ses tâches, la jeune femme hésita à quitter les lieux sans demander son reste. Woody pouvait attendre. Elle avait besoin de s’échapper, d’avaler la pilule, d’accepter sa présence et surtout de voir Cameron qui, à l’inverse de O’Connor, n’avait aucune idée du duel qui s’était joué dans le coeur et dans la tête de sa fiancée à la veille de leur union -et les mois qui l’avaient précédée. Devant lui, Naila n’avait jamais flanché, lui jurant son amour éternel, du jour où il s’était mis ensembles à ce matin encore. Essayant tant bien que mal de chasser celui qui lui accordait une confiance sans faille de son esprit, Baldwin se concentra sur la raison principale de sa venue, comme s’il était possible pour Jace et elle d’avoir une conversation bancale après tout ça. Peut-être un jour, mais pas de si tôt. Certainement pas aujourd’hui, alors que Naila était projetée trois ans en arrière, avec l’amère impression qu’elle pouvait encore se rétracter et se jeter dans ses bras. Elle hocha brièvement la tête pour confirmer l’appartenance de l’étalon et un sourire flash passa sur ses lèvres à la description que l’employé du ranch lui en fit. « He is. » Elle avait très bien capté l’illusion, eut d’ailleurs envie de le reprendre sur le fait qu’elle n’avait pas peur, avant de s’abstenir. Calomnie. Elle n’avait pas peur, elle était morte de trouille.
Le compliment la figea sur place un instant, le coeur meurtri, alors qu’elle l’observait s’éloigner. Naila ne s’était pas attendu à recevoir le moindre commentaire positif de la part de son ex amant et aurait sans doute préféré qu’il déverse colère, sa frustration ou tout autre mauvais sentiment sur elle. Ça aurait rendu les choses plus faciles, s’il pouvait juste la détester. Ses pas emboitèrent ceux de l’Irlandais sans qu’elle ne le réalise vraiment ; elle savait juste qu’elle devait le faire et la mécanique prenait le dessus sur le psychique. En retrait, Naila observa Jace s’approcher du cheval. Elle aurait voulu en faire de même, mais cela voulait dire rompre la distance entre eux également et elle en avait besoin pour respirer. Incapable de formuler une phrase cohérente alors que ses pensées partaient dans tous les sens, elle resta un moment interdite - ignorant au passage la question - avant de finalement s’avancer doucement vers l’étalon. « Good boy. » Elle murmura, alors que sa main effleura le nez  de l’animal et que l’autre caressait son cou. Woody lui avait été offert lorsqu’il n’était âgé que de quelques mois et si la cheerleader avait eut beaucoup de mal à le maitriser dans un premier temps, elle en faisait aujourd’hui ce qu’elle voulait.  
Se plaçant devant le cheval pour que Jace, de l’autre côté, se trouve à nouveau dans son champs de vision, Naila posa son nez contre celui de l’animal un instant avant de prendre son courage à deux mains. « I moved in last November and... we’re not going anywhere. » Sa voix était plus emprunte de tristesse que tout autre chose. Ses terres texanes lui manquaient un peu plus chaque jour. Navarro, Georgia, son frère, sa maison. Tout, mais c’était du passé et elle devait s’y faire. « I would offer to transfer Woody somewhere else, but it’s the only ranch in the area. » Peut-être que la ville voisine était envisageable, si Jace ne souhaitait pas la voir empiéter sur son territoire plusieurs fois par semaine… Elle devrait y réfléchir posément, pas avec l’homme sous les yeux. « Have you been working here the all time? » Elle demanda, curieuse d'en apprendre plus sur les trois années qui venaient de s'écouler.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 199
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 585
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Mer 27 Mai - 23:26
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – May the 15th, 2020.

« Apparently. I left, Naila, which means I didn't want to see you with your husband. Texas, or here, same thing » ça aurait été stupide de venir la suivre ici. Pas un seul instant il n'aurait cru l'y retrouver. Ça aurait servi à quoi, à part rouvrir de vieilles (pas tant que ça) blessures.Il n'aurait pas été assez bête de croire que le mariage ne durerait que quelques mois... En quittant Corsica, il s'était imaginé faire une croix sur Naila. La laisser ici, dans cette nouvelle vie qu'elle avait choisi et de laquelle il avait été exclu. Parce qu'inconsciemment, c'était le choix qu'elle avait fait en épousant l'autre gars. Qu'avait-il été ? Une passade ? Une distraction ? Il aurait aimé avoir la réponse. A vrai dire, il aurait aimé savoir tout ce qu'il s'était passé dans la tête de la blonde.
Il soupire, sait à peine quel comportement adopté. A un moment il veut l'envoyer balader, et la minute d'après il aimerait la prendre dans ses bras, même si c'est la seule chose qu'elle aurait à lui offrir ; tout en sachant pertinemment qu'il ne saurait jamais s'en contenter. « that's what you're telling yourself to make you feel better? » réplique-t-il sans pouvoir se retenir. Il avait fait le sien parce qu'il ne se voyait pas rester et contempler sa vie de princesse, sans lui. La voir (ou la savoir) dans les bras d'un autre -même s'il l'avait toujours su fiancée- le rendait dingue. Il n'avait pas mis longtemps à prendre la décision. Sans qu'il n'ait su à l'époque sur quoi ça déboucherait, c'était bien à cause (ou grâce) à Naila qu'il avait atterri à Corsicana ; au lieu de rester sur Dallas comme c'était d'abord prévu. Il n'avait plus eu aucune raison de rester après les vœux prononcés. Il retient les questions, toutes les interrogations qui l'ont assailli pendant des jours, peut-être même des semaines. Il aurait aimé tout connaître, tout savoir. Ce qu'elle a dans le cœur et dans sa foutue tête. Est-ce qu'il avait été le seul à ressentir tout ça ? L'avait-il imaginé ? Pendant des semaines, il s'était demandé s'il n'avait pas été pris pour un con tout du long. Est-ce que quelque chose avait été vrai ou n'avait-elle fait que profiter de ses derniers mois de liberté ? Elle le sort de ses pensées, avec son prénom qui s'échappe, il la défie de continuer, de donner un peu plus de substance à ce 'jace' échappé. « What ? You were not the one left behind for someone else » do you even know what it's like ?, pense-t-il, et surtout retient-il à la dernière minute. Se concentrer sur ses tâches est plus simple, bien que ça ne  soit pas entièrement distrayant. En même temps... si c'était si simple de dégager Naila Baldwin de sa tête, il le saurait. Plus encore lorsqu'elle est là, avec son parfum enivrant. Ça le défoulait pas non plus. Les gestes ni fatiguants ni violents. C'était juste... répétitif. Après un énième soupir, il évoque Woody, fier représentant de sa propriétaire. Une énième coïncidence. Sur tous les chevaux qu'ils avaient, il avait fallu que ça soit le sien. Il allait la revoir, régulièrement. Et ça non plus, l'irlandais n'était pas certain de savoir comment y réagir. S'en réjouir ? S'enfermer chez lui ? Réfléchir à déménager ? Il était bien trop tôt pour le dire, mais ce qui est sûr, c'était que les semaines à venir allaient être délicates.
Le compliment sort trop facilement. Naturellement. Il a le cœur prêt à imploser à la regarder, à l'avoir si prêt et pourtant elle n'a jamais été aussi loin de lui. C'est douloureux, et il a l'impression que le Navarro College, c'était y'a deux semaines à peine. Alors que ça fait presque deux ans qu'il a mis les voiles... Il réfléchit à tout ça, à ce foutu sens de l'humour qu'a le destin, ou n'importe quelle force cosmique qui se paierait sa tête en remettant Naila sur son chemin. C'est pas comme si elle avait été remise devant lui, séparée et prête à le reconquérir. Non, elle avait la bague au doigt, et était aussi étonnée que lui de ses retrouvailles. Il marchait, la tête un peu baissée, mais surtout dans le vide, perdu dans ses pensées, en essayant d'oublier la présence de la blonde à ses côtés. Pourtant il captait chaque mouvement. Chaque mèche qui voletait, chaque fois qu'elle tournait légèrement la tête. Une fois près de l'animal, Jace les observe un instant. L'image est presque trop belle. Apaisante aussi. La douceur de Naila face à Woody. Il acquiesce d'un signe de tête, ne sachant pas quoi répondre. Il allait devoir s'y faire, y réfléchir aussi de son côté. Et en même temps... Ce serait pas un signe ? Un truc à la con pour lui faire comprendre que Naila, elle est peut-être pour lui, et tant pis de cette foutue alliance ? Ou c'est peut-être ce qu'il veut croire. « Don't » se surprend-il à répondre du tac au tac. Parce qu'il veut quand même la voir. Aussi agréable que douloureux de poser ses billes sur la princesse. « Pretty much. I spent a month in california when I left, and i came here. I started with two or three jobs, here and there. And Luna finally took me full time here » il hausse les épaules, comme si c'était pas grand chose, mais c'était déjà beaucoup pour lui. Ça lui permettait d'avoir un toit, et de payer ses factures. Il ne roulait pas sur l'or, mais il s'en sortait sans avoir à se plaindre. Il caresse Woody, longuement, des questions plein la tête. « was it true, between us ? » demande-t-il subitement, au lieu d'un banal 'what about College ?'. « honestly, i don't understand naila. Sometimes I feel like I've dreamt everything. Did i mean anything to you ? » ajoute-t-il, lachant Woody pour se rapprocher doucement de la blonde. Il voulait capter son regard, et surtout, ne lui laisser aucune chance de s'en sortir avec un mensonge. Il avait besoin de savoir.




_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Sam 30 Mai - 19:58
Naila n’était pas encore prête à le croire sur paroles concernant sa localisation, mais au fond, les raisons qui l’avaient amené à Windmont Bay ne changeaient pas sa présence ici. La cheerleader eut envie de le rassurer sur le fait qu’il y avait peu de chance que Cameron se déplace régulièrement au ranch, compte-tenu de son état de santé, mais elle s’abstenu. Jace se moquait bien de savoir que son mari était souffrant - peut-être même s’en réjouirait-il, quand l’homme ne lui avait strictement rien fait - et s’ils vivaient dans la même maudite petite ville, nul doute qu’ils risquaient de tomber l’un sur l’autre au détour d’une rue. « You might want to wrap your head around the idea of walking to us, ‘cause we’re not going back to Texas… » Si les mots choisis pouvaient être durs, le ton employé était le même que si elle lui avait présenté des excuses. Naila était désolée de lui imposer ça. Désolée qu’il n’aie pas mis plus de distance entre elle et lui. « Sorry. » Elle souffla dans un murmure à peine audible, avant de l’observer reprendre ses tâches. A ce stade, il n’y avait rien que Naila puisse faire pour changer la donne, pas alors que son mari était installé depuis près de deux ans maintenant… Jace l’avait peut-être même croisé des dizaines de fois sans en avoir connaissance.
« To make me feel better about what? » L’ironie reprenait ses droits dans le ton employée par la petite blonde, incapable de rester de marbre face aux accusations de son ex petit-ami. « You run away because you didn’t want to see me anymore, you just told me so. So the least I could do after all of this was to let you go. »  Après avoir malmené son coeur, le laissant croire qu’ils avaient la moindre chance d’avoir un avenir tous les deux. Bien sûr, Jace ne pourrait jamais voir les choses de son point de vue. Naila ne s’attendait pas à ce qu’il comprenne, moins encore à ce qu’il croit en la sincérité de tous les moments qu’ils avaient partagés, qui n’avaient jamais quitté l’esprit de la danseuse. Elle se rappelait de mot qu’il avait pu lui dire, chaque promesse entre les lignes, celles que ni l’un ni l’autre n’avaient prononcés et qui pourtant était bien là… Et elle l’avait laissé. Malgré tout ça, malgré l’amour qu’elle lui portait, Naila en avait choisi un autre. Alors non, elle ne s’attendait pas à voir O’Connor se montrer tendre avec elle, parce qu’elle aurait probablement eut envie de le détruire si la situation était inversée. Elle le supplia de ne pas leur imposer cette conversation, mais c’était être naïve que de penser qu’elle pouvait y échapper. Naila eut envie de lui hurler qu’il savait dans quoi il s’engageait lorsque ses lèvres avaient trouvé les siennes pour la première fois. Jamais elle n’avait cherché à cacher à Jace ses fiançailles, tout comme l’homme n’avait jamais vu sa belle lui promettre d’y mettre un terme pour foncer tête baissée dans leur relation. Le fait qu’ils aient passé une année à se cacher, à se retrouver loin du regard curieux de Navarro College était un indice assez explicite sur son envie de le garder dans son jardin secret. La gamine avait envisagé de tout plaquer pour l’Irlandais, de donner raison à toutes ces personnes qui avaient vu sa relation avec Cameron se prendre un mur dés lors qu’elle avait commencé, mais elle ne lui avait rien promis, ce qui était la seule défense qui lui restait pour expliquer son geste.
L’acrobate avait envie de lui retourner son compliment mais s’abstenu, ne voyant à nouveau pas le bien que ça pourrait faire. Jace était canon et n’avait pas besoin que Baldwin pour le savoir. Il savait joué de ses charmes et aurait eut tord de s’en priver - elle était la première à dire que tous les moyens étaient bons pour obtenir ce qu’on voulait, dans la vie.
Concentrée sur les mouvements de l’Irlandais plus que sur ceux de son cheval, Naila laissa ses doigts glisser dans sa crinière en étudiant le comportement de Jace. Elle aurait aimé deviner ce qui se tramait, dans sa tête, mais était à peu près sûre de savoir et ça la tuait. Naila s’en voulait de ressentir ce soulagement à la constatation que la page n’était peut-être pas tout-à-fait tournée, pour lui. Elle aurait voulu découvrir l’inverse, n’être plus qu’un vague souvenir et en même temps, l’idée lui donnait la nausée. Sourcils froncés à sa réaction un peu précipitée, elle l’étudia un peu plus, s’efforçant de garder une expression neutre malgré le sourire qui devait se dessiner dans son regard plutôt que sur ses lèvres. Écoutant attentivement son parcours, Naila ne put se retenir de s’attarder sur ses lèvres, qui avaient toujours eut le don de la captiver. Il était facile de dresser une liste de plusieurs pages sur ce qui lui manquait chez son amant - le regard qu’il posait sur elle, la façon qu’avaient ses muscles de se contracter lorsqu’elle laissait ses doigts caresser sa peau, son odeur, les dessins que Jace traçait sur sa peau, et ça continuait - mais ses lèvres et leur appel restait en haut de la liste. Combien de fois lui avait-elle fait remarqué qu’elles étaient « the most kissable lips », en s’assurant que personne d’autre qu’elle n’avait le privilège d’y avoir accès ? Jace l’extirpa de ses rêveries, la prenant une nouvelle fois de court. Ses pensées partaient dans tous les sens alors que son regard était plongé dans celui de son interlocuteur et que son coeur battait à tout rompre. Il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise réponse. Naila savait que la vérité ferait tout aussi mal qu’un mensonge - qu’elle n’avait pas l’opportunité de bien ficeler - et puis elle ne lui avait que rarement mentit. « If you really ask yourself if it meant anything, then maybe it didn’t. » C’était tellement mal placé de sa part de retourner les choses comme ça, mais aussi légitime soit sa question, Naila était blessée qu’il ose la poser. C’était pourtant bête de penser qu’il ne remettrait pas en question tous les moments partagés alors qu’elle l’avait abandonné. Reculant d’un pas alors qu’il en fit deux dans sa direction, elle s’efforça de garder une distances de sécurité alors que son coeur comme sa tête lui hurlait de plonger dans ses bras. « I‘ve never lied to you, Jace. You knew the situation you walked in to. You knew I was engaged the first time you kissed me. » Si elle avait fait le choix de le faire passer derrière son mari, lui avait fait celui de s’impliquer physiquement et émotionnellement avec quelqu’un de pris. « I don’t know what you expect from me… Do you really want to hear how I felt about you, knowing that it doesn’t change anything? » Est-ce qu’il avait besoin de l’entendre dire qu’elle l’avait sincèrement aimé, qu’elle l’aimait toujours, si c’était pour la laisser retrouver Cameron ensuite ?

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 199
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 585
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Mar 2 Juin - 20:40
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – May the 15th, 2020.

Jace n'aurait su dire ce qui était le mieux : tomber sur son ex sans s'y attendre ou être au courant pour mieux préparer ce qu'il aurait pu lui dire. Seulement il faisait avec ce qu'il avait. Il ne savait ni comment réagir, ni comment lui parler. Chaque cellule de son corps était en pleine contradiction. Une envie féroce de l'ignorer et de se défouler -en mots, pas avec ses poings, tout en mourant d'envie de retrouver ses lèvres. Jamais il n'aurait cru en la rencontrant qu'elle lui retournerait la tête comme ça, encore moins, qu'elle le marquerait au fer rouge de la sorte. N'importe qui serait passé à autre chose après le fiasco de leur relation ; quoique tout est relatif, ça s'était plutôt bien passé, jusqu'à ce qu'elle ne lui annonce qu'elle épouserait quand même son fiancé. Et pendant quelques temps, il y avait même cru. Quelques histoires d'une nuit ici et là, sans penser à la blonde. Des bras dans lesquels il se perdait avec plaisir, brune, blonde, rousse -il n'était pas difficile. Il voyait Leni depuis un moment. Complètement barrée mais qui savait le satisfaire -et l'amuser. Il pensait que Baldwin était de l'histoire ancienne, mais en le voyant devant lui, Jace savait qu'il s'était planté sur toute la ligne.
Il hausse les épaules, comme si ce n'était grand chose, alors qu'elle l'avait réellement esquinté. Il y avait cru à cette putain d'histoire. Naila, il lui avait fait confiance. « Sure » même sarcasme qui s'échappe. « you did the right thing » continue-t-il sur le même ton alors que sa machoire se serre. Au fond, ce n'était pas tant qu'elle n'ait jamais cherché à le contacter le problème. C'était qu'elle en ait épousé un autre -non pas que le mariage entre eux ait un jour été abordé- qu'elle lui ai fait croire que ça pouvait fonctionné, peut-être même qu'il avait ses chances. Elle lui avait fait croire à un quelque chose avant de tout balayer d'un geste de main sans se retourner. Pas de regret apparent, pas de remord. La pilule était dure à avaler. Plus il y pensait, moins il comprenait. Elle lui avait semblé sincère sur toutes la ligne. Chaque mot, chaque caresse. Chaque promesse silencieuse et chaque moment passé. Y'a pas de mensonge possible dans les rires qu'il lui avait arraché. Pas de faux semblant dans le regard qu'elle lui avait porté... Mais rien de tout ça n'avait de sens. Surtout pas le point de conclusion. Alors comment comprendre si ce n'est de tout remettre en question ? Et peut-être qu'au fond, ça lui faisait du bien de se forcer à la détester. C'était plus simple d'avoir envie de la voir dégager plutôt que la désirer.
Tant pis. Si seulement il avait pu croire à ces mots qu'il se répétait.
Le chemin qui les séparait de Woody lui semblait plus long que d'habitude. Plus fatiguant aussi. Un silence pesant, plus que tout le boulot qu'il faisait ici. Ça lui semblait complètement irréel de macher à côté de Naila. Il en avait rêvé plusieurs fois, et ça s'était estompé. Pas assez. Quelques coups dans sa direction, pour s'assurer qu'il ne rêve pas, que c'est pas un foutu mirage parce qu'il ne se serait pas hydraté et que le soleil de la veille aurait tapé trop fort. Mais non. Les mêmes mimiques, en plus de quelques souvenirs qui continuaient de s'imposer. Il pouvait encore sentir son épiderme sous le bout de ses doigts. Tous ces dessins qu'il avait pris l'habitude de faire, à l'encre invisible. De l'art abstrait ou quelques constellations. Des mots, des déclarations silencieuses, souvent conclu par un baiser et des corps qui se trouvaient parfaitement. Ça lui semblait si proche, pourtant si loin. Ils étaient sur un terrain glissant, il le sentait à ce palpitant qui battait trop fort, trop vite. « don't play that fucking game with me, Naila » Il détestait qu'elle tourne les choses de cette façon. Il détestait encore plus qu'elle fasse comme si rien ne la touchait et qu'il n'était rien à ses yeux. Il préférait de loin la Naila vulnérable plutôt que la fille trop assurée avec une carapace en acier blindée. Il continue de s'avancer, oublier presque le cheval. Elle recule, il continue, sachant qu'à un moment donné, elle finirait coincée contre la barrière de l'enclos. « you never lied ? » pas vraiment, pas ouvertement... et pourtant « what about making me believe i have a chance ? Making me believe that we had something ? That maybe you were about to forget about that damn wedding » la colère montait, et ça se voyait. Les muscles plus contractés, le regard plus dur. Il avait su relativement tôt qu'elle était prise, engagée à un autre. Peut-être qu'il avait voulu se leurrer, en se disant qu'elle l'aimait pas vraiment son Cameron, que ça finirait par imploser avant le jour J. C'était peut-être aussi plus simple et plus rassurant de croire ça. Mais il s'était leurré. Il n'avait pas prévu de s'attacher, ça avait commencé comme un foutu jeu, et il avait fini par en tomber amoureux. « Yes, Naila ! I fucking want to know ! » cette fois, elle était acculée, contre la barrière, et les mains de l'irlandais y reposaient, de chaque côté de son corps. « and let me decide if it changes something ! »



[/i]

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Dim 7 Juin - 19:52
Avait-elle fait le bon choix, comme Jace le lui affirmait - alors qu’il pensait de toute évidence tout le contraire ? C’était difficile de le savoir, avec certitude, et sans doute n’obtiendrait-elle jamais la réponse. Il était impossible, pour Naila, de ne pas tout remettre en question lorsque son mari se trouvait entre la vie et la mort et que son amant se tenait devant elle. Jace était toujours aussi beau, aussi confiant, et l’attirait tel un putain d’aimant dont elle ne pouvait se séparer, même si elle l’avait voulu. La seule différence était le regard qu’il posait sur elle, qui trahissait la douleur que Naila avait laissé sur son passage. Sans qu’ils ne se soient fait de promesse, la danseuse n’avait jamais douté des sentiments que l’Irlandais éprouvait pour elle et avait dés lors su que la rupture, si elle en décidait ainsi, serait douloureuse. Elle avait continué malgré tout, malgré Cameron, profitant de chaque instant que la vie avait à lui offrir à ses côtés, sans se soucier des ravages qu’elle ferait sur son passage, tant dans le coeur de O’Connor que dans le sien. Car même si l’on pouvait se laisser tromper par la bague qui brillait à son doigt, Naila n’était pas ressortie indemne de cette histoire. Elle s’en sortait mieux que lui, incontestablement, avait fait passer ses intérêts avant ceux Jace mais cela n’avait pas rendu la décision plus facile à prendre et surtout à assumer derrière. Ni ces deux dernières années, ni cette après-midi, alors que Naila se retrouvait à devoir confronter l’individu qu’elle avait poignardé et les sentiments qu’elle éprouvait, toujours, pour lui. Dans un silence de marbre, cherchant encore une sortie de secours à cette conversation, ses pas emboitèrent ceux de l’homme à tout faire du ranch, jusqu’à ce qu’il la mène à celui qu’elle pensait trouver en débarquant ici.  
Naila était-elle en droit de s’échapper et remettre à un autre jour des justifications qu’elle lui devait depuis si longtemps? Certainement pas… Mais d’un autre côté, rien ne l’en empêchait. L’ex cheerleader était encore libre de faire ce qu’elle voulait et ignorait ce qui la retenait ici, si ce n’était le sentiment d’obligation qu’elle avait envers Jace.
Tout aurait été plus simple si elle pouvait s’expliquer, à elle-même pour commencer, ce qui avait motivé son choix à l’époque. Si elle avait pu lui dire, avec certitude, que ses sentiments pour Cameron étaient tout simplement au dessus de ceux qu’elle avait pour lui. Si elle savait, intimement, qu’il n’y avait même pas de choix à faire. Si elle avait visualisé le moindre avenir pour Jace et elle, après Corsicana. La vérité était que tout cela restait avec un gros point d’interrogation et que son mariage avait surtout été motivé par l’envie de faire taire chaque personne qui s’était dressée contre elle, contre eux, dés le premier jour. Naila n’échouait jamais et avait refusé de donner raison à ses parents, à Tyler, à Georgia et à tous les autres. Après deux années à se battre pour la légitimité de leur couple, elle ne pouvait tout bonnement pas abandonner, pas après toutes les promesses qu’ils s’étaient fait. Son mariage n’était pas sans amour - que du contraire, elle aurait donné si sa vie si ça lui permettait de sauver celle de son époux - mais il n’était peut-être pas aussi sincère qu’elle ne l'aurait voulu. Parce qu’il y avait Jace, et qu’elle n’avait jamais vraiment réussi à le sortir de sa tête malgré la distance, même si celle-ci avait - sans se mentir - aidé. Naila avait d’ailleurs cru que la page était définitivement tournée ces derniers mois, trop préoccupée par la santé de son mari, la reprise de son poste dans la société et l’abandon de ses études, pour penser à l’Irlandais, mais sa présence aujourd'hui lui prouvait tout le contraire.
A reculons, Naila observa Jace s’approcher d’elle alors que chacun de ses muscles semblaient fondre comme neige au soleil à mesure qu’il avançait. C’était une torture délicieuse et si elle aurait du se mettre à courir et partir le plus loin possible d’ici, elle n’en fit rien, continuant sa marche arrière lente. Les mots ne Jace n’eurent sans doute pas l’impact escomptés sur la danseuse, trop captivée par ses gestes et son corps qui se rapprochait dangereusement du sien. Son palpitant battait à tout rompre, sa tête lui hurlait de déguerpir, et pourtant c’est avec un certain soulagement qu’elle se heurta à la barrière pour se retrouver prise au piège de ses bras. Naila déglutit et ferma les yeux un bref instant, réfléchissant à quoi répondre à tout ça, mais elle était incapable d’avoir une pensée cohérente alors qu’elle pouvait sentir son souffle lui caresser la peau. S’ils étaient dans un Disney, elle aurait ouvert les yeux pour les laisser redécouvrir ses traits, avant que ses lèvres ne viennent chatouiller les siennes. Naila se visualisait enrouler ses bras autour de son cou, ses jambes autour de sa taille, et retrouver l’homme qui avait fait chaviré son coeur sans qu’elle ne le voit venir. Elle aurait sincèrement aimé avoir la lâcheté nécessaire pour s’autoriser à céder à ses envies, mais s’il y a bien une leçon qu’elle avait tiré de tout ça, c’était que Jace méritait mieux. Mieux que passer en second plan. Mieux qu’une femme qui ne serait jamais entièrement sienne. Naila devait se montrer claire et précise, mais y avait-il un quelconque moyen de l’éloigner sans lui briser le coeur, à travers ses mots? Elle inspira profondément et s’ordonna de se ressaisir, avant d’ouvrir à nouveau les yeux pour les ancrer à ses prunelles à lui. Sa résolution semblait plus facile à tenir lorsqu’elle ne se noyait pas dans son regard. « We had something. I loved you but it’s not enough. » Elle pris soin de parler au passé, même si son coeur battait à tout rompre dans sa cage thoracique et que ses mains, nouées derrière son dos pour ne pas se risquer à faire un geste dans sa direction, étaient moites et tremblantes. « I’ve asked you to do one thing for me. ONE THING. And you didn’t. You chose drugs over me. » Libérant ses mains, Naila posa un doigt sur sa poitrine pour appuyer ses paroles, inspirant et expirant longuement pour enfuir ses émotions qui menaçaient à présent de venir noyer son regard. Elle se savait injuste et en même temps, il y avait une part de vérité dans son discours. Ce n’était pas ce qui l’avait poussée dans les bras de Cameron mais ça avait eut un poids dans l’équation, et pas des moindres. « What future did you think we could have with your lifestyle Jace? One where I come once a week to visit you in jail? Or one I worry about you, about your life, about mine, because that shit never ends well? » Elle s’était représentée, à attendre son retour ‘à la maison’ dans l’appréhension qu’un deal aie mal tourné. Jace ne dealait peut-être pas à grande échelle, ne se mêlait pas aux gangs mais tôt ou tard, ça aurait pu arriver et il était hors de question qu’elle accepte ça. « I chose to have a safe life over you. A life with someone good, someone I care so much about and that will always put me first. » Les mots lui brisèrent le coeur comme si Naila était celle qui devait les entendre pour la première fois, et celle qui en subissait les conséquences. Ce qu’elle faisait, en toute somme, mais elle n’était pas la personne à plaindre. « I love you and I’m sorry I’ve hurt you. I’m sorry I've let you think this could be enough. » Mais son père avait raison sur une chose : ils ne vivaient pas dans un conte de fée et parfois l’amour n’était pas suffisant. « We have to let it go Jay. » What's done is done. Elle l’implora. Le doigt toujours contre sa poitrine, Naila pouvait sentir sous l’épiderme le palpitant de son ex-amant et priait de le voir battre en retraite pour leur permettre, à tous les deux de respirer à nouveau.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 199
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 585
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Jeu 11 Juin - 15:14
i'm all about dollars and green, don't care about nothing but me
you got me figured out, you know what i'm all about
don't care about nothing but me, yeah
i hear what you're saying i got a bad reputation
And now you got me praying for a better situation

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – May the 15th, 2020.

Se retrouver face à Naila relevait autant du miracle que du cauchemar. Il avait régulièrement rêvé de la recroiser. Au hasard, parfois dans des scènes qu'il savait complètement improbable, ou au détour d'un bar, d'un magasin... Peu importe. Les scènes s'étaient succédées, certaines plus réalistes que d'autres, mais son palpitant s'agitaient toujours de la même façon. Et un cauchemar parce que se tenir là, sans être autorisé à la tenir dans ses bras était un véritable supplice. Ils n'étaient jamais restés à proximité l'un de l'autre dans de telles conditions. Il lui en voulait, avant envie de hurler, peut-être même de se défouler dans un sac de sable -jamais sur elle- pourtant il avait tout envie de glisser sa main contre sa joue avant de la ramener contre lui. L'enlacer et ne pas la laisser par repartir. La garder contre lui, emmerder son mari et toutes ces conneries. Emmerder tout ce qui s'est mis sur le chemin. Ce truc entre eux, il l'a pas rêvé. Il a beau en douter -principalement à cause d'un manque de logique et de sens dans ce qu'il s'est passé- il sait qu'il n'a pas halluciné.
Naila parlait au passé, et merde ce que ça sonnait faux. Ça aurait peut-être été plus simple mais il était incapable de s'en convaincre. Mais il reste là, face à elle, alors que son index se pose sur sa poitrine. Il a rictus un peu moqueur, aussi agacé qu'amusé de la voir chercher des excuses aussi ridicules. « My lifestyle ? Seriously, Naila ? Don't you think it's a bit too much ? » il pouvait aisément comprendre que ça ne lui plaisait pas, mais elle en faisait sans un doute un peu trop à lui parler de la prison -il aurait bien d'autres raisons d'y atterrir que son trafic ridicule. Il n'était pas un baron de la drogue ou même l'un de ces caïds qui trainaient dans l'ombre des grosses villes. « No, you chose the easy path. You chose money and your pride over uncertainty, and you know it. You know i'm not gonna end up in jail coz of the drugs. It's not fucking cocaine I'm dealing, and you know it. It was just the perfect excuse » Il pouvait comprendre qu'elle tenait à ce mec -son mari- mais c'était différent, ce n'était pas eux. « you know i care about you, Naila, and i've always put you first. You fucking know it deep down. What you can't possibly understand was that i needed this job because i needed money. Did you ever need money ? » il connaissait la réponse, elle savait d'où elle venait, et surtout la voie qu'elle avait choisi il y a quelques années. C'est vrai qu'il aurait pu choisir autre chose, cumuler plusieurs jobs. Il en avait juste marre de se tuer à la tache pour pas grand chose. Il avait déjà un job où il enchainait tout et n'importe quoi sans compter ses heures (pour un salaire pas spécialement extraordinaire-, dealer, c'était comme un bonus : bosser moins et gagner plus. Jace avait l'impression que son palpitant allait exploser à chaque mot qu'elle prononçait. I love you and I'm sorry. Il ne savait pas quoi retenir de ça. Oui il lui en voulait, oui, il l'aimait. Ses doigts se referment autour de son index, glisse sa main dans la sienne alors que son front vient se poser contre le sien. « so you still love me.. » un murmure, sa joue collé à la sienne, ses lèvres qui frolent les siennes, le myocarde en pleine course.
Ce n'était pa sune question, un fait, une répétition de ce qu'elle venait de lui dire. Pas si passé que ça finalement. Sa main libre glisse sur son bras puis jusqu'à sa nuque. Un mouvement si souvent répété mais qui lui avait foutrement manqué. « What if i'm not ready to let you go ? » et s'il n'en avait juste pas envie ? Était-il juste censé oublié tout ce qu'elle venait de lui dire et la croiser comme si de rien n'était ? Impossible. Il la savait toujours amoureuse, mais marié à un autre, il ne voyait pas ce qu'il y avait de compliqué. Il ne comprenait pas en quoi ce n'était pas suffisant. Un baiser déposé à la commissure de ses lèvres, parce qu'il n'était pas prêt àse permettre plus, peu importe à quel point ses lèvres l'appelaient, peu importe à quel point elle était proche. L'irlandais sentait son souffle contre son épiderme, et ça le rendait dingue. Les lippes qui se décollent, et il soupire, en se reculant soudainement. Le vide se fait déjà sentir. Ce besoin de la toucher, de l'avoir contre lui. Juste un souffle, une simple caresse. « I'm not letting you go, Naila. » dit-il, s'éloignant toujours, mais l'index pointé dans sa direction, comme une promesse qu'il lui faisait. Mais pour l'heure, il avait besoin de souffler, de prendre une bouffée d'air frais et de s'aérer. Il devait aussi continuer ses taches habituelles et s'occuper, par peur de ne plus pouvoir la lacher. Il ne l'abandonnait pas -il ne le pouvait pas, mais il avait besoin de s'éclaircir les idées.




_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't care about nothing but me (jace) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) · Ven 19 Juin - 14:53
Son front se plissa alors qu’elle posait un regard septique, accusateur, sur son ex amant. Si elle dramatisait peut-être (sans doute) un peu la situation, lui la minimalisait, comme il avait pu le faire à l’époque. A chaque fois que Naila avait cherché à aborder le sujet, Jace avait eut le don d’agir comme si son petit business n’avait aucune importance, que cela ne comportait aucun risque, ce qui la rendait dingue. Peut-être vivait-elle depuis toujours dans un monde un peu trop parfait, mais Naila ne pouvait concevoir ce choix de ‘carrière’, comme s’il était le seul possible. « No, I’m sorry Jace, I'm being over-dramatic. It’s absolutely fine to sell drugs to some kids. » Sarcastique, elle leva les épaules avec indifférence, qu’elle peinait à feindre alors que ses jambes s’apprêtaient à la lâcher. Il était trop près, beaucoup trop près, d’elle pour parvenir à lui tenir tête. Par chance (pas pour lui), le sujet était assez sensible pour que Naila parvienne à articuler quelques mots, au lieu de laisser couler - après tout, tout cela ne la concernait plus. « That’s way to easy to turn things against me. Do you want me to apologise for my dad’s career? 'Cause it didn't fall from the sky, he fought for it! » L’argent avait bien trop souvent été sujet de dispute entre eux, et encore aujourd’hui, ça la rendait complètement folle qu’il puisse comparer leur compte en banque. Certes, Naila ignorait ce que c’était de devoir se saigner pour avoir de quoi payer les factures, mais elle n’était pas de ceux qui se contentaient d’en profiter sans lever le petit doigt. Jamais elle ne se ventait (volontairement) de ses biens, et la gamine savait ce que c’était de travailler dur pour arriver à ses fins. Que Jace insinue qu’elle était incapable de comprendre l’énervait plus que de raison. C’était dingue la faculté qu’il avait à la mettre à cran, lorsque la cheerleader aurait du laisser couler et tourner la page. « You know in Navarro, most of the students there struggled for years… But they didn’t chose the easy path. They didn’t chose to deal to survive. » Certains de ses amis n’avaient pas su ce que c’était d’avoir à manger, un toit au dessus de leur tête, pendant plusieurs années. Certains n’avaient ni parents, ni famille, s’étaient retrouvé livré à eux-même et si, ils avaient fait des erreurs, ils avaient fini par retrouver le droit chemin. Jace, lui, semblait toujours embourbé dans la même situation que deux années plus tôt. « I don’t know what is like to have no money, but you're right, I’m not eager to find out. » Pourquoi mentir ? Naila aurait pu se passer de toutes les superficialités dans sa vie contre l’amour de Jace, mais pas si la seule solution aux yeux de l’irlandais était de dealer. Elle aurait pu choisir de ramer avec lui, à condition qu’ils le fassent en toute légalité. « I’m not trying to find an excuse, I’m telling you : I chose the safe path. » Une vie qu’elle pensait toute tracée, même si rien de ses plans ne semblaient aboutirent. Tout s’écroulait et l’argent était la seule chose stable qu’il lui restait, alors qu’elle l’aurait échangé sans ciller pour le reste. Pour la santé de Cameron. Pour revenir deux en arrières. Naila eut envie de lui demander qu’elle était son excuse, à lui, pour avoir choisi la solution de facilité, le deal, mais la gamine n’avait plus la force de se battre avec lui. Ils savaient l’un et l’autre que cette conversation en mènerait à rien, alors à quoi bon?
Ses genoux tremblaient alors qu’il enroulait son index de ses doigts rugueux, et Naila était à bout. Figée, elle avait l’impression d’observer la scène de l’extérieur alors que les mouvements de Jace étaient au ralenti, un peu flou. Elle ne bougea pas d’un millimètre lorsqu’il lui pris la main, ni quand sa joue effleura la sienne. La tête lui tournait, oubliant de respirer, alors qu’elle réprimait l’envie de fermer les yeux pour ne pas le voir s’approcher plus encore d’elle. De pierre lorsqu’il déposa un baiser sur le coin de ses lèvres, elle s’interdit d’avoir le moindre geste à son égard - elle avait foiré, pendant près d’une année, à l’époque mais Naila ne souhaitait pas devenir son père. Elle avait juré fidélité à son mari et comptait bien s’y tenir, même si ça la tuait de ne pas laisser son corps réagir alors que son coeur était près à imploser. Le corps de son ex ‘petit-ami’ s’éloigna finalement d’elle, rompant le contact entre eux alors que, haletante, elle s’autorisait à respirer à nouveau. Étourdie dû au manque d’oxygène prodigué à son cerveau, Naila s’accrocha à la barrière, fermant un instant les yeux pour ne plus voir les étoiles tourner. Elle inspira lentement, avant de s’autoriser à battre des paupières pour le découvrir à nouveau, derrière ses larmes, alors qu’il reprenait ses tâches. Elle aurait voulu se ruer jusqu’à la voiture, mais était parfaitement consciente que ses jambes étaient bien incapable de la mener à un rythme soutenu jusque là. Naila fit un premier pas, les dents plantées dans ses joues avant de s’humecter les lèvres. « You should… ‘Cause I won’t leave him. » Elle murmura, incertaine quand au fait qu’il pouvait l’entendre par dessus le souffle du vent, et lui adressa un dernier regard qui se voulait décidé, sur, avant de tourner les talons pour marcher lentement vers sa Rover. Elle reviendrait un autre jour, pour son cheval. Malgré une petite partie d’elle, égoïste, qui souhaitait le garder encore un peu, Naila souhaitait à tout prix le voir abandonner, tourner la page, afin de ne pas leur rendre la tâche plus difficile. Jace n’y gagnerait rien d’autre qu’un nouveau rejet, parce qu’il était hors de question qu’elle quitte Cameron dans la situation actuelle. Les mains tremblantes sur le volant, Naila  n’était pas en état de conduire mais enclencha le contact, ayant besoin de quitter le ranch et s’éloigner de l’irlandais. Elle ne pouvait pas lui laisser la possibilité d’ajouter quoi que ce soit et décida de s’arrêter sur le bas côté de la route, à une centaine de mètre de là, pour reprendre ses esprits. Naila n’avait pas le choix de se ressaisir avant de rentrer à la maison.
topic terminé.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.
Contenu sponsorisé




don't care about nothing but me (jace) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't care about nothing but me (jace) ·
 
don't care about nothing but me (jace)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Rock Creek Ranch-
Sauter vers: