hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-50%
Le deal à ne pas rater :
– 50% sur les baskets Nike Air Max Dia
60 € 120 €
Voir le deal

 

 (light up the dark in you)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: windmont bay history museum
Aller en bas 

Lottie Allman

messages : 1708
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : bpalvin ⋅ © artacide.
multinicks : penelope ⋅ shiloh ⋅ odette ⋅ daniel.
points : 3093
age (birth) : 26 y.o. (08/10)
♡ status : in a relationship with nyree.
work : recently poor, working at rock creek ranch (and not feeling so comfortable there).
home : pretending she has enough money to rent a room at the majestic but sharing a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nyree ⋅ gabriela ⋅ marnie ⋅ justyn

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· (light up the dark in you) · Mer 20 Mai - 18:46
you don't always have to question why there's pleasure and pain
'cause there's no truth for you to find
x x x
windmont bay, le 25 mai 2020 (midi)
@Marnie Darnley

C'est une grimace qui effleure ses traits quand la belle arrive enfin devant le musée local, après de nombreux arrêts pour demander son chemin aux passants. Lottie est en ville depuis quelques semaines maintenant et Windmont Bay est ridiculement petite comparée à New York, pourtant elle n'arrive pas à s'y faire ni à se repérer, pas du tout aidée par son sens de l'orientation inexistant. Sa proposition part d'une bonne intention, celle d'apprendre à connaître son environnement, mais maintenant qu'elle se trouve devant le bâtiment loin d'être imposant comme elle se l'est imaginé, elle regrette son idée et a bien peur de s'ennuyer ferme. Elle aurait mieux fait de se déplacer jusque chez Marnie, une maison qu'elle connaît par coeur, avec l'un des grands crus qu'elle a volés à ses parents avant de plier bagage ; elle jette un coup d'oeil à son écran de téléphone pour s'assurer de l'heure et soupire quand elle réalise qu'il n'est plus possible de faire marche arrière et de changer ses plans puisque la brune doit déjà être en chemin. Il ne faut que quelques minutes de plus pour que la politicienne ne se matérialise enfin et un sourire naturel vient étirer les lèvres de Lottie, toujours ravie de passer du temps avec celle qui s'est vue attribuer un rôle familial bien plus important que ses propres parents.
— Te voilà enfin ! S'exclame-t-elle, s'approchant de Marnie pour la prendre dans ses bras dans une étreinte qu'elle affectionne sûrement plus que son interlocutrice - mais elle est comme ça, Lottie, câline et affectueuse, et il va bien falloir qu'elle s'y fasse. — Il n'y a vraiment rien à faire dans cette ville quand on attend quelqu'un. Je m'ennuyais tellement que j'ai pesé le pour et le contre de me mettre à fumer. Une autre spécialité de Lottie, en faire des caisses pour pas grand chose. Elle exagère, mais c'est pour ça qu'on l'aime. Offrant un nouveau sourire à Marnie, elle se tourne vers la façade extérieure du bâtiment qui ne la séduit pas du tout puis hausse les épaules, résignée à entrer maintenant qu'elles sont là.
— Je sais pas ce qu'on fait là, ça ressemble pas du tout aux musées que j'ai l'habitude de fréquenter. Elle ne va que très rarement au musée, même à New York, mais ce n'est clairement pas ce à quoi elle s'attend d'un tel endroit ; le lieu est modeste, ne donne pas l'impression qu'on va y découvrir un trésor. — Tu fais la guide ? Ce sera sûrement plus intéressant si Marnie lui offre une visite guidée mais elle ne sait pas si elle a assez de connaissances pour ça. — Ou on peut juste se balader dans les allées et papoter. Car c'est bien pour ça qu'elle a appelé Marnie, elle a des choses à lui dire, des conseils à lui demander, et c'est vers elle qu'elle a décidé de trouver refuge depuis son installation à Windmont Bay. Haussant les épaules, Lottie se met donc à marcher lentement, les mains croisées derrière son dos comme elle l'a vu faire de nombreuses fois dans les films quand les protagonistes s'intéressent à l'art - ou, comme elle, font semblant.

_________________
"I saw you smiling, breaking the silence, Telling me just what you want, There in the moment I was reminded I haven't felt this way in a while."


Dernière édition par Lottie Allman le Mar 9 Juin - 10:45, édité 1 fois
she's a (wo)maneater

Marnie Darnley

messages : 1051
name : corpsie.
face + © : k. mcgrath x ©me.
multinicks : pete x bee x ollie x tony x ike x maisie.
points : 949
age (birth) : 32 yo. {05.04}
♡ status : widow, formerly engaged, seeing someone.
work : political writer for the wb bulletin.
activities : rolling eyes at men, digging out dirts, hiding her true self.
home : a small house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off - lucas, lottie, rory, TC.

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Jeu 28 Mai - 11:23
Du temps libre, Marnie n’en avait eu que trop durant les mois qui avaient suivi sa « rupture » avec Garett. Elle avait eu l’occasion de ressasser bon nombre de souvenirs fâcheux, de se demander si tout cela valait encore bien la peine de s’accrocher à ce petit bout de terre morose, qui ne devait son salut qu’à quelques âmes esseulées et à un océan déchaîné qui conférait un bruit de fond pas si désagréable à la vie locale. Les nuages de son avenir s’étaient dissipés grâce à l’arrivée inespérée de nouvelles voix - et voies - dans son quotidien, et les doutes de la brune s’étaient envolés à leur tour. Comme une curieuse et plaisante coïncidence, ce renouveau avait été accompagné par le retour dans son existence d’un petit bout de jeune femme perdue, à qui elle avait sans rechigner tendu la main. Ses doigts manucurés n’étaient pas offerts à n’importe qui, Lottie Allman tenait une place à part dans son carnet d’adresses – Marnie n’était pas encore disposée à assumer l’existence d’un cœur dans sa poitrine – pour qu’elle lui accordât une place sur son canapé ainsi que dans son agenda qu’elle prétendait serré. « Enfin ? » releva-t-elle tandis qu’elle acceptait l’étreinte enjouée de la jeune femme. Elle en profita pour regarder la montre sur son poignet et leva les yeux au ciel. Elle était en avance de deux minutes sur l’horaire prévu, mais comme à son ordinaire, Lottie exagérait. Un léger sourire au coin des lèvres lui conféra un air de la Joconde alors qu’elle effaçait un pli invisible sur son chemisier. « Ne fume pas, laisse la mauvaise haleine et les vêtements qui empestent aux quinquagénaires aux cheveux gras, ça ne vaut pas de ruiner ton joli teint. » Elle était mal placée pour parler, étant elle-même une fumeuse un peu plus qu’occasionnelle, mais elle avait le mérite de ne jamais traîner sur son sillage une odeur de tabac froid. Elle lui adressa un long regard qui la détailla des pieds à la tête avant de soupirer. « C’est un musée d’histoire, dans une petite ville, Lottie, ce n’est pas le MET. » Le souvenir des dédales de galeries la rendit nostalgique l’espace d’une seconde, sentiment qu’elle balaya d’un revers de la main. La veuve se mit en route vers l’entrée de l’établissement, afin de dissimuler au mieux son agacement face au programme proposé par sa jeune amie, qui la ramenait des années en arrière, dans la cour de récréation du collège, lorsqu’il était habituel de se balader bras dessus bras dessous avec sa meilleure amie pour se partager les ragots. Allman se fourvoyait lourdement si c’était ce qu’elle attendait de leur rendez-vous du jour. « Je te lirai les pancartes d’informations, pas de problème, » railla-t-elle en remuant son pass de journaliste pour la gazette locale devant l’agent d’accueil. « C’est ma stagiaire, elle n’a pas encore d’attestation, est-ce qu’elle peut rentrer quand même ? » L’entrée pour le musée coûtait trois fois rien, et permettait de faire vivre les employés ainsi que de contribuer à l’entretien quotidien ; mais Marnie avait appris très tôt que peu importait le contenu de son portefeuille, il ne fallait jamais hésiter à se faire offrir des choses. Les deux jeunes femmes récupérèrent leurs tickets gratuits et Darnley pénétra à l’intérieur. Elle laissa à Lottie quelques minutes afin de s’imprégner de l’atmosphère des lieux, avant de s’approcher à nouveau d’elle. « Comment se passe ton intégration dans ce charmant village ? »

_________________
Most women suffer thorns for the sake of the flowers, but we who wield power adorn ourselves with flowers to hide the sting of our thorns.

Lottie Allman

messages : 1708
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : bpalvin ⋅ © artacide.
multinicks : penelope ⋅ shiloh ⋅ odette ⋅ daniel.
points : 3093
age (birth) : 26 y.o. (08/10)
♡ status : in a relationship with nyree.
work : recently poor, working at rock creek ranch (and not feeling so comfortable there).
home : pretending she has enough money to rent a room at the majestic but sharing a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nyree ⋅ gabriela ⋅ marnie ⋅ justyn

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Mar 9 Juin - 10:52
Un fin sourire étire ses lèvres quand Marnie la conforte dans l'idée que commencer à fumer est une très mauvaise idée - elle sait pourtant que la politicienne s'adonne elle-même à cette sale manie, mais depuis quelques temps elle voit la brune comme une sorte de grande soeur qu'elle n'a jamais eue - ou plutôt une tante, mais elle ne veut pas la vexer - et elle semble remplir son rôle à merveille, qu'elle en ait conscience ou non. — Et tu veux bien me dire ce qu'ils racontent dans ce musée "d'histoire" ? Certainement qu'il ne s'est jamais passé grand chose à Windmont Bay. Elle lève les yeux au ciel et rechigne un peu à rentrer dans le musée, mais c'est elle qui en a eu l'idée alors elle doit assumer d'avoir voulu se donner un style, maintenant. Elle a bien peur que ce qui est présenté dans cet endroit ne l'intéresse nullement quand même le fameux MET n'a jamais occupé une grande place dans son coeur, mais au moins elle est avec Marnie et c'est le plus important. Elle la suit alors jusqu'à l'entrée, prête à payer son ticket d'accès, mais voilà que la brune montre son laisser-passer et lui permet d'accéder aux lieux gratuitement. Impressionnée pour pas grand chose - elle avait l'habitude qu'on lui cède tout à New York, mais Windmont Bay lui apprenait la vie, la vraie - Lottie hoche légèrement la tête en signe d'approbation.
— Est-ce que tu as ce genre d'avantage partout en ville ? C'est qu'elle est fauchée et qu'elle a bien besoin de quelques astuces pour obtenir certaines choses gratuitement, car Lottie ne semble pas avoir compris qu'elle doit changer son train de vie si elle veut survivre financièrement. — Non pas que j'en ai besoin avec tout l'argent que j'ai, tu sais. S'empresse-t-elle de rajouter en haussant les épaules nonchalamment, mais un peu trop rapidement pour paraître naturelle. Elle n'a dit à personne qu'on lui a coupé les vivres quand bien même Marnie n'aurait besoin que de décrocher le téléphone et appeler le couple Allman pour le savoir. Leur visite commence alors, Lottie fait mine de s'intéresser à ce qui se trouve autour d'elle mais la question de Marnie est accueillie avec une légère grimace quand la belle se met à penser à tout ce qui lui est arrivé depuis son installation en ville.
— Village, c'est bien le mot. Tu aurais pu me prévenir qu'il n'y avait rien à faire par ici. Mais peut-être qu'elle l'a fait, après tout Lottie filtre les informations qu'on lui donne et retient rarement ce qu'on lui dit si ça ne la concerne pas directement. À l'époque où elle a débarqué, il y a quelques mois, son principal souci était de pouvoir se loger sans dépenser un centime, ce que Marnie lui a permis de faire pendant quelques temps ; et la vie est bien moins chère ici qu'à New York, ce qui lui permet aussi de maintenir les apparences.
— J'ai trouvé une colocataire, une copine et un job. Comptant sur les doigts d'une main, l'information principale se trouve au milieu de sa phrase mais elle enchaîne sur un terrain bien moins glissant. — Au ranch. C'est... intéressant. Une vraie expérience de vie ! C'est sa couverture, dire qu'elle essaye toutes ses choses pour expérimenter la vie du petit peuple, quand en réalité elle n'a pas trop de choix. — Je crois que je vais pas rester très longtemps, cela dit. Il faut porter une tenue horrible et des bottes en caoutchouc... Tu te rends compte ? Quelle horreur. Il a fallu à peine deux jours pour qu'elle comprenne qu'elle n'était pas faite pour ça, et elle est à peu près sûre que Luna en est venue à la même conclusion et qu'elle ne va pas la garder longtemps : elle préfère donc contrôler la narrative et insinuer que quitter son job est son choix et non celui de sa patronne. — Alors si tu veux vraiment que je devienne ta stagiaire... Je serais au moins mieux fringuée. Mais elle esquisse un sourire taquin pour lui faire comprendre qu'elle ne fait que plaisanter ; habituée à exiger ce qu'elle veut des autres, Marnie lui a déjà beaucoup donné et elle refuse de s'imposer un peu plus à celle qui l'épaule depuis son arrivée à Windmont Bay.

_________________
"I saw you smiling, breaking the silence, Telling me just what you want, There in the moment I was reminded I haven't felt this way in a while."
she's a (wo)maneater

Marnie Darnley

messages : 1051
name : corpsie.
face + © : k. mcgrath x ©me.
multinicks : pete x bee x ollie x tony x ike x maisie.
points : 949
age (birth) : 32 yo. {05.04}
♡ status : widow, formerly engaged, seeing someone.
work : political writer for the wb bulletin.
activities : rolling eyes at men, digging out dirts, hiding her true self.
home : a small house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off - lucas, lottie, rory, TC.

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Ven 19 Juin - 15:36
Marnie n’avait pas d’affinités particulières avec la ville, encore moins avec son histoire, toutefois elle avait été amenée à s’y intéresser, car la manipulation résidait avant tout dans la sur addition des informations, pour ne jamais être pris de court face à un panel d’interlocuteurs tous plus différents les uns que les autres. Elle avait touché de près à la vie locale, gentiment menacé quelques têtes pensantes du musée et de la réserve, elle avait par là un savoir tel qu’elle aurait pu éclairer sa « jeune apprentie ». Sauf qu’elle n’en avait pas envie. Les lacunes étaient trop profondes. « Je m’appelle Marnie, pas Wikipédia. » Elle s’arrêta néanmoins pour fixer quelques secondes le visage de son amie avant de secouer la tête, désespérée. « Tu ne t’es vraiment renseignée sur rien du tout concernant cette ville ? » Elle balaya l’air d’un mouvement las de poignet pour signifier que sa question était rhétorique et ne réclamait aucune réponse. Elle était déjà passée à autre chose et laissait à Lottie le soin de regarder les photos et posters – à défaut de savoir lire les pancartes – qui les entouraient. Elle esquissa un sourire indéchiffrable lorsque la jeune femme l’interrogea sur les portes qui lui étaient ouvertes grâce à son travail – plus que grâce à sa réputation qui avait pris du plomb dans l’aile – sans pour autant lui répondre autrement qu’avec un haussement d’épaules lui aussi insondable. Les quelques pèlerins présents dans le musée ne pouvaient s’empêcher de se retourner sur elles tant les talons de la journaliste claquaient et résonnaient le long des murs de ciment. « Je préférais te laisser la surprise. De toute façon, tu avais besoin de te mettre un peu au vert, non ? » Elle doutait qu’une âme citadine fasse sciemment le choix de s’enfermer dans une ville aussi pittoresque que pitoyable, mais il était vrai que Marnie n’avait pas connaissance de toutes les raisons qui avaient fait venir Lottie par ici. Elle arqua un sourcil intrigué et hocha la tête, ne pouvant réprimer cette minuscule once de fierté qu’elle éprouvait face à l’évolution certaine de son amie depuis qu’elle avait quitté le canapé de son salon. « Toi, tu bosses dans un ranch ? » Elle fut incapable de masquer son amusement, qui se traduisit par un rire amusé que peu de personnes avait l’occasion d’entendre. C’est qu’il était aisé d’imaginer la jeune fille de bonne famille, les pieds dans le crottin et de la paille plein les cheveux, à mille lieux de sa zone de confort. « Qu’est-ce qui t’a donné envie d’accepter ce job ? Tu es au courant qu’il y a un restaurant qui cherche des serveuses, même si je me dis que tu serais plus à même de travailler sur un bateau de pêche... » Vu l’envie manifeste d’aventures dont la jeune Allman faisait montre. « J’en toucherais un mot à mon rédacteur en chef, je ne sais pas si c’est la période pour les stages. » Elle n’en ferait rien, car elle savait d’avance qu’elle n’aurait le droit à rien. Cela faisait quelques petits mois qu’elle avait été embauchée, elle faisait partie des nouvelles têtes et n’avait pas encore creusé son trou suffisamment profondément pour s’autoriser des familiarités avec sa hiérarchie. « Tu vis où maintenant, et avec qui ? » Peut-être qu’elle connaissait la personne avec qui elle créchait, peut-être pas, mais Marnie tenait à garder un œil sur sa petite protégée, et à lui éviter les mauvaises fréquentations. « Dis donc, tu n’as pas perdu de temps pour te faire une copine. » Elle hésita sur l’intonation à utiliser pour énoncer ce dernier mot. Elle n’avait pas envie de jouer la rabat-joie, toutefois elle trouvait le terme ridicule.  « Compagne » avait plus d’allure. Elle s’arrêta devant une haute sculpture en bois datant de plusieurs siècles, façonnée par les premiers habitants de ce coin des Etats-Unis, et posa son regard azur sur son amie.

_________________
Most women suffer thorns for the sake of the flowers, but we who wield power adorn ourselves with flowers to hide the sting of our thorns.


Dernière édition par Marnie Darnley le Ven 3 Juil - 11:44, édité 1 fois

Lottie Allman

messages : 1708
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : bpalvin ⋅ © artacide.
multinicks : penelope ⋅ shiloh ⋅ odette ⋅ daniel.
points : 3093
age (birth) : 26 y.o. (08/10)
♡ status : in a relationship with nyree.
work : recently poor, working at rock creek ranch (and not feeling so comfortable there).
home : pretending she has enough money to rent a room at the majestic but sharing a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nyree ⋅ gabriela ⋅ marnie ⋅ justyn

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Jeu 2 Juil - 9:10
Lottie ouvre la bouche pour lui répondre - se défendre, plus précisément - mais la referme tout aussi tôt face au geste las de Marnie qui n'appelle à aucune réponse de sa part. S'est-elle renseignée avant de débarquer avec ses dix valises à Windmont Bay ? Non. Elle n'a pas réfléchi deux secondes à ce qu'elle faisait quand elle a décidé de rejoindre celle qu'elle voit désormais comme une mentor, se contentant de savoir qu'elle connaissait plusieurs personnes en ville. Un nouveau départ sans pour autant perdre tous ses repères. La vie à Windmont Bay est bien différente de celle de New York et elle n'a pas encore décidé si c'est une bonne chose ou non, mais elle doit bien avouer que l'adaptation est difficile. Elle n'est pas encore intégrée à la société, ses habitudes de gamine pourrie gâtée sont encore bien présentes et visibles et ça ne plaît pas à tout le monde par ici, quand on sait que la plupart n'ont eu que des bottes de foin pour s'amuser, petits.
— Pourquoi est-ce que ça étonne tout le monde que je fasse ça comme boulot ? Elle en a été la première étonnée, bien consciente que son choix allait soulever quelques sourcils, mais clairement ses proches ne croient pas en elle et elle commence à mal le prendre. Elle aimerait leur prouver tort mais elle-même doit bien avouer qu'elle a du mal à s'adapter au rythme de travail, sans compter qu'elle voit bien dans le regard de Luna qu'elle n'est pas satisfaite des efforts - insuffisants - qu'elle fournit.
— On est à la campagne, non ? Tout l'intérêt d'être ici, c'est de vivre l'expérience à fond. Serveuse, je peux le faire n'importe où, même à New York. Elle hausse les épaules, quand en réalité, pour celle qui n'a jamais rien fait de ses propres mains, servir les autres aurait été une expérience tout aussi inédite que travailler dans un ranch. — Même si j'ai l'impression de servir les animaux à longueur de journée. Et elle ne sait pas ce qui est le plus humiliant, être au service d'autres êtres humains ou de bêtes au QI inférieur au sien. Dans un soupir las, elle balaye la phrase de Marnie, bien consciente que même si elle parle d'elle à son supérieur il ne lui offrirait jamais un poste. Elle n'a pas fait de hautes études, elle se sait peu débrouillarde et pas très intelligente - dans son monde à elle, les apparences sont bien plus importantes que les connaissances intellectuelles (au plus grand malheur de ses parents, dont elle ne tient clairement pas).
— Je loue une chambre au Majestic. Répond-elle précipitamment, sûrement un peu trop vite. Elle hésite, jette un coup d'oeil en direction de Marnie, et se demande s'il s'agit là de la bonne personne pour avouer son nouveau statut déchu et sa colocation inédite. Elles n'ont pas de connaissances en commun et la politicienne est dans sa vie depuis maintenant assez d'années pour qu'elle lui fasse confiance ; pourtant, elle ne peut pas accepter la réalité de son quotidien et n'arrive pas à prononcer ces mots, qui deviendront alors trop vrais une fois sortis de sa bouche.
— Oh je la connaissais d'avant, c'est l'une des raisons qui m'ont motivée à venir ici. La présence de Marnie, principalement, mais aussi l'idée de revoir Gabriela et de rencontrer Nyree. Windmont Bay, endroit perdu sur la carte du monde, abrite pourtant des personnes qui lui sont très chères. Lottie suit l'exemple de Marnie et s'arrête devant un sculpture, penchant la tête d'un côté et de l'autre pour l'observer avant de hausser les épaules, n'y voyant là aucun intérêt, bien plus intéressée par la conversation qu'elles ont.
— J'écoutais ses podcasts, à New York. Et quand j'ai su qu'elle était ici, j'y ai vu une occasion de la rencontrer. Elle m'a beaucoup aidée à... accepter qui je suis. Parce que les podcasts de Nyree sont politiques, engagés, et que les sujets abordés lui ont souvent parlé. Lottie n'a jamais eu personne "comme elle" autour d'elle, allant jusqu'à penser qu'elle n'était pas normale (avec des parents aussi fermés d'esprit, difficile de croire le contraire), mais la douce voix de Nyree a su lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule et qu'il n'y avait aucune honte à aimer une personne du même sexe.
— Vous vous ressemblez, toutes les deux. Bon, vous n'avez pas du tout les mêmes idées politiques, mais elle est forte et indépendante, elle a des convictions. Pour être honnête, elle me fait un peu peur... Et là réside tout le problème, et la raison principale pour laquelle elle en parle à Marnie - autre que celle de juste raconter les derniers potins. Lottie ne sait pas comment agir avec une fille comm Nyree, elle est rapidement impressionnée, a ce sentiment de ne pas être à la hauteur. Elle a envie d'apprendre, pourtant, de s'éduquer aux combats qu'elle mène, elle ne sait tout simplement pas comment s'y prendre et ne veut pas risquer de la perdre à cause de ses lacunes.

_________________
"I saw you smiling, breaking the silence, Telling me just what you want, There in the moment I was reminded I haven't felt this way in a while."
she's a (wo)maneater

Marnie Darnley

messages : 1051
name : corpsie.
face + © : k. mcgrath x ©me.
multinicks : pete x bee x ollie x tony x ike x maisie.
points : 949
age (birth) : 32 yo. {05.04}
♡ status : widow, formerly engaged, seeing someone.
work : political writer for the wb bulletin.
activities : rolling eyes at men, digging out dirts, hiding her true self.
home : a small house on ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off - lucas, lottie, rory, TC.

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Mer 19 Aoû - 16:40
Marnie ignorait ce qui était le plus cocasse, que Lottie ait accepté de jouer l’apprentie fille d’écurie moyennant quelques billets ou le fait qu’elle osait s’étonner quand les gens qui la connaissaient tombaient des nues en l’apprenant. Son éternel sourcil arqué, elle laissa sa jeune amie se justifiait de manière aussi inutile que comique ; au moins, elle avait le mérite de la distraire, cela n’était pas désagréable. A bien y réfléchir, un peu de travail manuel ne devait pas faire de mal à la demoiselle, qui l’avait eu un peu trop facile en ayant grandi dans une famille riche avec une main toujours présente pour faire les choses à place – en tout cas, c’était l’image que Marnie se faisait des gamins choyés nés avec des cuillères en argent dans la bouche, et ses diverses rencontres ne lui avaient jamais prouvé le contraire. « Un travail est un travail, Lottie, et tu peux être fière de l’avoir dégoté par tes propres moyens. » Elle savait que ses parents n’y étaient pour rien dans toute son aventure en Oregon, la moindre de ses avancées, elle ne la devait qu’à elle et elle seule,ce qui était également une très bonne chose pour celle qu’elle voyait toujours comme une gamine, malgré les années écoulées. « Tu devrais te renseigner sur les locations, c’est moins cher et tu éviterais aux pauvres femmes de ménage de l’hôtel l’odeur de crottin dans ta chambre... » Un vague sourire amusé éclaira ses traits bien trop sérieux, et elle haussa les épaules, son regard passant dans la salle avant de revenir se poser sur sa camarade. « Oh... Tu es donc une groupie ? » Son ton était quelque peu réprobateur, non parce qu’elle n’approuvait pas la méthode – qui était-elle pour juger ? - mais parce qu’une personnalité publique était plus à même de passer à autre chose rapidement et de laisser la pauvre Lottie Allman sur le carreau. « Et qu’est-ce que tu es, exactement ? » Marnie savait où la jeune femme voulait en venir, toutefois elle ne raffolait pas de sa façon de se dévaloriser de la sorte. Là encore, Darnley était mal placée pour faire la fine bouche puisqu’elle n’avait jamais assumé publiquement son attirance pour les femmes. Sans se considérer dans le placard, elle ne s’était pas pour autant posé la question d’un jour se promener main dans la main avec Vesper, car ce n’était tout simplement pas la personne qu’elle était. Ses relations ne regardaient qu’elle-même et l’individu qui partageait son lit. Dans une expiration de surprise, Marnie se tourna vers Lottie et posa sa main sur son avant-bras. « Tu as peur de ta petite copine ? » Elle passa sous silence sa confession vis-à-vis de son caractère qu’elle jugeait menaçant, c’était une carapace qu’elle appréciait porter, quand bien même elle n’avait pas l’impression de tourmenter son amie. Au contraire, elle était l’une des rares connaissances à qui elle dévoilait sa façade la plus sympathique. « Tu es forte aussi, Lottie. Tu travailles pour être indépendante et... » Elle poussa un soupir en pinçant les lèvres. « Tu n’as pas besoin de croire en un millier de causes pour être quelqu’un d’intéressant. Si ta chère et tendre ne voit pas cela chez toi, c’est qu’elle n’en vaut pas la peine. C’est quoi son nom ? » Elle ferait jouer son petit réseau pour obtenir quelques renseignements sur cette dernière, au cas où. Plusieurs regards sombres coulèrent dans la direction des jeunes femmes et Marnie les renvoya aux quelques autres visiteurs présents, elle s’éloigna malgré tout pour pouvoir continuer leur tour ainsi que leur conversation sans oreilles curieuses. « Alors comme ça, tu couches avec une démocrate ? » railla-t-elle quelques mètres plus loin, devant une nouvelle vitrine. De son côté, la politique n’était plus que son gagne-pain, elle ne se considérait plus comme étant d’un parti ou d’un autre ; elle se préférait neutre, afin de pouvoir tirer sur tout un chacun. Surtout, elle ne voulait plus être assimilée à certaines fortes têtes du parti du Président clownesque.

_________________
Most women suffer thorns for the sake of the flowers, but we who wield power adorn ourselves with flowers to hide the sting of our thorns.

Lottie Allman

messages : 1708
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : bpalvin ⋅ © artacide.
multinicks : penelope ⋅ shiloh ⋅ odette ⋅ daniel.
points : 3093
age (birth) : 26 y.o. (08/10)
♡ status : in a relationship with nyree.
work : recently poor, working at rock creek ranch (and not feeling so comfortable there).
home : pretending she has enough money to rent a room at the majestic but sharing a flat on crescent lane.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : nyree ⋅ gabriela ⋅ marnie ⋅ justyn

(light up the dark in you) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) · Mer 26 Aoû - 18:55
À la remarque de Marnie, Lottie se redresse légèrement et porte sa tête haute, avec fierté. Elle a raison, elle a trouvé ce job seule alors qu'elle ne savait rien faire, simplement grâce à sa détermination, et pour ça elle devrait se sentir fière. Mais rapidement, son visage sérieux retrouve sa bonhomie habituelle et elle lève les yeux au ciel, amusée par la remarque de son amie.
— Je croyais qu'ils avaient l'habitude, ici. Toute la ville pue le crottin de cheval. Toujours dans l'exagération, Lottie, mais il faut bien avouer que l'odeur n'est pas la même que celle de New York ; l'air y est plus frais, aussi, mais la new yorkaise a toujours préféré critiquer que faire des compliments, et ce n'est pas sa chute dans l'échelle sociale qui va la changer. Irritée par le mot groupie, Lottie grimace mais prend quelques secondes pour réfléchir à son histoire avec Nyree, tout du moins à leur début, pour se rassurer sur le fait qu'elle n'est pas passée pour ladite groupie auprès de sa petite amie lors de leur première rencontre.
— Une groupie, ça crie, non ? Je n'ai pas crié. Excepté au lit. Elle adresse un clin d'oeil à Marnie avant de réaliser qu'elle vient de faire un sous-entendu cochon à celle qu'elle considère comme une tante - en tout cas, la politicienne fait bien plus partie de sa famille que ses propres parents, désormais. — Tu sais très bien ce que je veux dire. Sa voix est pourtant plus effacée que lors de ses déclarations précédentes et, tête baissée, voilà que Lottie s'éloigne de Marnie pour aller observer un tableau un peu plus loin. La belle a beau vouloir passer à l'étape et la vitesse supérieures dans sa vie amoureuse, elle n'est pas encore à l'aise à l'idée de parler de sa sexualité en public, même si leur conversation est, elle, privée.
— Nyree. Nyree Gaynor. Un fin sourire se dessine sur les lèvres de la brune à l'évocation de sa petite amie, enchantée à l'idée de savoir qu'elle aura bientôt l'occasion de passer un peu de temps avec elle. — J'espère qu'elle est du même avis que toi. Sur le papier, Nyree et Lottie n'ont rien en commun, rien à s'apporter ; et pourtant, c'est une histoire qui fonctionne pour l'instant. Suivant Marnie au loin pour échapper aux regards indiscrets, bien qu'elle se fiche pas mal de faire trop de bruit dans un lieu censé rester calme, Lottie se met à rire à la remarque de Marnie, reconnaissant bien là son amie.
— Ce sont de meilleurs coups, tu devrais essayer. Plaisante-t-elle, elle-même en opposition avec les valeurs de ses parents (et donc de Marnie). — Tu vas me déshériter, toi aussi ? En référence à ses parents qui n'ont pas accepté ses choix de vie, sa tentative d'humour sert à dissimuler la tristesse qu'elle ressent vis-à-vis des liens familiaux brisés, dont le voile traverse son regard l'espace de quelques secondes. — Bon, et toi alors, tu en es où dans tout ça ? Vaine tentative de changer de sujet, quand bien même elle sait que Marnie n'a jamais été de ceux qui parlent du moindre détail de leur vie privée.

_________________
"I saw you smiling, breaking the silence, Telling me just what you want, There in the moment I was reminded I haven't felt this way in a while."
Contenu sponsorisé




(light up the dark in you) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (light up the dark in you) ·
 
(light up the dark in you)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Dark Fantasy [DVDRiP]
» Batman The Dark Knight Rises [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: windmont bay history museum-
Sauter vers: