hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 i was getting kinda used to being someone you loved


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Bay light
Aller en bas 

Justyn Henessy

messages : 1729
name : ndia
face + © : christian hogue @self
multinicks : chani, zander
points : 2758
age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] james・gabriela・luca・lottie・ (dora・tony)

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· i was getting kinda used to being someone you loved · Lun 25 Mai - 22:13
Rares sont ces moments où Justyn Henessy peut s’accorder une pause, des points de suspension dans son quotidien. Un quotidien qui ne fait pas souvent l’unanimité chez les bien pensants – ceux qui, le plus souvent, se complaisent à alimenter leur existence de préjugés, c’est même qui n’iront pas chercher plus loin que leurs premières impressions erronées par des a priori. Rares mais précieux sont ces moments. Depuis deux ans, son quotidien vogue entre Portland et Windmont Bay. Malgré lui, il garde un point d’attache avec la City of Roses. A vrai dire, il n’a jamais songé à envisager un autre quotidien, une autre vie que celle qui s’est imposé ; pour la simple raison qu’il ne sait rien faire d’autres que de danser tout en éveillant outrageusement les désirs érotiques de son public, que d’offrir à celles – et ceux – qui sont venues le voir quitter ses apparats pour laisser apparaître ses muscles saillants.  Ainsi il sait profiter de ces quelques rares instants où il peut se retrouver seul. Pour autant il n’a jamais cherché à entretenir ces instants de solitude, qui parfois, lui semblent être une évidence. C’est ainsi qu’il profite de cette fin d’après-midi pour chevaucher sa moto et s’octroyer une promenade, sur les routes longeant le littoral. Cela fait déjà plusieurs minutes, bien plus d’une heure, qu’il pilote et sillonne le paysage sans quidam. Pas une âme ne se vient à sa rencontre. Ils sont appréciables ces moments où il est au contrôle de sa moto, à toute allure, à vive allure. Et cette sensation de liberté qui vient gonfler un peu plus ses veines, rassasiée par cette impression de glisser sur l’air sans tomber. Cette impression fort appréciable, qui lui fait bien. Il enchaîne les bornes, en côtoyant le divin Éole. Il laisse son bolide se pencher dans les virages, effleurant avec son genou le bitume devenu chaleureux à cette période de l’année tout en jouant avec la force centrifuge. Cette impression de contrôler les forces le satisfait d’autant plus. Dans sa chevauchée, il croise quelques véhicules. Il reste concentré sur sa route, essayant d’anticiper au mieux cet environnement qui peut devenir rapidement bien trop anarchique. Il croit entendre une voiture roulant derrière lui, il tourne la tête et jette un œil rapidement derrière lui, afin de faire le point mort. Il garde un œil sur son rétroviseur, surveillant la voiture un peu trop nerveuse qui le suit. Il commence à s’agacer sous son masque, serre des dents. […] Il freine brusquement quand le véhicule qui le suivait décide de le doubler avant de lui faire une queue de poisson. C’est alors qu’il sent la roue avant de sa moto se bloquer et glisser sur le bitume. Par réflexe – et possiblement par instinct de survie car il connaît suffisamment bien sa machine pour savoir ce que signifie une roue avant bloquée –, il relâche le levier Il la sent partir sur le côté et se laisse emporter avec elle dans cette chute. Il se rend à l’évidence que nul ne sert de lutter contre l’impact de son corps contre l’asphalte. C’est ainsi que quelques instants après, il se retrouve contre le sol, avec sa moto lui bloquant l’une de ses jambes. Il parvient à se dégager rapidement, oubliant le choc de l’impact, et tente de se redresser sur ses jambes. Son premier réflexe est alors de se tourner droit devant lui, vers la voiture qui ne l’a clairement pas attendu, sur le bord de cette route, et de l’applaudir en frappant ces mains gantés entre elles en l’air et d’adresser deux doigts que le conducteur saura très bien ignorer. « Ouais, c’est ça, casse-toi, enflure », qu’il articule, dans son casque. « Putaain », qu’il marmonne, entre ses dents. Il souffle bruyamment, une buée venant se former alors sur sa visière. Il enlève ses gants qu’il jette un peu trop violemment contre le deux roues. Il baisse la tête pour s’assurer que rien de grave ne lui est arrivé. Il sent des brûlures au niveau des jambes, une douleur à la hanche et constate que son jean est déchiré sur le côté qui a tapé l’asphalte. Il relève sa visière et entends derrière lui un véhicule ralentir, s’arrêter ainsi que le bruit d’une portière. « Merci », qu’il souffle à cette présence salvatrice, alors qu’il se débarrasse de son casque noir. Tout en le retirant, il passe l’une de ses mains dans ses cheveux comme pour les recoiffer. Il se tourne en direction de l’ombre salvatrice et relève la tête pour croiser le regard de James Carmichael. La probabilité que celle qui vienne à sa rescousse ? Nulle. Archi-nulle.

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
I SEE RIGHT THROUGH ME

James Carmichael

messages : 1247
name : margot
face + © : Gigi Hadid - flappy bird
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 470
age (birth) : 30 yo (9/9).
♡ status : getting in a relationship might seem like a good idea but so did getting on the titanic and look what happened
work : scubba diving instructor but for how long? ~ studying marine biology in Portland again (third time's a charm)
activities : dancing, writing, visiting Theo's grave, partying, making dark jokes, reading about death.
home : 3-bedroom house on ocean avenue w/ Valentine.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Peter ▴ Justyn ▴ Etta ▴ Owen ▴ Jürgen ▴ Joona | fr/en ▴ closed

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Mar 2 Juin - 22:47
Déçue, déçue, déçue ! James était déçue. Comme une enfant capricieuse à qui on a refusé son goûter, comme un adolescent qui n’a pas la permission de minuit comme une jeune femme de vingt-huit ans qui avait voulu voir des animaux sauvages et… n’en avait pas eu pour son argent. Au fond, ce n’était pas bien grave; elle se rendait au Canada quasiment tous les deux mois, quand ce n’était pas plus souvent et avait eu l’occasion de voir des baleines, orques et autres animaux de cet acabit bien plus souvent que la plupart des gens - et elle osait après se demander pourquoi elle avait du mal à payer son loyer. Ce n’était même pas la première fois que la pêche n’était pas bonne (sans mauvais jeu de mot) mais cette fois-ci, pour une raison que James ignorait, cela la peinait particulièrement. Ce n’est donc pas particulièrement dans de bonnes dispositions que la jeune femme fit les cinq heures de route de Vancouver à Windmont Bay - sans compter le passage de la frontière - s’efforçant de mettre des musiques plutôt joyeuses pour se changer les idées. Le trajet se passa sans encombre, James s’efforçant d’ignorer son estomac qui lui réclamait pitance pour pouvoir dîner tranquillement chez elle - elle mourrait d’envie de s’enfiler un paquet d’oreos pour le dîner, et tant pis si ce n’était absolument pas sain. Mais alors qu’elle approchait de Windmont Bay, elle remarqua la conduite nerveuse du conducteur devant elle et ralentit légèrement, vérifiant dans son rétroviseur qu’elle ne gênait personne. Après s’être assurée que ce n’était pas le cas, elle continua de lever le pied, regardant attentivement le bord de la route sans comprendre ce qui incitait son conducteur à se conduire de la sorte. Ce ne fut que lorsqu’elle aperçut une moto devant eux, quelques secondes à peine avant qu’elle ne glisse sur le bitume que James pressentit la scène qui allait se dérouler devant elle. Freinant jusqu’à rouler à vingt, elle passa les vitesses jusqu’à arriver à la première et s’arrêta sur le bas côté après avoir mis ses warning - et s’être assurée qu’elle n’était plus dans le virage. Prenant son courage à demain, elle attrapa son téléphone sur le siège passager et grimaça en se rendant sur les lieux de l’accident, espérant qu’il n’y aurait pas trop de sang - et surtout pas de mort. Des flashbacks lui revinrent du décès de son frère, près de trois ans auparavant mais James coupa sa respiration pour pouvoir en faire abstraction. Ce n’était vraiment pas le moment de perdre ses moyens. Pourtant, six secondes exactement après être sortie du véhicule, elle constata que le conducteur de la moto allait très bien puisqu’il se trouvait devant elle et venait de la remercier. Lâchant un gros soupir de soulagement, James frotta ses mains contre ses cuisses, se maudissant d’avoir paniqué avant même d’avoir regardé la route. Elle regarda de haut en bas le conducteur et secoua la tête : “Vous êtes blessés, vous devriez vous ass--” Elle fronça les sourcils en le reconnaissant. “Asseoir.” Levant les yeux au ciel, James shoota dans un caillou. “C’est une blague ?” lâcha-t-elle par réflexe même si c’en était manifestement pas une. “J’sais que j’ai changé ta vie et que je suis inoubliable, Hennesy mais mettre tout ça en scène pour me récupérer c’est pas un peu… trop gros ? trop tard, surtout, non ?” James savait pertinemment qu’il n’était pas question d’elle - du moins, l’espérait-elle, sinon cela aurait été sacrément gênant. Flippant aussi. Mais que pouvait-elle dire d’autre alors qu’elle se retrouvait face à Justyn, hein ? La seule chose qu’elle pouvait faire, c’était s’adresser à lui comme elle le faisait il y a dix ans. Parce que certaines histoires ne s’oublient pas comme ça, nécessitent qu’on montre qu’on a toujours le dessus, même si ça fait dix ans que nos chemins ne se sont pas croisés surtout quand ces derniers se sont séparés comme les leurs l’ont fait. Ce n’était pas qu’une quelconque part de James ait envie qu’ils reprennent leur histoire où ils l’avaient laissé; elle avait grandi, changé maintenant et s’il ne lui faisait plus peur le moins du monde, James savait que cet instinct de survie qui l’avait poussé à le quitter était la meilleure chose qui lui soit arrivée. Elle se retourna, fit quelques pas vers sa voiture et soupira. Une part d’elle avait bien envie de le laisser là sur la chaussée, qu’il devienne le problème dont quelqu’un d’autre devrait s’occuper. “Assieds-toi, j’arrive.” soupira-t-elle, allant chercher sa trousse de soins dans la voiture même si elle doutait avoir de quoi panser ses blessures. Elle revint vers lui, mettant un peu de distance entre eux de sorte qu’il ne s’imagine pas qu’ils étaient repartis comme en quarante : “On devrait appeler une ambulance, vu ton état.

_________________


It is both a blessing and a curse, to feel everything so deeply

Justyn Henessy

messages : 1729
name : ndia
face + © : christian hogue @self
multinicks : chani, zander
points : 2758
age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] james・gabriela・luca・lottie・ (dora・tony)

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Ven 5 Juin - 9:06
Il y a un moment de flottement qui le submerge au moment où il se rend à l’évidence de l’identité de celle qui lui vient en aide. Il ne lui faut pas longtemps pour remettre un nom sur ce visage aimé autrefois. James Carmichael. Elle a grandi, sa taille et ses formes se sont développées, les traits de son visage sont devenus plus matures, malgré tout, elle reste James. Malgré les années qui les séparent entre le moment où ils ne se sont plus revus et celui-ci. Il reste, un instant, silencieux. Il ne sait pas si elle l’a reconnu. Peut-être a-t-elle tiré un trait définitif sur son existence, comme pour se protéger de lui ? Comme pour s’en immuniser ? Alors il entretient ce silence, ce doute, en posant son regard sur elle, alors que sa main descend peu à peu vers sa jambe endolorie par la chute. Le tissu déchiré fait apparaître sa peau dénudé et abîmé. Il grimace doucement, quand la voix de James retentit. Elle lui fait remarquer qu’il est blessé… Un rictus s’arrache sur ses lèvres, comme s’il avait été assez con pour ne pas le remarquer lui-même. Elle l’invite à s’asseoir. Il hoche la tête alors qu’il ne manque de regarder le spectacle que James lui offre. Aucun micro moment ne lui échappe : ses yeux en l’air, son pied qui vient heurter un caillou – qui ne lui avait rien demandé, d’ailleurs – comme pour traduire cette assurance et cette solennité qui avait imprégné le son de sa voix. Elle l’a reconnu. Il le sait car dans le cas contraire, elle n’aurait jamais changé son attitude, son comportement à son égard. Elle aurait continué de lui parler comme elle l’a fait, avec une certaine courtoisie. Il ne dit rien, cligne des yeux en écoutant ce qu’elle a à lui dire. A l’écouter parler, il aurait tout mis en scène, il aurait tout orchestré pour la récupérer. Si Justyn avait envisagé, il y a plusieurs années de cela, de la rattraper pour recoller les morceaux brisés de l’histoire, il n’en est plus rien aujourd’hui. Avec le temps, il s’est fait à cette raison : elle ne répondra plus à ses appels, elle ne lui répondra plus. Plus jamais. Malgré le goût inachevé de cette histoire, il s’est efforcé d’en déposer un point final. Ce point rouge vif. Il s’est efforcé de mettre la marque de la fin, seul. Alors quand il se trouve face à elle, l’écoutant parler, il pourrait lui donner raison. Oui, James, tu as raison : il a rouvert la page de votre livre, il y a gommé ce point final qu’il avait déposé, tout seul, plusieurs années auparavant. Mais ce n’est pas vrai. Rien de tout cela n’est vrai. Tout est faux. « Tu n’as pas changé », il souffle, en faisant un simple constat. Elle n’a pas changé dans cette façon qu’elle a de s’exprimer. Un sourire se dessine sur ses lèvres. Il a juste sous les yeux une version améliorée de James adolescente. Il la détaille, silencieusement, et observe chaque fait et geste. Il ne sait pas ce qu’elle va faire. Elle pourrait le laisser là, en plan, avec l’espoir que quelqu’un d’autre qu’elle ne vienne s’occuper de lui. « D’accord », qu’il réplique sans contester, quand elle l’intime de s’asseoir sur le bord de la route. Il s’apprête à s’installer, serrant des dents en ressentant une brûlure au niveau de sa jambe. Son regard parcourt la plaie, essayant de poser un diagnostique avec ses compétences médicales inexistantes. Il redresse la tête, sentant la présence de James revenue. Il croise son regard, avant de souligner la distance qu’elle a tenu à mettre entre eux. Il ne sait pas de quoi elle a peur ou ce qui se trame dans sa tête. « Non, ça ne doit pas être grand chose ». C’est ce qu’il se dit pour se rassurer quelque part, que ce n’est pas grand-chose. « Au pire, tu peux me déposer à la clinique ? », il lui demande, en plantant son regard azuréen dans le sien. Il ne sait pas comment elle va réagir, alors il attend. Il attend, là, assis sur le bord de cette route. « Tu n’auras qu’à m’y déposer et, ensuite, je disparais à nouveau de ta vie », il énonce comme pour la rassurer. Il pourrait lui en faire la promesse.
@james carmichael

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
I SEE RIGHT THROUGH ME

James Carmichael

messages : 1247
name : margot
face + © : Gigi Hadid - flappy bird
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 470
age (birth) : 30 yo (9/9).
♡ status : getting in a relationship might seem like a good idea but so did getting on the titanic and look what happened
work : scubba diving instructor but for how long? ~ studying marine biology in Portland again (third time's a charm)
activities : dancing, writing, visiting Theo's grave, partying, making dark jokes, reading about death.
home : 3-bedroom house on ocean avenue w/ Valentine.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Peter ▴ Justyn ▴ Etta ▴ Owen ▴ Jürgen ▴ Joona | fr/en ▴ closed

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Mar 16 Juin - 14:54
Si James réagissait comme ça, malgré les dix années écoulées, ce n’était pas tant à cause de la personne qui se trouvait en face d’elle. Dix années s’étaient écoulées depuis qu’elle avait été amoureuse de Justyn et si l’adolescente en elle aurait toujours une pincée au coeur en le voyant, James n’éprouvait plus vraiment de sentiments pour lui. Elle l’avait aimé, sincèrement, aussi sincèrement qu’on peut le faire à dix-sept quand on a peur d’aimer et qu’on trouve toutes les excuses du monde pour se séparer - et plus encore pour se rabibocher. Mais ce qui lui donnait mal au bide et la faisait shooter dans des cailloux, c’était surtout le fait de se retrouver face à l’adolescente qu’elle avait été. Dans les prunelles de Justyn, James craignait de voir celle qu’elle avait été, la fragile adolescente qu’elle était et qui se croyait pourtant capable de tout vaincre. Elle craignait aussi de voir tout ce qu’elle n’était pas aujourd’hui. James avait conscience des progrès qu’elle avait fait mais elle se rappelait aussi des promesses qu’elle s’était faite adolescente; elle n’en avait tenu quasiment aucune. A y réfléchir, elle n’avait même pas parcouru la moitié du chemin qu’elle s’était promis de parcourir et si chacun avançait à son rythme, James avait toujours ce sentiment de ne pas être là où elle devait. Enfin, presque toujours. Alors quand il lui dit qu’elle n’a pas changé, James secoue la tête et ferme encore un peu plus son visage. Elle a changé, elle a grandi, et a tant d’égards. Mais James ne pouvait vraiment lui en vouloir de voir les choses ainsi. Au fond, Justyn ne la connaissait plus. Il n’avait connue qu’une version d’elle. Replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, James secoua la tête, le regard froid. Car ce qui lui déplaisait le plus dans cette rencontre, ce n’était pas tant d’être face à elle mais d’être face à cette adolescente courageuse qui avait osé dire stop lorsqu’elle avait vu une main qui manquait de se lever sur elle. Un homme qui se battait, revenait avec des yeux au beurre noir, cela pouvait être… sexy, exaltant un temps mais un homme qui levait la main sur vous… James se rappelait ne pas avoir hésité une seconde, avoir hurlé contre lui en le repoussant de toutes ses forces avant de partir pour ne jamais revenir. Elle n’avait plus jamais répondu à un seul de ses messages; il lui faisait peur et elle ne voulait plus de lui dans sa vie. Une part d’elle ne pouvait s’empêcher de se demander pourquoi elle n’avait pas eu la même attitude lorsque Amber avait posé ses sales pattes sur elle. Oui, il y avait l’alcool et la drogue qui avaient joué, c’était indéniable. Mais pas seulement et c’était bien ça qui la gênait. Soupirant doucement, James ferma les yeux quelques secondes pour retrouver le sentiment de réconfort qu’elle avait eu en sentant les bras de Valentine autour d’elle alors qu’elle lui livrait son pire secret - car il était hors de question qu’elle perde encore un peu plus ses moyens.
Ce serait mentir que de dire qu’en se retournant pour se diriger vers sa voiture, James n’avait pas envisagé de l’abandonner là sur le bord de la route. Il aurait suffit qu’elle appelle une ambulance pour l’aider puis le laisse comme ça. Mais c’était surtout la James d’il y a quelques années qui aurait fait ça et même si une part de la jeune femme ne se sentait pas tout à fait en sécurité avec lui, elle ne souhaitait pas non plus prendre le risque qu’il lui arrive quelque chose de grave. Revenant vers lui avec une trousse à pharmacie, elle secoua doucement la tête en l’entendant. “T’as pas vu ta chute. Ta tête a cogné contre le bitume.” Du moins, c’était l’impression qu’elle avait eu. Quand James voyait l’état de son casque, rien n’était moins certain mais cela valait-il vraiment la peine de prendre un tel risque ? “T’as cru que j’étais taxi ?” répondit-elle du tac-au-tac quand ce qui la gênait le plus était surtout le fait qu’elle n’avait absolument aucune compétence médicale. Elle n’était pas certaine qu’il faille le déplacer ni que cela soit particulièrement bon pour lui… Elle secoue doucement la tête, soupirant en l’entendant. “T’étais pourtant sur la route vers Windmont Bay… Pour disparaître de ma vie, c’est pas le meilleur moyen.” Se rapprochant prudemment, James s’agenouilla à ses côtés et sortit de sa trousse des compresses qu’elle imbiba d’alcool avant de lui tendre : “Applique ça sur tes jambes.” Elle recula ensuite doucement, se redressant avant d’observer l’état de sa moto et de son casque. “T’as eu de la chance…” souffla-t-elle, soulagée avant de se tourner à nouveau vers lui, le détaillant un instant.

_________________


It is both a blessing and a curse, to feel everything so deeply

Justyn Henessy

messages : 1729
name : ndia
face + © : christian hogue @self
multinicks : chani, zander
points : 2758
age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] james・gabriela・luca・lottie・ (dora・tony)

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Sam 20 Juin - 12:16
Elle n’a pas changé. Elle a toujours cette même façon de prononcer chaque syllabe, cette même façon de venir répliquer. Certes, James n’est plus dans le corps de cette adolescente, dont les formes féminines poussent doucement. Elle est devenue une femme, assumant son physique qu’elle découvrait à l’époque. Elle n’a pas changé. C’est peut-être ses souvenirs, sa mémoire qui lui viennent lui faire dire, qui viennent le tromper. Peut-être. Cela fait une dizaine d’années que son chemin s’est brusquement arrêté avec elle. Ce n’était pas sa décision. C’est elle qui, lâchement, avait décidé du jour au lendemain de tout arrêter. C’est elle qui avait décidé de faire une croix sur lui, sur eux… parce qu’ensemble, ils formaient ce « nous » foireux mais attendrissant. Cette entité qui aurait pu prendre un tout autre tournant si elle n’avait pas choisi d’y mettre le point final douloureux, de rayer son nom de sa vie, si elle avait accepté de lui répondre, de lui donner une seule réponse et surtout si elle avait accepté de l’écouter. Il lui en avait voulu, quelques temps – quelques jours, quelques mois… – de ne pas vouloir l’écouter. Avec le temps, la rancoeur s’est estompée : se rendant à l’évidence que James Carmichael n’existerait plus dans sa vie. Il aura fallu une dizaine d’années pour que leur chemin ne se croise enfin. Il hausse légèrement les épaules quand elle mentionne sa chute. Elle a été, quelques instants auparavant, de sa chute sur le bitume chaleureux de Windmont Bay. Elle cite sa tête, qui aurait cogné contre le macadam. Aussitôt son regard s’échoue sur son casque, constatant son état. Il devra en acheter un nouveau, il le sait. « Je portais un casque », il souffle brièvement. Le choc a été amorti avec son casque. Quant au fait d’appeler une ambulance, il lui propose plutôt qu’elle le dépose à la clinique. « J’essaie de nous faire gagner du temps », qu’il réponds brusquement, quand il entend sa réponse. Ils n’auront pas à attendre l’arrivée d’une ambulance et tout cela se terminera plus rapidement. Elle ne le reverra plus et le recroisera plus. Il reste, un instant interdit, en l’écoutant. Elle parle de Windmont Bay. Il croit comprendre qu’elle vit ici, elle aussi. « Tu vas devoir apprendre à accepter de me recroiser alors », il articule, ses prunelles bleues se déposant sur la jeune femme qui s’approche alors de lui. « Mais, sois rassurée, je ne t’importunerai pas », il lui précise. Il a fini par accepter la finalité de leur histoire. Il tend le bras pour réceptionner l’une des compresses qu’elle lui tend et qu’il dépose sur la plaie superficielle. Il grimace légèrement au contact du produit à sa peau, retenant un râle sourd. Il hoche la tête, face aux nouvelles paroles de la blonde. « J’appelle un dépanneur puis tu m’emmènes à la clinique. Je te revaudrai ça », il énonce, au même moment où son regard croise celui de James, qui l’épie avec une certaine prudence. Il sait qu’elle n’a pas oublié. Si elle avait accepté de le revoir, il lui aurait tout dit. Si ses dires, à l’époque, n’auraient été que des excuses, aujourd’hui, il est capable de mettre des mots sur ses actes. « Tu n’as plus à avoir peur, James », qu’il souffle, d’une voix calme, en ne la quittant plus du regard.
@james carmichael

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
I SEE RIGHT THROUGH ME

James Carmichael

messages : 1247
name : margot
face + © : Gigi Hadid - flappy bird
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 470
age (birth) : 30 yo (9/9).
♡ status : getting in a relationship might seem like a good idea but so did getting on the titanic and look what happened
work : scubba diving instructor but for how long? ~ studying marine biology in Portland again (third time's a charm)
activities : dancing, writing, visiting Theo's grave, partying, making dark jokes, reading about death.
home : 3-bedroom house on ocean avenue w/ Valentine.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Peter ▴ Justyn ▴ Etta ▴ Owen ▴ Jürgen ▴ Joona | fr/en ▴ closed

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Lun 29 Juin - 22:42
C’est paradoxal parce que même si elle a eu envie de faire demi-tour en découvrant que c’était lui qui venait de tomber sur le bitume, James sentait une certaine curiosité poindre en elle. Elle aurait aimé être parfaitement indifférente à cette rencontre avec un fantôme de son passé mais si Jamais avait été du genre savoir gérer ses émotions au lieu de les enfouir au plus profond d’elle-même, elle n’en serait probablement pas là où elle était aujourd’hui (environ nul part, donc). “Encore heureux.” répondit-elle du tac au tac lorsqu’il précisa qu’il portait un casque. Mais les casques n’étaient pas connus pour empêcher totalement les accidents de causer des dégâts, ils se contentaient simplement de les atténuer. “Et j’essaie de te garder en vie mais si tu veux crever…” James haussa les épaules, lui faisant signe qu’il avait gagné. A dire vrai, elle espérait bien évidemment obtenir raison en lui disant cela et le convaincre d’attendre les secours mais si Justyn n’avait pas changé, il était aussi capable de trouver un autre moyen moins sauf de rentrer que la voiture de James. Et si Justyn ne faisait plus battre son coeur, James avait également qu’une part d’elle ne se le pardonnerait pas s’il lui arrivait quelque chose. Il restait un ex qui avait compté pour elle - plus que les autres, elle devait bien l’admettre - et elle ne pouvait pas le laisser sur le bas côté comme un vulgaire inconnu. Et ce d’autant plus qu’elle ne l’aurait probablement pas même fait avec un inconnu.
James eut un petit rictus en voyant l’air un peu surpris du jeune homme lorsqu’elle lui parla de Windmont Bay. Avait-il oublié que c’était de là qu’elle était originaire et là qu’elle avait, pour ainsi dire, toujours vécu ? Elle ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel à cette idée même si elle n’était pas certaine de le lui avoir déjà mentionné un jour. James passait la plupart de son temps libre à Portland adolescente et si elle avait passé un certain nombre de nuits aux côtés de Justyn, ce n’était jamais chez elle. Elle n’était même pas certaine d’avoir mentionné ce fait auprès de lui. Un rire mauvais s’échappa des lèvres de la jeune femme lorsqu’elle l’entendit parler de l’importuner et du fait qu’elle devrait apprendre à le recroiser. “Ne t’accorde pas tant d’importance, veux-tu ?” D’abord, parce que James était capable de tout faire pour qu’il quittait la ville si sa présence devenait trop gênante mais aussi et surtout parce que même si elle était perturbée de le recroiser ici, elle n’avait pas pensé à lui depuis des années. C’était simplement l’effet de surprise qui la rendait légèrement fébrile mais déjà James commençait à se retrouver… et comptait bien montrer à Justyn qui avait le dessus. Secouant la tête en voyant Justyn grimacer à ses compresses, la jeune femme croisa les bras sur sa poitrine et attendit qu’il eut fini. Elle ne put retenir un léger sourire en le voyant tourner la tête vers elle - une chose n’avait pas changé : il était toujours aussi charmant. “S’il te plaît James ? Merci James ? T’étais plus poli dans mes souvenirs quand même.” répondit-elle du tac au tac d’un ton mi sec mi amusé. Elle continua de l’observer avec prudence mais ses sourcils se froncèrent lorsqu’elle entendit Justyn chercher à la rassurer. Gardant son regard posé sur lui - parce qu’elle avait appris qu’il ne fallait jamais baisser le regard devant un prédateur, James sentit son visage se fermer. “Non, en effet.” répondit-elle, sans une once d’hésitation. “Je n’ai plus dix-sept ans.” précisa-t-elle, avant de s’asseoir à ses côtés comme pour lui montrer qu’elle ne le craignait plus. Elle était capable de se défendre, bien sûr même si un frisson parcourut son échine lorsqu’elle réalisa qu’elle n’avait pas sa bombe à poivre avec elle. Mais en réalité, elle savait que les choses avaient changé et surtout qu’elle avait changé. Si elle ne cherchait pas à remettre en question ce qu’elle avait ressenti ni même ce qu’elle avait été, James avait désormais tendance à mieux choisir son entourage. Il n’y avait aucune chance que Justyn en fasse à nouveau parti…

_________________


It is both a blessing and a curse, to feel everything so deeply

Justyn Henessy

messages : 1729
name : ndia
face + © : christian hogue @self
multinicks : chani, zander
points : 2758
age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] james・gabriela・luca・lottie・ (dora・tony)

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Dim 5 Juil - 18:15
Force est de constater que, pour l’instant, ils ne trouvent un terrain d’entente : l’un postulant l’idée qu’il faille appeler les secours et attendre leur arriver, l’autre celle qu’il faille l’emmener directement à la clinique sans passer par la case secours. Justyn essaie de lui faire remarquer qu’ils essaient de leur faire gagner du temps : cela ne dura que le temps du trajet qui les emmènera à la clinique où il sera pris en charge. Le blond est obstiné, borné, butté et ne changera pas son idée. James l’a suffisamment côtoyé par le passé pour savoir qu’il l’est et cela n’est pas une surprise pour celle qui a partagé sa vie, quand il était encore adolescent. Cette dernière ne tarde pas de répliquer : si lui essaie de leur faire gagner du temps, elle, elle essaie plutôt de le garder en vie. Il dodeline la tête devant la réaction de la belle blonde. Pourtant elle semble s’être résignée aux dires de l’américain. Il aurait pu afficher un rictus victorieux mais il n’en est rien. Ses billes azuréennes s’échouent sur les plaies qui lui rappelle qu’il s’est retrouvé sur l’asphalte quelques minutes plus tôt. Il est certain que, dans cette chute et cette mésaventure, il n’avait pas envisagé la perspective de retrouver sur son chemin James Carmichael. Celle qui, pendant longtemps, a été son seul et unique amour, celle qui a su animer et réchauffer son cœur froid et plein de colère, celle avec qui il avait appris à aimer et à être aimé. Elle n’était pas seulement une amourette d’adolescent, elle a été plus bien que cela à ses yeux. Même si leur histoire a été cette saveur d’inachevée dans ses souvenirs, il sait qu’il est trop tard maintenant. Pourtant, il se rend à l’évidence qu’il pourrait être amené à la croiser de nouveau, à la voir de nouveau, à la regarder de nouveau – comme il le fait à cet instant, son regard azuréen se posant sur son visage, en l’observant, en se souvenant de son visage juvénile qu’il avait si longtemps espéré revoir, il avait espéré se faire pardonner et avoir une deuxième et dernière chance avec elle –… à lui parler même à nouveau. Mais il lui fait cette promesse qu’il ne l’importunerait pas parce qu’il doit se rendre à l’évidence : il est trop tard. Il est trop tard pour réécrire la fin de leur relation, rompue par le silence de la belle. « Je voulais juste te prévenir, c’est tout », il articule, en haussant légèrement les épaules. Peut-être qu’elle le fuira maintenant, quand il entrera dans son champ de vision. Peut-être même qu’elle fera tout pour ne plus se retrouver en face de lui, avec lui, comme elle l’a fait par le passé.
Justyn finit par lui annoncer qu’il appelle un dépanneur et qu’elle l’emmènera ensuite à la clinique – et il tiendra sa parole quand il lui dit qu’il lui revaudra ça. La réponse de James ne se fait pas attendre. « S’il te plaît », énonce-t-il. Ses yeux bleus se posent, de nouveau, sur le visage de la belle jeune femme, croisant les siens. Il s’efforce de lui adresser un sourire, comme pour effacer sa réplique précédente un peu brute. Il y a une chose à laquelle James doit se rendre à l’évidence : elle ne doit plus avoir peur de lui. Parce que si son ancien amour ne lui a plus donné de signe de vie, après l’avoir quitté dans le salon de l’appartement de sa mère, c’est parce qu’elle a eu peur de lui, de ce qu’il a été. « Moi aussi », qu’il reprend, quand elle lui fait remarquer qu’elle n’a plus dix-sept ans. « Je n’ai plus dix-sept ans », répète-t-il, son regard cherchant une dernière fois celui de la jolie blonde. Cette réplique n’a jamais sonné aussi vraie que dans la bouche de Justyn.
@james carmichael

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
I SEE RIGHT THROUGH ME

James Carmichael

messages : 1247
name : margot
face + © : Gigi Hadid - flappy bird
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 470
age (birth) : 30 yo (9/9).
♡ status : getting in a relationship might seem like a good idea but so did getting on the titanic and look what happened
work : scubba diving instructor but for how long? ~ studying marine biology in Portland again (third time's a charm)
activities : dancing, writing, visiting Theo's grave, partying, making dark jokes, reading about death.
home : 3-bedroom house on ocean avenue w/ Valentine.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Peter ▴ Justyn ▴ Etta ▴ Owen ▴ Jürgen ▴ Joona | fr/en ▴ closed

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Dim 26 Juil - 14:37
James secoua la tête en entendant son ex lui dire qu’il cherchait juste à la prévenir de sa présence à Windmont Bay. Elle ne répondit même pas, le regard mauvais. Premièrement, parce qu’elle n’avait aucune envie qu’il se retrouve dans ses pattes. Même dix ans après, James n’avait rien oublié de la colère et de la peur qu’elle avait ressenti face aux événements qui avaient causé leur rupture. Elle n’avait jamais pu les exprimer et s’était bien gardé de les dévoiler à qui que ce soit. Même Theo n’avait pas eu ce privilège. Si son frère savait généralement tout de ce qui se tramait dans sa vie, James n’avait pas voulu l’inquiéter outre mesure ni même le voir aller régler ses comptes avec Justyn. Elle avait simplement dit s’être lassé de lui et avait gardé ses larmes pour le milieu de la nuit, où personne ne pouvait l’entendre. Deuxièmement, parce qu’elle refusait qu’il croit qu’elle lui accordait la moindre importance. Si James était quelqu’un de particulièrement rancunier, il ne fallait pas méprendre cela pour un reste d’affection envers la personne vers qui sa rancune était tournée. La moindre attaque qu’elle subissait avait l’effet d’une torpille sur son coeur et si James s’efforçait toujours de jouer les grandes filles détachées, elle gardait ce genre de choses en elle et ne parvenait jamais à se débarrasser de la colère que cela crée en elle. Ce n’était sans aucun doute pas la réaction la plus saine à avoir, d’autant plus qu’au final, c’était James que cela blessait plus qu’autre chose mais cela faisait vingt-huit ans, bientôt vingt-neuf, qu’elle fonctionnait comme ça et il y avait donc peu de chances qu’elle finisse par changer. “Quelle générosité, merci beaucoup.” conclut-elle. Qu’il la considère prévenue, oui.
James acquiesça doucement en l’entendant dire s’il te plaît et sortit son téléphone pour appeler le dépanneur quand celui lui dit qu’elle pouvait sans doute qualifier de premier amour lui dit de ne pas avoir peur. Soupirant en entendant ses propos, James s’installa à ses côtés comme pour lui prouver qu’elle n’avait plus peur. La vérité était pourtant légèrement différente mais James était trop fière pour l’admettre. Si Justyn pensa que c’était à lui qu’elle s’adressait en affirmant qu’elle n’avait plus dix-sept ans, qu’elle n’avait plus de raison d’avoir peur, c’était en réalité à elle qu’elle s’adressait. Elle cherchait à se rassurer, se rappelait qu’il n’avait plus le même pouvoir sur elle qu’à l’époque et qu’elle avait croisé bien pire sur son chemin depuis lors. Immédiatement, ses pensées se tournèrent vers Amber et le viol qui lui avait fait subir mais Justyn ouvrit la bouche et l’empêcha de se projeter sur ce fil de pensées, ce qui était assurément une bonne chose. Elle passa doucement ses mains sur son visage en l’entendant et tourna la tête vers lui pour le dévisager. “A l’époque non plus, je n’aurai pas dû avoir peur, Justyn.” répondit-elle avant de sortir son téléphone pour appeler le dépanneur sans lui laisser le temps de répondre. Elle n’avait pas envie d’entendre ses raisons, ses excuses, ni même qu’il avait changé. C’était sûrement le cas - pour quelque chose de mieux ou de pire, ça, elle ne le savait pas encore - mais cela n’avait pas d’importance. Elle le déposerait à la clinique et sortirait ensuite de sa vie. Avec un peu de chance, pour toujours. Elle resta au téléphone quelques instants, expliquant où ils se trouvaient et ce qu’il venait de se passer puis se tourna vers Justyn une fois qu’elle eut fini : “Qu’est-ce que tu viens faire à Windmont Bay ?” Il n’y avait pas d’animosité particulière dans sa question. James était juste curieuse et une part d’elle cherchait aussi à savoir si elle aurait à subir sa présence longtemps ou si elle avait une chance que son incursion dans sa vie ne soit que temporaire.

_________________


It is both a blessing and a curse, to feel everything so deeply

Justyn Henessy

messages : 1729
name : ndia
face + © : christian hogue @self
multinicks : chani, zander
points : 2758
age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [open] james・gabriela・luca・lottie・ (dora・tony)

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Sam 1 Aoû - 15:43
Justyn tient à ce que ses intentions soient claires : comme depuis ses débuts à Windmont Bay, il n’importunera personne. Depuis son installation, il n’a pas fait parler de lui et ne s’est pas fait remarquer dans le voisinage. Il sait que James n’aura aucun souci à se faire concernant sa présence dans la petite ville et le fait qu’ils partagent la même ville. Ce n’est pas parce qu’il vient de retrouver les traces de son premier amour qu’il se donnera du mal à la suivre. La poursuivre. Cela ne lui est même pas venu à l’esprit – c’est cette idée qui semble s’être éveillé dans la tête de la blonde – car il s’est rendu à l’évidence depuis plus de dix ans maintenant. James ne fait plus partie de sa vie. Il ne fait plus partie de la vie de James. Une évidence.
Justyn doit reconnaître qu’il a changé depuis ses dix-sept ans. Il a grandi, il a mûri, il a évolué d’une certaine manière. Il a repris en main la situation de sa vie chaotique, allant jusqu’à s’émanciper de sa famille paternelle où il n’était plus le bienvenu, à abandonner l’argent facile de la rue pour celui du labeur. Il n’est plus la petite frappe des quartiers, dont le nom était sur les lèvres de certains officiers de l’ordre, que James a connu. Il est devenu Justyn Henessy. Alors, il dit vrai quand il lui annonce qu’elle ne doit pas avoir peur de lui. Qu’il n’a plus dix-sept ans. Il en a vingt-neuf, à présent. Son regard bleu se pose sur la silhouette de la jeune femme qui s’assoit à ses côtés, au bord de la route. Il peut observe de plus près les traits de son visage plus mures, plus matures. Elle n’est plus cette jeune fille qu’il a aimé, elle est devenue une vraie femme maintenant. Il détaille son profil quelques instants, alors qu’elle prend la parole. Elle lui révèle qu’elle n’aurait pas dû avoir peur de lui, à l’époque… pourtant c’est bien par peur qu’elle ne lui a plus donner un signe de vie, à l’époque. Par peur qu’elle a refusé de répondre à ses appels, à ses messages. Par peur qu’elle n’a pas voulu le revoir, se retrouver en face à face avec lui. En tête à tête. Juste elle et lui. Juste lui et elle. Comme avant que leur relation ne bascule, avant qu’il n’ait eu ce geste violent et incontrôlable à son égard. « Pourt-... », il s’apprête à énoncer, alors même qu’elle lui tend son téléphone à cet instant. Il n’a pas le temps de lui répondre. Elle ne lui donne pas le temps de lui répondre. Il se saisit du portable qu’elle lui tend et compose le numéro du dépanneur. Après quelques instants d’attente, il échange brièvement avec un homme au téléphone, terminant par donne des indications concernant leur localisation géographique – il évoque Windmont Bay, le phare, une route, deux panneaux publicitaires et une borne kilométrique. Lorsqu’il raccroche, il tend l’objet à son ancienne petite-amie. « Merci », qu’il bredouille. A son tour, James se munit du téléphone pour appeler, cette fois, les urgences. Il écoute d’une oreille discrète ce qu’il se dit, lâchant une longue expiration un peu trop forte que l’on pourrait aisément assimiler à un soupir. « Ca t’intéresse ? », qu’il lui demande, spontanément, lorsque la blonde le questionne sur les raisons de sa présence dans Windmont Bay. «  C’est ici que je vis ». Il reprend, en posant son regard sur le visage de son interlocutrice. « J’avais envie d’un nouveau cadre de vie, plus calme, plus reposant ». Plus sain aussi, aurait-il pu ajouter, mais il s’en est abstenu.
@james carmichael

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
I SEE RIGHT THROUGH ME

James Carmichael

messages : 1247
name : margot
face + © : Gigi Hadid - flappy bird
multinicks : Finn ▴ Ali ▴ Daphne ▴ Gibi ▴ Maya ▴ Rory ▴ Oscar
points : 470
age (birth) : 30 yo (9/9).
♡ status : getting in a relationship might seem like a good idea but so did getting on the titanic and look what happened
work : scubba diving instructor but for how long? ~ studying marine biology in Portland again (third time's a charm)
activities : dancing, writing, visiting Theo's grave, partying, making dark jokes, reading about death.
home : 3-bedroom house on ocean avenue w/ Valentine.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Peter ▴ Justyn ▴ Etta ▴ Owen ▴ Jürgen ▴ Joona | fr/en ▴ closed

i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved · Lun 24 Aoû - 11:02
Si James prit soin de lui rappeler qu’elle n’aurait pas dû avoir peur, elle ne voulait pas savoir ce que Justyn avait à dire sur la question. Il ne s’en rendait probablement pas compte mais elle ne cherchait pas à dire qu’elle avait paniqué pour rien mais plutôt qu’il n’aurait jamais dû avoir ce comportement envers elle. Qu’avec tout ce qu’ils avaient échangé l’un sur l’autre, ils n’auraient jamais dû avoir un geste de violence envers elle. Certes, son point n’était pas venu s’écraser sur sa figure mais l’adolescente que James était, avait vécu la scène comme si cela était le cas et c’était juré de ne plus jamais se retrouver dans cette situation. Même si cela voulait dire perdre Justyn et aussi douloureux cela soit-il. Connaissant James, c’en était presque étonnant. Elle avait tout de même trouvé le moyen de rester amie avec son violeur, sous prétexte qu’elle n’avait pas été assez claire en refusant de coucher avec lui. La différence résidait sans aucun doute dans le fait qu’elle s’était confiée à son frère sur un sujet et pas sur le second mais tout de même, avec le recul des années, James était fière de l’adolescente qu’elle avait été et qui avait su se sortir d’une situation toxique. La plongeuse avait conscience qu’il était sans doute profondément injuste d’en tenir encore rigueur à l’homme qu’était devenue Justyn - elle-même était loin d’être la même personne qu’à l’époque - mais elle n’avait également aucune envie de lui donner un “free pass” sous prétexte qu’il venait d’avoir un accident mineur de moto.
Pourtant, elle ne put s’empêcher de se demander ce qu’il venait faire à Windmont Bay. Il ne semblait clairement pas se rappeler que c’était là qu’elle avait toujours vécu mais comment lui en vouloir quand elle avait passé la majorité de son temps à Portland, découchant plus que de raison pour qu’une gamine de son âge. Haussant les épaules lorsqu’il lui demanda si savoir où il habitait l’intéresser, James ne répondit pas directement. C’était de la curiosité, rien de plus. De plus, en attendant que la dépanneuse ne vienne arriver, il fallait bien qu’ils occupent le temps. Attendre en silence serait encore plus étrange et James n’avait pas envie de laisser son esprit plongé dans des souvenirs qui n’avaient plus lieu de faire naître un quelconque sentiment de nostalgie en elle. Elle arqua un sourcil en l’entendant dire que c’était ici qu’il vivait et se tourna complètement vers lui afin d’essayer de deviner s’il s’agissait d’une blague. Elle comprit à son visage que ce n’était pas le cas et soupira. Volontairement, elle ne demanda pas depuis combien de temps il y vivait. Elle ne l’avait pas croisé, il n’y avait pas de raison qu’elle le croise à nouveau. Du moins essayait-elle de s’en convaincre. “Je ne dirai pas que Windmont Bay est reposante.” concéda-t-elle, quand elle pensait à tout ce qui se passait régulièrement dans cette bourgade. Entre les événements d’enfants et les accidents de feu d’artifice qui faisaient quelques morts, James ne trouvait pas que la vie y était particulièrement reposante. Au quotidien, c’était probablement moins stressant que les grandes villes où tout semblait évoluer en accélérer mais en réalité, Windmont Bay restait un endroit comme les autres, sans part de magie si particulière. “Le dépanneur arrive dans combien de temps ?” demanda-t-elle, en se dirigeant vers sa voiture pour attraper une bouteille d’eau. Elle la lui donna, se disant qu’un peu de liquide ne devait pas faire de mal à son corps qui devait se trouver en état de choc puis attendit patiemment que le dépanneur arrive, laissant parfois le silence les entourer et prenant d’autres fois la parole.
Alors qu’elle le déposait devant la clinique de Windmont Bay, elle soupira doucement en se demandant si sa présence à Windmont Bay était un signe de quoique ce soit, mais elle fut interrompu par un coup de fil de Peter et n’y pensa plus. Il ne restait plus qu’à espérer qu’elle ne le recroise pas de si tôt.

sujet terminé

_________________


It is both a blessing and a curse, to feel everything so deeply
Contenu sponsorisé




i was getting kinda used to being someone you loved Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: i was getting kinda used to being someone you loved ·
 
i was getting kinda used to being someone you loved
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Bay light-
Sauter vers: