hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-83%
Le deal à ne pas rater :
Hub USB LAB.C – Chargeur USB universel 5 portes
4.99 € 29.99 €
Voir le deal

 

 Just because it's over doesn't mean it's really over.


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue
Aller en bas 

Jeremiah Miville-Dechêne

messages : 1082
name : sissi - nausicaa.
face + © : bill skarsgård + © livia & onlyskarsgard.
multinicks : marley, keane, winnie, alvin, teddy, joona.
points : 1756
age (birth) : 28 yo. (09/01)
♡ status : in an almost relationship.
work : waiter at the ryker's saloon.
home : a small cosy flat on bridgewater way with tori.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Just because it's over doesn't mean it's really over. · Mar 26 Mai - 11:09
Two years and just like that my head still takes me back
Thought it was done, but I guess it's never really over
Oh, we were such a mess but wasn't it the best?
Thought it was done, but I guess it's never really over


---------------------
@Mila Zvonareva - May 9th, 2020


Pourquoi avait-il été convié à cet anniversaire ? Le mystère restait entier. Loin d’être une personne incommodante, ce fut tout naturellement que Jeremiah accepta l’invitation étonnante de Samantha. Manquait-elle de personnes à inviter ? Souhaitait-elle renouer avec le passé ? Ou organisait-elle un événement marquant tel un dîner de con pour lequel il jouerait le rôle principal ? A y regarder de plus près, toutes ces propositions paraissaient possibles, néanmoins l’incertitude de la raison de sa présence ne sembla pas le préoccuper plus que cela. Adoptant une attitude détachée, comme à son habitude (le temps ne parvenait hélas pas à gommer certains défauts), il déambula à travers les pièces de la maison, bière à la main, sans but précis. A dire vrai, il ne connaissait pas grand-monde hormis la maîtresse des lieux, et sa nature peu sociable le contraignait à rester en retrait sans oser adresser la parole à quiconque. Bien entendu, une poignée de personnes tenta d’entrer en contact avec lui mais sans grand succès, le sourire poli qu’il leur adressa suivi d’un silence évocateur étaient somme toute suffisamment parlants. Fidèle à lui-même, il agissait sans se forcer et surtout sans se soucier du regard des autres et du qu’en-dira-t-on même si un grand gaillard solitaire comme lui ne passait pas inaperçu parmi tous ces convives. Sa marche le conduisit près d’un emplacement qui semblait destiné aux cadeaux d’anniversaire, de ce fait il sauta sur l’occasion pour y déposer son petit sachet et ainsi être libéré de ce fardeau. Il n’était pas fait pour ce genre de choses, c’était évident, raison pour laquelle il avait confié cette lourde tâche à Inej qui était ensuite parvenue à lui trouver un bijou ; un bracelet personnalisé au nom de son enfant plus précisément. Au moins, il donnait l’impression d’avoir longuement réfléchi à son présent car si cela ne tenait qu’à lui, il se serait présenté les mains vides ou avec une bouteille histoire de participer au buffet. Les discussions alentour perdirent tout leur intérêt lorsque celles-ci se mirent à tourner autour de l’évolution des chérubins des différents invités. Il régnait une ambiance pour le moins étrange – et pourtant il s’y connaissait en bizarrerie – comme si la soirée était un mélange de sauterie pour fêtards et jeunes parents, c’était assez déroutant. Il prit le parti de s’éloigner un peu du rassemblement et se dirigea vers la salle de bain de l’étage dans laquelle il pénétra sans réfléchir avant de tomber sur une jeune femme installée à genoux près des toilettes. « Euh, pardon… Je ne savais pas que c’était occupé, » souffla-t-il, confus, en reculant instinctivement d’un pas à l’écoute des régurgitations de la personne. « Ça va aller ? » s’enquit-il toutefois en se penchant sur le côté, un minimum concerné, pour essayer de la voir un peu plus. « Mila ? » demanda-t-il alors en arquant un sourcil d’étonnement. Depuis combien de temps ne s’étaient-ils pas vus ou même parlés ? Les souvenirs d’une période qui paraissait désormais lointaine l’envahit subitement mais il secoua aussitôt la tête car ce n’était visiblement pas le bon moment pour se laisser submerger par tout cela. « Ne bouge pas, je vais te chercher de l’eau. » La seconde suivante, il sortit de la pièce et descendit rapidement les marches de l’escalier pour rejoindre la foule dans la pièce à vivre. Il récupéra une petite bouteille d’eau ainsi que plusieurs serviettes en papier et repartit sans plus tarder. Une fois remonté, il referma la porte de la salle de bain pour un minimum de tranquillité et déposa ses trouvailles près de la jeune femme dont le teint semblait blafard. De toute évidence il s’agissait soit d’une intoxication alimentaire soit d’un état d’ébriété prononcée, du peu qu’il connaissait de la jolie blonde nul doute que la seconde proposition était la bonne. « Ça te manquait tant que ça que je te tienne les cheveux pendant que tu vomis ? » tenta-t-il de plaisanter avec un léger sourire.

_________________

Hold my hand just like you used to do

On days like this, you wonder what true love is. Does it even exist? The kiss, the prince, the story for the kids. That same big heart that right now is hurting so hard is the ladder you'll climb when you touch the stars.


Dernière édition par Jeremiah Miville-Dechêne le Sam 30 Mai - 19:27, édité 1 fois
✬ love, lust, faith and dreams.

Mila Zvonareva

messages : 2316
name : mrs.brightside (marine)
face + © : pezza ⋅ ellariël, anne-marie, old money
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 2075
age (birth) : twenty three y.o (22/09)
♡ status : single
work : personal fitness & tennis coach, ex professional tenniswoman (wta #23)
home : a flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : maya, jem, justyn (odette, lila, hiro, jay) ⋅ |close|

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. · Sam 30 Mai - 11:05
Si elle n’était pas d’humeur à faire la fête, moins encore à se retrouver face-à-face avec Jackson, Mila n’avait pas trouvé d’excuse valable à offrir à Samantha pour ne pas se rendre à son anniversaire. Elle aurait pu prétexter être malade, tout simplement, mais elle n’avait pas à coeur à mentir à celle qui était, contre tout attente, devenue son amie la plus proche. Et puis la russe n’avait pas vu son filleul depuis plusieurs semaines, le temps commençait à se faire long. Mila avait voulu éviter de se retrouver seule à seule avec le petit monstre, ce qui la ferait, sans le moindre doute, remettre en question la décision prise concernant sa grossesse. Elle savait que celle-ci était la meilleure chose à faire, tant pour elle que pour cet enfant, et maintenant que sa relation avait été réduite à néant, il était hors de question de revenir sur son choix. L’ex championne de tennis n’avait pu s’empêcher de l’envisager, plus pour retrouver Scott que parce qu’elle n’était pas certaine de son choix, mais elle avait fini par se faire une raison. Mila pouvait être égoïste, immature, mais il était hors de question qu’elle mette un enfant au monde pour conserver une relation vouée à l’échec. Le policier n’avait même pas proposé de l’accompagner à la clinique avant de s’envoler pour un autre état, quelques jours à peine après leur rupture, ce qui en disait long sur la considération qu’il pouvait avoir pour sa petite-amie. Danvers avait tous les droits d’être en colère, mais naïvement, Mila avait espéré pouvoir compter sur lui jusqu’au bout, même si leur histoire s’arrêtait à la seconde où ils sortiraient de l’hôpital. A présent, elle devait oublier tout ça l’espace d’une soirée et plaquer un large sourire sur ses lèvres, parce que ce qu’on attendait d’elle. Mila pouvait être colérique, impulsive, mais lorsqu’il s’agissait de célébrer un événement, c’est en première ligne qu’elle se trouvait, prête à divertir la galerie. Elle devait bien ça à Samantha qui lui avait fait le plus cadeau en la choisissant comme marraine de son petit prince, dont la russe était raide dingue.
L’estomac au bord des lèvres, Mila déambulait dans la cuisine, aidant son amie à placer les apéritifs sur les tables tout en évitant aussi discrètement que possible les verres d’alcool qu’on lui proposait. Si d’ici deux jours cette grossesse ne serait plus qu’un mauvais souvenir, elle n’avait pas à coeur de tuer l’embryon à petit feu en attendant le jour venu, moins encore lorsque l’odeur de l’alcool lui donnait envie de remettre ses boyaux. Ne souhaitant pas entendre d’arguments pour la faire changer d’avis, Mila avait pris soin de ne mettre qu’une poignée de personnes au courant, Sam faisant partie de ceux qui en entendraient parler après son rendez-vous. D’un coin de l’oeil, Mila observa rapidement les invités, avant de récupérer un nouveau plateau à la cuisine pour aller le déposer sur la table de la salle à manger. La verrine au saumon fût celle de trop pour son odorat, surdéveloppé ces derniers jours, mais surtout pour son estomac. Elle eut tout juste le temps de dire à Nate de rester avec son parrain, avant de grimper quatre-à-quatre les marches pour trouver la salle de bain à l’étage, maudissant qu’il n’y aie pas de toilettes plus proches. C’était en soit une bénédiction, ne souhaitant pas attirer l’attention, mais ça, ce n’est qu’une fois la tête par dessus la cuvette qu’elle y pensa. Qui avait eut le malheur de dire que les nausées étaient matinales?! Par dessus ses régurgitations - le son la dégoutait peut-être encore plus que l’acte en lui-même -, Mila reconnu la voix qui s’adressait à elle, fermant les paupières comme si elle pouvait se sortir de ce mauvais rêve. Le monde avait-il décidé de se foutre de sa gueule, jusqu’au bout ? La présence de Jem dans la salle de bain (à cet anniversaire tout-court, lorsqu’elle y réfléchissait une seconde) lui donnait autant de pleurer que de rire mais elle n’en fit rien. Seul son estomac se souleva à nouveau, la forçant à ignorer complètement la présence de celui qui avait, un jour, compter énormément pour elle.
Jem s’absenta, laissant quelques petites minutes de répit à Mila qui en profita pour tirer la chasse d’eau, avant de s’asseoir juste à côté des toilettes, essuyant les larmes qui roulaient sur ses joues du bout de ses doigts tremblants. La russe n’était ni triste, ni émue, les larmes étaient automatiques dés qu’elle était malade et c’est les yeux brillants qu’elle releva la tête vers Jem, lorsqu’il fit son apparition dans la salle de bain. D’une certaine façon, elle aurait aimé qu’il s’abstienne. Pourtant, elle ne put que rire dans un souffle à sa remarque avant de tendre la main vers la bouteille d’eau que son ami (?) avait dans les mains. « Je me suis dit que ta présence était l’occasion de retrouver les vieilles habitudes. » Mieux valait en rire qu’en pleurer, quand bien même la jeune femme n’était pas très fière des nombreuses soirées où il était venu à son secours, parce qu’elle s’était une nouvelle fois mis la tête à l’envers. « Reste loin du saumon, je crois que Samantha tente de se débarrasser de nous. » Plutôt accuser son amie que de laisser penser qu'elle était ivre à une fête familiale. Mila lui adressa un faible sourire avant d’ouvrir la bouteille d’eau, marquant une pause, dans l’incertitude que son estomac soit apte à supporter quoi que ce soit. « Merci Jem. » Le simple fait de prononcer son surnom était étrange, mais malgré son anglais presque parfait à présent, Mila n’était pas certaine d’être capable de prononcer correctement son prénom… Sans doute parce qu’elle ne l’avait jamais appelé Jeremiah. « Tu peux y aller, ça va aller. » Elle lui assura avant de boire une demi gorgée d’eau « A moins que tu aies besoin de la salle de bain? » Ce qui expliquerait sa présence ici, quand elle y pensait... Mais elle n'était pas prête à risquer de perdre sa place.

_________________

--- but that was then
now, when you think of late nights with me there in your bed. true ride or die, that's what you had. i loved you, i loved you, i loved you.

Jeremiah Miville-Dechêne

messages : 1082
name : sissi - nausicaa.
face + © : bill skarsgård + © livia & onlyskarsgard.
multinicks : marley, keane, winnie, alvin, teddy, joona.
points : 1756
age (birth) : 28 yo. (09/01)
♡ status : in an almost relationship.
work : waiter at the ryker's saloon.
home : a small cosy flat on bridgewater way with tori.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. · Dim 21 Juin - 20:29
Se retrouver ici, sous ce toit, relevait déjà de l’étrange. Se tenir (enfermé) dans la même pièce que Mila Zvonareva l’était davantage. La situation s’avérait à la fois cocasse et effrayante pour le grand échalas qui ignorait de quelle façon réagir face à la jeune femme. Devait-il se comporter de manière naturelle, comme si le temps et la distance ne les avaient jamais éloignés l’un de l’autre ? Ou, à l’inverse, s’attendait-elle à recevoir de sa part une étreinte à la hauteur de leur amitié passée ? Plus il réfléchissait à la question, plus il se sentait mal à l’aise. Il n’était physiquement pas préparé à faire face à un tel dilemme, lui qui se laissait habituellement vivre sans jamais se soucier du lendemain, préférant remettre à plus tard ce qui pouvait être décidé aujourd’hui. Les grandes décisions, très peu pour lui, il n’aimait pas le changement et le faisait généralement savoir de part son manque de réactivité, d’enthousiasme ou même de réponse, tout simplement. Son train-train quotidien lui convenait amplement, il n’avait nullement besoin de connaître mille et une aventures extraordinaires pour apprécier les divers plaisirs qu’offrait la vie. Non, Jeremiah n’était définitivement pas l’homme de la situation ; il ne prenait jamais parti, il ne statuait sur aucun litige, il détestait lorsque son avis était sollicité. Il vivait dans une réalité bien souvent différente de celles des autres mais cela ne semblait pas lui poser problème, bien au contraire, cela lui permettait de se vider l’esprit au point d’éliminer toute trace de contrariété autour de lui. Cette méthode n’était pas idéale mais elle lui convenait toutefois et c’était le principal. En règle générale, il faisait en sorte de se tenir éloigné des responsabilités et refusait catégoriquement de partager celles des gens, proches comme inconnus. Quand les choses devenaient un peu trop intimes ou sérieuses, cela ne lui réussissait jamais, il le savait pertinemment. Sa relation avec la pétillante Mila en était la preuve concrète. Depuis leur toute première rencontre, des années auparavant, une petite étincelle persistait à voir le jour chaque fois qu’ils se trouvaient au même endroit, il ne se l’expliquait pas (elle non plus probablement) mais il avait néanmoins appris à accepter ce détail. S’en accommoder ne lui avait pas demandé énormément d’efforts, la compagnie de la jeune russe lui avait toujours paru très agréable, même avec plusieurs grammes d’alcool dans le sang. Elle faisait ressortir ce côté chevaleresque qu’il rejetait et niait depuis toujours et pourtant présent à son contact. Ce soir il ne dérogeait pas à la règle, il volait une fois de plus à son secours même si pour le coup, son aide n’avait aucunement été demandée au préalable. C’était donc tout naturellement qu’il désirait prendre soin d’elle car la découvrir dans un piteux état ne l’amusait guère.
Il s’était lancé dans une plaisanterie sans réfléchir, les blagues ne faisaient pas partie de son mode opératoire, son sens de l’humour n’était assurément pas son point fort, il avait tenté (certes maladroitement) de la faire rire et à son plus grand étonnement, cela avait fonctionné. « Le saumon… Okay, c’est noté. Je n’en raffole pas de toute manière, » dit-il dans un petit haussement d’épaules. Il n’était pas suffisamment proche de Samantha pour connaître ses facultés culinaires, ou bien n’était-il pas assez attentif pour faire attention à ce genre de détails, dans tous les cas il émettait une certaine réserve sur la cause des vomissements de son amie, s’il était toujours possible de la nommer ainsi. Le caractère festif de la jeune sportive n’était un secret pour personne mais était-il toujours d’actualité ? Il ne pouvait hélas pas le juger à cette seconde. « Oh tu me congédies déjà ? » demanda-t-il en appuyant son postérieur contre le meuble du lavabo. « Enfin, je veux dire… Si tu préfères rester seule, je peux partir, oui. C’est comme tu veux. » Il pouvait parfaitement comprendre que de telles retrouvailles atypiques déplaisaient. Sa capacité émotionnelle proche de celle du poulpe (et encore, il ne savait rien au sujet de cet animal) l’empêchait de se mettre à sa place, toutefois il réalisait que sa longue absence pouvait être déroutante dans ce contexte. Elle devait lui en vouloir, encore aujourd’hui, et lui tenait rigueur de leur éloignement. « Je sais qu’il serait plus judicieux pour moi de partir mais j’ai effectivement besoin d’utiliser l’objet dans lequel tu viens de vomir ta verrine. » Il esquissa un sourire mal assuré et gêné avant de pincer les lèvres. « Ça ne me dérange absolument pas que tu restes ici pendant que je fais mon affaire, à dire vrai on a partagé bien plus que des toilettes dans le passé, mais je ne suis pas certain que l’idée fasse l’unanimité ou te convienne. » Il n’était pas d’une nature très loquace, même s’il avait lui-même pu constater une nette évolution ces derniers mois, mais lorsqu’il prenait la parole, il s’emmêlait bien souvent les pinceaux et plongeait malgré lui son interlocuteur dans un embarras légitime.

_________________

Hold my hand just like you used to do

On days like this, you wonder what true love is. Does it even exist? The kiss, the prince, the story for the kids. That same big heart that right now is hurting so hard is the ladder you'll climb when you touch the stars.
✬ love, lust, faith and dreams.

Mila Zvonareva

messages : 2316
name : mrs.brightside (marine)
face + © : pezza ⋅ ellariël, anne-marie, old money
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 2075
age (birth) : twenty three y.o (22/09)
♡ status : single
work : personal fitness & tennis coach, ex professional tenniswoman (wta #23)
home : a flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : maya, jem, justyn (odette, lila, hiro, jay) ⋅ |close|

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. · Dim 21 Juin - 23:31
Partager la salle-de-bain avec Jeremiah n’était pas exactement l’anniversaire que Mila avait visualisé lorsqu’elle avait accepté l’invitation de Samantha. Si elle n’était pas d’humeur à la fête ces derniers jours (difficile d’oublier Danvers, la tête dans les cartons et le cœur sur la lune alors qu’elle était, elle, toujours cramponnée sur Terre), Mila avait espéré que ses nausées lui accordent une soirée de répit. Elle les supportait déjà à longueur de journée, alors qu’elles étaient qualifiées de ‘matinales’ par le commun des mortels, ce n’était donc pas trop demandé… Et pourtant! Certains plats étaient rayés de son régime alimentaire depuis plusieurs semaines, pas certaine de pouvoir les réintégrer une fois que sa situation serait 'réglée', tant elle en était dégoutée.
Lèvres pincées, Mila se contenta d’opiner du chef lorsque Jem accepta son conseil portant sur le saumon, pourtant loin d’être fondé. Sans sa condition, elle était à peu près certaine que la verrine était un délice. Sam y avait en tout cas consacré beaucoup de temps et Mila ne se permettrait pas d’émettre la moindre critique sur les talents culinaires de son amie - vu ses deux mains gauches à elle, derrière les fourneaux, ça aurait été déplacé. « Je ne suis pas d’excellente compagnie. » Se justifia-t-elle, une moue désolée venant déformer son visage pâlot. Elle n’était ni d’excellente compagnie, ni très glamour. Mais Mila l’avait-elle un jour été, aux yeux du géant ? Assise sur le sol, les yeux levés vers le ciel, vers lui, elle avait l’impression d’être complètement insignifiante. Minuscule. « Je n’ai pas bu. » Cru-t-elle bon de préciser, vu leurs expériences passées. Combien de fois lui avait-il tenu les cheveux alors que son corps rejetait l’association explosive de l’alcool et de ses petites pilules, desquelles elle s’était rarement passé, à l’époque ? Le canadien l’avait vu dans des états bien pires que celui du jour, dont elle n’était pour une fois pas responsable, mais qui faisait malheureusement (sans grande fierté) écho au passé. A choisir, ce n’était pas la tête au dessus de la cuvette qu’elle aurait souhaité entendre le son de sa voix à nouveau. Mila l’avait pleuré, puis maudit - prenant soin d’oublier tous les bons moments partagés pour se raccrocher à celui où il l’avait laissée - mais au bout du compte, Jem lui avait énormément manqué. Essayer de le détester était inutile, ce n’était pourtant pas l’envie qui lui avait manqué lorsqu’il avait disparu de son radar.
« Oh. » Fût tout ce qu’elle parvint à dire lorsqu’il lui confirma avoir besoin des lieux, ses yeux glissant de Jem à la cuvette, qu’elle n’était pas assurée de pouvoir quitter si vite. Son estomac survivrait-il à plusieurs minutes derrière la porte, à attendre de pouvoir prendre possession des lieux à nouveau ? Ce qu’elle craignait, surtout, était de croiser Sam - pire, Jackson - et d’éveiller leurs soupçons. Peut-être n’en avait-elle pas besoin, alors que son ami lui offrit la solution de facilité. Sourcil arqué pour juger de son sérieux, Mila pensa classe et ses lèvres s’étirèrent dans un maigre sourire en coin alors qu’elle levait les épaules, indifférente. Venant de toute autre personne, la proposition - si c’en était vraiment une - aurait été déroutante, mais venant de Jem, la russe n’était qu’à moitié surprise. « Rien que je n’ai jamais vu. » Et si c’était censé être une blague, la phrase lui décrocha une légère grimace au rappel de la seule et unique nuit partagée - dans l’intimité, du moins. La blonde aurait dû s’assurer que l’offre était honnête et non une tentative d’humour, mais elle n’en fit rien car celle-ci lui convenait. Les yeux clos, Mila laissa sa tête retomber en arrière, calant celle-ci contre le bord de la baignoire, offrant ainsi un minimum d’intimité au canadien. « La baignoire est à moi. » Réservation faite - tout en priant de ne pas y avoir recours - Mila inspira profondément et regretta de ne pas avoir son sac et son petit flacon de menthe poivrée sous la main. On le lui avait conseillé contre les nausées et en général, ça arrêtait - pour quelques tours au moins - les montagnes russes qui s’étaient installées dans son estomac. « Comment va Sam ? » Sans rouvrir les paupières, Mila chercha un sujet qui pouvait la détourner de son mal-être, de cette grossesse qui s’évertuait à se rappeler à elle, comme si elle pouvait l'oublier. Si elle n’avait pas eut de contact avec Jem ces deux dernières années, il n’était pas le seul ami perdu durant l’été 2018, à son grand regret. Mila avait trouvé injuste que Samson lui en veuille alors qu’elle s’était retrouvée le cul entre deux chaises, avec une information qui n’était pas de son ressort de partager, mais ainsi allait la vie. En acceptant d’être la marraine du fruit de l’infidélité de Samantha, la russe avait fait le deuil sur l’amitié qu’elle entretenait avec son ex-mari, ce qui ne l’empêchait de s’interroger sincèrement sur son bien-être. « On reprend. Comment tu vas, toi? » Elle rouvrit les yeux en réalisant qu’elle s’était intéressé au déserteur #1 avant de poser la question à celui qui l’accompagnait et se rattrapa en balayant ses paroles précédentes d'un geste de la main. « Tu as verrouillé la porte? » Elle s’enquit, ne parvenant pas à se souvenir du geste de sa main lorsque Jem l'avait rejoint. Mila préférait ne pas voir un troisième invité se joindre à la conversation, bien que l’évier était toujours disponible et que Jackson se tenant par dessus ce dernier aurait été la cerise sur le gâteau. Celui du fiasco de sa vie ou plutôt de son talent inné pour ruiner chacune de ses relations, amicales et plus si affinités. L’image lui décrocha un sourire, alors qu’un haut le cœur ne vienne tout ruiner, la forçant à se retourner brusquement pour remettre dans la baignoire. Qu’est ce qu’elle n’aurait pas donné pour revenir sur la décision de faire acte de présence et se téléporter dans sa propre salle-de-bain…

_________________

--- but that was then
now, when you think of late nights with me there in your bed. true ride or die, that's what you had. i loved you, i loved you, i loved you.

Jeremiah Miville-Dechêne

messages : 1082
name : sissi - nausicaa.
face + © : bill skarsgård + © livia & onlyskarsgard.
multinicks : marley, keane, winnie, alvin, teddy, joona.
points : 1756
age (birth) : 28 yo. (09/01)
♡ status : in an almost relationship.
work : waiter at the ryker's saloon.
home : a small cosy flat on bridgewater way with tori.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. · Ven 17 Juil - 10:59
« Je ne suis pas sûr que ce soit une raison très pertinente ça, » répondit-il lorsqu’elle l’informa ne pas être de bonne compagnie. Cela avait-il un jour constitué un quelconque obstacle entre eux ?  Il n’en savait fichtrement rien mais en doutait toutefois fortement. « Si la compagnie de Mila Zvonareva est désagréable, qu’est-ce que je suis supposé penser de la mienne alors ? » s’étonna-t-il, sourcils froncés. « Et puis on s’en branle, non ? » ajouta-t-il dans un haussement d’épaules nonchalant. « En tout cas, moi je n’en ai rien à foutre. J’emmerde les gens de cette soirée et même les autres d’ailleurs, » lâcha-t-il de manière peut-être un peu trop crue, si bien qu’il esquissa un large sourire amusé. Il se fichait pas mal de paraître vulgaire, son but était avant tout de remonter le moral à la jeune russe qui n’était visiblement pas dans son assiette, pour une raison qui lui échappait, cela ne pouvait être simplement dû à la qualité du saumon cuisiné par la maîtresse des lieux. Même s’il n’était pas toujours vif d’esprit, il avait au moins pour lui de connaître un minimum la personne qui lui faisait face, et après une rapide analyse, il s’était mis en tête que quelque chose la tracassait. Elle n’était pas obligée de lui en parler, jamais il ne lui forcerait la main, mais son instinct protecteur le contraignait à rester dans cette même pièce qu’elle occupait déjà avant son arrivée, au risque de sembler ridicule, notamment avec cette histoire de toilettes. Certes n’était-il pas un homme très investi dans la vie de tous les jours, il donnait même l’impression inverse, celle d’être quelqu’un de détaché, distant voire même absent. Pour autant, et Mila pouvait en attester, il demeurait un ami fidèle et sincère lorsqu’il se trouvait physiquement au même endroit qu’un proche. Une fois le contact rompu, c’était une toute autre histoire, son détachement et cette oisiveté (qui lui collait à la peau) le poussaient au désintérêt au point de le faire – parfois – passer pour un homme odieux, malgré lui. Pour le moment, il se tenait dans cette salle de bain avec elle et son esprit était entièrement focalisé sur la jolie blonde ; parce qu’il ne supportait probablement pas de la savoir aussi mal mais aussi car il était bien incapable de se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Alcool ou non dans le sang, Mila restait Mila, il n’était pas ici pour émettre un jugement sur sa manière de régir sa vie ou de s’amuser, il ne l’avait jamais fait auparavant et ne souhaitait pas commencer à lui faire des leçons de morale. Il n’était pas dans ses habitudes de remonter les bretelles des autres, lorsqu’il se permettait de hausser le ton cela voulait obligatoirement dire que le problème en question l’affectait lui aussi d’une façon ou d’une autre, autrement il conservait ce calme olympien qui le caractérisait tant. Son entourage pouvait bien répéter inlassablement les mêmes erreurs, tant qu’elles ne le touchaient pas personnellement il ne réagissait pas plus que ça et répondait, cependant, toujours présent lorsque son aide était demandée. Certains diraient qu’il n’avait sans doute pas été un bon ami pour la jeune sportive, et ils n’auraient probablement pas tort d’avancer de tels reproches, une personne saine d’esprit aurait jugé bon d’intervenir et l’aurait empêché de se détruire gratuitement plus d’une fois. Jeremiah ne voyait pas les choses sous cet angle, chaque individu était en droit de mener la vie qu’il désirait, à sa manière, quant à lui, il se contentait de ramasser les pots cassés et de veiller (à bonne distance) que les choses n’aillent pas trop loin. C’était sa définition de l’amitié, prendre soin de quelqu’un sans toutefois se montrer intrusif/omniprésent ou éprouver de préjugés. « Sam va bien, il semble se faire à la vie canadienne. » Qui ne le pourrait pas, après tout ? C’était à la portée de tous, son peuple était assurément plus accueillant que les personnes de ce grand pays qu’étaient les Etats-Unis. « Moi ? » répéta-t-il, presque surpris qu’elle s’intéresse à lui. « Ça va, j’imagine… » dit-il, confus, comme s’il s’agissait d’une question piège. « Enfin mieux que toi visiblement, » reprit-il dans une grimace. Sur les conseils de Mila, il se dirigea vers la porte de la salle de bain et la verrouilla pour leur offrir une certaine intimité, dont la durée était encore incertaine, avant de revenir vers les toilettes tandis que la jeune femme vomissait à nouveau non loin de lui. La situation était vraiment inédite songea-t-il alors qu’il relevait la lunette des WC. « Tu es sûre que ça va ? Je peux aller chercher Samantha si tu veux… » Il n’était pas certain d’être la bonne personne pour gérer cette histoire et compte tenu de leurs antécédents, sa présence devait fortement déranger la russe même si elle ne le formulait pas clairement. Bien qu’ayant la désagréable sensation d’être épié, il ne put se retenir davantage et se tourna légèrement de côté pour faire son affaire le plus rapidement possible. Il n’était pas pudique pour un sou, néanmoins les conditions particulières de leurs retrouvailles faisaient naître une pointe de gêne chez lui, une grande première. « J’entre dans la pièce, tu vomis. Je te montre un bout de mes fesses, tu vomis. Heureusement que je ne me vexe pas si facilement ! » dit-il pour détendre l’atmosphère, plus pour lui-même qu’autre chose, à ce stade avancé de l’échange. Il tira la chasse d’eau, remonta correctement son pantalon puis alla se laver les mains. « Plus sérieusement, je peux lui dire de venir, tu sais, ça ne m’embête pas. » Et puis, il avait enfin pu vider sa vessie, raison première de sa présence dans la salle de bain.

_________________

Hold my hand just like you used to do

On days like this, you wonder what true love is. Does it even exist? The kiss, the prince, the story for the kids. That same big heart that right now is hurting so hard is the ladder you'll climb when you touch the stars.
✬ love, lust, faith and dreams.

Mila Zvonareva

messages : 2316
name : mrs.brightside (marine)
face + © : pezza ⋅ ellariël, anne-marie, old money
multinicks : tommy ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 2075
age (birth) : twenty three y.o (22/09)
♡ status : single
work : personal fitness & tennis coach, ex professional tenniswoman (wta #23)
home : a flat on harbor row.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : maya, jem, justyn (odette, lila, hiro, jay) ⋅ |close|

Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. · Ven 24 Juil - 14:03
Les paroles se Jem s’enchainèrent si rapidement que la russe n’eut pas le temps d’en placer une - une première, sans doute. Seul l’expression de son visage changea aux mots qu’il prononçait, affichant d’abord une moue reconnaissante lorsqu’il la rassurait sur sa compagnie. Mila n’en croyait pas un mot, mais cela restait agréable à entendre. A la fin de sa débâcle, elle arqua un sourcil, assez surprise par la virulence de ses propos, alors qu’elle se retenait de pouffer. « Wow, t’es vraiment ravi d’avoir reçu une invitation. » Commenta-t-elle face à son absence flagrante d’envie d’être présent, parvenant à lui adresser un sourire amusé malgré son mal-être. Pourquoi était-il là, d’ailleurs, s’il n’en avait réellement rien à foutre des personnes présentes ? La question resta calée dans un coin de sa tête, sans franchir la barrière de ses lèvres. Ça lui importait peu mais surtout, ça l’arrangeait bien. Aussi pitoyable soit-elle actuellement, Mila ne rechignerait jamais à la présence du canadien à ses côtés. « C’est ton jour de chance, j’avais prévu le coup. » Elle leva son poignet pour désigner l’élastique qui y trônait, puis releva ses cheveux dans une queue de cheval désordonnée, ce qu’elle n’avait pas eut le temps de faire lorsque la nausée lui avait pris à l’étage du bas. Mila ne cherchait pas à le chasser une nouvelle fois, mais sa présence était suffisante sans qu’il n’aie besoin de prendre soin d’elle, comme il avait pu le faire par le passé. Malheureusement pour elle, cela devenait une triste habitude de se débrouiller, seule, dans cette situation.
Demander comment allait Sam, enfermés dans la salle de bain de son ex femme, rendait la situation encore plus étrange mais elle ne s’en formalisa pas. Jem n’était pas la personne qui viendrait lui faire remarquer, parce qu’il s’en foutait pas mal de l’avis des autres, ce qu’elle avait toujours apprécié et admiré chez lui. Elle qui avait (trop) longtemps, (trop) souvent, cherché l’approbation d’un public enviait un peu cette aptitude du géant à ne pas se soucier de ce qu’on pouvait bien penser. Quand bien même, ils étaient en tête-à-tête. Il répondit à sa question et Mila se contenta d’un signe de tête à peine perceptible, ne souhaitant pas s’attarder sur le sujet, bien qu’heureuse de savoir que son ami avait, peut-être, trouvé un nouvel équilibre, loin de Windmont Bay. Levant les épaules d’un air indifférent lorsqu’il compara leur situation, Mila se concentra sur la première partie de sa phrase. « C’est-à-dire ? Ça va bien, uniquement dans ton imagination ? » Elle lui adressa un bref sourire pour donner un peu de légèreté à sa question, ne s’attendant pas à ce que Jem se confie à elle après tous ces mois de silence entre eux. Après tout ces non-dits. Son estomac pas ne lui offrit pas une seconde de plus de répit, la forçant à tourner le dos à son (ancien?) ami pour remettre dans la baignoire le verre d’eau qu’il lui avait offert quelques secondes plus tôt. Elle se contenta de lever la main pour faire un signe négatif à Jem qui offrait d’appeler Samantha, alors que son corps se soulevait une nouvelle fois, douloureusement. Mila n’avait plus rien à remettre et pourtant, sa nausée ne semblait pas prête à s’arrêter, ce qui était encore pire.
Ouvrant les robinets pour rincer la baignoire, Mila se passa de l’eau sur le visage et rit à travers ses larmes à la blague de Jem, s’accordant un petit moment pour se reprendre avant de couper l’eau et lui faire face à nouveau. « Je n’ai rien vu, il est peut-être là le problème. » Plaisanta-t-elle, avant de se dégoter une serviette propre, pour venir s’essuyer le visage. Elle avait assez souvent gardé Nate pour connaître les lieux comme si elle était chez elle. « Non, ne lui dis rien s’il-te-plait. Elle fera le calcul directement. » Et si elle avait été présente, lorsque son amie avait appris sa grossesse, Mila ne souhaitait pas la voir lui retourner la faveur. Moins de personne au courant, moindre était les chances qu’on cherche à la convaincre de revenir sur sa décision - où qu’on lui en parle, à l’avenir. La russe voulait clore ce chapitre et ne plus jamais avoir à le mentionner. « Vu que tu ‘emmerdes les gens de cette soirée’, est-ce que… » Elle mima les guillemets, puis marqua une pause, incertaine que son idée en soit une bonne. Le départ de Jem lui avait causé énormément de peine et Mila craignait de voir la plaie se rouvrir si elle lui donnait toutes les raisons de le faire. « … on peut se barrer d’ici ? » Ses prunelles remontaient pour s’ancrer aux siennes, espérant ne pas essuyer un refus de sa part. Ce n’était pas très poli, Samantha le lui reprocherait sans le moindre doute, mais c’était le moindre de ses soucis pour l’instant. « On peut prendre ma voiture, si tu as peur que je tapisse la tienne. » Ajouta-t-elle pour le convaincre, non sans une grimace de dégout.
Au milieu des invités, Samantha se tenait et riait aux éclats, Nate dans les bras. Jackson se trouvait à sa droite ce qui suffit à décourager Mila d’essayer d’attirer son attention quelques secondes pour lui signaler son départ. En récupérant son sac dans la cuisine, elle tomba nez-à-nez avec Peter auprès de qui elle s’excusa, avant de rejoindre Jem qui n’avait, pour sa part, même pas cherché à prévenir les hôtes et attendait déjà dehors. Mila avait signalé à Peter qu’il la raccompagnait, afin que le canadien obtienne une invitation au prochain événement, quand bien même la blonde mettait sa main à couper qu’il n’en voulait pas. C’était purement égoïste de le vouloir à ses côtés. « En fait, est-ce qu’on peut juste marcher ? Je viendrai récupérer la voiture à un autre moment. » Ce n’était pas comme si la bourgade était bien grande et l'air frais ne pouvait que lui faire du bien. Sans attendre de réponse de sa part, Mila se mit en route, bras croisés contre sa poitrine. « Au passage, ta compagnie n’est pas désagréable. » Ses yeux glissèrent sur sa silhouette avant de lui adresser un sourire sincère. Si elle pouvait comprendre que Jem soit un peu spécial, parfois complètement déstabilisant dans son attitude ou ses mots, elle, sa compagnie lui avait terriblement manqué.

_________________

--- but that was then
now, when you think of late nights with me there in your bed. true ride or die, that's what you had. i loved you, i loved you, i loved you.
Contenu sponsorisé




Just because it's over doesn't mean it's really over. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Just because it's over doesn't mean it's really over. ·
 
Just because it's over doesn't mean it's really over.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: