hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites et/ou faire un petit
tour dans notre pub bazzart.
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -46%
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
Voir le deal
14.44 €

 

 never again (mean)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane
Aller en bas 

Madd Wilson

messages : 1841
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @self (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2489
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· never again (mean) · Mer 3 Juin - 17:51
I'm forced to fake
A smile, a laugh everyday of my life
My heart can't possibly break
When it wasn't even whole to start with

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@dean montgomery - 3rd of June 2020


Incapable de respirer, l'impression de suffoquer. Madd sait que l'enchainement des images n'a aucun sens, ni même cette odeur de fumée qu'elle a l'impression de sentir au bord de ses narines, mais elle est incapable de se réveiller. Alors elle gigote, les coups partent, les larmes sur ses joues ne sont ni timides ni discrètes. Elle halète, crie, a l'impression de sentir une main sur son ventre, sur son épaule, et se débat encore encore plus fort. Elle ne sait pas si c'est l'angoisse qui lui donne chaud ou cette foutue impression de sentir les flammes autour. Elle regarde tout autour tout en sachant qu'elle rêve -encore- aucune issue, que des visages qui lui donnent la nausée et l'impression d'être prise au piège. Désagréable impression que de se sentir prisonnière dans son propre corps, ne pas se sentir en contrôle. Elle étouffe, les bruits raisonnent dans la chambre. Des sanglots, un halètement, et elle se débat encore d'enfin se réveiller dans un cri, à bout de souffle. Le réveil est brutal et désagréable, sa respiration irrégulière. Elle est moite, encore en pleurs, alors elle passe ses mains sur son visage. C'est de pire en pire. Plus les jours passent, plus les cauchemars gagnent en intensité. Les scènes passent et repassent, dans le désordre, parfois déformées. Elle tente de reprendre une respiration plus posée, mais elle est en est incapable, alors elle se redresse, ramène le drap sur son corps alors qu'elle sent Dean bouger à côté. Elle peut sentir son regard sur elle, et comment pourrait-il en être autrement ? Ses nuits non plus ne sont pas agréable, à subir chacun des cauchemars de la rouquine. A encaisser des « it's nothing, dont worry » sans être capable d'être convaincante. Elle l'empêche de dormir, à tel point qu'elle en est venue à lui proposer de moins rester pour qu'il puisse se reposer, tout en espérant qu'il refuse parce qu'elle ressent le besoin de s'endormir dans ses bras.
Plusieurs fois, en se réveillant dans la nuit, elle se rapproche quand il repasse ses bras autour de son corps. Elle espère que ça suffira à l'apaiser, mais ça finit toujours par revenir. Et c'est lui qui en ferait les frais alors qu'il n'a rien demandé. Lui qui doit la réconforter régulièrement, lui qui doit la calmer et qui voit ses nuits réduites de moitié. Alors elle tourne la tête vers lui, les yeux brillants malgré l'obscurité « i'm sorry, dean » s'excuse-t-elle. Leur soirée avait été bien plus douce que cette nuit. Elle donnerait tout pour y revenir plutôt que ce moment là. « next time i'll sleep in the living room » soupire-t-elle, essuyant les larmes sur ses joues. Elle tremble encore, a du mal à se calmer alors elle tente le tout pour le tout, en se calant contre Dean. Sans doute pas l'étreinte la plus agréable qui soit tant elle est moite et collante mais elle a l'impression que le battement du palpitant du brun peut lui jouer une douce mélodie, bien plus agréable que ce qu'il se joue dan sa tête. Elle soupire, essaie de contrôler les tremblements mais finit par se redresser, exaspérée, et surtout fatiguée. C'est pire depuis l'accident. Non pas que ça ait réveillé d'autres traumatismes -même si elle a eu quelques nuits à revivre l'accident- mais c'est plutôt ce que ça enchainé derrière. Fini la cocaïne, et l'alcool a été ralenti. Seulement quelques bières, ici et là. Rien à voir avec la consommation de whisky ou de vodka qu'elle avait avant. Tout pour s'anesthésier, elle et ses souvenirs. Faire taire l'inconscient, mieux le noyer pour préserver un peu de sa santé mentale. Douce ironie, maintenant qu'elle avait arrêté ce qui aurait pu la tuer, elle a l'impression de devenir complètement dingue. La coke lui manque pas tant que ça, l'alcool peut-être un peu plus... C'est juste ses foutus cauchemars qui lui donnent envie d'aller acheter une nouvelle bouteille, de reprendre les vieilles habitudes. Elle sent la main de dean dans son dos, son menton sur son épaule, et elle éclate en sanglots, à bout. « you didn't ask for any of this, i'm sorry » elle s'excuse encore, retournée et désormais dans ses bras à se laisser aller. « i thought... » sa voix brise, les pleurs et les tremblements reprennent « i thought i'd be ok » y'a aucun sens là-dedans. Elle irait bien que le jour où elle finirait par lacher le morceau. L'alcool a commencé trop tôt, pour oublier et tout éloigner. Ça a jamais été une solution, au pire un semblant de mirage d'amélioration.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
once you're grown up, you can't go back.

Dean Montgomery

messages : 2138
name : mrs.brightside (marine)
face + © : g.sulkin © all souls.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 1705
age (birth) : twenty-four ⋅ 26|09
♡ status : single.
work : he's on his fifth year of school of engineering and applied science.
activities : partying, sleeping, studying, being a prick and repeat.
home : a house on ocean avenue w/his mom.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : madd, isla (finn) ⋅ |close|

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Mer 17 Juin - 15:47
Malgré l’emménagement récent de sa cousine, qui avait au moins tout autant besoin de sa présence que Madd, Dean passait quatre à cinq nuits chez son amie depuis plusieurs semaines déjà, n’osant la laisser trop souvent seule. Il n’y avait pas une seule nuit passée chez la rousse qui n’était pas ponctuée d’un nouveau cauchemar et, si l’étudiant se sentait complètement impuissant face à ces derniers, il souhaitait au moins être présent pour elle lorsqu’ils venaient lui arracher des cris et des larmes. A plusieurs reprises, Montgomery avait tenté d’obtenir des informations sur ce qui tourmentait autant Madd, mais jamais il n’avait obtenu de réponses, autre que celles qui l’incitaient à ne pas s’inquiéter. Il en avait dans un premier déduit qu’il s’agissait de l’accident de voiture dont elle avait été victime plus tôt dans l’année, avant de comprendre que ça ne pouvait pas être ‘que’ ça, aussi violent avait-il pu être. Et si quelque chose d’autre, de plus grave, lui était arrivé ? Dean osait espérer que Madd le lui en aurait parlé, raison pour laquelle il n’insistait pas plus pour la faire parler, mais de plus en plus, l’idée s’immisçait dans son esprit, sans qu’il parvienne à imaginer d’autres scénarios. Il avait pourtant essayé, avait prêté attention à ses cauchemars, sans obtenir la moindre indication. Ne souhaitant pas la forcer à parler si Madd n’était pas prête à le faire, Dean se contentait d’être présent le plus souvent possible, et de la serrer contre lui lorsque la nuit de Madd était perturbée.
Le souffle haletant de son amie le réveilla avant ses cris, alors qu’il se rapprochait doucement d’elle, passa un bras autour de son corps, en prenant soin de ne pas la réveiller brusquement. Malgré l’envie de la secouer pour qu’elle se réveille et réalise qu’elle était en sécurité, Dean avait toujours peur de faire pire que mieux - ce n’était pas comme quelqu’un de somnambule, pourtant, mais il ne pouvait s’empêcher de craindre qu’elle se retrouve dans un état pire encore s’il chassait violemment ses démons. Madd fini par se réveiller seule et, encore un peu dans le brouillard, Dean resserra son étreinte autour d’elle pour l’avoir contre sa poitrine. « I’m not staying here for you to sleep on the couch. » Il murmura, glissant ses doigts dans les siens avant de déposer un baiser sur son épaule. Sans savoir quoi faire de plus, Dean soupira légèrement alors que le corps tremblant de Madd se retrouvait entre ses bras. C’était de pire en pire et il n’avait aucune idée de quoi faire de plus pour l’aider. Etait-il temps de la forcer à parler? Une chose était certaine, Dean était le dernier de ses soucis et il ne souhaitait pas qu’elle s’excuse de l’avoir réveillé. L’étudiant avait la capacité à se rendormir en quelques secondes à peine, dés qu’il la sentait apaisée - ce qui n’était pas prêt d’arriver dans l’heure qui suivait. Caressant du bout des doigts son dos pour la calmer, il ferma les yeux alors qu'elle éclatait en sanglots, dans ses bras impuissants. Ce soir, comme tous les précédents, Dean était complètement inutile. « You didn’t either. » Il souffla, à court de mots pour la consoler, la serrant plusieurs longues minutes en silence alors que Madd pleurait à chaudes larmes dans ses bras. Une part de lui avait besoin de savoir, parce qu’il avait laissé ça durer bien trop longtemps déjà, mais l’autre ne souhaitait pas être intrusif et la questionner sur un sujet qu’elle n’avait, de toute évidence, pas envie d’aborder. Avec le temps, Dean lui avait prouvé qu’elle pouvait absolument tout lui dire, et si elle ne l’avait pas fait, il devait forcément y avoir une raison, qui lui échappait. Il était impossible de savoir quels démons elle combattait, chaque nuit. Il fini par s’écarter légèrement pour passer une main sur sa joue et essuyer les larmes qui continuait d’y ruisseler, tout en se mordant la lèvre inférieure. « What’s wrong, Madd? » Dean demanda, passant un doigt sous son menton pour l’inciter à le regarder, quand bien même il décelait à peine ses traits dans la pénombre. « You know you can tell my anything, hm? » Il l’encouragea dans un murmure, déposant un nouveau baiser sur son front où il laissa ses lèvres reposer quelques instants avant d’y coller son propre front, le souffle encore agité de Madd venant lui caresser la peau. « It’s been going on for too long, I don’t know how to help you. » Et il en avait marre. Pas pour lui - il se moquait éperdument des nuits agitées qui découlaient de ses cauchemars - mais pour elle, qui semblait de plus en plus affectée par ceux-ci, même en plein jour. Madd n’avait plus sa vivacité légendaire, son regard était de plus en plus sombre, éteint, et il était hors de question que Dean la regarde sombrer sans avoir bougé le petit doigt.

_________________

i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos.


Madd Wilson

messages : 1841
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @self (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2489
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Sam 20 Juin - 21:19
I'm forced to fake
A smile, a laugh everyday of my life
My heart can't possibly break
When it wasn't even whole to start with

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@dean montgomery - 3rd of June 2020


« I know... » murmure-t-elle en passant ses mains sur ses yeux. Et elle aussi, préférait dormir avec Dean plutôt que sur le canapé. C'était d'être dans ses bras, qui la faisait se sentir bien, avoir sa chaleur, son contact. Elle aurait pu énumérer des centaines de raisons sur pourquoi du comment elle aimait dormir avec lui, mais avec ses cauchemars, elle avait peur que ça ne devienne insupportable pour lui. Elle laisse ses doigts glisser dans les siens, les resserrent contre les siens, en se demandant ce qu'elle a bien pu faire pour mériter quelqu'un comme Dean dans sa vie. Toujours là pour elle, à l'épauler. Il aurait pu prendre la tangente depuis longtemps, mais il est encore et toujours à ses côtés. Plus encore au fil des années. Alors elle se retourne, se retrouve dans ses bras, prises de tremblements à cause de ce foutu cauchemar. Il y a les larmes qui coulent encore, l'angoisse qui l'étreint encore. Mais pour rien au monde elle n'aurait aimé se retrouver ailleurs, encore moins seule -bien que ça aurait été meilleur pour le sommeil du brun. Ses larmes l'empêchent de respirer régulièrement, elle en est presque à haleter sans ça lui est difficile. A peine les yeux qui se ferment, elle a l'impression de revoir les scènes, de ressentir ses mains dégueulasses et cet haleine de porc.
Non, en effet, elle n'avait rien demandé à personne. Encore moins à celui qu'elle n'avait jamais apprécié, dès le premier jour. Elle l'avait pourtant dit à sa mère, qu'elle ne le sentait pas, qu'il y avait 'un truc de louche' chez ce type. Elle avait pris ça pour des paroles en l'air, les mots d'une gamine à qui son père manquait horriblement et qui faisait preuve de mauvaise foi envers son nouveau mari. Si seulement. Elle resserre un peu plus son étreinte, se blottit contre Dean qui devait sans doute rien comprendre à tout ça. Ni à ses larmes, ni à sa détresse quasi quotidienne. Alors qu'elle avait le bout de son nez dans le cou de Dean, il s'écarte légèrement, essuie ses joues humides alors qu'elle pose un regard triste, et surtout désemparé sur lui. A sa question, son palpitant se serre un peu plus, l'impression qu'elle va repartir dans une crise de larmes. L'impression d'étouffer aussi, comme si sa chambre était soudainement trop petite. Le doigt qui se pose sous son menton, il l'incite à le regarder, ne pas détourner le regard, comme si c'était elle qui avait honte de tout ça. « I know, Dean. I trust you and.. » la voix qui se brise. You mean the world to me, qu'elle meur td'envie de dire, parce que c'est le cas. C'est pas qu'elle veut pas lui dire, mais elle a l'impression d'en être physiquement incapable, et retenue par la peur que le regard qu'il a sur elle change du jour au lendemain. Son front contre le sien, elle ferme un instant les yeux, laisse une nouvelle larme couler avant de les rouvrir, venant frôler ses lippes des siennes. Envie de tendresse désespérée, comme pour chasser toutes les mauvaises pensées, les souvenirs empoisonnés. « You help me ! » soupire-t-elle. Tellement. Elle ne savait pas comment elle ferait sans lui. Même s'il ne s'en rendait pas compte, elle avait besoin de lui. « Promise me to not look at me differently » elle plonge son regard embué dans le sien, encore tremblante. Les mots étaient prononcés sans grande assurance -et comme si personne ne devait les entendre- mais elle était sérieuse. « do you remember my stepfather ? » dean était l'une des rares personnes à avoir connu son père et son beau-père. Mais même l'appeler ainsi, ça lui donnait des haut-le-cœur, comme si ça lui donnait le droit d'appartenir à sa famille. Elle baisse le regard, les larmes coulent sans même qu'elle ne s'en rende compte, renifle en se perdant dans des souvenirs embrouillés. « he raped me » un sanglot, elle s'écarte, ramenant ses genoux contre elle. Une voix brisée, une môme écorchée vive. « Few months after we... » elle soupire, se dit qu'elle a eu de la chance de coucher avec dean, parce qu'à quelques mois près, ça aurait été cet enflure. « had sex » elle déglutit, peine à continuer. Elle manque d'air, serre ses genoux un peu plus fort. L'envie de boire un verre, de se noyer dans ses vieux démons. « It wasn't just once. It was » les sanglots reprennent, le désespoir dans le regard, la douleur au fond des prunelles. L'innocence d'une môme arrachée. « for years, dean. For years » elle pleure encore plus, se refuse à le regarder. Elle veut pas voir l'horreur dans son regard ou quoique ce soit d'autre. Pas envie d'être prise pour une petite chose fragile qu'il ne voudrait plus enlacer ou tacher. Ce qu'elle a avec Dean, ça fait partie des choses qu'elle chérit le plus au monde, qu'il le sache ou pas. « I guess at some point I just... snapped » admet-elle. Parce que même lorsqu'il ne s'introduisait pas dans ses chambres, elle avait la sensation de ses mains, constamment sur elle, de ce regard à gerber d'un putain d'enfoiré à enfermer. Fallait que le cauchemar cesse. Elle pensait faire bruler les souvenirs avec. Peut-être même elle avec. « I had to do something » murmure-t-elle sans être sûre qu'il entende quoique ce soit. Elle s'était presque calmée, mais elle semblait ailleurs, alors que les larmes perlaient en silence. « every night it's just like if i could... feel him. His hands. Or sometimes it's just his voice... i wanted to forget » ne plus rien sentir, s'anesthésier avec l'alcool, s'abandonner avec la coke.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
once you're grown up, you can't go back.

Dean Montgomery

messages : 2138
name : mrs.brightside (marine)
face + © : g.sulkin © all souls.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 1705
age (birth) : twenty-four ⋅ 26|09
♡ status : single.
work : he's on his fifth year of school of engineering and applied science.
activities : partying, sleeping, studying, being a prick and repeat.
home : a house on ocean avenue w/his mom.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : madd, isla (finn) ⋅ |close|

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Ven 26 Juin - 19:33
Parfois, les cauchemars s’en prenaient à elle plus tard que la nuit précédente. Dean se réveillait, observait le cadran du réveil et pensait que, peut-être, Madd se verrait épargnée cette fois. Que doucement mais surement, son esprit s’apaisait. Malheureusement, l’étudiant se trompait à chaque fois et trouvait tôt ou tard le corps de son amie secoué de sanglots, alors qu’elle venait se blottir contre lui sans forcément lui parler. Elle restait là, dans ses bras, jusqu’à ce que ses larmes cessent de couler et que son pouls retrouve un rythme normal. Trop souvent, Dean se rendormait avant elle, s’en voulant au matin de ne pas avoir été capable de tenir éveillé quelques minutes de plus, au cas où Madd se décidait à se confier à lui.
Malgré le silence de la rousse, Dean la croyait lorsque Madd lui assurait qu’elle avait confiance en lui. Il y avait juste des événements, des sentiments, qu’on préférait garder sous silence, afin de préserver les autres des horreurs qui pouvaient venir nous tourmenter. Montgomery était bien placé pour savoir, ne s’étant jamais totalement dévoilé à la jeune femme malgré la confiance absolue qu’il plaçait en elle. Il se contenta donc de serrer la mâchoire, s’abstenant d’insister pour obtenir une autre réponse que ‘ ce n’est rien ‘ ou ’ je te fais confiance mais… ‘. Il espérait que Madd se libère un jour du poids qui l’écrasait, mais Dean voulait aussi que la démarche vienne d’elle et non pas d’une quelconque obligation qu’il lui imposait. Les yeux clos, il inspirait doucement et les rouvrit lorsqu’elle lui fit promettre de ne pas changer la façon dont il pouvait la regarder. Sans avoir la moindre idée de ce qui allait lui tomber sur la tête, son palpitant s’excitait déjà, tambourinait dans sa poitrine, à l’affut. Dean était paniqué de ce qu’elle allait bien pouvoir lui confier, même s’il n’en montra rien et hoca la tête pour lui faire cette promesse, qu’il n’était pas certain de pouvoir tenir. Leur lien, ce qu’elle représentait pour lui ne changerait pas, quoi que Madd lui dise. Mais est-ce qu’il pourrait réellement oublié ce qu’elle allait lui dire, au point que son regard ne change pas lorsqu’il posait les yeux sur elle ? Il dégluti péniblement lorsqu’elle le questionna sur son beau-père, sans quitter ses yeux qu’il distinguait de mieux en mieux, à mesure que les siens s’habituait à l’obscurité de la chambre. He raped me. Dean n’eut pas le temps d’assimiler l’annonce, d’en comprendre son sens, que déjà Madd lui échappait pour rabattre ses jambes contre sa poitrine. Incrédule, le cœur serré, il se redressa à son tour en tentant de conserver son calme. Dean ne souhaitait pas l’interrompre et ne pouvait rien pour elle à l’heure actuelle, ses envies soudaines de meurtre ayant été assouvies des années auparavant, alors qu’il ignorait tout de cette histoire.
Si sa situation n’avait rien de comparable, l’étudiant comprenait (d’une certaine façon, du moins) la douleur qu’avait laissé l’individu derrière lui, la rage qui devait encore habité chaque cellule du corps de Madd, le dégout, ses mains-fantômes qui venaient encore la toucher, la hanter, des années plus tard. Il fallait qu’elle sache qu’il était toujours là, qu’il n’allait nul part mais horrifié, Dean ne s’osa à bouger malgré l’envie de la prendre dans ses bras. Elle s’en était enfuie et le gamin se disait que si Madd ne s’y trouvait pas, c’est qu’elle avait besoin de rompre momentanément tout contact entre eux. Le brun chercha à se concentrer sur son récit plus que sur son besoin de la conforter, ayant néanmoins beaucoup de mal à assimiler toutes les informations que Madd lui fournissait. Il était à présent aussi éveillé que s’il venait de se faire deux lignes de coke, mais c’était comme si son cerveau refusait d’accepter ce qui lui parvenait.
Inspirant et expirant à plusieurs reprises pour tenter de conserver son calme, Dean essayait d’être le rock dont elle avait besoin et non une boule de nerfs ayant envie de tout ravager sur son passage. Son poing se serra si fort qu’il pouvait sentir ses ongles lui écorcher la peau, sans que ça n’aie la moindre importance. « I don’t care about what you’ve done. » Il murmura avec un sentiment d’urgence dans la voix, voulant la rassurer sur le fait que ça ne changeait rien pour eux. Quoi qu’elle aie fait. Dean ne parvenait pas à faire le calcul seul, trop abasourdi, mais ça n’avait aucune importance. « I’d kill him myself if he was still alive. » Il jura, et ça fit clic dans sa tête à la seconde où il prononça ces mots. La pièce tombait, ses yeux s’écarquillaient et l’étudiant parvenait à la conclusion que Madd voulait sans doute le voir tirer, sans avoir à confier à voix haute son acte désespéré. Dean avait vaguement entendu parlé de l’incendie sans jamais revenir sur le sujet lorsqu’il n’était pas abordé, « l’accident » ayant couté la vie à deux personnes, dont sa mère. Était-ce ce qui venait la hanter, la nuit, ou s’agissait-il encore de cette ordure? A nouveau, Dean dégluti péniblement et se redressa contre la tête de lit, l’attirant contre lui sans attendre son feu vert pour le faire. Le brun avait touché chaque parcelle de sa peau au cours des dernières années et lui avait promis, quelques minutes plus tôt, de ne pas changer le regard qu’il posait sur elle. « I’m here, whatever you need. » Fallait-il l’écouter pendant des heures, se confier de ces horreurs, puisqu’il était évident qu’elle ne pouvait se tourner vers un spécialiste en vue des faits ? Lui faire l’amour jusqu’à ce qu’elle oublie que quelqu’un d’autre l’avait un jour touchée ? Juste être là ? Dean n’avait aucune idée de ce qu’elle voulait de lui mais s’il y a bien une chose dont il était certain, c’était qu’elle pouvait tout avoir, tant que ça lui permettait d’aller mieux et tourner la page. Si tant est qu’il soit humainement possible de le faire.

_________________

i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos.


Madd Wilson

messages : 1841
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @self (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2489
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Sam 4 Juil - 14:38
I'm forced to fake
A smile, a laugh everyday of my life
My heart can't possibly break
When it wasn't even whole to start with

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@dean montgomery - 3rd of June 2020


Madd avait toujours su que l'alcool et la coke n'étaient qu'une 'solution' temporaire. Que tôt ou tard, elle devrait en parler. Ça n'allait pas régler le problème, ni sa douleur, ni ses cauchemars -pas dans l'immédiat- mais une petite voix lui disait que peut-être ça pourrait l'aider à avancer. Plusieurs fois, elle avait voulu en parler à Dean. Plusieurs fois, elle s'était retrouvée à presque le faire, tout en étant stoppée, au dernier moment. Combien de fois, avait-elle fini par ressortir dans la nuit noire lorsqu'il ne dormait pas à ses côtés ? Combien de fois, avait-elle fini par rouvrir cette foutue bouteille de whisky jusqu'à avoir l'esprit embrumé ? Trop souvent. Si bien qu'à chaque fois, la quantité devait augmenter. Parler de tout ça était plus dur que tout le reste. C'était s’épancher sur sa plus vieille, plus grosse blessure. C'était rendre ses souvenirs plus réels, et titiller cette plaie béante. C'était commencer à  pleurer sans être capable de s'arrêter. C'était le cœur qui se serre et les tripes qui se tordent. L'envie de hurler jusqu'à avoir la voix cassée. C'était crier jusqu'à en gerber. Dans sa tête, elle l'entendait souvent, ce cri qu'elle retenait. A glacer le sang, à faire pleurer. Une innocence brisée, une môme ravagée.
C'était pas que l'acte en lui même, c'était la répétition. Le sourire sadique et vicieux qu'il avait eu chaque fois, ou même les fois où elle ne le faisait que le croiser dans la cuisine. C'était les journées passées à éviter de rentrer chez elle, ou le plus tard possible. C'était se confier à sa mère pour se faire dire qu'elle n'était qu'une seule ingrate, et menteuse de surcroit. C'était le dégoût dans le regard de sa génitrice. C'était même pas l'idée de ce que l'homme qui partageait aurait pu faire à sa fille -et avait fait- c'était les horreurs que sa fille était capable de débiter pour attirer l'attention. Et si ses rapports avec sa mère n'avaient jamais été au beau fixe, jamais elle ne se serait attendue à ça.
Alors quand les mots sortent de sa bouche, elle arrive pas à regarder Dean, elle en est incapable. Elle s'était éloignée, recroquevillée sur elle même, les jambes ramenées contre son corps, encore tremblante. Les larmes coulent, elle tente de les essuyer, mais d'autres prennent le même chemin. Elle sait que c'est une bombe qu'elle lui lance là, une qu'il faut assimiler, encaisser. Y'a pas grand chose à faire, juste à tenter de comprendre. Ecouter. C'est seulement lorsqu'elle entend de nouveau le son de sa voix qu'elle relève la tête, et sans qu'elle ne s'en rende compte, les sanglots reprennent de plus bel. « I... » ça se brise dans sa voix. Elle l'a jamais regretté son geste. Elle était prête à crever avec. Tout pour que ça s'arrêter, pour qu'il arrête. Parce qu'elle avait l'impression que sa vie ne lui appartenait plus, son corps encore moins. « dean... » si son beau père avait été vivant, madd l'en aurait empêché. Elle aurait refusé que sa moitié ne gache sa vie pour ça, et surtout pour une ordure pareille. S'il méritait de payer, Dean ne pouvait pas risquer de se retrouver enfermée. Mais la question était réglée. Et malgré les cauchemars récurrents, il était bien six pieds sous terre. Elle se laisse faire quand il la prend de nouveau contre lui, tous les deux appuyés contre la tête de lit. En réalité, elle se blottit même contre son torse, se fait plus petite, juste pour en le sentir que lui. «  i killed them » finit-elle par dire, haletante, même si elle savait qu'il avait fini par comprendre. « i had to » un soupir alors qu'elle pleure encore « she didn't believe me when i told her » elle cherche sa main, glisse ses doigts dans les siens. Mais là dedans, il n'y avait qu'une chose qu'elle regrettait et qu'elle voulait avouer à Dean, comme si, ça aussi, ça la bouffait de l'intérieur. Elle ne regrettait pas l'incendie en lui-même. Pas d'avoir laisser leurs deux corps endormis se faire réduire en cendre. C'était sans doute fucked up, mais elle a toujours su qu'un truc s'était brisé chez elle du jour où elle avait commencé. Le vide s'était agrandit au fil des jours, des semaines. Des mois. Y'avait un putain de truc défectueux ou une pièce manquante qui l'empêchait de fonctionner correctement. « i didn't care at this time, if i was burnt alive » parce que c'était mieux que foirer son coup et prendre le risque que lui aussi, il ne vive. Pourtant y'a bien un sursaut d'instinct de survie au dernier moment. Elle relève doucement la tête vers lui, les yeux emplis de larmes. « i need you, dean » ses doigts lachent les siens et elle caresse sa joue, la main tremblante. « i need you, more than anything » un baiser léger, presque chaste sur ses lèvres alors qu'elle repose la tête dans le creux de son cou. « i don't if i'll be able to  forget... or to feel better without all the things i used to take » avoue-t-elle en essuyant ses larmes.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
once you're grown up, you can't go back.

Dean Montgomery

messages : 2138
name : mrs.brightside (marine)
face + © : g.sulkin © all souls.
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ nathan ⋅ naila ⋅ rafael.
points : 1705
age (birth) : twenty-four ⋅ 26|09
♡ status : single.
work : he's on his fifth year of school of engineering and applied science.
activities : partying, sleeping, studying, being a prick and repeat.
home : a house on ocean avenue w/his mom.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : madd, isla (finn) ⋅ |close|

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Mar 21 Juil - 20:28
Dean n’avait pas attendu les révélations de la rousse pour savoir que ses relations avec son beau-père n’étaient pas au beau fixe. Le sujet avait toujours été tabou, et pourtant, cela n’avait pas déclenché la sonnette d’alarme chez l’étudiant. Lui plus que quiconque aurait du comprendre, il y a bien longtemps, la gravité de la situation. Dean s’en voulait de ne pas l’avoir fait, de ne pas avoir été en mesure d’aider Madd lorsqu’elle n’avait eut personne d’autre vers qui se tourner. A l’époque des faits, ils étaient loin d’être aussi proches. Petit-à-petit après leur première nuit ensemble, il avait répondu de manière moins fréquente à ses messages, jusqu’à éventuellement ne plus y répondre du tout. Le gamin avait eut d’autres préoccupations, ses propres soucis à gérer à la maison comme à l’école et avait, un peu naïvement, cru que la rousse avait des personnes bien plus proches que lui à ses côtés. Si Madd aurait toujours une place spéciale pour avoir été sa première fois, il fallait bien admettre que Dean n’avait pas pensé voir leur relation grandir au cours des années, ni même croiser à nouveau sa route. C’était pourtant lui qui avait tenté de la recontacter plusieurs mois plus tard, faisant face à un mur, ce qu’il comprenait à présent. Tout ce temps où il pensait que l’adolescente cherchait juste à avoir sa petite revanche sur lui, des événements bien plus graves avaient régit son quotidien. Il était cependant trop tard pour refaire le monde et culpabiliser, parce que la vérité était que ses messages n’auraient sans doute pas changer grand chose à la triste réalité. Peut-être aurait-il pu le deviner, s’ils avaient à l’époque eut la complicité qu’ils partageaient aujourd’hui, mais il s’interdisait de descendre sur cette pente. Ce n’était pas sa faute mais par dessus tout, cela ne le concernait pas. S’il pouvait être un peu égoïste par moment, il était hors de question de s’impliquer et faire de cette histoire la sienne, lorsque la seule victime était Madd.
A la voir recroquevillée sur elle-même, dans un état second, Dean sentit son coeur se fissurer, ne supportant de voir son amie/amante souffrir à ce point. Il perdait complètement ses moyens face à la détresse de Madd, ignorant les gestes et les mots à avoir pour qu’elle sache qu’il était là, quoi qu’il arrive. Ses mains tremblaient légèrement, ce qu’il mit sur le coup du choc de l’annonce autant que de sur sa colère contre un type contre qui il ne pouvait plus rien. Il agita négativement la tête lorsqu’elle prononça son prénom comme pour lui demander de s’arrêter là. Dean n’avait pas besoin qu’elle essaye de le protéger et ne voulait pas que Madd doute de sa présence à ses côtés, maintenant qu’il savait. Cela aurait été mentir de dire que cela ne changeait rien, mais les fondations de leur relation, quelle qu’elle soit, étaient les mêmes. Ses bras s’enroulèrent machinalement autour de son corps, secoués de sanglots, la serrant un peu plus contre sa poitrine alors qu’il laissait sa joue reposer sur le dessus de son crâne. Lorsqu’elle mit des mots sur son acte désespéré, Dean ferma les yeux pour refouler la nausée dont il était soudainement pris. « It was self defense. » Souffla-t-il dans un murmure, ignorant lequel des deux il cherchait le plus à convaincre à travers ces mots. Il voulait croire que, malgré ses souffrances, sa vengeance n’avait pas été préméditée. Qu’elle avait agit parce que son corps et son cœur n’étaient plus capables d’en accepter plus. « You did what you had to do to stay alive Madd. » Dean ne pouvait s’empêcher de se dire qu’on avait toujours le choix, dans la vie. La rousse aurait pu en faire un autre, fuir le plus loin possible, tout pour ne pas avoir un double homicide sur la conscience… Mais la vérité est que personne ne pouvait se mettre à sa place et imaginer sa souffrance et son désespoir au moment des faits. Au fond, s’il apprenait que son acte avait été planifié, cela ne changeait rien. Dean s’interdisait de la juger. Il lui avait un jour promis de toujours se ranger de son côté, quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, et l’étudiant ne comptait pas fermer les yeux sur cette promesse. Certainement pas lorsqu’elle avait le plus besoin de son soutien.
Son coeur explosa en mille morceaux lorsque Madd lui confia que sa propre vie n’avait plus eut aucune importance, sur le coup. Cette ordure avait réussi à la détruire au point de lui donner envie de quitter ce monde avec lui et Dean ne réalisait que maintenant à quel point l’équilibre de la gamine était fragile. « Don’t say that. » Même si c’était la vérité, l’entendre était plus douloureux que tout le reste. « You survived. Him. The fire. » S’il ne croyait pas en une quelconque force de la nature qui nous protégeait, Madd avait survécut et ce n’était pas pour rien. Il espérait de tout son coeur que ce genre de pensées ne lui traversaient plus l’esprit à présent, aussi difficile que cela devait être de se lever et avancer certains jours.
Tournant la tête vers Madd lorsqu’elle caressa sa joue, Dean déglutit péniblement sans bouger d’un millimètre lorsqu’elle vint déposer un baiser sur ses lèvres. Montgomery voulait être là pour elle, être le rock dont elle avait besoin actuellement, mais avait-il les épaules assez solides pour ça ? N’était-il pas lui bien trop ‘fucked up’, pour être la personne vers qui elle se tournait ? « I don’t think you’ll ever be able to forget… » A quoi bon lui mentir ? Ce n’était pas le genre d’événement qu’on pouvait simplement éradiquer de ses souvenirs simplement parce qu’on l’avait décidé. Si seulement c’était aussi facile, ça se saurait. « But eventually it will be easier for you to breath. I promise things will get better. » Écartant les mains de Madd de son visage pour y placer les siennes, Dean essuya les larmes qui continuaient de ruisseler et posa son front contre le sien. « I told you I’ll always be there for you and I mean it. » Peu importes ses fautes, ses défauts, ses douleurs… Il serait là. « Just tell me what to do. » Parce qu’à part être présent, le brun n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait faire pour chasser ses démons et atténuer sa peine.

_________________

i find it hard to say the things i want to say the most, find a little bit of steady as i get close, find a balance in the middle of the chaos.


Madd Wilson

messages : 1841
name : all souls (maryne)
face + © : abbey cowen — @self (av) ; @old money (sign) @self (gif)
multinicks : ezra, riley, gaby & jean
points : 2489
age (birth) : 25 yo [18.05]
♡ status : single
work : photographer @WB bulletin
activities : drinking, annoying marley, taking pictures, and trying to get better
home : a flat on crescent lane

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | dean, marley, leni, finn, nyree, jules & tc

never again (mean) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) · Mer 5 Aoû - 15:02
I'm forced to fake
A smile, a laugh everyday of my life
My heart can't possibly break
When it wasn't even whole to start with

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@dean montgomery - 3rd of June 2020


L'animosité entre Madd et son défunt beau-père n'avait été un secret pour personne. Elle ne l'avait jamais aimé, et ce, dès la première rencontre -bien qu'elle ait été cordiale. Elle ne l'avait pas senti, dès la première heure. Et au fil du temps, elle ne s'était pas gênée pour l'insulter copieusement à qui voulait bien l'entendre. Un moyen de déverser sa haine, sa frustration aussi. Et finalement, elle n'avait plus dit un mot -ou rarement. Elle s'était murée dans une haine silencieuse qui avait fini par la ronger, autant que le cauchemar qu'il lui avait fait vivre.
Des mois de nausée. Des mois à se sentir enfermée dans son propre corps, dans ses propres pensées. Une prison qu'il avait construit et dans laquelle elle avait fini par se murer. Elle avait suffoqué, et avait cherché une situation, aussi désespérée soit-elle. Prête à tout pour que ça s'arrête, que ça finisse. Prête à tout pour ne plus sentir son souffle ou ses mains, sans se doute un instant qu'il y aurait encore ce contact fantômes, de temps à autres. « I know » qu'elle souffle dans un murmure, se calant un peu plus contre dean. Les sanglots peinent à se calmer mais son étreinte est tout ce dont elle a besoin. Elle y avait pensé pendant des semaines à une façon de tout arrêter. Se barrer, fuguer, prévenir les flics, en parler... elle s'était bien imaginée le tuer un bon millier de fois, que ça soit dans ses cauchemars les plus dingues ou lorsqu'elle passait à proximité du couteau à viande, dans la cuisine. Des pensées brèves, pas franchement réfléchies, dues à sa souffrance et sa détresse, comme chaque personne dans son cas en aurait eu. Le geste n'avait pas été prémédité. Il avait suffi d'une nuit de trop, d'une fois de trop. De sanglots étouffés dans l'oreiller, d'une douleur qui ne s'interrompt pas. C'est dans sa tête qu'elle avait hurlé, dans la nuit qu'elle avait pleuré avant de se laisser guider par ce besoin viscéral de mettre un terme à tout ça. Elle déglutit difficilement, se rappelle encore ce qu'elle pensait à ce moment-là, se foutant de rester en vie. Elle voulait juste que ça s'arrête.
Peu importe comment.
Dean avait raison. Elle lui avait survécu. A lui, aux évènements, au feu. In extremis, mais elle était encore là, bien amochée, sans aucun doute, mais toujours vivante. « and sometimes it's hard. Just to breathe or to wake up » avoue—t-elle en laissant des larmes couler. Ce n'était pas un autre sanglot, mais plus la pression qui relachait. Elle ne l'avait jamais dit à personne. Elle n'avait jamais avoué à qui que ce soit que des fois, c'était encore dur de continuer. Que les choses les plus simples étaient compliquées. Ça l'était moins au fil des années, mais il y avait certains jours, comme des rechutes. Ça ne voulait pas dire qu'elle voulait mettre fin à ses jours, mais parfois, avancer lui semblait difficile. Elle déglutit difficilement lorsqu'il lui dit le fond de sa pensée : elle ne sera sans doute jamais capable d'oublier. Elle l'avait lu, des centaines de fois. Plusieurs fois, elle s'était demandée si elle ne devait pas demander de l'aide d'un professionnel, tout en refusant l'idée dans le même temps. Mais en parler à Dean, c'était sans doute la meilleure chose qu'elle avait fait. Ça n'effacerait rien, mais ça soulageait un peu le poids de ce silence écrasant. Elle essuie ses larmes d'un revers de main alors qu'elle a son front collé contre le sien. Si seulement il savait, qu'il était tout ce dont elle avait besoin. « Promise ? » murmure-t-elle alors qu'il prenait son visage entre ses mains, les larmes ruisellant encore. Il les effaçait, doucement, tendrement. Il n'y a pas de solution miracle, pas de manuel sur comment guérir, comment surmonter tout ça. Il n'y avait que la réponse bateau du temps qui finirait par faire son effet, et d'être entourée de personnes bienveillantes. Et pour ça, avec le temps, la rouquine avait fini par s'entourer des meilleurs. Si elle n'avait pas choisi sa famille, ceux à qui son sang la liait, elle avait choisi ses ami(e)s. « Just hold me » un murmure, et elle s'allonge, l'entrainant avec elle. Sa tête posée contre son torse, elle se rapproche avec, se cale dans son étreinte. « I need you, your arms, your hugs » Elle avait besoin de ce sentiment de sécurité qu'elle avait toujours ressenti entre ses bras. Ce bien-être qui apaisait, au moins un peu, ce sentiment de merde qui la rongeait depuis des années.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
Contenu sponsorisé




never again (mean) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: never again (mean) ·
 
never again (mean)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: