hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le deal à ne pas rater :
-50% sur plusieurs chaussures de la gamme Nike Air Max
Voir le deal

 

 don't know if i'm gonna make it out alive (jaila)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way
Aller en bas 

Jace O'Connor

messages : 197
name : all souls
face + © : POD ; ©max ♡ (av) self(gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 583
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Mer 24 Juin - 20:54
sometimes when i look at you, I see my wife
Then you turn into somebody I don't know
And you push me away, push me away
Call me in the morning to apologize
Every little lie gives me butterflies
Something in the way you're looking through my eyes
Don't know if i'm gonna make it out alive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – June the 24th, 2020.

La clope au bec, Jace finit son bout de nicotine adossé à sa vieille chevrolet qu'il a retapé y'a pas si longtemps. Il était devenu demander un peu d'aide à Owen, son cousin, mais il s'était vite rendu compte que la mécanique -ou tout autre activité manuelle- n'était pas son fort. L'irlandais ne savait pas si c'était parce qu'il ne connaissait rien à la mécanique des voitures, ce qui était possible si ça ne l'avait jamais intéressé, ou s'il ne voulait tout simplement pas foutre les mains dans le cambouis. L'acteur avait fini par le regarder, balançant deux-trois blagues de temps en temps, une bière en main pendant que Jace s'occupait du moteur et de la carosserie. Il était fier du résultat et elle roulait de nouveau parfaitement. De toute façon, il n'avait pas de quoi se payer une nouvelle caisse, alors il n'avait pas le choix que de la faire fonctionner.
Les courses faites rapidement, il avait mis les fruits et légumes sur le siège passager, en se disant que pour une fois, il tenterait de cuisiner quelque chose de convenable à ses colocataires. Caiomhe se marrerait bien à le voir faire ses petites emplettes dans cette bourgade de carte postale. Elle se paiera sa tête en lui disant qu'il a l'air d'un petit vieux avec ses légumes du marché. Et ils passeraient probablement les quinze minutes suivantes à s'insulter de tous les noms avant d'éclater de rire comme deux idiots. Rien que d'y penser, Jace avait déjà le sourire aux lèvres. Son aîné lui manquait. Il avait bien tenté de l'inviter par ici, mais elle était toujours 'way too busy' pour se permettre de partir plusieurs jours (et un weekend, bien trop court pour la distance à parcourir). Malgré sa vie à mille à l'heure, l'irlandais était tout de même prêt à parier que sa sœur n'était qu'une grosse feignasse qui attendait seulement qu'il daigne revenir dans la grosse Pomme, reprenant au passage les activités là où il les avait laissé, parce que 'O'Connor is quite something here' et que ça faciliterait bon nombre de transactions. Mais Jace aimait bien cette ville, plus encore depuis qu'il avait reposé les yeux sur sa blonde -mais ça, c'était hors de question d'en parler à sa frangine.
Et il pense halluciner un moment en voyant une blonde sur le trottoir d'en face, se dit qu'à trop y penser, il délire. Seulement son esprit ne lui joue aucun tour, et c'est bien elle, qu'il voit avancer sur le trottoir. Quelques courses aussi, sans doute. Naila Fucking Baldwin, oubliant volontairement le nom qui venait désormais s'ajouter derrière. Il se souvient de leur retrouvailles, de l'hallucination qu'il pensait avoir, jusqu'à se demander si le soleil ne lui avait pas taper sur la tête. Mais non, elle avait bien été là, sous ses yeux, en chair et en os, bien loin du Texas. La même Naila. Sublime blonde pour qui il pourrait continuer de se damner. Fuck. Il se souvenait tout autant de cette photo qu'elle avait posté, et il se foutait bien de passer pour un stalker ou pour le mec qui n'était pas passé à autre chose. Comme si elle l'avait fait... alors qu'elle affichait fièrement ce dessin qu'il lui avait dessiné du bout des doigts, sous le ciel étoilé. Cette soirée, il pourrait pas l'oublier. Il se souvient des nombreuses dessins invisibles qu'il avait déposé, du goût de ses lèvres et de son épiderme sous ses lippes. Il se souvient même encore de ce foutu sourire enchanteur qu'elle n'avait cessé d'arborer.
Alors au lieu de passer sa tête dans l'habitacle de sa bagnole, il la re-verrouille directement, et se hâte de traverser la rue. Elle a déjà dépassé sa hauteur, mais tant pis. En arrivant derrière elle, il l'attrape par le poignet pour l'amener dans la rue adjacente, bien moins fréquentée. « Hi babe » le sourire est charmeur, amusé. Il n'est pas du genre à vouloir donner des coups de flippe à Naila, mais l'occasion était trop belle pour qu'il ne la saisisse pas. Une main dans le creux de ses reins, l'autre apposée contre le mur derrière elle, il la fixe en souriant. A chaque fois, c'était la même réflexion. Il s'extasiait en silence devant la beauté et le charme de la blonde. Un 'I've missed you' qui passe dans le regard, bien plus parlant que si les mots avaient passé la barrière de ses lèvres. Le visage qui se rapproche, ses lèvres qui frôlent les siennes, à se demander s'il va céder. Avec Naila, les signaux sont confus, presque opposés, c'est à en prendre la tête. Il la sent, la douceur de ses lippes, ce souffle qu'elle retient à cause de leur proximité. Il peut presque le voir battre, ce cœur au rythme infernal. « I was hoping to see you at the ranch » mais il est grand, et pas toujours près des écuries. Ou peut-être venait-elle -miraculeusement- sur les heures où il ne s'y trouvait pas. En réalité, il espérait la voir là-bas, où à n'importe quel coin de rue. « nice tattoo » qu'il lâche, en référence à sa dernière acquisition.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Jeu 25 Juin - 18:32
Une moue désolée accrochée aux lèvres, Naila adressa un signe de main à Cameron avant de sortir de la chambre d’hôpital, de laquelle elle était pratiquement chassée. A nouveau hospitalisé depuis trois jours, son mari lui avait assuré qu’elle n’avait pas besoin de s’enfermer entre ces quatre murs banc avec lui, et ferait mieux de profiter des températures chaudes des derniers jours. A quoi s’attendait-il, au juste? A ce que sa femme passe la journée au bord de la piscine dans leur jardin, esseulée et sans le moindre divertissement? Certes, elle appréciait lézarder, un bouquin à la main, les pieds dans l’eau mais pas alors que Cameron se trouvait à nouveau relié à plusieurs machines. Sa place était auprès de lui, ce que personne ne voulait entendre. Alors, à contre-coeur, Naila s’échappa de l’hôpital, devenu seconde résidence, et se rendit à greywin pour y faire quelques emplettes. Leur femme de ménage/à tout faire était de bonne volonté, à condition que les placards et frigos soient pleins. S’il n’était pas question de Maria, Naila mangerait probablement des plats tout préparés tous les jours, n’ayant pas à coeur de cuisiner pour une seule personne. Ses capacités culinaires n’étaient de toute façon pas les plus développées.
Les courses faites, c’est distraite qu’elle se retrouvait sur Bridgewater Water, cherchant à ajouter une étape avant de rentrer, histoire d’occuper une poignée de minute de plus de son temps, qu’elle parvenait rarement à combler du matin au soir. Naila poussa un cri, étouffé par l’effet de surprise, lorsqu’une main s’empara de son poignet pour la tirer dans une rue perpendiculaire. Elle inspira à plein poumon pour pouvoir se faire entendre, la seconde fois, avant que la voix de ténor de son agresseur ne vienne lui chanter une douce mélodie. Dans un long soupire de soulagement, la cheerleader ne put s’empêcher de lui filer un sacré coup dans les pectoraux, l’air renfrogné. Rapidement, c’est pourtant son coeur qui battait la chamade, l’excitation qui roulait dans ses veines, qui remplaçait la peur ressentie lorsqu’il l’avait surprise. Machinalement, Naila suivait le mouvement de main de son ex amant, se cambrant légèrement pour rapprocher leurs corps, ne se souciant pas une seconde du lieu public dans lequel ils se trouvaient. Le regard plongé dans le sien, elle était incapable d’avoir le moindre mouvement de recul alors que les lèvres de Jace venait caresser les siennes, sans pour autant les faire prisonnières, à son grand dam. Inerte, Naila se perdait dans l’encre de ses yeux, le souffle coupé et le coeur qui tambourinait dans la poitrine. Elle appréciait autant qu’elle détestait l’effet qu’il lui faisait toujours. « Are you trying to give me a fucking heart-attack? » Dans un murmure, elle demanda sans éloigner son visage du sien. Si la question était censée faire référence à sa mini prise d’otage, que Naila aurait aimé que ses intonations aient un petit air de reproche, c’était plutôt une supplication qui s’échappait de ses lèvres. O’Connor la tuait à petit feu et en avait parfaitement conscience.
Prenant soin de ne pas s’éloigner dans son geste, la texane descendit doucement la bretelle de son haut, tournant la tête pour observer le tatouage en question alors que ses lèvres s’étiraient dans un mince sourire. Elle avait su, à la seconde où elle avait passé la porte du salon de tatouage, le signal que cette lune, qu’il lui avait un jour dessiné, enverrait à son ex amant. C’était contradictoire à tout ce qu’elle avait pu lui dire au ranch, le jour précédent, et d’une certaine façon, c’était bien pour ça que Naila avait ressenti le besoin de l’avoir sur la peau pour le reste de ses jours. Elle n’avait pas toujours fait les bons choix dans la vie, n’était peut-être pas la personne la plus honnête qui soit, mais elle ne supportait pas que Jace puisse remettre en question la sincérité de leur histoire. Naila avait donc fait la seule chose qui lui était passé par la tête pour lui prouver à l’Irlandais que tout ce qu’elle avait ressenti, chaque moment avec lui, avait été réel. Au grand maux, les grands remèdes. La cheerleader détourna son attention du tatouage, son nez effleura celui de Jace lorsqu’elle lui fit face à nouveau, se tordant légèrement dans l’attente de le voir aller à bout de son geste. Sa main libre se cramponna délicatement au bout du t-shirt de l'Irlandais, qu'elle triturait de frustration tout en s'assurant qu'il ne puisse pas lui échapper trop facilement. « I’ve known you more… reckless. Usually when you start something, you don’t stop in the middle of it. » Naila minauda, n’osant même pas battre des paupières de peur de le voir se volatiliser, alors qu’elle lui donnait, de façon à peine voilée, le feu vert pour réduire à néant la distance entre eux. Il serait encore temps de s’inquiéter des conséquences plus tard. Dans l’immédiat Naila avait besoin de son oxygène, besoin de retrouver ses lèvres, faîtes sur mesure pour fondre sur les siennes.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 197
name : all souls
face + © : POD ; ©max ♡ (av) self(gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 583
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Mer 1 Juil - 23:55
sometimes when i look at you, I see my wife
Then you turn into somebody I don't know
And you push me away, push me away
Call me in the morning to apologize
Every little lie gives me butterflies
Something in the way you're looking through my eyes
Don't know if i'm gonna make it out alive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – June the 24th, 2020.

Ce qui était paradoxal entre eux, c'est que Jace connaissait autant Naila qu'elle restait un mystère. Et là encore, lorsqu'elle était coincée entre son corps et le mur. Il y a de cela plusieurs jours, quand ils s'étaient retrouvés et qu'elle lui avait conseillé de laisser tomber -tout autant par sms d'ailleurs- puis ce tatouage, et cette supplication qu'il devine dans sa question. Des airs de reproche qui dissimule autre chose. La main dans le creux de ses reins la rapproche un peu plus de lui, se fait plus possessive. « something like that » tant que son cœur réagissait, il y trouvait sans doute son compte. Il joue de ses lèvres à frôler les siennes, à peine, et pourtant assez pour sentir le souffle de la belle devenir moins régulier.
Jace sourit lorsqu'il la voit descendre sa bretelle. Elle reste là, contre lui, la tête légèrement tournée vers l'arrière pour pouvoir observer son œuvre. Alors l'irlandais fait de même. Elle est plaquée contre son corps, et il penche la tête pour mieux apercevoir le dessin. Putain de déclaration qu'elle lui a fait là, et il la ressent dans chaque cellule de son corps. Il sait aussi que ça change pas grand chose à la situation actuelle -du moins aux quelques détails techniques et ennuyeux comme le fait qu'elle soit mariée- mais maintenant, il sait. Il sait et il ne la laissera pas partir. Plus vraiment. Un baiser déposé sur son épaule qui y reste quelques instants avant de redresser la tête pour sentir le bout du nez de la blonde frotter contre le sien. Putain de décharge électrique dans son bas ventre. Cette fille le rend dingue, et elle le sait. Chacun de ses gestes l'électrise, chacun de ses souffles caressant son épiderme titille ses sens. La main de Naila accrochée à son t-shirt, et il ancre son regard dans le sien, amusé par la situation, et ce joli revirement de situation. Voilà que c'est elle qui s'agrippe à lui désormais ? Il a les machoires qui se contractent, pas par colère ou agacement, mais pour garder -encore un peu- de self-control. « so who's teasing who, now ? » C'est que leurs diverses rdiscussions lui donneraient presque envie de la laisser là, frustrée, et à mijoter tout ce que ça pouvait lui faire à lui, de souffler le chaud et le froid, régulièrement. Mais quand il se redresse légèrement, c'est pour mieux la regarder, pas pour s'éloigner. Il a retiré ses mains, y'a plus que celle de Baldwin accrochée à son t-shirt. « i thought you wanted me to let go... » pas qu'il écoute souvent ce qu'on lui dit. Sans attendre plus de permission, il glisse soudainement ses mains sous ses fesses pour mieux l'attraper, fait passer ses jambes autour de sa taille et avance pour la plaquer contre le mur -et gagner en stabilité même si Naila est un poids plume. Maintenant qu'elle est bien accrochée, il lache un main pour caresser son visage, ou mieux le rapprocher du sien. Jace ne réfléchit pas lorsqu'il s'empare de ses lèvres. Prend ce qu'il pense être à lui, et s'en délecte, comme un foutu junkie en manque. Et c'est bien l'effet que lui fait la blonde. Il en a eu d'autres, des femmes, mais aucune comme elle. Aucune qui n'a le même effet, aucune pour laquelle il ressent la même chose. Autant de choses. Le baiser est fougueux, avide, pressé. Sans doute la peur de la voir changer d'avis ou de la voir lui glisser entre les doigts. Mais à chaque seconde, sa prise se fait plus intense, plus pressée. Il sent son palpitant battre rapidement contre son torse, et il l'embrasse de plus bel.
Les pensées qui s'embrouillent, le myocarde qui s'affole, et son entre-jambe qui réagit trop vite. ça va être sympa à dissimuler. Il veut plus d'elle, rattraper ce temps perdu, sans être sûr dy avoir le droit une nouvelle fois. Il sait pas quand elle re-perdra la raison -ou qu'elle la retrouvera, en fonction du point de vue. Sa main redescend, s'égare dans son dos, retrouve chaque centimètre carré de sa peau avant de se loger autour de sa taille. Le front collé contre le sien, jace détache ses lèvres, avec un léger sourire. « you're right. I don't stop in the middle of it. And I can't » et maintenant, il avait un léger problème physique qui le prouvait. Mais il ne peut pas s'empêcher de l'embrasser encore. Un baiser volé, puis un autre. Des lèvres faites pour les siennes. « we can't stay here » soupire-t-il finalement, mais il resserre son étreinte, la colle un peu plus contre lui, et elle ne peut manquer cette protubérance dans son pantalon. Un sourire qui s'excuse faussement. « sorry, i've missed you. And i'm not letting you go » parce que c'était inespéré, comme le comportement de la blonde. Ses minauderies et supplications, son désir de le retrouver et de lui prouver qu'eux, ce n'était pas rien. « do you wanna go somewhere ? » peu importe. Son appartement, une voiture, même se balader dans le coin le plus paumé tant qu'elle restait avec lui.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Jeu 2 Juil - 1:38
Naila aurait aimé être capable de plus. De la moindre réaction, à vrai dire. Rouler des yeux, lui filer un nouveau coup dans les côtes, ou avoir la réplique parfaite pour se venger de la peur éphémère que Jace O’Connor venait de lui faire. Mais les mots restaient coincés au fond de sa gorge. Paralysée, électrisée, la gamine n’émit pas la moindre geste non plus, si ce n’était celui de faire descendre son haut afin de lui dévoiler l’encre qui lui était destiné. Si elle était certaine de ne jamais regretter le tatouage en lui-même, Naila ignorait si le message qu’il envoyait allait réellement faire plus de bien que de mal. Elle l’avait dans la peau, pour le restant de ses jours, mais ne renonçait pour autant pas à son mariage, à Cameron. Comment aurait-elle pu, dans la situation actuelle? Son mari avait d’ailleurs complimenté le tatouage, ignorant tout de sa signification, ce qui lui avait donné la nausée tant elle se dégoutait. Il ne lui traversa cependant pas l’esprit, coincée contre Jace, à vue de quiconque quand même bien la ruelle était peu fréquentée. Ses seules pensées étaient dirigées vers son ex amant et le supplice qu’était de se retrouver dans ses bras sans pouvoir s’en délecter.
Le poing de Naila se referma sur le tissus afin de ne pas fasciner lorsque ses lèvres s’écrasèrent contre sa peau, sur laquelle Jace s’attarda. Le souffle saccadé, elle ferma les yeux pour accueillir toutes les sensations que l’irlandais pouvait déclencher en elle, et les imprimer. Jamais la texane ne souhaitait oublier le pouvoir qu’il avait à l’embraser d’un simple baiser, de lui tordre délicieusement l’estomac au point qu’il en soit difficile de rester en place, debout. Les lippes  de Jace quittèrent, à son grand désespoir, ses épaules pour venir chatouiller les siennes et la torturer. Elle l’avait bien mérité. Pour tout dire, Naila s’attendait à ce qu’il la laisse en plan, ballante, comme une junkie à qui on offrait une dose avant de mettre les voiles. C’était un risque qu’elle avait envisager et était prête à prendre, la gamine pariant sur le manque que son amant pouvait ressentir lui aussi de son côté. « I want what’s best for… » Son murmure s’étouffa dans un petit cri lorsque Jace la souleva alors que sa main lâchait le sac de course auquel elle était parvenue à s’accrocher jusqu’ici. Ses jambes s’enroulèrent trop naturellement autour de sa taille, ses bras autour de ses épaules alors qu’enfin il mettait fin au supplice. Le baiser l’électrisa plus encore que dans ses souvenirs, alors que des vagues de chaleur inondait son corps et son cœur. Une main perdue dans ses cheveux, la texane répondit à son baiser comme si sa vie en dépendant, oubliant tout le reste. De l’endroit où ils se trouvaient, au spectacle qu’ils pouvaient offrir - sans  même connaître leur identité, la démonstration n’était surement pas bienvenue dans la rue. Elle resserra les jambes autour de sa taille pour s’assurer que Jace n’allait nul part, qu’il lui appartenait - au moins pour les minutes à venir - et sourit contre ses lèvres en sentant l’effet qu’elle lui faisait. Quelle connerie avait-elle bien pu faire en renonçant à tout ça, dans le simple but de tenir tête à son entourage? Elle n’aurait pas échapper aux « je te l’avais dit » « tu aurais du nous écouter » mais ensuite quoi? Naila ne doutait pas qu’après Cameron, sa relation avec l’irlandais aurait été bien accueillie de tous. Mais non, elle avait tout envoyé valser pour donner tord à tout ceux qui avaient douter d’elle, à qui Baldwin donnait, au fond, raison en s’abandonnant ainsi à Jace.
Repoussant une mèche qui lui tombait sur le front, Naila l’admira lorsqu’il s’éloigna d’elle, craignant que les mots ne viennent ruiner le moment. Elle l’écouta malgré tout, sans se départir d’un mince sourire, alors que ses doigts exploraient son épiderme, de son front à la ligne de sa mâchoire si parfaitement dessinée, profitant des baisers que Jace lui volait entre deux répliques. Les briques du bâtiment lui griffèrent légèrement la peau alors qu’il la plaquait un peu plus contre ce dernier, lui présentant des excuses minables, auxquelles elle répondit en resserrant l’étreinte autour de sa taille. Naila accrocha son regard, s’y noya avant de prendre son visage entre ses mains, venant sceller leurs lèvres dans un nouveau baiser. Elle n’avait peut-être pas la même mécanique pour lui prouver à quel point le manque de lui était réel, mais la gamine ne souhaitait pas le voir en douter. Son esprit était incapable d’émettre une idée, une réponse, cohérente mais elle était consciente de l’urgence - plus pour elle que pour lui, d’ailleurs - de s’échapper d’ici. La poitrine collée à celle de son amant, elle resserra l’emprise de ses bras autour de son cou pour délier ses jambes, se laissant glisser lentement contre lui jusqu’à retrouver la terre ferme. « Let's go for a drive. » Où, elle n’en savait encore rien, mais Naila avait besoin de s’éloigner de la bourgade. La peur que tout s’arrête à l’instant où ils quitteraient la ruelle la guida à se dresser sur la pointe des pieds pour l’embrasser une nouvelles fois, avant d’expirer de manière saccadée et rompre le contact pour récupérer ses courses au sol. Naila replaça ses cheveux, défroissa d’un geste rapide ses vêtements et se força à faire preuve de contenance, avant de sortir de la ruelle et marcher en silence à ses côtés jusqu’au Range Rover. Elle abandonna les courses dans le coffre sans s’oser à vérifier qu’il était toujours là, qu’elle n’avait pas rêvé, avant de se tourner vers lui pour lui lancer les clés. « Get us out of here. » Supplia-t-elle, marchant à reculons vers la place passager pour ne pas perdre l’image, même un quart de seconde. Son cœur était prêt à exploser, une voix lui hurlait d’arrêter ça tout de suite, mais le moteur de la voiture était le seul son qu’elle s’autorisait à entendre, la tête tournée vers Jace. Dire qu’il n’avait pas changé aurait été mentir. Ses cheveux étaient plus longs, ses traits plus fermes, ses lèvres encore plus tentantes que dans ses souvenirs. « Look at the road. » Qu’elle lui ordonna, sourire malicieux aux lèvres lorsqu’il croisa son regard, enfonçant son index dans sa joue pour le forcer à tourner la tête. Ce n’était pas pour rien qu’elle n’avait pas souhaité prendre le volant. Elle rêvait d’un Texas à portée de main et non à environ trente-deux heures d’eux, afin de pouvoir y faire un stop rapide, mais comme le passé, il était impossible à atteindre. « Take left there. » Elle lui indiqua une ‘route’ dans les champs, empruntée uniquement par un camion une fois toutes les lunes. Naila n’avait jamais vu personne bifurquer. « You can stop the car. » Elle lui intima, détachant sa ceinture pour mieux se tourner vers lui, sans pour autant bouger de son siège une fois la Rover à l’arrêt. « I’ve missed you too. » Sa voix était à peine audible, sachant que si elle était vraie, sa révélation n’était peut-être pas légitime, Naila sachant en son âme et conscience qu’elle ne se permettrait pas de quitter son mari pour autant. Le cœur battant, elle monta à califourchon sur Jace, étudia ses traits, plus encline à profiter de chaque seconde qu’il avait à lui donner plutôt qu’à agir dans l’urgence. La question la taraudait ; Le perdrait-elle instantanément si elle se livrait à lui? Plutôt que de chercher à y répondre, la texane fit ses lèvres prisonnières, fermant les yeux pour chasser les larmes qui obstruait sa vue.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 197
name : all souls
face + © : POD ; ©max ♡ (av) self(gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 583
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Jeu 9 Juil - 0:17
sometimes when i look at you, I see my wife
Then you turn into somebody I don't know
And you push me away, push me away
Call me in the morning to apologize
Every little lie gives me butterflies
Something in the way you're looking through my eyes
Don't know if i'm gonna make it out alive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – June the 24th, 2020.

Jace raffolait de cette sensation. Pas seulement du corps de Naila contre lui, mais de cette manie de s'accrocher à ce qu'elle pouvait, y compris son t-shirt pour ne pas vaciller. Il aimait voir cet afflux de sentiments chahuter au fond de ses prunelles, sa respiration moins régulière, et la façon dont son palpitant battait si fort dans sa cage thoracique. Il aurait pu en profiter quelques minutes de plus, comme une torture après tout ce qu'elle lui faisait endurer. Il y avait bien penser, et il avait été tenté jusqu'au dernier moment. Mais sa fierté, avec Naila, elle passait souvent au second plan, se disant que chaque moment pouvait être le dernier. Qu'à un instant, elle pouvait décider de nouveau tout balayer. Et putain qu'il serait prêt à tout pour avoir de nouveaux ses lippes sur les siennes. Si douces, si parfaites, comme parfaitement dessinées pour les siennes. Et là voilà qui recommence avec ce qui serait soi disant le meilleur pour dieu sait qui. Et il s'en fout Jace. Il s'en fout complètement de ce qu'elle pense être le meilleur, puisque clairement, en plus de lui mentir à lui, elle se ment surtout à elle-même. Alors de loin, il préfère l'empêcher de finir cette phrase qui n'a plus aucun sens, ni pour lui, ni pour elle, peu importe le nombre de fois qu'elle essaiera de s'en convaincre.
Et dans ce baiser, il s'y perd, s'y noie. Tout le reste est occulté, la rue, les possibles passants malgré que cette allée soit bien moins fréquentée. Y'a plus que les sensations qu'elle lui procure, l'entrain avec lequel elle répond à ce baiser. Il y a tous ces mois qui sont balayés, cette sensation de manque ressentie qui décuple tout. Ça l'électrise et ça l'embrase. L'impression que c'était hier, et pourtant dans une autre vie. Mais là, c'est bien entre ses bras qu'elle est. C'est bien de ses lippes qu'elle se délecte, autour de sa taille qu'elle a crocheté ses jambes. Elle l'embrasse comme s'il n'y avait pas de lendemain, comme si c'était lui sa bouffée d'oxygène, et en réalité, c'est ce qu'elle est pour l'irlandais. Et même lorsqu'elle délie ses jambes pour retrouver le sol, il reste le front collé au sien, ses mains entourant sa taille pour la garder au plus près. Il acquiesce d'un signe de tête, sans la moindre idée d'où ils iraient. Il prend le visage de la jeune femme entre ses mains, et délicatement, il lui rend son baiser, incapable de s'en défaire avant de soupirer, pour revenir trop brutalement à la civilisation. Tant bien que mal -pendant qu'elle récupère ses courses- il tente de remettre son pantalon en place, avec cette érection qui ne passe absolument pas inaperçu. Tant pis. Il marche rapidement, la suivant jusqu'à la Range Rover. Il est incapable de la quitter du regard, de peur qu'elle ne se volatilise s'il détourne les yeux. Comme un foutu mirage que son esprit malade de son absence aurait imaginé. Il attrape les clés au vol, sourire aux lèvres. Non, il ne rêve pas. « As you wish, princess » il ouvre la portière et prend place en mettant le contact. La marche arrière enclenché, il fait demi-tour pour se remettre sur la route, et sortir d'ici. Peu importe, tant qu'ils sortent de Windmont Bay, là où personne ne les connaitrait. Heureusement pour eux, la ville n'était pas immense, ils ne mettent que cinq minutes à sortir du centre-ville, et enfin, il s'autorise à tourner la tête vers la blonde à ses côtés. « i can't help it » il a un sourire d'idiot sur le visage, attrape sa main au vol en déposant un baiser sur le dos de celle-ci et se reconcentre finalement sur la route. Ça l'empêche pourtant pas de retourner la tête, quelques secondes encore. Ce serait con d'avoir un accident, mais merde, qu'il se dit, chaque fois que ses prunelles se posent sur elle. Sublime.
Il s'exécute, prend à gauche en s'engageant sur une route qui aurait plus des allures de chemin de campagne, goudronnée ici et là, de manière irrégulière. Il continue sur quelques mètres avant de couper le contact. Comme par habitude d'être sur ses gardes, il jette un coup d'oeil dans le rétroviseur et finit par détacher sa ceinture en entendant les mots de Naila. « it's been too long » souffle-t-il, vis à vis de leur séparation, de ces longs mois sans se voir, sans même penser qu'un jour ils se recroiseraient. Il l'accueille volontiers sur lui, à califourchon, pourtant sans la même urgence que lorsqu'ils étaient dans cette allée. D'un geste de la main, il recule son siège, pour lui laisser un peu plus d'espace, avant de la glisser dans le creux de ses reins, tandis que l'autre vient caresser sa joue. Ça lui rappelait le texas. Les après-midis à s'enfuir, à oublier le monde autour, et mêmes ses foutues fiançailles. Par moment, il avait réellement réussi à croire qu'elle était à lui, qu'il n'y avait qu'eux et leurs après-midis sans fin. Les nuits étoilés à se comporter comme deux écervelés complètement amourachés. Et il la ressent, cette tension dans son pantalon quand elle se penche de nouveau pour l'embrasser, sans corps un peu plus plaquer contre le sien. Il sent chacune de ses courbes qu'il rêverait de redécouvrir. De laisser ses lèvres de nouveau les embrasser. Mais pour le moment, il s'accroche désespérément à son visage, capture ses lippes jusqu'à n'en plus pouvoir, avant de remarquer un détail. Peut-être qu'il a rêvé, mais il recule doucement son visage, l'oblige à le regarder. « Naila ? » elle a les yeux brillants et ça le fait froncer les sourcils, soucieux. « what's wrong ? » il a peur de la réponse, peur de voir la naila raisonnable et raisonnée reprendre le dessus. Ce serait sans doute 'pour le mieux' comme elle aimait le dire, mais pas pour eux, ni pour lui. Il pouvait bien mettre ses envies plus primaires de côté, surtout pour elle. Mais ça l'empêche de venir la titiller, d'essayer de s'emparer de sa lèvre inférieure, comme si ça allait la faire craquer. « i'm not going anywhere, and we are in the middle of nowhere, so you can tell me » il caresse son visage, remet une mèche blonde en place, derrière son oreille. « i have all day. And the night, actually » il a un léger sourire sur le coin des lèvres, lui faisant comprendre qu'il n'était pas pressé et qu'il n'avait nulle part où allé. Alors s'ils devaient parler jusqu'à ce que le soleil se couche, ça lui allait. Si elle voulait l'embrasser jusqu'à n'en plus pouvoir ou qu'il lui fasse l'amour jusqu'à ce que les étoiles se montrent, ça lui allait tout autant. « you'll only be allowed to kiss me when i'll know why your eyes are teary » parce qu'il avait toujours préféré faire passer les choses sérieuses avec humour, alors qu'ils savaient tous les deux qu'il était incapable de lui refuser quoique ce soit, encore moins le moindre baiser.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Lun 20 Juil - 15:32
Naila ne pensait pas pouvoir un jour se lasser de cette sensation. La façon dont son corps et son coeur réagissait à l’unisson dés que Jace O’Connor posait les mains, ou ne fus-ce que les yeux, sur elle. Leur rencontre, dans bar de Dallas, était encore imprimée dans les moindre détails dans son esprit. De sortie avec quelques amis qu’elle n’avait pas vu depuis son déménagement de Forth Worth à Corsicana, l’irlandais avait capturé toute son attention avant même de lui adresser la parole. Naila pouvait encore se jouer la conversation qu’ils avaient tenu, ce soir là, et l’adresse qu’elle lui avait glissé pour lui permettre de trouver un emploi à Navarro College - et la retrouver, si le cœur lui en disait. C’était comme si elle avait, dés lors, su qu’eux deux, ça ne pouvait pas s’arrêter là. Que leur rencontre ne pouvait se résumer à une soirée dans un bar de la métropole. Peut-être qu’elle avait été là son erreur. Sans son arrivée à Corsicana, Jace ne serait probablement qu’une personne qui traverserait en de rares occasions ses pensées, la ferait sourire, et quitterait son esprit de manière tout aussi furtive. Au lieu de quoi, Naila lui avait remis les clés pour venir tout chambouler et, si elle n’était pas très fière de ses erreurs, il lui était impossible de regretter ce choix. Aussi douloureux qu’il aie été de se séparer de lui, pour rien au monde la jeune femme n’aurait échangé les instants qu’ils avaient partagés. Sans doute ne saurait-il jamais à quel point elle l’avait aimé, malgré son engagement à un autre. A quel point elle l’aimait toujours, ce qu’elle était bien forcée de constater dans ses bras. Naila aurait aimé pouvoir couper les ailes aux centaines de papillons qui s’agitaient dans son ventre, fermer les yeux et être capable de ne garder que des souvenirs, mais ça lui était impossible. Tout était toujours là,  bien réel. La gamine pouvait bien continuer de creuser pour enfuir le plus loin possible ses sentiments, ils n’étaient pas prêts de disparaître.
Perdue dans son regard, elle frémit lorsqu’il répondit à leur baiser et tenta autant que possible de reprendre ses esprits pour travers les deux petites rues qui la séparait de son véhicule. Naila était certaine que sa trahison était écrite en rouge sur son front, tant elle était une piètre menteuse dés lors qu’elle était réellement atteinte par la situation. Dans les autres cas, elle excellait dans le domaine. Alors que Jace rattrapait au vol les clés de la Rover, elle ne put s’empêcher de rouler des yeux à l’entente de ce surnom qui la titillait. De la bouche de n’importe qui d’autre, Naila n’accordait pas la moindre importance à l’attribut mais de celle de Jace, elle avait l’impression que la dénomination n’était là que pour appuyer leur différence. Lorsqu’il l’appelait princess, elle se sentait comme une gamine capricieuse à qui tout tombait dans la paume de la main. Et peut-être que la vérité n’en était pas si loin. Naila ne s’en accommoda pas pour autant, préférant ne prendre aucun risque qui viendrait gâcher ce moment. Les yeux rivés sur le blond qui les sortait de la ville, elle ne pouvait retenir son sourire, moins encore lorsqu’il déposa ses lèvres sur sa main. Le sourire idiot qu’il afficha l’emplit autant de joie que de tristesse, choisissant de se concentrer sur le premier sentiment. Il y aurait bien assez de temps pour se laisser submerger par le deuxième, une fois qu’elle se réveillerait. « Yeah... I feel the same when I looked in the mirror. » Lança-t-elle d’un air détaché, faussement hautain, avant de rire. Un brun narcissique, Naila n’était pas du genre à se rabaisser mais rien ne valait la vue qui s’offrait à elle actuellement. Ces traits qu’elle s’était efforcé de dessiner dans son esprit au quotidien, de peur de finir par les oublier s’il ne croisait jamais plus sa route.
Lui indiquant la direction à prendre, Naila pris une seconde pour elle lorsque Jace coupa le moteur, pour tenter de faire taire les nombreuses voix dans sa tête. Qu’était-elle occupée de faire, au juste, si ce n’était rendre la situation plus douloureuse qu’elle ne l’était déjà ? Cela ne l’empêcha pas de les ignorer et grimper sur lui, le volant venant lui torturer le dos jusqu’à ce que Jace ne lui libère un peu plus d’espace. Naila avait vraiment foiré. C’est avec cette pensée et la peur qu’il ne lui échappe qu’elle se pencha sur ses lèvres, ignorant les larmes qu’elle refoulait depuis trop longtemps. La cheerleader n’était même pas certaine de pouvoir les expliquer, juger une seule émotion coupable pour ces dernières lorsque tout ce qu’elle ressentait était juste trop.
Ses dents se plantèrent dans sa lèvre inférieure alors que Jace se détachait déjà d’elle, agitant négativement la tête en guise de réponse. Parler allait tout gâcher. Parler ne pouvait que l’éloigner, les briser. Naila se pencha un peu plus sur l’irlandais, qui jouait avec sa lèvre, espérant pouvoir le retrouver sans avoir à prononcer le moindre mot, mais il reprit la parole. Les deux mains posées sur sa poitrine, la texane ferma les yeux alors que ces derniers  s’emplirent de larmes. « Jace, don’t. » Le supplia-t-elle, penchant doucement la tête pour se laisser aller contre ses doigts qui caressaient le visage de la blonde. Plus elle essayait de ravaler ses larmes, plus Naila avait l’impression de se noyer, rouvrant finalement les paupières en laissant ses dernières s’échapper. Ses mains quittèrent la poitrine de Jace pour essuyer furtivement ses larmes, s’essuyant dans le tissus de sa jupe avant de les poser les joues de son amant à nouveau. « I’ve just missed you. » Elle répéta dans un murmure, parvenant à lui voler un baiser avant qu’il ne l’écarte à nouveau. Était-il au moins conscient, de l’amour qu’elle lui portait ? Pouvait-il le traduire dans ses gestes,  dans son regard, à défaut de pouvoir le faire dans ses actions ?
Privée de ses lèvres, Naila poussa un profond soupire avant d’enfouir son visage dans ses paumes afin de ressaisir. Elle avait fait une putain d’erreur, le fait que Jace ne cherchait pas à profiter de l’instant qu’elle lui accordait n’en était qu’une preuve de plus. Frustrée de ne pas pouvoir prendre position dans ses bras comme elle l’aurait voulu, Naila se retourna pour s’asseoir sur ses jambes, se laissant aller dos contre sa poitrine tout en baissant le siège pour qu’ils ne soient plus si droits. Peut-être qu’il serait plus facile de lui parler ouvertement, si elle ne pouvait constater la peine qu’elle lui faisait et l’impact de ses mots. La tête calée contre son épaule, Naila enfoui son nez dans le cou  de son amant, s’imprégna de son odeur, ainsi que de ses bras à présent enroulés autour de sa taille. La position n’avait rien de confortable mais pour rien au monde la texane ne l’aurait troquée. « I think I’ve done the biggest mistake of my life by letting you go. » Avoua-t-elle, glissant ses doigts nerveusement sur les bras de Jace. « And I can’t go back. » Le voulait-elle, seulement ? Si elle avait su, deux ans plus tôt, que la maladie allait frapper Cameron, Naila aurait-elle fait le choix inverse, le laissant gérer seul cette épreuve?  Car si l’amour qu’elle lui portait n’était en rien comparable à celui qu’elle éprouvait pour Jace, elle aimait Cameron. Il n’y avait pas de doute la dessus. « He’s sick. » Les yeux fermés, Naila fit barrages aux nouvelles larmes qui menaçaient de la submerger, laissant le temps à l’irlandais d’emmagasiner les informations qu’elle lui fournissait au compte goutte. Naila devinait chacun de ses muscles qui se tendaient à l'évocation de Cameron, sans pour autant parvenir à s'arrêter dans son récit. « He’s dying and there’s nothing else I can do… I’m helpless. I try so hard not to lose faith but it seems like everytime we think he’s doing better, he crashes again. » Jace aurait dû être la dernière personne à qui elle se confiait sur le sujet, les derniers bras à l’accueillir et la consoler, pourtant Naila s’y accrochait à présent pour s’assurer qu’il ne la lâche pas, lui aussi. « I have no one, Jace. We have no one. The day I married Cameron, I lost everyone else. » En dehors de son frère, qu’elle tentait de ne pas inquiéter et importuner avec ses problèmes. L’un d’eux continuait le rêve, à Navarro College, et Naila ne souhaitait pas venir perturber cet équilibre, ou s’entendre dire à nouveau qu’elle l’avait choisi. Personne n’avait choisi cette foutue maladie. « I can’t leave him. » La voilà, la conclusion qu'il avait sans doute déjà tiré, de lui-même. Ce n'était pas parce qu’elle se sentait prise au piège, mais parce qu’elle refusait de le laisser affronter ça seul. Personne ne devrait avoir à le faire. « I know you don’t want to hear it but I love him… Not the way I love you, but I care so much about him. » Ce qu’elle avait avec son mari n’était pas comparable, ne le serait jamais, ce qu’elle savait à présent. Il était malheureusement trop tard pour faire marche arrière et se contenter d’être l’amie à ses cotés, plutôt que la femme. « I’m sorry for everything Jace. I just... I’m sorry for telling you all of this. » Naila se redressa légèrement, juste assez pour tourner la tête et écraser un baiser contre sa mâchoire, s’interdisant toujours de croiser son regard. Il n'y avait plus qu'à attendre le moment où Jace se détacherait d'elle, en réalisant à quel point ils avaient tout deux été naïfs en s'échappant de Windmont Bay comme si le reste du monde n'existait pas.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 197
name : all souls
face + © : POD ; ©max ♡ (av) self(gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 583
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Mar 4 Aoû - 16:11
sometimes when i look at you, I see my wife
Then you turn into somebody I don't know
And you push me away, push me away
Call me in the morning to apologize
Every little lie gives me butterflies
Something in the way you're looking through my eyes
Don't know if i'm gonna make it out alive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – June the 24th, 2020.

L'habitude que l'irlandais avait eu de se perdre dans les baisers de Naila ne s'était pas fait la malle. Rien ne s'était évaporé et tout se retrouvait encore plus vite qu'il ne l'aurait cru. Chaque caresse, chaque baiser, chaque parcelle de peau qu'elle lui offrait. Elle le rendait dingue, et elle le savait. Même dans cette voiture, sa simple présence le grisait. Ça lui semblait presque irréaliste. Lorsqu'il avait mis les voiles du Texas, même s'il avait espéré, il ne pensait pas tomber un jour -de nouveau- sur elle. Encore moins ici, ville qui pensait complètement perdue. Il se marre à sa réflexion, typique de la blonde et de son humour. « yeah i bet » un nouveau baiser sur le dos de sa main, et Jace tente, tant bien que mal, de se focaliser de nouveau sur la route, c'était pas le moment d'avoir un accident. Pourtant, il peut pas s'empêcher de laisser glisser sa main. D'abord sur sa cuisse, puis contre sa nuque. Manque accru de sa personne, du contact de sa peau. Sans doute un moyen de s'assurer que tout ça est bien réel et qu'il devient pas cinglé. La peur de la voir se volatiliser sous ses doigts, ou de se dire que son esprit lui joue des tours.
Il suit les indications à la lettre, tourne lorsqu'elle le lui demande pour s'engouffrer dans un semblant de route -chemin?- qui semble peu fréquenté, excepté peut-être par quelques engins agricoles. A peine le contact éteint qu'elle se retrouve sur lui, et dans son esprit, y'a plus de doutes, elle est bien là, avec lui. Pas de fausses excuses, pas de distance, pas de regard fuyant. Mais ça l'oblige  se demander de quoi sera fait demain. La même Naila, ou la fille plus raisonnée (trop raisonnée?). Il y aura toujours le mari dans l'ombre et dans un coin de sa tête, les blessures de Corsicana et les nombreux non-dits. Il se demande à quel point il sera capable d'encaisser et combien elle sera prête à lui donner ? De sa personne, de temps, de son cœur. Il a jamais été du genre à partager, mais elle, sa princesse ? Est-ce qu'il a même le choix. Il préfère balayer les questions, se concentrer sur ses lèvres qui l'assaillent. Il en faudrait pas beaucoup plus pour la débarrasser de ses fringues et la faire sienne, encore une fois. Putain qu'il le veut. Qu'il la veut. Mais il remarque ses prunelles brillantes, sa tristesse sous-jacente. Il y a quelque chose qui cloche, il le sait, pourtant elle ne s'éloigne pas, alors il comprend encore moins. Il se laisse embrasser, y'a les tripes qui se tordent malgré le plaisir qu'il y prend. Il la voudrait que pour lui, tout contre lui. Mais Jace veut surtout savoir ce qu'il se passe, ce qu'elle a. Si chaque partie de son corps lui a manqué et que le sien semble lui hurler un besoin vital de la sentir de nouveau, il est incapable de passer outre son état. Il la laisse s'installer comme elle le veut et il la serre contre lui. Naturellement, il a sa main qui vient caresser ses mèches blondes, attendant qu'elle dise le moindre mot. Et ce qui sort, il l'avait pas vu venir. Le palpitant qui se serre quand il réalise ce qu'elle dit. Il pourrait lui sortir un 'je te l'avais dit' un peu mal placé vu les circonstances, mais c'était pas son genre. Pas là, c'était trop sérieux. « Naila... » il soupire, ne sait même pas quoi dire. Il ne lui a jamais caché ses sentiments. Si certains mecs mettaient un temps monstre à se confier là dessus, Jace n'avait pas hésité avec elle. Il n'avait pas hésité malgré tout ce qui aurait dû le retenir. Mais il avait pas choisi de l'aimer, pas choisi de tomber amoureux. Il avait pas choisi de s'éprendre d'une jeune femme qui était déjà promise à un autre. « what ? » cette fois, y'a l'incompréhension la plus totale sur son visage, les traits froncés, les muscles tendus. Il aurait dû dire quelque chose, mais y'a rien qui vient, alors il se contente de l'écouter. Il n'aurait pas pu le deviner, c'était certain. Et y'a tout qui lui sert le cœur dans les révélations de Naila. Qu'elle reconnaisse que le laisser partir était la plus grosse erreur de sa vie, mais savoir qu'elle tenait aussi à son mari. Au fond, il aurait sans doute préféré que ça ne soit qu'un caprice de princesse ou une connerie de genre. Mais elle tenait à lui, et ça s'entendait dans chacun de ses mots. Mais ce qui le touchait encore plus, c'était la détresse dans chacun de ses mots. S'il passait outre le mec qu'elle avait choisi d'épouser, il était attristé de la solitude qu'elle ressentait. Il aurait voulu lui dire que ça allait s'arranger, mais c'était sans doute un peu hypocrite de sa part. Et ça tombe. Elle peut pas le quitter. Putain de claque qui fait mal mais qu'il avait pourtant vu venir. Il comprend sans doute mieux tout ce bordel. Il connait Naila. Derrière ses airs de princesse et de fille sure d'elle, la blonde a un cœur d'or. Elle fait des choix qu'elle regrette parfois, mais jamais dans le but de blesser qui que ce soit. Et il sait, qu'en sachant Cameron malade, elle le quittera encore moins que s'il pétait la forme. Son myocarde est en pleine chute libre et les tripes en vrac. Il ne sait pas quoi faire de ses mots. Ça aurait du lui faire plaisir, mais c'était ce genre de consolation un peu amère. Elle l'aimait, sincèrement, mais il ne pourrait être avec elle. « don't be sorry. At least you're honest. And it make more sense... » avoue-t-il avec une voix relativement faible. Pas sur le fait qu'elle ait choisi de l'épouser, mais sur le fait qu'elle soit encore avec, malgré leurs retrouvailles et ce qu'elle semble ressentir. Il se pince l'arrête du nez, dépose ses lippes sur le front de la blonde avant qu'elle ne se redresse légèrement. « I don't know what to say. It's so fucked up » il soupire, laisse sa tête reposer contre l'appui-tête, et de sa main libre, force Naila à trouver son regard. « i'm sorry though. I don't want you to feel alone. At all » peu importe que ça soit à cause de sa décision d'épouser Cameron ou d'autre chose. « You have me, ok ? You have me »  il vient lui voler un baiser vant de reculer légèrement sa tête. « I won't be able to … deal with all the cameron talk, but i can be here for you. » parce que c'était trop pour lui, de l'entendre parler de son mari, mais il pouvait tout de même la soutenir. Etre une bouffée d'air frais quand tout ce qu'elle avait à gérer devenait too much. « you can find me, anytime. If you need, i don't know... whatever you need. A break, to breathe... » sans savoir combien de temps il serait capable de supporter de n'être qu'une parenthèse dans sa vie. Il sait juste qu'il serait incapable de la laisser seule. « or if you need my lips » lache-t-il un peu plus malicieux, pour détendre un peu l'atmosphère.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Ven 28 Aoû - 18:30
Naila avait su, à la seconde où elle avait autoriser Jace à gouter à ses lèvres, qu’il n’y avait pas de marche arrière. Rien qu’elle ne puisse dire ou faire à l’avenir ne viendrait nettoyer l’ardoise et effacer le fait que la jeune femme était sur le point de tromper son mari et devenir exactement tout ce qu’elle méprisait chez son père. Si elle prétendait ne pas les comprendre, détester de son père de rester alors qu’il trompait sa mère à tout va, peut-être devait-elle admettre qu’elle n’avait pas toutes les cartes en main. Naila avait beau les avoir vu évoluer pendant vingt-deux années, il était évident qu’elle ignorait ce qui se passait réellement dans le mariage de ses parents et les raisons qui poussaient ces derniers à rester ensembles « malgré tout ». Elle avait toujours jeter la pierre à Rory avec une facilité déconcertante, prenant pleinement le parti de cette femme qui l’aimait plus que tout, pourtant elle répétait ses erreurs. Naila marchait dans les pas de son paternel, cédant à un autre sans que cela ne remette l’amour qu’elle portait à Cameron en question. Malheureusement, Jace était tout sauf un caprice. L’Irlandais n’était pas un simple fantasme qu’elle avait besoin d’assouvir, ses sentiments pour lui étaient toujours aussi réels et présents qu’ils ne l’avaient été dans le passé, si ce n’est plus. Il lui avait terriblement manqué et Naila n’avait pas la volonté de le garder loin d’elle, maintenant qu’elle pouvait le retrouver. La cheerleader avait besoin du contact de sa peau sur la sienne et d’entendre son coeur battre à tout rompre sous ses doigts dés qu’elle était à ses côtés.
Calée contre lui, la blonde avait l’impression d’étouffer à le sentir se tendre aux paroles qu’elle prononçait. Il était la dernière personne au monde qu’elle souhaitait blesser et pourtant, Naila était persuadé n’avoir jamais autant fait souffrir quelqu’un que Jace O’Connor. Pas une seconde il ne lui avait permis de douter de l’amour qu’il lui portait. S’il avait refusé d’arrêter de dealer, malgré ses nombreuses supplications, Naila n’avait pas questionner la sincérité de ses sentiments dans tout ça, parce qu’il n’y avait qu’à voir le regard que l’Irlandais posait sur elle. Quand il la regardait, Naila avait l’impression d’être le centre de son monde. Comme il était le sien. Ses choix ne l’avaient pas démontré, ainsi la jeune femme ne pouvait que prier que Jace le devine dans ses gestes. Ses mots lui faisaient surement plus de mal que de bien, mais elle avait ouvert les vannes et ne pouvait s’arrêter en cours de route à présent. Elle ne voulait surtout pas le peiné, le faire souffrir, mais Naila ne souhaitait plus garder pour elle tout ce qu’elle avait sur le cœur, qui les empêchaient de réellement se retrouver.
A la fin de son récit, elle agita négativement la tête lorsque son (ex?) amant lui affirma qu’elle n’avait pas à être désolée. Comment ne pas l’être, quand allongée contre lui, elle lui confiait l’amour qu’elle portait sincèrement à son mari ? Certes, qui était loin de celui qu’elle avait pour lui, mais qui était bien là, bien réel. Est-ce qu’il était possible d’aimer deux personnes simultanément ? Naila connaissait déjà la réponse à cette question, ce qu’elle ignorait était les répercussions, la douleur qui allaient avec ces sentiments, qu’elle était incapable d’ignorer. Comme ne pas être désolée quand la voix de Jace était soudainement si faible ? Les dents plantées dans ses joues, elle retint de nouvelles larmes lorsqu’il l’obligea à la regarder dans les yeux. Naila ferma ces derniers un instant lorsqu’il affirma être là pour elle, concentrée sur sa respiration et le tremblement de ses mains, avant de les rouvrir pour l’affronter. Le moins qu’elle puisse faire était de le regarder, d’affronter l’impact que ses mots et ses sentiments pouvaient avoir tant sur les autres que sur elle. Légèrement redressée, Naila ne le quittait plus des yeux, ses doigts caressant doucement ses joues pendant qu’elle l’écoutait, jusqu’à envelopper celles-ci  complètement et venir déposer un baiser sur ses lèvres. « As much as I need one, I don’t think you can be my friend. » Et pourtant, savoir qu’il était là pour elle malgré tout, malgré son mariage, la soulageait plus qu’elle n’aurait jamais su l’exprimer. « You deserve so much better than this Jace O’Connor. » Elle souffla contre ses lèvres, avant d’y écraser les siennes à nouveau, profitant de chaque instant qu’ils pouvaient encore volés. Si elle avait besoin de lui plus que jamais, Naila savait aussi qu’elle n’était pas en droit d’en profiter, parce qu’il ne méritait pas une personne qui ne pouvait pas être entièrement sienne. « I know it’s fucked up and it doesn’t make sense. I want you to be happy. I want you to find something good and move on and … just be happy. I hate myself for hurting you two years ago. Today… but in a very selfish way I still hope you’ll never look at someone the way you look at me. » Elle avoua, l’estomac et la gorge noués. Il n’y avait rien de plus égoïste que prononcer ces mots à voix haute et pourtant, c’était la stricte vérité. Naila ne pouvait être à lui, pas comme ils l’auraient voulu, mais son cœur se brisait à la seule idée qu’une autre puisse un jour prendre sa place dans ses bras et son cœur. Le nez enfui dans le cou de Jace, elle déposa un baiser le long de sa mâchoire, avant de serrer un peu plus ses bras autour des siens, le suppliant secrètement de ne pas abandonner. Pas encore. Il n’y avait pas de happy ending qui les attendait, mais elle se refusait à l’accepter pour l’instant.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.

Jace O'Connor

messages : 197
name : all souls
face + © : POD ; ©max ♡ (av) self(gif), old money(sign)
multinicks : ezra, madd, riley, gaby & jean
points : 583
age (birth) : 26 years old
♡ status : single, and troubled
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, thinking about his fav bitch, tryin' to win her heart all over again
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : OFF | naila, pristine, odette, finn & maggie (owen)

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Sam 5 Sep - 23:04
sometimes when i look at you, I see my wife
Then you turn into somebody I don't know
And you push me away, push me away
Call me in the morning to apologize
Every little lie gives me butterflies
Something in the way you're looking through my eyes
Don't know if i'm gonna make it out alive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
@Naila Baldwin-Flores – June the 24th, 2020.

Ce serait sans doute plus simple de détester son mari, Naila avec, mais cette partie-là, il y avait renoncé il y a un moment. Il était incapable de la détester. Mais son mari ? C'était plus simple. Seulement maintenant qu'il savait pour sa maladie, ça rendait les choses plus délicates, moins... justes. Comment en vouloir pleinement à un mec qui en bavait autant, et qui plus est, qui ne lui avait concrètement rien fait ? Dans l'histoire, c'était bien Jace l'autre mec. Jace qui avait tenté Naila et l'avait détourné de ce chemin tout tracé. Ouais, ça aurait été plus simple de tout lui mettre sur le dos et de l'insulter à chaque coup de sang. Tout comme ça aurait été sans doute plus facile de presser la blonde, à lui dire que ça ne pouvait pas durer, qu'elle allait devoir faire un choix. Peut-être pas dans l'immédiat, mais dans un futur proche. Mais comment pourrait-il se regarder en face après lui avoir demandé une chose pareil maintenant qu'il savait tout cela ? Elle le touchait. Dans ses mots, ses réactions, sa vulnérabilité. Il était à la Naila qui savait ce qu'elle voulait et qui se donnait les moyens de l'obtenir. Il la connaissait séductrice, attentionnée, entière, passionnée, déterminée, mais il l'avait rarement si vulnérable. Ça le tuait à petit feu de la voir avec les yeux humides, la voir retenir ses larmes et à deux doigts de s'effondrer. Il aurait voulu faire plus, mais quoi ? Combien de temps ? Ce serait mentir que de dire qu'il pourrait supporter cette situation indéfiniment. Il pouvait essayer, être là pour elle, autant qu'il en était capable pour le moment. Le bout des doigts de Naila caressent doucement sa joue, et c'est un baiser, qu'elle vient déposer sur ses lèvres. « I don't know what I am for  you, not really... not exactly a friend » grimace-t-il, sans vraiment savoir de quelle étiquette il écopait, et il se foutait bien de ça « but i still can be there for you, Naila. I know I won't be able to listen to you talking about your husband, but i still can be there » si c'était juste venir squatter chez lui -ou sur la plage. Il pouvait être là pour elle, la voir, l'embrasser, la serrer dans ses bras. La réconforter à sa manière. Mais il ne pourrait pas l'écouter parler de son mari. Il aurait voulu pouvoir le faire, mais il savait qu'aujourd'hui était l'exception. Il ne pouvait pas faire plus, ou mieux. Il soupire, accueille ses lèvres, l'embrasse de plus belle. Ses mains de chaque côté de son visage, il approfondit le baiser, s'accrocher à ses lèvres. « I don't know what i deserve, but i know what i want » Jace ne s'était jamais considéré comme un mec foncièrement mauvais, mais il n'était pas certain de ce qu'il 'méritait'. Ses actions n'étaient pas toutes bonnes ou désintéressées, alors il était sans doute pas le mieux placer pour délibérer de ça. La vérité, c'était qu'il voulait Naila. Entièrement. Il la voulait, matin et soir. Il voulait prendre le petit-déj avec elle, et la voir dans l'appart' lorsqu'il rentrait du boulot. Il voulait être capable de l'embrasser sans avoir à regarder autour, à cause de potentiels témoins. Il voulait qu'elle soit sienne, et pas à moitié. Pas entre deux murs, à l'abri des regards. Il voulait pouvoir l'attraper par la taille et l'embrasser sans retenue au milieu d'un trottoir bondé, quitte à se récolter quelques regards accusateurs. Il ne savait pas combien de temps il supporterait cette situation, mais il se savait incapable d'y renoncer totalement. Il a un rire nerveux et soupire une nouvelle fois. « yeah, completely fucked up » confirme-t-il en reposant son regard sur elle. « i think deep down you know » il a un sourire amusé sur le coin des lèvres. « you know i'll never look anyone else the way i look at you » il se rapproche, s'empare doucement de ses lèvres. Au fond, ils le savent tous les deux. Il lui dit pas qu'il regarde personne d'autre ou qu'il devient abstinent lorsqu'il n'est pas avec elle. Il reste un mec, apprécie les jolies femmes et aime se faire plaisir. Il en a côtoyé d'autres, en cotoient encore d'autres, à l'occasion, mais Naila, elle reste spéciale. Naila, c'est pas les autres. C'est pa sla fille qui comble ses envies de sexe ou d'attention. C'est pas celle qui est là pour combler la solitude passagère qu'il peut ressentir. Elle est plus que ça. Elle est tout ça, et tout le reste. Tout ce que les autres ne seront pas. « I hate this situation... but I can't let you go. » il se retient. Not now. Not yet. « it's fucked up coz' i want you, just for me, naila, i don't want to share you with anyone else... but letting you go won't make me happy either » il lui vole un baiser, la main qui glisse de sa joue à sa nuque. « so we're stuck like this i guess » de son autre bras, il resserre son étreinte, dépose un baiser sur la ligne de sa machoire. « can i have you all day long ? » parce qu'il ne s'en lassait pas, et jamais, il ne serait rassasié.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Naila Baldwin-Flores

messages : 383
name : mrs.brightside/marine
face + © : e.expósito + all souls | ts
multinicks : tommy ⋅ mila ⋅ owen ⋅ sören ⋅ casey ⋅ howard ⋅ dean ⋅ nathan.
points : 910
age (birth) : twenty-one y.o ⋅ 12|01
♡ status : married to cameron flores since august 2018.
work : business student at navarro college & cherleader. she pressed pauses on her studies in november.
activities : taking care of cameron, making calls for him, dancing, cheerleading, trying to keep o'connor as far away from her (heart) as she can, learning pole dance.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : rory, jace ⋅ | open |

don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) · Mar 15 Sep - 22:54
Si Naila n’avait pas grand monde vers qui se tourner à Windmont Bay, elle ne trouvait pas moins injuste de se confier à son ex petit-ami. Celui là même qu’elle avait décidé de quitter afin de dire oui à Cameron, jusqu’à ce que la mort les sépare. Retrouver les bras de Jace suffisait à remettre tout en question, à commencer par l’envie de vieillir aux côtés de son mari, mais la blonde ne pouvait pas nourrir de nouveaux espoirs chez l’Irlandais. Son mari devait aller mieux, parce que Naila ne survivrait pas à le perdre. Mais quand cela arriverait - parce que ça arriverait, elle y croyait dur comme fer -, serait-elle encore à ses côtés ? Après les mauvais jours, la texane aurait-elle envie de rester pour les bons, ou aurait-elle envie de claquer la porte pour retrouver son amant ? Trop de questions auxquelles Naila ne souhaitait pas obtenir de réponse pour l’instant, ayant déjà bien trop à penser entre les soins de Cam et sa société qu’il avait remis entre ses mains indécises. Lorsque Jace lui avoua ne pas savoir ou se positionner, dans sa vie, Naila grimaça à son tour, n’ayant pas plus de réponses que lui. La jeune femme hocha la tête, compréhensive, lorsque son amant lui dit qu’il pouvait être là pour elle, à condition qu’elle ne parle pas de son mari. D’une certaine façon, c’était un retour à la case départ, n’ayant personne pour se confier à propos de ses craintes, ses peurs, et la santé générale de Cameron… Mais Jace était bien la dernière personne à qui elle pouvait en vouloir de ne pas vouloir en entendre parler. Un sourire timide pris place contre les lèvres de l’Irlandais, qui les scellait à nouveau, rassurée de l’entendre lui dire qu’elle était toujours ce qu’il voulait. Pour combien de temps, personne ne le savait, mais injustement, Naila était rassurée par ses mots. Elle aurait aimé que tout soit différent. Elle aurait voulu être capable de s’en tenir au discours qu’elle lui avait servit lorsqu’il s’était retrouvé, afin de le blesser une bonne fois et espérer qu’il tourne la page après coup… Mais au fond d’elle, Naila était incapable de le repousser et le perdre une nouvelle fois, aussi égoïste que ça puisse être de le vouloir encore et toujours.
Incapable de retenir son sourire, peu importe à quel point leur situation était merdique, la blonde lui vola un nouveau baiser lorsque Jace affirma que ce regard, celui-là même qu’il lui portait actuellement, lui était exclusivement réservé. Elle n’avait pas envie de réfléchir avec des « si » car la vie était ce qu’elle était… Mais putain, qu’est ce que Naila pouvait rêvé de partir avec lui et tout plaquer. Sa vie, son mariage, ses promesses, ses résolutions. Sans la maladie de Cameron, aurait-elle été capable de tout envoyer valser ? Impossible d’avoir la réponse, son esprit étant à cent mille lieux de là. Ce que Baldwin savait, c’est que ça n’arriverait pas à présent et qu’il était donc inutile de se raccrocher à cette idée, quand bien même ça l’apaisait de s’évader, même quelques secondes et uniquement dans sa tête. « I didn’t know. » Elle souffla, un sourire reprenant place sur ses lèvres alors que ses doigts glissaient à nouveau sur les traits de son visage. Naila ne pouvait s’empêcher de le toucher, imprimer tout ce qui avait changé en deux ans - pas grand chose, mais ses traits étaient malgré tout moins enfantins. « But now I do. » Elle murmura avant de répondre à son baiser, sans retenue.
La texane se sentait libérée d’avoir pu lui donner une idée de la situation dans laquelle elle se trouvait actuellement et désirait à présent oublier cette peine pour se concentrer sur le moment présent. Sur ses lèvres qui s’étaient emparées des siennes comme si sa vie en dépendant, dans la ruelle. Naila ferma les yeux lorsqu’il se confiait sur son envie de l’avoir rien que pour elle, ne sachant ce qu’elle pouvait ajouter. Jace savait à présent la situation dans laquelle la jeune femme était et il la connaissait suffisamment pour savoir que Naila ne tournerait pas le dos à son mari alors que ce dernier se battait, chaque jour, pour rester en vie. Si seulement Giorgia avait pu mettre leur conflit de côté et être là, tant pour son père que pour sa meilleure amie… Peut-être que la présence de la brune aiderait Naila à y voir plus clair, mais elle doutait se rabibocher un jour avec celle qu’elle aimait pourtant plus que tout. « I know… But I don’t know what to say Jace… » Y avait-il quelque chose à ajouter, maintenant qu’il savait tout, ou presque ? Elle se mordilla nerveusement la lèvre inférieure après qu’il l’aie embrassé, inspirant profondément pour enfin se reprendre. C’était leur premier vrai moment, à deux, depuis qu’il s’était retrouvé et Naila ne souhaitait pas le passer en larmes, à s’apitoyer sur le sort qu’elle avait plus ou moins choisi. En partie, en tout cas. « I want you to be honest with me… Not just now but… Every moments we spend together. I want to know if it’s too much for you. » Parce que s’il insinuait accepter (autant que possible) la situation, Naila souhaitait savoir si ça devenait trop difficile pour lui. « You can have me all day and all night if we’re stop talking about this. Him… » Dit-elle finalement, certaine que l’Irlandais serait d’accord avec elle sur ce point. « Maybe we should go to your place? » Elle offrit, lui volant un nouveau baiser avant de s’extirper pour se replacer sur la place passager. La voiture n’avait rien de confortable et Naila avait envie de partager un moment en sa compagnie sans aucune retenue ou contrainte. Sans la peur d’être prise sur le fait - car autant dire qu’une voiture au milieu des champs était des plus suspect - quand bien même la proposition n'avait même pas d'arrière pensée. Même s'allonger dans ses bras en silence lui allait, tant qu'elle était en sa compagnie.

_________________
-- don't call me "baby". look at this idiotic fool that you made me. you taught me a secret language i can't speak with anyone else and you know damn well for you, i would ruin myself a million little times.
Contenu sponsorisé




don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: don't know if i'm gonna make it out alive (jaila) ·
 
don't know if i'm gonna make it out alive (jaila)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: