hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-22%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge – Black Friday
139 € 179 €
Voir le deal

 

 here's your final shock surprise


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak
Aller en bas 

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· here's your final shock surprise · Mar 30 Juin - 9:24

you thought you had it made,
well here's your final shock surprise
how do you like it ?

- - - - - - - ❖ - - - - - -
@Tony Burton / 29.05.20

L'odeur de la bolognaise lui chatouillait les narines, alors que son estomac criait déjà famine. L'intérêt que Kerry portait à la cuisine était limité, mais Tony ne devait pas tarder à arriver et cette attention toute particulière lui était destinée. Pour de très mauvaises raisons, à mille lieues d'une quelconque envie de lui faire plaisir, du moins pas comme il l'entendait. Elle s'était appliquée comme jamais avec une idée bien précise derrière la tête. Voilà plusieurs mois qu'elle était arrivée à Windmont Bay avec le désir de lui (re)mettre la main dessus, ce qu'elle avait fait plutôt rapidement, mais avec son capot. La suite n'en avait été que plus douteuse, alors qu'elle partageait désormais avec lui une sorte d'amitié, bercée par plusieurs mois de sorties, de franches rigolades et de tournées de bière. Le tout parvenait pourtant à la satisfaire et elle n'expliquait pas ce résultat. Tony Burton n'avait pas une tête de jeune premier, il n'était pas l'homme vers qui on avait naturellement envie d'aller pour sympathiser, encore moins lorsqu’on avait en mémoire les détails de son passé. Il parvenait pourtant à se montrer amical et sa compagnie n'était pas si terrible, bien au contraire. Des mois que kerry traînait dans son sillage avec la ferme intention de porter ses ovaires sur la table pour enfin en arriver à sa propre conclusion : lui avouer qu'il avait été berné et s'offrir le luxe de lui tirer les vers du nez, quitte à l'abîmer un tant soit peu au passage. Le scénario était établi, d'une clarté évidente comme toujours, mais Kerry n'était pas une femme qui parvenait à suivre une ligne droite malgré toute sa bonne volonté. Néanmoins, elle était déterminée à lui offrir - ce soir - son mea culpa en guise de cadeau d'anniversaire. Alors qu'elle s'affairait derrière sa gazinière, ravie de la future tournure de cette soirée - si seulement elle gardait le cap - elle entendit un bruit dans son entrée et stoppa net sa préparation. « Entre, c'est ouvert ! » hurla-t-elle en pivotant de moitié pour jeter un coup d'oeil vers la porte. A la découverte de sa silhouette, elle remonta son regard dans le sien et s'affubla de son plus beau sourire, à la limite de l'exagération. Il avait bien le droit de commencer sa soirée avec un peu de bonne humeur, aussi surjouée soit-elle - et qu'est-ce qui n'était pas « en excès » chez Kerry, à part peut-être ses neurones. « T'as ramené quoi ? Je commençais à m'assécher. » Elle essuya nonchalamment ses mains sur la première serviette à disposition et pivota un peu plus afin de lui faire face, tout en le dévisageant. « Ta carcasse est donc parvenue jusqu'à tes 38 ans ? » Sa carcasse était également parvenue à faire fi de la justice et à gambader, plus ou moins, à l'air libre. « Pas de cadeau pour toi, comme demandé, mais j'espère que ça va te plaire. C'est une vieille recette qu'un ami m'a laissé il y a longtemps. » Pas peu fière, elle lui fit un signe de tête en direction de son futur repas. Peut-être se souvenait-il de ce jour particulier où il lui avait offert cette recette, peut-être n'était-ce qu'une lointaine impression de déjà-vu ou peut-être n'en avait-il même plus conscience. Kerry était pourtant déterminée à lui conter cette histoire, commencée presque vingt ans plus tôt et qui le reliait à lui comme un aimant.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Mar 7 Juil - 15:07
Depuis combien de temps n’avait-il pas célébré son anniversaire ? Les années étaient si nombreuses qu’il ne se souvenait pas de la dernière fête organisée en son honneur. Il devait s’agir d’une petite surprise préparée par les infirmiers de l’hôpital, un gobelet de couleurs pour avaler sa dose de cachets, un changement de draps plus tôt que prévu, il lui était compliqué de se remémorer les événements de cette période. Ce qu’il savait, en revanche, c’était qu’il ne partageait qu’à un cercle très restreint sa date de naissance. Il ne pouvait prendre le risque de disséminer trop d’informations à son sujet, de plus il estimait que cette journée ne valait pas plus qu’une autre. L’inexorable passage du temps ne l’effrayait ni ne l’excitait, il n’en avait rien à faire. Il survivait sur cette terre sans faire de plans sur la comète, il avait zappé depuis longtemps l’idée de fonder une famille, de se constituer un foyer avec femme, enfants et golden retriever. Dès lors, il ne lui restait qu’un quotidien banal, constitué de journées qui se succédaient et se ressemblaient toutes. Quelques fois, des arrivées impromptues venaient bouleverser son train-train pour le pire comme pour le meilleur. Dans cette dernière case, il classait sans conteste Kerry Phillips, qui était entré dans sa vie de la manière la plus explosive qui fut, pour ne plus en sortir. Il n’avait rien prémédité en annonçant au détour d’une conversation par SMS qu’il franchissait un nouveau cap, il ne s’attendait pas à recevoir une invitation de la part de la jeune femme. Cependant, il avait l’esprit léger en se rendant jusqu’à l’appartement de cette dernière, après avoir fait une boucle du côté des boutiques locales pour acheter une bouteille de vin rouge – d’Italie, évidemment – ainsi qu’un modeste bouquet de fleurs, car parfois Monsieur Burton était pris d’un élan de générosité. Ou bien était-ce un intérêt mal placé qui s’était perché sur son épaule gauche et lui avait intimé qu’un geste romantique lui permettrait d’obtenir bien plus qu’un dîner d’anniversaire ? La relation qu’il entretenait avec Kerry ne dépassait pas le stade de l’amitié, il était clair que l’attraction ne se vivait que dans un sens, il fallait qu’il passe à autre chose. Il pénétra avec aise à l’intérieur du bâtiment et avala les marches jusque la porte de la blondinette. « C’est Tony, » lança-t-il en tapotant le cul de la bouteille contre le bois. Il se fraya un passage à l’intérieur et secoua leur boisson de la soirée, pour répondre à sa question et indiquer fièrement qu’il n’avait pas oublié. « Tu pouvais toujours boire de l’eau, tu sais, ça ne te tuerait pas de temps en temps. » Il esquissa un sourire satisfait avant de lui tendre les quelques tiges de fleurs achetées plus tôt. « J’ai eu bien du mal, tu es bien placée pour le savoir, mais j’y suis, ouais. » Il revenait de très loin, beaucoup de ses anciennes connaissances devaient l’imaginer déjà enfermé entre quatre planches. Pourtant, il tenait bon, comme un cafard dans les murs d’une demeure insalubre. Il se rapprocha de la cuisine lorsqu’elle mentionna ce qu’elle préparait et y jeta un coup d’œil curieux. Sa vue ne fut pas le sens auquel il eut recours pour activer la partie de son cerveau en charge des souvenirs. Il renifla le fumet particulier de la sauce tandis qu’une pression dans sa poitrine le ramenait des années en arrière. Ses fesses posées sur le plan de travail, à regarder sa grand-mère préparer le repas pour toute la famille. Son esprit rapatria son corps dans l’instant présent et il se tourna vers Kerry, les yeux légèrement humides d’émotion. « Merci. Je sais déjà que je vais me régaler. Je n’ai rien senti d’aussi appétissant depuis que ma Zia est morte... » C’était un immense compliment, la blonde ne devait même pas réaliser à quel point. « Si ça se trouve, ton ami est un de mes cousins ?! » plaisanta-t-il en glissant son index dans la préparation pour goûter. C’était fou à quel point sa recette ressemblait à celle avec laquelle il avait grandi, à quelques petites touches près. « J’espère que ça ne t’a pas pris trop de temps à préparer, j’en vaux pas vraiment la peine... »

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Mar 14 Juil - 10:34
Quasiment deux décennies pour en arriver là - une bonne dose d'adrénaline entre, la perte de nombreux proches ayant capitulé au passage et sa santé mentale qui s'effilochait petit à petit. Plus de la moitié de sa vie fut consacrée à cet être qui n'avait même pas conscience, un seul instant, de l'impact qu'il avait eu dans la sienne. La plaindre semblait évident, elle dont le chemin s'était assombri au décès de sa belle-mère, mais malgré tout, Kerry ne méritait qu'une once de pitié à son égard. Son obsession pour ce type commençait au moment même où une autre vie se stoppait - elle aurait pu laisser couler, apprendre à faire son deuil comme un être humain lambda, tout en offrant sa confiance à la justice. Elle ne l'avait pas fait. Presque vingt années s'étaient succédées avec tout autant de possibilités de stopper sa mission pour se consacrer à un semblant de vie « normale ». Il lui paraissait désormais évident que la normalité n'était pas faite pour elle, pas plus qu'elle ne l'était pour lui - malgré l'image qu'il en donnait - et que son destin ne cesserait jamais de s'entortiller au sien, parce qu'elle le voulait bien. Son air était amical, ses pommettes remontées, pas uniquement à cause de ce qui se tramait dans sa tête mais bel et bien car Tony représentait un semblant d'être auquel elle s'était accommodé, une sorte d'ancre qui la traînait vers le fond à l'image d'un lien bancal, mais indéfectible. « Mais que c'est beau - la bouteille, pas toi. » lança-t-elle avant de rectifier, laissant aller son index de sa silhouette à la dite boisson, tout en formant un rictus moqueur. La légèreté de leur conversation ne permettait pas d'appréhender la suite de la soirée, pas plus qu'elle ne permettait à Kerry d'envisager une fin alternative. « L'eau c'est pour, » Sa voix s'éteignit lorsque ses prunelles entrèrent en contact avec un bouquet de fleurs, qu'elle saisit sans même se faire prier. Elle n'avait aucun souvenir d'une telle attention, pas même venant de son ex petite amie, et ne réussit donc pas à camoufler le sourire, désormais mielleux, qui s'attardait sur ses lèvres. « C'est pour me remercier de ne pas t'avoir trop abîmé durant notre première rencontre ? Merci en tout cas, c'est.. gentil. » Dans d'autres circonstances, l'attention aurait eu une saveur différente et aurait sans doute forcé Kerry à lui offrir son étreinte la plus chaleureuse, pour lui signifier toute sa gratitude. Au lieu de ça, elle se contenta d'abandonner là cette idée pour partir à la recherche d'un vase (inexistant) lui permettant d'y déposer les quelques fleurs. Elle farfouilla durant de longues secondes à la recherche du récipient le plus adéquat puis reprit le fil de sa conversation. « Je vois que cette sauce te fait de l'effet, je suis ravie de voir que ça a l'air de te plaire, mais ce n'est pas grand chose. Qui est Zia ? » Tony semblait réellement sous le coup de l'émotion face à cette préparation plus qu'ordinaire, ce qui satisfit la blonde plus que de raison. « Oui et si ça se trouve, toi et moi on s'est déjà croisés à New-York sans le savoir et... ah non ! Ne mets pas tes pattes dans ma sauce comme ça ! » Elle venait de hausser le ton dans un réflexe qui lui était jusque là insoupçonné. « Je ne me suis donnée aucune peine Tony, c'est pas grand chose et en plus, c'est pour fêter ton anniversaire. C'est la moindre des choses que de marquer le coup, déjà que tu te retrouves à fêter ça avec moi. » Elle tapota machinalement son avant bras avant de s'occuper de la bouteille de vin qu'elle déboucha dans la foulée, surdosant le breuvage dans deux verres dépareillés qui étaient censés tout accueillir, mais certainement pas du vin rouge. L'art de recevoir n'était pas offert à tout le monde. « Bon, maintenant il faut qu'on passe aux choses sérieuses. » Elle lui tendit un verre, tout en prenant soin de lever le sien de quelques centimètres, signifiant là qu'ils étaient en pleine célébration. Le terme « choses sérieuses » ouvrait le champ des possibles à tout un tas d'idées plus farfelues les unes que les autres, et nul doute que ces deux là ne partageaient pas le même schéma fonctionnel pour espérer trouver un terrain d'entente. « A ton anniversaire, déjà, mais pour la suite il va falloir qu'on discute. » conclut-elle, non sans une pointe de malice.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Mer 29 Juil - 16:15
Sans être une personnalité égoïste, Tony n’était pas pour autant un adepte du don de cadeaux – ou de soi – et il ne comprit pas totalement l’émotion ressentie au moment où Kerry accepta la bouteille et les fleurs apportées. Il n’arrivait pas à lire si les traits de la jeune femme étaient ceux d’une personne heureuse, hypocrite ou bien partagée elle aussi entre divers sentiments qui n’avaient guère leur place entre eux. Il n’avait pas réfléchi au qu’en-dira-t-elle, il avait oublié que les êtres humains ne pensaient pas de la même manière que lui le faisait, et que chaque action avait une portée, un but, un objectif ; le sien avait toutes les raisons d’être mal interprété par son amie. « Non… c’est pour égayer un peu ton intérieur, on se croirait chez un croque-mort. » Son intonation était celle de la conversation, tant et si bien qu’il était difficile de déceler s’il plaisantait ou non. Bien évidemment, il ne se moquait d’elle que gentiment, il était mal placé pour faire des commentaires étant donné l’état de son studio et de sa collection pour le moins glauque. « Ma tante. » En parlant de glauque. « J’adorais ma mère et ma grand-mère, mais je crois bien que c’est Zia la femme la plus importante de ma vie, c’est elle qui m’a forgé, en quelque sorte… » Il n’y avait rien de reluisant à cela, puisque Tony Burton n’était pas un modèle de sainteté, bien au contraire, nombreuses étaient celles qui auraient préféré qu’il eut été avorté ou étouffé à la naissance. Dans un sursaut, il retira sa main comme s’il s’était brûlé et se tourna vers la jolie blonde, sourcils froncés face à sa réaction disproportionnée. Depuis quand jouait-elle la carte de la meuf à l’hygiène irréprochable ? « Il n’y a rien de désagréable à passer une soirée avec toi, Kerry, tu peux être adorable, quand tu veux. » Rarement. Pas là. Il se fendit d’un sourire en coin avant d’aller poser ses fesses contre le plan de travail, loin de la fameuse sauce, proche d’un souvenir qui passait et repassait régulièrement dans son esprit sans qu’il ne fût capable de capter autre chose que le flou fantomatique de cette apparition du passé. Quelque chose, dans les propos de Phillips, venait de déclencher une vanne qui fit s’écouler goutte à goutte les bribes de la mémoire du petit brun. Il sentit une masse grandir peu à peu dans le creux de sa poitrine, toutefois il leva son verre comme si de rien n’était, pour trinquer aux choses sérieuses dont il n’avait pas conscience et qu’il ne tarderait pas à regretter. « Je suis venu ici pour boire et manger, pas pour discuter, » lui rappela-t-il en faisant tinter son verre contre celui de son hôte avant d’avaler deux longues gorgées du breuvage écarlate. Il n’était pas mauvais, sans être le meilleur vin à avoir jamais gracié ses papilles. Il s’essuya le coin des lèvres du revers du poignet avant d’inspirer profondément, prêt à recevoir tout le sérieux dont la jeune femme était capable et qui ne devrait par conséquent pas être trop terrible, de ce qu’il connaissait d’elle désormais. « Tu crois vraiment qu’on aurait pu se croiser à New York ? » la prit-il de court, car cette éventualité ne quittait plus son esprit depuis que Kerry l’avait mentionnée quelques minutes plus tôt. Il avait quitté cette ville jeune, la blondinette avait quelques années de moins au compteur et il n’avait pas souvenir d’avoir fréquenté de pré-adolescentes avant de se faire enfermer pour la première fois. A moins que… « Lachlo, c’est un nom qui te parle ? Ma femme avait une cousine qui doit avoir ton âge à peu près, me dis pas que c’est toi ? » Il plissa les yeux pour détailler le visage qu’il connaissait déjà pourtant presque par cœur, puis secoua la tête de gauche à droite. « Nan, ça se peut pas, elle était vachement brune et t’as pas ses sourcils… » Il but une troisième rasade de vin avant de souffler par le nez. « J’arrête de dire des conneries et je te passe le micro. Quel est donc le discours que tu as préparé pour mon anniversaire ? » Se pouvait-elle qu’elle cherchait du courage pour lui déclarer sa flamme ? Il ne l’avait jamais regardée sous cet angle, mais Kerry était une belle femme, avec qui il s’entendait bien. Alors, pourquoi pas ?

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.


Dernière édition par Tony Burton le Mar 25 Aoû - 12:06, édité 2 fois

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Ven 14 Aoû - 11:53
Par réflexe, le regard de Kerry parcouru son intérieur qualifié de similaire à celui d'un « croque-mort ». Tony n'avait pas tort, le décoration et l'intérêt pour l'intérieur étaient inexistant chez Kerry et son appartement avait toutes les qualifications requises pour être baptisé de taudis. Elle fit la moue, lui lança un regard qui signifiait un « pas faux » et haussa les épaules pour reprendre leur conversation plus loin, devant un Tony reconnaissant envers sa tante. Les pensées de la jeune femme se tournèrent automatiquement vers cette personne qui lui était totalement inconnue, cette fameuse Zia qui avait donc forgé l'être qui se trouvait en face d'elle. Avait-elle une vague idée du packaging complet ou ne connaissait-elle que le Tony à peu près sympathique qu'elle-même avait pu croiser ces derniers mois ? « Elle a fait ce qu'elle a pu, j'imagine. » lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie, qui n'en était pas réellement une, mais le tout était toujours dissimulé par son sourire charmant. « Pour l'instant, il n'y a rien de désagréable. » précisa-t-elle sans une once de réflexion, levant à son tour son verre. Le liquide s'écoulant dans sa gorge lui fit un bien fou, alors que plus cette conversation avançait, plus elle sentait chacun de ses membres se raidir sous une traction invisible qu'elle avait de plus en plus de mal à dissimuler. Le voulait-elle seulement ? Il n'était pas venu pour discuter, pourtant il n'aurait d'autre choix ce ce soir. Sa boutade sur leur probable rencontre se retourna contre elle et Kerry ne parvint pas à cacher le voile qui venait de s'installer sur son visage. Plus les secondes défilaient, plus le moment fatidique semblait s'approcher, et moins elle parvenait à faire bonne figure, abandonnant au passage ce sourire foutrement surfait qui ne lui correspondait pas. La mention à sa femme réussit à lui arracher un tressaillement, plutôt palpable puisque Kerry dût délaisser le regard de Tony un court instant. Les souvenirs liés à son histoire remontait petit à petit pour former une boule au creux de son estomac et un nuage brumeux dans son esprit, laissant là une Kerry plus songeuse, plus renfermée. « Tu ne te souviens vraiment pas de moi, Burton ? » Il était évident que non, mais la question la taraudait toujours, alors que tout son être ne vivait que pour sa personne depuis bien des années. « J'en ai pourtant passé, du temps, assise à côté de toi, dans cette salle d'attente. Parfois tu discutais, parfois non. C'est vrai qu'on n'a pas échangé beaucoup à l'époque, rien de très personnel en tout cas, mais tu m'as quand même confié cette recette. » Elle marqua une pause, but quelques gorgées de vin, laissant au passage ces moments revenir à elle : elle se souvenait parfaitement de ces instants, pas dans les moindres détails, néanmoins l'atmosphère qui régnait dans la pièce était ce qui l'avait le plus marqué, en plus de l'innocence et du - semblant - de bonheur qui régnait encore dans sa vie à cette époque. A cette pensée, un mince sourire éclaira son visage, alors qu'elle déposa lourdement son verre sur la table avant d'y déposer ses paumes pour prendre appui. Le regard qu'elle lança ensuite à Tony n'avait plus rien d'amical, et elle reprit avec un peu plus de fermeté. « Tu t'en souviens ? C'était dans la salle d'attente de la psy. » précisa-t-elle, observant avec attention le moindre de ses gestes. « Celle qui a été retrouvé pendue alors que tu as été acquitté, tu t'en souviens, j'espère ? Parce que moi je m'en souviens plutôt bien malgré les années qui se sont écoulées. » Elle se souvenait du vide laissé par sa perte, du désarroi de son père qui avait sombré durant plusieurs mois après la disparation de sa compagne, de sa vie qui s'était améliorée pour mieux s'enfoncer une nouvelle fois vers les tréfonds. Malgré les presque vingt années écoulées, Kerry ne parvenait toujours pas à faire son deuil, estimant qu'il était impossible d'y arriver sans que le protagoniste de son histoire ne paie enfin la note. « C'était ma mère. » Ou tout du moins la seule figure parentale féminine qu'elle avait pu considérer comme telle avant d'en être privé.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Mar 25 Aoû - 16:33
Tony balaya le pseudo-compliment derrière une moue amusée et un haussement d’épaules. La majorité des personnes à même de contredire Kerry n’étaient, fort heureusement pour lui, plus de ce monde. Son instinct de préservation s’était chargé de lui conserver une réputation irréprochable. Les souvenirs qui allaient de paire avec les moments les plus intenses de son existence lui faisaient défaut, et il avait beaucoup de mal à se dire qu’il était capable d’ôter la vie, dans des moments comme celui-ci, alors qu’il passait du bon temps en compagnie d’une amie au moins tout aussi farfelue que lui – en apparence. Il n’était pas un fervent nostalgique, à cause notamment de sa mémoire aussi défaillante que sélective, toutefois revenir de longues années en arrière n’était pas aussi douloureux qu’escompté, il se surprit même à mentionner l’existence de feu son épouse sans ressentir ce poids dans l’estomac. Peut-être avait-il finalement fait son deuil, après tout ce temps. Il tourna la tête en direction de la jeune femme, un fin sourire scotché au coin de ses lèvres, tandis qu’elle essayait de se rappeler à lui. « C’est ma recette ? » Il fronça les sourcils et son regard se perdit un instant dans le vide de la cuisine, de retour sur le sentir d’un passé qui lui échappait. Il se focalisait sur le point le moins dramatique de son discours, car elle avait dû lui faire forte impression pour qu’il partageât une part aussi importante de son patrimoine familial. Il sursauta au moment où le cul du verre tapa le plan de travail et il refit son apparition dans l’instant présent, ses grands yeux de biche perdus alors que le rideau tombait sur le secret qui devait peser depuis fort longtemps sur l’âme de la jeune femme. « Kerry... » Cette fois, ce n’était pas le prénom de sa nouvelle connaissance qu’il prononçait, mais celui de la pré-adolescente qui lui avait tenu compagnie dans cette petite salle cosy qui le changeait des quatre murs aseptisés de l’hôpital psychiatrique dans lequel il était alors interné. Il était à l’époque interdit de tout contact avec l’extérieur, toutefois la psychiatre avait obtenu un semblant de dérogation familiale qui avait été un coup de frais pour le jeune homme tourmenté. La gamine avait été la seule figure de normalité qu’il avait côtoyée, lui qui était entouré par des fous tout aussi furieux que lui dans l’établissement spécialisé. Une alliée improbable qui avait toujours quelque chose à dire, même quand sa santé mentale à lui ne lui permettait pas de lui répondre. Il avait longuement écouté, il avait parfois échangé. Bon sang qu’il s’en voulait de l’avoir oubliée alors qu’elle avait été une présence si chaleureuse et réconfortante dans son morne quotidien. « Ça m'a fait un coup d'apprendre sa mort... » Il ne savait pas trop ce que le ton intense de la jolie blonde signifiait. Il avait l’impression qu’elle était fâchée contre lui. « J’ai pas toujours été un patient facile, on avait eu nos différends, mais elle avait l’air d’être une bonne psy. » Il poussa un nouveau soupir, déformant la réalité à cause de souvenirs flous, et but une gorgée de vin, comme si de rien n’était, car il n’arrivait pas encore à visualiser la gravité de la situation. Philips n’avait été qu’un détail dans l’existence tortueuse de Tony, une anecdote laissée de côté au profit d’événements plus marquants, il ne s’imaginait pas que ce détail avait forgé toute la vie de Kerry, cette perspective lui paraissait inenvisageable. « Si tu sais qui je suis depuis tout ce temps, pourquoi tu ne m’as rien dit ? » Ils auraient pu ressasser leurs conversations enfantines dès les premiers instants de leur – seconde – rencontre. L’esprit humain n’était pas une science qu’il maîtrisait, toutefois, il recoupa les propos de la jeune femme avec son langage corporel et se sentit rapidement malvenu. Et en danger. « Oh... Tu savais. » L’accident et le contact du pare-choc sur ses jambes lui revinrent en mémoire. Il se pencha par-dessus l’évier de la cuisine et recracha la dernière gorgée avalée. Il avait ramené le vin, mais il préférait ne prendre aucun risque. Après l’avoir raté une première fois, elle pouvait très bien essayer de l’empoisonner pour l’achever. Dans une grimace, il se redressa pour la toiser, une expression mal assurée sur les traits. « Je peux quitter la ville... Y a pas grand-chose qui me retient ici. Si me voir te rappelle des mauvais souvenirs, je vais monter dans ma caisse et me barrer, y a pas de souci. » N’importe quoi, tant qu’elle ne prévenait pas les autorités sous un faux prétexte juste pour le remettre sous les feux de la rampe.

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Jeu 3 Sep - 10:44
Une pause venait de s'effectuer dans le cerveau de Kerry, alors qu'elle tentait vainement de comprendre ce qui se jouait en face d'elle. Ses idées farfelues, à mille lieues de la réalité, devaient être les seuls responsables de son incompréhension face à la réaction de Tony. Elle s'était attendue à beaucoup, son esprit était embrumé de scénarios divers et variés mais aucun d'eux n'avaient eu la jugeote de s'imaginer face à un Tony aussi... posé ? Non seulement elle prenait place dans son passé, venait le remuer mais affichait également son lien avec sa psy. « Comment ça, ça t'as fait un coup d'apprendre sa mort, je, » Elle ne parvint pas à terminer sa phrase alors qu'il offrait un compliment aux aptitudes de sa belle-mère, ce qui laissa une Kerry pantoise. Elle fronça les sourcils puis porta son regard ailleurs, les bras croisés sous sa poitrine en cherchant à remettre le fil de ses pensées dans un ordre correcte. Dès sa rencontre avec lui, il avait semé le douté dans sa tête avec plus de facilité qu'elle ne l'aurait cru. Il n'y avait aucun mérite là dedans, Kerry étant une fille futée (tout était relatif, elle devait l'être un minimum pour en être arrivée là) mais loin d'être intelligente. Néanmoins, cette façon qu'il avait de la prendre de cours était déconcertante et ne l'aidait en rien à garder un semblant d'aplomb. « Je m'attendais pas à ça, » commença-t-elle, afin de ne pas laisser un blanc s'installer. « Pourquoi, tu aurais apprécié qu'on se remémore notre passé commun ? » Elle pouffa de rire en imaginant cette scène, tout bonnement ridicule en l'état actuel des choses mais plutôt envisageable dans un dimension parallèle. Pour autant, elle reprit bien vite son sérieux lorsque Tony recracha son propre vin, alors que Kerry choisit de terminer son verre d'une traite sans en savourer une seule goutte. « Non ! » Sa voix s'était emportée sans aucun souhait de sa part, et elle comprit à cette instant précis à quel point elle devait avoir l'air ridicule, ou folle, voir un savant mélange des deux. Il ne pouvait pas quitter la ville, pas après tous les sacrifices qu'elle avaient fait pour lui remettre la main dessus. « Tu peux pas quitter la ville, c'est pas envisageable, non. » Pourtant, la solution était de bien meilleure augure le concernant, même si Kerry n'était pas certaine de la marche à suivre désormais. Elle lui avait plus ou moins avoué les grandes lignes sans rentrer dans les détails, s'imaginant un Tony un poil plus énergique face à elle. Il lui manquait quelques pièces du puzzle pour mieux comprendre la présence de Kerry face à lui, mais la jeune femme hésita un court instant sur ce qu'elle devait dire ou non. Tony était pour elle un type dangereux dont il fallait se méfier, et même si elle avait presque crée des liens amicaux avec lui, il lui paraissait évident qu'elle ne le connaissait pas si bien, qu'elle n'était pas en mesure de prédire ses réactions comme elle le souhaitait. Que faire ? Se lancer dans un semblant de conversation sur leur passé commun tout en finissant la bouteille de vin ? Impossible, elle n'y parviendrait pas. Poursuivre en lui soumettant le fin fond de sa pensée ? Plus plausible, mais elle ne donnait pas chère de sa réaction. Mais après tout, il avait été capable de la surprendre à bien des égards jusqu'ici. « Je suis venue ici pour toi, je te cherche depuis des années. » Elle déglutit bruyamment, et prit soin de s'éloigner de quelques pas afin d'instaurer une distance qui lui semblait convenable. « Je veux savoir ce qu'il s'est passé il y a presque vingt ans, pourquoi elle s'est suicidée, pourquoi tu as été acquitté, il n'y a que toi qui peut me fournir ces réponses. » Le ton laissait présager le sentiment de rancœur qu'elle avait à son égard, la responsabilité qu'il avait dans le suicide de sa belle-mère, mais également sa culpabilité pour le meurtre de sa femme et de son fils. Le tout était agrémenté d'une détermination sans faille, trahit par sa gestuelle et son regard bien ancré dans le sien.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Jeu 1 Oct - 11:51
En dépit d’une rencontre qui aurait dû lui mettre la puce à l’oreille très tôt, Tony voyait Kerry comme une jeune femme sympathique, naturelle malgré sa plastique avantageuse, facile à vivre et ce même si elle n’hésitait jamais à envoyer paître le premier venu. Il la voyait comme une alliée, il la pensait de son côté. Le choc d’apprendre qu’il n’en était rien, qu’elle avait parcouru des centaines de milliers de kilomètres pour lui coller aux basques, était présent, toutefois il ignorait comment l’assimiler. L’intonation de la blonde était menaçante, pourtant elle refusait de lui accorder le droit de fuite ; alors quoi ? Elle allait sortir un fusil de chasse de sous son plan de travail et retapisser les murs de sa cuisine de ses entrailles ? Ce n’était pas un plan sensé, mais Burton savait que le cerveau de Kerry fonctionnait d’une façon qui lui était propre. Si elle n’avait rien à perdre, elle pouvait très bien abréger leurs souffrances respectives et mettre fin à ses jours d’être pitoyable et dangereux. Des dizaines d’âmes tourmentées trouveraient ainsi la paix, même si leurs familles ne connaîtraient jamais la vérité concernant leurs disparitions. A cet instant, aidé de ses deux grands yeux humides, le petit brun pouvait aisément passer pour la victime qu’il n’était pas. Il était un monstre, sur qui la lumière avait été faite dix-huit ans plus tôt et qui revivait aujourd’hui son procès. En petit comité. L’air penaud, il laissa virevolter au-dessus de sa tête les questions rhétoriques de Kerry, sans savoir quoi répondre de toutes les façons. Il ne savait plus qui il était à cette seconde précise. Tony Burton, l’installateur d’alarmes un peu bougon de Windmont Bay ? Anthony Burton, le jeune aux mains tachées du sang de son propre enfant ? Il n’était rien, il était les deux, il était autre chose. Elle ne voulait pas qu’il parte ? Très bien, mais maintenant quoi ? Un silence pesant s’installa entre eux, durant lequel il osa relever un regard vers elle, cherchant à la sonder tout en sachant la tâche impossible. Il l’avait crue facile à cerner, elle lui prouvait combien il avait eu tort, à quel point elle était une énigme enveloppée dans une bonne couche de mensonges. Phillips perdit toutefois de sa superbe à cause d’une erreur stratégique, d’un mouvement de recul qui laissa entendre à Tony qu’elle n’était pas plus rassurée que lui, qu’elle ne se sentait pas en sécurité. Cela fut une bouffée d’air un peu moins pesant qu’il inspira en se redressant de toute sa modeste hauteur. « C’est tout ? Des années de recherches et de rancœur juste pour ça ? » La mission avait dû être compliquée, car Burton avait appris à se méfier de tout et de tout le monde ; il ne possédait aucun compte sur les réseaux sociaux, il accumulait les faux noms et n’avait que très récemment ouvert un compte bancaire. Il avait été un fantôme pendant une bonne décennie, sans savoir qu’un ghostbuster lui collait au train pendant tout ce temps. Une chaleur qu’il ne connaissait que trop bien remonta de son ventre jusque dans sa poitrine, qu’il gonfla avec une assurance nouvellement acquise. Il plissa les yeux, retroussa le nez, et laissa échapper un petit rire nasal. « Je sais pas ce que tu veux entendre. Elle a pris les choses trop à cœur. Bien sûr que j’ai égorgé ce pauvre gamin, mais c’est quelque chose qui arrive souvent. Je veux dire, les gens pètent des câbles tous les jours, c’est encore plus flagrant aujourd’hui. M'en vouloir, en plus, d'avoir épargné au monde l'existence d'un mini-moi, c'est complètement con ! » L’expression sur ses traits était pareille à celle d’un type blasé, qui avait tout vu et tout entendu, bien loin de l’image de biche égarée qu’il avait revêtu plus tôt, au moment de la grosse révélation. « Si tu veux mon avis, elle était pas très équilibrée de son côté non plus. Je comprends un peu mieux pourquoi, maintenant. Toi aussi, tu es un peu... » Il dessina un rond avec son index au niveau de sa tempe. « … zinzin, non ? Ça ne devait pas être facile pour elle de côtoyer des fous à longueur de journée et de ne pas pouvoir souffler le soir parce que tu étais là, avec tes problèmes… » Il esquissa une moue débonnaire et haussa les épaules avant de croiser les bras devant lui. « Ça fait dix-huit ans que tu me mets sa mort sur le dos alors que, si ça se trouve, tu es plus coupable que moi... » Il tirait sur la corde, ce qu’il n’aurait jamais fait en temps normal, car il ne pouvait supporter l’idée de voir une jeune femme, encore plus une amie, heurtée par sa faute. Mais ce soir n’était pas un « temps normal », et l’homme qui faisait face à Kerry n’était pas celui qu’elle avait côtoyé ces derniers mois.

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Sam 24 Oct - 16:21
Le claquet de Kerry fut aussitôt refermé par la remarque de Burton. Il avait raison, des années de recherches et de rancœur juste pour ça. Mais pour quoi, au juste ? Un semblant de discussion dans une cuisine ? Croyait-elle vraiment qu'ils partageraient un verre tout en déblatérant de son passé trouble ? Elle n'avait pas la moindre idée de ce que ce ça signifiait car elle n'avait pas réfléchi plus loin que le bout de son nez. Elle souhaitait comprendre, obtenir un semblant d'explications qui lui permettrait de faire toute la lumière sur cette affaire, et une part d'elle souhaitait également que Tony paye pour son passé. Mais Kerry n'était pas une fine stratège, pas plus qu'elle n'était une fille intelligente qui savait manœuvrer pour obtenir gain de cause et se dépatouiller avec ses idées irrationnelles. Preuves en étaient ses années d'errance pour lui remettre la main dessus, la folie qui avait finit par la gagner au cours du chemin, et ce retournement de situation au milieu de sa cuisine. Mais au delà de son mutisme ambiant, ce fut une Kerry particulièrement horrifiée qui prit forme sous les yeux de son interlocuteur. Le mouvement de recul fut cette fois-ci plus franc, la distance était de mise alors qu'elle tentait de s'approprier le flot d'informations. « J’ai égorgé ce pauvre gamin » résonnait encore. Une part d'elle se doutait de sa responsabilité, mais le verbaliser à voix haute, l'affirmer avec autant de détachement, n'était pas aussi simple à encaisser. Le comportement de Tony n'avait plus rien d'humain, son rire nasal et son air blasé donnaient à cette conversation une tournure angoissante que Kerry eut un mal fou à supporter. C'était elle, désormais, la biche égarée au milieu d'une route, alors qu'une voiture arrivait plein phare. « T'as égorgé ton fils et c'est moi qui suis zinzin ? » réussit-elle à déclarer dans un souffle désabusé. Il avait assassiné son propre enfant. Quel genre d'homme faisait ça ? Quel genre d'homme avouait ça d'une telle manière ? Quel genre d'homme pensait avoir épargné au monde l'existence d'un être ? Il n'y avait aucune justification face à l'atrocité de cette déclaration, même son état mental ne pouvait lui servir d'excuse. « T'es en train de me mettre sa mort sur le dos ? » Elle ne parvenait pas à emmagasiner autant d'un coup et son cerveau moulinait plus qu'à l'habituel. Elle le lâcha du regard, visiblement touchée par cette remarque qui la forçait à voir les choses sous un autre angle : se pouvait-il que Burton ait raison ? Qu'elle soit la raison de cette fin précipitée ? Le doute s'insinua en elle, mais Kerry refusa de suivre cette voie et secoua vivement la tête alors qu'elle pointa son index accusateur sur lui. « Tu as égorgé ton fils, tu as fait toutes ces horreurs et elle s'est retrouvée face à ça, face à toi. C'est de ta faute, pas de la mienne, j'ai rien à voir là-dedans ! » Même à voix haute, elle n'y croyait pas tout à fait, bien qu'elle tentait de se convaincre. Ce qui devait arriver, arriva : son manque flagrant de réflexion, de capacité à rebondir, l'avaient mise dans une position difficile qu'elle n'avait pas imaginé un seul instant. Tony était un être moins distrait qu'elle sur ce point là, et prendre l'ascendant était chose aisée. Kerry reprit finalement, l'écœurement en plus cette fois. « T'es le taré de cette histoire et c'est toi qui t'en sors plus facilement que les autres. T'aurais jamais du être acquitté, je sais même pas comment t'as réussi à faire ça... Et t'en as rien à foutre des gens autour.. Ta place est derrière les barreaux, c'est ce que j'ai toujours su dans le fond, j'espère que toi aussi tu t'en rends compte ? » Il l'avait signifié lui-même, elle possédait un côté « zinzin » qui ne lui permettait pas de réfléchir à ses paroles avec discernement, peut-être n'aurait-elle pas abordé le sujet de sa liberté aussi simplement, sinon.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Lun 2 Nov - 21:46
Il regrettait d’avoir jeté son verre de vin. Maintenant qu’il avait déballé à Kerry l’une des pseudo-vérités derrières lesquelles elle courait depuis des années, il avait la gorge sèche et son estomac était creusé. Aurait-il seulement droit à une assiette de spaghetti après tout cela ? Il en doutait, mais nourrissait l’espoir de ne pas quitter l’appartement le ventre vide. « Je n’ai pas dit que je ne l’étais pas, » rectifia-t-il en levant un index condescendant devant lui. Plusieurs cases lui manquaient, la naissance de son fils avait été le déclic qui l’avait fait vriller. Avant ce jour, malgré une prise de drogues et une relation pas très saine avec sa génitrice, il avait été un adolescent et un jeune homme somme toute dans la normalité. La paternité avait apporté un démon qui ne l’avait plus quitté depuis, malgré les tentatives des médecins et de ses proches ; ces derniers avaient par ailleurs très vite oublié jusqu’à son prénom, le jeune homme s’était retrouvé livré à lui-même avant ses vingt ans. Il n’était par conséquent pas anormal qu’il ait aussi mal tourné. Il fit la moue et se rapprocha de la casserole pour en regarder l’intérieur, avant d’arquer un sourcil à la remarque de la tempête blonde qui s’était rapidement calmée. « Tu vas me dire que je suis le pire qu’elle ait vu ? C’était New-York, Ker’, je suis pas sûr qu’un meurtrier qui avance avoir tué un gamin sous l’ordre d’un démon soit quelque chose de super rare dans le coin. » Il en avait vu de toutes les couleurs dans les divers établissements spécialisés qu’il avait fréquentés. Il adressa à la maîtresse des lieux un regard qui lui intimait de faire mieux que ça si elle souhaitait lui faire porter le chapeau. Il s’était retrouvé plus d’une fois sur le banc des accusés, ce n’était pas son premier procès, et il savait pertinemment qu’il s’en sortirait, bien que celui-ci n’eût rien d’officiel. Kerry avait réussi à instaurer un sentiment de crainte au moment de débuter sa grande révélation, toutefois elle avait perdu son ascendant et elle lui était aussi effrayante qu’un agneau tout juste né. Il était un loup, il n’en ferait qu’une bouchée. « Avocat, tu connais ce mot ? C’est à lui que je dois tout. Honnêtement, ils m’avaient bourré de médocs, je savais en général pas quel jour on était, j’étais pas en état de me défendre seul. Même si je l’ai pas mal aidé, il n’a pas eu besoin de graisser la patte aux psychiatres de l’hôpital pour attester que je me comportais bien. » Il se redressa tandis que ses doigts glissaient le long du plan de travail. Il s’ennuyait. Parler de sa vie d’avant ne constituait pas une distraction qu’il affectionnait particulièrement. Il renifla, pensif l’espace de quelques secondes, avant de secouer lentement la tête de gauche à droite. « Je suis pas d’accord. Ce n’est pas parce que quelque chose cloche à l’intérieur que je dois vivre derrière des barreaux. C’est pas de ma faute, tout ça, et je gère, la plupart du temps, alors pourquoi vouloir m’enfermer alors qu’il suffirait de m’aider et de me médicamenter correctement ? » Il n’avait jamais compris la propension de l’être humain d’ériger des murs autour des personnes qui étaient différentes, qui réfléchissaient à contre-courant de ce que la société estimait être « normal ». « En tout cas, je ne te remercie pas pour l’un des pires anniversaires de ma vie... et j’en ai passé une dizaine dans des asiles ! » Cette précision devrait faire plaisir à Kerry, qui ne lui désirait vraisemblablement que du mal, alors qu’il n’avait été que sympathie et bienveillance à son égard. « Encore un point sur lequel tu t’es plantée à mon sujet. Je sais éprouver de l’empathie, il y a quelques personnes qui me sont précieuses. J’ai été con de te compter parmi elles, d’ailleurs... » Comment aurait-il pu savoir qu’elle tomberait le masque pour dévoiler la figure hideuse d’une rancœur tenace ?

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.

the girl with the broken smile.

Kerry Phillips

behind
messages : 777
name : sow ~ pomeline.
face + © : heard — lora.
multinicks : xavi, luna, blake, jürgen, zélie.

age (birth) : thirty-four yo (07/11).
♡ status : who cares.
work : handywoman, mechanic — part time waitress @daveys.
activities : taking care of her hair.
home : a small flat @pioneer oak.
points : 625
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : citra, tony.

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Jeu 12 Nov - 13:52
Sa belle-mère ne discutait jamais de ses patients, du moins pas avec elle, pas directement. Le secret professionnel avait toute son importance, même si Kerry l'avait entendu évoqué les cas les plus difficiles au près de son père. Cachée derrière un pan de mur, elle avait longuement écouté les divers récits narrés par une femme qui côtoyait la folie et la détresse. Pour autant, Kerry avait tout oublié et se fit une nouvelle fois pantoise face à Tony. Peut-être avait-il raison, peut-être que New-York regorgeait de meurtriers tarés, mais ce point ne changeait en rien la finalité de son histoire. La Grosse Pomme pouvait être un nid accueillant pour tous les fous de la nation, c'était bien celui répondant au nom de Burton qui l'intéressait. Le monde pouvait s'effondrer, la folie pouvait se disséminer, le regard de Kerry était - et serait - toujours porté sur son interlocuteur. « Tu es le pire. » assura-t-elle dans un mensonge éhonté puisqu'elle n'en avait foutrement aucune idée. Pour elle, du moins, il était le pire car il la ramenait à un passé dont elle n'arrivait pas à se défaire, qui regorgeait encore aujourd'hui de nombreux secrets. Elle n'était rassurée de rester dans la même pièce que lui, de tenir cette conversation dans un endroit clos. La méfiance se lisait sur ses traits et elle appréhendait chaque prise de parole, soit adressée comme un coup de poignard face à sa propre culpabilité, soit destinée à lui retourner le cerveau. « Parce que tu te comportais bien, toi ? » Piquée par la curiosité d'une telle annonce, elle fit un pas en avant comme pour mieux appréhender sa réponse. Kerry isolait le monde en deux groupes distincts : les bons et les mauvais, il ne lui semblait pas possible que quelqu'un de mauvais puisse bien se comporter. Son cerveau n'avait pas besoin de quelconques médicaments pour s'embrumer et ne pas être en mesure de mieux analyser cette idée à laquelle elle croyait dur comme fer, alors qu'elle avait elle-même côtoyé un type sympa durant ces derniers mois. « C'est pas de ta faute, mais tu te rends compte des conséquences ? Tu trouves ça normal de te laisser te balader dans la nature, comme ça ? » Elle mit ses deux mains en avant, appuyant son incompréhension toute relative de la vision qu'il possédait. Elle perdait le fil, encore, et ne parvenait pas à reprendre le cours. « Personne ne t'aide ? » Tony était-il abandonné à Windmont Bay sans une main tendue ? Kerry fronça les sourcils devant ce constat. Elle comprenait qu'un taré pareil se retrouve seul, le tout lui semblait plus que logique, même si son histoire n'était pas inscrite sur son front. Sa réflexion faillit se poursuivre plus loin, vers l'idée logique qu'il n'avait, en réalité, pas une aide médicale adéquate mais sa nouvelle prise de paroles laissa cette idée s'échapper au loin. « Mais, » commença-t-elle en balbutiant. « Je, » Le flot de reproches envoyé réussit à la déstabiliser une nouvelle fois et elle se fit penaude dans son coin. La situation venait bel et bien d'être inversée et elle fut envahi par un sentiment de culpabilité qui n'avait pas lieu d'être. « D'accord, le moment était peut-être mal choisi, c'est vrai ! » concéda-t-elle à la va vite, à peine consciente de sa propre stupidité, alors que son cerveau tournait à plein régime pour lui donner un nouveau souffle ; souffle balayé par l'aveu de Tony sur la sympathie qu'il avait pour elle. Se pouvait-elle que sa vision archaïque des choses soient erronées ? Que Tony soit en effet une bonne personne à qui il soit arrivé de mauvaises choses ? Ou se jouait-il simplement d'elle ? Kerry n'était pas en mesure de trancher sur la question, et se devait tout au mieux de gérer ses émotions digne d'une gourdasse incapable de réfléchir. « Je pensais que c'était de ta faute, que tu étais responsable, que tu avais quelque chose à voir là-dedans au moins.. Je le pense toujours, je crois, je sais pas.. et je pense aussi que tu es un taré, ça c'est sûr. » Confuse, elle porta son regard ailleurs, sans trop savoir quoi penser de cet échange catastrophique. « Tu peux emmener la gamelle si tu veux, moi j'ai pas faim. J'ai rien mis dedans si jamais. » conclut-elle en s'installant sur sa chaise, ajustant ses paumes pour soutenir son visage.

_________________

“all the people say you can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being with your face all made up, living on a screen, low on self esteem”

◖cover your eyes, the devil's inside◗

Tony Burton

behind
messages : 2249
name : corpsie.
face + © : j. ransone + ©me & ransonepj.
multinicks : beckett - isaac - maisie - oliver - peter.

age (birth) : 38 {28.05}
♡ status : ♡ his pills.
work : field agent for an alarm company.
activities : trying not to stab or strangle (or punch) people, taking his meds, laying low.
home : a sublease on pioneer oak.
points : 2389
moodboard : here's your final shock surprise Giphy
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off. (0/3) aurora, winifred (justyn, kerry)

here's your final shock surprise Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise · Jeu 12 Nov - 16:29
Kerry songeait certainement le heurter en lui balançant des ignominies au visage, comme si elle se pensait être la seule à l’avoir jamais fait, ou bien encore la première. Il avait été biberonné aux remarques acerbes, rien de ce qu’elle pouvait dire ou faire ne parviendrait à la cheville des choses horribles qu’il avait pu entendre dès son plus jeune âge. Il n’avait pas été particulièrement maltraité, plutôt élevé dans un environnement malsain, pauvre, comme il en existait par milliers dans les grandes villes. Il n’accusait pas son éducation d’avoir créé l’individu qu’il était devenu, personne n’aurait pu contrôler le monstre tapi dans son esprit qui avait estimé judicieux de se faire connaître de la pire des façons. « Tu t’étonnes alors que je n’ai jamais été virulent avec toi, même si j’avais toutes les raisons de le faire... » Nul besoin de lui rappeler pour la énième fois les circonstances fracassantes de leur rencontre. Il s’était montré incroyablement zen en sa compagnie, et ce dès le premier jour. Les accusations pleuvaient toujours, le faisant peu à peu perdre patience, même s’il ne laissait rien transparaître. Il était sous contrôle, fait qui était des plus agréable pour cet être qui avait la fâcheuse tendance de se laisser envahir par ses émotions et de perdre pieds. C’était en partie pour cela qu’il refusait de tourner le dos à ce penchant de sa personnalité ; il appréciait pouvoir se reposer sur un Tony qui savait prendre les choses en main. Il leva une paume entre eux pour lui intimer de se taire, d’arrêter de débiter son flot de conneries infondées. Kerry parlait d’un homme qu’elle ne connaissait pas, ou très peu. Celui qu’il avait été dix-neuf ans auparavant n’était plu, en tout cas, elle n’était au courant que du meurtre sordide de son fils, pas du reste. Elle ne pouvait pas être au courant du reste, car il avait masqué ses traces, il avait été prudent. Si Philips avait eu connaissance des traînées de sang qu’il avait disséminées sur son passage, nul doute qu’elle en aurait déjà fait mention au début de cette conversation. Au lieu de cela, elle s’exprimait sur un sujet casse-gueule qu’elle ne maîtrisait pas, sur lequel elle perdait l’ascendant au fur et à mesure que les minutes s’égrainaient. Le soufflet sembla retomber, l’hostilité de la maîtresse des lieux s’évapora et Tony put pousser un soupir libérateur. Elle ne savait rien à son sujet. Elle n’était pas une menace, voilà qui le ravissait car il aurait été fâché de devoir dispenser la Terre d’une compagnie aussi charmante qu’elle. « On est tous un peu tarés ici bas, non ? » grimaça-t-il, la lèvre supérieure retroussée en une moue dubitative. Il ne refusa pas la proposition d’emporter de quoi grignoter, ne souhaitant pas gaspiller un aussi bon plat et autant de pâtes, et s’activa dans la cuisine comme s’il était chez lui afin de se préparer un doggy-bag. Quand il eut terminé sa petite affaire, il posa le tout sur le plan de travail pour revenir à la hauteur de la blondinette. Il posa sa main sur son épaule et un bisou affectueux sur le sommet de sa tête. Sans avoir eu recours à de la violence physique, il l’avait mise hors d’état de nuire, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même désormais, il aurait été lourd d’insister pour faire durer une discussion à sens unique. « Désolé pour tout ça, j’espère qu’un jour tu arriveras à me voir autrement que comme un fantôme sanguinolent tout droit sorti de ton imaginaire adolescent. » Et si ce jour devait ne jamais arriver, tant pis, il chérirait les instants passés en sa compagnie comme autant de souvenirs agréables auprès d’une amie. Même s’il était fâché de la tournure de cette soirée, il ne lui souhaitait pas de mal pour autant, il voulait qu’elle trouvât la paix, sans ressasser chaque matin la brutale disparition de sa belle-mère.
Sur le chemin du retour, alors que le fumet des spaghetti emplissait l’intérieur de l’habitacle, il esquissa un sourire en se remémorant les dernières paroles qu’il avait prononcées à destination de sa psy de l’époque.  « Si tu sors ton dossier pendant le procès, peu importe le temps que ça me prendra, je reviendrai pour égorger la môme. »

[ topic terminé ]

_________________

hit me with your best shot
Knock me down, it's all in vain, I'll get right back on my feet again.
Contenu sponsorisé




behind
the mask

here's your final shock surprise Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: here's your final shock surprise ·
 
here's your final shock surprise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: