hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-20%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 20% sur la barre de son Sony HT-SD35 2.1
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

 

 4 and 20 hours (A/W)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row
Aller en bas 

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· 4 and 20 hours (A/W) · Dim 5 Juil - 20:39
4 and 20 hours
@Aaron Edwards


Winifred n’avait quasiment pas fermé l’oeil de la nuit. La mine terne, les cheveux docilement rangés dans un chignon bas, elle patientait dans le jardin intérieur de l’hôpital que la stature imposante d’Aaron vienne la rejoindre. Son regard passait de sa montre au portail de sécurité, son genou tremblait d’impatience et elle mordait sa lèvre inférieure d’angoisse. Quelques jours plus tôt, elle lui avait envoyé un message assez soudain à propos de l’anniversaire d’Estrella et lui avait donné rendez-vous ce samedi matin. Une bouteille à la mer. Peut-être avait-il répondu, peut-être qu’il avait ignoré son message, elle ne savait pas mais elle avait promis d’être là, au cas où, il se décidait à venir à son rendez-vous.
Finalement, à son grand soulagement, Aaron se dessina à l’horizon. Son coeur fit un bond dans sa poitrine et elle se leva mécaniquement, comme une enfant dont le parent venait chercher à la fin d’une journée de cours. Elle attrapa son sac de sport comprenant ses affaires pour le week-end et se dirigea vers le jeune homme, le pas timide, le regard fuyant. Lorsqu’elle arriva face à lui, elle n’osa pas soutenir son regard et préféra se plonger dans ses bras pour lui offrir une longue accolade. Elle n’eut cependant pas les mots, à ce moment-là, pour formaliser ses excuses et le suivit, silencieuse, jusqu’à la sortie de l’hôpital. Un gardien fit signer un papier de responsabilité à Aaron et Winifred patienta à ses côtés. Puis, une fois dehors, elle marcha aux côtés de son petit ami en lui demandant s’il allait bien. Des banalités, comme si rien n’avait changé dans leurs vies. Ils arrivèrent finalement à la voiture et elle s’installa sur le siège avant, à côté du conducteur, et plaça son sac à ses pieds, comme si elle refusait de s’en séparer.
Le chemin jusqu’à Windmont Bay parut interminable. La route défilait sous leurs roues mais pas un mot ne furent échangés entre les deux amants. A la dérobée, Winifred regarda le profil, stoïque, d’Aaron, essayant à plusieurs reprises de lui parler, mais aucun mot ne franchirent ses lèvres. Elle préféra finalement rester silencieuse et plaça son coude sur la portière, regardant son reflet dans le rétroviseur sans se reconnaître.
Ils arrivèrent enfin à Harbor Row et le visage de la jeune femme s’illumina en voyant la maison de ses parents. Un premier sourire adoucissa ses traits, et une fois qu’ils furent garés, elle posa sa main gauche sur celle d’Aaron, pour le retenir avant qu’il ne quitte le véhicule. « Merci. Merci pour tout. C’est difficile pour moi, mais je sais que ça l’est d’autant plus pour toi. Et pourtant, tu es toujours là. » Elle retira finalement sa main et baissa la tête, fixant ses genoux, ressentant une vague de culpabilité la saisir. « Je me ferai pardonner un jour, je te promets. »

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Mer 8 Juil - 16:44


Ton quotidien fut à nouveau bouleversé lorsque t’as reçu un SMS de Winifred t’annonçant sa permission de sortie pour le week-end ou tout du moins pour quelques heures. Tu ne t’y attendais pas vraiment. Cela faisait des semaines que tu n’avais pas eu de ses nouvelles et sa sortie étant prévue pour dans quelques semaines encore, tu ne pensais pas avoir la possibilité de la revoir de sitôt. T’as répondu par la positive à ces retrouvailles même si tu les appréhendes un peu. Ta relation avec ta copine ne sera plus la même. Elle ne l’est déjà plus, à vrai dire. Et tu ne sais même pas si tu peux encore la considérer en tant que telle. Pour le moment, tout ce que tu as fais c’est s’occuper de son chien, de ses plantes et de ses papiers. T’as rendu service comme t’aurais pu le faire auprès de la mamie du coin. Évidemment, t’es encore fortement attaché à la jeune femme et ça se ressent lorsque tu la revois. Tu ne peux t’empêcher de la serrer dans tes bras pendant un long moment. Le silence lui, est bien présent. Tu ne dis rien. Tu te contentes juste d’hocher la tête lorsqu’elle te demande si ça va. Tu ne sais pas vraiment comment réagir pour le moment. T’as bien des choses à lui dire mais tu lui laisses encore un peu le temps. Tu te dis qu’elle doit être heureuse de pouvoir retrouver un peu de liberté le temps de quelques heures. Papier d’autorisation signé, vous voilà à présent en voiture pour retrouver le domicile de l’internée. Pendant le trajet, pas un seul mot n’émane de ta bouche ni de la sienne. T’as l’impression d’être son taxi. Ni plus ni moins. T’aimerais dire quelque chose mais rien ne vient. C’est comme si t’étais devenu muet. T’ose à peine la regarder. T’es juste perdu dans tes pensées, regard concentré sur la route. Une route qui se fait bien longue tant le silence est pesant. Une fois arrivés, c’est la jeune femme qui prends la parole pour te remercier alors que tu t’apprêtais à sortir du véhicule. Très bien. T’aurais pu répondre calmement mais ses propos suivants ont le don de faire exploser la cocotte-minute en toi. – Winifred, arrête. – T’ose à peine la regarder. Tu trouves cela gonflé qu’elle déclare vouloir se faire pardonner comme s’il s’agissait d’une simple erreur de parcours. La situation est quand même grave. Et la peine qu’elle a pu causer en toi ainsi que la colère est conséquente. Si bien qu’elle ressurgit à l’instant. Fallait bien que ça arrive à un moment ou à un autre. – Je veux pas de tes remerciements ni même que tu te fasses pardonner. – Tu déclares alors très froidement sans montrer une once d’émotion. Ça ne te ressemble pas mais en même temps, c’est elle qui t’a rendu comme ça. Tout ça est de sa faute. Et tu ne peux pas la laisser revenir comme si de rien n’était le temps d’un week-end. T’aurais bien aimé mais c’est plus fort que toi. Tu lui en veux. Beaucoup même. – Je veux des explications. Je crois que tu m’en dois bien. – Tu oses confronter son regard pour la première fois. Mais le tien n’est pas doux. Ton visage est ferme et plutôt déterminé.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Ven 10 Juil - 21:33
@Aaron Edwards

Aïe, poser sa main sur celle d’Aaron lui procura la même sensation que toucher une pierre. Froide, impassible, inflexible. Alors, déçue, elle retira sa main et la plaça sur son genou. Winifred écouta les répliques d’Aaron et resta interdite. Elle n’avait pas pris conscience d’à quel point il avait été affecté par ses secrets et son soudain départ. Ils n’en avaient jamais parlé et à vrai dire, la jeune femme n’avait jamais eu à assumer ses vices auprès d’une personne qu’elle connaissait. Jusqu’ici, il s’était agit de juges, avocats et médecins spécialisés. Affronter le regard d’un proche, qui plus est d’un petit ami, était angoissant, déboussolant. Sans s’en apercevoir, elle porta une main tremblante à son visage et se mit à se ronger l’ongle du pouce. Une manie qu’elle n’avait plus eu depuis ses cinq ans et qui l’avait reprise depuis qu’elle était internée. « Okay, j’ai merdé. » Elle poussa un profond soupire et laissa retomber sa main. Elle osa croiser le regard d'Aaron mais la sévérité qu’elle y découvre était trop dure à supporter pour elle. Elle laissa donc retomber sa tête contre son appui et regarda la rue en face d’eux. « Okay, je suis cinglée. Okay, j’ai des obsessions. Okay, je t’ai menti. Okay je n’ai aucune idée de comment m’en sortir. » Elle ferma ses yeux très fort, comme si elle essayait de chasser de son esprit certaines pensées. La tension à l’intérieur de la voiture devenant trop intenable pour elle, elle opta pour la fuite. Sans prévenir, elle sortit du véhicule et claqua la portière derrière elle. Elle laissa son sac sous son siège et courut en direction de sa maison, comme une enfant de retour de colonie de vacances. Elle ouvrit la porte d’entrée et fut sur le point de siffler mais Estrella, sa fille de coeur, débarqua sans qu’elle n’en ai eu besoin. « Oh ma belle ! » Winifred tomba à genoux et enfouie son visage dans le pelage de sa chienne. L’animal la cajola et l’affubla de coups de langue qui la firent vaciller mais Winifred s’en moqua. Elle se rattrapa au sol, rieuse et pleurant à la fois. Elle voulut s’enfuir avec Estrella loin de Windmont Bay, refaire sa vie quitte à devenir vagabonde. Elle pourrait reprendre de zéro, sans affronter le jugement des personnes qui lui étaient chères… Mais c’était impossible. Une partie en elle lui interdisait de faire encore du mal à Aaron. Elle devait grandir, et faire face à ses responsabilités - même si celles-ci lui procuraient une honte incommensurable. Au bout de longues minutes de retrouvailles, Winifred se releva. Ses vêtements étaient à présent froissés, et ses cheveux ébouriffées. L’allure clichée de l’évadée d’un asile. Elle tira sur ses vêtements pour.y remettre de l’ordre et passa une main adroite dans ses cheveux bruns pour les ranger derrière ses oreilles. Elle sortit un mouchoir de sa poche et sécha son visage - un mélange de larmes et de bave canine. Elle n’avait pas l’espoir qu’Aaron l’approche, il était tellement en colère contre elle, mais elle n’avait pas envie d’être repoussante pour lui. Elle se tourna finalement vers lui mais resta derrière sa chienne, cachant sa honte grâce à la carrure de l’animal. « Poses-moi tes questions, j’y répondrai. » Elle eut envie d’ajouter "Promis" mais il ne voulait plus de ses promesses, et elle ne pouvait pas lui en vouloir.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Dim 19 Juil - 0:08


Bien entendu, tu connais la raison de l’enfermement de Winifred en hôpital psychiatrique. Mais t’as eu le droit simplement à une brève conversation téléphonique. Elle est malade psychologiquement. Elle a stalké des gens ou du moins développé des obsessions hors-normes. Si bien qu’elle a eu affaire a la justice pour ses actions et par rapport à son cabanon. Tout ça c’est pire qu’une banale tromperie au final. Ça te dépasse. Et c’est impossible pour toi de faire semblant. T’as envie de tirer un trait sur tout ça mais tu ne peux pas. Elle te doit des explications avant tout. T’aimerais mieux la comprendre même si t’es pas certain d’en être capable. Elle se contente de faire son mea culpa avant de prendre la fuite et de te laisser en plan dans la voiture. Tu restes un instant béat avant d’en sortir et de la rejoindre à l’intérieur de la maison. Elle cherche du réconfort auprès de son animal de compagnie et tu décides de la laisser savourer ses retrouvailles quelques secondes avant de prendre la parole. – J’ai pris soin d’elle. – On peut dire que t’as chouchouté Estrella. Elle est devenue ton animal. T’aurais pu te contenter de la nourrir et lui donner à boire, mais tu l’as également sortie, jouer avec elle, tu l’as amené régulièrement au parc et fait courir puis câliner à de multiples reprises. Il faut dire qu’il ne te restait plus qu’elle en l’absence de sa propriétaire. T’attends d’ailleurs que la brune se relève et te fasse face. Cela finit par arriver. Tu peux lui poser des questions. Elle est prête à présent. – Je suis perdu Wini. J’ai l’impression de ne plus connaître la femme qui se trouve en face de moi. – Tu commences à lui avouer de manière plus calme et tendre. L’émotion à travers ton regard est palpable. T’es passé de la colère à la tristesse. – Je ne sais même pas par où commencer. Est-ce que tu regrettes tout ça ? – Tu espères qu’elle sera sincère avec toi. Déjà, tu aimerais qu’elle prenne conscience du mal qu’elle t’a fait et s’excuse sincèrement. Cela te ferait du bien et te soulagerait de savoir que tu comptes pour elle et que l’histoire d’amour que vous avez vécu était sincère.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Dim 19 Juil - 20:48
w/ @Aaron Edwards

« Merci. » dit-elle sincèrement lorsqu’Aaron lui précisa avoir pris soin d’Estrella. Il n’y était pas obligé, il aurait pu refuser la tâche et laisser la chienne aux soins d’un abri animalier et pourtant, il s’était efforcé à jongler entre sa profession et la garde d’un animal de presque 60 kilos. Winifred pouvait se rendre compte que la bête avait été bien traitée car celle-ci n’avait pas perdu un gramme et paraissait en forme. La jeune femme savait que d’autres hommes, confronté à la même situation, auraient refusé de lui venir en aide. Mais Aaron était généreux et bienveillant avec elle, même dans cette épreuve et elle ne pouvait qu’en être reconnaissante. Alors, lorsqu’il lui avoua qu’il était perdu et qu’il ne la reconnaissait plus, elle fut certaine qu’elle devait lui dire toute la vérité. Elle fit un pas vers lui, hésitante, voulant lui reprendre la main mais elle se retint. Son regard portait une expression qu’elle n’avait jamais vu auparavant, un mélange de tristesse et d’égarement. Elle reste donc face à lui, sa chienne Estrella blottie contre sa jambe. « Je suis la même. Sauf qu’auparavant, tu ne savais pas tout de moi. » Elle s’efforça de garder le contact visuel avec lui, même si ce n’était pas facile pour elle. « Aujourd’hui est sans doute la première fois que je suis totalement honnête avec toi. » Cette vérité était douloureuse, mais nécessité d’être dite à voix haute. Aaron ne devait pas espérer retrouver la femme à laquelle il s’était attachée car celle-ci n’avait été qu’une façade, une mascarade. La vraie Winifred était celle qui était à présent dévoilée : névrosée, chimérique, impulsive. « Je regrette… De ne pas m’être confiée à toi plus tôt. » Elle savait que sa réponse ne pouvait pas satisfaire Aaron car il espérait sans doute qu’elle fonde en larmes et déclare que ce n’était qu’une phase et qu’elle changerait mais ce n’était pas possible. Bien sûr, elle était actuellement traitée par des professionnels, suivait des séances intenses de psychiatrie et prenait quotidiennement des médicaments pour apaiser ses pulsions mais elle savait que ses démons seraient toujours à ses côtés. Qu’elle le veuille, ou non. Elle poussa un soupire et enchaîna dans un élan d’explications qu’elle espérait compréhensibles. « J’ai développé des tendances, disons ‘inhabituelles’ à l’égard de certaines personnes… Des rencontres, banales pour certains, mais qui ont eu un vrai impact sur moi. J’ai ressenti le besoin de me lier à ces personnes. Chaque jour, je récoltais des informations sur elles pour me permettre de me sentir proche d’elles. Ce n’était pas de l’amour, enfin, je ne crois pas… C’était un réconfort… Tu ne peux pas comprendre à quel point ça me rassurait de savoir ces choses sur elles… » Une lueur dans ses yeux s’était formée aux souvenirs qu’elle évoquait mais également un profond mal-être qui commençait à lui donner la nausée. Elle passa une main sur sa nuque et se dirigea vers sa cuisine pour sortir du réfrigérateur une petite bouteille d’eau qu’elle but d’une traite, comme si elle cherchait à noyer les émotions qu’elle venait de ressentir.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Lun 3 Aoû - 14:37

Cette fois-ci tu restes silencieux lorsque Winifred te remercie de s’être occupé de sa chienne. Tu l’as fais de bon cœur. Tu sais qu’elle n’avait personne d’aussi proche d’elle que toi pour s’occuper de l’animal en son absence. Et même si ce ne fut pas une mince affaire de s’occuper du molosse de 60 kilos, cela t’as procuré du bien de l’avoir à tes côtés face à cette épreuve difficile. Tu t’es senti horriblement seul pendant ces dernières semaines. Ta copine ayant été interné en hôpital psychiatrique et tes frères n’étant plus dans le coin. Estrella t’as donc bien tenu compagnie au point où cela te fait bizarre de revoir l’animal dans les bras de sa propriétaire. Une jeune femme que tu ne connais plus vraiment. Elle n’était pas celle que tu pensais être et ça t’a fait un mal fou. Tu t’es senti trompé, dupé. Et tu te dois de le lui faire savoir sans passer par quatre chemins. Elle t’affirme alors qu’elle n’a pas changé et qu’elle reste la même sauf que tu ne connaissais pas cette partie d’elle. C’est sûrement censé te rassurer mais ce n’est pas le cas. – Je ne peux pas être avec quelqu’un qui n’est pas honnête avec moi. – Tu avoues ensuite de manière assez cash et ferme et en même temps d’une voix empli d’émotion. Tu ne sais pas vraiment où ça va vous mener tout ça mais faut que tu mettes les choses au clair. Dans ta perception du couple, il n’y a pas de mensonge. Tu es quelqu’un de droit et tu souhaites qu’on le soit également avec toi. – Tu aurais dû. – T’entends ses regrets et ses excuses mais ça n’enlève en rien tout le mal qu’elle t’a fait. T’es aussi conscient du fait que si elle avait été sincère dès le début, tu aurais sans doute mis fin à votre relation rapidement. Mais à présent, tu te sens comme prisonnier de tes sentiments à son égard. Ton grand frère te dirait probablement de laisser tomber et de passer à autre chose car tu mérites mieux mais tu ne sais pas vraiment si t’en es capable. Tu tiens encore à la jeune femme qui se trouve devant toi. Du moins, celle avec qui tu as vécu une histoire d’amour. Pas la nana cinglée qui fantasme sur d’autres personnes au point de leur vouer un culte dans son cabanon. Elle t’explique d’ailleurs sa perception des choses. Sa réalité. Cela t’effraye forcément. Cela ne te rassure pas non plus. – Je n’arrive pas à comprendre, non. – Tu te laisses échouer sur son canapé, las, et cesse de la regarder. Tout cela te laisse perplexe. T’aimerais arrêter d’en parler et faire comme si de rien n’était en reprenant votre relation à zéro mais tu n’y arrives pas. La pilule ne passe toujours pas. Ses explications ne te rassurent en rien. Tu la sens sincère mais c’est trop pour toi. – Et moi ? T’as développé une addiction envers moi ? – Tu demandes finalement brisant le silence qui s’est installé, osant confronter ton regard à nouveau au sien. Tu aimerais savoir où se trouve ta place dans tout ça. Comment te perçoit-elle ? – Tu penses qu’après l’hôpital, tout sera terminé ? Que tu ne recommenceras plus à éprouver tes « tendances ? » – Tu reprends ses propres mots. Si cela ne tenait qu’à toi, tu n’appellerais pas cela comme ça mais tu tentes d’être un minimum compréhensif et t’essayes de rester ouvert. Tu sais qu’il s’agit d’un trouble. Que c’est plus fort qu’elle. Mais tu ne sais pas si t’es capable de l’aider. Pour la première fois de ta vie, tu te dis que tu n’es peut-être pas en mesure de venir en aide à quelqu’un.

_________________

Soul lover, which way have you moved ? It's been a while since our bodies grooved (...)
The unknown now.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Lun 10 Aoû - 22:16
w/ @Aaron Edwards

Un frisson traversa Winifred aux mots d’Aaron. Son ton mais surtout la signification de ses paroles lui glacèrent le sang. Etait-il en train de rompre avec elle ? Avait-il attendu sa première permission pour se débarrasser d’elle ? Etourdie, elle ne répliqua rien et le suivit du regard lorsqu’il s’installa sur son sofa. Il lui reprocha de n’avoir pas su partager son secret avec lui mais c’était quelque chose de bien trop intime qui lui avait déjà fait perdre un petit ami dans le passé. Elle avait agit par auto-protection mais Aaron ne pouvait pas le comprendre. Enfin, le pompier lui posa une salve de questions, qui laissèrent Winifred interdite. Elle laissa la bouteille d’eau lui glisser des doigts mais n’eut aucun mouvement pour la ramasser. La bouteille roula, tristement, sur le sol, avant d’être croquée par Estrella, joueuse. Loin de s’en préoccuper, la maquilleuse aurait aimé avoir une bonne couche de fond de teint sur le visage pour masquer le feu de ses joues. Un feu que le pompier avait déclenché dès lors qu’il lui avait demandé si elle avait développé des obsessions à son égard. « Non… » répondit-elle d’une voix fluette avant de poser ses deux mains sur son visage, se cachant à sa vue. « Tu ne comprends rien, ça n’a rien à voir avec ce qu’il y a entre nous. » Les yeux clos sous ses mains, elle marqua une pause, essayant vainement de se souvenir des exercices de respiration et de concentration que sa psychiatre lui avait appris ces dernières semaines. Mais rien n’y faisait, le stress de la situation était bien trop fort pour elle et l’angoisse la submergeait littéralement. Elle finit par retirer ses mains et retrouva le regard d’Aaron. « Je n’en sais rien. Je ne sais même pas ce que je fous dans cet hôpital pour être honnête ! Après tout, tout le monde a ses travers, qu’ils me filent des comprimés et me fichent la paix… » Sa mâchoire s’était serrée et une étincelle mauvaise brillait dans ses yeux. Le contact était brisée entre elle et Aaron, il n’arrivait pas à ressentir la moindre compassion envers elle et elle n’arrivait pas à lui procurer les réponses qu’il attendait. « Tu veux me quitter ? Je ne te retiens pas. Ca me fera un nouvel ordre du jour pour ma prochaine séance avec ma psy. » Elle eut un ricanement sans joie. Au fond d’elle, tout craquelait. Aaron avait jusqu’ici était sa poutre sur laquelle elle s’appuyait, tremblante, mais résistante grâce à lui. S’il l’abandonnait, elle risquait gros mais elle n’allait pas le supplier. A vrai dire, elle espérait presque qu’il la quitte car elle savait que c’était tout ce qu’elle méritait pour avoir vécu dans le mensonge et les tromperies si longtemps.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Sam 15 Aoû - 10:33


Le secret de Winifred t’effraye toujours autant. Même si cette dernière a pour la première fois l’occasion de s’expliquer. Tu te poses tout un tas de questions. Tu aimerais la comprendre. Mais ce n’est pas le cas. Tu n’arrives pas à te mettre à sa place. Tu ne saisis pas pourquoi elle a agit ainsi. Certes, il s’agit d’un trouble, d’une addiction, quelque chose qu’elle ne peut contrôler, mais elle reste fautive à ton sens. Tu lui en veux de ne pas être la femme que tu croyais qu’elle était. Lorsque tu lui demandes si elle a développé une addiction malsaine aussi envers toi, elle t’affirme que non, et que tu es à côté de la plaque. Oui, tu ne comprends rien. – Et qu’est-ce qu’il reste entre nous ? – Tu demandes, les yeux humides, bras croisés et prêt à clarifier la situation. Tu ne sais toujours pas comment te définir par rapport à Winifred. Est-ce que vous êtes encore ensemble ? En break ? Ou bien est-ce la fin de votre relation ? T’en sais foutrement rien. T’es là, chez elle, en tous les cas. T’espère également que son séjour à l’hôpital pourra l’aider. En théorie, c’est censé. Mais la brune n’en est clairement pas convaincu. Elle ne voit pas pourquoi elle se trouve là-bas. – Ne dis-pas ça. C’est censé t’aider à aller mieux. – Son discours t’effraye un peu mais t’essayes de réagir de manière raisonnée. T’aimerais également l’aider, d’une quelconque manière, mais tu ne peux pas. C’est bien plus fort que toi. Et ton absence de compassion semble perturber la maquilleuse. Si tu veux la quitter, tu peux. Elle ne te retiendra pas. Ton cœur se noue. Ses mots sont crues. Tu ne sais pas si elle le pense. – C’est ce que tu veux ? – Tu lui demandes, iris plongés dans les siens. Tu ne sais clairement plus quoi faire, ni quoi dire. Ta main attrape la sienne. Tu renoues le contact alors qu'un faussé s'est creusé entre vous. Ton palpitant s’accélère. Et puis, Estrella interromps ce moment subitement en perçant la bouteille d’eau que la brune a fait tomber un peu plus tôt. – Estrella, non ! – Ton regard se détourne aussitôt tandis que tu t’empresses d’aller attraper la bouteille avant le chien ou du moins ce qu’il en reste. Puis, tu pars chercher du sopalin dans la cuisine pour essuyer l’eau sur le sol. Comme si t’étais chez toi. – Je vais à la caserne cet après-midi. C’est le 4 juillet. On va récolter des sous pour une association. Tu viendras ? – Tu demandes à la maîtresse des lieux, comme si de rien n’était, tout en nettoyant les bêtises de son canin.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Dim 16 Aoû - 15:03
w/ @Aaron Edwards

Winifred haussa les épaules, défaitiste, à la question d’Aaron. Ce qu’il restait entre eux était fragile, douloureux, inconnu. Au fond d’elle, la jeune femme aurait aimé que le pompier la kidnappe, qu’ils s’évadent loin de cette vie et de cette folie, qu’ils repartent sur des bonnes bases, oubliant le passé mais elle savait que ce n’était pas une option. Aaron était un homme responsable et attaché à sa vie actuelle. « Je ne sais pas. » avoua-t-elle finalement, peinée de voir les yeux du jeune homme trahir sa douleur. Elle fronça les sourcils lorsqu’il déclara que son internat devait l’aider à aller mieux. A part les effets secondaires de ses médicaments, les rumeurs qui courraient sur elle et la brisure de son couple, elle ne voyait pas comment cet hôpital pouvait l’aider. Elle lui répondit néanmoins, la voix cassée, visiblement très peu convaincue par ses propos. « Il paraît. » Elle prit une profonde inspiration avant de sentir la main d’Aaron attraper la sienne. Ce contact fut soudain et inattendu, tant et si bien qu’elle ne réussit pas à serrer sa main en retour. Elle leva ses yeux vers les siens et fut estomaquée par leur intensité. Elle retrouvait dans son regard l’énergie et la bonté qui l’avait fait craquer. Elle fit un pas vers lui mais l’éclat d’Estrella auprès d’eux brisa ces secondes de parenthèse. Leurs mains se séparèrent et elle recula, regardant sa chienne se sauver à l’autre bout du salon et le pompier étancher l’eau déversée. Comme à son habitude, il se montra responsable et Winifred tourna les talons pour lui présenter son dos. Elle se dirigea vers l’évier pour attraper une éponge afin de venir en aide à Aaron qui, hors de propos, lui demande si elle souhaiterait l’accompagner à une fête organisée à la caserne. Elle écarquilla les yeux puis hocha la tête rapidement. « Non, certainement pas ! » Se rendant compte que sa réponse pouvait paraître hautaine, elle s’empressa d’ajouter, en revenant auprès de la flaque d’eau. « Enfin, je veux dire que c’est super comme concept, vous allez faire un carton. Mais sans moi. J’ai vraiment pas envie de voir les gens qui parlent derrière mon dos. » Elle s’accroupit et commença à son tour à nettoyer l’eau répandue. « Mais ils ont besoin de toi, je suis contente que tu y ailles. » Elle eut envie d’ajouter qu’elle aussi avait besoin de lui, mais elle ne pensait pas que c’était le bon moment pour lui dire ce genre de choses.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Mar 25 Aoû - 16:49


Winifred est sincère avec toi. Tu le ressens. Et pourtant, ça ne te rassure pas non plus. Elle aussi est perdue quant à votre relation. T’aurais grandement besoin d’être rassuré, t’es encore jeune, mais elle ne le fait pas. Tout simplement car elle n’est pas en mesure de te promettre monts et merveilles. Elle semble consciente de ce qu’elle a pu faire et de ses addictions malsaines. Elle semble également dépassée par la situation. Qu’est-ce qu’il reste de votre relation ? Aucun de vous n’est capable de le dire. Serait-ce la fin ? T’en sais trop rien. T’es pas du genre à prendre des décisions hâtives et t’es pas sûr non plus que ce soit la bonne décision à prendre. Les sentiments sont encore là. T’es attaché à elle, du moins, celle que t’as côtoyé par le passé. Mais ce n’était qu’une illusion. La meilleure version d’elle-même peut-être. Ce n’est en tout cas pas le moment de vous dire adieu. Le destin en a décidé autrement. Ou tout du moins Estrella. La vilaine. Toujours présente pour faire des bêtises. Cela interromps nettement votre conversation. Est-ce que vous reporterez ce moment fatidique ? Sûrement. En attendant, tu reviens dans le présent pour nettoyer la flaque d’eau par terre et songer à l’événement du jour. C’est qu’il va falloir se préparer et manger. La brune ne souhaite pas venir. T’es un brin étonné par son ton presque agressif qui te laisse sans voix. Tu l’écoutes ensuite s’exprimer de manière plus douce. – Mais je vais pas te laisser là, seule ? – Tu peux comprendre ses raisons et qu’elle ait honte. Toi aussi t’es pas fier de cette situation. Mais t’es gêné de devoir la laisser ici, sans surveillance. Tu t’es prêté garant d’elle. Elle est sous ta responsabilité. Et ce, même si elle est chez elle et qu’elle y reste à t’attendre sagement. C’est le plan. – Je vais aller me doucher et ensuite je nous ferai à manger, ça te va ? – T'as déjà pris ta douche à vrai dire mais la situation est intenable. T’as besoin de retrouver tes esprits et t’éloigner d’elle quelques instants pour souffler et réfléchir à tout ce que vous avez pu vous dire. D’ailleurs, c’est ce que tu pars faire sans plus attendre. Et les heures suivantes s’écoulent assez banalement. Vous prenez limite votre repas chacun de votre côté devant la télé. Vous n’avez pas grand-chose à vous dire si ce n’est des banalités. Au bout d’un moment, tu regardes ta montre et constate qu’il est temps que t’y aille. Tu te lèves alors, débarrassant ton assiette rapidement, pour enfiler les chaussures. – J’y vais. A tout à l’heure. – Pas de bisou auprès d’elle. Tu n’y est plus habitué de toute manière. En revanche, tu adresses une grosse caresse à Estrella, comme t’en as pris l’habitude quand tu t’en vas. – Prends-soin d’elle. – Que tu adresses au chien discrètement avant d’y aller.  

[...]

Plusieurs heures se sont écoulées depuis tes retrouvailles houleuses avec Winifred. Tu t’es totalement aéré et changé l’esprit via les festivités du 4 juillet à la caserne. Un bon moment passé en compagnie de Chani. Tu es resté jusqu’au bout et la fermeture pour aider tes collègues à tout ranger. Il est assez tard désormais. L’heure de manger. T’as pris soin d’acheter des pizzas sur ta route, ne souhaitant pas te prendre la tête. Tu débarques chez la maquilleuse comme si de rien n’était. Tu la retrouves là où elle était à savoir devant la télé. Visiblement, elle n’a pas trop bougé. Enfin si, tu constates que sa tenue a changé. Elle a dû aller se laver. – Me revoilà. Pizza quatre fromages et regina. – Tu annonces avant d’apporter les cartons sur la table basse du salon. Si ça se trouve, elle avait déjà prévu quelque chose à manger mais tu en doutes un peu.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Dim 6 Sep - 11:06
w/ @Aaron Edwards

Aaron n’était pas convaincu par l’éventualité de la laisser seule. D’une certaine façon, c’était compréhensible mais cette réaction l’agaça. Elle n’était pas une frêle demoiselle qu’il devait protéger. Elle n’était pas non plus la folle dangereuse que les ragots prétendaient. Dans les deux cas, c’était vexant de voir que le pompier ne lui faisait pas confiance et elle garda le silence, le visage fermé. Elle le laissa monter à l’étage prendre sa douche tandis qu’elle resta auprès d’Estrella qu’elle prit plaisir à cajoler. L’animal lui avait tellement manqué et lui offrait l’accueil qu’Aaron n’avait pas su lui donner.
Le déjeuner se déroula sans grande discussion. L’appétit de Winifred était inexistant mais elle réussit à glisser en douce la moitié du contenu de son assiette à sa chienne, donnant l’impression au pompier qu’elle se régalait. Enfin, le jeune homme se leva pour partir en direction de la caserne. Il ne fit pas un baiser à Winifred, et la jeune femme serra des dents sans rien dire. Elle attendit que la porte claqua derrière lui pour monter dans sa chambre, Estrella derrière elle. Dans sa commode, elle trouva son téléphone portable. Elle s’empressa d’envoyer des messages à Tony, son dernier espoir, pour qu’il la retrouve derrière le cinéma de Windmont Bay. A cet instant précis, la maquilleuse savait qu’elle prenait un risque en trahissant la confiance d’Aaron mais elle n’avait pas le choix. Une fois l’échange de textos terminé, Winifred passa à son tour sous la douche pour retirer de sa peau le sel des larmes qu’elle avait versé.

[…]

Assise sur son canapé, sous un plaid recouvrant ses jambes, Winifred ne tourna pas le visage en entendant le pompier rentrer. Le programme dans le téléviseur semblait la captiver mais si le jeune homme s’était suffisamment rapproché d’elle, il aurait entendu les battements de son coeur tambouriner dans sa poitrine. Mais ils étaient en froid tous les deux, et elle savait qu’il ne percevrait pas la tension qui l’animait. Il clama le nom de deux pizzas et Winifred comprit qu’il avait ramené le dîner. L’odeur des pizzas vint lui titiller les narines et elle finit par lâcher l’émission des yeux pour regarder le pompier. Il parut énergisé et satisfait de son après-midi. « Merci. La collecte s’est bien passée ? »  Elle se décida à se lever du canapé et resta debout au milieu du salon. Elle remarqua que ses cheveux étaient encore humides par endroit et qu’il sentait le savon. « Le car-wash a un peu dérapé, non? » Elle eut un sourire, attendrie, en imaginant Aaron s’amuser. Il en avait besoin, et il le méritait. « Tu peux attraper du sopalin dans la cuisine, s’il te plait ? »  Le pompier s’exécuta et, un peu machinalement, elle attrapa le téléphone portable du pompier qu’il avait laissé sur la table basse auprès des pizzas. Curieuse, elle avait envie de voir les photos qu’il avait prit de la fête des pompiers. Elle avait envie de voir ses selfies avec ses camarades, des photos de l’ambiance générale… Un semblant de vie normale qui lui manquait tant. Pourtant, lorsqu’elle alluma le téléphone, ce fut ses messages non lus qui attira son attention. Elle entra alors dans sa messagerie et vit plusieurs messages en provenance d’une certaine Chani. Son doigt, malgré elle et parce qu’elle était d’une nature curieuse maladive, glissa tout le long de la conversation. Cinéma ensemble. Des émojis baisers. Une invitation à la fête des pompiers… Winifred tomba des nues. Ce qu’elle découvrit à cet instant était à des années-lumières de ce qu’elle pouvait imaginer. Aaron l’avait fait culpabiliser, se présentait comme le gendre idéal tandis qu’en réalité, il flirtait - ou pire - avec une certaine Chani. Aaron revint dans le salon et la jeune femme ne fit même pas semblant de reposer le téléphone. « Ben putain. »  lâcha-t-elle, du fond du coeur, en regardant Aaron avec une aversion nouvelle. « Je dérange peut-être ? »  Et la main tremblante de colère, elle tendit le téléphone où les textos de Chani et les siens correspondaient.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Dim 6 Sep - 23:55


Les festivités du 4 juillet ne pouvaient pas mieux tomber. Cela t’as permis de t’échapper quelques heures de cette atmosphère pesante entre Winifred et toi. Tu t’es totalement déconnecté là-bas. Si au début, t’étais tout de même inquiet pour la maquilleuse, tu t’es ensuite très vite changé les idées lorsque Chani a débarqué. T’as passé un super moment avec elle et ça n’est pas sans conséquence puisque tes cheveux n’ont pas totalement séché et que tu sens un peu trop le savon chimique. T’es bon pour reprendre une énième douche avant de te coucher. Mais pas tout de suite. Il est l’heure de manger. T’as pris soin d’acheter des pizzas car tu sais que Winifred aime ça. Tu n’arrives cependant pas à savoir si ton attention lui fait plaisir lorsque tu débarques dans son salon avec les cartons. Elle semble néanmoins assez apaisée et dans de meilleures conditions qu’auparavant. Elle s’intéresse même à ton après-midi, ce qui te ravi. – Oui, super. On a collecté bien plus que ce qu’on pensait. – Autant dire que ça a fait un véritable tabac. Ça sera à refaire dès que possible. T’es hyper content d’avoir contribué à la bonne cause et d’avoir pu aider la communauté en lavant des voitures. – Ouais. Un peu. – Tu rigoles alors, en la regardant d’un air complice lorsqu’elle constate que le car wash a dérapé à un moment et que tu t’es incontestablement amusé. T’as l’impression à cet instant précis d’avoir retrouvé la femme qui t’as fais craquer. Celle pour qui t’as des sentiments. Tu t’apprêtes à t’installer sur le canapé à ses côtés mais elle te demande gentiment d’aller chercher du sopalin dans la cuisine. Tu t’exécutes sans broncher. Mais impossible de retrouver le rouleau. Tu fouilles dans les quatre coins de la pièce sans te douter de ce qui se trame à côté. T’as malencontreusement laissé ton téléphone sur la table basse sans même prendre soin de le verrouiller. – Je l’ai trouvé ! – Tu scandes, guilleret, avant de revenir tout fier avec l'objet demandé dans le salon. Sauf que tu te rends vite compte que quelque chose ne va pas vu le ton agacé de la jeune femme. Tu perds aussitôt ton sourire et comprends vite ce qu’il se passe. Elle a fouillé dans ton téléphone. Tes sourcils se froncent alors. Elle a dû voir ta conversation récente avec Chani. – Qu’est-ce que tu faisais sur mon téléphone ?! – Bien sûr que tu t’offusques. C’est personnel. Elle n’avait pas à fouiller. D’ailleurs, tu reprends l’objet fermement et prends soin de le verrouiller sans lire les nouveaux messages reçus. Autant dire que c’est clairement pas le moment. – J’imagine que t’as vu mes messages avec Chani ? – Tu demandes, d'une voix plus douce, presque certain de la réponse qu’elle va te dire. T’aimerais tellement éviter ce genre de situation et pouvoir te camoufler quelque part. Peut-être dans le canapé d’ailleurs. Sauf que tu ne peux pas. T’es obligé d’y faire face. Tu serais tenté de dire qu’il s’agit de ta cousine histoire de calmer le jeu mais tu ne sais pas mentir. – C’est la prof de langue des signes. Je t’avais dis que je prenais des cours, non ? – T’essayes de rester le plus neutre qui soit. Bien entendu, tu sais que tes messages peuvent porter à confusion. Et tu tiens à les expliquer car au final, il ne s’est rien passé avec la jeune femme. Ce n’est pas comme si t’avais fauter. – Elle est passée à la caserne cet après-midi. Mais c’est pas ce que tu crois. – T’essayes de la rassurer comme tu peux mais elle n’a pas l’air vraiment convaincu par ce que tu peux dire. Du coup, tu reprends la parole à nouveau essayant d’être un peu plus persuasif qu’avant. – Je veux dire, y’a rien. C’est une amie. – T’oses à peine affronter son regard, très gêné de cette situation. Les confrontations du genre ne te mettent pas à l’aise. T’as déjà eu ton lot de drama avec elle. T’aimerais juste essayer d’arranger les choses. Mais n'est-ce pas trop tard ?

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Lun 7 Sep - 21:35
w/ @Aaron Edwards

Moralement, ce fut un coup dur. De ceux qui vous assomment au moment où vous avez déjà un genou à terre. Le récit, enjoué d’Aaron sur son après-midi lui parut soudain avoir une connotation très différente. Bien sûr qu’il s’était bien amusé et que le car-wash avait dérapé s’il avait été en compagnie de cette dénommée Chani. Il s’offusqua lorsqu’il vit qu’elle avait fouillé son téléphone mais Winifred tint bon. Ce n’était pas elle la fautive dans cette histoire, et elle ne le laisserait pas inverser les rôles de cette façon. « Là n’est pas la question ! »  répliqua-t-elle, furieuse, en le dévisageant avec insistance. Il récupéra le téléphone avec force et la jeune femme le laissa faire. Elle avait vu ce qu’il y avait à voir. Aaron parut ensuite inquiet, nerveux et perdu, ce qui rendit Winifred encore plus énervée. Comment pouvait-il lui faire ça et ensuite prétendre que c’était elle la malhonnête des deux ? « Prof de langues, je veux bien le croire ! »  Scanda-t-elle d’un air mesquin, faisant référence au rapprochement probable qu’il y avait eu entre eux. « Il faudrait être idiot pour ne pas comprendre ce qu’il se passe ! Je suis partie, tu as cherché du réconfort auprès d’une autre… Quel cliché ! »  Elle recula, tremblant de colère jusqu’à ce que ses jambes buttent contre le canapé. « Je ne te crois pas Aaron. »  Elle secoua la tête avec force, comme prise au piège d’une réalité qui la dépassait et la révoltait. « Tu m’as fait pleurer, culpabiliser à l’idée de t’avoir fait du mal, de ne pas t’avoir tout dit de mes problèmes… Alors que toi, tu me trahissais derrière mon dos, au moment où j’étais au plus mal ! »  Elle sentit ses yeux devenir humides mais se retint de verser la moindre larme. Elle avait déjà trop pleuré à cause du pompier et garda donc la tête haute, le défiant du regard, attendant le mot de trop, le geste de travers qui sonnerait le point de non retour entre eux.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Ven 11 Sep - 17:58

T’as eu la nette impression que les choses pouvaient s’arranger avec Winifred mais cela n’a pas duré bien longtemps. Même pas quelques minutes. Ton sourire n’est plus présent sur ta frimousse. Au contraire, la colère grouille en toi. Elle a osé lire tes messages. C’était privé. – Je n’apprécie quand même pas que tu fouilles dans mes affaires. – D’accord, ce n’est pas la question mais tu tiens à lui dire que tu n’aimes pas le fait qu’elle puisse consulter ton portable sans ta permission. Cela revient à fouiller dans les affaires des autres et ce n’est pas bien à ton sens. Tu ne cautionnes pas ce type de comportement dans une relation et tu ne souhaites absolument pas que cela se reproduise. Tu gardes néanmoins ton sang-froid et prend ton courage à deux mains afin de lui expliquer ce qu’elle a pu lire. Bien entendu, tu te sens fautif. Car le ton qu’elle emploie n’est pas plaisant et que tu ne lui a jamais parlé de Chani auparavant. Mais en même temps, cela aurait été rajouter de l’huile sur le feu. Votre relation étant déjà compliquée. Pour autant, tu n’as pas fauté, contrairement à ce que la maquilleuse peut penser. Tu comprends toutefois que certains messages puissent être trompeurs. Si bien que tu décides de ne pas réagir face au pic de la trentenaire concernant la profession de Chani. C’est puéril. En revanche, tu ne peux laisser ta copine penser que tu es allée te réconforter auprès de la prof de langue. – Mais n’importe quoi ! – Tu t’exclames avec les mains et le visage froncé. Tu détestes le fait qu’elle puisse t’accuser à tord. T’essayes toutefois de te contenir car la colère ne fait que grandir en toi. Et la jeune femme ne fait que l’alimenter. Elle déclare ne pas te croire. – Donc je suis un menteur ? Tu veux qu’on appelle Chani pour qu’elle te confirme qu’il ne s’est jamais rien passé peut-être ? – Tu hausses les yeux au ciel, exaspéré par cette scène de ménage grotesque. Il faut qu’elle arrête de faire de sa vie un drame ambulant. Tu commences à croire fermement qu’elle est vraiment folle comme nana et que ce n’est pas que maladif. – Oh arrêtes Winifred ! Dans l’histoire la personne qui a le plus souffert c’est moi. Je me suis retrouvé seul du jour au lendemain à devoir m’occuper d’Estrella et de tes papiers tout en apprenant toute la vérité à ton sujet. T’as quoi d’autre à me cacher d’ailleurs ? T’as tué quelqu’un ? Et c’était qui ce Tony ? Bordel ! – Tu perds ton calme et ton contrôle si bien que tu fais valser par terre ses papiers qui se trouvent sur un meuble à côté. Tu fais les quatre cents pas essayant de reprendre tes esprits mais ton cerveau bouillonne. Tu exploses littéralement de colère. Tu ne comprends pas qu’elle puisse te reprocher quoi que ce soit suite à ce que tu as pu vivre. T’as aussi ce sentiment d’injustice car elle t’accuse de choses complètement fausses.

_________________

Soul lover, which way have you moved ? It's been a while since our bodies grooved (...)
The unknown now.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Ven 18 Sep - 20:22
w/ @Aaron Edwards

Winifred le fusilla du regard lorsqu’il insista sur le fait qu’elle avait fouillé dans son téléphone. C’était hors de propos et bien moindre comparé à la trahison qu’il avait eu à son égard. « Et moi je n’apprécie pas que tu flirtes derrière mon dos ! » Elle avait à présent le ton haut, se moquant d’être entendue par les voisins. Elle croisa les bras sous sa poitrine, se tenant fièrement face à Aaron, visiblement loin de se laisser impressionner par la colère de son petit ami. Elle avait le sang chaud, en amour comme à la guerre, elle donnait toujours tout, quitte à regretter par la suite. A cet instant, elle était déterminée à aller jusqu’au bout de ce conflit, même si elle devait prendre le risque de perdre Aaron. Elle n’acceptait pas la relation ambigüe qu’il entretenait avec cette certaine Chani, et elle ne la lui laisserait pas passer. « Tu veux peut-être l’inviter ? Et qu’on fasse un plan à trois ? » Elle devenait mauvaise, mais c’était plus fort qu’elle. Elle n’avait très certainement pas envie de parler avec cette jeune femme. Puis, elle se tut. Interdite, elle écouta le flot de reproches et de colère qui émanèrent du pompier. Comme une valve ouverte, il déversa son ressentiment à son égard et elle en fut bouleversée. Estrella. Tony? Elle fronça les sourcils, le regardant avec des yeux hagards, ne sachant que lui répondre. Elle resta silencieuse quelques secondes, avant d’enfin réussir à répliquer, la voix et les épaules tremblantes. « Je suis désolée, combien de fois faudra-t-il que je le répète… » Elle décroisa ses bras et fit plusieurs pas vers lui, la fureur bouillonnant dans ses veines. Elle le regarda avec une telle colère qu’on pouvait se demander si elle n’essayait pas de le changer en pierre d’un regard. « Tony n’a rien à voir avec tout ça ! C’est un type que j’ai connu par Estrella mais je ne lui envoie pas des textos ambigus et des émojis complices ! » Elle leva alors une main et lui flanqua un coup dans son bras massif. Un coup qui partit sans qu’elle n’y réfléchisse et qu'elle regretta instantanément car sa main devint rapidement douloureuse sous le choc. « Aïe ! » lâcha-t-elle en grimaçant, portant sa main endolorie contre elle, soudain très honteuse de son geste.

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1144
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©all saouls
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : PDA (please don't ask)
work : firefighter
activities : club d'ecologie, wb fire watch, sport
home : bridgewater way
points : 499
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Sam 19 Sep - 1:11

La brune déclare ne pas apprécier que tu flirtes derrière son dos. Tu lui répondrais bien que ce n’est pas le cas. Mais ça serait culotté en vu des messages qu’elle a pu lire. Car t’imagine qu’il s’agit de ça. Tu lui demandes confirmation avant de lui expliquer qui est cette fameuse Chani. Une prof de langues, oui, mais pas comme elle l’entends. T’essayes de lui faire comprendre qu’il ne s’est jamais rien passé, malgré ce qu’elle semble penser. Mais tes justifications ne suffisent pas. Elle se met à fabuler et insinuer que tu mens, ce qui te met hors de toi. Si bien que tu lui proposes d’appeler la concernée afin qu’elle confirme tes dires. Bien évidemment, tu ne le souhaiterai pas car cela serait très embarrassant pour la jeune femme d’assister à tes problèmes de couple. Mais c’est la seule personne que tu connais qui pourrais faire comprendre à Winifred qu’elle fait erreur. Cette dernière se met d’ailleurs à raconter n’importe quoi et évoquer un plan à trois. En d’autres circonstances, cela pourrait t’amuser mais là, très clairement, tu n’apprécies pas la provocation de la maquilleuse. – Bien sûr que non. – Tu lèves les mains au ciel, une fois de plus agacé, avant de t’emporter pour de bon lorsqu’elle évoque une trahison. Ce qui t’énerve encore plus dans l’histoire, c’est qu’elle minimise le fait qu’elle t’ait fait du mal et qu’elle se permette de comparer tout ça. Il faut que tu remettes les pendules à l’heure. Et le résultat n’est pas très beau à voir tant la colère s’empare de toi. Tu lui reproches pour la première fois le fait de t’avoir laisser seul du jour au lendemain, de t’être occupé de ses papiers et de son chien, puis d’avoir découvert la vérité à son sujet de la pire des manières. Ce n’est quand même pas rien. Cela semble la toucher. Tu perçois de l’émotion à travers ses excuses. – Je ne sais pas. – Peut-être bien qu’il faudrait qu’elle le répète jusqu’à ce que tu finisses par y croire. Ou alors c’est peine perdue. Tu ne sais pas quand tu pourras lui pardonner. Il faudrait déjà que tu retrouves confiance en elle et qu’elle soit en mesure de te rassurer mais ce n’est pas le cas pour le moment. D’ailleurs, tu n’hésites pas à lui redemander si elle te cache autre chose et qui est ce fameux Tony, que t’as pu rencontré il y a quelques semaines de ça. Sa réponse reste vague. Elle évoque tes textos ambigus et émojis complices avec Chani. Tu lui coupes alors la parole. – Parce qu’Estrella est une entremetteuse peut-être ? – Tu ne comprends pas vraiment comment elle aurait pu connaître l’homme par l’intermédiaire d’un chien. Va falloir qu’elle t’explique. Mais votre conversation est interrompue par un réflexe de la jeune femme. Une tape sur ton bras. Cela te laisse un instant béa. Tout comme elle. Tu ne cautionnes pas la violence mais tu sais que ce n’était pas voulu. Et tu te rends compte aussi qu’elle a mal. – Allez-viens. – Tu te montres plus doux, te rendant compte que votre dispute frise le ridicule, pour l’entraîner dans la cuisine et attraper un torchon et des glaçons. Tu lui panses ainsi sa main blessée dans le plus grand des silences avant de confronter ton regard ampli de détresse dans le sien. Tu y lis également de la lassitude face à tout ça. – Est-ce qu’on peut faire une trêve ne serait-ce que pour les quelques heures qui arrivent et s’en vouloir ensuite quand tu seras retourné à l’hôpital ? – Tu demandes assez calmement et fatigué de ces disputes et plus généralement de la journée qui ne fut pas de tout repos. Tu t’en souviendras encore longtemps de ce 4 juillet. – Les pizza vont être froides. – Tu pars ensuite t’installer sur le canapé puis allume la télé tout en dégustant tranquillement le dîner que t’as ramené. T’as besoin de reprendre des forces et ce silence entre vous fait du bien. Tu ne sais pas comment se passeront les prochaines heures mais t’espère qu’il n’y aura pas de nouveau drama. T’as eu ton compte pour un moment.

_________________

Soul lover, which way have you moved ? It's been a while since our bodies grooved (...)
The unknown now.

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 850
name : fai
face + © : aarjona - @corpsie
multinicks : -

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : aaron?
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3045
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

4 and 20 hours (A/W) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) · Sam 19 Sep - 17:36
w/ @Aaron Edwards

Ce qu’elle vit dans le regard d’Aaron n’était pas plaisant. Il souffrait et se renfermait. Et pourtant, elle avait cogné contre lui, peut-être pour l’atteindre d’une façon différente et lui faire comprendre qu’elle n’abandonnait pas. Il était aussi désemparé qu’elle et cela lui fit du mal de l’entendre répondre à ses excuses d’une façon peu concluante. Ils ne les acceptaient toujours pas, et c’était terriblement frustrant. Néanmoins, elle était sincère et elle ne savait pas jusqu’à quand elle aurait la force de le prouver. Son internement, l’éclat au grand jour de son secret, les médicaments quotidiens… Tout cela faisait qu’elle était mentalement épuisée. La douleur de sa main sonna le glas de sa malchance et elle eut presque envie de céder aux sanglots mais Aaron baissa un instant les armes et la prit en charge. Sa générosité, une fois encore, la toucha et elle le laissa faire. Elle savait que si elle se dérobait à son aide, elle ferait plus de mal encore à la situation. Sans un mot, elle le suivit jusqu’à la cuisine et poussa un soupire semblant sortir du plus profond de sa poitrine. Comme si on lui avait retiré une sangle oppressive. Elle suivit chacun de ses gestes du regard et leva finalement les yeux vers lui lorsqu’il demanda une trêve. La demande était légitime, et elle était d’accord. Ils s’étaient suffisamment dit ce qu’ils avaient à se dire pour aujourd’hui. « D’accord. » dit-elle simplement, continuant de le regarder. Un instant, elle eut envie de se blottir dans ses bras et même de l’embrasser. Pourquoi ? Alors que quelques minutes plus tôt elle voulait le foudroyer? Peut-être parce qu’elle était exténuée elle aussi et en manque de tendresse. Finalement, Aaron s’écarta d’elle et retourna au salon. Elle avait totalement oublié les pizzas. Son appétit ayant disparu, elle serra la mâchoire en voyant le pompier allumer le téléviseur, comme si les drames entre eux étaient oubliés. « Je n’ai pas faim. Mais bon appétit. » dit-elle d'une voix monotone. Entre eux, ce soir, le lien était rompu. Elle fit signe à Estrella de la suivre tandis qu’elle monta à l’étage se coucher. Elle prit au passage son sac où se trouvait ses médicaments qu’elle ira prendre dans son lit. Ils l’aideront à s’endormir parce qu’à cet instant, elle n’avait pas du tout sommeil.

SUJET TERMINE

_________________
❝ call it what you want, 'cause I don't even care anymore. call me what you need to make yourself comfortable. but I'm alone in this meltdown of nervousness diagnosis. ❞
Contenu sponsorisé




behind
the mask

4 and 20 hours (A/W) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: 4 and 20 hours (A/W) ·
 
4 and 20 hours (A/W)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row-
Sauter vers: