hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Jeu ...
Voir le deal
46.34 €

 

 Another one bites the dust


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue
Aller en bas 
welcome to badlands.

Xavi Moroe

messages : 695
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan ~ self.
multinicks : blake, kerry, priam, luna, jürgen.
points : 1870
age (birth) : thirty-four yo (03/11).
♡ status : in a rs with citra.
work : heir, ex ceo.
activities : buying unnecessary things, treating people the way they deserve it (like shit most of the time), having good time with citra, trying to take care of his daughter.
home : a villa @ ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] maisie, citra, ali, daniel.

Another one bites the dust Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Another one bites the dust · Lun 20 Juil - 9:48

You want to play dirty ? Fine, let's play dirty.
05.07.20 // @Maisie Schofield

Maisie Schofield avait tout pour plaire : un minois attrayant, des courbes qui affoleraient n'importe quel être, une bouche qu'il s'était plu à imaginer tout contre sa peau, une poitrine qui était un appel à tous les pêchés imaginables. Autant d'atouts physique sans s'intéresser un seul instant à sa personnalité. Sa faiblesse face aux femmes n'était un secret pour personne et lorsque la jolie blonde lui avait tapé dans l'oeil, durant la fête de Pâques, Xavi s'était déjà fait des plans sur la comète. La célébration n'avait pas eu la finalité escomptée, laissant l'héritier sur sa faim, mais tous ses espoirs furent basculés sur leur seconde rencontre qui elle aussi, ne prit pas une tournure agréable. Maisie était une sublime enveloppe charnelle, et il aurait même accepté de délaisser Joona aux griffes d'Agnes Baker pour obtenir une nuit à ses côtés. Fort heureusement, la réalité avait su le rattraper juste à temps pour que son ami ne puisse éviter un moment désagréable en si mauvaise compagnie - et qu'il n'ait pas à se confondre en excuses pour son comportement. Maisie n'avait d'attrayant que son apparence et derrière la petite sainte-nitouche qu'il avait découvert - croyait avoir découvert, s'il avait seulement daigné s'intéresser à autre chose qu'à sa poitrine - se cachait une jeune femme plus futée qu'il ne l'imaginait. Deux mois s'étaient écoulés depuis leur dernière rencontre, assez pour que Xavi se croit à l'abris et débarrassé de celle qu'il qualifiait désormais de sorcière ou de sangsue. Quelle naïveté de croire qu'elle avait lâché l'affaire, après tout il était bien placé pour savoir que les femmes n'abandonnaient pas aussi facilement. Depuis leur dernier échange de sms, l'héritier ruminait dans son coin, car au-delà de ne pas avoir pu en retirer un souvenir plaisant, il se retrouvait dans une situation particulièrement désagréable. Plus que ça, elle avait pris l'ascendant sur lui et si, dans certaines circonstances, il aurait plutôt apprécié la démarche, cette fois-là le plaisir qu'il pouvait en retirer était aussi agréable qu'une épine dans le pied. Son humeur s'accordait à ses pensées, sa mine renfrognée était un appel à l'éviter mais heureusement pour lui, Citra n'était pas dans les parages actuellement. Xavi tournait en rond depuis un petit moment, alors que le moment fatidique d'un nouvel échange avec Maisie venait de se manifester en même temps que le retentissement de sa sonnette. « Je m'occupe de la sorcière, tu peux.. reprendre ce que tu faisais. » Il adressa un sourire mal engagé à son majordome et patienta jusqu'à la disparation totale de ce dernier dans un couloir annexe. Que n'aurait-il pas donné pour laisser cette porte close et abandonner Maisie à son sort, néanmoins la question ne se posait plus maintenant qu'elle avait mis le doigt sur un détail dérangeant. Son passé ne représentait pas un secret en soit, mais il appréciait d'autant occulter certaine partie, plus encore depuis son installation ici. « Salut, » La tension se ressentait dans le son de sa voix, loin du flirt de Pâques qui était désormais un souvenir quasi oublié, remplacé par une après-midi piscine désastreuse et un échange de sms tout aussi déplorable. Xavi roula des yeux au moment même où son regard entra en contact avec sa silhouette, même si son réflexe suivant fut de jeter un bref coup d'oeil à sa poitrine. « Je te dirais bien que c'est un plaisir de te revoir, mais toi ou mon ex femme, ça me fait le même effet, autant me coincer les couilles dans une porte. » Il tendit le bras pour lui signifier d'entrer et lui emboîta le pas en direction de son espace terrasse. Une boisson fraîche et deux verres trônaient déjà sur la table, ce que l'héritier corrigea rapidement pour en retirer un. Une attitude digne d'un enfant capricieux, qu'il assuma de sa mine la plus dédaigneuse possible. « Je pensais que tu viendrais avec ton mari, je ne l'ai toujours pas rencontré. Je suis déçu, moi qui voulais lui témoigner tout mon soutien pour t'avoir épousé, il mérite bien une tape dans le dos. » conclut-il dans une tentative vaine pour gagner un peu de temps.

_________________

“I feel the sunrise on your face as you're standing by the window, feel my hand wrapped 'round your waist as you light your cigarette and it looks just like a scene from an old italian movie, and it feels like we're unique.”
◐ my only sin is I can't win.

Maisie Prendergast

messages : 1560
name : corpsie.
face + © : lucy boynton + ©me.
multinicks : peter . beckett . ollie . tony . isaac
points : 2200
age (birth) : 25ish {14/11}
♡ status : don't want to talk about it.
work : on long-term vacations (= unemployed).
activities : fitting in the american way, looking after her twin, baking scones and muffins, looking for a new breath.
home : processing.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off [4/4] neuneu, gabriel, chani, xavi.

Another one bites the dust Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Another one bites the dust · Dim 16 Aoû - 20:50
L’assurance dont elle avait pu faire preuve au cours des échanges de SMS n’était qu’une fraude à laquelle Maisie n’adhérait plus, maintenant qu’elle se trouvait face à la porte de l’imposante demeure de Xavi Moroe. Ce qu’elle foutait là ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Il lui avait semblé malin de jouer la carte du chantage face à un type bien plus puissant qu’elle, qui aurait pu la réduire en bouillie tant sur le plan physique qu’émotionnel, elle en était persuadée. Elle avait mis les pieds dans la cour des grands, désormais elle ne pouvait plus faire machine arrière, d’autant plus que l’index de sa main droite venait d’appuyer sur le bouton de la sonnette et que déjà des pas se faisaient entendre de l’autre côté. Une flopée d’insultes dirigées contre elle-même s’élevèrent dans sa caboche et elle secoua la tête pour les faire disparaître. Ce n’était pas le moment de douter de soi, il était trop tard pour prendre peur. « Bon… Bonjour. » Quelle première impression ratée. Elle qui voulait jouer la carte de la femme fatale à qui rien ni personne ne pouvait résister se retrouvait à balbutier comme la vulgaire débutante qu’elle était. Fort heureusement, Xavi lui tendit une perche qui lui permit de reprendre pied, et qui n’était guère celle qu’il aurait aimée partager avec elle le jour de leur première rencontre. Elle se fendit d’un large sourire aussi faux que l’héritier était, quant à lui, honnête. « Il faut en avoir, pour risquer de les coincer quelque part, Xavi. » Elle fit rouler son accent sur la prononciation de son prénom et fit exprès de claquer la porte derrière elle, pour reprendre sa charmante allusion. Elle devait bien lui accorder que l’image de ses bijoux de famille pris entre deux morceaux de bois était une image attrayante. Même si elle avait déjà eu l’occasion de traverser les lieux, elle n’en demeurait pas moins impressionnée par le faste dont il avait fait preuve en choisissant la décoration et l’aménagement de ses espaces. A le voir, elle n’aurait pas imaginé qu’il ait eu autant de bon goût. Son regard s’éclaira durant une seconde et elle ne put réprimer un rire nasal face à l’attitude gamine de son hôte malgré lui. Dommage, elle n’aurait pas dit non à un rafraîchissement. « C’est un homme occupé. Je sais que c’est difficile pour toi de te faire à l’idée que des personnes doivent travailler pour subvenir à leurs besoins. » Teddy ignorait tout de ses agissements, elle n'avait pas cherché à lui faire part de ses nombreux soucis, car elle n'était pas venue dans l'Oregon pour être un fardeau pour qui que ce fût. Elle grimaça avant de croiser les bras devant elle, ne sachant comment elle devait se tenir pour en imposer. Elle n’était pas très grande en dépit des talons sur lequel elle s’était perchée, son gabarit était frêle, et elle n’avait hélas pas l’habitude de se jouer des autres, de les manipuler à sa guise pour parvenir à ses fins. Concentre-toi, c’est Xavi Moroe, le gars qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre et qui a plus d’un squelette dans son placard. Forte de cet auto-encouragement, elle releva le nez vers la piscine avant de porter son attention vers le maître des lieux. « Tu aurais pu te dispenser de ma présence chez toi si tu avais fait ce que je t’ai demandé. » Elle n’avait pas plus envie que lui de se trouver ici. « Est-ce que ça a avancé ? Tu ne te débarrasseras pas de moi et de mon savoir tant que je ne serais pas assurée de pouvoir rester ici sans risque. » Il s’agissait d’une mission importante qu’elle lui confiait, bon gré mal gré, car son carnet d’adresses à Windmont Bay était malheureusement peu fourni, et qu’il était le plus haut placé sur la chaîne alimentaire locale. Le seul à même de pouvoir lui garantir un document, officiel ou non, lui permettant de rester sur le territoire sans craindre une extradition et une interdiction de revenir aux États-Unis.

_________________
the pain here that i feel, try and tell me it’s not real
for it seems that i still have a tear to shed.

welcome to badlands.

Xavi Moroe

messages : 695
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan ~ self.
multinicks : blake, kerry, priam, luna, jürgen.
points : 1870
age (birth) : thirty-four yo (03/11).
♡ status : in a rs with citra.
work : heir, ex ceo.
activities : buying unnecessary things, treating people the way they deserve it (like shit most of the time), having good time with citra, trying to take care of his daughter.
home : a villa @ ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] maisie, citra, ali, daniel.

Another one bites the dust Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Another one bites the dust · Dim 23 Aoû - 15:48
L'accueil offert par Xavi avait tout de malaisant, mais y mettre un peu du sien et paraître courtois lui semblait si superflu que l'idée ne frôlait jamais son esprit. De plus, après leurs quelques échanges, Maisie devait se douter qu'elle avait à faire à un parfait connard, arrondir les angles n'était donc pas une option envisageable maintenant que ces deux-là avaient plus ou moins réussi à se cerner. « J'étais bien prêt à te prouver que j'en ai, la dernière fois qu'on s'est vus, mais tu as préféré choisir une autre option. Tu aurais pu négocier ça autrement Maisie, y mettre un peu de ta personne. » Il fit quelques moulinets avec sa main, tout en levant les yeux au ciel, laissant à son interlocutrice le soin d'imaginer ce à quoi il faisait référence. Rien de bien compliqué, Xavi était un homme, pensait comme un homme et ses intentions envers une femme s'arrêtait généralement au niveau de ce qu'il considérait comme « la salle de jeux ». « Maintenant c'est trop tard. » crut-il nécessaire de préciser, comme si Maisie pouvait encore envisager cette option - l'avait-elle seulement envisagé ? Son égo lui intimait que oui, quant à son esprit, il se contentait de suivre l'idée première, totalement hermétique à toute autre alternative. Quel dommage, pensa-t-il, toujours occupé à reluquer son interlocutrice avec si peu d'égard, oubliant un court instant sa moitié actuelle. Citra la connaissait assez bien pour savoir que ses yeux traînaient toujours n'importe où, surtout lorsqu'il croisait le chemin d'une belle femme - ce qu'il pouvait encore concéder à Maisie, en son for intérieur. « C'est vrai que je m'en branle pas mal des problèmes du petit peuple. » Il fit une grimace puis opta pour un rire similaire à celui de la jeune femme, quoi qu'un poil plus surjoué afin d'asseoir son mécontentement et y ajouter une touche de sarcasme. Sa seule présence réussissait à le crisper, et son reluquage s'acheva au moment même où le vif du sujet fit son apparition. L'agacement se lisait sur chaque trait de son visage, alors qu'il relâcha mollement ses épaules pour venir s'affaler dans son siège. S'il devait être tout à fait honnête avec elle, il n'avait strictement rien foutu concernant cette demande (forcée). Occupé à ses propres affaires, il avait balayé la chose d'un revers de la main pour se concentrer sur sa personne, persuadé que Maisie finirait bien vite par l'oublier. Première erreur de sa part. Lorsqu'enfin l'idée était (vaguement) revenue à lui, courant du mois, il avait fini par croire qu'elle n'avait définitivement plus besoin de lui. Après tout, il n'avait plus eu aucune nouvelle, une autre solution avait dû s'offrir à elle sans qu'il n'ait besoin d'intervenir. Deuxième erreur de sa part, le tout saupoudré d'une naïveté qu'il ne connaissait que trop bien lorsque ses pensées allaient vers la gent féminine. Il sous estimait toujours ce qu'il croyait être le sexe faible et jamais il n'avait été capable d'apprendre de ses erreurs. Raison pour laquelle, il finissait dans des situations similaires à celle du jour. Son mécontentement était peut-être logique, mais amplement mérité. « Non, j'ai strictement rien foutu. » A quoi bon tourner autour de pot, il assumait sa léthargie sur le sujet, ou tout du moins l'avait-il assumé sur le moment. Les souvenirs de son procès en Angleterre, celui sur lequel Maisie s'était appuyé, revinrent à lui sous la forme de quelques flash-back dont il se serait évidemment passé. Son assurance légendaire l'abandonna là, laissant un Xavi particulièrement tourmenté. Ce n'était un secret pour personne, mais avec les années cette sombre histoire d'agression s'était tassée et les murailles invisibles entourant la ville de Windmont Bay n'avaient pas entendu parler de cette affaire. « J'ai un peu déconné, c'est vrai. Mais tu sais j'ai été opéré d'un rein, j'ai eu pas mal de soucis personnels, tu peux comprendre que ça m'est un peu sorti de la tête ? » Un concerto de violons aurait pu accompagner sa jérémiade qu'il croyait suffisante pour attendrir Maisie. Il crut néanmoins nécessaire de faire un autre geste envers elle et lui rendit son verre comme si de rien n'était. « Mais ça peut se régler rapidement. »

_________________

“I feel the sunrise on your face as you're standing by the window, feel my hand wrapped 'round your waist as you light your cigarette and it looks just like a scene from an old italian movie, and it feels like we're unique.”
◐ my only sin is I can't win.

Maisie Prendergast

messages : 1560
name : corpsie.
face + © : lucy boynton + ©me.
multinicks : peter . beckett . ollie . tony . isaac
points : 2200
age (birth) : 25ish {14/11}
♡ status : don't want to talk about it.
work : on long-term vacations (= unemployed).
activities : fitting in the american way, looking after her twin, baking scones and muffins, looking for a new breath.
home : processing.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off [4/4] neuneu, gabriel, chani, xavi.

Another one bites the dust Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Another one bites the dust · Ven 9 Oct - 19:53
Des goujats, elle avait été amenée à en rencontrer, cependant aucun n’arrivait à la cheville de Xavi Moroe, elle pouvait lui accorder cette palme. Elle n’en revenait pas de l’avoir un jour – lointain, naïve qu’elle était alors – trouvé séduisant. « Tu es répugnant, » lâcha-t-elle de sa voix britannique la plus bêcheuse, sans essayer de dissimuler l’évident dégoût qu’il lui inspirait. Coucher avec lui ? Même pas dans ses pires cauchemars. En tout cas, plus depuis qu’elle était familière avec la face sombre de l’héritier.Dans un soupir exaspéré, elle chercha une répartie intelligente pour clouer le bec du maître des lieux, toutefois son esprit n’était pas assez vif, son tempérament pas suffisamment mordant. « Tout ce qui sort de ta bouche doit nécessairement parler de cul ? » grimaça-t-elle en roulant des yeux pour la énième fois depuis son arrivée. L’effet Xavi. L’égoïsme du trentenaire se lisait sur chacun des traits de son visage, Maze ignorait pourquoi elle éprouva une once d’étonnement lorsqu’il lui rétorqua qu’il n’avait absolument rien avancé pour elle. Pourquoi diable avoir songé une seule seconde qu’il lui serait d’une quelconque utilité ? Un poids dans son estomac fit défaillir son masque d’assurance qu’elle maintenait fermement sur ses traits et elle eut l’impression de n’être qu’à un cheveu de fondre en larmes. Elle était perdue. Elle avait sacrifié sa vie entière pour des hommes qui n’avaient pas tant que ça besoin d’elle, elle allait être rapatriée de force dans un pays qui n’avait plus rien pour elle, sans travail, sans logement, sans avenir. Elle se sentit tout à coup très mal et la suite des propos de Moroe eut quelques difficultés à intégrer son cerveau, elle restait focalisée sur ses propres maux, qui lui semblaient être les seuls valables sur cette fichue Terre. Lorsque le froid du verre entra en contact avec ses mains, qu’elle avait tendu sans vraiment s’en rendre compte, elle releva le nez en direction du propriétaire de la villa. « Vraiment ? » Les mots de Xavi firent enfin sens et elle ressentit une pointe d’empathie à son égard. « Je ne savais pas que tu avais des problèmes de santé... » Elle le fixa en silence quelques secondes avant de secouer la tête de gauche à droite afin de se ressaisir. Il devait être en train de se foutre d’elle, de noyer le poisson en jouant sur sa corde sensible, car cela crevait les yeux que Maisie était une jeune femme fragile, avec les sentiments à fleur de peau, et il se servait de cela pour se moquer d’elle. Sans le quitter des yeux, elle avala une longue gorgée de la boisson fraîche avant de conserver le verre entre ses mains nerveuses. « Je veux que ce soit réglé rapidement, ça tombe bien. » Elle prit un nouvel instant pour se recomposer et se racla la gorge afin de récupérer une voix plus sûre d’elle. « De quoi as-tu besoin ? J’ai mes papiers anglais, j’ai des photos d’identité…. » Elle fouilla dans son sac avant de lui sortir un petit rectangle de papier glacé sur lequel s’étalait son visage à peine souriant. « Je peux attendre ici le temps que tu passes les coups de fil nécessaires ou que tu sortes ta machine magique. Ta copine n’est pas là ? » La dernière question n’avait rien à voir avec la situation, elle cherchait à gagner du temps, et à l’emmener sur un sujet de conversation qui lui plairait davantage. Comme si bavarder de tout et de rien, en bon potes, allait jouer en sa faveur. Peut-être souhaitait-elle une compagnie plus agréable que lui ?

_________________
the pain here that i feel, try and tell me it’s not real
for it seems that i still have a tear to shed.

welcome to badlands.

Xavi Moroe

messages : 695
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan ~ self.
multinicks : blake, kerry, priam, luna, jürgen.
points : 1870
age (birth) : thirty-four yo (03/11).
♡ status : in a rs with citra.
work : heir, ex ceo.
activities : buying unnecessary things, treating people the way they deserve it (like shit most of the time), having good time with citra, trying to take care of his daughter.
home : a villa @ ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [off] maisie, citra, ali, daniel.

Another one bites the dust Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Another one bites the dust · Hier à 17:28
« Ne fais pas ta mijaurée, tu me connais depuis quelques semaines maintenant, tu sais comment je fonctionne et pourtant tu es toujours là. Alors même si je suis répugnant, t'as l'air d'apprécier un minimum. » Elle avait besoin de lui, accessoirement, mais Xavi éluda cette idée avec rapidité. Maisie était douce et délicate, le genre de femme qui attirait par cette aura naturelle et enveloppante, bien que l'héritier n'ait que peu d'intérêt pour ces qualités. Elle était également tenace, résolue à l'utiliser pour se sortir d'une situation délicate, un point qu'il appréciait nettement plus chez ce petit bout de femme, même si, de prime abord, seule l'exaspération ruisselait sur ses traits. Son regard était ancré sur elle, alors que son visage était baissé. Il tentait de capter un semblant de réaction mais son interlocutrice semblait distraite, ailleurs. Il négligea l'idée de lui faire une remarque : il n'était pas le genre d'homme à se soucier des états d'âme d'autrui. Les problèmes des autres n'étaient pas les siens, si Maisie était tourmentée par l'idée de repartir dans son pays d'origine, il n'aurait aucun mot sympathique à son égard. Après tout, il se retrouvait embrigadé là dedans comme un con. « Oui, j'ai eu une greffe. » assura-t-il dans un haussement d'épaules, espérant que ses problèmes de santé adouciraient le tout, ou pire qu'elle le prendrait en pitié. Il agrémenta sa déclaration d'une mine peu réjouie et but à son tour une gorgée de boisson fraiche, alors que Maisie farfouillait dans ses affaires à la recherche de ses papiers. Xavi soupira, conscient qu'il était désormais coincé et qu'il ne pourrait pas faire marche arrière. « Je vais passer ce coup de fil devant toi, ce sera plus simple. » Il releva les fesses de son siège pour saisir son téléphone coincé dans la poche arrière de son jean, puis jeta un coup d'oeil à l'anglaise et fronça les sourcils. « Non ma copine n'est pas là, elle avait mieux à faire. » déclara-t-il abruptement. Il n'avait pas besoin que Citra soit mêlé à ça, il n'avait guère envie de lui expliquer toute l'histoire. Elle était bien mieux en possession de sa carte de crédit, perdue dans les allées d'un magasin de luxe, avec un ou deux larbins qui portaient ses sacs. Il inspira profondément tout en pianotant sur son écran à la recherche du bon numéro. Il ne fallut qu'un court instant pour trouver une voix féminine au bout du fil. « Salut, écoute je vais être bref, j'ai besoin de ton aide. J'ai une amie qui va être renvoyée en Angleterre et j'aimerais que tu trouves le moyen d'éviter ça. » Son regard était planté dans celui de Maisie, alors qu'il écoutait attentivement les dires de son avocate sans sourciller. « Oui, fais ce que tu veux, ça m'est complètement égal et à mon amie aussi. J'ai tous ses papiers devant moi, je t'envoie quelqu'un pour te les déposer. » La conversation dura une ou deux minutes de plus, alors que Xavi leva les yeux au ciel pour signifier à Maisie qu'elle le soulait à trop parler. Ce fut dans un long soupir qu'il stoppa cet appel avant de s'avachir dans son fauteuil, un peu bougon. « Elle s'en occupe. Elle ne peut rien me promettre et ça risque de prendre quelques jours. Elle me tiendra au courant de l'évolution. » Ce n'était peut-être pas ce qu'elle souhaitait entendre, mais il n'était que le messager jusqu'ici. « Qu'est-ce qui te pousse à vouloir rester dans notre pays ? Ou peut-être, qu'est-ce qui fait que tu ne veux pas retourner dans le tien ? » questionna-t-il subitement, en recherche de réponses, alors qu'il se pencha sur la table pour rassembler les papiers de Maisie et grimacer sur sa photo d'identité.

_________________

“I feel the sunrise on your face as you're standing by the window, feel my hand wrapped 'round your waist as you light your cigarette and it looks just like a scene from an old italian movie, and it feels like we're unique.”
Contenu sponsorisé




Another one bites the dust Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Another one bites the dust ·
 
Another one bites the dust
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: