hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -50%
-50% sur les baskets Nike Air Max Invigor
Voir le deal
50.47 €

 

 now we're in this way too far.


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row :: marceline's coffee shop
Aller en bas 
you were my life but life is far away from fair.

Georgie Keily

messages : 949
name : olivia (carolcorps)
face + © : lizzie olsen | @romie — @pinterest/tumblr
multinicks : etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ leslie ⋅ maeve ⋅ lilibell ⋅ archie.
points : 1242
age (birth) : [ 01|05 ] twenty eight years old.
♡ status : single.
work : firefighter.
activities : take care of LJ, read comic books, fangirl over superhero movies, video games, watching over the boys (alvin & ike), desperately trying to bake a cake, work a lot — fire watch — religious club.
home : staying at Ike's. searching for a small flat.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (citra, dewey, tciii, xavi, tommy)

now we're in this way too far. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· now we're in this way too far. · Ven 7 Aoû - 17:43

@Xavi Moroe

Nerveuse, la blondinette était arrivée au Marceline’s coffee shop avec une bonne demi heure d’avance. Elle aurait préféré éviter cela, n’avait aucune envie de se retrouver là. Mais la situation s’était suffisamment envenimée, il fallait qu’ils redressent la barre pour le bien être de leur fille. Avec appréhension, elle avait décidé de l’appeler. Le ventre noué, la voix mal assurée, elle lui avait pourtant parlé de LJ, de ce qui n’allait pas ces derniers temps et de leur responsabilités et devoirs envers elle. Sans beaucoup plus de fioritures, ils avaient convenu d’un rendez-vous le lendemain. Dans le café du centre ville, cela lui semblait être une bien meilleure idée. N’ayant aucune envie de se rendre chez lui et potentiellement croiser l’italienne qu’elle avait chassé de sa vie. Ce n’était pas non plus son souhait que de l’inviter chez Ike. N’étant pas très à l’aise à l’idée de se faire héberger/aider, elle qui avait toujours su se débrouiller seule. C’était d’ailleurs aussi pour cet raison qu’elle épluchait les petites annonces. Son jus de fruits posé au milieu de plusieurs coupures de presse, tandis qu’elle entourait ce qui pourrait être interessant. Bien sûr, si son père avait daigné la laisser sur son testament, peut être aurait-elle eut les moyens de retomber sur ses pattes. Mais sans trop de surprises, seuls ses frères avaient eu le droit à leur dû. Autant dire que la jeune femme n’espérait pas grand chose de la part de son paternel. Si elle en avait trop attendu de son vivant, à sa mort ses illusions s’étaient envolées. Débrouillarde, Georgie ne doutait pas de pouvoir rebondir rapidement. Elle s’est laissée le temps de digérer un peu tout ces changements, ces départs. Elle avait prit le temps de panser quelques blessures et envisager la guérison des plus profondes. Il était temps pour elle de débarrasser le planché et laisser son frère et Ike revenir à leur routine. Se sachant envahissante avec une petite fille de même pas quatre ans, elle se refusait à être un boulet supplémentaire. Et ce même si elle appréciait de se rapprocher de sa famille, elle réalisait à quel point elle en était éloignée. Heureusement pour Alvin, son beau-père était quelqu’un de bien, et en dépit des difficultés le duo lui apparaissait comme solide et unit. Ils n’avaient pas besoin d’elle. Alors, elle avait fait sa petite liste de critères, les revoyant petit à petit à la baisse en voyant son budget faire grise mine. Toutes ses exigences concernaient essentiellement sa fille. Une petite maison avec un petit bout de terrain, deux chambres et une charpente solide. Peut être pouvait-elle se contenter d’une seule chambre et oublier le jardin. Un peu dépitée, la belle continuait de parcourir son journal en ignorant les alentours, ne souhaitant pas l’attendre et observer la foule à la recherche de son visage. N’ayant aucune connaissance de l’heure, elle fut surprise lorsqu’elle vit une ombre recouvrir la table. « Salut. » glissa-t-elle sobrement en relevant le regard vers lui. Ils n’avaient guère échangés plus de mots ces derniers mois. La jeune femme s’était hasardée à quelques « ça va? » après son opération, mais pas bien d’avantage. Hormis si cela s’avérait essentiel pour LJ. Pour le reste leurs échanges étaient pour le moins glacials voir inexistants. « Merci d’être venu. » elle ne savait pas par où commencer, cela lui semblait être aussi bien que n’importe quel autre entrée en matière. Préférant cela à n’importe quelle interrogation qui la forcerait à feindre le désintérêt total, voir un sourire atrocement faux pour maintenir des apparences superflues. Ce petit jeu de l’ex épanouie ne lui correspondait pas, et elle n’avait aucune envie d’endosser ce rôle, même pour un échange bref. « Je suis sûre que t’as beaucoup à faire, je vais pas te retenir longtemps. Mais je voulais qu’on parle d’LJ. » Rapidement, Georgie décida d’attaquer dans le vif. Ils étaient là pour ça, autant ne pas tergiverser dans le vide. Ainsi, elle rangea ses affaires qu’elle replaça dans son sac et posa à nouveau ses mains sur la table. « Comme on en a parlé au téléphone, ça fait quelques semaines qu’elle ne va pas très bien et je pense que cette situation entre nous y est pour beaucoup. » Depuis cette fracture abrupte entre ses parents, la gamine avait peu à peu changé. Devenant plus colérique et capricieuse. Se repliant sur elle-même, elle ne dormait plus aussi bien, parlait peu, régressant parfois en mouillant son lit une nuit sur deux. La petite aussi avait perdu pas mal de repères et ses parents qui ne cessaient de se déchirer ne l’aidaient en rien à trouver un semblant de stabilité. « Je ne sais pas comment, mais faut qu’on trouve le moyen d’apaiser les choses. » était-il trop tôt pour de l’alcool? De toute façon, ce n’était pas ici qu’elle risquait d’en trouver, mais l’envie n’était pas moins grandissante. Elle avait passé la nuit à imaginer les pires scénarios, toutes les horreurs qu’il pourrait trouver a lui balancer. Tout ce qu’il pourrait dire ou faire qui viendrait la blesser d’avantage. Ne se sachant pas en état d’encaisser la moindre attaque, Georgie n’avait pas pu fermer l’œil de la nuit. Fut un temps où, en dépit de remarques désobligeantes et petites piques, Xavi savait être gentil et attentionné avec elle. Forcée de constater que du jour au lendemain il avait commencé à la haïr, elle ne donnait pas chère de cette discussion. Mais elle se devait d’essayer, elle devait tenter le coup pour le bien être de sa fille. Et peut être aussi pour le sien, pour mettre un point final à cette histoire et tourner définitivement cette page.

_________________

the reasons are gone for why i was holding on to you. i tried so hard, to be the one. i don't like who i've become. won't keep my mouth shut anymore, i've had my share of closing doors.
welcome to badlands.

Xavi Moroe

messages : 660
name : sow — pomeline.
face + © : sebstan ~ self.
multinicks : blake, kerry, priam, luna, jürgen.
points : 1771
age (birth) : thirty-four yo (03/11).
♡ status : citronné.
work : heir, ex ceo.
activities : buying unnecessary things, treating people the way they deserve it (like shit most of the time), having good time with citra.
home : a villa @ ocean avenue.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : maisie, citra, georgie, ali, daniel.

now we're in this way too far. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now we're in this way too far. · Mar 18 Aoû - 12:33
Son rendez-vous avec Georgie était programmé pour aujourd'hui. Suite à un échange de sms, son ex femme lui avait évoqué les difficultés actuelles de leur fille et la discussion qu'ils devraient avoir pour remédier à cette situation. Rencontrer Georgie n'était pas un problème en soi, malgré les derniers événements et le froid qui s'était installé entre eux. Sa tourmente allait vers Lily-Jean, qui selon les dires de sa mère, était fortement impactée par leur mésentente. Xavi n'était pas un bon père, tout au mieux il y avait eu quelques signes d'amélioration ces derniers temps : il parvenait à passer quelques rares moments avec sa fille en se souciant plus d'elle que de lui, néanmoins il n'avait jamais noté un quelconque changement chez elle. Était-ce sa nature égocentrique qui l'avait empêché de constater les dégâts ou ne la connaissait-elle pas assez bien pour faire ce constat lui-même ? La question l'agaçait car il ne parvenait pas à trouver une réponse correcte, qui devait nettement se situer à mi-chemin entre les deux. Il avait pris le temps de parler avec Citra, évoquant ces doutes sur ce point tout en lui précisant qu'il rencontrerait Georgie dans la foulée, avec qui il était - pour une fois - sur la même longueur d'onde : il était bien temps d'apaiser les choses entre eux.

Arrivé au Marceline's avec un bon quart d'heure de retard, Xavi balaya la salle du regard et tomba rapidement sur la silhouette recherchée. « Salut Georgie, » lança-t-il à son tour, tout en prenant place en face d'elle, ôtant au passage ses lunettes de soleil dont il accrocha une branche dans sa chemise. La situation pouvait être qualifiée de tendue, voir de gênante au regard des derniers événements et du peu d'échanges qui avait eu lieu entre les ex époux, mais Xavi ne s'en formalisa pas, son état d'esprit ne collait pas avec l'atmosphère qui régnait. « Non je n'ai pas grand chose à faire, mais je vois que tu veux déjà que je m'en aille, pourtant j'ai tout mon temps pour toi. » Le ton n'avait rien de piquant mais l'héritier afficha tout de même un sourire en coin. « C'est de ta faute, tu ne crois pas ? » lança-t-il, sur un ton qui n'avait rien d'agressif, alors qu'il toisa son ex femme en quête de la moindre réaction de sa part. Le but n'était pas de la blesser plus qu'elle ne l'était (semblait l'être ?), mais cette situation s'était envenimée au moment même où l'héritier avait annoncé sa « relation » avec Citra. Il estimait la réaction de son ex femme un poil disproportionnée pour deux êtres qui n'étaient même plus « ensemble ». Il ne niait pas avoir éprouvé des sentiments pour elle, avait espéré retrouver un semblant de relation à son arrivée dans le coin, mais la vie en avait décidé autrement et Xavi s'était contenté de poursuivre son semblant de chemin. Son choix ne s'était pas porté sur Citra par pure envie d'enquiquiner son ex, mais ces deux-là se ressemblaient plus qu'il n'y paraissait. « Pour apaiser les choses, il va falloir qu'on discute et je ne suis pas sûr que tu puisses accepter ça puisqu'il va falloir qu'on parle de Citra, » commença-t-il, bien décidé à en venir au fait rapidement afin de balayer le sujet et enfin passer à autre chose. « Je n'ai toujours pas compris où était le problème, au delà du fait que c'est ta meilleure amie, ni pourquoi tu n'es plus capable d'échanger plus de trois mots depuis. » Un peu facile de rejeter toute la faute sur Georgie, puisque lui-même n'avait pas fait l'effort de tenter une discussion avec elle. Néanmoins, l'héritier était assez imbu de sa personne pour estimer n'avoir - quasi - aucun tort dans cette histoire. Si son ex femme avait daigné passer outre sa relation, les choses auraient pu être d'une simplicité affolante. Au lieu de ça, ils se retrouvaient au milieu d'une guerre froide qui impactait désormais leur fille. « Sans ça, peut-être qu'LJ n'en serait pas là et nous non plus, alors la meilleure chose à faire, c'est qu'on mette tout à plat maintenant, une bonne fois pour toute. » Il s'attendait désormais à un flot de reproches dont il n'avait, en toute sincérité, rien à faire mais si une discussion ouverte, voir animée, pouvait leur permettre de mettre tout ça derrière eux, il était bien temps qu'ils se lancent.

_________________

“I feel the sunrise on your face as you're standing by the window, feel my hand wrapped 'round your waist as you light your cigarette and it looks just like a scene from an old italian movie, and it feels like we're unique.”
you were my life but life is far away from fair.

Georgie Keily

messages : 949
name : olivia (carolcorps)
face + © : lizzie olsen | @romie — @pinterest/tumblr
multinicks : etta ⋅ callum ⋅ reggie ⋅ leslie ⋅ maeve ⋅ lilibell ⋅ archie.
points : 1242
age (birth) : [ 01|05 ] twenty eight years old.
♡ status : single.
work : firefighter.
activities : take care of LJ, read comic books, fangirl over superhero movies, video games, watching over the boys (alvin & ike), desperately trying to bake a cake, work a lot — fire watch — religious club.
home : staying at Ike's. searching for a small flat.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( ●●● ) - off (citra, dewey, tciii, xavi, tommy)

now we're in this way too far. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now we're in this way too far. · Sam 19 Sep - 19:37

@Xavi Moroe

La blonde poussa un long soupire. Sur ses genoux, ses mains s’étaient crispées sur l’envie furieuse d’empoigner sa petite cuillère pour la lui planter dans l’œil. Au lieu de cela, Georgie afficha un petit sourire décontractée, résolue à ne plus se laisser dévorer par ses provocations. Elle n’avait pas exagéré, elle avait été blessé, avait réagit en conséquence et s’il feignait ne pas comprendre, la belle n’avait pas l’intention de lui expliquer le pourquoi du comment. Ses comptes à régler avec lui, ne concernaient désormais plus que leur fille, leur passif amoureux ne lui faisait désormais ni chaud ni froid. Du moins, tentait-elle de s’en convaincre. Mais son allure impeccable, ce sourire en coin, cette provocation.. Autant d’éléments venant lui lacérer le cœur une nouvelle fois. « Non, je voulais seulement être polie et te donner l’occasion de régler ça rapidement si tu le souhaitais. » et fuir aussi le plus vite possible. Se retrouver là en sa compagnie n’avait rien de réjouissant pour la jeune femme. « J’ai eu besoin de limiter nos contacts au strict minimum oui. Mais la raison, elle, est plutôt de ta faute. » optant pour ce ton détaché, imitant l’héritier, Georgie ne se voulait pas agressive non plus. Elle ne cherchait pas à déclencher un règlement de compte de cours de récrée, mais voulait seulement remettre les pendules à l’heure. Oui, leur relation s’était compliquée ces derniers temps. Oui elle était celle qui se montrait froide, distante, évitant de rester plus de dix secondes en sa compagnie. Mais si elle ne supportait plus de se retrouver en sa présence, c’était aussi parce qu’il avait été trop loin. Volontaire ou non, cela lui était égal, le mal était fait et elle n’avait pas envie -a l’époque des faits- de donner plus de grains à moudre à son moulin. Toutefois, il n’avait pas tord sur un point, elle n’était pas prête à parler de Citra. Car si venant de lui, la blessure faisait très mal. Venant de l’italienne, la belle n’était pas certaine de pouvoir pardonner. D’un roulement des yeux, elle reprit alors calmement. « Je n’ai pas l’intention de parler d’elle. Je suis là pour parler de LJ et de ce que l’on peut faire pour l’aider au mieux. Ce qu’il y a entre vous n’a aucun rapport avec elle et je n’ai pas besoin d’en entendre d’avantage. » clôturant ainsi le sujet « Citra », la belle plongea ses lèvres dans sa tasse de café encore fumante pour calmer ses nerfs par la suite de ses propos. « Si tu veux mettre les choses à plat, il va falloir que tu réussisses à te remettre en question et accepter tes tords. » déclara-t-elle sobrement. Elle n’en attendait pas d’avantage en réalité. Mais ne souhaitait pas mêler son ancienne meilleure amie à cette conversation. Cette relation lui importait peu désormais, mais rejeter la faute sur elle était bien trop facile. Rien d’étonnant de la part de l’héritier qui peinait à assumer la moindre de ses responsabilités depuis des années. « Tu veux savoir où est le problème? » autant vider son sac maintenant, elle en serait débarrassée. « Tu n’as jamais compris que tu étais important pour moi. Toi qui te donne toujours autant d’importance, ça me dépasse. Enfin... je pense que tu le sais, seulement tu t’en fiche. Et sincèrement, aujourd’hui je m’en contre fou. Mais ça nous a mené là, aujourd’hui. » c’était, selon elle, le fond du problème. Incapable de réaliser que chaque action a ses conséquences. Un impact autour de lui, mineur ou non. « Tu as tout à fait le droit de tourner la page et de faire ça avec qui tu veux. Je crois pas avoir fait des crises à chaque mannequin que tu as croisé pendant ces six dernières années. » petite piqûre de rappelle, avant qu’il ne la fasse passer, encore une fois, pour la vieille mégère aigrit. « Mais quoi que tu ai fais, mes sentiments pour toi n’avaient pas changé. Du jour au lendemain, tu as commencé à me traiter comme la dernière des merdes. Alors ouais, tu n’as jamais été très tendre, mais avant qu’il n’y ait vraiment quelque chose entre nous, on était amis. Apparement je m’étais trompée. » c’était ce qu’elle avait cru à l’époque du moins. Cette complicité lui manquait, elle avait essayé de la retrouver à plusieurs reprises. Toutefois, étaient-ce leurs sentiments, cette histoire commune, tout ces « dramas »? Mais quelque chose s’était cassé entre eux. « Ce qui fait mal c’est que j’ai aussi perdu un ami, c’est que tu m’as balancé ton « annonce » pour faire mal, pas pour me mettre au courant de l’évolution de ta vie amoureuse. Sinon vous ne vous seriez pas caché jusque là. Ce n’est pas plus ton genre que le sien en plus. » Eux qui ne juraient que par les apparences et ce besoin de se foutre d’autrui, montraient là qu’ils s’avaient qu’il y avait malgré tout un os dans cette situation. « Ce qui fait mal, c’est que j’ai aussi perdue ma meilleure amie. Si toi tu t’en fichais de ce que je ressentais, si tu étais passée à autre chose, c’est ton droit. Mais elle, elle savait pour le nombre incalculable de fois où je lui ai parlé de toi. Au lieu de cela elle est partie s’inventer ses petits scénarios toute seule pour justifier cette situation. Ce qui est d’autant plus lâche si tu veux mon avis. Mais là n’est pas la question. » elle ne voulait pas parler d’elle, le sujet était trop douloureux et ses yeux brillants le prouvaient encore. « Je n’avais pas envie de t’adresser la parole parce que tu n’aurais pas compris ma colère ou ma peine. Tu t’en serais moqué, tu en aurais sans doute rajouté une couche et je n’avais pas besoin de ça. Que tu en ai quelque chose à foutre ou non, je t’aimais et oui, cette histoire m’a fait très mal. Tu n’as même pas daigné me parler de ton opération... À quel moment je suis passée au rang de figurante emmerdante dans ta vie en faite? » si elle n’avait plus la place qu’elle aurait souhaité avoir, elle pensait au moins mériter ce rôle d’amie. Pour le nombre de fois où elle s’était tenue à ses côtés. Pour le nombre de fois où elle avait été présente pour lui, pour tout ce qu’elle avait fait pour lui. Mais là aussi, ce n’était que le fruit de son imagination. Avait-elle seulement imaginé leur relation, l’avait-il vraiment aimé a une époque? Ou ça aussi, elle l’avait rêvé? « Heureusement que je n’ai jamais envoyé ce texto. » murmura-t-elle avec un rire amer, reprenant une gorgée de café. En tout cas, si elle ignorait ce qu’elle pourrait tirer de cette conversation, des efforts qu’elle faisait pour être calme et sans agressivité. Elle voyait au moins un effet positif, un grand soulagement. Celui de s’être enfin délesté de ce poids qui la pesait depuis trop longtemps.

Spoiler:
 

_________________

the reasons are gone for why i was holding on to you. i tried so hard, to be the one. i don't like who i've become. won't keep my mouth shut anymore, i've had my share of closing doors.
Contenu sponsorisé




now we're in this way too far. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now we're in this way too far. ·
 
now we're in this way too far.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Harbor Row :: marceline's coffee shop-
Sauter vers: