hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -22%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge ...
Voir le deal
139 €

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 all night, i'll riot with you


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys
Aller en bas 

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· all night, i'll riot with you · Sam 22 Aoû - 14:03
Depuis que son chemin avait retrouvé la trace de celui de Gabriela Ortega – ce qui a été le fruit d’un hasard –, il doit reconnaître que cette dernière a su retrouver aisément sa place à ses côtés. Depuis qu’ils se sont retrouvés, il y a quelques mois de cela maintenant, Gabriela fait partie de son quotidien. Elle a su facilement retrouver sa place à ses côtés, dans son espace vital, elle a su éveiller en lui ce qu’il avait enfoui peu de temps après leur rupture (il y a deux ans de cela). Il sait que sa relation avec elle ne rime à rien, c’est ce qu’il se dit. Il sait qu’elle ne mène à rien, c’est ce qu’il se dit encore, convaincu qu’ils ont appris de leur erreur passé : leur relation, leur couple, même s’il est difficile d’envisager la notion de « couple » comme une erreur. Pour autant la situation lui convient. Ce soir encore, il la retrouve. Ils se sont donnés rendez-vous, cette fois, au Daveys.
Il est rare les soirs où Justyn ne travaille pas. On le trouve plus facilement, à cette heure de la journée, à Portland, dans le club où il officie depuis dix ans. Quand il n’est pas dans les parages (c’est-à-dire à Windmont Bay), il est à Portland. Il profite de ce soir de repos pour sortir – ce qui n’est pas dans ses habitudes – : c’est ainsi qu’il a proposé, quelques heures plus tard, sur un coup de tête, à Gabriela de le retrouver. Comme souvent, il n’a aucun projet pour cette soirée : sûrement la part d’improvisation l’enthousiasme davantage qu’une soirée toute réglée. En réalité, il sait très bien comment chacun de ses entrevues avec la belle portoricaine se termine. Il a fait la route jusqu’au bar avec sa moto, qu’il gare. Lorsqu’il entre dans le Daveys, il ne lui faut pas longtemps pour reconnaître la silhouette de Gabriela qui lui tourne le dos. Ses prunelles s’égarent un bref instant sur ses formes dessinées qui se laissent entrevoir à travers sa tenue. Un sourire étire ses lèvres, venant flirter avec ses pensées du moment. Ces mêmes pensées qui viennent l’éveiller dès que Gabriela est dans les parages. Il s’avance vers elle, glisse son bras autour de sa taille et souffle quelques mots au creux de son oreille. Un simple « salut » venu lui signaler sa présence et son arrivée. Il lui fait face et peut, cette fois, détailler sa silhouette sous un autre angle. « T’as oublié ça, chez-moi, la dernière fois », qu’il énonce, en lui présentant un sous-vêtement en dentelle rouge qu’il tient fermement entre sa main. Sans attendre une réaction de sa part, il tend son bras vers le sac à main de la brune pour y ranger le bout de tissu. « Tu vas en avoir besoin, je pense. Il ne faudrait pas que tu attrapes froid », il laisse entendre, dans un rictus qui étire ses lèvres. Il lui adresse une oeillade. « Tu vas éviter de le montrer à tout le monde », continue-t-il, en désignant les clients présents dans le bar au même moment qu’eux. Quelques types seuls ou en groupe, dont les regards libidineux en direction de Gabriela ne lui ont pas échappé en entrant ici. Justyn s’installe enfin sur le tabouret, à côté d’elle. Il s’appuie sur le bar et attend que le barman ne vienne à sa hauteur pour passer sa commande. Une bière. Il se tourne vers elle, lui lançant ce regard comme pour lui demander ce qu’elle veut boire. La conversation s’en suit entre eux : il la questionne sur son père, comment va-t-il, puis sur son travail. Lorsqu’ils reçoivent leur commande, ils trinquent en silence. Seul le bruit des deux verres retentit. Il boit quelques gorgées de son breuvage. Il pose sa main sur le bras de Gabriela, comme pour marquer une pause dans leur entrevue. « Attends, je reviens », qu’il énonce, tout en quittant sa place. « Je n’en ai pas pour longtemps ». Il balaie la pièce du regard et se dirige vers les toilettes. En chemin, il croise le regard de quelques hommes, sans même se soucier de leur jugement. Il s’absente quelques minutes.
@gabriela ortega

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon

Gabriela Ortega

behind
messages : 1599
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @jenesaispas (av) @phyla (gif)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way
points : 2285
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio, eugene & zander (have)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Jeu 27 Aoû - 0:47
Depuis quelques temps, Justyn avait réussi à de nouveau s'incruster dans son quotidien, sans doute même plus facilement que la première fois. C'était simple -quoique parfois mouvementé- et naturel de le retrouver. Elle ne réfléchissait pas, elle n'avait pas besoin. C'est pas qu'ils se prenaient moins la tête, mais ils savaient bien mieux régler le problème ou le détourner -à grand renfort de gémissements et réconciliations sur l'oreiller. Le même schéma, la même solution, la seule différence était l'expérience. Et se répéter à longueur de temps que non, ce n'est rien, que non ce n'est pas une relation à proprement parlé ne change rien au fait que l'avoir à ses côtés est plus plaisant qu'elle ne veut l'avouer. Lui dire ? Encore moins. Sa fierté et leurs erreurs l'empêchaient de lui avouer quoique ce soit -même la plus petite chose- si bien qu'à  la moindre discussion elle disait l'opposé, juste pour l'emmerder -ou parce qu'il la connaissait assez pour savoir que son ego l'empêcherait de dire quoique ce soit d'autre. Et c'était bien ça le truc avec eux, ils n'avaient que rarement parler, plutôt à se fier au langage corporel, aux mimiques, et à tout ce qui s'y rapportait.
Justyn lui avait donné rendez-vous au Davey's, et étonnamment, elle était un peu en avance. Alors accoudée au comptoir du bar, elle attendait, regardant distraitement son téléphone. Elle n'était pas du genre à guetter la porte à chaque entrée, si bien qu'elle ne le voit pas arriver. Mais lorsqu'elle sent une main autour de sa taille, elle sait. Elle sait ce que c'est lui. La brune reconnaît cette façon de la toucher et de l'attraper, son parfum qui vient titiller ses narines en prime. Elle tourne doucement la tête, frôle ses lèvres mais se contente de sourire avant de se tourner plus franchement, un sourire malicieux sur le coin des lèvres. « j'ai failli attendre » elle arque un sourcil en le voyant sortir un de ses sous-vêtements en plein dans le bar. Discret. Rire nerveux qui s'échappe à ses mots. « bien sûr. Et t'as rien trouvé de mieux que me le rapporter ici ? T'es le roi de la discrétion » elle vérifie qu'il soit bien fourré dans son sac, sans que rien ne dépasse alors qu'il s'installe à côté d'elle. En même temps que lui, elle commande une bière, la même, avant qu'ils ne commencent par échanger quelques banalités. Le boulot principalement, celui qu'ils ont en commun. Puis il prend quelques nouvelles de son père, justyn étant l'un des rares à l'ayant non pas seulement aperçu, mais réellement connu. Elle soupire alors que sa main est sur son bras et acquiesce « bouge toi » le taquine-t-elle alors qu'il s'éloigne déjà. Une autre gorgée de sa bière, et il ne faut pas longtemps pour qu'elle sente une présence à ses côtés -de l'autre côté. La môme tourne la tête, et découvre un mec, sans doute dans ses âges, sourire idiot sur la face. Il se rapproche encore, sans doute trop sûr de ses capacités de pseudo charmeur. Un bonsoir qui sort, et c'est toujours le silence de la part de la portoricaine. « tu parles pas notre langue » elle a un rire nerveux, voit les conneries arriver.  « si, très bien. J'suis pas intéressée » elle se demande un instant si justement, c'est pas une autre langue qu'elle vient de parler, tant il sourit comme un idiot. A croire qu'elle vient de lui dire : je t'en prie, reste là, continue, au lieu du contraire. Il sent l'alcool. Le vieil alcool. Comme s'il avait déjà trop picolé la veille avant de remettre ça ce soir. Il glisse un bras autour de sa taille et Gaby se crispe. Ça va vraiment mal finir, qu'elle se dit. Respire. Contrôle-toi. Il se rapproche, baragouine un vague truc du style : comment ça va ma belle ? Tu fais quoi ? Mais la brune le fixe, le mitraille du regard sans qu'il ne semble rien comprendre -alors c'était peut-être pas la langue parlée, mais un problème de neurones. « tu devrais retourner à tes potes. Ça vaut mieux » « eh mais on est tranquille là tous les deux. Tout va bien » non, tout ne va pas bien. Et la main qui descend, qui se glisse doucement dans le creux de ses reins, alors rapidement, la môme dégage son tabouret et en lui faisant une clé de bras rapidement -l'avantage de la surprise, de l'entrainement, et de son ivresse avancée- avant de plaquer sa tronche sur le comptoir du bar, machoire serrée. « j'ai dit casse toi » pourtant, elle tremble Gabriela, dominée par ses émotions, sa colère et son envie de l'éclater, là, sans le moindre remord en ce qui le concernait -en ce qui concernait les problèmes que ça pouvait lui apporter, ça c'était autre chose. Et son humeur avait tellement vrillé, que cette fois, elle n'a pas capté la présence de Justyn, presque à ses côtés.

@justyn henessy

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Jeu 27 Aoû - 19:37
Justyn Henessy n’a jamais été l’archétype du gendre idéal – ou du gentleman –, qu’il s’agisse lorsqu’il était en couple avec Gabriela ou même en dehors de toute relation amoureuse et charnelle. Doux et avenant, il ne le sera qu’à quelques conditions. Conditions loin d’être remplies à l’instant même où il franchit la porte et retrouve la belle portoricaine dans ce bar de Windmont Bay. Il est d’un naturel brut. Pas le genre à prendre des pincettes, ni même à se montrer discret. Ainsi, sans aucune gêne annonciateur de son intention, il présente dans le creux de sa main une lingerie appartement à la jeune femme. Pour autant, il cache bien rapidement le sous-vêtement dans son sac, à l’abri des regards indiscrets et libidineux des uns et des autres. « Quoi ? , souffle-t-il devant la remarque de Gabriela, alors qu’il lui ramène son trésor. Possiblement l’une de ses petites culottes préférées, celles qu’elle ne porte que lorsqu’ils se retrouvent. « Je n’allais pas non plus la garder en trophée, chez moi », déclare-t-il, pour justifier son rendu. Un fin rictus étire ses lèvres, alors que son regard croise celui de la belle. Peut-être aurait-elle préféré qu’il la garde chez lui, avec lui, ce ne serait qu’un prétexte de plus pour venir chez lui, pour se glisser dans sa chambre et son lit. Un discret rictus étire ses lèvres, à cette pensée peu sage. Sage ? L’est-il quand Gabriela est dans le périmètre ? Et dans son espace vital ? Non. Il ne l’est plus, quand elle est là, à ses côtés. Pourtant, il réprime ses pensées, qu’il parvient parfois (souvent même) avec échec quand elle vient le titiller avec ses mots, avec ses doigts et avec son regard cupide surtout. Pourtant, ce soir, ils commencent cette soirée en discutant. En discutant sagement. Calmement. Difficile d’avoir une conversation calmement avec une tempête portoricaine. C’est de ces souvenirs qu’il aurait pu garder de sa relation amoureuse passée avec elle. De leurs prises de tête, de leurs disputes continues et de cette façon qu’elle avait à vouloir lui demander des comptes, cette façon castratrice qui l’inhibait. Il les garde dans un coin de sa tête, comme pour se rappeler du mode de fonctionnement de sa belle. Dans cette relation actuelle, il n’a gardé que ce qu’il lui convenait dans leur relation passée : principalement ces corps à corps charnels entre eux.
Alors, ce soir, ils parlent de leur journée respective, Gabriela évoque son père et ils boivent ensemble leur bière. Justyn vient interrompre ce moment presque de répit et de quiétude. Il se rend aux toilettes, laissant derrière lui Gabriela, seule au bar. Une absence qui ne dure que quelques minutes, le temps de soulager une vessie bien trop pleine pour continuer à boire. Trois, quatre minutes, tout au plus, séparent le moment où il était avec Gabriela et celui où il la retrouve. Le blond sort de la petite pièce intime. Il frotte ses mains, une dernière fois, contre les poches arrières de son jean troué. Son regard se pose aussitôt en direction de la brune, quand le bar apparaît dans son champ de vision. Il observe la scène de loin, silencieux, et fronçant un peu plus les sourcils à mesure qu’il s’approche d’elle. Il voit bien que quelque chose se joue à quelques pas de lui. Quoi ? Il arrive à sa hauteur, la voyant dans cette position tout aussi surprenante qu’excitante. Elle adresse quelques mots à celui qu’elle maintient contre le bar, sous le regard hilare de certains et abasourdis des autres. Personne n’ose bouger, ni même le barman derrière son comptoir. « C’est bon, lâche-le, il a compris », énonce-t-il en sa direction. Il croise le noir de son regard. Il passe son bras entre cet inconnu et elle, comme pour l’inviter à se défaire de sa prise. « Sérieux, tu ne vas pas te casser un ongle pour un type pareil ? », il l’interroge. Gabriela vaut mieux que ça. Il la pousse encore un peu, laissant le champ libre à l’autre type. « On va dehors », il ne lui laisse pas le choix et impose son choix. Il la sent trop nerveuse pour rester à l’intérieur et en présence de ce type et des spectateurs. Tout en prenant la direction de la sortie, il se tourne vers le barman. « C’est bon, je m’occupe de my girl », qu’il annonce, comme pour préciser que la situation est entre ses mains. Il pose son regard sur Gabriela. « Respire », l’intime-t-il.
@gabriela ortega

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon

Gabriela Ortega

behind
messages : 1599
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @jenesaispas (av) @phyla (gif)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way
points : 2285
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio, eugene & zander (have)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Sam 5 Sep - 21:41
Gabriela lève les yeux au ciel alors que le bout de tissu est fourré dans son sac à main. « t'en aurais été capable. Me le ramener ici, c'est pas beaucoup mieux » elle secoue doucement la tête, mais elle sait qu'avec justyn, ça rentre par une oreille et ça sort par l'autre. Il en faisait régulièrement à sa tête, et la brune avait appris à faire avec -et l'inverse était tout aussi valable. Mais lui ramener son sous-vêtement dans un lieu si public, c'était une grande première. Pourtant, malgré ça, elle décèle un semblant d'attention, un côté protecteur face à la gente masculine qui pouvait se trouver autour. Ça avait le don de la faire sourire, et surtout de l'amuser. Justyn pouvait être démonstratif, mais certainement pas dans tous les domaines. Et pour comprendre son attachement, il fallait apprendre à lire entre les lignes, et réussir à traduire ses silences. Le tissu rangé loin des yeux, ils pouvaient profiter de leur soirée, en sachant pertinemment où ça allait les mener, mais d'abord : quelques verres. Un peu d'alcool et de légéreté pour décompresser de leur journée respective.
Après plusieurs minutes, Justyn s'éclipse aux toilettes, la laissant naturellement seule, mais laissant surtout la place au premier idiot venu, qui se croit, en prime, tout permis. Si la portoricaine a d'abord tenté de jouer la carte de la diplomatie -autant que possible- ses nerfs partent rapidement en vrille. Les mains se font plus exploratrices et plus désagréables. C'est la machoire crispée qu'elle a essayé de respirer avant que ça ne dégénère, que dans un mouvement habile mais surtout rapide, elle lui fait une clé de bras pour qu'il se retrouve la tête sur le comptoir, coincé par une gabriela exaspérée. Quelques gestes de self defense et de combat qui lui avaient été bien utiles au cours des années. Mais surtout, c'est les regards autour qu'elle a attiré, sans doute peu habitué à voir un corps si frêle capable de renverser la situation à ce point -ou à réagir aussi vite. Sa poitrine se lève fortement alors qu'elle continue de le maintenir, sous l'oeil curieux et surpris de Justyn. Elle tourne subitement la tête vers lui. « ah tu crois toi ?! » parce qu'elle, elle a un doute, et un gros. Le genre de mec qui serait capable de continuer, encore et encore. Peut-être même que d'ici demain, une fois qu'il aura décuvé, il aura oublié. « me casser un ongle ?! » elle mitraille justyn du regard alors qu'il la pousse doucement pour qu'elle lache sa prise sur le mec. Elle résiste un peu, tente de le pousser lui avant de laisser tomber. Elle était prête à répliquer mais se tait alors qu'il ne lui laisse pas le choix que d'aller dehors. Elle était prête à en découdre avec le mec, et le blond l'a sans aucun doute senti. Elle lève les yeux au ciel, « c'est ça » qu'elle lache, les dents serrées alors qu'il la conduit vers la sortie. Une fois dehors la môme se retourne, le pousse sans ménagement. « j'avais la situation en mains ! Et j'aurais dû faire quoi ? Le laisser faire pour 'pas me casser un ongle' ? » dit-elle en reprenant l'expression qu'il avait lui-même utilisé. Alors qu'il la connaissait assez pour savoir que c'était à mille lieux de ce qu'elle était. « cinq minutes seule et pas foutu d'avoir la paix parce qu'il y a des abrutis pareils ! » peste-t-elle hors d'elle alors qu'elle avait encore une sacrée colère à évacuer. La môme avait tout d'un lion en cage qui rêvait seulement de sauter et mordre sa proie. Pas dans le but de se nourrir, mais de l'achever. Elle finit par se stopper, inspire par le nez un grand coup en fixant justyn. « c'est bon, j'vais me calmer ! »

@justyn henessy

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Sam 12 Sep - 20:22
Il est certain qu’en laissant Gabriela, seule, quelques instants, il ne s’attendait pas à assister à une telle scène. Il l’aurait plutôt imaginé en train de l’attendre, accoudée au bar, lorgnant sur l’écran de son téléphone portable tout en faisant défiler les dernières publications de son fil d’actualité sur son compte mazebird, tout en envisageant la suite de leur soirée – termineront-ils chez elle ou chez lui, ce soir ? A défaut, il l’aurait imaginé en train de discuter avec le barman ou bien avec un type qui aurait tenté une approche avec elle, juste pour lui tenir compagnie le temps de l’absence de Henessy. Il ne l’aurait pas imaginé en train de faire une prise de self-defense sur un type, contre le bar. Il lance un regard sur l’assemblée, constatant que personne n’a réagi. Ils regardent tous, médusés, le cul vissé sur leur siège, sans dire un mot. Justyn s’approche, lui fait comprendre que l’inconnu à probablement compris le message. « C’était une plaisanterie », énonce-t-il, quand elle répète ses mots et sent son regard noir et insistant posé sur lui, prête à le fusiller à son tour. Ce n’était qu’une plaisanterie, une plaisanterie de mauvais goût très certainement mais il a voulu essayé de désamorcer la situation. Il sait qu’à tout moment elle peut envenimer. Justyn ne tarde pas à s’interposer entre les deux, repoussant Gabriela pour qu’elle défasse l’emprise qu’elle avait sur lui. Il la fait reculer de quelques pas, puis lui attrape le bras et l’emmène avec lui en direction de la sortie. Il adresse quelques mots en direction du barman, lui disant qu’il s’occupe de sa girl. Il s’occupe de Gabriela. Il entend quelques mots derrière eux, sans en occuper.
Une fois, à l’extérieur du bar, il défait l’emprise de sa main sur celle de la portoricaine, transformée en Furie, en un instant. Elle bouillonne, fait les cent pas, et rumine la scène. Il l’intime de se calmer, à présent. Il ne riposte pas quand il sent ses deux paumes venir s’écraser contre son torse, cherchant à le pousser, à le faire vaciller mais il reste solidement debout, sur ses deux jambes. Il la laisse parler. Car il sait que répliquer ne servira à rien. Il la suit du regard, en silence, alors qu’elle s’arrête. Son regard azuréen croise le sien. Quelques minutes plus tard, quand il sent l’animosité en elle s’étouffer petit à petit, il s’approche d’elle. « Recommence pas », articule-t-il. « Je te jure, ça apporte que des emmerdes d’agir comme ça », et il parle en connaissance de cause. Il a trop souvent répondu par les poings et les coups, quand rien n’allait, quand rien ne lui convenait, lorsqu’il était plus jeune. Sûrement moins mature pour réagir d’une autre manière qu’avec ses poings. « On peut aller ailleurs, si tu veux, maintenant », parce qu’il doute que ce soit une bonne idée de se retrouver encore dans cette pièce.

@gabriela ortega

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon

Gabriela Ortega

behind
messages : 1599
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @jenesaispas (av) @phyla (gif)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way
points : 2285
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio, eugene & zander (have)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Sam 19 Sep - 17:50
Gabriela se laisse guider -ou plutôt trainer- dehors pour qu'elle se calme, et surtout laisse ce mec tranquille. Mais au lieu de la calmer, ça la rend encore plus dingue. Pourquoi est-ce que c'est à elle de sortir ? Elle n'emmerdait personne, dans son coin. C'était lui qui était venu de la déranger, et de la pire des manières. Elle n'était pas d'humeur à entendre une quelconque plaisanterie ou à ce qu'on diminue la situation en minimisant le comportement de cet abruti. Elle savait que ça ne partait pas d'un mauvais sentiment de la part de Justyn, mais ça l'exaspérait quand même, et c'est sur lui, qu'elle se défoulait -quoique pas totalement.
Elle le pousse, remontée malgré qu'il l'incite à se calmer. Impossible, pas maintenant en tout cas. Elle revoit la scène, ses mains... Toujours les mêmes conneries, les mêmes comportements intrusifs et normalisés. Il a eu de la chance de tenir encore debout. Il y a quelques années, ça serait sans doute fini d'une manière différente, il n'y aurait eu personne pour l'arrêter, personne pour s'interposer. Un peu comme il n'y avait jamais personne pour s'interposer lorsqu'une femme se faisait emmerder. Mais avec ses billes azures, Justyn réussit l'exploit de la faire souffler, au moins quelques secondes. Ça règle pas tout, et c'est loin de la calmer complètement, mais ça joue un peu. « je sais » qu'elle lache, entre ses dents, la machoire crispée. C'est pas son coup d'essai et elle sait mieux que quiconque qu'elle devrait apprendre à se contrôler. Elle a pas le droit à l'erreur. Gaby peut pas se permettre que les flics viennent mettre leur nez ici. Elle veut pas prendre le risque qu'ils regardent sa situation, mais surtout celle de son père. A ce stade, avec ce président, elle sait pas ce qu'ils risquent. Un retour direct pour Porto-Rico peut-être... « J'ai pas pu me retenir. Il agit comme un con, j'vais pas lui faire une leçon de morale. Ivre comme il était, il aurait rien compris. Ou tout oublié » siffle-t-elle, toujours énervée. Et puis, elle avait fini par apprendre que dans certains cas, parler ne servait pas à grand chose. Ils se trouvaient toujours un bon nombre d'excuses, toutes plus ridicules les unes que les autres. « Chez toi » lache-t-elle sans hésitation en plantant son regard dans le sien. « Mais j'te garantis pas que j'vais être calmée » Ils sont déjà en route, direction la moto du blond, sur laquelle elle semble passer beaucoup de temps dernièrement. Il y a encore un juron qui sort, dans sa langue natale, alors qu'elle enfourche la moto, fermement accrochée à Justyn.
Le trajet est rapide, et Gaby investit les lieux naturellement. Elle y passe presque plus de temps que chez elle dernièrement, ça évite les regards amusés et les sous-entendus de son père. Puis Justyn a toujours quelques arguments de taille pour la convaincre de rester -à moins qu'elle se soit déjà écroulée de fatigue sur son canapé ou dans son lit. Elle sent le regard du blond sur elle, et la portoricaine se tourne pour lui faire face. « quoi ? Ça va pas disparaître par magie » elle arrive même pas à se poser, là, à faire les cent pas, encore exaspérée.
@justyn henessy

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Dim 20 Sep - 18:46
Cette soirée prenait petit à petit des allures inattendues, tant il ne s’était pas attendu à devoir intervenir pour séparer la belle brune en train de faire une prise à un type inconnu de leur radar. Ils sont sortis, laissant derrière eux leurs deux verres déjà entamés, et qu’ils ne termineront pas, et les regards ahuris des clients, lâches pour faire quoi que ce soit. Justyn ne riposte pas, quand Gabriela semble vouloir à présent se débattre avec lui. Il sait que ce n’est que l’expression de son ire. Il ne l’avait jamais connu aussi furieuse et incendiaire que ce soir-là. Pourtant, ils ont a connu des coups de sang de la part de la portoricaine mais pas dans cette veine-ci. Il ne cherche pas à se défendre car il n’a pas à le faire. Il ne dit rien car il n’a pas à la contredire. Il laisse cette ire se verbaliser et émaner de son for intérieur. De ce qu’il a vu ce soir, il ne sait qu’une chose : la violence n’apporte jamais rien de bien. On n’est jamais félicité et récompensé pour un tel acte. Il connaît trop bien cette saveur, il le sait trop bien, pour le lui rappeler. Son regard croise le sien, devenu noir, et il l’entend prononcer ces quelques syllabes. Elle sait. Elle sait que ça n’apporte que des emmerdes de se comporter de la sorte. Justyn ne lui offrira pas son historique personnelle datant de l’adolescence, relatant ses innombrables faits et actes avec violence. Il bouge légèrement la tête, quand il l’écoute encore s’exprimer. Elle ne pouvait pas se retenir. Il commence à comprendre à mesure qu’elle raconte à demi-mot le récit de l’événement. « Il ne t’a pas touchée ? », lui demande-t-il, en plantant son regard dans le sien. Il tisse le moment dans son esprit, alors qu’un sentiment étrange l’envahit à l’idée qu’un type inconnu ait pu toucher sa belle brune. A mi-chemin entre celui de colère et de protecteur. Rapidement, il lui propose de changer d’endroit, se disant que de changer d’air lui fera le plus grand bien. « Très bien », répond-il quand Gabriela suggère qu’ils aillent chez-lui. Chez-elle, chez-lui, peu importe l’endroit, tant qu’il est avec elle, tout lui convient. « Ne t’inquiète pas… », elle finira par se calmer, qu’il se dit intérieurement. Un rictus étire discrètement ses lèvres, lui qui n’est guère souriant. Ils ne tardent pas à décamper du Daveys, se dirigeant vers sa moto. Ils ne mettent pas longtemps à s’apprêter pour le trajet, comme pressés par l’idée de quitter cet endroit dont l’atmosphère respirable était devenu toxique pour eux, surtout pour elle.
Ils arrivent quelques minutes plus tard devant le petit immeuble de Justyn, qu’il s’était trouvé quelques années plus tôt, à son arrivée à Windmont Bay. Il n’a même plus besoin de lui montrer le chemin pour se rendre jusqu’à son numéro. Gabriela semble avoir pris ses habitudes et ses aises, dans cet environnement. Ils pénètrent dans son antre, où un certain désordre régnait par endroit. Il dépose sa veste en cuir sur le porte-manteau à l’entrée, et fait quelques pas jusqu’au salon. Il quitte son tee-shirt, qu’il lance en direction de son canapé où il s’échoue. Lui aussi prend ses aises, il est chez lui après tout. Il défile sous le regard de la brune jusqu’à la cuisine. Il se tourne vers elle, l’observant tourner comme une lionne en cage, dans son salon. « Je vais m’occuper de toi », énonce-t-il en sa direction, quand elle lui annonce que ça ne disparaîtrait pas par magie. Il va vers son frigidaire qu’il ouvre. « Je te sers une bière . Ou tu préfères la prendre après ? », dit-il en se redressant vers Ortega, une bière à la main. Avant ? Ou après? Il ne va pas lui faire un schéma de ce à quoi il fait allusion. Il en décapsule une et en prend une gorgée, se désaltérant. Il retrouve enfin la jeune femme, toujours animée et excédée dans son salon. L’un de ses bras vient se glisser autour de ses hanches et il la fait doucement tourner pour qu’elle se retrouve en face de lui. « Je suis là », glisse-t-il, au même moment où son bras vient la rapprocher un peu plus de lui. Il peut sentir sa petite poitrine contre lui. Sa main se glisse sous son tee-shirt, caressant son dos, de bas en haut puis de haut en bas comme pour la calmer. Oui, c’est ça qu’il veut : la calmer mais aussi changer ses pensées. Qu’elle ne pense plus à ce type mais à lui. Peut-être est-il égoïste de vouloir qu’à cet instant précis, elle ne pense plus qu’à lui et leurs envies. Ses doigts parcourent les parcelles de sa peau, effleurant son soutien-gorge. Il croise son regard, silencieux, et ses lèvres viennent capturer les siennes pour lui offrir un baiser aussi chaleureux que calmant.

@gabriela ortega

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon

Gabriela Ortega

behind
messages : 1599
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @jenesaispas (av) @phyla (gif)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way
points : 2285
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio, eugene & zander (have)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Mer 30 Sep - 17:15
Si on aurait pu dire que l'élément de la portoricaine était l'eau, de par ses affinités et ses activités, si on se fiait à son caractère, il s'agissait définitivement du feu. Elle était sanguine, impulsive dans ses réactions, même si elle tentait tant bien que mal de se contrôler. Elle le devait, et avait toujours dû le faire. Pour mieux se fondre dans la masse, ne pas se faire virer ou s'attirer toute sorte de problème. Elle ne connaissait que trop bien ce genre de situation, n'avait que trop vu des mecs dans ce genre au cours de ses différents boulots. Une main par-ci, un mot inapproprié par là, et c'était devenu courante. Tout ça, elle devait le prendre avec le sourire, parce que -vous comprenez- le client est roi, ce que gaby n'avait pas toujours accepté.
Mais là, face à Justyn, à deux doigts d'exploser tant il l'avait agacé alors qu'elle savait pertinemment que ça ne servait à rien vu l'état dans lequel le mec se trouvait. Tout comme ça n'aurait servi à rien de le raisonner. Il aurait tout oublié le lendemain, et aurait recommencé tout aussi tôt. Peut-être qu'un poing en pleine tronche aurait été un souvenir aussi douloureux que visible, en tout cas assez pour que ça le marque et rafraichisse sa mémoire chancelante. Elle soupire, en se demandant ce qu'il entend par 'toucher'  « ça dépend ce que t'entends par là. » lache-t-elle entre ses dents. « rien de grave » ajoute-t-elle finalement, ne voulant pas voir justyn re-rentrer dans le bar pour lui casser la gueule. Il avait été lourd, et trop pressant avec cette main dans le bas de son dos, et rien que ça, ça suffisait à l'agacer. Ça lui donnait l'impression de n'être qu'un objet dont on pouvait disposer n'importe quand. « on bouge » conclut-elle en précisant que c'était chez lui qu'elle voulait aller. Ça éviterait de croiser son père, chose qu'elle préférait éviter pour plusieurs raisons.
Le trajet en moto est plutôt court, et Gabriela n'attend pas Justyn pour se diriger jusqu'à son appartement. Elle connait le chemin par cœur, et se sent désormais à son aise. Pourtant, la jeune femme ne s'asseoit pas, elle continue de faire les cent pas, alors qu'elle pensait que ce petit tour en moto l'aurait calmé, ou au moins éclairci les idées. Elle hausse un sourcil face, air de défi à peine dissimulé. Elle étudie la question, se laissant bien tenter par une bière et en même temps... la perspective de justyn entre ses cuisses lui paraît bien plus alléchante. Plus encore, ça lui permettra sans aucun doute de se défouler, et de s'épuiser. Il vient l'attraper par derrière, la faisant se retourner rapidement alors qu'elle glisse ses mains de chaque côté de son visage. Ils avaient beau se prendre la tête régulièrement, pour tout et n'importe quoi -surtout pour n'importe quoi- mais l'avoir là, contre elle, ça avait un quelque chose de rassurant. Comme si elle sentait qu'elle pouvait se reposer -au moins pour ce soir- sur lui. « Après, pour la bière » annonce-t-elle contre ses lèvres avant de se laisser embrasser. Ses caresses étaient délicates, et sans doute plus douces que d'habitude, son baiser, agréable et chaud. Elle attrape la bouteille de bière qu'il a entre les mains pour la déposer sur la table basse à côté des deux, parce qu'ils seraient bien du genre à faire quelques maladresses. « tu disais que t'allais t'occuper de moi ? tu te penses de taille à me calmer? » y'a pas de sourire sur son visage, encore trop agacée, malgré que la magie justyn commence à opérer. En s'appuyant sur ses épaules, elle se hisse, les jambes accrochées autour de sa taille, les mains fermement agrippées alors que ses lippes trouvent une nouvelle fois les siennes. C'était à se demander pourquoi ils avaient cherché à se sortir.

@justyn henessy

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Dim 4 Oct - 11:19
tw : sex
Gabriela a certes son caractère, à la fois buté, têtu et fort mais il se doute qu’elle n’a pas réagi de la sorte pour rien. Alors, il la questionne. Il arque légèrement l’un de ses sourcils, peu convaincu par ce qu’il entend. Selon elle, ce n’est rien de grave. Etrangement, dans ses entrailles, il en est moins certain. « Certaine ? », lui demande-t-il. Elle ne veut sûrement pas lui dire ce qu’il s’est vraiment passé pour ne pas qu’il s’agace, qu’il s’irrite, qu’il s’énerve contre ce type. Il ignore ce dont il serait capable de lui faire, s’il apprenait qu’il avait touché à Gabriela. Son regard croise celui de cette dernière, qui lui suggère de partir et d’aller chez-lui. Après avoir décidé de cela, ils décampent bien rapidement pour quitter les lieux et changer de décor.
Ce sont toujours les mêmes protagonistes, dans ce nouveau décor. L’appartement modeste de Justyn Henessy. S’il y a encore quelques mois, l’endroit était inconnu pour la portoricaine, il est devenu, depuis quelques semaines – voire même quelques mois – son nouveau repère, son nouveau QG. Il est bien rare les soirs où elle ne se faufile pas, discrètement ou non, dans cet antre. Elle est ici comme chez-elle, maintenant. Ou presque comme chez-elle, car certainement son statut ne lui offrira pas ce privilège. L’américain se dirige aussitôt dans sa cuisine, pour y prendre une bière. Il en propose une à la jeune femme, qui tourne encore en rond comme une lionne en cage. Quelques minutes après, il la retrouve, venant briser la distance qui les séparer. Il vient s’incruster dans sa zone vitale, l’entourant de son bras. Ses yeux bleus se plantent sur son visage, l’observant en silence, en attendant qu’elle réagisse. Elle serait capable de le repousser, encore baignée par ce flot de colère. Un rictus s’éprend de ses lèvres, en entendant sa réponse. Elle désire prendre sa bière, après. Il sait tout l’implicite qui se cache sous la formule de leurs propos. « Ca me va… », glisse-t-il, venant serrer un peu plus l’étreinte. Ses pulpeuses viennent l’embrasser, lui offrant un baiser chaleureux. Il la laisse récupérer sa bière pour la déposer sur la table basse. Elle n’a pas besoin de verbaliser ses intentions, qu’il a compris. Il réprime un éclat de rire, quand la voix de la belle brune retentit. « Tu en doutes ? », lui demande-t-il. Il lui lance un regard plein de défis. Douterait-elle de ses compétences ? De l’effet qu’il lui fait ? Il passe sa langue sur ses lèvres, comme pour les humidifier. Il la réceptionne, laissant ses mains se poser sur les rondeurs de son arrière-train. Il réceptionne un nouveau baiser, qu’il fait perdurer, un moment. Gabriela entre ses bras, ses jambes l’étreignant, il fait quelques pas dans la pièce pour la faire retomber mollement dans le canapé. Allongée, il la surplombe de son physique athlétique et lui offre un nouveau baiser gourmand, quand à ce même moment l’une de ses mains descend pour défaire la fermeture de la tenue de la belle. Il se recule, stoppant un peu maladroitement, cet échange buccal, quand ses doigts viennent se saisir de la double couche de tissus qui couvre ses cuisses et son intimité. Il vient la débarrasser de ses habits, devenus inutiles à cet instant. Il les laisse tomber quelque part dans le salon, se disant qu’elle les retrouvera bien quand elle sera décidée de se rhabiller, sûrement le lendemain matin. Justyn retrouve sa place initial, la surplombant, son visage s’approche du sien et ses pulpeuses viennent se saisir des siennes pour l’embrasser langoureusement. A ce même moment, l’une de ses mains se perd vers son bas ventre, lui offrant quelques caresses à son passage. La curieuse descend, au fur et à mesure, jusqu’à trouver devant l’entrer de son intimité. Le blond commence à caresser activement cette zone interdite, continuant de butiner ses lèvres. Ses doigts curieux et avides caressent le jardin d’Eve, venant s’aventurer et s’y plonger un peu plus. Le jardin prend vie, devenant plus chaud, plus humide. Il s’arrête dans son baiser, détaillant son visage qui s’offre à lui et où il peut y voir naître son plaisir. Il a envie de lui faire plaisir, de la satisfaire – comme chaque fois qu’elle s’invite chez lui –. Cette fois, il veut faire durer le moment, pensant que cela aura l’effet d’un calmant sur elle. Alors il recule et dépose des baisers sur sa poitrine, puis embrasse son ventre et son bas-ventre et enfin son intimité. Gabriela n’est pas une coutumière des préliminaires mais ce soir, il en a décidé autrement. Il plonge dans son jardin intime, lui offrant ce plaisir qui chauffe en elle mais aussi en lui, à mesure qu’il l’entend soupirer puis gémir. Il ne s’arrêtera pas là, elle le sait. Justyn se redresse, croisant le regard de la portoricaine. A son tour, il dézippe son jean qu’il enlève, puis son boxer, qu’ils jettent à travers la pièce. Il vient la retrouver, près à s’inviter entre ses cuisses.

@gabriela ortega

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon

Gabriela Ortega

behind
messages : 1599
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @jenesaispas (av) @phyla (gif)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way
points : 2285
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio, eugene & zander (have)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Dim 18 Oct - 16:30
Gabriela avait préféré passer certaines choses sous silence, affirmant à Justyn que oui, elle était certaine que ça allait -ou du moins que ça passerait- et que ce n'était pas grave. Ça ne servait plus à rien que ça énerve le blond et qu'il rentre de nouveau dans le bar pour finir de régler son compte à l'idiot qui l'avait abordé.
Ils étaient sans doute bien mieux chez lui, à l'écart du monde et des possibles cons qui auraient pu l'aborder ou la faire changer d'humeur. Non pas que l'appartement de son ex était devenu chez elle, mais à bien des égards, il était devenu une sorte de refuge. Elle y passe peut-être plus de temps que chez elle -ce qui lui a bien valu quelques réflexions de son paternel quant à sa relation avec justyn- même lorsqu'elle bosse jusqu'à pas d'heure ou quand c'est le cas pour lui. Evidemment que ça lui va, elle le connaissait assez pour savoir qu'il avait anticipé la réponse. C'est une manière comme une autre de passer à une autre humeur, et surtout d'évacuer. Il s'approche, la serre plus fort avant qu'elle ne l'embrasse. Cette fois, la môme sourit, et pas qu'un peu, avant de secouer doucement la tête en signe de négation. « pas du tout » avoue-t-elle finalement en sachant très bien ce qu'il en était avec lui. Il avait toujours été à la hauteur (ou au delà et n'avait jamais eu à lui reprocher quoique ce soit à ce niveau là. Elle le savait, sur ce coté de leur 'relation', justyn avait toujours mis la barre haute. Accrochée à lui, elle continue de l'embrasser avant d'être déposée sur le canapé. Au moins, il savait comment amener son esprit ailleurs. Pour la divertir, Justyn avait toujours été le premier. Et c'est naturellement que les mains de la portoricaine se promène sur le corps musclé d'henessy, en tout cas le temps qu'il reste collé elle, parce qu'il descend doucement entre ses cuisses. D'abord pour la débarrasser des quelques tissus qui l'encombrent encore, puis pour venir l'embrasser, la réchauffer, au plus profond de son intimité. Il n'y avait plus rien à  dire, plus à se plaindre, le corps de Gaby se détendait à chaque seconde, les yeux déjà clos, la tête en arrière, à profiter de chaque douceur qu'il lui offrait. Son corps se cambre, quelques gémissements s'échappent avant de s'abandonner encore un peu plus entre ses bras. Sa tête se redresse quand elle le sent se stopper, croise son regard, et sans doute devine-t-il son état, son plaisir. La brune n'est pas des plus vocales -du moins pas la pire- mais elle ne cache jamais son plaisir. Elle en est presque à le dévorer du regard lorsqu'il se déshabille et se penche une nouvelle fois sur elle, mais cette fois pour la posséder entière, comme un foutu soulagement de le sentir entièrement. Les jambes un peu plus crochetées autour de son bassin, l'incitant à venir encore plus.

Un ballet de soupirs, de coups de reins, de gémissements et de mains qui s'agrippent aux épaules. Cette fois, elle l'a laissé mener la danse, tout le long. A se laisser faire et le laisser faire. Elle halète encore quand il se retire, mais rassasiée et épuisée. Elle a la peau moite et quelques gouttes de sueur sur les tempes. Justyn se laisse tomber à l'autre bout du canapé, et Gaby vient l'embrasser, encore à bout de souffle. Elle se redresse, essuie l'intérieur de sa cuisses d'un revers de main avant d'aller jusqu'à la cuisine pour récupérer sa fameuse bière. « fais moi une place » dit-elle en attrapant aussi la bière de justyn sur la table basse et lui donner. Elle vient se caler entre ses jambes, toujours aussi nue, en se laissant reposer sur son torse. Le plaid attrapé sur le rebord du canapé, elle l'étend vaguement -à peine- avant d'allumer la télé. « film d'horreur ? » demande-t-elle avant de prendre une gorgée de sa bière, le début de sa soirée déjà loin.  

@justyn henessy

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Justyn Henessy

behind
messages : 2146
name : ndia
face + © : christian hogue @prettygirl
multinicks : chani, zander

age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : (ec)
points : 3556
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : [closed] gabriela・joan・tc[maisie] (dora・lottie・tony)

all night, i'll riot with you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you · Dim 18 Oct - 20:56
Justyn Henessy connaît suffisamment bien Gabriela pour savoir comment la calmer, la maîtriser et apaiser ses ires. Malgré leur relation bancale, ils savent s’accorder à merveille dans un domaine. Cela a toujours été ainsi entre eux. Ce soir, il est celui qui mène la mesure. Il l’installe dans le canapé puis laisse aller ses envies. Sa bouche couvre son corps de baisers gourmands et chaleureux, s’invitant dans son intimité un peu plus. Il peut sentir l’effet de sa langue sur son corps, devenu plus chaud, plus brûlant. Il sait que ça lui plaît et qu’elle profite de ce moment aussi intime, doux et sexuel qu’il est en train de lui offrir. Il sait qu’elle savoure, il sait que ça lui fait du bien. Ses gémissements viennent bercer ses mouvements experts en la matière. Il pourrait s’arrêter à ce moment de jouissance qu’il vient de lui offrir. Il pourrait en rester là mais il a envie de plus. Elle aussi en a envie de plus, il le sait, il connaît trop bien ses goûts dans ce domaine. Un sourire franchit la barrière de ses lèvres. Alors, il quitte ce jardin intime pour se redresser et se dévêtir à son tour. Dans sa tenue d’Adam, il rejoint son Eve, sur ce canapé transformé en Jardin. Il lui offre un baiser, alors que leurs deux corps viennent s’unir dans un souffle fort qui viennent s’écraser contre son visage. Il lui offre quelques va et vient dans son intimité, s’invitant en elle, de plus en plus. Il mène la danse. Il mène leur danse. Danse érotique et enivrante, dont ils raffolent tous les deux. Danse rythmée par leurs gémissements, ce qui l’excite davantage. Il laisse entendre quelques râles graves et profonds, traduisant son plaisir. Il sent venir en elle sa semence. Il pousse un dernier râle, apothéose de leur duo. Il reprend son souffle, quelques instants, posant son regard sur sa belle Eve, sa Gabriela. Il se retire et finit par retomber dans son canapé. Il réceptionne un nouveau baiser de Gabriela. Baiser qu’il prolonge, comme pour faire durer l’effet qu’elle produit sur lui. « Calmée ? », lui demande-t-il, en reprenant son souffle à son tour. Ses muscles se détendent. Ses billes azuréennes se posent sur sa silhouette dénudée qui évolue dans son appartement. Gabriela est ici comme chez elle, à croire que ce n’est pas seul qu’il vit mais à deux. Elle revient aussi vite qu’elle est repartie avec une bière à la main. Elle avait dit après, qu’il pense en son for intérieur. Cette pensée lui arrache un sourire. Il ouvre ses bras, quand elle lui demande de lui faire place, pour l’inviter à le rejoindre dans le canapé à et se caler contre lui. Il récupère sa bière puis trinque avec elle. Il boit une gorgée, puis deux, pendant que Gabriela les recouvre d’un plaid et décide de regarder la télévision – nouvelle preuve qu’elle est comme chez-elle ici. « Parfait, ça me va ! », répond-il, quand elle lui propose de regarder un film d’horreur. « Si t’as peur, je suis là », qu’il lâche pour se foutre d’elle. Un éclat de rire émane de sa bouche, alros qu’il croise le regard sombre de Gabriela. La soirée continue entre eux. Plus posément. Plus calmement. Cet instant de répit dont ils ont besoin, certainement, entre eux.

@gabriela ortega

sujet terminé

_________________
in another love i would have found a way to stay
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
Contenu sponsorisé




behind
the mask

all night, i'll riot with you Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: all night, i'll riot with you ·
 
all night, i'll riot with you
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: good times at daveys-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: