hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-48%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth technologie BASS+, – 12 h ...
35.69 € 68.37 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Corde à sauter Gritin pour Fitness, Boxe, Double Unders, Crossfit, ...
8.99 €
Voir le deal

 

 (one shot) calling you from miles away.


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak
Aller en bas 

Sharon Hill

messages : 1098
name : anane.
face + © : sarah gadon © romane, solosands.
multinicks : vesper, joan.
points : 1526
age (birth) : twenty five (20|03)
♡ status : falling for her teen crush.
work : telling stories on the radio.
activities : telling stories to herself, doing whatever she wants, avoiding her mother, looking after her brother.
home : sharing a flat on bridgewater way.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■□

(one shot) calling you from miles away. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· (one shot) calling you from miles away. · Sam 29 Aoû - 15:35

august, 23rd



L’appel datait de tout début juillet – presque deux mois désormais – mais il ne cessait de tourner en boucle dans l’esprit de Sharon. Elle entendait encore les grésillements caractéristiques sur la ligne lorsque sa mère l’appelait depuis une cabine téléphonique, l’enthousiasme de sa voix, son empressement à combler les silences.
« Vous me manquez trop ! Je prends la route, je serai là d’un jour à l’autre. » avait dit sa mère.
Si Sharon avait bien suivi, Michelle était alors du côté de Salt Lake City dans l’Utah, donc quand elle disait « d’un jour à l’autre », il fallait plutôt entendre « d’ici une ou deux semaines ». Sauf que cela faisait maintenant près de deux mois qu’elle avait prononcé ses mots, Sharon n’avait plus eu aucune nouvelle et pas le moindre coup de téléphone depuis et commençait donc à se demander s’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.  
Se pouvait-il qu’il lui soit arrivé quelque chose sur la route ? Un évènement, ou bien un accident, l’avait-il détournée de sa destination ? Sharon chassa de son esprit les hypothèses les plus pessimistes – sa mère pouvait tout aussi bien avoir rencontré un nouveau groupe (ou juste un nouveau mec) pendant son périple en direction de l’Oregon et décidé de remettre son séjour familial à plus tard en oubliant tout bonnement de l’en avertir.
Et chaque fois qu’elle y repensait Sharon en venait à la même conclusion : sa mère était d’une douceur et d’une bonhommie inégalables, une véritable comète d’amour et de couleurs, mais aussi imprévisible et versatile que la météore – désormais que Mike allait mieux, il valait finalement peut-être autant pour lui que leur tornade instable de mère ne soit pas dans les parages. Elle-même n'était pas certaine d'être prête à une cohabitation.

« Bon, on va arrêter là parce que je fais un carnage et que ton ego va avoir du mal à s’en remettre. Mais tu me dois une glace ! » Arrachée à ses pensées par les accents moqueurs dans la voix de son frère qui la piquaient à vif, Sharon fronça le nez et lui donna un coup de coude dans les côtes qui ne le rendit que plus hilare encore.
Une fois n’est pas coutume, elle avait bien résisté pendant la première période (2-2 à la mi-temps), mais la voix de sa mère à travers le combiné était revenue parasiter son esprit à la reprise, et la supériorité non négligeable de Mike à Fifa avait fini par l’emporter pour lui infliger une défaite écrasante par sept buts d’écart. Sharon ébouriffa les cheveux de son petit-frère et pesta pour la forme pendant qu’il s’échappait de la chambre en dodelinant d’un pied sur l’autre pour répondre à une envie pressante – classique, après les deux pepsi qu’il s’était enfilés pendant leur partie.
Elle laissa échapper un soupir amusé et maternel en le suivant du regard puis se laissa retomber sur le dos sur son lit d’adolescent. Elle fixa le plafond, absente, son esprit voyant se superposer des images de terrains de football à la voix de sa mère qui résonnait dans le combiné, et sursauta quand elle entendit retentir la sonnette de la maison.
Sachant son père occupé au champ et son frangin les mains prises, Sharon se dévoua malgré sa flemme légendaire et s’extirpa du lit pour descendre ouvrir la porte à ce visiteur inopiné. Elle n’eut guère le temps d’essayer de reconnaître le modèle de l’auto garée dans la cour par l’entrebâillement de la porte qui s’ouvrait qu’elle fût happée par l’étreinte brûlante que lui offrit sa mère.
Elle débarquait, comme chaque fois, telle une véritable tornade de paillettes – avec une vague de parfum à la rose qui vous prenait à la gorge, les dizaines de bracelets à ses poignets qui tintaient dans une drôle de musique et ses sempiternels babillements intempestifs dans lesquels se mêlaient anecdotes, banalités, nouvelles, rires, compliments et reproches.
Mais à présent, Sharon avait vingt-cinq ans et elle était apte à percevoir, dernière le nuage de confettis, le lot de casseroles que sa mère traînait à ses chevilles.
Elle se retira lentement de son étreinte aussi réconfortante qu’étouffante avec un vague sourire contrit, l’observa avec une tendresse non feinte serrer fiévreusement Mike contre son sein – et se demanda intérieurement si quelqu’un à Windmont Bay n’était pas en recherche d’une colocataire de bonne composition, facile à vivre, pas trop à cheval sur le ménage, experte auto-déclarée en préparation de nouilles instantanées quoi que nulle aux jeux vidéo et combien de temps il lui faudrait pour déménager de la grange familiale.
Composer avec sa mère fantasque et encombrante était une chose – vivre sous le même toit (ou presque) que cet ouragan sur pattes en était une autre, à laquelle Sharon n'était absolument pas prête.

_________________
(one shot) calling you from miles away. 8R07n7f (one shot) calling you from miles away. K2C9EdS
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
 
(one shot) calling you from miles away.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: