hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 You still look like a movie (alexandrine)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak
Aller en bas 

Harlan Guerrera

messages : 670
name : nepenthès
face + © : t. chalamet + © shellhead.
multinicks : keith - garett - charlotte - naaji - luther
points : 800
age (birth) : 22.
♡ status : single and ready to mingle.
work : student.
activities : writing poetry ; taking soulfull pictures ; smoking weed ; taking care of his family ; cursing his dad.

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ●● (jackie ; leni)

You still look like a movie (alexandrine) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· You still look like a movie (alexandrine) · Sam 12 Sep - 18:48

Let me photograph you in this light In case it is the last time That we might be exactly like we were Before we realized We were sad of getting old It made us restless It was just like a movie It was just like a song


Il jeta un regard en biais sur le voisin à sa gauche, installé dans le bus dont il entendait le son crépiter hors de ses écouteurs. Imperceptiblement, sans qu’il ne puisse le maîtriser, ses lèvres se retroussèrent en une grimace de dégoût tandis qu’il fronçait les sourcils devant ce manque manifeste de goûts musicaux. Mais que pouvait-on attendre de quelqu’un qui sortait en jogging et basket en dehors de chez lui et sans avec la moindre intention de ne serait-ce que faire un footing. Un soupir s’échappa de ses lèvres fines et roses alors qu’il reportait son attention sur la route qui défilait sous ses yeux. Le trajet pouvait parfois être long depuis la faculté quand on avait un voisin aux goûts aussi douteux. Son regard émeraude glissa sur les étendues vertes qui oscillaient sur fond de ciel gris et morne et qui collait parfaitement à son humeur qu’à sa philosophie de vie. Il n’était pas de meilleure humeur qui soit, ayant dû se lever plus tôt aujourd’hui pour visiter un appartement qu’il ne prendrait au final pas. Ses frère et sœur lui avaient cassé les oreilles, pris d’une frénésie de cache-cache avec leurs amis du voisinage et pourtant Dieu seul savait combien ces derniers occupaient une place prépondérante dans son existence. Mais il y avait des limites de décibels à savoir ne pas dépasser. Et ces dernières avaient explosés tous les compteurs. Et voilà qu’on poursuivait dans la même voie avec de la musique techno de seconde zone qui ne valait même pas la plus petite scène dans un festival d’été perdue dans le fin fond de la Norvège. S’il n’y avait une perspective des plus agréables et enthousiasmantes au bout de cette ligne de bus, il serait descendu au prochain arrêt pour changer de direction et se rendre directement entre ses draps. Il n’avait même plus l’opportunité de se glisser dans les draps d’une autre pour passer le temps et penser à autre chose. Et même s’il se rendait au domicile d’une jolie jeune femme, il savait par avance que cela serait hors de question.

C’était par l’entremise de sa meilleure amie principalement, et une rencontre fortuite, qu’il avait recroisé le chemin de la jolie Alexandrine qui avait, sans le savoir, adouci ses dernières années de lycée avant que tout ne parte à vau l’eau. Il cherchait désespérément l’inspiration pour ses projets photographiques, souhaitant trouver sa propre patte qui pourrait marquer des générations après son décès sans doute tragique à l’âge maudit de 27 ans comme tous les plus grands de ce monde qui se respectait. Il avait tenté le collage, le noir et blanc, le surréalisme mais rien ne prenait. Aujourd’hui, il voulait tenter de mêler deux arts qui s’étaient succédés l’un à l’autre, leur permettre de s’imbriquer et de fondre pour créer quelque chose de différent, une nouvelle forme d’art, le sien. Le seul problème était que celui qui se voulait écrivain maudit dessinait aussi bien qu’un manchot aveugle. Il avait regardé tous les tutos sur youtube mais n’avait jamais la patience suffisante pour regarder la vidéo jusqu’au bout en analysant chacun des gestes. Il avait tenté des livres d’arts pas à pas mais cela ne donnait jamais le même résultat. Il avait failli s’inscrire à des cours du soir mais avait fait demi-tour en voyant la composition des autres élèves, n’ayant pas nécessairement envie de parler de chats avec des quinca voudraient se la jouer couguar. Leni avait eu l’idée. Harlan s’était enthousiasmé. Alexandrine avait accepté. Et voilà qu’il se trouvait devant sa porte, prêt à se dégonfler.

Ils ne s’étaient pas vraiment reparlés depuis la dernière fois et, même s’il avait appris de ses erreurs et qu’il y avait peu de chance qu’elle lui inflige la même punition, il était quelque peu nerveux. Lui qui ne l’était jamais dû s’essuyer la paume de la main sur son jean brut avant d’appuyer sur la sonnette, les doigts légèrement tremblants. Il recula d’un pas et attendit fébrilement qu’elle lui ouvre la porte, guettant son arrivée et un quelconque bruit derrière cette dernière. Il fronça les sourcils quand il n’entendit rien et paniqua quelques secondes quand il crut s’être trompé d’adresse. Il vérifia le numéro, son téléphone portable et l’adresse indiquée. Non, il était au bon endroit. Il s’apprêtait à retoquer à la porte quand il entendit la voix délicate et légèrement onirique d’Alexandrine résonner à ses côtés. Comment avait-elle pu se matérialiser à cet endroit sans qu’il ne l’ait vu venir. « C’est vrai alors ce qu’on racontait sur toi au lycée ? T’as du sang de fée ? » l’accueillit-il d’une demi-plaisanterie alors que son regard se posait sur son visage si singulier et qui était resté tel quel dans son souvenir. « Salut ! Comment tu vas ? » Il se pencha pour lui faire la bise, à la française.

_________________
tout part toujours dans les flots au fond des nuits sereines, ne vois-tu rien venir? Les naufragés et leurs peines qui jetaient l'encre ici et arrêtaient d'écrire. Ami, qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule. Certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes à l'intérieur des foules.
 
You still look like a movie (alexandrine)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Another Earth [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Pioneer Oak-
Sauter vers: