hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -40%
-40% sur Logitech Z207 Système de ...
Voir le deal
30 €

 

 make up your mind.


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane
Aller en bas 

Aurora Pearson

behind
messages : 991
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © une mie.
multinicks : aneurin, citra, eliot, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : célibataire.
work : chanteuse d'un groupe de musique folk.
activities : écrire des chansons, faire peur à jürgen, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 1792
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : leslie, tony, juju & woody, woody.

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· make up your mind. · Jeu 17 Sep - 20:08
let me in the wall, you've built around,
and we can light a match and burn them down.

@Woody Hawkes  

Les lumières s’éteignirent d’un coup sous un tonnerre d’applaudissements et d’exclamations enthousiastes. Essoufflée, le cœur en émoi, Aurora était comme en transe, tandis que tous se regroupaient au centre de la scène pour saluer le public. Au loin on ralluma les projecteurs pour leur donner une chance de faire leurs remerciements et ils s’inclinèrent plusieurs fois, avant de disparaitre prestement dans les coulisses, tout euphoriques qu’ils étaient. Le concert s’était plutôt bien déroulé malgré un début hasardeux à cause des instruments mal réglés. En soi ils avaient connu pire par le passé principalement par sa faute et son penchant pour l’alcool, donc ce n’était pas prétentieux de dire que pour une fois on était loin de la catastrophe. Pieds nus, elle retrouva sa paire de bottes usées dans un coin parmi le bordel qu’ils avaient fichu et entreprit de féliciter chacun des membres. Ils ne partiraient pas avant plusieurs heures, qui plus est quand le patron les payait en consommations gratuites. Finalement, peut être que la notoriété leur permettrait d’avoir un salaire digne de ce nom, même si elle n’était pas contre quelques pintes de bières de temps en temps. Elle remonta le couloir où ils étaient nombreux à discuter et s’arrêta au niveau de Jûrgen pour lui sauter dessus tel un animal sur son arbre. « Putain d’accordéon, c’était nul ! » Ça avait surtout fait capoter un de leurs meilleurs titres faute d’un accordement correct. En grand professionnel qu’il était son binôme avait su rectifier ça assez rapidement au bout d’une vingtaine de minutes en balançant le truc par terre. Elle le tortura encore un peu, comme elle en avait l’habitude – leur relation consistait principalement à se chamailler – puis elle l’abandonna à ses conversations pour gagner l’extérieur. L’air frais souleva ses longs cheveux humides où des fleurs avaient étés coincées grâce à des épingles et elle se fraya un chemin parmi ceux qui faisaient une courte pause pour fumer ou discuter. L’excitation redescendait doucement après cette longue heure de folie à chanter et bouger dans tous les sens pour accompagner des mélodies entrainantes. Ils avaient effectivement un style folk bien à eux et savaient mettre l’ambiance même s’ils ne payaient pas de mine au premier abord. Un mouvement sur sa droite l’arracha à ses pensées et elle se redressa pour reconnaitre un visage familier, un de ceux qu’elle aurait préféré ne pas voir, ou peut être que si au fond. « Je ne pensais pas que tu reviendrais me voir. » Commença-t-elle en insistant sur les mots, quand le principal intéressé lui avait fait comprendre qu’il ne raffolait pas spécialement de ses compositions. « T’as une cigarette ou t’es venu les mains vides ? » De quoi affoler son agent pour peu qu’elle en ait eu un, car la nicotine altérait les cordes vocales à maints égards. Toutefois, ça ne la privait pas d’en griller une épisodiquement.

_________________

it's a different kind of danger and my feet are spinning around, never knew I was a dancer 'till you showed me how.

Woody Hawkes

behind
messages : 430
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : -

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 1173
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Sam 19 Sep - 9:24
w/ @Aurora Pearson

Les salles de concert de Windmont Bay ne payaient pas de mine mais suffisaient à voir se représenter des groupes de tous genres et de tous horizons. Régulièrement, Woody y passait ses soirées, parfois au premier rang, parfois tapi dans un coin de la salle, à attendre que le carnage se termine. Ce soir-là, un groupe de folk qu’il connaissait déjà, était à l’affiche. La chanteuse du groupe, Aurora Pearson, avait par le passé déjà eu l’occasion d’essuyer les critiques du jeune boulanger. Bien qu’il ne soit pas du domaine, il s’était permis de donner un avis assez radical sur la qualité de sa musique. Et pourtant, il avait payé un nouveau billet pour assister à la performance. Sadisme ou provocation, dans les deux cas, il était resté tout du long mais s’était éclipsé au moment des applaudissements. Quelque chose l’avait tracassé et il n’était pas d’humeur à féliciter les musiciens.
Plusieurs minutes plus tard, Woody se retrouva à l’arrière de la salle, guettant les groupes de personnes rassemblées pour commenter le concert. Il entendit des éloges, de l’enthousiasme et d’excellents commentaires concernant la chanteuse. N’avaient-ils pas entendu les fausses notes ? Le crissement de l’accordéon ? Woody hésita à les rejoindre pour leur ouvrir les yeux sur ce qu’il venait de se passer mais il savait comment cela allait se terminer : il viendrait avec son dédain et son agressivité, et ils sentaient que les gars du groupe pourraient en venir aux mains avec lui s’il insistait trop. Cela fit naître en lui une sorte d’excitation familière qu’il décida de tempérer quelques minutes de plus en s’allumant une cigarette. Ce fut à ce moment qu'il vit la porte arrière s’ouvrir et la silhouette d’Aurora apparaître. « Ha ! » lâcha-t-il dans sa barbe, effectuant le geste pour allumer sa clope, sans la quitter des yeux. Il l’observa se délecter de la fraîcheur nocturne puis perçu son regard lorsqu’elle remarqua sa présence. « Te voir, c’est un plaisir. C’est t’écouter qui est un supplice. » Il tira une fois sur sa cigarette fraîchement allumée avant d’atteindre son paquet rangé au creux de sa veste. Il le tendit ensuite à la jeune femme et attendit qu’elle se serve. « Quand est-ce que vous prendrez la peine de respecter l’audition de votre public ? »

_________________

❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

Aurora Pearson

behind
messages : 991
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © une mie.
multinicks : aneurin, citra, eliot, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : célibataire.
work : chanteuse d'un groupe de musique folk.
activities : écrire des chansons, faire peur à jürgen, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 1792
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : leslie, tony, juju & woody, woody.

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Jeu 22 Oct - 19:42
Contrairement à ce qu’il pouvait sous-entendre de son air dédaigneux, Aurora était née avec la musique. Non, elle respirait la musique. C’était arrivé un jour par hasard et ça ne l’avait plus jamais quitté au point de tout plaquer pour donner libre court à son imagination artistique. D’abord en solo avec un piano mal accordé chez elle, puis plus tard avec des amis, à essayer de composer des mélodies en s’inspirant de leurs artistes préférés. Au fil des années, ils avaient réussi à trouver une véritable identité et se produisaient régulièrement, à l’instar de ce soir. Ce n’était certes pas parfait, mais ils avaient trouvé un public fidèle et bientôt un agent qui à coup sur leur ouvrirait de nouveaux horizons. L’unique point négatif au tableau était de loin les chamailleries internes, qui débouchaient tantôt sur des périodes de vide ou pire sur des pseudos départs. Chacun avait son caractère et gérer les égos était parfois difficile, y compris le sien, surtout quand elle avait bu. On ne comptait plus les concerts où elle avait tout fichu en l’air à cause de ses déboires avec la boisson. Pourtant, aujourd’hui elle avait su se contenir et hormis l’affaire de l’accordéon, ils avaient su se débrouiller, suffisamment pour récolter un tonnerre d’applaudissement. Woody prenait donc un malin plaisir à les critiquer pour on ne sait quelle raison obscure car elle ne voyait pas vraiment les arguments derrière ses reproches. « Et pourtant t’es revenu, c’est qu’au fond t’apprécie non ? » Elle eut un petit rire cynique; peut-être étaient-ils de ceux qui aimaient se faire du mal volontairement - après tout ils se connaissaient à peine – à moins que des amis ne l’aient obligé à pointer le bout de son nez. Malgré ses dires guère élogieux, il avait fait le choix de retenter l’expérience et était resté jusqu’à la dernière note, pour preuve il était là à discuter. Un drôle de comportement pour quelqu’un qui semblait visiblement avoir un souci avec elle ou le groupe plus généralement. Loin de s’en effaroucher, Aurora trouvait la situation amusante et cherchait sa compagnie à défaut de trainer avec des amis ou des fans. Quelque chose dans sa façon de résister la titillait, alors elle restait là, à enchainer les piques jusqu’à épuisement. Elle prit finalement une cigarette qu’elle porta à ses lèvres sans le quitter du regard. « Du feu ? » Sans attendre sa réponse elle se pencha vers lui pour profiter de la braise rougeâtre et tira une bouffée dans un souffle. « Tu t’y connais en musique ou t’as juste l’esprit de contradiction pour me faire chier ? » Elle le fixa sans pudeur, à la recherche d’un indice sur ses motivations. Il avait l’air de se cacher mais de quoi ou de qui ?

_________________

it's a different kind of danger and my feet are spinning around, never knew I was a dancer 'till you showed me how.

Woody Hawkes

behind
messages : 430
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : -

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 1173
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Jeu 29 Oct - 18:27
w/ @Aurora Pearson

« La nature humaine a ses mystères » répondit-il d’une traite à sa réflexion concernant sa présence au concert. « Parfois – voire souvent – on peut prendre un malin plaisir à assister à un carnage. » Woody était de ceux qui aimaient la bagarre, la fureur, la panique, la colère. Son sourire narquois ne quitta pas ses lèvres et son œil vif prit plaisir à observer les réactions de la musicienne. Elle et lui étaient comme le feu et la glace : à se repousser sans cesse, jusqu’à ce que l’un des deux ne cède. Inlassablement, les circonstances les réunissaient (ou peut-être les provoquaient-ils ?) et lorsqu’ils se retrouvaient, les pics se faisaient légion. Woody n’avait aucune idée d’où ça les mènerait : dans les potins du quartier ? dans un commissariat ? dans un lit ? Mais il entretenait cette relation passive-agressive avec un enthousiasme et une addiction certaine. Même s’il prétendait détester recevoir un sms d’Aurora, il se surprenait à surveiller la notification des messages reçus en espérant un texte de la jeune femme. Lorsqu’elle se rapprocha de lui pour profiter du rouge de sa cigarette, Woody la toisa du regard. Il était plus grand qu’elle et profita de cette supériorité physique naturelle pour renforcer son attitude hautaine à son égard. Les dents serrées, il répondit. « J’ai du goût, tout simplement. Pas besoin d’être Mozart pour reconnaître un accordéon maltraité. » Il observa un instant la fumée qui sortit de ses lèvres et se permit une réflexion tout à fait déplacée, mais si cohérente avec son style provocant et critique. « Tu devrais arrêter la clope, ça abîme ta voix. Sérieux, tes aigües ressemblent à ceux de mon père. Je te dis ça en ami. » Et il prit une nouvelle inspiration de sa propre cigarette, comme pour la narguer, les yeux brillants de facétie.

_________________

❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

Aurora Pearson

behind
messages : 991
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © une mie.
multinicks : aneurin, citra, eliot, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : célibataire.
work : chanteuse d'un groupe de musique folk.
activities : écrire des chansons, faire peur à jürgen, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 1792
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : leslie, tony, juju & woody, woody.

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Lun 2 Nov - 23:00
À défaut de l’agacer profondément, les remarques de son interlocuteur la faisaient sourire à bien des égards. Elle aimait son esprit de contradiction et son côté faussement snob quand il déversait sa haine sur son groupe ainsi que leur musique. Ce rapport de force l’amusait autant qu’il l’obsédait, raison pour laquelle, Aurora continuait à jouer le jeu se faire prier. Contrairement à ses proches, il ne s’efforçait pas de faire semblant de lui plaire, ni ne la ménageait dans ses critiques. Or plus il se démenait à la contrer dans le verbe, plus elle le trouvait attirant. « Tu n’es pas mystérieux tu te crois juste au-dessus de la masse parce que tu t’obliges à penser différemment. » Était-il comme ça sur tous les sujets ou faisait-il exprès d’en rajouter une couche parce que c’était elle ? Aurora n’avait pas l’audace de prétendre qu’elle avait le droit à un traitement particulier néanmoins elle persistait à croire que leurs retrouvailles répétées n’étaient pas simplement le fruit du hasard. Elle haussa mollement les épaules et poursuivit d’un ton ironique. « N’empêche que tu as payé pour voir ce massacre et tu as donc participé à nous financer. » En réalité ils ne touchaient qu’un dividende très faible sur la vente des billets mais c’était toujours ça de pris pour payer le loyer de la vieille grange où ils répétaient et bricoles du même acabit. Malgré ses remarques, Woody était dans le juste sur un point : ils n’avaient pas encore percé au-delà des limites des villes voisines. Il y avait donc peut-être du bon à prendre dans ses suggestions corrosives même si elle ne l’avouerait jamais tout haut. Sans tenir compte de la promiscuité soudaine de leurs deux silhouettes, elle alluma sa cigarette dans un frisson. « Il n’y a pas que ça. Je ne sais pas quel secret tu caches mais tu en sais plus que tu ne veux bien l’avouer. » Il fallait avoir l’oreille musicale pour repérer de tels détails car Jürgen s’était vite rattrapé en constatant que l’instrument était mal accordé. Certes l’avait-il abandonné dans un coin toutefois il n’avait pas joué suffisamment longtemps pour que le premier venu puisse déceler pareille faute. Woody semblait être plus qu’un simple spectateur quand bien même refusait-il de le reconnaitre ouvertement. Sa réflexion la fit rigoler doucement tandis qu’elle relevait le menton pour croiser son regard facétieux. « C’est tout ce que t'as trouvé ? Tu m’as habitué à mieux. » Elle le poussa légèrement sur l’épaule tout en expiant une longue bouffée de nicotine provocatrice. « On est pas amis, je dirais plutôt des connaissances et encore... » Ils étaient surtout trop fiers pour nommer précisément ce qui pouvait se tramer entre eux, un mélange d’agressivité et de tension qui s’apparentait à une sorte de flirt. « Je t’ai vu l’autre jour devant l’église. » Lâcha-t-elle après une courte pause en le toisant avec intérêt alors que la conversation changeait de direction. Elle se souvenait avoir été étonnée de le voir là-bas, comme si sa place eut été ailleurs ou que l’image qu’elle avait de lui détonnait dans le décor. Pour sa part, elle n’avait pas fichu les pieds à l’église depuis… elle ne s’en souvenait même pas.

_________________

it's a different kind of danger and my feet are spinning around, never knew I was a dancer 'till you showed me how.

Woody Hawkes

behind
messages : 430
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : -

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 1173
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Mer 4 Nov - 10:52
w/ @Aurora Pearson

La présence d’Aurora à ses côtés suscita en lui bien des sentiments. D’abord, de l’agacement : son attitude de gosse populaire le blasait. Puis, l’envie de la provoquer et finalement, une certaine tension qu’il pourrait qualifier de sexuelle si l’envie de la remettre à sa place n’était pas si virulente. « Tu te trompes, je ne m’oblige à pas grand-chose. C’est d’ailleurs assez handicapant au quotidien, crois-moi. » Il la regarda avec désinvolture, loin de se laisser atteindre par ses jugements de valeur. Woody critiquait, mais les critiques glissaient sur lui. Une vraie tête dure, à l’esprit plus étroit qu’il ne voulait se l’avouer. Lorsqu’Aurora lui parla de sa participation à leur financement, Woody se fendit d’un rire bref, levant les bras comme face à un contrôle de police. « Je te mets au défi de trouver un billet de concert sur moi ! » L’époque où il payait sa place était bien révolue, préférant s’immiscer dans les salles de manière illégale, quitte à se faire expulser par de grands gaillards. Gaillards qui, avec le temps, s’étaient lassés de lui courir après et le laissaient profiter des spectacles tant qu’il ne causait pas de scène à l’intérieur (ce que Woody se résolu à faire, car de toute façon, c’était plus sympa de créer des problèmes à l’air libre). Il fit un pas supplémentaire vers elle, sa clope entre les lèvres, les bras toujours levés, attendant qu’elle l’investigue. « Je n’ai rien à cacher, tu te fais des films. » Puis, vint l’instant où elle déclara qu’ils n’étaient pas amis et étrangement, Woody ressentit une forme de déception. Laissant ses bras retomber le long de son corps, il fit à présent un pas en arrière, puis deux. « Ok, si c’est ce que tu souhaites. » Une brise nocturne souffla dans ses mèches dorées et un frisson le parcourut malgré sa veste en cuir. « Et alors ? » répondit-il sèchement avant de se pincer les lèvres, ses doigts écrasant sa cigarette contre le mur à sa gauche. Aurora l’avait vexé en qualifiant leur relation de simple connaissance et il n’arrivait pas à prendre sur lui pour que la suite de la conversation se passe normalement. Qu’elle évoque l’église à cet instant le poussa dans une réflexion intime et le ramena à un constat qu’il se faisait déjà, mais qu’il s’efforçait à ignorer jusque-là. « On n’a rien en commun, finalement. » Il poussa un soupire et la regarda de biais, les épaules basses, visiblement déçu.

_________________

❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

Aurora Pearson

behind
messages : 991
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © une mie.
multinicks : aneurin, citra, eliot, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : célibataire.
work : chanteuse d'un groupe de musique folk.
activities : écrire des chansons, faire peur à jürgen, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 1792
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : leslie, tony, juju & woody, woody.

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Jeu 5 Nov - 20:33
À sa remarque, elle se contenta de haussa mollement les épaules, tirant de nouveau une latte sur sa clope. Il avait son avis et elle avait le sien, ils resteraient en désaccord sur le sujet. Un de plus parmi à ajouter sur sa liste, or c’était précisément ça qu’elle appréciait chez lui, en sus de son air de (faux) méchant garçon. Si elle en croyait ses ecchymoses ainsi que les rumeurs qui circulaient, il aimait se fourrer dans de sales pétrins, un peu comme elle, même si ses dérives étaient d’un genre différent. A fortiori, tous deux aimaient le danger, peut-être était-ce d’ailleurs ça qui les avait rapprochés naturellement outre leur verve mordante. « C’est ce qu’on verra et j’ai souvent raison. Je finirais par te percer à jour. » Malgré les dires de Woody, elle restait persuadée qu’il cachait bien des secrets, pourtant elle n’insista pas davantage et se contenta de le dévisager sans bouger. L’œil glissa sur la silhouette longiligne qui s’était rapprochée de plusieurs pas. Si l’invitation de le fouiller avait été formulée avec malice, Aurora n’en fit rien et l’enchantement se rompit aussitôt qu’elle eut formulé ce qui lui paraissait être la vérité. Ils n’étaient pas amis, ni particulièrement proches : ils oscillaient dans un drôle d’entre deux assez fragile. Or jusqu’à présent ils s’en étaient contentés d’un accord tacite mais à en juger par la mine chiffonnée de son interlocuteur, elle l’avait vexé. Un comportement qui donnait sens à ce pressentiment qu’elle avait cru avoir il y a de ça un bon moment. Dans le fond, ils avaient fini par s’attacher à la présence de l’autre. « C’est pas ce que j’ai dit mais des amis j’en ai plein… Toi et moi, c’est autre chose. J’ai du mal à croire aux coïncidences, je pense que certaines choses nous dépassent, comme le fait que nos routes ne font que se croiser. » Quelques braises rougeâtres s’échappèrent dans le vide et à son tour elle se débarrassa de sa cigarette sans le quitter du regard. Elle ne savait pas où tout ça allait les mener, d’ailleurs sans doute l’alcool l’empêchait-il de penser clairement néanmoins l’attirance qu’elle éprouvait à son égard était indéniable. « Et alors ? Ce serait chiant si on était vraiment pareil non ? » En réalité, ils avaient plus en commun que chacun ne voulait l’admettre, mais ils n’avaient fait qu’effleurer la surface de leurs vies respectives en se provoquant mutuellement. « Pourquoi t’es là, pourquoi tu reviens toujours ? Donne-moi la vraie raison. » Poursuivit-elle en s’approchant de lui d’un pas souple tout en relevant le menton pour mieux le toiser car il la dépassait en taille. Elle avait évidemment son idée sur la question cependant elle désirait l’entendre de sa bouche pour confirmer son intuition.

_________________

it's a different kind of danger and my feet are spinning around, never knew I was a dancer 'till you showed me how.

Woody Hawkes

behind
messages : 430
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : -

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 1173
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Sam 7 Nov - 10:09
w/ @Aurora Pearson

Woody, fils unique, avait plus d’une fois donné des sueurs froides à ses parents. Les nuits en cellule de dégrisement, les côtes cassées, les provocations en cascade… Woody n’avait rien épargné au couple de boulangers et malgré sa trentaine, il ne semblait pas vouloir se calmer. Il semblait attendre l’évènement qui le bouclerait une bonne fois pour toutes derrière les barreaux, ou le déclic qui le convaincrait d’arrêter ses frasques. Toutefois ce soir-là, face à Aurora, ni l’un ni l’autre ne semblait d’actualité et la détermination de la jeune femme à le déchiffrer le laissa perplexe. « Tu as raison quand j’ai tord… Alors ‘souvent’ reste très relatif. » Un sourire fragile se crayonna sur ses lèvres tandis qu’il regarda avec malice le regard déterminé de la musicienne. Elle voulait le percer à jour, mais Woody n’était pas d’avis de lui laisser cette chance ce soir.
La cigarette éteinte fut le signe de la cassure dans leur discussion. Woody se renfrogna dans une contemplation intime, sujet à sa tourmente. A sa surprise, la jeune femme reprit la parole et tint à se rectifier. Elle ne diminuait pas leur relation, elle n’arrivait simplement pas à la classer. Woody accepta de la regarder de nouveau, au moment où il prit une profonde inspiration, comme si un poids se libérait de sa poitrine. « Tu crois ? » Ce manque de confiance en lui à cet instant tranchait avec l’assurance et le flegme qu’il dégageait d’ordinaire. C’était comme s’il redoutait d’être ignoré ou pire, oublié. La musicienne vint écraser sa cigarette et il laissa son regard vaguer sur son geste. Ensuite, aucun de ses mouvements ne lui échappa et il la contempla lorsqu’elle s’approcha de lui, assénant sa question comme une impasse. Il comprit à cet instant précis qu’il ne pourrait pas contourner, ou jouer la carte de l’ironie pour s’en sortir. Lorsqu’elle s’arrêta à sa hauteur, Woody écarta les épaules, signe qu’il était prêt à lui faire face. Il prit son temps pour réfléchir à sa réponse, un temps qui put paraître interminable, mais il finit par prendre la parole. « Peut-être que j’ai besoin de ton attention. » Il leva une main pour venir transgresser la distance qu’ils s’étaient toujours imposés et ses doigts s’attardèrent sur l’une des fleurs épinglées dans les cheveux d’Aurora. « C’est joli. » Un compliment, le premier sans doute à son adresse, qu’il n’essaya même pas de retenir. Son regard ne regarda que la fleur décorative, comme s’il n’osait pas croiser les yeux de la jeune femme.

_________________

❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

Aurora Pearson

behind
messages : 991
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © une mie.
multinicks : aneurin, citra, eliot, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : célibataire.
work : chanteuse d'un groupe de musique folk.
activities : écrire des chansons, faire peur à jürgen, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 1792
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/3 - free} : leslie, tony, juju & woody, woody.

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Mar 17 Nov - 20:56
Aux alentours, spectateurs, inconnus et membres du groupe discutaient autour d’un verre, en profitant des dernières heures précédant l’aurore. Rires étouffés et notes de mélodies lointaines ponctuaient ces divers échanges nocturnes, pourtant Aurora ne voyait et n’entendait que Woody. Celui-ci avait toute son attention et elle comprenait qu’elle l’avait vexé par ses mots maladroits alors elle fit de son mieux pour traduire le fil de sa pensée. Ce je ne sais quoi entre eux si difficile à décrire et néanmoins addictif méritait effectivement d’être réparé. Le garçon avait gagné son respect le jour où il avait été honnête à son égard en s’exprimant sans fioritures et elle estimait à présent devoir lui rendre la pareille pour jouer à armes égales. « Je ne crois pas, j’en suis certaine. Le soir où tu m’as abordé il y a plusieurs semaines pour me dire que je chantais mal (elle eut un petit rire), j’ai su que tu étais à part. En général les gens ne font pas ça, pas du tout même mais toi oui et ça m’a intrigué. Je n’ai pas arrêté d’y penser ensuite en me demandant si c’était de la pure provocation ou une simple constatation. » Dans un dernier souffle, elle termina sa cigarette, qu’elle vint écraser contre le mur. Elle avait longtemps repensé à sa réflexion et à sa moue dédaigneuse, cette façon qu’il avait eu de venir la trouver parmi les siens, insensible à l’euphorie contagieuse. Aussi simplement, l’avait-il déstabilisé. Ensuite, à chaque concert, elle l’avait cherché dans la foule, persuadée qu’il reviendrait la voir. Or son pressentiment s’était révélé juste car malgré les propos de son interlocuteur, elle avait bel et bien souvent raison. D’un pas félin elle combla la maigre distance pour lui montrer sa bonne volonté tandis que la question guère anodine filait de ses lèvres au carmin effacé. Immobiles dans le froid, ils restèrent là à s’observer dans un silence feutré qui voulait tout dire et son contraire. Quand enfin il répondit en alliant à ses paroles, un geste étonnamment intime pour ceux qui avaient jusque-là évité ce genre de proximité, elle frissonna. « Tu peux la garder en souvenir si tu veux. » Sa tête dodelina légèrement contre sa paume tiède et elle se redressa pour mieux capter son regard fuyant. C’était la première fois qu’il lui paraissait si vulnérable, quand d’ordinaire il n’hésitait pas à la rabrouer pour un tout et rien. Il était beau dans sa détresse, presque changé même si c’était les deux facettes de sa personnalité qu’elle appréciait. À son tour elle leva la main vers son visage abimé pour y dessiner du bout des doigts une cicatrice encore visible. Les rumeurs étaient donc vraies : il devait aimer se foutre dans des coups tordus. « Peut-être que j’aime avoir ton attention moi aussi. » La délicate menotte s’attarda encore un peu sur ses traits avant de terminer sa course sur son torse où elle se posa doucement. « Un jour j’écrirais quelque chose de bien, quelque chose de fort que je te chanterais juste à toi pour te prouver que tu as tort. » À nouveau, elle se surprit à sourire sans malice mais ne retira pas pour autant son emprise sur sa veste de peur de briser leur rapprochement soudain.

_________________

it's a different kind of danger and my feet are spinning around, never knew I was a dancer 'till you showed me how.

Woody Hawkes

behind
messages : 430
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : -

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 1173
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

make up your mind. Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. · Sam 28 Nov - 20:35
w/ @Aurora Pearson

L’aveu d’Aurora était étonnant, mais pas surprenant dans son contenu. Le boulanger mentirait s’il disait ne pas avoir soupçonné que ses critiques à son encontre l’avait distingué. Il avait été honnête avec elle, et ce soir encore lorsqu’il se permettait de juger les notes musicales de ses oeuvres. Cependant, ses critiques n’étaient pas destinées à la blesser - c’était plus subtile que ça. C’était un besoin viscéral qu’il avait de défendre ce qu’il estimait perfectible. « Je ne perds pas mon temps à critiquer si une part de moi considère qu’il n’y a pas de potentiel. » Son regard, perçant, ne cilla pas. Il tenait à ce qu’Aurora comprenne la finesse de sa réponse et surtout, ce que cela signifiait pour elle. Il pouvait la traiter de pire musicienne du monde, il le faisait parce qu’intimement, il savait qu’elle pouvait être la meilleure. Elle avait une aura et de la passion. Un cocktail explosif mais sur lequel, selon lui, elle ne devait pas se reposer. Puis, vint l’instant qui redistribua toutes les cartes. L’éloquence de leurs regards échangés était presque palpable et l’un comme l’autre s’y consacra pendant plusieurs secondes. Le geste de Woody amplifia leur connexion et le jeune homme sentit une chaleur grandir en son for intérieur que le froid d’automne ne réussit pas à apaiser. Ses mains devinrent moites et ses joues prirent une teinte rosée très significative. Aurora lui suggéra de garder la fleur, et il acquiesça doucement avant de décrocher la tige coincée dans une mèche de cheveux. Inutile de dire quoique ce soit, cette fleur dérobée resterait un caprice. Il la rangea donc soigneusement dans sa poche avant de sentir les doigts d’Aurora frôler sa joue, dessinant par-dessus ses cicatrices. Il n’était pas fier de ses balafres ; aussi, ce geste le mit mal à l’aise (du moins, il préféra mettre son malaise là-dessus plutôt que d’avouer que c’était Aurora qui lui faisait un tel effet). La main posée sur son torse finit de l’inquiéter. Si elle sentait son coeur battre la chamade, alors il était foutu. Ses mots eurent un effet assourdissant sur lui et son sourire enjôleur l’éblouit. Alors, son arrogance pointa son nez et il fit un pas en arrière. Lâche, il baissa la tête pour retrouver ses esprits avant de relever son visage, tout sourire perdu. Il plongea ses deux mains dans les poches de sa veste et vacilla sur place, à la fois étourdi et présomptueux. « T’es encore loin du compte, Pearson. » Il renifla bruyamment, retrouvant sa contenance maintenant qu’il était à bonne distance d’elle. « Mais j’attendrai ça. » Son regard, brillant, se posa une dernière fois sur elle et il se pinça les lèvres avant de lui adresser un dernier signe de la tête. Son être n’avait pas envie d’être ailleurs qu’à ses côtés, mais son esprit lui intima l’ordre de partir. Ses pas l’emmenèrent alors à plusieurs mètres d’Aurora, jusqu’à la ruelle voisine qui finirait par le conduire jusqu’à chez lui. Au fond de sa poche, sa main se referma sur la fleur délicate qu’il lui avait ôté.

sujet terminé

_________________

❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞
Contenu sponsorisé




behind
the mask

make up your mind. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: make up your mind. ·
 
make up your mind.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: