hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 you keep me coming for you


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World
Aller en bas 

Gabriela Ortega

messages : 1486
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @corpsie (av)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace
points : 1952
age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio & zander (have)

you keep me coming for you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· you keep me coming for you · Sam 10 Oct - 17:56
you keep me coming for ya
we danced for hours in the sand
tequila sunrise
her body fit right in my hands


@ZANDER BYRD — portland, october 9th (2020)

Gabriela aurait eu tendance à croire que Zander allait se défiler avec cette proposition de la rejoindre dans un bar à salsa, mais il avait accepté l'invitation. A vrai dire, ça faisait plusieurs fois qu'il allait à l'encontre de ses premières impressions, ou de ce qu'elle aurait imaginé au premier abord. Il ne cessait de la surprendre. Rien d'énorme, mais plein de petites choses additionnées les unes aux autres qui l'avait d'abord étonnée puis amusée. La brune avait toujours aimé qu'on puisse la surprendre, que rien ne soit acquis ou prévisible. Et si elle se doutait fortement qu'il ne changerait pas d'avis sur le fait de venir à l'Illunis -bien qu'elle l'ait proposé plus pour le taquiner qu'autre chose- elle avait d'abord pensé qu'elle recevrait un sms d'excuse ou quelque chose du style 'c'était sérieux ?'. Mais rien de tout ça. La portoricaine avait fixé une date, lui avait donné le lieu (sans lui tendre de piège) et il avait tout bonnement accepté. Et s'il avait hésité dans son coin, elle n'en savait rien. Elle s'était d'ailleurs demandé la raison qui le poussait à venir. L'envie d'apprendre la salsa ou de découvrir autre chose ? La fierté de ne pas revenir sur ce qu'il avait dit ? L'impressionner ? Aucune de ses hypothèses ne lui semblait complètement justes en ce qui concernait Zander.
Habillée avec une petite robe noire et des talons (ainsi qu'une petite veste tant le vent s'était levé ces derniers jours), la portoricaine était appuyée contre le mur, devant le bar. Un dernier coup d'oeil à son téléphone pour être certaine qu'il n'y avait aucune annulation de dernière minute et elle remet l'objet dans son petit sac. Au bout de quelques minutes, elle le voit, à la chercher du regard, alors elle s'approche, un léger sourire sur le coin des lèvres.
« Salut » elle reste face à lui, les lippes qui s'étirent un peu plus. « tu t'es pas dégonflé » elle ne cache pas son amusement, et hausse les épaules comme si ça allait conclure le sujet « ça me plait. On y va ? » un signe de tête en guise d'acquiescement et les deux s'aventurent déjà à l'intérieur où la musique a envahi les lieux. De la salsa dans les oreilles, des couples déjà en train de danser, et tout autant de personnes agglutinées au bar ou à quelques tables. Elle a sans doute besoin d'un verre avant de s'y mettre, juste pour être dans l'ambiance. C'était toujours sa façon de commencer la soirée : un verre de vin, quelques danses et un ou deux shots de tequila au milieu de la soirée. Elle n'était pas si certaine des shots pour ce soir, vu l'effet que ça avait eu sur Zander, mais ils improviseraient. « promis, je t'embête pas de suite. Tu bois quoi ? » demande-t-elle alors qu'à leur tour, ils rejoignaient le bar.

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

messages : 926
name : ndia
face + © : arthur gosse @all souls
multinicks : chani, justyn
points : 1870
age (birth) : 30 (31th oct.)
♡ status : single
work : cybersecurity expert
home : a boat @bay port

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) gabriela, jules, dora, gibi

you keep me coming for you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: you keep me coming for you · Mer 14 Oct - 13:47
Quelques jours auparavant, il a reçu une invitation pour une soirée sur Portland. Il n’a pas hésité pour y répondre positivement, malgré le doute qui pourrait naître en lui. Ne serait-il pas un convive trop à l’étroit dans un milieu qui n’est pas le sien ? Ne devrait-il pas décommander ? Trouver un faux prétexte pour échapper à cette soirée ? Il avait recherché sur internet l’adresse donnée par Gabriela Ortega. Il s’agit d’un bar à salsa. Quelle tenue porte les clients d’un bar à salsa ? Il n’est pas familier de ce genre de lieu. Il a été tenté d’écrire à sa bonne amie, Dora, qui, à coup sûr, aurait su lui livrer des conseils vestimentaires (ou le déguiser en danseur de salsa) mais ne l’a pas fait. Possiblement parce qu’il s’est dit qu’elle le presserait de questions, qu’elle lui offrirait des commentaires remplis de sous-entendus concernant cette invitation. Finalement, Zander a choisir un jean noir et un polo blanc pour sa tenue. Il ne dénoterait pas au milieu des autres hommes de cette soirée, qu’il se dit. Du moins, c’est ce qu’il espère en son for intérieur. Il a coiffé les boucles de ses cheveux, qu’il devrait envisager de couper c’est certain. Il inspecte rapidement sa silhouette dans le reflet du miroir. Il espère ne pas être ridicule – elle lui offrira probablement une remarque, il le sait déjà. Finalement, Zander prend la direction de son parking où il s’installe à la place du conducteur, il entre l’adresse où se tient sa soirée dans l’application gps de son téléphone. Il roule en direction de Portland.
Arrivé dans la grande ville, il parvient à se garer à quelques mètres du bar où Gabriela doit déjà l’attendre. Refermant la portière derrière lui, il cherche dans la poche arrière de son jean, un paquet de cigarettes où il en tire une qu’il porte à ses lèvres. Il profite de ce chemin à pied pour s’en griller une. C’est ce petit plaisir qu’il aime s’offrir, de temps en temps, venant casser l’image trop sérieuse que les autres peuvent avoir de lui. Il tire une dernière taffe, quand la silhouette de la portoricaine apparaît dans son champ de vision. Elle est là, à quelques pas de lui, devant la façade du bar. Elle est là, à quelques pas de lui, à l’attendre. Un sourire étire ses lèvres, quand il arrive à sa hauteur. Etirant son bras pour venir écraser sa cigarette dans le cendrier extérieur, son regard se pose sur le visage de la belle brune. Son repère dans cet endroit qui lui est inconnu, dans lequel il sera l’étranger. « Salut », qu’il répond, en écho aux paroles de Gabriela. Il sourcille légèrement devant son commentaire : il ne s’est pas dégonflé, ce qu’il lui plait. Il hoche de la tête, comme pour lui signifier qu’ils peuvent y aller. En réalité, en acceptant cette soirée, Zander ne sait pas dans quoi il vient de s’embarquer. Ce qu’il sait est qu’il ne peut plus faire marche à arrière – mais l’a-t-il envisagé ? Silencieusement, il la suit et pénètre à son tour dans l’endroit. La musique émane déjà des enceintes, certains s’offrent déjà quelques pas de danse sur la piste quand d’autres s’échauffent autour d’un verre. Les prunelles du californien sondent l’endroit, avant de se reposer sur la silhouette de Gabriela. « Promis ? Non, parce que je ne suis pas certain que tu vas tenir plus de cinq minutes... », souffle-t-il. Chassez le naturel et il revient au galop. Un rictus s’affiche sur son visage. « Hum, je prendrai une bière », annonce-t-il. « Et toi ? » Il imagine qu’elle prendra de la tequila, ou cocktail à base de tequila, comme si cette boisson était sa préférée. Leur boisson commandée, il lance la conversation, profitant alors qu’elle ne mette pas à l’oeuvre ses talents (inexistants) de danseur. « Alors, comme ça, c’est ici que tu viens quand tu as du temps libre ? ». C’est tout du moins ce qu’il comprend. Il se souvient qu’elle lui avait parlé de venir en ville, danser dans des bars à salsa, lors de ses soirées libre. « Tu es donc une habituée des lieux », commente-t-il.

@gabriela ortega

_________________
because the night
Without love we sleep,
with doubt the vicious circle turns a burns

Gabriela Ortega

messages : 1486
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @corpsie (av)
multinicks : ezra, madd, riley, jean & jace
points : 1952
age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : single af
work : waitress @mickey's dinner & receptionnist @camp tomahawk lake
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, making out with justyn, doing extras @ezio's stripclub...
home : a flat shared with her father -and teddy- in bridgewater way

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eddie, lottie, justyn, ezio & zander (have)

you keep me coming for you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: you keep me coming for you · Dim 18 Oct - 22:22
you keep me coming for ya
we danced for hours in the sand
tequila sunrise
her body fit right in my hands


@ZANDER BYRD — portland, october 9th (2020)

Gabriela n'avait pas oublié de l'inviter. Il s'était passé plusieurs semaines depuis leur petite escapade en bateau, mais elle n'avait pas oublié. Il y avait eu plusieurs jours de boulot, quelques soirées de repos, mais où elle a avait été bien plus fatiguée qu'elle ne l'avait imaginé. Alors ça ne s'était présenté que dernièrement et il ne manquait plus que Zander arrive, ce qui n'allait pas tarder. Jusque là, le brun avait été à l'heure à leurs petits rendez-vous -c'était même parfois elle qui était arrivée en retard.
Et il ne met pas plus de cinq minutes à arriver. La portoricaine a déjà un sourire sur les lippes.c'est qu'il est beau Zander, avec ses adorables fossettes et son regard azur, perçant. Ils pénètrent à l'intérieur de l'établissement et la musique les assaillent rapidement, tout autant que le brouhaha (quoique plus faible) des conversations autour. Elle hausse les épaules à sa réflexion, amusée. Effectivement, elle prenait régulièrement un malin plaisir à le titiller. « J'ai pas donner d'indication de temps », répond-elle, volontairement vague. Elle fait un bref signe de main au barman pour qu'il vienne un peu plus dans la direction. « Un verre de vin blanc » répond-elle, autant à Zander que pour commander auprès du barman, et ajoute une bière -blonde- pour Zander. Elle se retourne alors vers lui, appuyée contre le comptoir en attendant leurs boissons. « De temps en temps oui, mais pas toujours. Ça fait quand même un petit bout depuis Windmont Bay » elle essayait d'économiser l'essence de la voiture, et venir en bus l'emmerdait tout particulièrement. « Mais depuis que j'vis ici, ouais, j'ai commencé à prendre mes habitudes. Qui sait, peut-être que tu as te découvrir un talent pour la danse et que tu viendras aussi » le taquine-t-elle sans se cacher alors que leur commande arrive. La brune paie pour le tout et tend son verre à Zander. Doucement, elle fait teinter son verre contre le sien. « A la salsa ? » elle rit doucement et prend sa première gorgée. « allez, fais moi la liste de toutes tes expériences de danse, que j'évalue un peu ça. Même si c'est minime... Peu importe, ou si même c'était un autre style » elle était réellement curieuse, et puis tout le monde avait dansé au moins quelques fois. A des soirées plus jeunes, en petit comité ou en boite... Parfois pour des mariages, et pour d'autres, il y avait quelques surprises. Elle se souvenait d'un gars, l'ami d'un ami, mais d'un monde à l'opposé du sien, qui avait dû apprendre quelques danses de salon pour le country-club de ses géniteurs. L'horreur. Elle voyait déjà ce genre de lieu comme d'un ennui à mourir, mais avec une quelconque danse guindée plus encore. La plupart des gens qu'elle avait cotoyé en Californie était plus adeptes du hip hop, breakdance ou encore du dancehall plutôt que de ces 'trucs de blancs' comme ils les appelaient régulièrement. Elle prend une autre gorgée de son vin blanc, ses prunelles ébènes toujours fixées sur Zander.

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

messages : 926
name : ndia
face + © : arthur gosse @all souls
multinicks : chani, justyn
points : 1870
age (birth) : 30 (31th oct.)
♡ status : single
work : cybersecurity expert
home : a boat @bay port

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (open) gabriela, jules, dora, gibi

you keep me coming for you Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: you keep me coming for you · Lun 19 Oct - 11:55
Zander Byrd ne s’est pas à quoi s’attendre de cette soirée en compagnie de la belle Gabriela Ortega. Il n’a pas fait de plan sur les comètes et sait très bien qu’il ne se sera pas ériger au rang du meilleur partenaire de danse à l’issu de cette soirée dans ce bar de salsa. Mais, il semblerait que la belle donne le ton de la soirée : elle ne l’embêtera pas de tout de suite. Gabriela aime bien le taquiner et venir le titiller chaque fois un peu plus. Si, au début de leur relation, il ne savait pas sur quel pied danser face à ses taquineries à répétition, à présent, il les accepte et n’hésite pas à répliquer. Il a fini par se prendre à ce jeu plus naïf et enfantin que méchant. « Donc dans cinq minutes, tu commenceras... », qu’il réplique, quand elle lui annonce qu’elle ne lui a pas donné d’indication de temps. Il est évident qu’elle ne tiendra pas longtemps. Chassez le naturel et il revient au galop, vous savez. Tour à tour, ils déclinent ce qu’ils souhaitent boire en ce début de soirée. Il est certain que Gabriela choisira quelque chose qui contiendra de la tequila, parce que son esprit a fait l’association entre Gaby et la tequila – souvenir de cette soirée, probablement… « Du vin ? », répète-t-il, en ne pouvant pas cacher sa surprise. Il s’est trompé. Intérieurement, il se maudirait presque de ne pas avoir vu juste. Comme si quelque chose l’échappait encore chez elle. Son regard se pose sur ce visage aussi familier que devenu mystérieux à présent. Ses prunelles claires et lumineuses la sondent et sondent chacun de ses traits qui se dessinent sur son élégant minois. Gabriela est une belle femme. Elle le sait et elle sait très bien mettre en valeur cette beauté venue d’ailleurs. Alors, il profite de ne pas être interrompu encore par la venue du serveur pour discuter avec elle, pour la questionner. Ainsi, c’est ici qu’elle vient de temps en temps mais « oui, c’est vrai que ça fait un bout de puis Windmont Bay. Mais, tu sais ce que l’on dit ? Qu’on aime, on ne compte pas », cela vaut probablement aussi pour les kilomètres passés sur la route pour rejoindre ce que l’on aime (ou qui l’on aime). Un rictus se peint sur le visage du californien, venant creuser l’une de ses fossettes. Elle lui confie avoir pris ses habitudes dans cet endroit. Là où lui est un étranger, un inconnu, un paria dans un tel endroit. Il ne peut s’empêcher de lancer des regards autour d’eux, comme ayant cette mauvaise impression qu’il est jugé par les autres. « Oulah, je te trouve bien optimiste », plaisante-t-il, dans un éclat de rire, en reposant son attention sur la belle, qui se tient à ses côtés. Parce dans ce binôme des plus atypiques, elle est possiblement la plus optimiste des deux. Il n’ira pas prétendre qu’il se découvrira un talent pour la danse : tout simplement parce qu’il connaît ses compétences en la matière. Ils sont interrompus dans leur conversation par le retour du serveur, venant leur apporter leur boisson. Il se saisit de son verre qu’il lève à son tour pour venir l’entrechoquer avec celui de Gabriela. « A la salsa », répète-t-il, en grimaçant quelque peu. Il grimace parce qu’il s’imagine déjà sur la piste de danse se ridiculiser. Il boit une gorgée puis une seconde qu’il manque de recracher en l’écoutant parler. Elle veut qu’il lui fasse la liste de ses expériences de danse… « Euh... », il repose son verre, prêt à reprendre une gorgée pour ne pas répondre. « Je me suis essayé – enfin on m’a obligé – au slow, mais ça a probablement été l’une de mes pires expériences. Je crois que ça l’était encore plus pour ma partenaire de danse », confesse-t-il, en haussant légèrement les épaules. « Quand j’étais plus jeune, il y avait cette danse à la mode, la tektonik, je ne devais pas être si mauvais, je crois pour ça… mais autrement, je crois que je suis le pire danseur qu’il puisse exister dans l’Oregon et même aux Etats-Unis », avoue-t-il, en se pinçant les lèvres. « Je n’ai aucun rythme dans la peau, je ne suis pas très coordonné avec mes membres – c’est problématique, je pense –, ajouté cela, je suis très raide dans mes mouvements ». Il préfère lui faire l’état des lieux immédiatement plutôt qu’elle ne s’en rende compte une fois sur la piste. Peut-être exagère-t-il un peu trop ? Peut-être, oui. « Et maintenant, je suis sûr que tu regrettes de m’avoir invité », renchérit-il. Son regard croise celui de Gabriela.

@gabriela ortega

_________________
because the night
Without love we sleep,
with doubt the vicious circle turns a burns
Contenu sponsorisé




you keep me coming for you Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: you keep me coming for you ·
 
you keep me coming for you
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: