hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 fear, don't you find me now


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Ellicotts Mill
Aller en bas 

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· fear, don't you find me now · Dim 25 Oct - 22:29
fear, don't you find me now


31 octobre 2020


Faute de temps, tu sors de moins en moins. Et tu comptes bien sur Halloween pour remédier à ça. T’adore cette fête. En général, c’est plutôt soirée films d’horreurs mais là t’as envie de changer et t’amuser avec tes amis. Ce sera donc soirée Urbex costumée. Une sorte de contre-soirée face aux animations de la ville. Ton côté rebelle et solitaire qui te pousse à faire autre chose en plus petit comité. Une vieille dame que tu coiffais la dernière fois t’as raconté une terrible histoire qui se serait passé au moulin il y a des années de ça lorsqu’il était encore fonctionnel. Et il ne t’en a pas fallu plus pour soumettre l’idée à Aurora qui s’est empressée d’inviter également Jürgen du groupe de musique. Tu lui as dis que chacun peut convier qui bon lui semble. C’est ce que tu as fais de ton côté. A priori, Teodora vous rejoindra également au cours de la soirée. Mais pour l’instant, elle bosse encore si t’as bien compris. Chacun ses impératifs. Toi t’as fermé le salon assez tard et c’est d’ailleurs pour ça que tu ne t’es pas trop foulé sur ton costume. T’as emprunté plusieurs paires de ciseaux au salon et t’y as rajouté du faux sang. T’as également mis des gants, une grande veste noire ainsi que des vêtements sombre. Pas le temps d’appliquer du maquillage en revanche sur ton visage. Mais on peut dire que t’es une sorte de Jules aux mains d’argents. Ou alors un remake du barbier tueur en série Sweeny Todd. Au choix. T’as hâte de découvrir les tenues de tes compères. Vous vous êtes donnés rendez-vous à votre QG de musique qui se situe pas très loin du vieux moulin justement. Comme ça vous pourrez y aller à pied ensemble. – Hey hey hey ! – Tu les salues avec un hug l’un après l’autre avant d’examiner leurs tenues et te mettre à pouffer de rire. Surtout face à celle de Jürgen qui est hilarante ! – Mais… What the fuck ?! – Vous n’allez pas passer inaperçu ce soir. Au moins les éventuels retardataires n’auront pas de mal à vous trouver. Faut voir le côté positif. Tu te demandes quand même quelle mouche lui a piqué de se déguiser ainsi. Mais ça lui ressemble bien. – Vous êtes prêt ? – Tu fais mine de t’échauffer, très excité à l’idée d’aller explorer un lieu abandonné et ayant hâte de leur raconter l’histoire macabre en temps voulu. Au-delà de ça, tu sais que vous allez passer un bon moment et bien rigoler ensemble. Une bonne synergie se dégage de votre trio. – Quelqu’un a pensé à prendre une lampe torche ? – Tu demandes soudainement. T’as complètement zappé qu’il risque de faire totalement noir là-bas. Pourtant t’as pensé à prendre un briquet et du journal pour faire du feu. Mais avant, faudrait déjà que vous y voyez quelque chose. Au pire vous pourrez toujours utiliser le flash de vos téléphones mais peut-être qu’Aurora aura été plus prévoyante. C’est un peu la tête pensante du groupe après tout. – Ah et j’oubliais : pour se mettre dans le bain ! – Tu ouvres aussitôt ton sac à dos pour déballer une bouteille d’alcool remastérisée et la leur filer après en avoir bu une bonne gorgée. Un petit mélange à base de rhum. De quoi être totalement saoul en fin de soirée. Enfin s’il n’y avait que ça. T’as aussi une autre surprise un peu plus costaud pour plus tard quand vous serez sur place. D’ailleurs, il est grand temps de se rendre au vieux moulin pour démarrer l’exploration des lieux.



Dernière édition par Jules Mayden le Jeu 29 Oct - 23:22, édité 1 fois

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
fear, don't you find me now VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Lun 26 Oct - 16:04
Parmi la foule d'idées discutables que Jürgen avaient eues au cours de sa vie, se déguiser en saucisse pour Halloween atteignait le haut du panier avec brio. Seul son visage, ses bras et ses jambes à partir des genoux, dépassaient de ce costume ridicule, qu'il portait néanmoins avec fierté. Exit les sorciers, vampires et autres créatures flippantes vers lesquelles chacun se tournaient naturellement, lui avait préféré prendre le contre-pied en se déguisant ainsi. Aurora y était allée de son petit commentaire, pour autant le jeune homme avait gardé le cap. Ils devaient passer la soirée avec Jules, un membre intermittent de leur groupe de musique, et visiblement avec quelques autres personnes dont il n'avait pas capté - ou retenu - le nom. Bien que ravi de passer la soirée à faire la fête, Jürgen se tendit automatiquement à la vue de Jules, et plus encore lorsque celui-ci le serra dans ses bras. Il venait de se remémorer les sms d'Aurora et l'observa avec ses grands yeux ronds. « Je sais, je suis beau comme ça, » reprit-il, pas peu fier de montrer son costume, certes original mais pas pratique du tout pour réussir à se mouvoir correctement. « Enfin nan, mais presque quoi.. J'aime bien le tien d'ailleurs. » Il détailla le costume de son interlocuteur avec attention : il y avait de l'idée, il savait apprécier le clin d'oeil à son métier premier. « Moi pas, mais Aurora nous illumine toujours, ça devrait être suffisant niveau lampe torche. » déclara-t-il en clignant des paupières, tout en fixant la jeune femme. Un brin surjoué comme attitude, mais sa seule envie était de se décaler derrière elle pour créer un rempart humain entre lui et Jules. Ses sms avaient décidément fait beaucoup de dégât dans l'esprit de Jürgen qui appréhendait la soirée. Il n'était néanmoins prêt à en profiter, à s'amuser comme il se devait et Jules avait eu la brillante idée de ramener un peu d'alcool. Le regard du guitariste s'illumina aussitôt alors qu'il ne se fit pas prier pour saisir la bouteille et en boire deux bonnes gorgées avant de la tendre à Aurora. « Heureusement que t'as pensé au carburant. » Jürgen n'était pas d'une nature très brave et se lancer dans une exploration urbaine ne le mettait pas forcément à l'aise. Il n'en montrait rien, mais n'en menait pas large et espérait que cette pointe d'alcool suffirait à lui insuffler un tant soit peu de courage. Il était hors de question qu'une saucisse sur pattes déguerpisse de là en hurlant, sa seule image était en jeu. « C'est parti, » commença-t-il tout en leur emboitant le pas avec fierté. Une marche de quelques minutes serait amplement suffisante pour arriver à leur lieu d'exploration. « L'un d'entre vous à penser à prévenir quelqu'un ? C'est au cas où on termine éventré quelque part, je dis ça, je dis rien.. » Lui avait prévenu sa mère, un détail qu'il ne préciserait jamais à voix haute.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Aurora Pearson

behind
messages : 1185
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © lora; dripping alchemy.
multinicks : aneurin, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : compliqué, pas besoin de s'attarder sur le sujet.
work : (ex) chanteuse d'un groupe de musique folk (the velvet wizards).
activities : écrire des chansons, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac, passer du temps avec woody, marcher dans les bois, éviter de penser à jürgen.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 2262
moodboard :
fear, don't you find me now 8po4


the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : leslie, scar, woody.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Mar 27 Oct - 19:36
La période d’Halloween était parmi ses préférées depuis toujours, une occasion idéale d’embraser son véritable moi et devenir sorcière parmi les sorcières. Pourtant, contre toute attente, Aurora avait décidé de changer de thème en remisant au placard ses robes longues vaporeuses ainsi que son chapeau pointu. Elle avait besoin de changement, c’était ce qu’elle avait expliqué à sa sœur quand le fameux costume était arrivé par la poste. Un choix aux antipodes de ses habitudes mais qui restait toutefois fidèle au personnage. Hors de question pour elle de sortir en flacon de ketchup ou de mayonnaise pour être assortie à Jürgen, cette année chacun aurait son style et tant pis pour la coordination. Ainsi parée de sa tenue en vinyle rouge empruntée à un célèbre clip de Britney Spears, elle était partie rejoindre les autres au QG où ils répétaient, en promettant à Leslie de la retrouver plus tard. Celle-ci avait décliné son invitation pour voler de ses propres ailes en compagnie de ses amis. Aurora retrouva donc les garçons à la sortie de la ville, non loin du vieux moulin où ils étaient supposés se rendre ensuite. Elle avait cru comprendre qu’ils seraient plusieurs sans toutefois retenir l’ensemble des invités, mais pour l’heure ils n’étaient vraisemblablement pas arrivés. Qu’à cela ne tienne, trois c’était bien aussi.  « Hello ! Vous êtes mignons tous les deux. » Elle rendit son étreinte à leur hôte et déposa un baiser rapide sur la joue de Jürgen avant d’observer rapidement la petite troupe qu’ils formaient. Si elle ne pouvait qu’admirer l’idée de Jules, un clin d’œil subtile à sa profession, l’accoutrement de sa moitié arracha un rire moqueur à ses lèvres. « 10/10 pour toi Jules par contre Juju je ne sais pas si beau est le terme idéal mais au moins si on croise des fantômes, tu as tout d’un appât. » Elle haussa les épaules en le poussant légèrement et observa les lieux. On ne voyait presque rien hormis les réverbères de la ville au loin et quelques lumières dansantes parmi les arbres. Visiblement ils étaient nombreux à avoir la même idée en voulant tenter les esprits ou dieu sait quoi susceptible de se cacher dans les bois. « Et bien non même pas mais les téléphones devraient suffire ? » Elle n’avait même pas songé à ce genre de détails, elle était venue comme une voleuse avec le strict minimum en espérant que ses comparses feraient le nécessaire à sa place. Force était de constater qu’elle avait eu tort. À nouveau elle donna une petite claque sur le dos rembourré de la saucisse ambulante pour se venger de sa remarque faussement mièvre. « Tu as vraiment tout anticipé, l’homme parfait en quelque sorte. Tu prends note Jürgen j’éspère. » Ajouta-t-elle en hommage à Jules, qui, décidément était le cerveau de leur équipe tandis qu’ils s’échangeaient la bouteille entre eux pour en boire ou se donner du courage voir les deux à la fois. À présent revigoré, le trio emprunta le sentier qui faufilait en direction des pseudos ruines en amont qu’ils étaient supposés explorer. « Leslie sait et je suis sûre que tu as prévenu ta mère. » Au milieu, elle se retourna pour lui tirer la langue et fila devant en les dépassant pour combler les derniers mètres. Il y avait soudainement moins d’agitation dans le coin, ce qui était on ne peut plus propice aux rencontres étranges. Elle braqua aussitôt son téléphone vers les vieilles pierres en quête d’un signe. « Bon maintenant on est censé faire quoi ? Quelqu’un sait comment on s’y prend ? » Ils avaient tous vu des films d’horreur et connaissaient vaguement le principe mais en pratique par où devaient-ils commencer ? « Tiens Jules repasse un peu de carburant ça pourrait nous inspirer. » Enchaina-t-elle en tendant la main dans le vide tout en fixant les alentours avec perplexité. « Autant rentrer dedans non ? » Elle n’attendit même pas de réponse de leur part et s’engouffra vers l’accès le plus proche.

_________________
  
immortelle, assassine, te voilà sortie des flots; je ne pleure pas, je nage, dans le murmure des vagues.

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Jeu 29 Oct - 23:54


Les retrouvailles au QG de musique se font dans la joie et la bonne humeur avec Aurora & Jürgen. Vous y allez chacun de vos commentaires pour commenter vos costumes. Et on ne peut pas dire que le garçon qui se trouve à tes côtés passe inaperçu. Son choix est culotté mais c’est tout à son image. Un mec totalement décalé. – Ça donnerait presque envie de te croquer ! – Tu plaisantes en lui donnant un coup au niveau de l’épaule à mille lieux d’imaginer ce qu’il se trame dans ton dos. Toi, t’es dans ta bulle avec tes potes de musique. Tu kiffes sans te prendre la tête. – Merci les gars. – Cela te fait grave plaisir qu’on complimente ta tenue d’halloween. Elle n’est pas hyper recherchée quand t’y penses. Du moins tu ne t’es pas trop cassé la tête. Mais tant mieux si l’effet escompté plait. Et puis c’est vrai que c’est bien pensé en vu de ton métier. Si Jürgen avait suivi ta logique, tu pourrais en déduire qu’il serait boucher. Tu l’imagines un instant entrain de découper des saucisses avec un tablier et une toque blanche. Pas très glamour. Tu préfères la vision d’Aurora en tenue moulée rouge. Et ce, même si t’es gay. – T’aurais dû choisir la même combinaison en jaune avec un katana. Ça aurait fait Kill Bill. – Au moins, vous ne risquez pas de la perdre non plus avec cette couleur vive. Tu te demandes quand même ce qui l’a poussé à se déguiser en Britney Spears. Heureusement qu’elle n’est pas allée jusqu’au bout en se rasant la tête. Là, elle aurait vraiment fait flipper pour le coup. – J’espère que vous avez bien rechargé vos portables alors car si ils coupent, on est pas dans la merde. – Malheureusement, il n’y aura pas de lampe torche. Tu pourrais envoyer un message à Teo pour lui demander d’en apporter une mais tu doutes qu’il y en ait à l’appartement. C’est pas le genre d’objet dont on se sert tous les jours. Vous devrez donc vous contenter des flashs de vos téléphones. – Tout à fait ! – Tu détailles chaque mot avec malice après qu’elle t’aies désigné comme étant l’homme parfait. Bien entendu, tu ne le penses pas vraiment. T’as pleins de défauts. A commencer par un penchant un peu trop élevé pour l’alcool en soirée. Et ce n’est pas Agnes Baker qui dira le contraire. Même si contrairement a ce qu’elle peut dire, tu ne picoles pas au quotidien. Sinon tu serais déjà entrain de tituber en te rendant au lieu-dit. Mais non, pour l’instant, t’es juste complètement en joie et excité à l’idée d’explorer le vieux moulin avec les deux zigotos qui n’en mènent pas large. Ils en sont déjà à évoquer vos possibles disparations comme si un tueur en série traînait dans le coin. N’importe quoi. Aurora vous demande une fois arrivés ce que vous êtes censé faire. – J’sais pas, on explore les lieux et on voit si on trouve des trucs louches ? – Tu n’y crois pas tellement mais sait-on jamais. D’ailleurs, tu ne leur as pas encore raconté la fameuse histoire. Vaut peut-être mieux attendre pour ne pas les faire déguerpir sur le champ. Ils semblent déjà assez paniqués comme ça. Bonne idée que de les faire boire un peu plus pour les détendre. Et si ce n’est pas suffisant, tu sortiras l’artillerie lourde qui se trouve dans ton sac. – Vas-y on peut essayer. – Vous vous dirigez vers la porte d’entrée du moulin dans l'espoir d'y entrer mais évidemment, celle-ci est verrouillée. Va falloir être plus inventif. – Plan A, on fait le tour pour voir si y’a pas une autre entrée. Plan B, on essaye de grimper à la fenêtre pour rentrer. Plan C, on se sert du costume de saucisse de Jürgen pour faire bélier et défoncer la porte. – Bien entendu, il ne faut pas tenir compte de cette dernière option. Tu plaisantes évidemment. T’as un instant l’impression que vous figurez dans une page du fameux bouquin « le livre dont vous êtes le héros ». Manquerait plus qu’un tirage au sort pour décider pour vous.

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
fear, don't you find me now VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Ven 30 Oct - 15:30
@Aurora Pearson + @Jules Mayden
Son costume était évidemment source de moquerie et face à ses deux comparses, Jürgen prit une moue boudeuse. Il tenta de croiser les bras pour marquer son mécontentement, mais il semblait évident que l'action était trop compliquée à exécuter avec un costume aussi encombrant. Il se ridiculisa donc une nouvelle fois et pesta contre lui-même à voix basse. « Hein ? » lança-t-il, perdant au passage sa mine boudeuse pour un air interloqué face aux propos de Jules. « Non, non.. non. Non, non, non. » baragouina-t-il finalement en fixant Aurora, la suppliant de lui apporter son aide. Ce qu'elle ne ferait pas, il le savait pertinemment. Au lieu de ça, il s'éloigna encore un peu comme si de rien n'était. Jürgen était tout bonnement incapable de lui dire clairement ce qu'il avait en tête, préférant jouer l'autruche et passer pour l'idiot de service dont le comportement devenait douteux. Au pire, il mettrait ça sur le compte de l'alcool. « J'ai mon téléphone chargé comme il faut quelque part dans mon costume, faudra m'aider à le chercher. » Il n'avait pas accès aux mini poches présentes sur le côté et espérait donc voir Aurora lui porter secours. Une affaire qu'ils règleraient plus tard. « N'importe quoi, tu sais pas de quoi tu parles ! » s'offusqua-t-il sur le trajet, alors qu'une nouvelle fois, Aurora l'affichait. Elle prenait un mâlin plaisir en ce sens et Jürgen en profita pour jeter un regard penaud à son ami Jules. Il laissa ses deux compères passer devant et tenter d'elucider le mystère d'une exploration, alors qu'il se dandinait d'un pied à l'autre sur place. Son aide ne serait d'aucune d'utilité, il s'agissait d'une première pour lui et il n'avait aucune idée de la marche à suivre, il savait simplement qu'un retour en arrière était toujours envisageable et souhaité (dans son cas). « Comment ça, on se sert de mon costume ? » Il sortit de ses rêveries en faisant les gros yeux à l'attention de Jules, alors qu'il tendit le bras pour obtenir la bouteille d'alcool et en descendre une sacrée gorgée. « Laissez mon costume de saucisse tranquille ! » reprit-il en les pointant du doigt tous les deux, avant de continuer à boire. « Plan D, vous me laissez faire ! » Il fourra la bouteille dans les mains de Jules, poussa Aurora sur le côté et fit quelques pas en arrière pour se positionner correctement. Il flanqua un immense coup de pied dans la porte, cherchant à la faire céder : après tout, le lieu était plutôt vieux, il n'y avait pas de raison pour qu'il échoue. Après trois tentatives, cette dernière était toujours bloquée et Jürgen ruminait face à son échec. « Plan B du coup. Je propose qu'Aurora grimpe par la fenêtre, on peut lui faire la courte échelle si tu veux ? Une fois dedans elle pourra nous ouvrir. » Il se positionna sans même attendre une confirmation de ses deux acolytes.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Aurora Pearson

behind
messages : 1185
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © lora; dripping alchemy.
multinicks : aneurin, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : compliqué, pas besoin de s'attarder sur le sujet.
work : (ex) chanteuse d'un groupe de musique folk (the velvet wizards).
activities : écrire des chansons, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac, passer du temps avec woody, marcher dans les bois, éviter de penser à jürgen.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 2262
moodboard :
fear, don't you find me now 8po4


the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : leslie, scar, woody.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Lun 2 Nov - 20:35
Après un échange de politesses et de petites plaisanteries, le drôle de trio pas du tout raccord avait fini par se mettre en chemin pour rejoindre le moulin. Une affaire de quelques minutes à peine car le QG était à seulement deux pas. Les vieilles ruines d’ordinaire inoffensives prenaient ce soir une tournure plus effrayante, alors que leurs contours se devinaient à travers les arbres. Aurora passa en tête avec Jules sur ses talons, les deux visiblement surexcités à l’idée de se retrouver nez à nez avec une présence mystérieuse. Pour autant, si elle avait à son actif plusieurs films d’horreur dans son répertoire cinématographique, elle ne savait pas vraiment par où commencer. D’ordinaire ce genre de choses vous tombait dessus tout à fait par hasard, à moins peut être de forcer le destin, raison pour laquelle elle suggéra rapidement de rentrer dans le bâtiment après avoir bu une gorgée d’alcool. Fidèle à elle-même, Aurora n’avait pas peur de foncer dans le tas, au diable les conséquences. « Okay ça me va, enfin tout dépends ce que tu entends par louche car je vois déjà des préservatifs usagés là dans un coin. » Elle fronça le nez de dégout et contourna le coin suspect près du muret où certains avaient pris du bon temps et scruta la porte close. Nombreux devaient être ceux qui les avaient précédés puisque celle-ci était couverte de marques en tout genre. « On n’est pas les seuls à avoir essayé. » Lâcha-t-elle en effleurant pensivement les stries dans le bois auxquelles se mêlaient des mots d’adolescents à la prose limitée. « Ou alors c’est la chose à l’intérieur qui a gratté. » Elle haussa mollement les épaules puis jeta un coup d’œil autour afin de trouver une seconde entrée, en vain : l’unique accès était là. Pensive, Aurora écouta Jules énumérer les différentes options pendant que Jurgen rêvassait paresseusement à des kilomètres de là. « Moi j’aimais bien ce plan C, tu risques rien en plus c’est tout rembourré ton costume. » Tout le contraire du sien qui ne cessait pas de couiner dans un drôle de bruit à chaque fois qu’elle bougeait un peu trop. La piste ne fut toutefois pas retenue et Jurgen les poussa pour tenter sa chance à son tour. Or après plusieurs tentatives à frapper dans le vide, ce qui ne manqua pas de la faire rigoler – il y avait de quoi se moquer face à une saucisse sautillante – il rendit les armes visiblement épuisé. Elle se félicita intérieurement d’avoir réussi à capter l’instant sur son téléphone n’en déplaisait à sa batterie faiblissante. « T’es sur tu ne veux pas retenter encore une fois ? » Abandonnant ses moqueries, elle s’appuya finalement sur lui – très vite rejoint par Jules - pour monter à la fenêtre comme cela avait été suggéré. « Heureusement que je suis là. » Dans un crissement de latex, elle parvint (au bout de plusieurs tentatives) avec tant de bien que de mal à se hisser vers la fenêtre au verre brisé où elle se faufila en s’arrachant un bout de manche. À l’intérieur, elle toussota à cause de la poussière et chercha ses repères dans la pénombre. Il n’y avait personne, c’était déjà ça. À tâtons, elle se dirigea vers la porte et batailla avec la serrure en ronchonnant. « C’est bon ! » Elle donna un coup pour les laisser entrer tandis qu’elle récupérait son portable pour passer en mode torche. « Quelqu’un connait l’histoire de cet endroit ? » Elle avança en scrutant les murs où de longues toiles d’araignées s’étiraient et recouvraient de vieux tags. « Il y a un truc qui bouge là-bas. » Elle braqua le faisceau sur un tas de fringues déchirées, son cœur battant à tout rompre.

_________________
  
immortelle, assassine, te voilà sortie des flots; je ne pleure pas, je nage, dans le murmure des vagues.

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Mer 4 Nov - 21:18


L’exploration du vieux moulin se poursuit dans la pénombre. Pas d’éclairage public par ici. Vous vous contentez des flashs de vos portables. C’est suffisant. Peut-être que vous auriez dû alterner pour ne pas que vous vous retrouviez à cours de batterie même si celle de Jürgen est apparemment pleine. Impossible de savoir combien de temps vous allez rester sur place. C’est pas un endroit franchement accueillant de nuit. Peut-être que le jour, le moulin a son charme mais là, c’est assez glauque. Et encore plus lorsqu’Aurora découvre des préservatifs usagés en guise de cadavre. T’y jettes un coup d’œil avant de faire la moue. – Ça me viendrait pas à l’idée de faire des choses par ici. – Tu déclares à la blonde avant de jeter un vif regard en direction de l’autre homme en retrait. Loin de te douter de sa perception des choses et qu’il puisse s’imaginer que tu as des vues sur lui. Tu te demandes comment des gens peuvent avoir envie de s’envoyer en l’air dans un endroit aussi sinistre. Ce n’est certainement pas un lieu qui te plairait. Déjà que tu n’es pas pleinement à l’aise à l’idée de découvrir ce qu’il a d’autres à cacher. Mais tu gardes la face car c’est toi qui les as traînés par ici. C’est pour ça que tu leur proposes différentes options afin d’entrer dans le moulin. Évidemment, vous pouvez rayer l’option A car il n’y a pas d’autre issue. Cela aurait été beaucoup plus simple. Le plan C quant à lui aura le mérite de faire rire la blonde. Mais le principal concerné s’offusque. Pas question de toucher à sa saucisse. Ou du moins à son costume. Au moins, ça aura eu le mérite de le réveiller et qu’il tente quelque chose. Tu l’observes, bras croisés, tenter en vain de défoncer la porte alors que ta camarade filme carrément ce moment épique. Un fin rictus moqueur se dessine sur ta frimousse alors que le plan B est finalement envisagé. Il propose de faire grimper Aurora à la fenêtre. Il vous suffit de lui faire la courte-échelle. – Ça marche. – Cela te semble être une bien meilleure idée. Tu ne voudrais pas que ton camarade se casse quelque chose. La demoiselle semble plus dégourdie. D’ailleurs, elle ne se fait pas prier pour grimper et se hisser à l’intérieur du moulin avec votre aide. Parfait. – J’espère qu’elle pourra ressortir maintenant. – Tu déclares au musicien en espérant que vous pourrez la retrouver saine et sauve et que vous ne soyez pas contraint de l’abandonner à tout jamais dans le vieux moulin. Cela serait sacrément embêtant. Heureusement, sa voix se veut rassurante. Tout va bien. Et mieux encore, elle parvient à ouvrir la porte par l’intérieur. Génial ! – Le jour où je dois faire un braquage de banque, je t’embauche direct. – Elle peut être fière de ce qu’elle vient de faire. Une vraie Cat’s Eyes. Maintenant, c’est à ton tour de jouer. Ou du moins, de leur raconter l’histoire des lieux. Tu ne sais pas vraiment si c’est le moment. Ils risquent de s’enfuir en courant en l’apprenant. Mais bon, t’as pas trop le choix. Histoire de te donner du courage, tu ressors la bouteille de ton sac pour prendre une nouvelle gorgée avant de la faire passer. Tu t’empares alors de la lampe torche pour l’approcher de ton visage afin de raconter l’histoire. – A ce qu’il paraît, un jour le moulin à prit feu. Sûrement un incendie volontaire. La meunière travaillait en haut. Et… elle était prisonnière. Il y avait des flammes de partout à l’intérieur. Sa seule échappatoire était de sauter par la fenêtre du dernier étage. Et c’est ce qu’elle a fait. Mais avec la hauteur, bien entendu, elle n’a pas survécu. Morte défenestrée et son corps a fini par brûler dans les flammes. – Tu baisses alors la tête avant de reprendre une dernière fois la parole. – Les rumeurs racontent que son esprit roderait dans les parages, et qu’elle chercherait à se venger et se faire justice. – Bien entendu, ce passage est totalement faux et tu le rajoutes histoire de faire flipper pour de bon tes camarades de galère. Tu ne sais même pas si cette histoire est réelle. C’est une vieille dame qui te l’a raconté au salon pendant que tu la coiffais. – Sûrement un rat. – Tu déclares de manière plutôt rationnelle quand Aurora annonce qu’un truc vient de bouger. Elle éclaire un tas de fringues brûlés ou du moins ce qu’il en reste. – Jürgen, tu vas vérifier ? – Tu demandes alors que t’es déjà entrain de rouler un joint histoire de leur faire avaler la pilule. Tu n’es pas totalement rassuré par la situation mais tu essayes de ne pas le montrer une fois de plus.

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
fear, don't you find me now VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Dim 8 Nov - 13:50
Il regrettait de plus en plus de s'être pointé dans cet environnement qui n'était pas fait pour lui. Jürgen appréciait Halloween, mais uniquement les souvenirs qui se rattachaient à son enfance et à la recherche spécifique de bonbons, ou à ses soirées costumées et alcoolisées entre amis. Le grand frisson n'était pas pour lui et il se nota mentalement d'organiser les festivités de l'année prochaine. Il n'était pas rassuré de se trouver au vieux moulin, sa mine renfrognée en était le premier témoin alors qu'il scrutait les lieux tel un gosse paumé. Il voulait en finir au plus vite, mais sa vaine tentative n'avait rien donné. Heureusement, la Britney Spears low cost de Windmont Bay avait eu plus de succès que lui en se faufilant par une fenêtre. « Qu'est-ce qu'on ferait sans elle... C'est plus Catwoman que Britney. » déclara-t-il en jetant un coup d'oeil à Jules, oubliant un instant les paroles d'Aurora. Il réajusta son costume qui remontait à chaque fois puis lui emboita le pas afin d'entrer dans le vieux moulin. L'endroit était poussiéreux et sombre et Jürgen resta bêtement dans l'encablure de la porte - au cas où. Toujours aussi peu rassuré, il écouta le récit de son ami et se décomposa sur place au fur et à mesure. La bouteille tournait toujours et le guitariste l'attrapa au passage. Ce ne fut pas une gorgée ou deux qu'il descendit, mais le triple : la sensation du liquide qui se diffusait dans son système avait quelque chose de léger et de rassurant, en plus de lui fournir un semblant de courage. « Mais pourquoi tu nous as raconté ça ? » Le nous n'était peut-être pas à employer, Aurora était plutôt friande de ce genre de choses. « Vous croyez vraiment qu'elle rôde dans les parages ? » Son regard penaud parcourut la pièce alors qu'il s'agrippa de plus belle à la bouteille. « Mais pourquoi moi ? Je suis fragile. » Il maugréa mais s'exécuta dans la foulée en abandonnant sa bouteille à l'un de ses compères. Ne parvenant toujours pas à mettre la main sur son téléphone, Jürgen s'empara de la lampe torche de Jules pour se diriger vers le tas de fringues. Son coeur battait la chamade et il suppliait quiconque voudrait bien entendre ses supplications de tomber nez à nez avec un rat. Son pied tritura le tas au sol et une boule de poil détala avec vivacité alors que le jeune homme retint un autre couinement de surprise. « Putain oui c'était qu'un rat ! » Ses épaules s'affaissèrent mollement, un certain soulagement se fit sentir, alors qu'il effectua quelques pas en arrière. Son regard fut attiré par une porte entre ouverte à quelques mètres et Jürgen fronça les sourcils. « Il vient ce joint ? Parce que je crois qu'on va en avoir besoin. » Sa peur disparut subitement, remplacée par la curiosité d'un morceau de tissu virevoltant. « Eh vous avez vu ça, c'est bizarre vous trouvez pas ? » Un autre bruit strident se fit entendre à l'étage et Jürgen déglutit dans la foulée. Ses doigts se crispèrent sur sa lampe alors qu'il avança petit à petit pour découvrir ce que cette porte et ce bout de tissus cachaient. Il repoussa doucement le battant et aperçut un semblant de silhouette qui lui arracha un hurlement digne d'un film d'horreur. Sa peur le força à faire marche arrière alors qu'il se prit les pieds dans le tas de fringues. La lampe torche valdingua contre un mur, laissant une partie de la pièce dans le noir, et Jürgen s'écrasa lourdement au sol. La dite silhouette n'était peut-être qu'une projection de son esprit ou un mauvais jeu de lumière, mais il était persuadé que la meunière n'était pas loin.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Aurora Pearson

behind
messages : 1185
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © lora; dripping alchemy.
multinicks : aneurin, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : compliqué, pas besoin de s'attarder sur le sujet.
work : (ex) chanteuse d'un groupe de musique folk (the velvet wizards).
activities : écrire des chansons, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac, passer du temps avec woody, marcher dans les bois, éviter de penser à jürgen.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 2262
moodboard :
fear, don't you find me now 8po4


the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : leslie, scar, woody.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Lun 16 Nov - 20:19
À présent dans le bâtiment en ruines grâce à sa divine intervention, Aurora regrettait de ne pas les avoir fait patienter plus longtemps dehors. Elle avait effectivement raté une occasion de titiller un peu Jürgen en le laissant seul en la compagnie de Jules. Malheureusement il était trop tard pour regretter son choix précipité car il était temps de passer à l’exploration des lieux lugubres. Le trio n’était sans doute pas le premier à tenter sa chance, néanmoins l’amas de poussière un peu partout autour d’eux présageait que peu de monde était venu récemment. Son téléphone à la main, Aurora balaya les murs d’un halo blanc à la recherche d’un je ne sais quoi de surnaturel. Les films d’horreur commençaient toujours à cet instant précis, quand les protagonistes un brin naïfs et éméchés pénétraient un lieu propice à l’action. A l’instar de ses acolytes, elle prit une gorgée d’alcool plus pour se réchauffer que se rassurer de quoi que ce soit. Il y avait peu de choses susceptibles de l’effrayer, même si elle devait admettre que Jules n’avait pas son pareil pour raconter des histoires. « Mais je croyais que les flammes étaient dedans ? Comment elle a pu brûler si elle était dehors ? » Loin de se laisser impressionner contrairement à Jürgen qui semblait sur le point de défaillir, Aurora insistait sur des détails qui lui paraissaient incohérents. À son humble avis, la meunière ne devait pas être une simple meunière comme cela avait été raconté mais surement une sorcière qu’on avait jugé bon exorciser par le feu. Un truc de ce gout-là. « Bien sûr et je suis sûre que elle adore les garçons. » Elle appuya cependant les dires de Jules, histoire de faire peur Jürgen à qui elle donna un léger coup de coude. « Les garçons comme toi je veux dire, blonds aux yeux bleus. » Fière de son petit commentaire, elle les abandonna pour continuer ses recherches avant de tomber sur le fameux tas de fringue qui paraissait bouger qu’elle leur signala aussitôt. Après un tour rapide des volontaires – inexistants – la pauvre saucisse fut désignée pour aller jeter un coup d’œil. « Ah nul. » Ponctua-t-elle en voyant le rat s’échapper des guenilles pour aller dieu sait où, peut être vers cet endroit que fixait Jürgen d’un drôle d’air. « Vu quoi ? » Elle fronça les sourcils, incapable de voir à plus de deux mètres à cause de la pénombre. Malgré tout, à force de concentration, elle distingua enfin la seconde porte où s’était dirigé son ami, visiblement poussé par un élan de curiosité soudain. Au même moment quelque part à l’étage, un bruit sourd les fit tous sursauter. Était-ce quelqu’un qui les rejoignait ou une présence étrangère qu’on avait malencontreusement réveillée en profanant son refuge ? Elle n’eut pas le loisir d’y réfléchir davantage puisque Jürgen – apeuré par on ne sait quoi - venait de rebrousser chemin dans leur direction. Une fuite qui se solda par une chute digne de ce nom à leurs pieds et qui lui arracha un rire étouffé. « Qu’est ce qu’il y avait là-dedans ? On ne voyait rien d’ici… » Demanda-t-elle en essayant de l’aider à remonter du mieux qu’elle pouvait, ce qui était cocasse à cause du costume trop rembourré qui ne faisait que glisser entre ses doigts. Une fois qu’il fut debout elle le relâcha pour aller récupérer la lampe dont la lumière oscillait à cause du choc. Elle la tapota légèrement et après deux clignements, celle-ci rendit l’âme. « Bon et bien rip la torche, on a plus que nos téléphones. » À nouveau, elle crut entendre le raclement au-dessus de leur tête et leva le menton, sinon intriguée, perplexe. « Dépêchons nous d’avancer, je crois que notre présence dérange la propriétaire des lieux. » Sans les attendre pour ne pas changer, elle s’engouffra derrière la porte que Jurgen avait poussé précédemment et qui paraissait vide, si ce n’était qu’elle éprouvait une sensation  inconfortable. « Ok c’est bizarre. » L’atmosphère s’était refroidit en l’espace d’une seconde et elle était persuadée qu’on épiait le moindre de leurs mouvements.

_________________
  
immortelle, assassine, te voilà sortie des flots; je ne pleure pas, je nage, dans le murmure des vagues.

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Jeu 26 Nov - 1:22



Une fois la porte du moulin ouverte, tu te précipites pour rejoindre Aurora, alias Catwoman même si elle est effectivement déguisée en Britney Spears. Elle a bien géré pour le coup et heureusement qu’elle est là. Tu jettes un regard derrière toi afin de vérifier que Jürgen ne reste pas coincé dans la porte avec son costume imposant de saucisse. Visiblement, il arrive à passer. Le fait que tu aies ressorti la bouteille d’alcool l’aide à franchir le pas. Heureusement que tu n’as pas raconté ton histoire avant sans quoi il serait sûrement resté dehors à vous attendre. Aurora quant à elle semble assez septique, ce que tu peux comprendre. – Bah les flammes se sont propagés dehors aussi je crois. – T’en sais trop rien. C’est ce que tu imagines. T’es pas spécialiste en la matière. Si ça se trouve, tout ça c’est faux et on t’a raconté des salades. T’en sais rien. Libre à eux d’y croire ou non. Toi tu trouves que ça tient la route. Et Jürgen semble assez terrifié. Il aurait préféré que tu ne racontes rien. Mais en même temps, se faire peur c’est un peu inconsciemment le but de votre soirée aussi. D’ailleurs, tu n’hésites pas à en rajouter une couche et Aurora s’amuse à effrayer un peu plus ton camarade de soirée. – Il est protégé avec son costume. Je suis sûr qu’elle a peur des saucisses. – T’essaye de détendre un peu l’atmosphère en racontant n’importe quoi. Tu sens qu’il est à deux doigts de se faire pipi dessus. Pour autant, tu le désignes pour aller vérifier ce qui bouge dans la pièce. Tu estimes que c’est à son tour d’agir maintenant. Tu ris lorsqu’il se déclare comme étant fragile. Pour autant, t’apprécies qu’il prenne son courage à deux mains pour aller voir ce qui se passe. Il s’agissait bien d’un rat. Ça te soulage un peu. T’es pas hyper serein même si tu ne le montres pas. T’espère que le joint que tu prépares vous aidera à vous détendre. Mais pas le temps de l’allumer que le garçon suscite votre attention car il aurait vu quelque chose de bizarre. Ah?! La blonde lui demande ce qu’il a vu. Sa réponse se fait interrompre par un bruit étrange qui vous fait tous sursauter. Tu es aussitôt à l’affût, cherchant une réponse auprès de la blonde qui ne semble pas comprendre ce qu’il se passe non plus. S’ensuit la chute de Jürgen et le fait que vous vous retrouviez à moitié plongé dans le noir. – Ça va ? – Tu te précipites vers le garçon pour l’aider à se relever. Tu tends ta main en sa direction ne sachant pas s’il la verra ou non. C’est qu’il fait assez sombre là du coup. Oh et tu te rends comptes que t’as fais tomber ton joint quelques part dans le feu de l’action. – Et merde, j’ai perdu Marie-Jeanne. – Ce n’est qu’un détail après tout. Pas sûr qu’ils aient encore envie de fumer là. Ils préféreront autant être dans un état clean pour prendre la poudre d’escampette s’il se passe quoi que ce soit d’autre de louche. En attendant, tu sors ton tel de ta poche pour activer le flash. Vous entendez alors à nouveau un son étrange au-dessus de vous. – Teo c’est toi ? – Tu demandes innocemment supposant que ça pourrait être ta colocataire qui vous ait rejoint ou qui chercherait à vous faire une blague. Sauf que tu n’as pas de réponse en retour. Tu suis le mouvement en avançant derrière tes camarades. Une atmosphère étrange mélangé au silence et au lieu sombre s’en dégage. Un frisson t’envahis. C’est comme si tu ressentais une présence parmi vous. Aurora semble avoir la même sensation. – Ok les gars, je sais pas vous mais moi je me casse. C’est vraiment trop glauque. – Tu fais alors marche arrière direction la porte du moulin pour en sortir en espérant que tes camarades te suivent. Vous avez atteint votre quotat de frayeur pour la soirée. Tant pis si l’exploration des lieux est écourtée. Toi qui pensait te poser ensuite devant le moulin autour d’un feu de camp, là t’es plutôt chaud pour rentrer au QG et finir la soirée dans la joie et la bonne humeur là-bas.


Dernière édition par Jules Mayden le Lun 30 Nov - 19:05, édité 1 fois

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
fear, don't you find me now VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Sam 28 Nov - 20:07
Aurora n'était pas facilement impressionnable et semblait questionner lourdement le récit de Jules, qui lui rétorqua de façon assez vague. Jürgen, quant à lui, gobait absolument tout et n'était pas rassuré par ce lieu et par l'histoire qui en découlait. Son instinct de survie s'était activé depuis son arrivée dans le vieux moulin et son regard parcourait toujours la pièce avec vivacité. Le musicien laissa ces deux-là à leur discussion et se contenta d'une grimace à chacun lorsqu'ils se moquèrent de lui. Oui, il flippait facilement. Oui, il serait certainement le premier à finir en plat du jour pour le fantôme qui habitait dans le coin. Même lui savait qu'il était la gourde qui trépasserait la première dans un film d'horreur de seconde zone. Jürgen était ainsi fait, il n'y pouvait rien. Actuellement, coincé dans son trou, il fut aidé par ses deux acolytes et se rattrapa comme il put en tâtonnant dans le noir, avant de sentir la main tendue par Jules. « Merci pour ce sauvetage, oui je vais bien. » déclara-t-il une fois remis sur pieds, tout en replaçant son costume qui avait vrillé dans tous les sens. « Eh merde, j'ai fait un trou dans ma saucisse ! » La déception dans le son de sa voix était palpable, elle le fut tout autant par la suite. « T'as perdu le joint !? Nan mais.. pas ça ! » Comment allaient-ils survivre à leur soirée sans ce petit coup de pouce ? Jürgen soupira, aurait bien tenté une recherche sur le sol poussiéreux mais la lampe torche était HS et le téléphone aussi - sauf celui de Jules, et le sien, toujours introuvable. Aurora était déjà partie à la découverte de la pièce adjacente et Jürgen ne tenta guère de la suivre puisque son attention était toujours happée par les grincements du premier étage. Jules cherchait une explication adéquate mais personne ne répondit à sa question. Jürgen finit par souffler tout en se rapprochant de ses deux compères qui ressentaient une atmosphère étrange. Il crut sentir cette dernière s'insinuer dans chaques pores de sa peau alors qu'un long frisson parcourut son échine et le laissa blême. « Je crois qu'il a raison, on se casse. » confia-t-il en attrapant la main d'Aurora. Il n'avait aucune envie de la laisser là, même si elle était la plus courageuse du trio, et l'attira derrière lui alors qu'il emboita le pas de Jules. « Enfin, attends, » Il agrippa de sa main libre l'épaule de barbier pour le forcer à s'arrêter et resserra l'étreinte de son autre main sur Aurora. « On est venu jusqu'ici, on devrait finir ? Au moins visiter le premier ? Même si on fait ça vite fait, au moins on l'aura fait ? » Il s'étonnait lui-même d'une pareille proposition mais étrangement, le sentiment d'inachevé l'embêtait plus que de raison. Jürgen était certes un être assez peu courageux lorsqu'il s'agissait des festivités d'Halloween, sa curiosité maladive prenait tout de même le dessus sur sa peur (ou était-ce l'alcool qui commençait à faire effet sur son organisme). Il esquissa alors son plus beau sourire, le plus convaincant surtout, même si aucuns d'eux ne devaient clairement l'apercevoir. « Allez, on boit quelques coups et on termine ça. En plus on peut pas partir sans Marie-Jeanne, on doit la retrouver, » L'envie de fumer un petit joint était bien ancrée elle aussi. « Si quelqu'un veut bien récupérer mon téléphone dans mon costume, il est au fond d'une poche sur le côté, mais je crois qu'elle a un trou donc il faut fouiller.. »

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Aurora Pearson

behind
messages : 1185
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © lora; dripping alchemy.
multinicks : aneurin, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : compliqué, pas besoin de s'attarder sur le sujet.
work : (ex) chanteuse d'un groupe de musique folk (the velvet wizards).
activities : écrire des chansons, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac, passer du temps avec woody, marcher dans les bois, éviter de penser à jürgen.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 2262
moodboard :
fear, don't you find me now 8po4


the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : leslie, scar, woody.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Mar 8 Déc - 21:47
L’histoire que leur avait servi Jules la rendait dubitative à cause de ses incohérences, pourtant quand elle avait entendu les bruits à l’étage, elle s’était mise à y croire à son tour. Il y avait bel et bien quelque chose ou quelqu’un avec eux dans cet endroit et pour preuve, Jurgen venait d’en tomber à la renverse. Or d’ordinaire, si peu impressionnable, Aurora reconnaissait que cette soirée prenait une tournure intéressante. Finalement, les forces du paranormal étaient bel et bien à l’œuvre ici, et un frisson d’excitation remonta le long de son dos. Ils s’empressèrent ensuite de porter secours à la saucisse malmenée qui gisait sur le sol, puis ils scrutèrent les alentours avec vif intérêt, leurs sens en alerte. « On s’en fout du joint, concentrez-vous un peu. » Il y eut de nouveau du remue-ménage au-dessus de leurs têtes et loin d’être échaudée, Aurora s’aventura dans la pièce voisine, celle-là même ou Jurgen était persuadé avoir fait une étrange rencontre. Le silence pour unique accueil, elle fut aussitôt happée par une drôle de sensation alors que les deux trouillards la rejoignaient. Ils n’étaient pas seuls c’était évident, car le peu qu’ils avaient bu précédemment ne pouvait pas les faire halluciner à ce point. Elle souffla tout doucement dans la pénombre, attentive aux moindres mouvements étrangers mais celui ou celle qui les accompagnait dans l’ombre, refusait de montrer son visage. L’atmosphère se fit de plus en plus poisseuse mais elle ne bougea pas tandis que Jules faisait piteusement marche arrière. Le comble, quand c’était lui qui les avait ramenés ici dans le but de les effrayer ; à présent il se retrouvait pris à son propre piège. « Non attends… » Elle voulut retenir Jürgen à ses côtés cependant il fut plus rapide. Main dans la main, ils retournèrent vers l’entrée où leur ami s’était réfugié. Quel gâchis songea-t-elle intérieurement, si près du but et ils battaient déjà en retraite comme des enfants. « Moi ça me va, c’est vous qui flippez pour rien. En plus je suis passée par le haut pour rentrer et je n’ai rien vu mais bon on sait jamais. » Elle haussa mollement les épaules en jetant un coup d’œil au plafond. Dans la précipitation, peut-être avait-elle manqué un indice sur la propriétaire des lieux qui hantait soit disant les murs. « Où est la bouteille ? » Elle se détacha de Jurgen pour subtiliser la boisson et en avala une lampée avant de la faire tourner. « Je suis sûre que Jules se fera un plaisir de t’aider avec ça. » Un petit sourire amusé glissa sur ses traits et elle sorti son propre téléphone pour allumer la lampe torche qu’elle braqua sur eux. « Attention de ne pas fouiller trop loin. . » Qu’elle rajouta volontairement pour les titiller, puis elle leur tourna le dos pour amorcer les marches de l’escalier. Depuis qu’ils avaient fait marche arrière, elle n’avait plus entendu le moindre bruit, à croire que l’inconnu s’était volatilisé aussi soudainement qu’il était apparu. « Bon vous arrêtez de vous tripoter et vous venez ou quoi ??? » Voyant qu’ils tardaient à la rejoindre, elle se pencha sur le palier pour les interpeller dans un petit rire. Après quoi, elle balaya la pièce d’un faisceau lumineux ; vieux papiers, mégots et canettes de bières. Il n’y avait rien d’extraordinaire même s’il lui semblait que la chaise bancale avait changé d’endroit suite à son premier passage. Il y avait des traces sur le sol, ses pas évidement et des stries dans la poussière. Était-ce à cause du vent qui s’engouffrait par la fenêtre entrouverte ? Ça lui paraissait peu probable mais c’était l’unique explication qui lui venait à l’esprit. « Je crois qu’on lui a fait peur. » Lâcha-t-elle dans un soupir blasé en s’accoudant au rebord pour profiter un instant de la nuit étoilée.

_________________
  
immortelle, assassine, te voilà sortie des flots; je ne pleure pas, je nage, dans le murmure des vagues.

Teodora Akkermann

behind
messages : 570
face + © : Magdalena Zalejska (av. COSMIC LIGHT - sign. diatypose - icons. doom days)
multinicks : -

age (birth) : Vingt-sept ans (19.11.1993)
♡ status : Célibataire, le cœur qui traîne par terre
work : Serveuse au Saddle Peak Lodge
activities : Photographe et dessinatrice à ses heures perdues
home : Crescent Lane
points : 968
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (fr) Koa - Jules - Chani, Scar, en attente (0/3)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Mar 15 Déc - 1:36
FEAR, DON’T YOU FIND ME NOW


31 octobre 2020
Halloween est une fête qui ne t’a jamais vraiment intéressée bien que tu sois installée aux Etats-Unis depuis longtemps. Peut-être trop renfermée sur toi-même pour réellement comprendre l’intérêt de cet événement tant apprécié. Et pourtant, tu as accepté l’invitation de ton colocataire, le prévenant que tu arriveras bien plus tard, le boulot passant en premier. Est-ce que cela va te faire bizarre de passer un peu de temps avec lui ? Oui. Car même si vous serez accompagnez d’amis à lui, tu sais déjà que le malaise sera présent. Depuis que ton second métier a été dévoilé, ta relation avec ton colocataire est quelque peu différente, vous vous êtes distancés, sans doute parce que le jeune homme a encore besoin de temps pour avaler la pilule. Cependant cette invitation est sans doute une main tendue pour renouer ces quelques liens perdus. Ne souhaitant pas être plus en retard que tu ne l’es déjà, tu décides de te changer au restaurant, usant de l’aide de ta collègue pour enfiler cette robe blanche qui te donne des allures de chamane sataniste. Trouvée en friperie, tu t’es dit qu’elle ferait l’affaire pour cette nuit blanche lugubre.
Pas de message à Jules pour signaler ton arrivée. Lui faire la surprise quitte à faire flipper tout le monde, voilà ton idée. Autant jouer des rumeurs de ce vieux moulin. Armée de ton téléphone en guise de lampe torche, tu t’avances dans le chemin, galérant presque à chaque mouvement, maudissant un peu la robe que tu portes. Puis tu découvres ce lieu qui offre une toute autre atmosphère quand la nuit prend possession du ciel. Tu guettes alors chaque bruit que le petit groupe pourrait faire tout en te mettant à la recherche d’une entrée. Passer à travers les murs n’est pas dans tes cordes, t’as beau ressembler à un fantôme, tu n’es quand même pas un. Soupir qui s’échappe de tes lèvres et tu continues de faire le tour, jusqu’à tomber sur la porte principale. Tu esquisses un sourire en découvrant qu’elle est ouverte. "Ils ont dû passer par là." que tu te dis au fond de toi-même. Tu crois même les entendre. Tu décides alors de ne pas t’engouffrer à l’intérieur, attendant de voir ce qu’il s’y passe. De ce que tu comprends, ils n’ont pas l’air très rassuré. Il ne te reste plus qu’à mettre ton plan à exécution.
Jules pourra peut-être reconnaitre ta voix mais tu t’en fiches. Tu prends une grande inspiration et te voilà à murmurer en Estonien, ta langue maternelle, donnant l’impression de réciter un rite qui pourrait invoquer n’importe quel esprit. Est-ce que le petit groupe va mordre à l’hameçon ? Telle est la question. Tu t’approches un peu plus de l’entrée pour qu’ils t’entendent vraiment, cherchant même à faire un peu de bruit en marchant pour réellement signaler la présence d’une folle alliée.
 


Hors rp:
 

_________________

I wish all my weaknesses could be hidden
I grew a flower that can’t be bloomed
in a dream that can’t come true

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Ven 18 Déc - 0:08


La situation avec tes acolytes d’Halloween est autant comique que flippante. Des choses étranges se passent dans le moulin et t’as beau essayer de te dire que c’est le fruit de ton imagination mais rien n’y fait. Tes camarades sont tout autant flippés que toi. Surtout Jürgen. Il en tombe à la renverse. Et tu lui viens à la rescousse. Il te redonne aussitôt le sourire lorsqu’il déclare avoir fait un trou dans sa saucisse ou tout du moins dans son costume. – Promis, c’est pas moi qui ai croqué dedans ! – Tu ne retiens pas tes rires et ça permet de détendre un moment la situation. Aurora ira peut-être encore s’imaginer des choses entre toi et le jeune homme mais tant pis. Tu veux juste penser à autre chose de plus joyeux. Mais ton sourire disparaît vite lorsque tu t’aperçois que tu as perdu ton joint. Et impossible de le retrouver. Si Jürgen ne cache pas sa déception, Aurora, elle, reste rationnelle et vous ramène presque à la raison en vous indiquant que ce joint n’est pas votre priorité et qu’il vaut mieux que vous vous concentriez sur votre exploration des lieux. Tu hoches la tête en guise de réponse, arrêtant tes recherches pour te redresser et les suivre doucement. Mais l’atmosphère devient tellement pesante et glauque que tu finis par faire marche arrière et vouloir t’échapper de ce lieu hanté. Sauf que tes camarades te rattrape. C’est vrai que c’est toi qui les as foutu dans ce bourbier et qu’il serait culotté que tu les plantes maintenant. Autant finir ce que vous aviez commencé. Le courage du musicien t’étonne et tu te dis qu’il n’a pas tord. – D’accord. – Tu souffles, leur donnant raison. Puis l’argument de la blonde n’est pas bête. Elle n’a rien vu de spécial tout à l’heure. Peut-être que le fruit de vos imaginations ou vos peurs respectives vous joue des tours. Il doit bien y avoir des explications rationnelles même si clairement, là, tu ne les comprends pas. – Dans mon sac. – Qui traîne pas loin. Elle n’a qu’à se servir. Et vous boirez après elle en espérant qu’elle n’ait pas fini la bouteille telle une ivrogne. Rien de moins sûr. Jürgen arrive en tous cas à trouver les bons mots pour te rassurer. Et puis il n’a pas tord concernant le joint. – J’espère que la meunière s’appelait pas Marie-Jeanne. Sinon elle va croire qu’on la cherche. – Tu balances en ricanant bêtement. Faut croire que l’alcool commence à bien faire effet sur toi également. Tu racontes n’importe quoi. T’entends ensuite juju demander de l’aide pour son téléphone et roro te désigner comme chevalier servant. Tu la fusilles du regard lorsqu’elle y va de son commentaire, commençant à voir clair dans son petit jeu. Elle croit que t’es à fond sur lui et cherche à te caser avec. Tu fais genre tu l’entends pas et vient en aide au garçon, galérant assez à retrouver son portable dans sa poche – La prochaine fois tu mettras le costume de Borat, ça sera plus simple à retrouver. – Tu déclares, ne te rendant pas compte que ça pourrait être mal interprété. Bien entendu, s’il portait un tel costume, tu n’irait pas fouiller pour trouver son portable. Sans quoi tu toucherais sa.. Ouais, Aurora a raison, il est temps de la rejoindre à l’étage. Mais avant, tu retrouves grâce aux flashs de vos téléphones le cannabis roulé quelques minutes plus tôt. – Ah bah voilà ! – Tu l’essuies un peu avant de la mettre sur ta bouche et sortir le briquet de ta poche pour l’allumer tout en empruntant les marches de l’escalier pour vous retrouver à fumer tous les trois à la fenêtre de l’étage dans une atmosphère plus détendue. – Ouais sûrement, c’est peut-être le feu de mon briquet qui l’a fait fuir ? – Simple supposition. Le point faible de l’esprit du moulin doit être le feu puisqu’elle est morte ainsi. Ou presque. Peu importe. Les minutes défilent au gré du joint qui se consume à travers vos bouches. La situation s'est apaisée. Vous planez tous les trois tranquillement en observant les étoiles à travers l’ouverture de la fenêtre. Mais d’un coup, vous entendez quelque chose en bas. La voix d’une femme parlant à toute vitesse dans une langue étrangère. Tes mains serrent aussitôt les poignées de tes deux acolytes et ton regard en dit long. T’as vraiment peur là. – Putain c’est quoi ça ?! – Là pour le coup ce n’est pas une hallucination. La meunière est là. T’en es convaincu. Et ce n’est pas toi qui ira l’affronter. T’es déjà prêt à t’évader par la fenêtre s’il le faut, quitte à te casser une jambe.

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
fear, don't you find me now VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Sam 26 Déc - 10:25
Cette soirée d'Halloween prenait une tournure encore plus étrange, maintenant que Jules l'aidait à chercher son téléphone. Jürgen se crispa instantanément et jeta un regard noir à Aurora qui ne cessait de le tourmenter avec cette histoire. Il se nota mentalement de lui rendre la monnaie de sa pièce dès que possible. « Merci pour ton aide, au moins je sais que je peux compter sur toi. » Il esquissa un grand sourire à l'attention de son acolyte et se contenta d'un regard outré à Aurora, qu'il suivit en compagnie de Jules vers ce fameux étage à visiter. Par chance, il n'y avait rien et Jürgen se détendit devant ce constat avant de chaparder le joint retrouvé. La situation devenait plus calme, loin du tumulte d'Halloween, ne manquait qu'un bon canapé, un peu de musique et une bonne bière pour chacun et le moment aurait été parfait. « Ou la tronche enfarinée d'Aurora, moi aussi je me serais barrée en la voyant. » persiffla-t-il dans un haussement d'épaules, avant de feindre un sourire amusé. Il donna ensuite un coup de coude à Jules afin de lui rendre son joint et profita à son tour de la vue dégagée sur un ciel particulièrement étoilé. Songeur, Jürgen se laissa porter par l'instant alors qu'un blabla incompréhensible parvint à lui. Il fronça les sourcils, se demandant si cette voix était dans sa tête ou si ses deux compères la captait également. La réaction de Jules confirma qu'il n'hallucinait pas, alors qu'il sentit un frisson lui parcourir l'échine. « C'est une blague, quelqu'un nous fait une blague ? C'est bon, arrête Aurora, tu soules à la fin ! » lança-t-il en se penchant pour mieux l'observer. Sa bouche était scellée et les formulations étranges continuaient pourtant de s'élever. Il se décomposa littéralement sur place, blémit au passage et sentit ses jambes se dérober sous lui. La voix avait quelque chose de poétique mais la langue utilisée était incompréhensible, ce qui accentuait la peur qui s'insinuait dans chacun de ses pores. Les films d'épouvante regorgeaient de scène comme celles-ci et il était hors de question qu'ils finissent égorger dans ce vieux moulin. « On se casse, allez on se casse, bougez-vous ! » souffla-t-il en leur emboitant le pas, alors qu'il dévala les escaliers. Il rata la dernière marche, faillait s'écraser au sol - encore une fois - à cause de ce fichu costume qui n'était pas pratique, et se nota de prendre en compte les dires de Jules : l'année prochaine, celui de Borat serait parfait. Jürgen fila vers l'entrée, suivit par ses compères, mais fit volte face à une silhouette fantomatique. Un putain s'échappa de ses lèvres alors qu'il fut cloué sur place par cette vision. Etait-ce Marie-Jeanne, la meunière décédée, venue se venger des petits curieux qui trainaient dans les parages ? Jürgen n'hésita pas longtemps, il prit son courage à deux mains, saisit le bras de Jules avec fermeté et le balança de toute ses forces sur la dite silhouette. Qu'y avait-il à faire hormis sacrifier l'un de ses camarades ? Mieux valait Jules qu'Aurora, il avait plus besoin d'une chanteuse que d'un barbier, ainsi ils auraient au moins le temps de filer rapidement pendant que son ami connaîtrait une fin, certes atroce, mais saluée et remerciée pour la survie du groupe. Une chanson lui serait dédicacée d'ici quelques années, une fois que leur notoriété aurait pris de l'ampleur et, qui savait, peut-être que cette sombre soirée serait un tremplin vers la gloire ? Son esprit divaguait un peu trop loin, heureusement son instinct de survie reprit rapidement le dessus. « Vite, bouge, on y va Aur.. » Il stoppa la fin de sa phrase, puisque le choc entre Jules et la silhouette semblait plus vrai que nature, finalement.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Aurora Pearson

behind
messages : 1185
name : castiells @ marido.
face + © : anya taylor-joy ; © lora; dripping alchemy.
multinicks : aneurin, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 27 ans, 15 novembre.
♡ status : compliqué, pas besoin de s'attarder sur le sujet.
work : (ex) chanteuse d'un groupe de musique folk (the velvet wizards).
activities : écrire des chansons, rêvasser, tenter le diable, jouer du piano, se baigner au lac, passer du temps avec woody, marcher dans les bois, éviter de penser à jürgen.
home : en colocation avec sa soeur leslie.
points : 2262
moodboard :
fear, don't you find me now 8po4


the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : leslie, scar, woody.

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Lun 4 Jan - 19:37
À l’étage, elle attendait les garçons en cherchant une preuve ou un signe quelconque d’une présence mystique. Hormis la fameuse chaise qui paraissait avoir changé de place, ils étaient vraisemblablement seuls et victimes de leur imagination débordante. Faute de trouver quoi que ce soit, la drôle d’équipe s’installa à la fenêtre pour fumer le fameux joint qu’on venait de récupérer. « Je t’ai entendu idiot. » Elle donna une légère tape sur l’épaule de Jürgen et observa à son tour dans la contemplation des étoiles au loin. L’atmosphère s’était considérablement apaisée depuis leur dernière frayeur alors que chacun ruminait ses propres pensées. Sans doute, l’instant aurait-il pu durer davantage s’ils n’avaient pas été surpris par un drôle de bruit. Non, pas un bruit mais des paroles dans une langue étrange, du genre diabolique. « C’est pas moi !! » Se défendit-elle aussitôt en prêtant attention à ce qui se passait sous leurs pieds alors que le son paraissait plus fort à chaque seconde. « Quelqu’un comprends ce que ça raconte ? » Pour sa part, elle était complètement larguée, et contre toute attente, elle commençait presque à avoir peur. Le comble pour celle qui avait été la plus courageuse du groupe jusqu’à présent. Ni une ni deux, elle suivit ses comparses dans les escaliers pour se diriger droit dans la gueule du loup à l’instar des héros de films d’horreurs. Manquant de justesse de s’écraser contre la saucisse maladroite, elle se rattrapa en s'appuyant sur le mur pour aviser une silhouette spectrale dans l’entrée. Était-elle victime d’hallucinations ou bien y avait-il quelqu’un juste là, entre eux et la sortie ? Le temps que l’information remonte à son cerveau ramolli par leurs consommations nocturnes, ce fut un Jürgen téméraire qui prit les devant. Elle le sentit d’abord prendre sa main avant de voir ce pauvre Jules qu’on balançait contre le fantôme... qui n’en était pas un. En effet il y avait eu un boum au combien réel quand les corps s’étaient heurtés, ce qui excluait toute possibilité de surnaturel. L’adrénaline retomba immédiatement comme un soufflé. « Regarde, elle est vivante. Rien de bizarre là-dedans à part peut-être ce qu’elle a raconté tout à l’heure. » Elle la désigna du menton en tirant son acolyte par le bras pour le ramener à ses côtés. « T’es qui toi ? » L’interrogea-t-elle d’un air suspicieux, en cherchant un signe familier sur ses traits : en vain, elle ne lui disait strictement rien, exactement comme son charabia précédent. Était-elle une touriste paumée ? Ou une actrice payée pour leur ficher une trouille bleue ? Qu’importe, ça avait failli fonctionner, surtout sur les zigotos qui l’avaient accompagné dans ce moulin la tête pleine d’histoires grotesques. Force était de constater qu’avec un patrimoine génétique comme le sien, il fallait en faire des tonnes pour lui arracher ne serait-ce qu’un frisson apeuré. Pourtant, on en était pas passé loin mais l’enchantement s’était brisé aussi rapidement qu’il était apparu. « Bon c’était bien sympa tout ça mais moi je me casse, j’en ai marre de trainer ici. Je retourne dans le centre-ville. Ju tu viens ou tu restes avec ton ami et heu cette fille ? » Sans attendre sa réponse, elle passa à côté de l’inconnue et fila sur le petit sentier qu’ils avaient emprunté précédemment. Elle avait promis à Leslie de la retrouver et c'était précisément le moment idéal afin de terminer cette soirée d’halloween en beauté.

_________________
  
immortelle, assassine, te voilà sortie des flots; je ne pleure pas, je nage, dans le murmure des vagues.

If you can dream it, you can do it.

Jules Mayden

behind
messages : 1192
name : vodka paradise
face + © : devin j.
multinicks : aaron, gabriel, evelyn

age (birth) : 25 ans, 12/09/1995
♡ status : single
work : barbier & tatoueur
points : 1949
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (✓)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Lun 11 Jan - 19:21


Il est clair que ce costume de saucisse n’est pas des plus pratiques et qu’il faudra que Jürgen songe à autre chose de moins handicapant l’an prochain, même si dans le fond ça lui va bien comme déguisement. En attendant, t’es à nouveau là pour l’aider tandis qu’Aurora joue les Dora l’exploratrice en tenue de Britney. – Toujours, voyons ! – Tu rétorques au blond d’un air un peu moqueur tout en faisant le fayot auprès de lui et en adressant une petite grimace à Aurora qui vous observe du coin de l’œil, loin de te douter de ce qu’elle peut penser et ce qu’elle a pu lui dire à ton sujet. En attendant, il est temps de se poser un peu et surtout de fumer ce fameux joint que vous avez perdu quelques instants plus tôt. Vous voilà évoquant le fantôme de la meunière et émettre des théories, parfois plus fumeuses que d’autres. Tu ne manques d’ailleurs pas de rire avant que la blonde ne reprenne le garçon. Un moment de pure détente qui ne dure pas bien longtemps puisqu’une voix étrange surgit à travers le moulin. Effrayé, tu tentes de comprendre ce qu’il se passe tout comme tes camarades qui s’accusent déjà de faire une farce. – Non c’est pas elle, ça vient d’en bas. – Tu réponds au garçon tout en disculpant la chanteuse qui n’y est pour rien. A moins que ce ne soit un coup monté mais tu en doutes un peu vu l’ampleur de la chose. D’ailleurs, le guitariste vous ordonne de partir du moulin au plus vite. Il n’a pas tord. Il serait temps de se casser. Tu dévales alors les escaliers à toute vitesse, ne remarquant même pas la presque chute de ton compère, pour te retrouver non loin d’une dame blanche. Ton visage devient pâle. Livide même. La théorie de la meunière se confirme. C’est bien la première fois que tu vois un fantôme. A moins que.. Boum. Tu sens ton corps propulsé contre celui du spectre qui n’en est finalement pas un. Il s’agit d’un être vivant que en plus de ça tu connais très bien. – Teo ?! – Tu n’as pas d’autre réaction face à elle. Tu n’y avais même pas pensé alors que tu l’avais évoqué un peu plus tôt lorsqu’il se passait déjà des choses bizarre mais qu’elle n’était pas encore arrivé au moulin. Sur le coup, tu ne comprends plus rien. Tout ça était une farce ? Ça se pourrait bien. – Putain je te déteste ! J’ai bien cru qu’on était dans un remake de film d’horreur là. – Ton cœur reprend peu à peu son rythme normal. T’aurais pu faire une crise cardiaque. Ou te pisser dessus. Tu vérifies d’ailleurs discrètement que ce n’est pas le cas mais heureusement, tu peux garder un tant soit peu ta dignité. – C’est ma coloc’, Teodora. – Tu précises rapidement auprès de la blonde qui n’a visiblement pas apprécié la blague de ton amie. Tu attends vivement les explications de cette dernière. Ou des excuses. Car elle vous as franchement foutu les jetons. – Et toi la grosse saucisse là, t’étais prêt à me sacrifier ?! – Tu fusilles du regard Jürgen en espérant qu’il s’en veuille un peu de son attitude de lâche. La prochaine fois qu’il aura un problème, tu ne seras plus là pour lui prêter main forte. Tant pis pour lui. Tu continuerais bien la soirée dans la joie et la bonne humeur mais visiblement Britney en a décidé autrement. La farce n’était pas du goût de toute le monde. C’est dommage car t’aurais bien aimé leur faire découvrir Teodora. Mais ça te semble compromis. – Bon bah à plus tard les gars. – Tu déclares n’attendant même pas que Jürgen donne son verdict, te doutant d’ores et déjà qu’il suivrait les traces de sa prêtresse. Quant à toi, tu te tournes vers la tienne, oubliant toutes les tensions précédentes entre vous. – On fait quoi nous ? Tu veux qu’on reste ? J’ai plus de tise et on a fini tu-sais-quoi. – Autrement dit, t’es chaud pour rentrer à l’appart. T’en as assez du moulin et de ses mystères. Tu finiras la soirée avec Teodora autour d'un bon vieux film d'halloween si le cœur lui en dit.

Teodora Akkermann

behind
messages : 570
face + © : Magdalena Zalejska (av. COSMIC LIGHT - sign. diatypose - icons. doom days)
multinicks : -

age (birth) : Vingt-sept ans (19.11.1993)
♡ status : Célibataire, le cœur qui traîne par terre
work : Serveuse au Saddle Peak Lodge
activities : Photographe et dessinatrice à ses heures perdues
home : Crescent Lane
points : 968
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (fr) Koa - Jules - Chani, Scar, en attente (0/3)

fear, don't you find me now Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now · Dim 24 Jan - 1:24
FEAR, DON’T YOU FIND ME NOW


31 octobre 2020
Peu fière de ta connerie, tu attends sagement que la petite troupe te rejoigne. Connaissant Jules, il doit être mort de peur. Le pauvre. Il va te détester à coup sûr. Tu continues ta supercherie, prenant ton rôle au sérieux. Mais ton jeu d’acteur se termine lorsqu’on te bouscule. Tu reconnais alors ton colocataire. Visage légèrement livide. Tu en as peut-être trop fait. Ce n’est pas grave, tu sauras te faire pardonner quand vous serez rentrés à l’appart. "Hahaha eh oui, c’est bien moi !" Tu lèves les yeux au ciel, trouvant que ton colocataire en fait un peu trop. Ah moins que tu n’aies vraiment abusé. "Tu vas quand même pas me faire croire que tu penses que les fantômes existent ?" C’est tellement insensé pour toi, ce genre de choses. Tu lui lances un petit sourire réconfortant alors qu’il te présente aux autres. Signe de la main, Enchantée dis-tu. Tout de suite, les regards se posent sur toi. Leur faire peur n’était sans doute pas extra pour cette première rencontre avec les amis de Jules. La demoiselle qui les accompagne reste froide à ton égard, te faisant penser qu’elle n’a pas d’humour. Tu ne répliques donc pas, ne souhaitant pas envenimer les choses. C’est que du fake, les gars respirez un bon coup que tu penses tout de même. "Désolée si je vous ai fait peur. Je trouvais ça drôle comme connerie." Tu pourrais te taire là-dessus mais non, préférant préciser qu’il s’agissait de ta langue maternelle. "C’était de l’Estonien pour votre gouverne. Je récitais simplement un poème pour enfants." Qu’ils te croient ou non, tu t’en moques littéralement. Les explications s’arrêtent là. La pilule ne passe pas. Tu te retiens de soupirer face au comportement de la princesse, qui s’élance déjà sur le chemin du retour, suivit de près par le dernier de la bande, déguisé en saucisse. Tu aurais pu râler pour le manque de politesse mais ton colocataire attirant ton attention, tu mets ton mauvais caractère de côté et lui réponds "On se rentre. J’ai la dalle, je t’avoue." Vous n’avez plus rien à faire ici de toute manière. Halloween, c’est fini.


FIN

_________________

I wish all my weaknesses could be hidden
I grew a flower that can’t be bloomed
in a dream that can’t come true
Contenu sponsorisé




behind
the mask

fear, don't you find me now Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: fear, don't you find me now ·
 
fear, don't you find me now
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Ellicotts Mill-
Sauter vers: