hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 We take care of our own (or not)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way
Aller en bas 

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
We take care of our own (or not) VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· We take care of our own (or not) · Sam 14 Nov - 21:25
Il appuyait frénétiquement sur le bouton de la radio afin de trouver un semblant de chaine intéressante, mais rien ne réussissait à le contenter. Jürgen pestait depuis plusieurs minutes : envers les programmateurs, envers les gens sur la route, envers lui-même pour ne pas être capable d'entendre sa propre musique dans ses haut-parleurs. Sa conduite, déjà hasardeuse de manière générale, s'empirait de minute en minute, alors qu'il avait toujours le nez vissé partout, sauf devant lui. Les prémices d'une bonne chanson arrivèrent, alors qu'il afficha un sourire satisfait tout en reposant son regard au loin. Il poussa subitement un hurlement qui couvrit le son des basses, alors qu'il effectua une embardée pour éviter la silhouette qui tentait de traverser. A quelques centimètres près, Jürgen faillit percuter un individu qu'il ne reconnut pas sur l'instant, et atterrit d'une roue sur le trottoir dans un crissement strident. Son rythme cardiaque s'était accéléré dans l'instant et les mains fermement accrochées sur son volant, il observa la silhouette qui faillit perdre la vie. Forcé d'assumer sa bourde, il n'eut d'autre choix que de sortir de là en cherchant à prendre connaissance de l'état de santé de sa presque victime. « Ca va madame ? » Sa crinière brillante de princesse et sa dégaine filiforme mirent le doute à Jürgen qui estima qu'il s'agissait d'une femme. L'adrénaline qui faisait battre son coeur ainsi que la confusion devaient aussi avoir leur part de responsabilité dans ce mauvais constat. « Monsieur. » corrigea-t-il subitement en comprenant son erreur de jugement. Il haussa bêtement les épaules puis afficha son sourire le plus mignonnet afin d'esquiver une future remarque. Son visage se raidit pourtant à la découverte de son interlocuteur, le boulanger le plus mal embouché de la ville, l'être qui en plus de n'avoir aucun goût musical, ne possédait pas une ouïe particulièrement fine. Woody - critique d'accordéon professionnel - Hawkes. « Ah.. c'est toi. » lança-t-il en soupirant et en croisant les bras sur son torse. Il ne connaissait pas très bien cet être, il savait simplement qu'aucune bonne fée ne s'était arrêtée au dessus de son berceau pour lui offrir un semblant de qualité. Finalement, sa culpabilité s'envola en même temps que sa découverte fortuite. « Désolé Woopy, je t'ai pas vu. » feignit-il comme un gamin, égratignant son prénom au passage par pure envie.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Woody Hawkes

behind
messages : 508
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : dewey, winifred, myrtle

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 387
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Dim 15 Nov - 16:47
@Jürgen Rowley

Une fraction de seconde, c’est tout ce qu’il fallut pour que la journée de Woody bascule inexorablement. Tandis qu’il vaquait à ses occupations de fin d’après-midi (c’est-à-dire errer dans les rues de Windmont Bay à la recherche d’une situation digne d’intérêt à laquelle il pourrait se greffer), le boulanger ne vit pas le véhicule foncer vers lui au moment où il décida de traverser la route. Le nez levé vers le ciel pour examiner un nuage particulièrement sombre, se demandant si la pluie allait lui tomber sur le crâne, il n’eut aucun réflexe pour sortir de la trajectoire de la voiture. Ce ne fut qu’au crissement des pneus qu’il comprit ce qu’il se passait et son coeur rata un battement. Tétanisé, il vit le véhicule terminer sa route sur le trottoir. Peu de temps après, Woody fit volte-face et se courba en avant, les mains sur ses genoux, sentant la nausée lui monter. Lorsqu’il fut rejoint par le conducteur du véhicule, son coeur continuait à battre à tout rompre et il ne percuta qu’à peine lorsqu’il fut qualifié de madame. Honnêtement, à cet instant, Woody était juste satisfait d’être encore en vie, peu importe qu’on se trompe sur son sexe. Encore bouleversé, il finit par se relever et se décida à faire face au chauffard qui avait failli le percuter. Quelques secondes lui furent nécessaires pour reconnaître l’individu et un vent de panique le submergea. Aurora l’avait-elle mandaté pour lui faire la peau ? Petit à petit, la panique laissa la place à un autre sentiment, de défense cette fois et Woody se mit à voir rouge. Une sensation qui se décupla à l’instant même où le mioche écorcha son prénom. « Tu te fous de moi ? » Il fit un pas, menaçant, vers le musicien de seconde zone et d’un geste, donna une pichenette dans la visière de sa casquette, la faisant voltiger dans les airs avant de s’écraser sur le goudron. Ses poings se serrèrent tandis qu’il continuait d’avancer, faisant reculer Jürgen jusqu’à ce qu’il percute sa voiture de dos. « Alors parce que t’es dans un groupe de merde, avec des artistes de merde, que tu joues un instrument de merde et que j’exerce mon droit à la critique, tu cherches à me rouler dessus ?! J'aurais pu mourir, putain ! » Woody était en colère (comme souvent) et visiblement, il était à deux doigts de laisser ses poings poursuivre la conversation à sa place.

_________________
❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
We take care of our own (or not) VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Mer 18 Nov - 10:28
Sa casquette venait de voltiger dans les airs grâce à un Woody particulièrement énervé. Jürgen sentit une pointe de colère le gagner à son tour, alors qu'il fixait son couvre-chef - sacré - au sol. Il fut néanmoins obligé de reculer devant la comportement de son interlocuteur et le fait de percuter sa voiture le ramena à la présente réalité. « C'est bon, t'es pas mort, princesse ! » Malheureusement souhaita-t-il rajouter mais une force invisible le retint. Il n'avait pas cherché à renverser le boulanger même si l'idée était plus que tentante. Woody était certainement le type le plus imbuvable de la ville et peut-être aurait-il eu les honneurs pour l'avoir réduit à l'état de carpette. « Bouge de là, tu me donnes envie de gerber, princesse. » cracha-t-il alors que sa mâchoire se serra subitement et qu'il repoussa vivement Woody de ses deux mains. L'air commençait à lui manquer, l'oppression se faisait ressentir et voir ce type aussi proche de lui réussissait à exacerber ce sentiment. Jürgen inspira profondément et récupéra ensuite sa casquette délaissée au sol, qu'il replaça d'un geste sec sur son crâne. Il n'avait pas quitté Woody du regard, se méfiant de ce sombre connard qui menaçait de sortir de ses gonds sous peu. « Mec putain, regarde toi ! Tu critiques, mais t'as rien ! T'es quoi dans la vie ? Un boulanger minable qui nous sert de la merde, et t'as qui ? T'as même pas de groupe, comment tu pourrais en avoir un ? Tout le monde te déteste, t'es tellement taré comme type, qui voudrait traîner avec toi ! » Il élança son bras pour le détailler de haut en bas, lui prouvant ainsi qu'il n'était rien ou tout du moins, pas grand chose pour cette ville et ses habitants, un microbe tout au mieux. Lui coller son poing dans le visage le démangeait depuis bien longtemps, Jürgen étant un être susceptible qui n'avait pas apprécié le commentaire déplacé sur son groupe et sur sa musique de manière générale ; pour autant, il n'en fit rien et se contenta de lâcher un rire nasillard, diablement moqueur. Un rire qui fut accompagné d'un regard emplit de jugement alors qu'il continuait de le détailler avec mépris. « T'es vraiment la pire merde de Windmont Bay. »

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Woody Hawkes

behind
messages : 508
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : dewey, winifred, myrtle

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 387
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Sam 21 Nov - 10:48
@Jürgen Rowley

De choc d'abord, mais maintenant de rage, les tremblements de Woody étaient immanquables. Il frémissait, comme une casserole d’eau bouillante sur le feu. Un feu que Jürgen semblait prendre plaisir à attiser de minute en minute. Sans être impressionné, le chauffard répliqua au boulanger qu’il en faisait trop, qu’il n’avait pas été atteint avant de se dégager de son emprise pour récupérer sa stupide casquette. Peut-être en avait-il besoin pour masquer un début de calvitie, vu la hâte avec laquelle il s’empressa de la visser de nouveau sur son crâne. Woody se retourna sur le jeune homme, déterminé à ne pas le quitter des yeux. Ils se tenaient réciproquement en chien de faïence et l’un comme l’autre attendait l’instant qui signalerait la bascule de cette altercation. Imbu de confiance, peut-être liée à son couvre-chef recouvert, Jürgen reprit la parole et déblatéra une salve de jugements, plus agressifs et déplacés les uns que les autres. Woody sentit ses tempes battre dans son crâne et les jointures de ses poings saillir. Ces critiques, ils les entendaient depuis toujours mais leur violence était toujours aussi ingérable pour lui. Woody n’avait pas beaucoup d’amis, travaillait grâce à ses parents et ses passions ne le rapprochaient de personne. Il savait qu’il ne devait pas se laisser atteindre, mais une boule de tristesse grandit en lui, se traduisant par une haine brûlante. Défensif, il fit plusieurs pas pour revenir au niveau de l’accordéoniste de pacotille et marqua une pause, comme frappé en plein visage, lorsqu’il lui lança sa dernière insulte. Instantanément, le sang de Woody ne fit qu’un tour et il bondit sur la carrure juvénile du musicien. « Et c’est la pire merde de Windmont Bay qui va te faire vivre le pire jour de ta vie ! » Il posa une main sur l’épaule de Jürgen tandis que son genou, sans réfléchir, vint frapper avec violence le ventre de son adversaire. Il profita de l’instant de vulnérabilité de Jürgen pour lui asséner un coup de poing dans la mâchoire, bien décidé à ne rien lui épargner. Une petite masse de voisins était doucement mais sûrement en train de se constituer autour d’eux. Woody savait qu’il ne lui restait pas longtemps avant que quelqu’un n’intervienne ou qu’il se fasse interpeller. Ainsi, d’un geste provocateur, il retira une fois encore la stupide casquette de Jürgen avant de la piétiner de ses bottes, criant autour de lui pour prendre les gens à partie. « C’est comme ça qu’on doit se protéger des chauffards qui conduisent de manière inconsciente dans nos petites villes ! »

_________________
❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
We take care of our own (or not) VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Mer 25 Nov - 10:41
Un genou bien placé venait de s'écraser contre le ventre du Jürgen, alors qu'un cri de douleur s'échappa de ses lèvres. Sa respiration fut ensuite coupée et par automatisme, il porta ses mains sur son abdomen en guise de protection. La salve d'insultes avaient réussi à faire sortir Woody de ses gonds devant un public visiblement horrifié par la scène ; quoi que quelques petits malins venaient de sortir leur téléphone tout en s'esclaffant. Soufflé par ce geste, Jürgen tentait au mieux de gérer la douleur lancinante mais n'eut guère le temps de réagir qu'un poing s'abattit également sur sa mâchoire. Son équilibre vacilla lourdement et il se retint au capot de sa voiture. Un mince filet de sang dégoulina de la commissure de ses lèvres. Hagard, sonné, il tentait de reprendre ses esprits alors que la boulanger décérébré était en train de fanfaronner tout en piétinant sa casquette. La scène le fit monter en pression. La musicien n'était pas un homme violent, il ne réglait pas souvent ses problèmes avec ses poings, mais son impulsivité était assez marquée - un trait made in Rowley - pour l'obliger à réagir en conséquences. Il inspira à plusieurs reprises, faisant abstraction de la douleur provenant de sa mâchoire et de son abdomen, puis s'élança vivement sur Woody qu'il saisit par la taille pour le plaquer au sol. Jürgen ne répondait plus de rien et profita de l'instant de flottement pour se caler au dessus de lui et asséner un premier coup de poing dans lequel il mit toute sa force. « C'est comme ça qu'on finit les merdes dans ton genre ! » hurla-t-il à son tour, fou de rage, alors qu'un autre coup de poing s'abattit sur le visage du boulanger. La scène était surréaliste, avait gagnée en puissance pour des insultes sans importance et démontrait à quel point ils étaient aussi stupide l'un que l'autre. « Ca c'est pour le manque de respect envers ma casquette ! » Il faillit lui asséner un dernier coup de poing mais une main ferme saisit son poignet pour le stopper : la foule venait de s'en mêler pour les séparer. « Putain lâchez-moi je l'ai pas terminé ! » s'égosilla-t-il alors que personne ne l'écoutait. Dans un dernier geste de provocation, alors qu'il sentit tout son corps se faire happer par diverses personnes, il cracha au visage de l'enflure qu'était Hawkes.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.

Woody Hawkes

behind
messages : 508
name : fai
face + © : rpattinson ©romane
multinicks : dewey, winifred, myrtle

age (birth) : 31 ans
work : boulanger le jour, trouble-fête le soir.
activities : pilote amateur, chaque dimanche à l'église, pseudo-guide touristique.
home : bridgewater way.
points : 387
moodboard : « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » - Woody Hawkes, November 2020.
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Sam 5 Déc - 10:24
@Jürgen Rowley

Woody ne s’attendait pas au second souffle de Jürgen. Pour lui, le chauffard avait compris le message et ne se remettrait pas immédiatement de ses coups assénés. Quelle erreur de sa part, une erreur de débutant ! Et alors qu’il continuait à fanfaronner auprès de la foule grossissante, il se sentit percuté de plein fouet et perdit l’équilibre, atterrissant au sol avec douleurs. « Arg! » S’exclama-t-il, le regard paniqué en voyant la silhouette guerrière de son adversaire au dessus de lui, prêt à lui coller ses poings dans sa gueule. La pluie de coups qui s’abattit sur son visage le sonna et il fut incapable de se défendre tant il avait été pris par surprise. Habitué à se faire tabasser, Woody eut un temps de réaction relativement vif et finit par se protéger le haut du corps de ses bras. A la merci du pseudo-musicien, Woody ne dû son salut qu’à l’intervention d’un passant qui immobilisa Jürgen. Instantanément, le boulanger profita de cette accalmie pour se dégager et se relever. Ses jambes tremblaient et sa tête lui faisait atrocement mal. Le goût du sang dans sa bouche et sa vue troublée par le rouge lui fit comprendre qu’il avait été bien amoché. Malheureusement, il put à peine se remettre de l’attaque que Jürgen enchaîna dans la violence. Sa carrure se faisait maîtriser par deux individus mais le guitariste réussit à atteindre Woody. Par un crachat. Le sang de Woody ne fit qu’un tour et il bondit en avant, ne prenant même pas le temps de s’essuyer le visage. Les yeux exorbitants, il paraissait prêt à tuer Jürgen à mains nues mais ce fut à son tour de se faire retenir par deux témoins. Ne se démontant par pour autant, Woody se débattit mais ne put faire un pas en avant. Qu’à cela ne tienne, il hurla avec rage à l’adresse du chauffard. « T’es un homme mort, Rowley ! Que Dieu m’en soit témoin ! » Il sentit alors son corps se faire attirer plusieurs mètres en arrière et même s’il continuait à se débattre avec véhémence, il finit par s’épuiser et rumina, tremblant de la tête aux pieds. Les paroles de Woody n’avaient pas été prononcées en l’air : se faire cracher dessus était un point de non retour et il n’interpellait pas Dieu avec légèreté. Les battements de son coeur continuaient à battre mais il finit par se calmer lorsqu’il entendit un homme au téléphone avec la police. Les flics n’allaient pas tarder à débarquer. L’un des hommes, sentant Woody se décontracter, relâcha l’un de ses bras et le boulanger profita de l’occasion pour se nettoyer le visage de sa manche. Mentalement, il prévoyait déjà la prochaine occasion de croiser la route de Jürgen, se promettant que la prochaine fois qu’ils se croiseraient, ça ne serait pas par accident. D’un geste, Woody vérifia qu’il avait bien toutes ses affaires sur lui, lança un dernier regard assassin à Jürgen, et déguerpi avant que la police ne débarque. Il aurait pu profiter de leur arrivée pour porter plainte contre Jürgen : toutes les preuves étaient accablantes à son encontre mais Woody avait visiblement d’autres plans pour le musicien et préférait se faire justice par lui-même.

_________________
❝ I come and stand at every door, I always leave with less than I had before, bet I can make you smile when the blood, it hits the floor. ❞

sprays febreze on your attitude.

Jürgen Rowley

behind
messages : 1110
name : sow — pomeline.
face + © : jack quaid — @self.
multinicks : blake · daisy · kerry · luna · xavi · zélie.

age (birth) : twenty-six yo · 05/01.
♡ status : single.
work : musician/guitarist.
activities : theater club — babysitting, avoiding aurora, being the worst driver in town, playing guitar, well at least buying a new one, avoiding his dad.
home : @his parents (crescent lane).
points : 2425
moodboard :
We take care of our own (or not) VagGOGB
I'm naturally funny
because my life is a joke

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ( on · 2/3 ) chani, scar.

We take care of our own (or not) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) · Jeu 10 Déc - 16:34
Heureusement, certains passants avaient eu la jugeotte de réagir rapidement afin de les séparer. Woody était au bord de l'implosion et Jürgen était bien prêt à reprendre son assaut afin de terminer correctement cet enfoiré. L'altercation était montée en pression avec une rapidité déconcertante, les deux étant des êtres bien trop sanguins pour se contenter de l'utilisation de mots plutôt que de leurs poings. Le musicien se débattit longuement avec les passants contre lesquels il ne cessait de pester, il voulait être lâché et reprendre sa route mais aucun d'eux ne l'écouta. Il était effectivement plus sage de le retenir encore quelques instants, tant il était nerveux. Woody vociféra des paroles, prenant ce pauvre Dieu en témoin et Jürgen ne put s'empêcher de retenir un rire franc. « Mais ferme-là, retourne dans les jupes de t... » Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un quarantenaire se planta devant lui pour lui signifier de se la fermer. Le musicien fit les gros yeux, se retint de l'insulter à son tour, puis se pencha sur le côté afin de capter la silhouette d'Hawkes. Ce dernier venait de déguerpir rapidement tout en lui lançant un regard assassin, tandis que Rowley était toujours aux mains de ses geôliers. « C'est bon, lâchez-moi, il est parti ! » meugla-t-il, sans pour autant trouver gain de cause. Il dut patienter plusieurs minutes jusqu'à ce que les flics ne débarquent. Il n'eut d'autre choix que de leur fournir une explication, tandis que divers passants donnèrent chacun leur version des faits. Jürgen fut embarqué dans la foulée et atterri au poste du shérif une vingtaine de minutes plus tard. Les bras croisés sur son torse, il boudait comme un enfant alors qu'il attendait patiemment sur une chaise. Peu importait son traitement aujourd'hui, il était amplement mérité : s'il n'avait pas commencé la bagarre - et bon nombre de personnes pouvait en témoigner - il était celui qui avait failli renverser un être humain. Les officiers connaissaient plutôt bien le musicien - à force - et nul doute qu'il méritait une sentence cette fois-ci, cependant il espérait sincèrement ne pas avoir droit à un retrait de permis en bonne et due forme. Après tout, il avait failli débarrasser la ville d'un nuisible, la médaille était plus en adéquation.

Topic terminé.

_________________

I find it hard to tell you how I want to run away · let me show you what it's like to always feel like i’m empty, and there's nothing really real, i'm looking for a way out.
Contenu sponsorisé




behind
the mask

We take care of our own (or not) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: We take care of our own (or not) ·
 
We take care of our own (or not)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: