hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue :: bay port
Aller en bas 

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Dim 6 Déc - 17:59
Zander s’est permis un détour par la maison familiale sur son trajet du retour. Il se l’est permis, car il sait qu’il n’est attendu nulle part. Il se l’est permis, car il sait que personne ne lui en fera le reproche lorsqu’il rentrera chez-lui. Il s’est offert un repas, autour de la table, en compagnie de ses grands-parents. Des rares moments qu’il s’offre de temps en temps, en dehors des rendez-vous de famille auxquels il est toujours convié et qu’il est incapable de décliner. Des rares moments à l’improviste qu’il s’accorde – lui qui déteste cela, s’inviter chez les autres. Pourtant, ces autres là sont de sa famille. Quand il a quitté la demeure des Zander, il fait déjà nuit et les étoiles scintillent déjà au loin. Evidemment, il n’est pas reparti les mains vides – sa grand-mère est persuadée qu’il fait partie des spécimens XY qui se nourrissent exclusivement de junk food en raison de son train de vie. Quelques plats cuisinés – avec amour, comme l’aïeule se plaît à dire – qui trouveront leur place dans le petit réfrigérateur de son domicile.
Quand il monte à bord de son bateau, les bras chargés, il ne fait pas attention à l’heure qu’il est. Il entend au loin quelques badauds donnant de la voix sur la plage, sûrement des nocturnes qui se plaisent à se retrouver à ce moment de la journée. Il range les boites de conservation en verre, avant de retrouver sa chambre quelques instants. Il en profite de se débarrasser de sa tenue de la journée, troquant son costume pour un simple caleçon. Il troque ses habits pour redevenir Zander, un banal mec insignifiant. Il troque ses habits pour redevenir celui qui a toujours trouvé quelque chose de rassurant dans les mondes virtuels de ses jeux vidéos. Il s’installe sur la banquette, prêt pour une nouvelle partie de jeu en ligne, comme il se plaît à s’accorder certains soirs. C’est là qu’il y retrouve certains de ses amis (des amis réels, mais aussi des amis virtuels) mais ce soir-ci, aucun d’eux n’est disponible. Il s’accorde malgré tout une partie, qui dure quelques minutes, une heure, peut-être un peu plus même. Il a été un temps où il était incapable de compter le temps, son temps, parce qu’il était jeune (c’est ce que son grand-père dit), parce qu’il allait mal (c’est ce que ses parents disent). Son attention est tirée par le vibreur continu de son téléphone, sur sa table. Il redresse la tête et tend le bras pour s’en saisir. Ses prunelles se portent sur l’écran de son téléphone qui affiche son prénom. Aussitôt, un sentiment étrange vient perturber le rythme normal de son battement. Un discret sourire étire ses lèvres, avant de composer un bref message : viens. Parce qu’elle a lui a demandé si elle pouvait venir, Zander n’est pas de ceux qui refuseraient cela.
Il éteint son ordinateur, qu’il laisse sur la table. Quelques minutes s’écoulent avant qu’il ne soit rejoint. Peut-être une quinzaine ou vingtaine de minutes. Quand il entend ses pas sur son voilier, il se redresse pour l’accueillir, oubliant presque sa tenue (ou son absence de tenue). « Hey », souffle-t-il, en voyant la silhouette de Gabriela apparaître dans l’entrebâillement de la porte de la cabine. « Je  ne te proposerais pas un café ou une bière, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne heure pour ça », commente-t-il, en haussant délicatement ses épaules nues. Rapidement, il croise les bras, comme pour cacher son torse nu de la vue de la jeune femme. Il la détaille quelques instants, soucieux. « Tu vas bien ? », il ne sait pas si elle va lui répondre. Peut-être pas. Il ne lui en voudra pas si elle ne lui répondra pas (sûrement parce qu’il est trop habituer à ce qu’on ne lui réponde pas). « Hum », il réfléchit à voix haute. « Tu peux rester là, cette nuit, si tu le souhaites », ou si elle en ressent le besoin, il ne sait pas trop. Il ne sait pas ce qu’il se trame dans la tête de la portoricaine à cet instant.


@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Dim 6 Déc - 23:02

Cela faisait quelques semaines que Gaby n'était pas au top de sa forme. Des élans de tristesse, un sourire inexistant, et des humeurs toutes plus explosives et versatiles les unes que les autres. Rien ne lui convenait, tout l'énervait. Son boulot l'exaspérait, et seule l'idée de rester en pleine mer ou au fond de son lit semblait lui convenir. Ce soir, elle en avait marre de tourner en rond, marre de s'énerver toute seule. Si bien que c'est avec son paternel qu'elle a fini par se prendre la tête, lorsque quelques mots sensibles ont dépassé la pensée du portoricain, sans doute à juste titre. Pourtant, il savait le sujet sensible, même tabou. Elle avait essayé de s'endormir – sans succès- alors elle avait fini par prendre son téléphone pour envoyer un message à zander. Une simple question : pouvait-elle venir chez lui ? Il était tard, elle le savait, et elle espérait juste que lui n'est pas encore rejoint les bras de Morphée. Heureusement pour elle, il lui répondit rapidement. Une invitation simple mais claire. Alors elle n'avait pas mis plus de cinq minutes à remettre quelques fringues et partir de chez elle.

Une fois arrivée, et avec précaution, Gabriela monte sur le voilier, se tient à la rambarde pour aller jusqu'à la cabine de son ami « hey » qu'elle répond à son tour, quand ses yeux se posent sur un zander pour le moins dénudé. Elle le détaille, mais pas avec autant qu'elle n'aurait dû. En temps normal, ses pupilles auraient été insistantes, et auraient appréciées chaque ligne devant elle. Ce soir, elle avait bien trop la tête ailleurs pour correctement apprécier ce qu'elle avait sous les yeux – mais même en vrac, gabriela était forcée d'admettre que zander était désirable, plus encore qu'elle ne l'avait d'abord pensé. Elle secoue doucement la tête en signe de négation. Elle n'est pas venue ici pour boire, ni bière ni café, et encore moins quelque chose de plus fort. « peu importe » qu'elle marmonne, sans franchement avoir envie de s'étendre. En réalité, elle ne saurait pas quoi lui dire, ni par où commencer. Ça impliquerait trop de questions, et surtout trop de réponses qu'elle ne voudrait pas donner, ou même auxquelles elle devrait réfléchir. Elle s'avance sans franchement réfléchir, et prend sa main pour aller jusqu'à son lit, comme si elle était chez elle. « tant mieux. J'ai pas envie d'aller ailleurs » si elle enlève son manteau et ses bottes, elle reste avec son t-shirt trop grand et son legging pour se hisser sur le lit du brun. Elle ne sait pas vraiment pourquoi c'est ici qu'elle a voulu venir. Elle a bien hésité à appeler Eugene, mais il aurait parlé beaucoup trop longtemps pour son propre bien avec deux fois plus de questions qu'elle n'aurait pu en supporter. Elle se recroqueville dans le lit de Zander, et attrape doucement sa main « viens là » pour une fois, la môme a juste besoin de tendresse. Seulement quelqu'un contre qui se blottir en silence. Alors quand il la rejoint, elle se colle à lui sans lui demander, attraper ses bras pour qu'il vienne l'entourer. Doucement, elle sent sa respiration se calmer. C'est pas parfait, mais c'est déjà ça. Elle reste les mains sur ses avants-bras, se colle un peu pour se réchauffer. Elle n'avait jamais pensé à la fraicheur qu'il pouvait y avoir sur un bateau. La dernière fois, il faisait encore trop bon pour qu'elle s'en aperçoive, mais là, l'hiver s'était installé. « désolée de débarquer comme ça » murmure-t-elle, sachant très bien que ce serait sans doute la dernière chose qu'elle dirait de la soirée. Elle n'avait besoin que du calme de zander et de cette bulle qu'il avait su se créer ici, sur l'eau. Elle tire un peu sur le drap pour que ça les recouvre, essayant de choper les couvertures avec, pour mieux se réchauffer -et être apisée.

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Sam 12 Déc - 14:11
Peut-être que dans d’autres circonstances, il lui aurait offert un verre à boire. Une bière ou un café, ou un autre alcool qui se cache dans ses placards. En voyant Gabriela débarquer à bord, il doute que ce soit une bonne idée que de lui proposer cela – sûrement parce qu’il imagine qu’elle aurait refusé. Alors il se permet malgré tout une question : comment va-t-elle ? Ce soir, elle lui paraît moins loquace, moins taquine qu’en temps normal. Il ne décroise pas les bras, les serrant un peu plus fort contre son torse comme pour se réchauffer mais aussi pour cacher son torse nu. Il sourcille légèrement quand il entend sa réponse. Peu importe ? Ce n’est pas une réponse ça, qu’il vient à penser. Pourtant, il met en sourdine sa réflexion. Elle n’a peut-être tout simplement pas envie de lui répondre ou de se justifier. Il ne veut pas paraître insistant alors il se tait. Il ne dit rien de plus à ce propos avant d’alimenter un autre sujet de conversation. Il lui propose en effet de rester là, cette nuit, si elle le souhaite – il n’insistera pas si elle refuse, si elle préfère rentrer chez elle plus tard. « D’accord... », souffle-t-il, quand elle lui avoue ne pas avoir envie d’aller ailleurs. Son attention se porte sur elle, qui est en train de se dévêtir de son épais manteau et de ses chaussures. En silence, il la suit du regard, l’observant se diriger vers son lit. Timidement, il emboîte son pas et se rend à son tour dans sa petite chambre (où il n’y a la place que pour un lit double). Il s’assoit sur le rebord et se baisse vers l’un des rangements où il sort quelques habits. « Tiens, ce sera plus confortable pour dormir », souffle-t-il, en se redressant et en lui tendant un large tee-shirt en coton (qui sera bien trop grand pour la belle). Il a envie qu’elle se sente bien, à ses côtés.
Gabriela s’installe dans son lit, alors qu’il reste assis, silencieux. Il sent la main de la brune se poser sur la sienne puis le tirer doucement dans le lit, comme pour l’inviter à se joindre à elle. Il ne dit rien et s’allonge dans son lit, à son tour. Sa tête se pose mollement contre l’oreiller, à ce même moment où il sent le corps de la belle portoricaine près de lui, tout près de lui. Le tissu de son habit venant se coller à son torse nu. Les doigts délicats de la belle à la recherche de ses bras. Délicatement il l’entoure de ses avant-bras. Il laisse ses mains se déposer sur son corps délicatement, la caressant doucement, tout doucement, comme pour la réchauffer un peu plus, comme pour l’apaiser encore un peu. Le battement de son coeur se réchauffe un peu, lors de ce contact physique. « Tu n’as pas à être désolée », souffle-t-il, à son tour, quand elle dit l’être. « Heureusement que je n’avais pas de la compagnie », qu’il reprend, sur un ton qui ne se veut pas sérieux. « Pardon, c’est nul… et pas crédible », énonce-t-il. Il sent Gabriela bouger légèrement, il défait alors l’emprise de ses bras sur elle, comme pour la libérer, comme pour lui rendre sa liberté. Ses prunelles claires se posent sur cette silhouette animée, qui cherche le drap pour trouver de quoi se chauffer un peu plus. « Attend... », émet-il, en se redressant à son tour. Il se relève pour chercher deux plaids supplémentaires, qu’il pose au pied de son lit. « Tiens, comme ça, tu n’auras pas froid, cette nuit », commente-t-il, en dépliant un qu’il pose tout près de Gabriela. Zander se couche à nouveau, alors qu’elle vient se blottir à nouveau contre lui. Ce contact physique produit chez lui toujours ce même effet. Ce réchauffement interne, dans sa cage thoracique. « Quelqu’un sait que tu es là ? », lui demande-t-il, d’une voix calme. Elle avait peut-être informée un proche de sa présence sur le bateau de Byrd, pour ne pas les inquiéter ou peut-être elle n’avait tout simplement informée personne.
Finalement après quelques minutes à échanger quelques mots, ses paupières se ferment doucement et il s’endort, gardant toujours entre ses bras la portoricaine. Ce n’est pas la première fois qu’il dort avec elle mais c’est la première fois qu’ils dorment aussi proches. […] Sept heures plus tard, Zander rouvre les yeux. Aussitôt son attention se pose sur la jeune femme endormie à ses côtés. Il se recule doucement, tout doucement, pour ne pas la réveiller par mégarde. Il remet sur elle le plaid, avant de quitter son lit. Il s’affaire en cuisine pour préparer le petit-déjeuner puis dans la cabine de douche pour faire sa toilette. Il prend une douche puis enveloppe sa taille d’une serviette de douche. Quelques minutes plus tard, il se retrouve dans sa chambre, en train de choisir l’une de ses chemises à porter. Son attention est tirée par les bruits qui émanent de son lit. C’est Gabriela qui se réveille. « Je n’ai pas trop fait de bruit, j’espère... », qu’il lui demande, parce qu’il s’en voudrait si elle s’était réveillée par sa faute. « Le petit-déj est prêt, d’ailleurs », qu’il lui fait remarquer.


@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Dim 13 Déc - 22:59

Il aurait peut-être été plus sage de rester chez elle et n'emmerder personne, mais c'était plus fort qu'elle. Elle ne pouvait pas rester seule. Pas ce soir. Et il n'y a eu que Zander dans son esprit, pour réussir à la supporter ainsi. Peut-être parce qu'il était presque à son opposé niveau caractère. Bien plus calme, et un côté aussi rassurant qu'apaisant. Mais elle n'était pas non plus encline à faire la conversation. Dur à expliquer, et pas très juste pour lui. Pourtant, elle le sait, c'est là qu'elle veut être, ici qu'elle a besoin d'être. Elle se fraye son chemin, accepte volontiers le t-shirt qu'elle lui tend. Elle n'a pas besoin de la salle de bain, retire ses vêtements en gardant ses sous-vêtements et enfile le tshirt du brun rapidement. La panoplie idéale pour dormir.
Incrustée dans son lit, elle l'incite à la rejoindre et ne tarde pas à se coller à lui, espérant secrètement -dans une dernière tentative- que ce contact l'apaise. Zander a cette capacité, alors elle se dit qu'en étant au plus près, ça ne sera que mieux, qu'en se laissant bercé par son rythme cardiaque elle finisse par y trouver une berceuse pour rejoindre les bras de morphée. « j'y ai pas pensé. Mais t'as raison. Enfin je t'aurais pas dérangé » souffle-t-elle rapidement quant à la possibilité qu'il ait pu être là avec quelqu'un. Elle ne voit pas cette hypothèse comme non crédible, et ne comprend pas non pourquoi lui le voit ainsi. Elle tourne la tête, légèrement, pour regarder ce qu'il fait et y'a un léger sourire qui se dessine sur les lippes de la portoricaine. « merci » elle le sait, elle a fait le bon choix en venant ici, alors elle se blottit un peu plus contre, enroulée dans les draps et dans ses bras. « non, personne. Je suis juste venue » même son père ne sait pas. Il est sa bulle, qu'elle se dit. Tant pis pour le reste. Elle ne sait pas vraiment combien de temps elle reste à jouer de ses doigts dans les siens, à caler ses légers mouvements sur les battements de son palpitant avant qu'elle ne plonge dans le sommeil. Plusieurs fois elle s'est réveillée, pour se tourner, ou se recouvrir, et à chaque fois, elle s'est recalée contre lui. En cuillère ou la tête reposée sur son torse, peu importe tant qu'elle dort.

Elle ne le sent pas se lever, ne l'entend même pas. Il se passe peut-être bien une demie heure ou une heure de plus avant qu'elle ne commence doucement à émerger. Elle bouge, se tourne, et revient à sa position initiale. Il y a une douce odeur qui vient lui chatouiller le nez, mêlée à l'odeur habituelle de l'iode, dû à son environnement. Elle ouvre finalement les yeux, pour trouver un zander torse-nu, seulement vêtu d'une serviette enroulé autour de la taille, à quelques pas d'elle. Elle fait 'non', d'un signe de tête. « mais un réveil avec cette vue, c'est sympa » elle cherche à le taquiner, mais son état de la veille n'était pas complètement évaporé. Pourtant, ses prunelles sont bien fixées sur zander et ce qu'elle à devant elle. Elle dégage les couvertures mais garde un plaide qu'elle garde par dessus ses épaules lorsqu'elle se lève et avance vers son ami. Elle lève la tête et dépose un baiser sur sa joue. Sans doute trop lent, trop longtemps pour qu'il soit complètement innocent même si c'est inconscient. « merci. Pour tout » le petit-déjeuner et l'avoir accueilli, pour l'avoir rassuré et sans doute l'avoir bercé. « t'as pas froid ? » qu'elle demande doucement, parce que même avec le plaid sur le dos, elle sent l'air frais, alors elle ne peut qu'imaginer ce que c'est pour lui. Elle ne s'était pas vraiment demandé ce que c'était que de vivre sur un bateau l'hiver. Elle quitte pourtant la chambre, et va se servir une tasse de café puis lui en tend une. Gabriela n'était jamais des plus bavardes, mais encore moins lorsqu'elle venait de se réveiller ou après une soirée comme elle avait passé. « tu fais quelque chose aujourd'hui ? » marmonne-t-elle en se demandant si elle allait devoir mettre les voiles bientôt, ou si elle pouvait encore oublier le monde extérieur pendant quelques heures encore, quitte à se cacher dans ses draps et s'enterrer sous ses plaids.  

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Sam 19 Déc - 14:53
Zander ne sait pas pourquoi il a émis cette remarque sur la présence éventuelle d’une autre personne à bord. Il se corrige rapidement, comme pour effacer cette maladresse. Il vient à l’oublier quand il met tout en œuvre pour offrir un certain confort à Gabriela. Après lui avoir prêté l’un de ses tee-shirts – qui fait d’office de chemise de nuit pour la jeune femme –, il installe deux plaids au pied de son lit pour cette nuit fraîche qu’ils passeront ensemble. Il se réinstalle dans son lit et, bien vite, ses bras sont accaparés par la belle brune, décidée de se blottir contre lui pour cette partie de la nuit. Il ne dit rien. Il ne la repousse pas – pourquoi la repousser après tout, qu’il vient à se demander – et la serre un peu plus fort contre lui, comme pour la réchauffer un peu plus, comme pour la calmer et l’apaiser (ou plutôt essayer de l’apaiser). Il la questionne alors sur sa présence sur son bateau. Surtout sur le fait que quelqu’un d’autre qu’eux, que Gabriela et lui, sait qu’elle est là. Elle est peut-être partie en informant un proche. Peut-être.. Elle lui répond que personne ne sait. Elle est juste venue, comme elle dit. « D’accord... », souffle-t-il. « Ton absence ne va pas inquiéter ? », il la questionne. Il imagine que ses proches vont s’inquiéter de ne pas la voir rentrer à la maison. Son père (il lui semble qu’elle vit avec lui), ou même un ami. « Tu ne veux pas les prévenir que tu es ici ? », il reprend, doucement, alors qu’elle finit par l’intimer de se taire. Il ne se défend pas et se mure dans ce silence. Il a compris qu’elle n’est pas disposée pour une conversation, qu’elle n’en a pas envie ou bien qu’elle n’a pas la tête à ça. Enfin il trouve le sommeil, avec Gabriela entre ses bras. Il s’endort.
Et se réveille quelques heures plus tard. Il ne traîne pas dans son lit – ce n’est pas dans ses habitudes – et ne perd pas un instant pour préparer le repas et filer sous une douche chaude qui va le réchauffer. Quelques minutes plus tard, il est dans sa chambre, une serviette autour de la taille, pour choisir ses habits. Il ne lui faut pas longtemps pour se mettre d’accord sur sa tenue : un pantalon, une chemise et une veste de costume. Mais son rituel matinal est perturbé par le réveil de la jeune femme, dans son lit. Aussitôt, il s’arrête et se tourne vers elle. Il a pourtant pris toutes ses dispositions pour ne pas faire trop de bruit et pour ainsi ne pas la réveiller. Il la questionne, souhaitant s’en assurer. Sortant petit à petit de son sommeil, elle lui fait signaler que ce n’est pas lui qu’il l’a réveillé. On peut lire un certain soulagement sur le visage de Zander alors. Un visage qui prend soudainement des couleurs à la suite de la remarque de Gabriela. Par instinct, l’une de ses mains serre le nœud de sa serviette, comme par crainte qu’elle puisse s’enlever à tout moment. « Je... », il ne parvient pas à trouver ses mots. « Je vais aller m’habiller », il énonce clairement, comme pour passer au-dessus du commentaire émis par la belle brune. Il recule d’un pas et n’a pas le temps d’aller plus loin que Gabriela le rejoint, au bout du lit. Il s’arrête et croise son regard. Il reste interdit, au même moment où elle vient l’embrasser sur la joue. Il se mordille intérieurement la joue. Il retient sa respiration, quelques secondes, quelques micro-seconds, le temps de ce baiser aussi court qu’il a pu l’être, aussi équivoque qu’il a pu l’être. « Je n’ai pas fait grand-chose, tu sais », il marmonne, quand elle tient à le remercier pour tout. Il l’a seulement accueillie en pleine nuit, l’a laissée dormir chez lui et lui a préparé un repas pour ne pas qu’elle reparte le ventre vide. C’est le minimum qu’il peut lui offrir. Quant à la température fraîche qui peut régner dans son bateau, à cette période de l’année, il hausse légèrement les épaules. « Ce n’est pas facile tous les jours, mais on s’y fait », il confie. Ce n’est pas un luxe que de passer une nuit sur son voilier, à ce moment de l’année, il le sait bien. Zander rassemble ses habits pour se rendre dans la petite salle de bain, il repousse la porte derrière lui, sans vérifier qu’elle est bien refermée. Seul, dans cette petite pièce, il défait sa serviette pour se retrouver nu. Il ne reste pas dans son plus simple appareil très longtemps et enfile un boxer, puis un pantalon et enfin une chemise. Il ressort alors pour retrouver Gabriela, tout en boutonnant sa chemise. Il redresse la tête, pendant que ses doigts s’affairent autour de chaque bouton de son habit blanc, et croise son regard quand elle le questionne sur son emploi du temps de la journée. « J’ai une visioconférence, ce matin, pour un projet puis j’ai mon après-midi de libre... », qu’il lui répond, en prenant place autour de la table. « J’ai préparé du bacon et des œufs brouillés, je ne savais pas si tu aimais ça... », il lui confie, en se saisissant de la tasse qu’elle lui avait préparé. Il boit une gorgée. Son attention ne quitte pas le faciès de la belle femme qui est près de lui. « Tu veux rester là ? », lui demande-t-il.




@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Lun 28 Déc - 14:18

A ce moment là, Gabriela se fout bien de si son absence inquiète ou non. Même si elle passe énormément de temps chez Justyn, ça arrive qu'elle n'y passe pas certaines nuits. Eugene pourrait s'inquiéter si jamais elle ne répondait pas à l'un de ses messages avec une énième question existentielle. Mais ce serait sans doute son père, qui se demandera où elle est passée, et avec qui, puis surtout, dans quel état. « tant pis » souffle-t-elle. Elle n'a pas envie d'être raisonnable, pas même envie d'y réfléchir ou d'attraper son téléphone. Une partie d'elle s'en veut d'avance d'inquiéter son père, une autre se dit qu'elle a bien le droit d'aller où elle veut. « j'enverrai un message à mon père, demain matin » mais pour le moment, elle veut juste se blottir un peu plus contre Zander, penser à rien d'autre qu'à la chaleur exquise dans le creux de son cou. Etrangement, c'est là, qu'elle se sent la plus paisible, là, qu'elle finit par s'endormir.
Quand elle émerge finalement, Gaby n'a aucune idée de l'heure. Elle se souvient seulement qu'elle est sur le bateau de Zander et qu'il est.... torse nu face à elle, avec une simple serviette autour de la taille. La vue la fait sourire, bien qu'encore un peu ensommeillée. Et comme à chaque fois, le brun se met à rougir. « pas obligé » qu'elle marmone en retenant un rire. En réalité, il pouvait bien faire ce qu'il voulait : il était chez lui. Si c'était en serviette qu'il aimait trainer, elle ne voulait pas qu'il se gêne pour elle -ou pour ses réflexions à double sens. Les pieds au sol, elle s'était approchée pour venir déposer un baiser sur sa joue en guise de remerciement. Elle ne saurait par où commencer : l'avoir accueillie à pas d'heure, le petit dejeuner qu'il dit avoir préparé... ou simplement être lui, affreusement mignon en toutes circonstances. « que tu dis »  toujours en t-shirt, elle frissonne, et met le plaid autour d'elle alors qu'il va dans la salle de bain pour se changer. Un regard aux alentours et elle repère la cuisine, prête à aller leur servir du café. C'était le moins qu'elle puisse faire vu qu'il avait déjà préparé tout le reste. Mais elle devait l'avouer, se faire servir la changeait bien de son quotidien où c'était elle qui servait tout le monde, à longueur de journée.  Une fois qu'il est sorti, elle lui tend la tasse, le questionnant au passage sur son emploi du temps. « le bacon ? Quelle question... » avoue-t-elle avec un sourire en s'asseyant en tailleur sur une chaise, à table. Elle rapproche l'assiette mais prend d'abord une gorgée de café. « ça te dérangerait pas ? » une hypothèse pour le moment, mais qu'elle envisage fortement, ayant peu envie de retourner chez elle. Et elle ne bosse que ce soir, au club. « je me ferai discrète pendant que tu travailles évidemment. Je peux me cacher dans le lit » dit-elle avec un haussement d'épaules, sans trop savoir où il se mettait pour bosser. « j'ai pas spécialement envie de rentrer » elle grappille quelques morceaux d'oeufs brouillés et de bacon avant de se lever, tasse en main. Elle vient se placer derrière zander, le menton sur son épaule. « s'il te plait ? » il ne peut pas la voir jouer de son regard de biche pour le faire céder, mais il peut aisément le deviner. Et puis, il y a des conversations qu'elle ne veut pas encore avoir avec son père, et qu'elle ne cesse de reporter. Un baiser sur sa joue et la portoricaine se redresse « je te ferai le déjeuner si tu veux ? »  

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Lun 28 Déc - 19:05
Après une nuit passée en compagnie de Gabriela, Zander Byrd s’est levé afin de se préparer à cette journée qui l’attend – ou plutôt à cette demi-journée qui l’attend, car exceptionnellement il n’avait qu’une visioconférence programmée dans son emploi du temps du jour. Pendant ce temps qui s’est écoulé entre son levé et le réveil de la portoricaine, il a essayé de se faire encore plus discret que d’habitude afin de ne pas réveiller brusquement la jeune femme qui semble dormir à poing ferme dans son lit. Il a pu préparer le petit-déjeuner puis prendre sa douche. C’est quand il a été dans sa chambre pour choisir sa tenue du jour, où une simple serviette cache son intimité, qu’elle est réveillée. Malgré son air encore endormi, son verbe ne semble pas avoir perdu de sa superbe. Effectivement elle ne manque pas de noter à voix haute la tenue – ou plutôt la non-tenue – de Zander. Une gêne naissante s’affiche sur le visage de ce dernier, qui l’avertit qu’il va s’habiller. Cela sera moins gênant, moins intimidant pour lui de discuter avec la belle en étant habillé, plutôt qu’en étant torse-nu. Il sourcille légèrement à la remarque de Gabriela, quant au fait qu’il n’est pas obligé de s’habiller. Il se pince les lèvres et ne répond de rien.
Finalement, le trentenaire se rend dans sa petite salle de bain pour habiller son corps nu. Quelques minutes plus tard, il ressort, vêtu d’un pantalon et d’une chemise. En retrouvant Gabriela dans la pièce principale, il énonce brièvement le menu de ce petit-déjeuner qu’il lui a préparé pour l’occasion. Il faut dire que ce n’est pas souvent qu’il reçoit sur son bateau, surtout le matin. «  Aurais-je vu juste ? », qu’il énonce, devant le commentaire de la brune au sujet du bacon. Il avait bien passé tout un week-end en sa compagnie mais ce moment passé ensemble ne lui avait pas accordé suffisamment de temps pour connaître l’éventail de goûts d’Ortega. Enfin, il lui demande si elle souhaite rester encore quelques heures à bord de son voilier – il se doute bien que Gabriela finira par partir, par retrouver son propre logement et le laissera seul ici. C’est une évidence bien forte. Il hausse légèrement les épaules devant les paroles de la portoricaine. « Je ne te l’aurais pas proposé, si ça me dérangeait... », qu’il émet, en attrapant la tasse qu’elle lui a servie. Il en boit une gorgée. Il émet un petit rire quand elle formule l’hypothèse de se cacher dans son lit pendant qu’il serait en train de travailler. « Nul besoin. J’ai prévu de me rendre chez mes grands-parents, leur connexion est plus fiable qu’ici », explique-t-il, sur son programme de la matinée. « Mais je pourrais te rejoindre après ». Il n’aura qu’à la prévenir quand il quittera le domicile des Byrd. Il hausse les épaules, peut-être que Gabriela n’a pas envie de supporter sa présence et veut tout simplement être seule. Il boit une nouvelle gorgée, alors qu’il est rejoint par la jeune femme, qui se glisse juste derrière lui pour énoncer quelques mots au creux de son oreille. Il ne bouge plus, frissonne à cette sensation nouvelle qui s’éprend de lui. Un discret rictus s’étire sur ses lèvres, alors qu’il se retourne pour lui faire face, pour se confronter à son beau visage. Il tend son bras et dépose sa tasse sur la table. « Tu n’as pas à me supplier… je t’ai dit : reste », dit-il. Ses bras viennent se glisser alors tout autour de la taille de la Gabriela, faisant fondre la distance qui la sépare d’elle. Il se retrouve près, tout près d’elle. Il vient se serrer contre elle, pour lui offrir cette étreinte aussi chaleureuse que rassurante et aussi peu innocente. Il ferme les yeux, le temps de ce contact physique avec la belle Ortega. Il ne sait pas trop ce qu’il se passe dans son disque dur interne. Il se laisse bercer par cette douce sensation qui lui chatouille le ventre, qui vient réchauffer un peu plus le battement de son coeur. Il recule légèrement sa tête pour venir lui embrasser son front. Un baiser qui se veut doux et long. Finalement, il défait doucement cette étreinte lorsqu’elle mentionne la possibilité de cuisiner, la gardant tout de même entre ses bras. « Tu veux concurrencer mon petit-déjeuner ? », qu’il lui demande. « Allez, vas-y », il reprend sur un ton plus léger. Il passe l’un de ses bras dans son dos, lui adressant quelques caresses amicales (ou peut-être plus que cela). « Mais, dis-moi, Gabriela, tu ne cherches pas à te cacher parce que tu as commis un crime ? Non, parce que je serai sûrement la dernière personne à qui l’on ferait appel pour cacher un corps, crois-moi », qu’il vient finalement à plaisanter. Il essaie de détendre un peu l’atmosphère, sûrement un peu maladroitement. Il émet un petit rire presque inaudible.



@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Mar 29 Déc - 18:42

Même dans ses mauvais jours -plus hier qu'aujourd'hui- Gabriela adorait taquiner Zander. C'était dans sa nature, et désormais une habitude bien installée. Si la vue du brun torse nu la ravissait parfaitement, mais le voir rougir était encore plus divertissant (d'une toute autre manière évidemment). C'était facile, et il n'y avait pas une seule fois où ça loupait. Mais il était désormais habillé et la môme devait passer à autre chose. Comme à son estomac qui commençait à doucement se manifester. L'odeur du café et du bacon arrivaient jusqu'à elle, de quoi la faire se lever après avoir déposer un bisou sur la joue de son ami. « je crois que oui » répond-elle en attrapant un premier morceau de bacon. Elle se disait parfois qu'elle devait ralentir sa consommation, mais rien à faire : ça restait des paroles en l'air dans un coin de sa tête. Les cafés servis, elle s'y précipite, moyen le plus rapide qu'elle connaisse pour se réveiller au mieux. Il n'avait pas tort, il n'aurait rien proposé si ça le dérangeait, mais Gabriela préférait toujours s'en assurer. Elle détestait s'imposer même son incruste de la veille pouvait laisser croire le contraire. « oh, c'est loin ? » elle lui sourit, comme pour lui dire : avec plaisir. Elle ne comptait pas bouger d'ici. Elle n'allait pas partir pour revenir. L'intérêt de de lui demander qu'elle puisse rester était de ne pas avoir à affronter le reste du monde. Alors elle resterait là, sur le pont emmitouflée dans des plaids, ou toujours en t-shirt et boxer, roulée en boule dans le lit de Zander. Oui, l'idée lui plait bien. L'une ou l'autre, le bateau, l'eau, et un endroit confortable. Et comme pour être sure de l'avoir complètement convaincue, elle se lève et se faufile derrière lui avant qu'il ne se retourne. « bien, chef » elle se pince les lèvres, sourit alors qu'il vient glisser ses bras autour de sa taille. Naturellement, mais bien innocent que d'habitude, elle laisse le bout de son nez frôler son cou, son menton alors que son cœur s'emballe totalement sans réellement ce qu'il se passe. Il dépose ses lèvres sur son front, et son palpitant accélère encore un peu plus. Elle essaie pourtant de calmer son souffle, de respirer calmement, mais y'a quelque chose qui vient de dérailler alors qu'il se détache doucement, mais tout en gardant dans ses bras. « possible ; ou simplement trouver une façon de te remercier. Encore. » le sourire de la brune s'agrandit et sans rien demander, c'est finalement sur les genoux de Zander qu'elle prend place, et se penche par dessus la table pour attraper sa tasse de café. Elle tire un peu plus sur le plaid qu'elle avait autour des épaules, non pas pour cacher ses jambes -le t-shirt de zander lui fait une robe très courte- elle n'était pas pudique pour un sous, mais parce qu'elle avait froid. Cette fois, byrd lui arrache un rire, elle tourne alors légèrement la tête. « non t'en fais pas. Puis, pour cacher les corps, je sais très bien me débrouiller toute seule » un clin d'oeil, et la portoricaine se mord la lèvre, ne doutant pas une seule seconde de laisser planer le doute dans l'esprit de son ami. Un rien le perturbait et ça la faisait rire. « Juste une mauvaise passade. J'avais besoin d'un endroit et de quelqu'un qui me fait du bien » souffle-t-elle, un peu plus sérieuse, et surtout  plus maussade. Alors comme à chaque fois, elle se change les idées -espérant aussi changer de sujet- en continuant de boire son café. « du coup, pas de petite-amie secrète qui risque de débarquer pendant que je suis là ? » 

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Mer 30 Déc - 14:25
Un fin rictus étire ses lèvres face à la réaction de Gabriela devant ce modeste petit-déjeuner qu’il lui a préparé : il doit reconnaître qu’il a fait avec les moyens du bord, c’est-à-dire des œufs et du bacon. Il n’a jamais eu un frigidaire très rempli, du fait de sa petite taille mais il semblerait que le peu qu’il ait satisfasse le palet et l’estomac de la belle. Concernant son absence, il avoue se rendre au domicile de ses grands-parents pour des raisons techniques : leur connexion internet est bien plus fiable que celle qu’il parvient à obtenir sur son bateau, quand il est au port. « Ils habitent dans le quartier de Crescent Lane », qu’il confesse. C’est dans ce quartier où le trentenaire a passé ses étés, avec ses frères et sœur. « Je ne serai pas long », il émet comme pour la rassurer. Il ne sait pas vraiment si elle lui a posé cette question seulement pour savoir où ses grands-parents sont domiciliés ou pour s’assurer qu’il ne partira pas trop loin (à Portland, par exemple) et que son absence ne sera pas trop longue. Il veut se convaincre que c’est seulement pour s’informer, qu’elle lui demande cela parce qu’il se dit que ça ne peut pas être autrement. Quant à la présence de la portoricaine sur son bateau, cela ne le dérange pas : il lui a même demandé si elle veut rester là. Elle n’a donc pas le convaincre ni à le faire céder pour rester à bord. Ce n’est pas cette proposition de repas qui l’a fait convaincu car il s’est déjà résolu à ce qu’elle soit là à son retour. Alors il plaisante en émettant l’idée qu’elle souhaiterait le concurrencer (concurrencer le petit-déjeuner qu’il lui a préparé ce matin). Il lui donne son aval pour ce déjeuner : il se dit que si Gabriela Ortega s’est proposée, c’est qu’elle doit avoir quelques compétences en matière culinaire – lors de leur week-end passé ensemble, Zander a passé son temps à leur préparer le repas. Tout en lui parlant, il laisse ses bras l’entourer et lui offrir cette étreinte audacieuse – ce n’est pas dans les habitudes du californien d’initier un tel contact avec une jeune femme –. Cette étreinte crée en lui un flot d’émotions dans son disque dur interne, qu’il ne maîtrise pas bien et qu’il souhaiterait ignorer. « D’accord... », souffle-t-il, en se détachant légèrement de la portoricaine, quand elle lui dit qu’en faisant ce repas, elle veut le remercier. Il défait finalement l’emprise de ses bras pour se réinstaller sur la banquette. Il tend le bras pour réceptionner sa tasse et boire une nouvelle gorgée de café, comme pour éteindre ce petit feu qui se consume dans son ventre. Il ne veut pas se concentrer sur l’effet que ce rapprochement physique a sur lui mais son attention est bien trop rapidement tiré vers la belle qui vient s’installer sur ses genoux. Il se pince les lèvres, sentant ses joues se réchauffer. Finalement, il essaie de détendre l’atmosphère (et se détendre), en se disant qu’il oublierait ce qu’il se passe dans sa boîte interne. Gabriela aurait-elle commis un crime pour vouloir se cacher dans son bateau ? Il se doute bien que ce n’est pas pour cette raison qu’elle est venue le rejoindre, en pleine nuit, la veille… Enfin jusqu’à ce que sa réponse vienne semer le doute dans son esprit. « Hein ? », il fronce légèrement les sourcils. « T’as déjà… ? », qu’il finit par lui demander, hésitant. A-t-elle déjà commis un crime ?? Par la suite, son amie reprend la parole et évoque une mauvaise passade qu’elle traverse. Sur ces quelques mots, ses bras viennent entourer sa taille comme pour lui offrir une nouvelle étreinte. Il laisse l’une de ses mains se poser dans le dos de la jeune femme et lui prodigue quelques caresses, comme il aurait l’habitude de le faire à l’un de ses neveux pour le calmer lors d’une crise de larmes, mais d’un geste moins naïf, moins innocent. Derrière le tissu, il sent la chaleur de son dos. Il continue ses mouvements circulaires jusqu’à descendre au bas de son dos, proche de ses reins. Puis, tout en lui offrant ces gestes d’affection, il vient embrasser son épaule qui se cache sous cette épaisseur de tissu. Gabriela lui explique avoir eu besoin d’un endroit et de quelqu’un qui lui fait bien. « Tu as eu raison, parce qu’ici, tu as atterri à la maison qui vous veut du bien », il énonce, dans un ton léger. C’est comme cela que l’on pourrait rebaptiser son bateau, en quelque sorte. Ses prunelles se raccrochent au visage de la belle Gabriela. « Non », qu’il répond brièvement quand elle lui demande s’il n’y aura pas de petite-amie secrète qui risquerait de débarquer à tout moment. « Tu peux être tranquille ». Gabriela n’a aucune inquiétude à avoir à ce sujet : « La place est libre », il reprend, en haussant les épaules. Il n’a pas de relation secrète avec une femme – peut-être que Gabriela sera déçue de l’apprendre.



@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Jeu 31 Déc - 17:23

Son 'je ne serai pas long' sonne comme une promesse. Pas seulement de revenir sur le bateau, mais une promesse plus large, aussi effrayante que grisante. Alors qu'elle est encore dans ses bras, le bout du nez dans le creux de son cou, elle dépose un baiser à la naissance de sa machoire. « bien » c'était un par curiosité, mais surtout pour savoir s'il devait rajouter un temps de trajet conséquent. Mais ce serait un peu égoïste de sa part que de lui demander de rester encore un peu plus, ou d'écourter sa visio, seulement parce qu'elle a une mauvaise passe. Et puis, elle peut très bien l'attendre ici, juste à profiter du bateau et du paysage. Visiblement, elle n'a pas besoin de le convaincre, il lui offre volontiers l'hospitalité, alors elle arrête son petit jeu pour le faire céder, ce n'était pas comme s'il y avait une quelconque résistance. Et puis, le déjeuner en guise de remerciement, c'était le moins qu'elle puisse faire même si elle devait d'abord jeter un coup d'oeil au frigo et au placard. Et dans le pire des cas, elle pourrait aller faire quelques courses à proximité pendant son absence, histoire que son 'merci' soit réellement à la hauteur.
Gabriela aurait pu retourner s'asseoir à sa place, mais sur les genoux de zander qu'elle trouve sa nouvelle place. Si elle ne l'avoue pas à voix haute, elle le sait dans son for intérieur, ses bras lui font un bien un fou, et même si elle devra les quitter à un moment ou à un autre, elle tient à profiter encore un peu, malgré les questions qui se bousculent et les émotions en pagaille. Quand elle tourne légèrement la tête, elle le voit, le rouge de ses joues, et elle retient un sourire face à cet effet plus qu'évident. Il était encore plus craquant comme ça, et ça fait ressortir le bleu de ses yeux. Et il la fait marrer avec sa question, plus encore avec sa réaction. Elle hausse les épaules, continuant la mascarade. « peut-être bien » mais elle se met à rire en voyant sa tête, avant de retrouver son sérieux, même un peu de tristesse. Et quand il vient l'entourer de ses bras, elle s'autorise à fermer les yeux quelques instants, à juste profiter de cette étreinte et des quelques caresses. Un baiser sur le t-shirt qu'elle porte -celui du brun-  et elle se tourne doucement, alors que c'est les montagnes russes dans son ventre. Ça s'agite de partout, des alarmes qui retentissent, des signaux qui clignotent, mais elle prend sur elle, calme son rythme cardiaque alors qu'elle vient doucement caresser sa joue. La douceur de Zander lui fait du bien, et une nouvelle fois, elle plante ses lèvres sur sa joue et reste le front appuyé contre sa tempe. Ses lippes s'étirent, amusée par l'appellation qu'il donne à son bateau, ou au lieu de manière générale. « cette appellation désigne-t-elle son propriétaire aussi ? » demande-t-elle, taquine et rieuse. « c'est un joli nom, et ça correspond bien » affirme-t-elle en redressant doucement la tête, mais toujours sur les genoux de zander. Elle se pince les lèvres, retient un sourire encore plus grand alors que son myocarde s'agit. Il devrait pas s'emballer comme ça, ça n'annonce jamais rien de bon, qu'elle se dit. Et pourtant, il s'enflamme, encore un peu dans sa cage thoracique. « bien. » dit-elle, presque impassible, si ce n'est cette ombre de sourire qui plane encore. « je bouge pas de tes genoux de toute façon » ajoute-t-elle en haussant les épaules, comme si elle aurait été prête à se battre si une autre avait débarqué -et l'idée n'aurait pas été si farfelue.  

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me · Jeu 31 Déc - 18:56
Sa question qui devait être une plaisanterie se transforme en confession – du moins, c’est ce que Gabriela laisse entendre – : il ne sait pas si elle se fiche de lui (une fois de plus) ou si elle est sincère. Il écarquille légèrement les yeux quand elle lui répond qu’elle a peut-être bien commis un meurtre. Il reste silencieux, il n’est pas piqué par une once de curiosité car il aurait bien trop peur d’en savoir soudainement trop au sujet de la belle. Alors, il préfère se conforter dans l’idée qu’elle se paie sa tête une nouvelle fois (bien que cette option ne soit pas la plus valorisante pour lui, elle est surtout la plus rassurante). Finalement, quand elle lui confesse traverser en réalité une mauvaise passe – ce qui le rassure et lui fait oublier toute cette histoire autour de crime imaginaire –, il est soulagé. Néanmoins, il ne peut s’empêcher d’éprouver un peu de peine (mais pas de pitié) pour elle, car il n’aime pas savoir les gens qui sont proches de lui ne pas être bien. Alors, d’un geste instinctif, il vient l’entourer de ses bras, pensant naïvement que ce simple geste pansera tous les maux de Gabriela Ortega. Il laisse l’une de ses mains caresser son dos pour venir se nicher près de ses reins. Ce geste qui se veut innocent n’est pourtant pas sans incidence dans son système interne. Il s’évertue de garder le contrôle sur son rythme cardiaque et sur sa respiration, bien qu’il se montre défaillant dans l’exercice. Il aimerait comprendre ce qui le met dans cet état – en réalité, il le sait mais ne veut pas s’en rendre compte –, comprendre pourquoi son disque dur déraille à cet instant, dans ce moment de complicité, dans cet instant où il n’a jamais été aussi proche de Gabriela. C’est la première fois qu’elle vient contre lui, sur ses genoux, qu’il la prend dans ses bras avec autant de conviction mais quelque part, une part de lui aimerait que ce ne soit pas la dernière fois. Pas la dernière fois qu’il puisse lui offrir ce moment de douceur et de tendresse, ce moment aussi doux qu’apaisant, ce moment aussi agréable que bon. Il se dit que si Gabriela ne voudrait pas de ses bras, elle l’aurait déjà repoussé ou se serait lancée dans une nouvelle taquinerie. Elle est silencieuse, aussi silencieuse que lui. Leurs deux coeurs s’affolant. Il ne se rend pas compte que son système interne, à elle aussi, déraille, faiblit et s’ouvre à lui. Finalement, il essaie de se concentrer sur leur conversation et les quelques mots qu’ils échangent. Oui, elle a eu raison de venir trouver refuge ici. Parce que malgré l’effet qu’elle a sur lui, il lui fait du bien. « Je... », tente-t-il d’émettre, en sentant ses joues rougir, devant la question de la portoricaine. Il sent déjà le regard de la belle posée sur lui. Il ne dit rien, alors que finalement elle vient le questionner sur l’existence d’une petite-amie qui pourrait intervenir à tout moment dans ce bateau. Zander lui révèle qu’il n’y a pas de petite-amie et que cette place est libre. Il ne ment pas : aucune femme n’a pris la place de la petite-amie à ses côtés. Cette situation semble convenir et satisfaire la belle Ortega qui affirme ne pas bouger de ses genoux. Que cela signifie ? Il se pince les lèvres, alors que de nouvelles questions viennent le chambouler. Il se dit qu’il a peut-être mal compris – mais n’a pas envie de la faire répéter, comme de peur qu’elle se corrige parce que ses paroles viennent faire battre un peu plus son coeur.« Je… Je vais devoir y aller », émet-il, fébrilement. Il défait enfin l’emprise de ses bras sur Gabriela alors que cette dernière se pousse pour lui permettre de se lever. Il expire un peu fortement, comme pour reprendre ses esprits. Il se saisit de sa veste de costume qu’il s’empresse à mettre, avant de venir déposer un nouveau baiser sur le front de Gabriela. « Je t’envoie un message quand j’ai terminé ma visio. Et je te laisse le champ libre pour le déjeuner : si tu veux, Billy va revenir de la pêche vers 11h, si tu veux des produits frais, tu peux aller le voir. Dis-lui que tu viens de ma part », énonce-t-il. Son regard capte celui de Gabriela. « On fait comme ça ? », sans même attendre une réponse de sa part, ses lèvres viennent trouver le chemin de sa joue pour venir lui déposer un nouveau baiser. Il se résigne à quitter le bateau, presque à contre-coeur, « à toute à l’heure », qu’il émet comme une promesse venue du bord de son coeur.


@gabriela ortega


sujet terminé

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part

Contenu sponsorisé




behind
the mask

may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me  Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me ·
 
may tomorrow be sunny and bright and bring you closer to me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue :: bay port-
Sauter vers: