hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 this is the end, hold your breath and count to ten


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way
Aller en bas 

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1408
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©ndia
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : recovering
work : firefighter
activities : clubs, sport
home : bridgewater way
points : 1597
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· this is the end, hold your breath and count to ten · Dim 6 Déc - 18:02

22 NOVEMBRE 2020 - 11H20
Feat @Winifred Limon

Sonné par ce rendez-vous matinal, tu n’attends pas plus pour envoyer un message à Winifred. Tu lui demandes de passer chez toi. Tu précises ensuite que c’est urgent. T’as pas envie de ruminer 150 ans et de peser le pour et le contre. Là tu as des preuves concrètes que cette fille se fiche bien de toi. Tu t’es totalement trompé à son sujet, aveuglé par tes sentiments. T’as voulu croire que c’était une mauvaise passe et que tout irait mieux avec le temps mais non, tout ne va pas mieux. Au contraire, la situation est critique. Et il semblerait qu’elle ait finalement un dénouement en ce dimanche de novembre. Mais ça, la brune n’en est pas encore informée. Elle ne devrait pas tarder à le savoir. Lorsqu’elle débarque pour tenter de t’embrasser comme habituellement, tu tournes la tête au dernier moment. – Non, je me passerai du bisou. – Autant annoncer la couleur dès le départ. Elle s’offusquera probablement de ce vent majestueux mais tant pis. Elle le mérite bien. T’as été trop gentil avec elle. Et hors de question de la laisser à nouveau te piétiner. – Assieds-toi, ça ne sera pas très long. – Du moins, en théorie. T’aurais peut-être dû lui demander à vous voir en dehors de chez toi au cas où. En tout cas, ta mine est rouge. Tu ne cherches plus à masquer ta colère et ton agacement. Et tu ne comptes pas faire d’effort avec elle. – Regarde, j’ai quelque chose pour toi. – Autant dire que ce n’est pas un cadeau de noël avant l’heure mais ça elle doit bien s’en douter vu ton attitude froide et méprisante. Tu déposes sur la table une grande enveloppe ouverte où il est écrit Winifred Limon. Bras croisé, tu attends sagement qu’elle découvre ce qui se cache à l’intérieur. Des photos en noir et blanc. Une première d’elle sortant de son domicile le soir sans Estrella. Une seconde dans la rue où elle apparaît clairement en robe de chambre. Puis une troisième où elle ouvre la fenêtre d’une maison qui n’est pas la sienne. Une quatrième où elle rentre par la dite fenêtre. – Ça t’arrive souvent de rentrer par effraction chez tes voisins la nuit en robe de chambre ?! – Tu demandes l’air de rien tandis qu’elle continue à visualiser la série de photos devant tes yeux. La prochaine se trouvant être la boîte aux lettres du propriétaire des lieux. Un certain Tony Burton. – Et dire qu’il m’a assuré qu’il ne se passait rien entre vous. – Tu murmures te souvenant d’avoir rencontré un jour ce fameux Tony alors qu’elle était hospitalisée. Le garçon t’avait convaincu qu’il n’était pas son amant. Si bien que tu avais finis par le croire. Mais visiblement, celui-ci t’as berné. Puisque tu as là sous les yeux la preuve qu’il se passe bien quelque chose entre les deux.

_________________


I am in misery
There ain't nobody
Who can comfort me, oh-yeah


Dernière édition par Aaron Edwards le Sam 12 Déc - 19:39, édité 1 fois

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 1068
name : fai
face + © : aarjona - @all souls
multinicks : woody, dewey, myrtle

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : tony-ed
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3828
moodboard : this is the end, hold your breath and count to ten T6NLOkD
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Sam 12 Déc - 12:54
@Aaron Edwards

Etre accueillie avec tant de froideur suscita en elle une pointe d’agacement. Sa fierté en prit un sérieux coup - d’ordinaire, les hommes ne refusaient pas ses avances. Elle le foudroya alors du regard, mais ne dit mot, le suivant d’un pas lent, comme un condamné dans le couloir de la mort. Depuis leur dernière altercation, le couple n’avait pas réussi à renouer leurs rapports. Aaron lui avait dit qu’il l’aimait, et Winifred n’avait pas donné suite à sa déclaration. Alors, naturellement, elle pensa que c’était ce sujet qui le mettait dans un tel état de colère et elle se résolut donc à se faire toute petite. Si les choses avaient été inversées, elle aurait sans doute réagit pareil. D’autre part, l’épisode nocturne qu’elle avait eu avec Tony quelques jours plus tôt la mettait intimement en difficulté pour oser lui tenir tête. Ce qu’elle ressentait pour Tony, elle se l’expliquait de bien des manières. Sa psychiatre lui avait même avancé de nombreux termes très précis mais elle persistait à s’y engager, quitte à tout perdre. Aaron l’invita à s’asseoir mais elle l’ignora. S’il voulait l’engueuler, elle voulait rester debout pour se donner du courage. L’instant d’après, il lui annonça qu’il avait quelque chose pour elle et elle arqua un sourcil, intriguée. Allait-il lui offrir un cadeau ? Son coeur s’emballa, s’imaginant un instant qu’il l’avait fait marcher avec son introduction pour finalement la combler de présents. Malheureusement pour elle, elle se fourrait le doigt dans l’oeil jusqu’au coude puisque lorsqu’elle ouvrit l’enveloppe, elle sentit son monde s’écrouler. Elle découvrit une série de photos la représentant, le soir de sa tromperie. Ses mains se mirent à trembler et elle eut besoin d’un délai pour réagir. Les mots d’Aaron vrillèrent à ses oreilles tandis qu’elle n’osait pas relever son regard sur lui. Au bout d’un moment, la mâchoire serrée, elle jeta les photos sur le torse d’Aaron avec violence. « Mais quel hypocrite ! Tu me parles de confiance, tu me déclares ta flamme et me juge sur mes problèmes mentaux mais tu me traques ?! » Elle prit son visage entre ses mains, pour essayer de calmer la colère qui commençait à l’aveugler. « C’est absurde... Je suis en train de rêver… » Elle fit plusieurs pas en arrière, tremblante de la tête aux pieds. « Aaron, tu ne sais pas de quoi tu parles. Arrête-toi là tout de suite. » Elle regarda les photos au sol et fronça les sourcils. « Ce sont des photos professionnelles. » Elle affirma cela avec une froideur et un dégoût dans la voix. Il n'était même pas capable de faire le sale boulot par lui-même. « Depuis combien de temps ? » Cette fois, son regard se posa sur Aaron, un regard atrocement triste, vulnérable et clairement égaré.

_________________
❝ I wanna be alone, alone with you, does that make sense?
I wanna steal your soul and hide you in my treasure chest.
I don't know what to do with your kiss on my neck.
I don't know what feels true but this feels right so stay a sec❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1408
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©ndia
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : recovering
work : firefighter
activities : clubs, sport
home : bridgewater way
points : 1597
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Sam 12 Déc - 20:03

Il est clair que depuis les premières révélations sur Winifred, tu ne vas pas bien. Ton monde s’est effondré. Mais malgré tout, t’as tenu à croire en votre couple, croire en votre amour, croire en elle. Tu t’es dis que c’était juste une mauvaise passe. Sauf que non, depuis le départ, tu es dans le déni. Tu refuses de mettre un terme à votre relation qui n’a plus rien d’idyllique à ce jour. Ce qui vous reste ? Plus rien. Preuve en est : tu as fais appel à un professionnel, incapable de lui faire confiance à nouveau, et celui-ci a fait des découvertes fracassante à son sujet. Tu commences par celle qui est la plus importante à tes yeux. Sa tromperie. Tu lui présentes des photos très parlantes, qui ne manquent pas de te revenir à la gueule. Bien évidemment, elle s’énerve. Tu n’en attendais pas moins de sa part. Tu tâches de prendre sur toi et rester calme. Mais aussi ferme et très froid. Pourtant tu bouillonnes à l’intérieur. – Je voulais être sûr justement que tu étais digne de confiance. – Tu ne réagis pas face à ses accusations et au fait qu’elle te traite d’hypocrite. Ce n’est pas vrai. Tu lui as avoué que tu ne lui faisais plus confiance. Et elle n’a pas su te rassurer à ce sujet. Tu lui as dis que tu l’aimais et elle a pris la fuite. A quoi s’attendait-elle ? Bien évidemment que ça a éveillé tes soupçons. – Mais il est clair que ce n’est pas le cas. – Le constat est là. Et elle ne pourra pas te dire le contraire. Les preuves sont sous ses yeux même si elle les as fait valser de colère. Elle aura beau les brûler ou les déchirer, ça ne changera rien. Et elle ne pourra pas nier non plus. – Oui – Ce sont bel et bien des photos professionnelles. Son cerveau semble percuter. Si elle souhaite plus d’informations, très bien. T’as plus rien à lui cacher de toute façon. – J’ai engagé un détective privé depuis fin septembre. – A moins que ce ne soit début octobre ? Peu importe. Tu l’avais embauché pour deux mois en tout cas. Il t’avait dit que ça serait suffisant. La preuve en est. Tu n’aurais pas pu te permettre financièrement de le payer plus longtemps de toute façon. – Et toi, je te retourne la question, depuis combien de temps tu te fiches de ma gueule ? – Hors de question de la laisser retourner la situation. Ce n’est pas toi le fautif. Certes, tu l’as fais espionner à son insu mais c’est elle qui a fauté. Elle est prise la main dans le sac et rien qu’elle pourra dire ne pourra te faire changer d’avis. – T’as fais fort quand même, car le détective n’avait rien détecté jusqu’à là. J’imagine que tu sais être discrète quand tu veux. – Nouveau tacle. Tu as l’impression d’enfin découvrir son vrai visage. Et c’est pas beau à regarder. O non. Du dégoût se lit sur ta frimousse. T’es un homme bafoué, trahit, mais prêt à en découdre. – Il a enquêté sur Tony aussi.. et c’est un mec vraiment pas fréquentable. Mais j’imagine que tu le sais déjà. – Ou non. Peu importe. Tu ne sais même pas pourquoi tu lui dis ça. Sûrement car tu tiens encore un minimum à elle et que tu ne voudrais pas qu’il lui arrive quelque chose de grave. Ton côté bon-samaritain qui ressort encore un peu.

_________________


I am in misery
There ain't nobody
Who can comfort me, oh-yeah

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 1068
name : fai
face + © : aarjona - @all souls
multinicks : woody, dewey, myrtle

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : tony-ed
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3828
moodboard : this is the end, hold your breath and count to ten T6NLOkD
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Sam 19 Déc - 20:55
@Aaron Edwards

« Arrête tes conneries » lâcha-t-elle entre ses dents, lassée d’entendre Aaron justifier ses actes à double-faces. Bien sûr qu’il avait bien des raisons d’agir de la sorte mais aux yeux de Winifred, c’était incompréhensible. Il lui avait assuré que la confiance était la base d’une relation saine, il lui avait demandé d’être raisonnable vis-à-vis de Chani et pourtant, lui-même, manquait cruellement de confiance en elle. Certes, il lui avait déjà avoué cette vérité mais la voir se matérialiser dans cet extrême lui fit atrocement mal au coeur. Furieuse, elle n’arrivait pas à retrouver son calme et se mit à trépigner sur ses talons, comme si rester en place lui coutait beaucoup. « Fin septembre ? » Le choc fut total. La bouche bée, elle fit des calculs mentaux pour comprendre l’étendue des dégâts. Il lui avait déclaré sa flamme alors qu’il payait déjà un détective pour l’espionner. A cet époque, Winifred n’avait rien eu à se reprocher - à part peut-être le fait qu’elle ne prenait déjà plus ses médicaments. Mais elle s’était montrée discrète et « normale » à bien des égards. Visiblement, ses efforts n’avaient aujourd’hui plus aucun intérêt et, toujours sous le choc, elle écouta ses révélations sans un mot. Lorsqu’Aaron prononça le prénom de Tony, le cerveau de Winifred vrilla. Ses yeux s’écarquillèrent et elle sursauta. Qu’il s’en prenne à elle, c’était une chose mais mêler Tony à ça et surtout, le traquer également la mit hors d’elle. « Mais t’es un grand malade ! C’est toi qui n’es pas fréquentable ! » Elle fit plusieurs pas pour se retrouver face à Aaron et bien qu’il mesurait plusieurs centimètres de plus qu’elle, la maquilleuse plaqua un index menaçant sur son torse, le visage tremblant de rage. « Laisse Tony tranquille. Aaron, je ne te le dirai pas deux fois. » La situation était absurde mais trahissait le bouleversement de valeurs qui animait Winifred depuis des mois. Elle était prête à s’en prendre à son petit ami pour défendre son agresseur. Mais elle était sûre d’elle, comme rarement elle l’avait été. Tony était devenu sa priorité, tant et si bien qu’elle finit par s’écarter d’Aaron pour revenir auprès des photos. Là, elle se mit à quatre pattes et fouilla parmi elles, à la recherche des photos de Tony qu’elle pourrait récupérer à son compte. Comme un Gollum en quête de son précieux. « Donne-les moi. » finit-elle par lancer, toujours au sol, lorsqu’elle comprit que les photos dont il parlait n’étaient pas dans l’enveloppe. « S’il te plait. » ajouta-t-elle alors, le regard fou et désespéré, posé sur Aaron qu’elle ne voyait presque pas tant son obsession l’aveuglait.

_________________
❝ I wanna be alone, alone with you, does that make sense?
I wanna steal your soul and hide you in my treasure chest.
I don't know what to do with your kiss on my neck.
I don't know what feels true but this feels right so stay a sec❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1408
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©ndia
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : recovering
work : firefighter
activities : clubs, sport
home : bridgewater way
points : 1597
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Mar 22 Déc - 19:45


Le règlement de compte avec Winifred continue et autant dire que ce n’est pas beau à voir. Ça monte crescendo et ce n’est pas prêt de s’arrêter. – Toi arrête tes conneries. – Tu réponds tel un gamin répliquant à coup de nananananère. Tu ne comptes pas te laisser faire. Pas cette fois. Elle est en tord, très clairement. Si il y a bien quelqu’un ici qui fait n’importe quoi de sa vie c’est elle. Certes, tu as fais des erreurs, mais elles ne sont pas de la même ampleur à tes yeux que les siennes. Et puis, si tu les as fait, c’est aussi de sa faute. Elle n’a pas bonne influence sur toi. – Oui fin septembre. T’es sourde en plus d’être folle ?! – Tu rétorques vraiment agacé. Ce n’est pas ton habitude d’être méchant mais là elle t’a vraiment poussé à bout. Ces quelques mots sortent de ta pensée. Et en même temps, elle ne l’a pas volé. Elle s’est bien foutu de ta gueule ces derniers mois alors que toi t’étais au petit soin à s’occuper d’elle et de son chien. T’aurais dû la laisser galérer seule dans son hôpital psychiatrique et refaire ta vie sans elle. Très clairement plutôt que de te voiler la face quant à un futur avec elle. T’as eu faux sur toute la ligne. – Mais bien sûr. – Tu hausses les yeux au ciel lorsqu’elle annonce que tu es un grand malade et que c’est toi qui n’est pas fréquentable. Elle se fiche vraiment de la gueule du monde. Ça t’agace encore plus qu’elle retourne la situation. Si t’en es arrivé là, à faire appel à un détective c’était aussi quelque part pour te prouver que ce n’était pas une fille faite pour toi. T’avais besoin de preuves concrètes. Trop dur de t’avouer que t’as fais fausse route à son sujet. – J’en ai rien à foutre de Tony. Tu crois que je vais lui casser la gueule pour tes beaux yeux ? Certainement pas. – Si elle pense que tu es jaloux ou en colère contre le garçon, elle se plante. Bien entendu, le mec t’a pris pour un con et ça t’agace, mais au fond tu t’en fiches. Tu ne comptes pas le revoir. Et elle non plus. Et tu comptes bien le lui dire à présent. Il faut qu’elle sorte de ta vie. Mais avant, il y a encore un point que tu aimerais éclaircir avec elle. Même s’il n’aura pas de réelle incidence quant à la suite des événements. – T’es complètement cinglée. J’ai pas d’autres photos. Elles sont toutes là. – Tu la regardes par terre chercher tel un toutou des preuves inexistantes de ce que tu avances sur Tony. Tu n’as rien. Le détective a simplement fouillé dans la vie du garçon. Ça s’arrête là. En revanche, il a également trouvé un point pour le moins troublant sur la jeune femme. – Ça te dit quelque chose PiggyWin ? – T’observes attentivement sa réaction. Ce pseudo devrait lui parler puisqu’il s’agit du sien. Une sombre histoire encore qui prouve qu’elle n’est pas une fille qui te correspond. – Tu peux m’expliquer pourquoi tu vends ton linge sale sur le net ? – Tu croises les bras, la regardant de haut et attendant qu’elle se relève avec les quelques photos qu’elle peut embarquer si elle le souhaite. Pas comme si t’en avais quelque chose à faire. – Oh et puis, oublies, j’ai même pas envie de savoir, ça me dégoûte. – Tu marches aussitôt en direction de la sortie en te rappelant soudainement que tu es chez toi. Et merde. Va falloir la virer maintenant. T’aurais clairement dû lui donner rendez-vous ailleurs.

_________________


I am in misery
There ain't nobody
Who can comfort me, oh-yeah

can you paint with all the colors of the wind

Winifred Limon

behind
messages : 1068
name : fai
face + © : aarjona - @all souls
multinicks : woody, dewey, myrtle

age (birth) : 31 ans, 3 septembre
♡ status : tony-ed
work : artiste maquilleuse (jobless).
home : la maison de ses parents à harbor row
points : 3828
moodboard : this is the end, hold your breath and count to ten T6NLOkD
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Lun 28 Déc - 14:49
@Aaron Edwards

La colère d’Aaron la foudroya de la tête aux pieds. Il n’avait plus de limites dans ses propos, il la traitait de folle, haussait le ton et la dédaignait ouvertement. Cette nouvelle attitude était si éloignée de ce qu’elle avait connu depuis un an à ses côtés qu’elle peina à le reconnaître. Était-ce son vrai visage ou celui d’un homme meurtri, qui cherchait à se venger et à la faire souffrir autant que possible ? Winifred n’arrivait pas à savoir tant les attaques la submergèrent et la fragilisèrent. D’ordinaire, la jeune femme savait être vindicative et répliquer mais dernièrement, elle était fatiguée et bien trop vulnérable pour être à la hauteur de cette altercation. Alors, assise au sol, entourée des photos du détective privée, Winifred resta silencieuse. La tête baissée, triste de ne pas avoir de nouvelles photos de Tony à ajouter à sa collection, elle caressa du bout des doigts l’une d'entre elles qui la représentait en train de s’introduire chez Burton. Perdue dans des réflexions très intimes, elle ne réagit pas instantanément aux propos d’Aaron lorsqu’il évoqua Piggywin. Elle se contenta de lever sur lui un regard interrogatif avant qu’il ne détaille le sujet. Une vague de honte la submergea alors et elle plaqua une main sur sa bouche pour retenir un cri de surprise. Ce secret, elle en avait honte jusqu’à ses entrailles mais sa situation financière avait été si dramatique ces derniers temps, qu’elle n’avait pas eu d’autres choix que d’utiliser cette solution pour gagner des sous. Plus personne ne voulait la recruter ou travailler avec elle alors, lorsqu’une camarade d’internement lui suggéra la solution de mettre en vente ses sous-vêtements sur un site internet de fétichistes, Winifred avait accepté. Ce n’était pas glorieux, mais ça payait sacrément bien, suffisamment en tout cas pour régler toutes ses factures et dettes. Elle vit alors Aaron tourner les talons, furieux, incapable de supporter sa présence d’avantage. A cet instant, elle se sentit sale et indésirable. Piteuse, elle se leva doucement et se retint au canapé pour ne pas perdre l’équilibre. Les larmes avaient coulé sur ses joues sans qu’elle ne s’en rende compte et deux traces de mascara marquaient sa peau rougie de honte. Elle s’avança alors jusqu’à Aaron, mais pas pour le retenir au contraire, elle comprit que ce qu’il y avait eu entre eux avait disparu. « Je suis désolée, pour tout. » Ses excuses étaient pitoyables, sans doute autant qu’elle, mais elles étaient sincères. A cet instant, Winifred se haïssait. Elle aurait aimé être une femme normale, équilibrée, qui puisse offrir un foyer sain et un avenir criblé de bonheurs et de têtes blondes au pompier, mais elle ne cochait aucune des cases qui pourraient la rendre suffisamment bien pour un tel homme. Bouleversée, elle ajouta avant de faire un pas en arrière, en direction de la sortie. « Je n’ai jamais voulu te faire de mal. J’espère que tu me crois. » Elle le regarda une dernière fois, tremblante de la tête aux pieds, visiblement en souffrances (ou en manque) avant de se détourner et de filer vers la portée principale. Dans la poche arrière de son jeans, on put apercevoir qu’elle avait chiper l’une des photos du détective privé, celle où elle pénétrait en douce chez Tony.

_________________
❝ I wanna be alone, alone with you, does that make sense?
I wanna steal your soul and hide you in my treasure chest.
I don't know what to do with your kiss on my neck.
I don't know what feels true but this feels right so stay a sec❞

i can see the fire through your eyes

Aaron Edwards

behind
messages : 1408
name : vodka paradise
face + © : alex ludwig - ©ndia
multinicks : jules, gabriel, evelyn

age (birth) : 22 ans, 12/08/1998
♡ status : recovering
work : firefighter
activities : clubs, sport
home : bridgewater way
points : 1597
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : dispo

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten · Mar 29 Déc - 19:12


En quasi un an de relation, jamais tu n’auras été aussi virulent envers Winifred. Tes mots sont forts et blessants. C’est comme si tu plantais des poignards sur toutes les parcelles de son corps pour le mal qu’elle t’a fait ces derniers mois. Une sorte de vengeance ou plutôt de rébellion car tu as assez souffert et elle t’a assez traîné dans la boue. Tu t’es rendu compte que tu vaux bien mieux que ça et qu’il est temps que ça s’arrête. Car plus le temps passe, moins tu te reconnais. Tu as perdu ta joie de vivre et commence à sombrer peu à peu dans la folie toi aussi. Jamais tu ne t’étais mis en colère pour une femme. Tu as failli noyer Daniel il y a quelques temps pour elle et t’as haussé le ton aussi face à ce fameux Tony. Et puis, cet histoire de détective ça ne te ressemble pas enfin de compte. Tu ne sais pas comment tu as pu en arriver à là. Mais faut que ça cesse. Et puis tous les mensonges de Winifred aussi. Tu ne la reconnais plus et ne la comprends plus. Ce n’est pas la même femme que tu as rencontré il y a un an. Celle-ci semble enfin prendre connaissance du mal qu’elle a pu te faire et s’excuse de la plus simple des manières. Mais c’est trop tard. Elle t’a déjà perdu. Et elle semble en être consciente. T’aimerais la croire quand elle te dit qu’elle n’a jamais voulu de faire de mal mais c’est impossible. – J’en sais rien, Wini. – Cela sera probablement la dernière marque d’affection que tu lui portes. Ce diminutif mignon que tu utilisais pour l’appeler. Cela te rend triste mais t’es encore en colère contre elle et tu ne feras pas marche arrière. – Je n’arrive plus à te croire. Je ne sais plus qui tu es réellement. – Tu balances n’attendant pas de réponse précise. T’espère qu’elle n’aura pas le culot de te balancer qu’elle est la même qu’il y a un an, ce qui serait encore plus blessant car cela voudrait dire qu’elle t’a caché sa vraie nature depuis le début. En attendant, tu te lèves pour la suivre et la raccompagner vers la sortie. T’as conscience qu’il s’agit probablement de la dernière fois que tu la vois. Tu l’espères en tout cas pour ton bien. – J’ai besoin d’oublier tout ça. De t’oublier. Faut que tu sortes de ma vie. – Tes mots sont forts et tu te rends compte aussi qu’elle n’est pas bien à ce moment là mais elle te doit bien ça. Faut plus que vous vous voyez à présent. Tu l’observes hocher doucement la tête en guise d’affirmation avant qu’elle quitte ton domicile. Tu mets du temps à fermer la porte derrière elle. T’aimerais l’intercepter pour un dernier baiser ou bien terminer sur une note positive du genre « prends soin de toi » mais ça ne serait pas raisonnable. Il est temps de lui dire adieu. Tu fermes alors la porte à clé avant de t’effondrer sur ton canapé. Une page est entrain de se tourner.



Sujet terminé.

_________________


I am in misery
There ain't nobody
Who can comfort me, oh-yeah
Contenu sponsorisé




behind
the mask

this is the end, hold your breath and count to ten Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: this is the end, hold your breath and count to ten ·
 
this is the end, hold your breath and count to ten
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: