hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 I won't be afraid just as long as you stand by me


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue :: bay port
Aller en bas 

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 2 Jan - 13:45
[jan. 6th]

Ces fêtes de fin d’année sont l’occasion pour Byrd de profiter de ses proches, en particulier de ses neveux, qu’il ne voit que trop ponctuellement le reste de l’année. Étant en congés, il n’a aucun scrupule de passer ses après-midi dans le salon de ses grands-parents, à s’occuper de ses neveux, à jouer avec eux. Toutefois, les enfants l’accaparent bon nombre de fois et piaffent d’impatience quand Zander pianote sur son téléphone quelques messages. Du haut de leurs quatre et six ans, il ne peut pas leur en vouloir. Ces derniers jours, il a aussi passé du temps avec ses amis, en particulier avec l’une d’eux. Gabriela Ortega. Ils se sont revus, peu de temps après les festivités de Noël, où il a profité de ce moment partagé avec elle pour lui offrir le cadeau qu’il avait confectionné juste pour elle. Ce n’est qu’un modeste cadeau : un collier avec un pendentif coquillage, que le trentenaire avait travaillé et décoré pour le rendre unique. Unique, comme certainement leur relation. Il n’est pas rare qu’ils se retrouvent en soirée, dans un endroit public ou chez-lui, sur son bateau tout simplement. Pour passer du temps ensemble. Pour parler pour ne rien dire, pour se regarder en silence et sourire (dans ces instants là, ses joues se réchauffent un peu, rougissant légèrement). Ce soir, comme chaque soir passé avec Gabriela, ils ont convenu d’une heure pour se retrouver.
Zander est à bord de son bateau. Il s’affaire autour d’une bouteille de tequila, celle que la belle portoricaine lui a offert pour son anniversaire, et d’un pichet. Il se gratte le haut de son front, avant de se munir de son téléphone portable et de rechercher sur internet un cocktail à base de tequila : il ne souhaite pas se lancer dans l’élaboration d’un cocktail tel un petit chimiste. Finalement, il se lance dans l’élaboration d’une tequila sunrise. Pendant, qu’il se concentre dans les dosages, la belle fait son entrée. Elle n’est pas venue les mains vides. Il redresse la tête, abandonnant les bouteilles qu’il tient entre ses mains pour l’accueillir chaleureusement. « Hey », articule-t-il, en s’essuyant les mains avec un torchon puis en se dirigeant vers elle. « Attends, laisse-moi te débarrasser de ça », qu’il souffle, en prenant la boîte qu’elle a apporté avec elle. Zander s’en saisit et la dépose sur la table, puis revient vers la portoricaine. Il la prend dans ses bras pour lui offrir une étreinte chaleureuse et embrasser sa joue avec empressement. Le battement de son coeur s’animant en sa présence. « Tu vas bien ? », énonce-t-il, en se détachant. Un discret sourire se dessine sur ses lèvres, alors qu’il reprend son activité. « J’étais en train de nous préparer un cocktail, tu m’en diras des nouvelles… Mais promis, je n’ai pas tout déversé dans le pichet », qu’il commente, en désignant du menton la bouteille de tequila. Il lève la tête, croisant son regard. Il termine la confection de son cocktail et sort deux verres pour les servir. Zander vient s’asseoir sur la banquette, adressant un signe à la belle brune de le rejoindre. Il passe son bras autour d’elle, venant la serrer doucement contre lui. « Je te préviens, je t’interdis de recracher, si tu n’aimes pas », qu’il fait, en évoquant sa préparation.

@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 2 Jan - 17:09
[jan. 6th]

Gabriela n'avait rien contre les fêtes de Noël mais elle n'en était pas particulièrement fan non plus. Ça se passait en petit comité : son père et elle. L'affaire était vite réglée. Parfois avec quelques amis, mais les festivités ne s'étalaient jamais. Cette année pourtant, il y avait un cadeau de plus dans sa hotte. Si trouver un cadeau pour Zander avait été relativement simple pour son anniversaire, elle avait dû se creuser la tête pour Noël. Rien de génial ne lui était venu, et elle n'allait certainement pas lui faire le coup de la bouteiller de tequila une deuxième fois, ni même une seconde clé usb remplie de musiques latinos. Après plusieurs de recherches elle avait opté pour quelque chose de simple, mais qui lui irait à merveille : une écharpe à la teinte bleutée qui, elle en était sure, ferait parfaitement ressortir ses yeux. Et c'était sans doute l'une des choses qu'elle aimait le plus chez Zander : la couleur de son regard. Si douce et pourtant si pénétrante.
Mais ce soir, il n'était pas question de cadeaux. Juste une soirée comme une autre, quelques verres et quelques gourmandises que la portoricaine avait ramené. Non, elle ne les avait pas fait, mais elle avait été les acheter dans les meilleures boutiques de la ville. Des cookies, des muffins, quelques brownies et macarons, en bref, de quoi se faire plaisir. C'est à l'heure convenue que Gabriela arrive, montant sur la bateau sans ne rien faire tomber. « hey, Zander ! » appelle-t-elle avant de voir sa tête apparaître. Il prend la boite entre ses mains avant de la prendre elle, entre ses bras. Comme de nombreuses fois dernièrement, elle glisse le bout de son nez dans son cou, et dépose un baiser sur sa joue. « pas mal, et toi ? »  elle jette alors un coup d'oeil à ce qu'il est en train de concocter. Son sourire s'élargit et elle note les bouteilles étalées sur le plan de travail. « n'aurais-je pas un peu déteint sur toi, Zander... tu te mets donc à la tequila ? » elle est amusée, et pas peu fière. « Tequila sunrise ? » c'est sans doute ce qu'il y avait de moins risqué à faire et surtout de réellement bon lorsque l'on n'était pas fan de tequila ou que l'on voulait en dissimuler le goût. Gaby se glisse alors sur la banquette, plantant une nouvelle fois ses lèvres sur sa joue avant qu'il ne l'entoure de ses bras. « arrête, je suis sure que c'est pas horrible. Ça doit même être bon ! » puis dans le pire des cas, ça ressemblerait à quoi ? Trop de tequila ? Il était safe avec Gaby, vu qu'elle s'en faisait parfois des shots -pas toujours très agréable à boire, mais ça avait son petit effet. Elle attrape alors le verre, trinque doucement avec le brun. « à tes débuts de barman » dit-elle dans un sourire pour en prendre une première gorgée. Elle déguste et repose le verre. « je t'autorise à en faire d'autre... c'est réussi » elle boit une autre gorgée et laisse sa tête reposée contre l'épaule de zander. « t'as d'autres talents du genre ? Oh d'ailleurs il y a des gateaux dans la boite ! » ajoute-t-elle avant d'oublier une deuxième fois.

@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 2 Jan - 19:12
Zander se presse à débarrasser Gabriela Ortega, qui est venue avec quelques gourmandises dans une boîte, avant de revenir vers elle pour la prendre dans ses bras. Ils s’embrassent mutuellement la joue, profitant alors de cette étreinte chaleureuse qu’ils s’accordent, pendant quelques secondes. Des gestes tendres qu’ils s’offrent et qu’ils s’accordent de plus en plus, ces derniers temps. Plus ils passent ensemble et plus ils sont devenus tactiles et démonstratifs dans leur geste à l’égard de l’autre. Il n’y a aucune animosité entre ces deux-là. Juste de la tendresse, juste de l’affection, juste un peu de douceur. Cette étrange dose qu’il manquait, jusqu’à maintenant, dans le quotidien de Zander. Il hoche la tête pour lui signifier qu’il va bien lui aussi, avant de reprendre sa place sur sa table – qui lui sert de table à manger, de plan de travail, de bureau, et j’en passe. Il lui annonce alors ses projets : élaborer un cocktail. « Je ne vois pas pourquoi, tu dis ça. », émet-il, quand elle lui demande si elle n’avait pas un peu déteint sur lui. Il ne le reconnaîtra pas. En se lançant dans cette préparation, il a voulu avant tout faire plaisir à la belle portoricaine. Il espère vraiment que cela lui fera plaisir. « Oui », répond-il, en terminant son mélange. Quand il termine de préparer la boisson, il s’empresse de leur en servir un verre afin de s’en abreuver.
Quand il s’installe autour de la table, l’invitant à s’installer juste à côté de lui, il laisse son bras s’aventurer autour de la brune. Un discret rictus étire ses lèvres, quand elle vient l’embrasser une nouvelle fois. Finalement, il lui annonce qu’elle n’a pas le droit de recracher sa mixture. La jeune femme semble être optimiste dans sa dégustation à venir, estimant que ce sera bon. Il ne dit rien alors qu’ils prennent chacun leur verre et viennent trinquer. « Je n’ai aucun mérite, tu sais... », énonce-t-il, quand elle l’érige au rang de barman. « ...Je veux dire j’ai juste pris une recette sur internet », il confesse. En effet, il a mené une recherche internet, quelques minutes auparavant. »Si tu m’y autorises alors... », il tourne légèrement la tête en direction de la jeune femme qui se tient juste à côté d’elle. « Je ne suis pas sûr d’avoir de talents, en vérité, réplique-t-il, sans prétention. Il hausse légèrement les épaules, avant de se pencher légèrement sur la table pour récupérer et tirer la boîte de gâteaux que Gabriela a apportée. Il l’ouvre, découvrant les gourmandises qui s’y cachent. « Humm, ça a l’air délicieux. Merci », souffle-t-il. Il plonge sa main dans la boîte, en se saisissant deux pâtisseries. Il en tend une à Gabriela, puis il croque dans l’un d’eux. « Hum, c’est délicieux », lâche-t-il, après avoir dégusté sa première bouchée. « Tu veux goûter ? », lui demande-t-il, en lui présentant le muffin qu’il avait dans la main.
Alors qu’ils terminent la dégustation de leur premier muffin, il laisse de nouveau son bras entourer la taille de la jeune femme, pour la rapprocher de lui. Son bras remonte légèrement, puis il vient s’approcher de son visage pour lui offrir un baiser sur le haut de son front. Il laisse sa main s’aventurer dans la chevelure longue de la belle, lui caressant les cheveux. Il ferme doucement les yeux, profitant et savourant de cet instant en toute tranquillité qu’il lui offre. Finalement, il se redresse quand il entend à l’extérieur des bruits de pétard. En alerte, il retient sa respiration. « Qu’est-ce que c’est? » demande-t-il, n’osant bouger par peur. Il avale difficilement sa salive.


@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 2 Jan - 23:38
[jan. 6th]

La portoricaine se rappelait encore de leurs premières soirées où elle lui avait ramené la bouteille de tequila : quinte de toux après avoir ingurgité l'alcool. Et elle pouvait comprendre : n'importe qui de pas habituer pouvait avoir du mal à encaiser ce genre d'alcool, la vodka dans le même panier. Et même si on s'habitue à tout, elle ne s'attendait pas un jour à voir Zander leur préparer un cocktail à base de tequila. « oh j'sais pas... comme ça » le taquine-t-elle, l'air de rien, mais sachant très bien qu'elle avait raison : elle avait déteint sur lui qu'il le reconnaisse ou non.  Elle le laissait finir en silence, qu'il reste concentré sur ses doses avant qu'ils ne s'installent tous les deux sur la banquette du bateau.
En aucun cas Gabriela ne s'apprêtait à recracher son cocktail, même s'il était imbuvable. Si elle n'était sans doute pas la fille avec le plus de manières, elle avait quand même la même base. A la remarque de Zander, elle lève les yeux au ciel, se retenant de ne pas (gentiment) le frapper. « ah non, tu commences pas. » elle continue de boire son cocktail, le finit et repose le verre sur la table. « on suit tous des recettes, alors dis pas que t'as aucun mérite. T'as réussi, savoure ! » il avait cette facheuse manie de se descendre quand il avait seulement à profiter du moment et de ce qu'il venait de faire lui-même. Si les grands chefs cuistots créaient éventuellement leurs propres recettes, pleine d'originalité, ils avaient commencé comme tout le monde : en suivant un manuel, créée par un autre. « tu me dis encore une fois que t'as pas de talent, et t'es privé de gateaux » si elle disait ça sur le ton de la plaisanterie, elle n'en était pas moins sérieuse. Elle n'appréciait pas de le voir se démonter comme ça. Ça avait tendance à l'agacer qu'il ne se pense pas doué alors qu'il avait -comme tout le monde- au moins un talent. Gaby préférait mettre ça de côté, attirée par les gateaux que Zander commençait à sortir de la boite. Elle prend le macaron qu'il lui tend, rapidement englouti, avant de prendre une bouchée du muffin de son ami. Son sourire en disait long : délicieux. Les meilleurs c'était ceux au chocolat avec des pépites de chocolat.
Calée contre le brun, elle se laisse à fermer les yeux un instant, pour profiter des caresses qu'il lui octroyait, encore une fois à toucher ses cheveux. Ça aussi, c'était un délice, plus encore que les muffins qu'elle avait ramené. Elle aurait pu rester comme ça des heures, peut-être même à finir par s'endormir tant c'était agréable mais c'était sans compter sur Zander qui se redressait au bruit de pétards. La môme relève la tête, et surtout rouvre les paupières pour finalement apercevoir quelques lumières un peu plus loin. « détends toi » lache-t-il en riant. « Des feux d'artifice » elle pointe le rivage, un peu plus loin -beaucoup plus loin- d'où ils apercevaient désormais des couleurs rouges et jaunes dans le ciel. « viens » elle le prend par la main, attrape les plaids à l'endroit où il avait été les chercher la dernière fois, et l'amène à l'extérieur de la cabine. Elle s'installe entre les jambes de Zander, et enroule leurs deux corps (tant bien que mal) dans les plaids qu'elle avait pris. Elle se réchauffait dans ses bras, et sous le moelleux des couvertures, la tête appuyée en arrière, calée contre le torse du brun. La soirée était encore meilleure que ce qu'elle avait pu imaginer. « ils sont un peu en retard si c'était pour le nouvel an. Ça nous fait une représentation perso » mais ça n'allait sans doute pas durer longtemps -comme tous les pétards tirés sans autorisation.

@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 3 Jan - 14:20
Zander ne réplique pas face à Gabriela. Il reste silencieux, hoche tout doucement la tête, lui donnant silencieusement raison, avant finalement de tromper ses lèvres dans sa mixture alcoolisée. Il boit une gorgée, alors que la portoricaine reprend de nouveau la parole. « Me priver de gâteaux, carrément ? », il répète, incrédule, quand elle lui annonce la sentence irrévocable s’il venait à dire une nouvelle fois ne posséder aucun talent. En réalité, le californien ne sait pas s’il peut considérer avoir un talent particulier pour telle ou telle chose. Il y avait ceux qui brillaient dans un domaine artistique – en musique, en chant, en dessin, en peinture, en couture, par exemple – ou dans d’autres domaines. Il y a bien l’informatique et le codage dans lequel il excelle particulièrement, par rapport à un mec lambda de son âge, ou encore le hacking. Mais savoir craquer la sécurité d’un site est-ce suffisant pour le considérer comme un talent ? Il ne sait pas et il ne préfère pas se poser la question, son attention étant alors bien rapidement portée vers les gourmandises que la belle brune a apportées avec elle, en arrivant. Il y avait diverses pâtisseries en tout genre et son premier choix se porte vers un muffin. Il propose à son amie de goûter à son tour dans son muffin – c’est bien quelque chose qu’il aurait hésité, au début de leur relation. Sans une once de timidité, il partage avec elle sa pâtisserie. Il croise le regard de la belle Ortega, captant ce sourire qui embrasse ses lèvres. Par mimétisme, les lèvres de Zander s’élargissent pour lui offrir un grand sourire. Il y a une chose dont il se rend à l’évidence : ces moments passés avec elle lui sont bénéfiques. Il se laisse aller, lui offrant des démonstrations d’affection à son égard : des baisers sur la joue, des caresses, une main glissée dans sa courte chevelure pour lui masser le cuir chevelure. Cette soirée ne déroge pas des précédentes, la prenant entre ses bras, pour sentir la chaleur de son corps près du sien et lui donner des caresses et perdre ses doigts dans ses cheveux. Ni l’un ni l’autre n’ose briser cet instant de silence. Il profite tous les deux de ces quelques minutes passées, l’un contre l’autre, les yeux fermés. Avec les jours, Zander avait appris à contrôler sa respiration et les battements de son coeur qui faiblissaient quand il se trouvait en compagnie de Gabriela Ortega.
Mais ce moment paisible et agréable, quand soudainement des bruits sourds et violents retentissent dans la cabine, sans qu’il ne s’y attende. Il défait rapidement l’emprise qu’il a sur elle et se redresse, se demandant bien ce qu’il se passe. Cela ne manque pas de faire rire la brune – voilà sûrement là, pour elle, une nouvelle occasion de le taquiner –. Cette dernière évoque des feux d’artifice. Il plisse légèrement les yeux et suit le point qu’elle désigne à l’extérieur. En silence, il se laisse entraîner à l’extérieur de son bateau. Le californien prend place dehors, rejoint par la portoricaine qui trouve sa place entre ses jambes. Il l’aide à les envelopper dans ce plaid, afin qu’ils n’attrapent pas froid. Zander se rapproche un peu plus de Gabriela, pour la sentir tout contre lui. « On n’a pas à se plaindre », glisse-t-il, quand elle lui fait remarquer que les auteurs de ce feu sont un peu en retard mais que cela leur fait une représentation personnelle. Ils n’ont clairement pas à se plaindre. « On a plutôt une belle vue d’ici, en plus », il commente, alors que son regard est rivé en direction de l’horizon, détaillant les couleurs qui viennent exploser dans le ciel. Il rapproche sa tête de celle de son amie pour venir, quelques instants après, lui glisser un discret baiser sur la joue. Il reproduit le geste une deuxième fois. « Tu n’as pas trop froid ? », il chuchote, comme de peur d’être entendu par d’autres pendant ce spectacle inattendu dans le ciel.
Quelques minutes après, le calme retrouve sa place dans le ciel étoilé de Windmont Bay. Zander se redresse et se remet sur ses deux jambes. Il tend sa main en direction de Gabriela, afin de l’aider.



@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Jeu 14 Jan - 21:39
[jan. 6th]

« Oui carrément ! » rétorque-t-elle, sérieuse quant à ce qu'elle venait de dire. Elle n'aimait pas que Zander se descende -ni même qui que ce soit de son entourage- et elle aurait aimé qu'il ouvre les yeux sur sa propre valeur. Tout le monde en avait (ou presque, sans doute) d'une façon ou d'une autre. Ça ne voulait pas dire que tout le monde était Mozart ou Maradona, ni même Einstein. Mais tout le monde avait ce petit quelque chose qui le rendait importait dans la vie de quelqu'un ou apportait sa pierre et sa lumière dans un monde qui semblait pourtant pourrir à vue d'oeil. C'était pas faute d'essayer, mais parfois, Gabriela perdait espoir. Mais ce soir n'était pas question des grands dilemmes du monde. Cette soirée, c'était juste pour Zander et elle. Rien d'autre que du calme, des gourmandises et un cocktail qu'il semblait leur avoir préparé. Les habitudes qu'elle avait pris dernièrement étaient sacrément installées, tout comme dans les bras de Zander. C'était confortable, mais surtout agréable. Réconfortant, et sans doute plus enivrant que le cocktail qu'il avait concocté si elle était totalement honnête avec elle-même. Elle ferme les yeux un instant, prise par quelques frissons lorsqu'il passe sa main dans ses cheveux. Un geste tendre, un léger massage et la portoricaine aurait pu se laisser bercer de la sorte pendant tout le reste de la soirée. C'était comme appuyer sur un bouton off invisible. Plus de sarcasme, pas de taquinerie, seulement le clapotis de l'eau et un silence apaisant. Du moins jusqu'à ce que des bruits de pétards ne se fassent entendre. Si la môme tourne à peine la tête, Zander manque de faire un bond, la faisant sourire par la même occasion. Elle tourne la tête, aperçoit quelques lumières au dehors. Il ne lui faut pas plus de temps pour rejoindre le pont extérieur -avec quelques plaids au passage- pour aller voir le spectacle. Aucun feux d'artifice n'étaient prévus pour ce soir, mais des petits malins avaient visiblement d'autres plans. Ce n'était surement pas pour lui déplaire, ça complétait le cadre, et ça ne faisait qu'accélérer un peu plus les battements de son palpitant. Si elle adorait habituellement observer les étoiles, elle n'était pas contre quelques artifices de couleurs venant les éclipser. Encore moins lorsque les bras de Zander se refermaient autour d'elle, tous deux emmitouflés dans le plaid. « Non vraiment pas » elle s’appuie un peu plus contre lui, et esquisse un sourire en coin, prête à le taquiner un peu plus. « j'espère que c'est pas du feu d'artifice que tu parles » elle aurait aimé tourner la tête, pour voir ses joues s'enflammer et devenir totalement cramoisi, mais elle reste immobile, à profiter du baiser qu'il vient glisser sur sa joue. Ça la surprend, mais inconsciemment, elle sourit, sans doute ravie de le voir prendre plus d'initiative, loin du garçon timide de A à Z qu'elle avait d'abord connu. Un deuxième, et la tête de Gaby se repose contre son torse, légèrement penchée. « non, ça va. Je suis bien » et elle était sincère. L'air frais lui faisait du bien, et la présence de Zander (en plus du plaid) lui permettait de rester au chaud pendant le spectacle de lumière. C'est pas assez long à son goût, même si au fond, elle se fout bien des pétards, c'est cette bulle agréable qui lui plait. Ses bras, le silence ambiant, sa chaleur, les quelques baisers déposés sur sa joue. Ce qu'elle ressent, à cet instant. Mais il se détache, Zander. Il se détache et il lui tend la main pour la ramener à l'intérieur. C’est mieux que dans le froid, mais elle aurait pu y rester encore un moment. Sa main dans la sienne, elle se hisse, et retrouve la cabine où, là encore, elle s'enroule dans un plaid avant de retrouver place sur la banquette. « C'est quoi ta limite ? » demande-t-elle amusée en désignant le cocktail alors qu'elle les ressert. Elle le taquine, mais elle ne tient pas à le rendre ivre, loin de là. « Parce que je vais pas le finir toute seule. Sauf si ton idée était de me souler ? » elle n'y croire pas une seconde, c'est bien à mille lieux du brun. Quand il se glisse à côté d'elle, elle se cale contre lui, mais pas autant que précédemment pour qu'elle puisse se tourner et le regarder. « tu fais quoi ce week-end ? »


@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 17 Jan - 11:08
Finalement, la soirée s’exporte à l’extérieur – pour quelques minutes, il est vrai –. Ils prennent place sur le pont, où ils vont pouvoir profiter de ce spectacle inédit qui s’offre à eux. Il estime être chanceux, ce soir. Chanceux d’avoir le possibilité de regarder ce feu d’artifice et d’être en compagnie de Gabriela Ortega. Il n’a pas à se plaindre du déroulé de cette soirée, pas à se plaindre de cet imprévu. La portoricaine semble être d’accord avec lui mais elle ne manque pas de lui glisser une taquinerie. « Euh.. je... », parvient-il d’articuler, en bafouillant, devant la remarque de la belle. Il sent ses joues se réchauffer un peu plus. Il dodeline doucement de la tête comme pour tenter de chasser cette gêne naissante, cette pudeur rosissante sur son visage. Il se pince les lèvres, et se concentre alors sur ce qu’il se passe devant lui, quand il lève un peu la tête. Les pétards des feux d’artifice retentissent pour colorer le ciel noir et étoilé. Silencieux, comme pour ne pas gâcher ce spectacle gratuit. D’un geste mécanique, presque instinctif, il se rapproche d’elle, comme pour se réchauffer un peu plus, comme pour sentir un peu plus son corps contre le sien. Il laisse ensuite ses lèvres butiner sa joue fraîche, pour lui déposer quelques baisers. Ses bras viennent l’envelopper un peu plus, alors qu’il prend la parole, dans ce murmure, pour lui demander si elle allait bien. Il hoche tout doucement, comme pour signifier avoir bien entendu sa réponse, au même moment où il sent sa tête venir se coller contre son torse. Son visage se rapproche un peu plus du sien. Joue contre joue. Il reste ainsi quelques secondes, quelques instants, avant que ses lèvres ne trouvent le chemin jusqu’au cou de la belle, tendue vers lui. Il vient déposer un long baiser, loin d’être innocent et timide. Ses lèvres découvrent cette petite parcelle de sa peau qui lui était encore inconnue. Au contact de ce pan inconnu, son coeur bat un peu plus à la chamade. Zander se redresse, relevant la tête vers le ciel pour profiter un dernier instant le spectacle de lumière.
Quand cela prend fin, il se redresse sur ses jambes et aide la belle brune à en faire de même. Le californien ne perd pas de temps pour regagner l’intérieur, où il fait plus chaud qu’à l’extérieur. Il lance un regard vers Gabriela, quand elle le questionne. « Ma limite ? », qu’il demande, ne sachant pas là où elle veut en venir avec cette question. Ses prunelles suivent le regard de la portoricaine, qui désigne alors le breuvage qu’il leur a préparé. Elle lui fait comprendre qu’elle ne compte pas boire seule. « Mince, mon plan est découvert. Je vais devoir en mettre un autre en place », répond-il, peu sérieux. Bien évidemment que Zander Byrd n’a pas envisagé de faire boire Gabriela pour la saouler. Ce n’est pas dans son tempérament. Il la rejoint enfin sur la banquette, s’installant à côté d’elle. Il tend le bras pour réceptionner le pichet et se servir d’un peu de cocktail. « Rien », qu’il énonce, sans réfléchir, quand elle lui demande ce qu’il compte faire de son week-end. « Enfin, je veux dire, je n’ai rien de prévu pour ce week-end », qu’il reformule. Il se penche légèrement vers Gabriela, pour capter son regard. « Pourquoi ? Tu as prévu de m’inviter ? », demande-t-il, sur une note légère. Un discret sourire étire ses lèvres, croisant les billes sombres de la belle. « Tu sais que j’ai retravaillé mon déhanché depuis la dernière fois », il dit, en faisant référence à l’une de ses sorties à deux qu’ils s’étaient octroyés, il y a quelques semaines, dans le bar à salsa où elle l’avait entraîné. D’ailleurs, elle lui avait offert une playlist de musique latine, à l’occasion de son anniversaire.


@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 17 Jan - 21:39
[jan. 6th]

Faire rougir Zander était un jeu d'enfant. Même dans le noir, elle le devinait et le sentait.c omme si elle pouvait sentir la chaleur monter dans ses joues. Sans parler de ses balbutiements parfaitement audibles. Mais elle ne rajoutait rien, profitant malicieusement de ce moment et de cet embarras qu'elle semblait toujours créer en un claquement de doigts. Mais ça contrastait horriblement avec cette nouvelle audace qu'il s'était découvert, et ce n'était pas Gabriela qui allait s'en plaindre. Ça avait beau être une nouveauté ces baisers dans le cou, elle en raffolait déjà. Son épiderme offerte aux quelques délices dont il voulait bien la gratifier. Son corps réagissait et frissonnait à chaque fois ses lippes se déposaient sur cette zone sensible. Tout comme lorsqu'il la serra un peu plus contre lui. C'était agréable, presque familier et bien trop court à son goût. Elle venait de réprimer un râle, mais déjà, elle le suivait à l'intérieur de la cabine.
Elle opine du chef en désignant le cocktail et ses lippes s'étirent. « Et oui... grande détective que je suis »  elle hausse les épaules et se met à rire, peu sérieuse. Zander était bien le dernier mec qu'elle imaginerait faire ce genre de plan. Il se met déjà à rougir au moindre sous-entendu, alors organiser quelque chose de si malsain, ça ne lui viendrait même pas à l'esprit.
Elle lui donne le pichet et tourne la tête vers lui, amusée. « je sais pas » à son tour, elle se penche, mais surtout se rapproche. Du bout de son nez, elle vient caresser le sien, à quelques millimètres du reste de son visage. « ça dépend de toi. Tu veux me voir ? » elle recule légèrement la tête et son sourire s'élargit un peu plus à la mention de son déhanché. Il était vrai que la danse n'était pas son point fort, seulement elle se demandait s'il était sérieux ou s'il se moquait gentiment d'elle. Après tout, elle lui avait bien offert une compilation de musiques latines qu'il aurait pu passer dans sa cabine lorsqu'il le souhaitait. Mais elle l'imaginait pourtant assez mal se faire des sessions de danse tout seul, ici, dans le seul but de s'améliorer. Et s'il avait invité quelqu'un ? une amie ? non, il lui avait affirmé qu'il ne voyait personne, et sans comprendre, c'est une pointe de jalousie qui apparaît -sans même savoir s'il y avait de quoi. « tu me dis si tu veux qu'on retourne là-bas » propose-t-elle sans franchement y avoir pensé au préalable. « Ou je reviens ici. Sauf si t'en as marre de me voir débarquer » mais l'idée du bar était pas mal. Même elle, ça faisait un petit moment qu'elle n'y avait pas mis les pieds, trop fatiguée par le boulot et accaparer par le reste de sa vie. « tu t'es vraiment entrainé ? » elle se rapproche, taquine, frôle encore son nez avec le sien. « ou tu me fais marcher ? »  elle recule sa tête, prends une gorgée de son verre avant de reporter une nouvelle fois son attention sur Zander et ses azurées, pétillantes malgré l'obscurité. Ses yeux étaient un délice, tout autant que son sourire qui laissait apparaître d'adorable fossettes.

@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 23 Jan - 8:58
Après cet intermède, Gabriela et Zander rentrent à l’intérieur de la cabine. La brune se réinstalle bien rapidement sur la banquette, un plaid toujours sur ses épaules pour lui tenir chaud. Le californien ne manque pas de réagir à l’insinuation de son amie, concernant son but de la faire boire. Bien entendu, Zander n’a jamais eu en tête de faire boire jusqu’à l’ivresse la belle brune pour ensuite profiter d’elle. « C’est ce que je constate », émet-il, quand elle déclare être une grande détective. L’objectif du trentenaire est tout autre : il a voulu lui faire plaisir en préparant ce cocktail à base de tequila. Son faux plan démasqué, il s’installe à côté de Gabriela sur la banquette, se servant d’un peu de cocktail pour remplir son verre. Il tourne la tête vers elle, quand elle s’intéresse à son week-end. Il lui avoue n’avoir rien de prévu. Il imagine qu’elle lui demande cela parce qu’elle a envie de le voir ou qu’elle leur a prévu quelque chose (peut-être demande-t-elle tout simplement comme cela, pour faire la conversation, mais il ne veut pas admettre cette possibilité). Ses prunelles claires se plantent dans son regard sombre, alors que son visage s’approche du sien. Il sent cette proximité avec elle, qu’il ne peut pas refouler et sent en son for intérieur son coeur battre un peu plus fort. Son bout de son nez vient effleurer le sien. Il ne bouge pas et profite de ce rapprochement, essayant de calmer le trouble en lui. Un discret étire ses lèvres, quand elle formule sa question. « Bien entendu, je le veux », qu’il répond, sans trop avoir à réfléchir, comme une évidence. Oui, il a envie de la voir, de la revoir, encore et encore. Il a envie de passer du temps avec elle, il a envie de profiter de ces moments doux et agréables qu’ils s’accordent de plus en plus, il a envie de la voir, d’être avec elle.
C’est alors qu’il émet la possibilité qu’elle ait envie de retourner à ce bar à salsa pour danser. Il hausse les épaules quand elle émet deux possibilités : retourner là-bas ou venir ici. Il est certain que le « ici » le promet plus d’intimité que le « là-bas ». « C’est comme tu préfères », souffle-t-il. A l’évidence, il préférerait ici même si l’endroit est un peu trop à l’étroit pour improviser une piste de danse. « Je n’en ai pas marre », qu’il dit, alors que sa main vient se perdre sur le visage de la belle pour lui offrir une caresse. Une douce et tendre caresse. Après avoir caressé son épiderme, ses doigts viennent se perdre dans sa chevelure courte. « Ne dis pas des choses comme ça », ce qui semble ironique presque quand c’est Zander qui formule cela. Ce dernier lui révèle avoir fait quelques petits entraînements de déhanché. Gabriela peine à y croire et pense même qu’il la fait marcher. La sentant encore tout prêt de lui, il commence à apprécier cette proximité, ce rapprochement et à en vouloir un peu plus. Le californien se lève et fait quelques pas pour pouvoir lui faire une démonstration. « Tu ne me crois pas, en plus ? », qu’il demande, faussement scandalisé. Il place ses mains comme si une partenaire de danse se trouvait devant lui et commence à faire quelques pas et quelques déhanchés de danse. Enfin, il tend sa main vers Gabriela et la tire vers lui, pour qu’elle vienne le rejoindre. Il ne lui en faut pas longtemps pour qu’elle accepte cette invitation silencieuse. Il lui prend l’une de ses main et place son bras dans son dos. Quelques pas de danse plus tard, il l’entoure un peu plus de ses bras, ne défaisant pas son emprise. Son visage se rapproche du sien, pour se retrouver front contre front, puis nez contre nez. Il ferme les yeux et laisse le tintamarre de son coeur s’agiter un peu plus. Puis, ses lèvres viennent chercher celles de Gabriela pour venir les butiner et lui offrir un baiser. Ca s’agite dans son système interne, et il recule sa tête, sentant le rouge s’éprendre de ses joues. « Pardon », émet-il, en baissant la tête, comme s’il se disait qu’elle n’en avait pas envie de ce baiser. Il baisse légèrement la tête.



@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Sam 30 Jan - 18:20
[jan. 6th]

Sa réponse sortie du tac au tac sonne comme une évidence. Si le visage de la portoricaine reste impassible, c'est tout son être qui sourit malgré elle. Zander, elle s'y habituée et elle s'en éprend, tous les jours un peu plus. Si elle se perd depuis le début dans l'océan azur de ses prunelles, son sourire la fait craquer à chaque fois un peu plus. Progressivement, mais surement. La façon dont se creuse ses fossettes, et cette manière qu'il avait de la regarder.. Elle avait cette carapace, faite d'assurance et de taquineries, quand au fond, elle ne voulait que l'embrasser depuis quelques temps déjà. Elle n'aurait su dire depuis quand exactement. A quel moment, il était doucement passé d'un ami dont elle appréciait seulement la compagnie à quelque chose de plus. Il n'était pourtant pas aisé de subtiliser la place de Justyn. Pas vraiment un petit ami, mais surement plus qu'un ami. Et si elle était totalement honnête avec elle-même, il le serait toujours. Mais doucement, Zander s'imposait à elle et dans sa vie, d'une manière bien différente que ce qu'elle n'avait d'abord cru. « parfait »
Restait plus qu'à savoir s'ils se retrouvaient ici ou au bar à salsa, pour évaluer l'évolution des compétences de zander en la matière. Aucun doute qu'ils en rentreraient épuisé, vu que, déjà la dernière fois, il n'avait pas lésiné sur les efforts pour s'accrocher et suivre la cadence. Elle hausse les épaules, ne sachant pas plus comment se décider sur leurs futurs plans. Peut-être qu'en réalité, elle aimait l'intimité de son bateau. Etroit, mais plaisant, et tant pis pour la danser. Ça leur laissait plus de possibilités, et surtout, ils étaient à l'abri des regards extérieurs, et un peu plus dans cette bulle qu'ils s'étaient créées au fil des mois. La main sur son visage, elle tourne doucement la tête pour embrasser le creux de sa paume avant d'afficher un sourire coupable. « je le dirai plus, maintenant que j'en suis sure » avoue-t-elle avec un sourire amusé alors qu'il était le premier à se remettre en question pour ce genre de choses. Le sourire de Gabriela s'agrandit le voyant faussement scandalisé. Elle hausse d'abord les épaules en guise de réponse avant de préciser « j'ai tendance à croire ce que je vois. Pas moins » un léger défi lancé dans l'air alors qu'il était déjà debout pour faire ses preuves. Et il n'avait pas menti, même si c'était moins évident à voir lorsqu'il tentait ces quelques pas avec une partenaire imaginaire, que lorsqu'il l'invita à le rejoindre. Tirée contre lui, elle rit, place ses mains et -pour une fois- se laisse complètement conduire. Il n'a pas menti, les progrès sont indéniables, mais il faudra encore voir sur le rythme d'une chanson. En attendant, elle profite jusqu'au dernier pas, l'étreinte resserrée, son front contre le sien, puis son nez. Et subitement ses lèvres sur les siennes. Son cœur qui semble louper un battement avant de battre encore plus vite. « non » qu'elle sort subitement en relevant doucement la tête, voyant au passage les joues rosies de zander. « t'excuses pas » elle a déjà glissé ses mains de chaque côté de son visage et s'empare de ses lèvres dans un nouveau baiser. Plus certain, plus affirmé. Le corps collé au sien, les bras qui se nouent derrière sa nuque, elle l'embrasse un peu plus, sans s'excuser du geste ou de ses envies. Ils le voulaient tous les deux, sans doute depuis quelques temps déjà, alors Gaby, elle avait passé l'âge de s'excuser pour ce qu'elle désirait, quoiqu'on en pense. Elle recule doucement sa tête en décollant ses lippes mais reste les mains accrochées derrière. « je m'excuserai pas » surement pas. « et t'as pas intérêt » y'a un léger sourire qui se dessine, en le défiant de faire l'inverse. En réalité, elle ne savait pas trop ce qu'elle ferait s'il lui disait qu'il n'était pas trop sur, ou qu'il avait besoin de prendre ses distances. Elle en serait d'ailleurs la première surprise. « donc c'est sûr, je reste ? » demande-t-elle en lui volant un baiser, glissant sa main dans la sienne pour le tirer jusqu'à la banquette. Elle venait de poser son derrière, mais lui restait debout, devant elle. Son front collé contre son pull -et ses abdos- la brune glisse ses mains sous son haut pour profiter de sa peau et de ce que ça lui procurait.

@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Mer 3 Fév - 19:43
Pour Zander, la question ne se pose plus à présent. A-t-il envie de la voir ? Envie de la revoir ? Oui, il en a envie, il le veut. Toujours cette même réponse formulée en concorde avec le battement de son coeur qui s’agit de plus bel à l’intérieur. Au fil de leur relation, Gabriela a su se faire sa place à ses côtés. De simple connaissance, rencontrée sur la plage, à tout hasard, elle est devenue son amie. Une proche, cette personne à côté de qui il se sent bien, celle à côté de qui il ne se sent pas jugé et apprécié pour ce qu’il est. Elles ne sont pas nombreuses, dans son entourage, ces personnes-là, il est vrai. Elles sont même précieuses. Alors Zander ne se privera jamais de ces moments passés à ses côtés, de ces moments partagés avec elle. Elle, Gabriela Ortega. Son doux nom résonne dans son esprit, comme une douce mélodie que l’on fredonne pour se rassurer, pour se consoler, pour se sentir bien, pour se sentir mieux.
Mais ce n’est pas pour autant qu’il ne sait pas où il veut la retrouver. Là-bas, dans ce bar à salsa ? Ou ici, à bord de son voilier ? Il préfère lui laisser le choix, peut-être par facilité. Zander n’a jamais pris de grande décision dans sa vie, il est vrai. Alors choisir l’endroit où ils se retrouveront, il en serait incapable. Pourtant, en son for intérieur, son choix est déjà fait : ce sera ici. Peut-être est-ce un choix égoïste, direz-vous ? Parce qu’il préfère son antre, sa bulle comme pour échapper aux regards des autres. Quand la voix de Gabriela s’élève, dans la cabine, pour laisser entendre qu’il pourrait en avoir marre d’elle, en avoir marre de sa présence à ses côtés, il ne peut s’empêcher de réagir – lui qui n’est pas coutumier à intimer quelqu’un de la sorte – mais il ne veut plus l’entendre mettre en doute sa présence à ses côtés. Non, il ne le veut pas. Son sourire s’élargit comme pour répondre à celui qui illumine le beau visage de la portoricaine. Quant à la danse, Zander doit reconnaître s’être accordé quelques pas de danse de salsa au rythme de la playlist que la jeune femme lui avait offert, quelques mois auparavant. Il hoche légèrement la tête quand elle lui dit ne croire seulement ce qu’elle voit. Très bien, elle veut voir ? Alors, elle verra, qu’il se dit en son for intérieur et tant pis s’il aura l’air ridicule devant elle – il se dit qu’il a déjà été plus ridicule que cela devant elle. Puis, sa sœur, si elle était là, lui dirait que le ridicule ne tue pas, de toute façon. Le californien se lève et fait quelques pas de danse, au bras de sa cavalière fantôme, moins douce, moins agréable, moins charmante que la seule cavalière qu’il ait connu dans sa piètre vie de danseur de salsa. Il finit par l’inviter à le rejoindre, quand elle se retrouve dans ses bras, il plante ses prunelles claires dans les siennes. « Tu le crois maintenant ? », énonce-t-il, un petit rictus se frayant un chemin sur ses lèvres. Il se laisse porter par cette musique silencieuse, qui résonne dans sa tête, pour mener cette danse maladroite. La distance entre eux se réduit au fil de cette danse. Son front effleure le sien, puis son nez, et… ses lèvres imprudentes viennent se poser sur la sienne, pour lui offrir enfin un baiser. Ce baiser bercé par le battement affolé qui déraille dans son système interne. Zander ne peut s’empêcher de s’excuser de ce baiser. Il baisse la tête, comme honteux. Honteux de ne pas avoir su éteindre ce désir brûlé qui commence à naître dans ses entrailles. Il relève la tête, au même instant où Gabriela pose ses mains contre ses joues chaudes, brûlantes. Elle lui dit de ne pas s’excuser. « Je... », il ne parvient à trouver ses mots, quand au même moment, les lèvres de la belle portoricaine viennent butiner les siennes. Il profite de cette proximité, ses bras venant l’entourer un peu plus, sentant son corps contre le sien. Il ferme les yeux, pendant ces quelques secondes, pendant ce baiser à la fois doux et assumé. Il ne rouvre les paupières quand lorsque Gabriela met fin à ce baiser. Il hoche la tête, quand elle dit qu’elle ne s’excusera pas. Il reste silencieux, le regard brillant, planté sur ce beau visage. Il écoute sa question, silencieux, comme s’il se demandait encore si cet échange avec elle étai réel ou si ce n’était pas un putain coup de son système interne. Il s’approche de la banquette, restant debout. « La question ne se pose même pas... », quand elle lui demande si elle reste. Elle n’a même plus à poser cette question, tant la réponse est une évidence. Ses muscles se contractent au contact des mains de la belle qui viennent se glisser sous son pull en laine. Un léger frisson s’éprend de lui, il se pince les lèvres puis s’humecte la lèvre inférieure. L’une de ses mains relèvent le visage de Gabriela, sous son menton : « tu restes », qu’il reprend, en se penchant pour venir lui déposer un furtif baiser. « Et ça ne pourra pas en être autrement », parce qu’il ne peut pas imaginer la perspective que Gabriela ne reste plus à côté de lui, dans ce bateau. Un discret sourire étire ses lèvres, alors que le battement de son coeur vient rythmer ses pensées. Il frissonne sous les caresses subtiles que ses mains lui accordent sous son pull. Gabriela n’est pas une amie, elle est celle qui a su atteindre son coeur.



@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 14 Fév - 15:39
[jan. 6th]

Zander s'exécute en un rien de temps pour lui prouver qu'il s'est bel et bien entrainé. Ou alors c'est pour la charmer ? Elle ne sait pas s'il se rend compte qu'il n'a même pas besoin de ça. Mais rapidement, elle le rejoint -se laisse plutôt attraper et convaincre- pour le rejoindre dans cette danse sans musique, si ce n'est celle qu'il y a dans leurs têtes. Gaby acquiesce d'un signe de tête. « j'te crois » même rictus sur les lèvres alors que son front vient effleurer le sien.
Le moment est doux, agréable, et surtout comme figé dans le temps. Plus de bruit autour si ce n'est le battement de leurs palpitants. Un baiser, un deuxième et elle lui interdit de s'excuser. A quoi bon ? Qu'une envie, recommencer. C'est bien mieux, quand il vient l'entourer de ses bras, resserrer cette étreinte qu'ils avaient déjà. Elle aurait pu ne pas s'arrêter, ne pas leur laisser le temps de respirer. Ne pas quitter ses lippes et continuer à l'embrasser jusqu'à en être épuisée. Mais elle se retient, encore un peu, préfère s'assurer qu'il la désire encore près de lui. « bien. C'est ce que j'espérais entendre » avoue-t-elle alors qu'elle avait pris place sur la banquette, zander toujours debout face à elle. Les mains glissées sous son pull, elle explore lentement alors qu'il se penche pour lui voler un baiser. Zander lui semble plus directif, plus sûr de lui qu'il ne l'a jamais été, en tout cas depuis qu'elle le connait, et ça lui plait. Il ne se laisse pas porter, il prend aussi les choses en mains. Pour eux. ses mains continuent de se balader, et en soulevant son pull, gabriela vient déposer ses lippes sur son ventre. Un baiser, puis un autre alors qu'elle se relève, le débarrassant de son haut. Doucement, ses paumes glissent sur son torse, profite de la sensation et de ce que ça déclenche dans sa cage thoracique. Son palpitant accélère au fur et à mesure que ses mains descendent, et la portoricaine avait presque oublié ce que ça pouvait provoquer tous ses sentiments mélangés, en pagaille mais intenses. Elle retire son propre pull, et vient l'embrasser une nouvelle fois. Ses lèvres, sa machoire, son cou et l'une de ses clavicules. C'est lent. Doux. Délicieux.
Ses doigts descendent jusqu'à son pantalon, déboutonnent pour laisser apparaître un zander en boxer. Malgré le peu de lumière, elle peut deviner ses joues se colorer. C'est qu'une question d'égalité, alors elle retire son bas pendant qu'ils se dirigent doucement vers le lit du brun. Elle se laisse tomber, l'entraine avec lui. Les jambes qui se nouent autour de son corps, les mains qui se perdent dans ses cheveux avec un peau contre peau aussi inédit qu'agréable. « Je reste. Et je bouge pas avant... » elle sourit, l'embrasse encore. « un moment » jusqu'à ce qu'ils en ait fini, qu'ils recommencent, s'épuisent, se perdent l'un dans l'autre, l'un avec l'autre. Les caressent s'accentuent, la pression de son corps contre le sien aussi. Les sens alertent, le désir qui grandit encore un peu plus. Elle a envie de lui : un peu, beaucoup. A la folie. Le creux de ses reins qui brulent, ses lèvres qui traduisent quand son bassin se colle un peu au sien.
@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 14 Fév - 20:09
Zander ne saurait expliquer ce qui l’a poussé à embrasser la belle. Il fut un temps où il se serait posé tout un tas de questions, essayant d’expliquer ce geste mais ce soir, ses questions sont bien silencieuses. Se laissant entraîné docilement par les paroles de la belle qui l’intime de ne pas s’excuser pour ce geste. Pour ce baiser. Il se trouve devant elle, maintenant. Ses muscles se contractent à mesure qu’il sent les mains curieuses de Gabriela s’aventurer sur son ventre, lui offrant quelques passages. Un frisson parcourt son échine et comme une décharge dans sa cage thoracique vient affoler le battement de son coeur quand les lèvres de la portoricaine viennent à la rencontre de son ventre. Il se mordille les lèvres et tente de calmer cet effet que ce geste lui procure. Il laisse ses yeux se fermer alors que ses mains viennent se perdre dans sa chevelure brune, comme pour lui demander de continuer, comme pour allumer cette flamme qui s’agite en lui à cet instant. Quand Gabriela se relève, il fait un pas en arrière alors qu’elle semble soudainement prendre les choses en main. Elle le débarrasse de son pull puis de son tee-shirt, se retrouvant torse nu devant elle. Le battement de son coeur s’accélère encore un peu et il rougit légèrement en sentant les mains de la belle s’aventurer vers le bas de son ventre. Son regard croise le sien, alors qu’à son tour, elle se dévêtit de son haut pour se retrouver en soutien-gorge devant lui. Ses prunelles détaillent furtivement sa corps à demi-dévêtu qui se tient juste devant lui, qui se tient à quelques centimètres de lui, mais Gabriela vient le tirer de sa contemplation, le ramenant à la réalité du désir brûlant en venant l’embrasser une nouvelle fois. Il ferme les yeux, profitant de ce nouveau baiser et goûtant une nouvelle fois à sa bouche. Il réprime un soupir de satisfaction, en sentant ses lèvres venir parcourir les quelques parcelles de sa peau qui s’offre à elle. Ses abdominaux se contractent de nouveau en sentant ses mains venir se poser sur eux, puis il sent ses mains glisser de nouveau plus bas pour venir s’attarder autour du bouton et de la fermeture éclair de son pantalon. Ce dernier habit glisse le long de ses jambes pour apparaître dans son plus simple appareil. Ce n’est pas la première fois que Gabriela le voit dans un tel accoutrement, un simple boxer comme habit. Mais malgré cela, il sent ses joues se réchauffer un peu plus. Plus encore qu’elle se retrouve elle aussi en sous-vêtement. Il glisse sa main dans la sienne et se laisse entraîner dans sa chambre qu’ils connaissent déjà.
Il se laisse entraîner par Gabriela dans sa chute et s’installe à côté d’elle dans le lit. Son visage s’approche du sien, alors que les mains aventureuses de la belle continuent leur chemin dans les boucles de ses cheveux. Elle prend la parole et un doux sourire étire les lèvres de Zander. Elle reste. Bien entendu qu’elle reste ! Il n’imaginerait pas la suite sans elle maintenant. Il a besoin d’elle pour continuer d’écrire cette suite, parce qu’il ne pourra pas le faire seul. Ils sont deux maintenant. Il attrape ses lèvres pour lui offrir un baiser plus franc et plus audacieux que ces premiers. Il veut bien faire et il sent ce petit feu étinceler à mesure qu’il sent ses mains sur son corps, à mesure qu’elle le caresse, qu’il sent la chaleur de son souffle contre lui, la chaleur de son corps près du sien. Il pose l’une de ses mains le long de sa hanche, un peu timide mais curieuse, et ses doigts glissent sous l’élastique de sa culotte. Il caresse cette parcelle de peau qui lui a été interdite jusqu’alors, puis sa main glisse jusqu’aux fesses. Il remonte enfin sa main pour la poser dans le creux de ses reins et l’approcher un peu de plus de lui. Il sent son corps se gonfler un peu plus de ce désir ardent. Corps contre corps, Gabriela peut sentir l’effet qu’elle lui fait. Elle peut sentir ses muscles se contracter, son attribut masculin se durcir. Sa main continue son aventure dans le dos de la belle, pour venir désagrafer son soutien-gorge. Ses lèvres viennent se sceller une nouvelle fois aux siennes.

@gabriela ortega

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Mar 23 Fév - 12:34
[jan. 6th]


@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real

Zander Byrd

behind
messages : 1988
name : ndia
face + © : arthur gosse @bambi eyes(avatar), @all souls(gifs)
multinicks : chani, justyn, vittoriu

age (birth) : 31 (31th oct.)
♡ status : giving her a place in his heart.
work : cybersecurity expert
activities : playing video games, singing rnb songs in the shower, thinking about her*, watching the starlights, going out to sea, hacking
home : a boat @bay port
points : 3661
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed) gabriela (s4 : aneurin)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Mar 23 Fév - 14:26

_________________
je rêve, je rêve, je rêve, je plaide coupable
Et voilà ce qu'elle m'a dit
Juste avant qu'elle se barre
Si on n'y arrive pas au paradis
On n'y arrivera nulle part


Gabriela Ortega

behind
messages : 1866
name : all souls (maryne)
face + © : cenit nadir ▬ @aurore/ndia ♡ (av) @ultraviolences (gif)
multinicks : katarina, riley, jean & jace

age (birth) : 26 yo [08.08]
♡ status : falling for z.
work : waitress @mickey's dinner & burlesque dancer @illunis
activities : dreaming about surfing again, worrying about her situation & her dad, wondering justyn.
home : a flat shared with her father in bridgewater way
points : 2537
moodboard : I won't be afraid just as long as you stand by me XXDtmCX
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : CLOSED | eugene & zander (s4 : justyn)

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me · Dim 28 Fév - 22:26
[jan. 6th]

Elle se laisse caresser et enivrer jusqu'à l'extase. Elle halète, la peau moite mais le corps relaxé. Gaby tente de reprendre son souffle alors que Zander se redresse doucement pour l'embrasser. Plus longuement, plus doucement. Il ose plus, y met plus d'audace et elle se recolle un peu plus contre lui pour récupérer. Elle reste quelques instants comme ça, son front contre le sien, ses lèvres frôlant les siennes, corps contre corps. « Je ne bouge plus » qu'elle répète. Un autre baiser, langoureux, plein de désir et de promesse comme celles qui sont sous-entendu à l'aube d'une nouvelle relation. Elle laisse se retirer, enlever la capote au passage et s'allonge en l'entrainant contre elle. Une jambe par dessus sa hanche, crocheté, comme pour le garder un peu plus à proximité, et l'une de ses mains glisse dans les boucles brunes de Zander. Ça fait déjà quelques temps qu'elle aime se perdre dans le bleu de ses yeux. Un bleu relativement clair et pourtant profond, alors s'y perdre maintenant, c'est encore plus délicieux. « j'imagine que je peux dormir ici, du coup ? » elle a un sourire amusé sur les lèvres quand elle vient encore lui voler un baiser. Il a les joues encore rougies par l'effort et le plaisir, Gaby pense que ça lui va à merveille, alors elle revient sur lui, allongée pour venir grapiller quelques baisers. Les mains croisées sur son torse, son menton reste en appui dessus pendant qu'elle le regarde, sans sourciller. Elle s'accroche à ses lippes, l'embrasse un peu ardemment avant de soupirer. « monsieur byrd, je ne savais pas que vous pouviez être encore plus séduisant » doucement elle passe son index sur ses joues « là, ces couleurs par l'effort... » elle sourit, laisse entendre qu'elle ne s'en lassera pas et qu'elle entend bien revoir seszs couleurs aussi souvent que possible. « ça fait ressortir tes yeux » qu'elle dit en rigolant, bien qu'elle le pense. Ça la fait surtout rire parce qu'elle ne pensait qu'elle serait le genre de fille à dire ça un jour. A le penser oui, à le dire à haute voix, non.
Elle entend alors son ventre gargouiller, ce qui lui fait penser qu'ils n'ont pas énormément manger, plus intéressés par le spectacle improvisé des feux d'artifice et les yeux de l'autre. Et vu comment ça c'est fini, Gaby ne s'en plaint pas, loin de là. Elle regarde zander avec un air faussement innocent « faut croire que ça m'a mis en appétit » pourtant, elle n'a aucune envie de bouger de ce lit. Aucune envie de bouger de lui non plus. Elle est bien là, complètement allongée sur zander. Un peau contre peau qui à quelque chose de vraiment envoutant.
@zander byrd

_________________


BRUNETTE BOMBSHELL
she is ruthless, she lashes out with violence. she can condescending and narrow-minded and those things are wonderful. she's real
Contenu sponsorisé




behind
the mask

I won't be afraid just as long as you stand by me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I won't be afraid just as long as you stand by me ·
 
I won't be afraid just as long as you stand by me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue :: bay port-
Sauter vers: