hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.

 

 (you're bad for me)


F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: sheriff's office
Aller en bas 

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· (you're bad for me) · Dim 3 Jan - 14:57
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Jace O'Connor — january, 2nd (2021)

Si la plupart des êtres humains prenaient de bonnes résolutions à la nouvelle année, plus clichées les unes que les autres, mais Odette, elle, ne s'embêtait pas de ce rituel inutile. À la place, elle avait passé son nouvel an à boire à outrance et avait repris ses conneries dès le lendemain, à la recherche d'une adrénaline qui était la seule chose qui la faisait se sentir vivante. Si elle habitait désormais avec Ayden, ses moyens étaient toujours aussi limités et la belle préférait voler la nourriture que la payer, utilisant son salaire pour se payer ses cachets si appréciés. Il semblait néanmoins que 2021 avait décidé de commencer sur les chapeaux de roue puisque la belle blonde s'était fait prendre la main dans le sac, finissant le deuxième jour de l'année en cellule. Odette avait d'abord refusé le coup de fil qui lui était autorisé car qui pourrait-elle bien appeler ? Elle n'avait pas de famille, que très peu d'amis et elle ne voulait pas déranger ces derniers. Assise sur le bloc de béton qui était censé lui servir de lit pour la nuit, Odette soupira et se pencha en avant, tête dans les mains, réfléchissant à toute allure pour se sortir de ce bordel. Elle eut alors une illumination et elle se leva pour interpeller l'un des policiers.
« Hey, officier Duchnoque ! » Elle regretta de n'avoir aucun objet à portée de main qu'elle aurait pu lui balancer à la figure pour attirer son attention. Les policiers de Windmont Bay étaient bien familiers avec Odette, qui finissait bien trop souvent dans cette triste position, alors la blonde s'accordait quelques familiarités qui ne faisaient sourire qu'elle. « Je suis prête à passer mon coup de fil. » Elle voyait bien que l'idée n'enchantait pas l'agent, qui d'ailleurs ne bougea pas son cul de la chaise. « C'est mon droit, c'est dans la loi. Vous avez vraiment envie que je porte plainte contre vous une fois sortie ? » Elle avait du culot de rappeler la loi à un agent des forces de l'ordre quand elle-même venait d'être prise la main dans le sac en train de faire quelque chose d'illégal. Elle placarda un sourire hypocrite sur ses lèvres quand il alla enfin lui chercher le téléphone du commissariat et elle composa le numéro de Jace qu'elle connaissait par coeur - il était, après tout, la personne qu'elle préférait appeler, pour différentes raisons. « Jace, c'est Odette. Tu peux venir me chercher au commissariat ? Je t'expliquerai plus tard. Oh, et ramène quelques billets, faut payer ma caution. » Elle raccrocha rapidement, ne laissant pas l'occasion à Jace de refuser sa requête. Elle n'avait pensé qu'à lui pour la simple et bonne raison qu'il ne la jugerait jamais pour avoir atterri dans ce trou à rat, étant lui-même en très mauvaise position pour dire quoi que ce soit sur ses choix de vie. Elle aurait également besoin d'un petit remontant en sortant de là, même si elle savait déjà qu'elle allait subir le courroux du dealer. Elle n'avait maintenant plus qu'à attendre.

_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."

Jace O'Connor

behind
messages : 267
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : -

age (birth) : 27 years old [30.01]
♡ status : single
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, trying to forget n.
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie
points : 1357
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON | TC shooting (s4 : odette, aneurin)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Sam 16 Jan - 15:00
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Odette Lynch — january, 2nd (2021)

Jace n'aurait pas cru un instant que son année allait commencer avec un coup de fil du comissariat. Il avait d'abord hésité à répondre, loin de connaître le numéro par cœur. Mais il avait fini par se dire que ce numéro inconnu était peut-être un potentiel client. Après tout, son business ne s'arrêtait jamais, et si certains étaient susceptibles de prendre de bonnes résolutions, pour d'autres, c'était linverse, et le contrecoup du nouvel an relativement dur à avaler. Seulement en décrochant, c'est la voix d'Odette qui retentit, et aucun nouveau client à l'horizon. « Hein ? » même pas le temps d'en placer une que la môme avait déjà raccroché. Il jure, regarde l'écran de son téléphone, un peu béat et soupire. Ça commence bien. Le 2 janvier, et Odette avait déjà trouvé le moyen de finir en taule. Et c'était lui qu'elle appelait pour venir le récupérer ?! Elle se payait sa tête. S'il y avait bien un mec dans cette ville qui ne voulait pas mettre les pieds au poste, c'était bien lui. Pas tant pour ses activités de dealer -il ne risquait pas énormément vu ce qu'il vendait (il y avait pire), mais surtout parce que son nom était mentionné dans des affaires bien plus grosses. Et s'il y avait peu de chances pour que les flics d'une si petite ville soient au courant, ils ne tenaient pas à ce qu'ils fassent le lien via des empreintes ou par n'importe quel hasard (ou manque de chance).
Est-ce qu'il a hésité à la laisser dans sa merde ? Oui, et plus d'une minute, mais finalement, après un énième juron, Jace embarque dans sa voiture direction le comissariat. Pour une fois, il fait même gaffe à sa façon de conduire, histoire de pas se faire choper pour un excès de vitesse. Une fois arrivé, la portière claque, et c'est d'un pas déterminé qu'il rentre dans le batiment -mais pas franchement à l'aise. En se dirigeant à l'accueil, il règle des papiers, paie une somme ridicule en soupirant et promettant que non, mademoiselle Lynch ne recommencera, sous peine d'avoir de sérieux ennuis, encore. En quelques minutes, les flics l'amènent et il reste bouche bée en voyant la jeune femme arriver. « T'es brune maintenant ?! Qu'est ce qu'il t'a pris ? » il y avait d'autres manières de le dire, et surtout plus sympathique, mais il s'était habité à sa couleur blonde, et sans doute à cet air de peste que ça lui donnait. « allez dis au revoir, on se casse » il n'avait aucune envie de s'éterniser, mais elle reste à le regarder. « quoi ? Tu trouvais le room service sympathique ? Tu me dois 300 balles d'ailleurs. » il croise les bras, meurt d'envie d'une clope et commence à sentir l'impatience monter. « bon, j'vais pas m'éterniser, faut que j'te porte ou quoi ? » mais il sentait déjà le regard des flics sur eux, sans doute à se demander ce qu'ils faisaient encore là au lieu de prendre la tangente.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Dim 17 Jan - 23:22
Quand le policier vint la chercher pour lui annoncer qu'elle était libre de partir grâce au beau blondinet qui venait de payer sa caution, un sourire satisfait étira ses lèvres colorées, ravie de savoir que Jace avait obtempéré. Avec lui elle n'était jamais sûre de rien et il aurait bien pu la laisser se démerder toute seule - pour mieux venir se foutre de sa gueule plus tard et la sauter au passage. Cette fois-ci c'était elle qui était d'humeur coquine, prête à le remercier de bien des façons ce soir en rentrant. C'est donc de bonne humeur qu'elle rejoignit le hall principal du commissariat mais son visage se décomposa à la remarque de l'irlandais qui ne la gratifia même pas d'un bonjour. Sa phrase, très perspicace, était néanmoins dénuée de tout compliment - devait-elle comprendre qu'il ne la trouvait plus à son goût ?
« Ouais, et alors ? Je suis plus assez bonne pour toi ? » Répliqua-t-elle sèchement, à deux doigts de lui faire un doigt. Elle était tellement énervée qu'elle en oublia le lieu dans lequel ils se trouvaient et tous les témoins qui les entouraient - elle se fichait pas mal qu'ils étaient flics, au final, mais leur scène de ménage serait probablement le plus gros potin de la vieille Baker demain. « C'est plus classe. » Expliqua-t-elle d'une voix presque inaudible en haussant les épaules, les yeux rivés vers le sol. Elle se sentait stupide d'avoir effectué un tel changement dans le seul but d'être mieux perçue par le reste de la population - il faut dire que ses cheveux mi-blonds mi-roses n'étaient pas du goût de tout le monde et appuyaient sa réputation de bad girl qui lui collait à la peau depuis des années. « T'es obligé d'être agréable comme une porte de prison ? » Et elle n'était pas sans saisir l'ironie de la situation. Dans un total esprit de contradiction et alors même qu'elle n'avait pas plus envie que lui de rester ici, Odette croisa les bras sous sa poitrine et le mitrailla du regard. « Je n'ai qu'à élever un peu la voix pour leur dire ce que tu me vends. » Son chantage n'avait aucun but à part celui de l'énerver comme il l'avait énervée - Jace avait cette capacité de la rendre folle, dans le meilleur comme dans le pire. « Ou alors je peux aussi leur dire que t'es violent. T'as la gueule de l'emploi et personne peut se piffrer les irlandais. » Sauf Odette, qui en perdait la tête lorsqu'il lui susurrait des mots doux à l'oreille avec son accent rocailleux. « Je dois bien avoir un bleu quelque part à leur montrer. » Et pour accentuer le tout, Odette commença à s'inspecter les bras et les jambes à la recherche de la moindre marque de violence imaginaire dans le seul but de le rendre fou. S'il voulait s'énerver, au moins le ferait-il pour quelque chose.

_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."

Jace O'Connor

behind
messages : 267
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : -

age (birth) : 27 years old [30.01]
♡ status : single
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, trying to forget n.
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie
points : 1357
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON | TC shooting (s4 : odette, aneurin)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Mar 19 Jan - 17:42
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Odette Lynch — january, 2nd (2021)

« Est-ce que j'ai dit ça ?! Non, alors arrête tes conneries » en levant les yeux au ciel, un peu de mauvaise foi. Il ne l'avait peut-être pas dit, mais il n'avait pas non plsu été très aimable ou très avenant en lui posant la question. La vérité, c'est que sa couleur de cheveux ne changeaient rien à son envie de se la faire -sauf peut-être là tout de suite, parce qu'elle avait un sacré don pour l'emmerder. Au contraire. En étant brune, elle était à mille lieux de Naila, et pour l'irlandais, ça facilitait les choses. Il pouvait penser à autre chose. Il n'attendait rien, de personne, mais penser à Naila dès qu'une blonde se pointait était aussi perturbant qu'agaçant. Au moins avec l'emmerdeuse pro, il n'aurait plus le fantôme de son ex dans les parages.
Il hausse les épaules, sans savoir si c'était plus classe, mais c'était vrai que c'était un autre style. « ça te change, faut s'habituer » dit-il simplement.  Après tout, il ne l'avait connu que blonde -avec ses quelques mèches roses. Mais ce qui était certain, c'est qu'on ne changeait pas du tout au tout seulement grâce à un changement capillaire. Un haussement de sourcils alors que l'irlandais repose les yeux sur la délinquante. « tu t'es vue ? Tu me demandes de payer pour tes merdes et tu me raccroches au nez. J'ai connu mieux. » Mais ce n'était pas l'endroit pour en parler. A vrai dire, la seule chose à faire lorsque l'on se trouvait dans un poste de police, c'était de s'en barrer le plus rapidement possible, seulement odette semblait en avait décidé autrement. Il fulmine, soupire, la machoire cripsée alors qu'elle est visiblement déterminée à l'emmerder encore plus que d'habitude. « t'es sérieuse ? Tu sais que tu fais ça, t'as plus le droit à rien » murmure-t-elle en s'étant rapproché d'elle, les poings serrés. « quoi ?! » il recule subitement, un peu abasourdi de ce qu'il vient de lui sentir. L'irlandais n'a jamais été un enfant de cœur, il est impulsif et bagarreur et n'a jamais porté la main sur une fille (quoique vouloir faire flipper pristine comptait-il?). Ça le dégoutait que la brune (il allait devoir s'y habituer) puisse sous entendre pareil quand il avait été élevée principalement par ses sœurs -et sa mère- qui avait tenu à ce que son comportement envers la gente féminine soit respectueuse. « tu fais ça et t'auras une bonne raison d'être hors de toi » siffle-t-il avant de jurer, une énième fois avant de se reprendre. C'était hors de question qu'il la touche, peu importe à quel point elle le mettait hors de lui. « puis merde, va te faire foutre, reste ici si ça te chante » Il tourne les talons, sort du commissariat et s'allume une clope en attendant qu'elle sorte, parce qu'elle ne va pas rester là indéfiniment et qu'il est venu pour la récupérer. Sans savoir où il devait la lacher. Au milieu du centre ville, à la piaule qu'elle partageait avec son colocataire ? Aucune idée. Et lorsqu'enfin il la voit sortir, il écrase sa clope, vient à sa rencontre et la porte subitement, la mettant sur son épaule, comme il l'aurait fait avec un sac à patates. « c'est bon, t'as fini ta crise ? » il n'attend pas de réponse, continue de marcher avec odette à son épaule, jusqu'à la voiture. « en général, quand quelqu'un te sort de la merde, on dit merci. » il la dépose devant la portière côté passager, mais la coince entre la bagnole et son corps. « mais tu me fais encore un coup comme ça, et j'te parle de ton petit manège à l'intérieur, et c'est la dernière fois que tu me vois » et elle pouvait sans doute voir qu'il était sérieux, que ce n'était pas un énième jeu.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Ven 22 Jan - 11:44
C'est tout comme, eut-elle envie de lui répondre, mais Odette se pinça les lèvres pour éviter une énième prise de tête. Elle n'avait pas vraiment envie d'insister pour qu'il finisse par lui dire qu'il ne la trouvait pas belle comme ça, ignorance is bliss. Elle se contenta donc de hausser les épaules, acceptant sa remarque suivante, elle-même ayant du mal à s'habituer à ce changement radical. La belle n'avait jamais essayé de couleur aussi sombre, le monde entier la connaissait blonde. Après son accident, lorsqu'elle avait commencé à prendre toutes les mauvaises décisions qui l'avaient menée jusqu'ici, elle avait ajouté une pointe de rose afin de marquer la fin de son règne de patineuse modèle, un choix controverse là aussi mais le seul que Jace ait jamais connu. Mais la déception d'Odette face à la réaction de l'irlandais laissa rapidement place à la colère quand les mauvaises ondes de l'homme lui arrivèrent en pleine face et voilà qu'elle commença son numéro, pas tant par envie de rester ici - elle voulait fuir l'endroit le plus vite possible - mais surtout pour le faire chier comme il l'emmerdait. Elle se rendit compte qu'elle était allée trop loin quand Jace eut un mouvement de recul, visiblement choqué par ce qu'elle venait de dire. Elle n'avait qu'émis une hypothèse pour jouer avec ses nerfs, jamais elle n'aurait pensé que ça l'atteindrait autant. Son sourire sadique disparut alors de ses lèvres et elle fronça les sourcils, essayant de mettre un mot sur ce qu'elle ressentait : culpabilité ? Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas regretté ses propos, se fichant pas mal de blesser autrui ou de ce qu'ils pensaient d'elle. Elle se retrouva alors comme une idiote en plein milieu de commissariat quand Jace décida de s'en aller sans elle ; elle jeta un coup d'oeil autour d'elle pour apercevoir tous les policiers les observer d'un oeil curieux.
« Allez, à plus les gars ! » Elle salua les policiers d'un geste de la main, ils savaient autant qu'elle qu'elle ne tarderait pas à être de retour dans leurs locaux. Elle sortit alors à son tour du bâtiment et un léger sourire étira ses lèvres quand elle vit Jace l'attendre dehors. Il avait beau être énervé, il ne l'avait pas abandonnée à son triste sort, alors une part d'elle eut le sentiment d'avoir gagné, en quelque sorte. Elle s'approcha de lui, prête à lui faire une remarque qui l'énerverait sans doute un peu plus, mais voilà que Jace la souleva et l'installa sur son épaule tel un sac à patate, ce qui arracha un cri de surprise à la nouvelle brune.
« Repose-moi tout de suite, connard ! » Elle ne faisait que s'enfoncer en l'insultant mais pour qui se prenait-il à la porter de la sorte ? Elle se débattit quelques secondes mais elle était bien consciente qu'il était plus fort qu'elle et qu'elle ne rejoindrait le sol que lorsqu'il le déciderait. Dans un soupir, elle abandonna toute résistance et se fit poids mort, histoire d'être un peu plus lourde pour lui compliquer la tâche. Quand enfin il la reposa à terre, Odette lui asséna une frappe au niveau du torse pour lui montrer son mécontentement mais l'irlandais garda le dessus en la faisant prisonnière entre son corps et le véhicule.
« Comme si tu pouvais te passer de ça. » Accompagnant ses propos, la main d'Odette glissa jusqu'à l'entrejambe de Jace, bien déterminée à jouer de son pouvoir sur lui - et le laisser sur sa faim. « Si t'étais pas aussi con, j'aurais pu te remercier en bonne et due forme. Dommage. » Elle haussa les épaules et retira sa main, lui tournant alors le dos pour pouvoir ouvrir la portière et s'installer dans le véhicule - en vain, l'espace entre eux bien trop réduit pour lui permettre quelconque manoeuvre.

_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."

Jace O'Connor

behind
messages : 267
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : -

age (birth) : 27 years old [30.01]
♡ status : single
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, trying to forget n.
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie
points : 1357
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON | TC shooting (s4 : odette, aneurin)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Sam 30 Jan - 18:16
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Odette Lynch — january, 2nd (2021)

Sans la moindre annonce -et encore moins sans lui demander la permission- Jace attrape Odette et la met sur son épaule sans le moindre ménagement. Il la portait comme il l'aurait fait avec un sac de ciment ou un sac à patates -sur son épaule. Si elle tente d'abord de se débattre, il est bien tenté de venir lui mordre ce bout de peau découvert, au niveau de sa taille, mais il n'en fait rien, se contentant de claquer le derrière de sa cuisse comme pour lui dire de se calmer. « ce 'connard' si sympathique m'apprendra à rendre service. T'es longue à la détente hein » et elle n'apprenait visiblement pas. Tout ce qu'il voulait c'était un 'merci' simple et concis.  Et s'il s'attendait à ce qu'elle lutte un peu plus, il la sent abandonner, et surtout lacher tout son poids sur son épaule. Il soupire, mais esquisse l'ombre d'un sourire en arrivant jusqu'à la voiture. « t'es une putain d'emmerdeuse. J'espère que tu le sais. » il la repose à terre mais ne s'éloigne pas pour autant. Au contraire, il la coince entre son corps et la voiture pour mettre les points sur les i. S'il pouvait supporter pas mal de ses conneries, il n'avait réellement pas apprécié la scène qu'elle avait fait devant les flics. Ce n'était pas seulement d'avoir sous-entendu les quelques activités qu'il pouvait avoir, mais aussi d'avoir émis l'idée qu'il puisse battre une femme. Ça ne passait pas. Il hausse un sourcil en sentant la main d'odette glisser jusqu'à son entrejambe. Il n'y était pas insensible, et sa machoire se crispe. Son visage se rapproche et vient prendre sa lèvre entre ses dents. Il la mord d'abord doucement puis plus fort. « t'es bonne au pieux, mais ça m'empêchera pas d'y mettre fin si tu me gonfles comme tout à l'heure » il lui vole un baiser, plus brutal que doux alors qu'elle venait de retirer sa main.  « si j'avais pas été aussi con, je serai pas venu tirer ton cul d'ici et j'aurais pas payé ta caution. C'que j'attends c'est un merci, pas que tu te foutes à genoux » si elle n'avait que peu de respect pour elle-même, jace en avait bien plus, quoiqu'il lui fasse croire. C'est pas pour autant qu'il se décale ou qu'il la laisse partir. Il la fixe et se demande en même temps ce qu'il doit faire d'elle. La laisser là ? La déposer chez elle ? Ailleurs ? Il souffle, se recule pour contourner la voiture -lui laissant le loisir de grimper dedans alors qu'il y prend place. Il sort une clope de son paquet, en tend une à odette avant de remettre le tout dans la boite à gant. Le contact enclenché, il démarre rapidement, sans franchement faire gaffe aux limitations, bien que le commissariat soit encore dans son rétroviseur. Il hésite un instant à la déposer en plein centre-ville, devant l'un des cafés de la ville, puis se ravise sans franchement savoir pourquoi. Il continue jusqu'à harbor row et lorsqu'il arrive devant son batiment, il coupe le contact. « c'est chez moi » qu'il commente. « mais t'es libre de te barrer, hein » autrement dit, il ne la forçait à rien si elle voulait retourner à sa piaule minuscule – ou au reste de sa vie pour ce qu'il en savait- mais il lui laissait le choix de le suivre.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Sam 30 Jan - 20:01
Odette esquissa une grimace capricieuse que Jace ne pouvait heureusement pas voir vu la façon dont il la portait. Elle soupira et se laissa faire, acceptant son triste sort jusqu'à ce qu'il la repose au sol - enfin. « Yep. » Répliqua-t-elle froidement quand il la traita d'emmerdeuse, à deux doigts de lui dire qu'ils se ressemblaient bien sur ce point avant de se raviser à la dernière minute afin de ne pas mettre plus d'huile sur le feu. Il avait raison, il était venu la sortir de ses emmerdes et elle se comportait comme une ingrate, si des excuses lui arracheraient la bouche elle pouvait tout de même faire des efforts pour arrêter d'empirer son cas. Décidant à la place de le titiller en jouant avec sa virilité, elle fut prise à son propre jeu quand Jace vint mordre sa lèvre inférieure avant de lui offrir un baiser brutal qui éveilla tous ses sens. Elle se hissa sur la pointe des pieds et sa tête avança de quelques millimètres quand il décolla sa bouche de la sienne, signe qu'elle n'en avait pas fini et qu'elle cherchait encore son contact. Elle se racla la gorge et reprit sa position initiale pour ne pas montrer à quel point ce baiser l'avait affectée ; elle aimait jouer avec ses nerfs mais elle semblait oublier à chaque fois qu'il était aussi fort qu'elle à ce jeu. Surprise par les propos de l'irlandais, tout du moins la fin de sa phrase, Odette se sentit stupide et elle se répéta ses mots, silencieuse - une grande première.
« Merci. » Finit-elle par murmurer avec beaucoup de mal, touchée dans sa fierté mal placée. Jace méritait au moins qu'elle le remercie d'avoir fait le déplacement et surtout d'être toujours là malgré son comportement abject quand il aurait pu filer aussitôt arrivé et la laisser en plan se débrouiller pour rentrer chez Ayden - elle avait encore du mal à dire que c'était chez elle aussi. Il n'aurait pas plus, cela dit, encore moins des excuses. Elle l'observa contourner le véhicule pour aller se glisser derrière le volant et elle l'imita, ouvrant la portière pour s'installer sur le siège passager. Elle accepta la cigarette qu'il lui offrit, toujours en silence, et aucun d'eux ne pipa mot jusqu'à ce que Jace ne se gare devant chez lui.
« Ça te ferait beaucoup trop plaisir. » Un fin sourire amusé dansa sur ses lèvres lorsqu'elle jeta un coup d'oeil à Jace pour observer sa réaction ; au fond d'elle, elle espérait qu'il n'avait pas envie de la voir partir tout de suite, qu'il souhaitait prolonger leur soirée et que la voir que cinq minutes dans de telles conditions ne lui suffisait pas. Elle sortit de l'habitacle pour suivre Jace jusqu'à l'intérieur de l'immeuble. « C'est donc ici que tu vis ? Tout seul ? » Elle plissa les yeux, suspicieuse, tandis qu'elle évaluait son environnement. Elle n'était jamais venue chez Jace, ils ne s'étaient fréquentés que dans la chambre d'Ayden, dans des endroits insolites ou dans la voiture de l'irlandais, mais jamais chez lui. « Pas de meuf à l'horizon dont je dois me méfier ? » Demanda-t-elle, taquine, en référence à la question qu'il lui avait posée lorsqu'il avait débarqué chez Ayden la première fois. Il ne lui avait jamais parlé de ses conditions de logement - ils avaient d'autres choses plus importantes à faire que de discuter de tout et de rien - mais quelque chose lui mettait la puce à l'oreille, comme si la décoration et les affaires présentes ne ressemblaient pas à Jace. Elle se mit tout de même à errer dans la pièce avec curiosité, peut-être à la recherche de sa cachette pour lui piquer un ou deux cachets.

_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."

Jace O'Connor

behind
messages : 267
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : -

age (birth) : 27 years old [30.01]
♡ status : single
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, trying to forget n.
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie
points : 1357
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON | TC shooting (s4 : odette, aneurin)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Dim 31 Jan - 11:36
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Odette Lynch — january, 2nd (2021)

Une fois le merci sorti -il n'en attendait pas plus- il se retient de lui demander si c'était si compliqué à sortir, mais connaissant un minimum Odette, Jace connaissait déjà la réponse : ça avait du lui bruler la langue. Tant pis, c'était le minimum syndical pour l'avoir faire bougé et payé sa caution. Mais désormais, ils pouvaient rentrer. Lui en tout cas, si elle voulait suivre, c'était elle qui voyait.
Il affichait un léger sourire sur le coin des lèvres à sa réflexion. « peut-être bien » répond-il en la taquinant avant de lui faire un signe de tête en direction de la porte de l'appartement qu'il partageait avec ses colocs'. La compagnie d'Odette ne le dérangeait pas -loin de là- mais tout dépendant encore et toujours de l'humeur dans laquelle elle était. Il avait été clair, si elle était aussi chiante qu'au poste, il la mettrait à la porte sans le moindre remord, sinon, il se ferait un plaisir de profiter de sa compagnie. La porte ouverte, il l'invite à pénétrer à l'intérieur et se débarrasse de ses pompes avant de poser les clés de sa voiture sur le meuble dans l'entrée. « Oui, et non. J'ai deux colocataires, Gabriel et Eddie. »Si le premier sortait assez régulièrement, le deuxième était plutôt discret, mais tout aussi sympa. C'était la première fois qu'il ramenait Odette ici. En réalité, c'était la première fois qu'il ramenait qui que ce soit depuis Naila. Il tilte à sa question, pense forcément à la blonde qui avait partagé sa vie, mais qui avait surtout mis les voiles. Alors il se retourne vers la toute nouvelle brune et s'avance, l'oeil malicieux. « Potentiellement jalouse ? » demande-t-il aussi taquin qu'elle avant de s'écarter en perdant doucement son sourire. « t'as pas à te méfier. Elle s'est barrée » soupire-t-il en se dirigeant vers sa chambre, sachant qu'Odette le suivait. « elle est mariée, enfin pas quand je l'ai connu » même si elle était tout de même en couple fiancée quand ils s'étaient rencontrés, et ça n'avait arrêté aucun des deux. « et elle s'est barrée seule » soupire-t-il en enlevant son pull et son t-shirt. Il se retourne une nouvelle fois, sa rapproche, glissant sa main dans les quelques mèches brunes de la jeune femme. « c'est bien que tu sois brune » dit-il finalement. Au moins, il ne penserait plus à son ex, et c'était sans doute une bonne chose. Il avait besoin d'avancer. Il continue de se déshabiller, enlevant jean et boxer. « j'vais prendre une douche, tu viens ? » il la voyait mal dire non, surtout après avoir passé plusieurs heures en cellule. Mais il n'attend pas sa réponse, et c'est nu comme un ver qu'il passe de sa chambre à sa salle de bain privée pour se glisser dans la cabine de douche et commencer à faire couler l'eau. Un instant, il se dit qu'une douche bien chaude, un repas, et une fille, la soirée allait être sympa. Mais rien ne se passait jamais comme prévu quand la fille en question était odette. Ça pouvait être plus que sympa, tout comme ça pouvait virer à la cacophonie totale.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Ven 5 Fév - 19:16
C'était la première fois qu'elle venait chez Jace, elle allait donc prendre son temps pour découvrir l'appartement, elle qui n'était pourtant pas d'une nature curieuse. Mais elle fréquentait l'irlandais depuis quelques mois maintenant et il restait tout autant un mystère qu'au début - il pourrait probablement dire la même chose d'elle - alors elle espérait que cette escapade chez lui serait un moyen comme un autre d'en apprendre plus sur lui. Elle hocha doucement la tête quand il lui expliqua avoir deux colocataires, ce qui expliquait cette ambiance dans laquelle elle ne l'aurait jamais imaginé vivre. Elle l'interrogea alors sur une potentielle petite amie, ou autre furie qui pourrait débarquer à l'improviste, plus pour le titiller et le renvoyer à la scène qu'il lui avait faite en débarquant chez elle pour la baiser, mais une fois la réponse posée elle se rendit compte que la réponse l'intéressait réellement - sans vraiment savoir pourquoi.
« Moi, jalouse ? Dans tes rêves, O'Connor. » Elle leva les yeux au ciel de façon théâtrale pour marquer le coup. Elle ne faisait pas dans la jalousie, ne pensait pas l'être si elle devait croiser un des plans culs de Jace, mais qui sait ? « Ça pourrait être amusant. » Avoua-t-elle en haussant les épaules, ayant un discours diamétralement opposé à celui de Jace. Odette avait une colère en elle depuis son accident qu'elle se ferait un malin plaisir de diriger contre une potentielle concurrente. « Aucun des deux n'a gagné, alors ? » Elle haussa les sourcils en glissant son regard sur Jace, c'était bien la première fois qu'il lui confiait quoi que ce soit sur sa vie privée, ça lui faisait plaisir autant que ça l'effrayait ; cela voulait-il dire qu'il baissait la garde ? Et était-elle en train de faire la même chose ? « T'étais amoureux ? » S'il lui en parlait, sans qu'elle ne lui ait posé la moindre question, en plus, elle se doutait que ça devait être récent, elle essayait donc d'évaluer son degré de souffrance, ne pouvant s'empêcher de se demander si elle n'était rien d'autre qu'un pansement pour lui. « Je l'ai jamais été... » À son tour de lui offrir une confession, dans le seul but de l'encourager à lui en faire plus à l'avenir. Se sentant néanmoins vulnérable, Odette baissa le regard quand il croisa le sien, ne le relevant que lorsqu'elle sentit les doigts du jeune homme dans ses cheveux. « Ah oui ? » Malgré elle, un sourire étira ses lèvres, touchée par le compliment. Elle pouvait deviner le sous-entendu qu'il cachait, la dimension plus importante qu'une simple couleur de cheveux, alors elle n'ajouta rien et le regarda disparaître, nu comme un ver - elle se fit un plaisir d'admirer la vue - dans la salle de bain. « Quel romantisme ! » Soupira-t-elle en levant les yeux au ciel, néanmoins amusée, se dépêchant de se débarrasser elle aussi de ses habits avant de le suivre. L'idée d'une douche l'enchantait pour plusieurs raisons alors elle se pressa de le rejoindre, l'eau chaude coulant déjà sur son corps d'apollon, qu'elle s'empressa de tourner vers elle pour plaquer ses lèvres contre les siennes avec ardeur, sans prévenir. « C'est pour ça que tu m'as ramenée, non ? » Se défendit-elle, peut-être un peu trop brusquement, quand elle se détacha de lui histoire de les laisser respirer, car quoi d'autre que le sexe les unissait ? Rien, et Odette se devait bien de le remercier de l'avoir sortie de cet enfer, persuadée que c'était la seule chose qu'il attendait d'elle.

_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."

Jace O'Connor

behind
messages : 267
name : all souls
face + © : POD ; ©self (av+gif), old money(sign)
multinicks : -

age (birth) : 27 years old [30.01]
♡ status : single
work : doing pretty much everything in the ranch
activities : working, dealing, trying to forget n.
home : big appartment on harbor row, with gab & eddie
points : 1357
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON | TC shooting (s4 : odette, aneurin)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Lun 22 Fév - 19:46
you're bad for me
i was fragile, you were strong
i never felt like i belong


@Odette Lynch — january, 2nd (2021)

Naturellement, y'a un sourire qui se dessine sur le coin de ses lèvres lorsqu'elle lui balance plus ou moins la même réplique que ce qu'il lui avait répondu lorsque les situations étaient inversées. Là où leurs réponses étaient divergentes était sur le fait de se faire surprendre. Jace n'avait pas eu envie de se faire surprendre par qui que ce soit (et dans leur cas, par le coloc d'Odette). Elle, aurait trouvé ça drôle d'être surprise par dieu sait qui, il n'osait imaginer naila. Mais il savait que ça ne pouvait plus arriver. Elle avait mis les voiles, et elle ne reviendrait pas. Les seules personnes susceptibles de les surprendre seraient ses colocataires, et dans le pire des cas... ça les amuserait. « c'était pas un jeu » répondit-il machinalement. Tout sauf un jeu. Il aurait tout fait pour elle, même la partager. Il l'avait fait pendant un temps, jusqu'à ce que ça soit insupportable. « ouais » il passe sa main sur sa nuque et soupire en tentant d'éviter le regard de la jeune femme, pas franchement à l'aise avec les confessions. Cette fois, il tourne la tête, capte brièvement son regard et hausse les épaules. « je sais pas ce qui est le pire » d'avoir su ce que c'était et d’avoir tout perdu, donc d'en avoir souffert à en crever. Deux fois. Ou n'avoir jamais connu le bonheur qui va avec tout en s'abstenant d'avoir fait connaissance de la sœur jumelle : la douleur.
Il se rapproche finalement, lui faisant comprendre que malgré tout, c'était une bonne idée ce changement capillaire. Le rosé sur sa chevelure blonde lui donnait un air rebelle, mais finalement, il préférait peut-être comme ça. Ça l'éloignait de son ex, ça séparait les deux, et ça lui évitait de tomber dans des trucs trop malsains. Ni lui, ni elle n'avait mérité ça. C'était bien assez pour la partie confession. Il en avait fait plus en cinq minutes que depuis qu'ils se connaissent. Rapidement à poil, il lui propose de venir prendre une douche, mais c'est sans attendre sa réponse qu'il se dirige vers al salle de bain accolée à sa chambre. « je sais, ça me perdra » rit-il en se glissant dans la cabine de douche, faisant déjà couler l'eau chaude. Il ne lui faut pas longtemps pour le rejoindre, encore moins pour qu'elle ne plaque ses lèvres sur les siennes. Il y répond, tout de même surpris de la rapidité. Il enlève l'eau de ses yeux « pas spécialement, non. Tu préférais retourner dans ton placard ? » lance-t-il en référence à la chambre minuscule qu'elle partageait. Il se rapproche pourtant, glisse ses mains dans le creux de ses reins puis descend sur ses fesses « mais c'est un bonus agréable » il n'allait pas lui mentir. La douche, c'était pour se faire du bien -se réveiller et se débarrasser de tout ce que la taule (même quelques heures) pouvait coller à la peau. Odette transformait en moment encore plus relaxant. A son tour, il l'embrasse, ardemment, mais sans doute plus doucement qu'elle avant de la retourner, collant son dos contre son torse pour mieux embrasser cou et épaules. L'une de ses mains enroulées autour de son ventre, l'autre se fraye un passage entre ses cuisses pour lui offrir quelques caresses qu'elle récompense toujours à coup de gémissements divins.

_________________


HE'S A BADASS WITH A GOOD HEART
soft, but strong. unapologetic and honest. he's the type of man you go to war beside - not against.

Odette Lynch

behind
messages : 1180
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : emackey ⋅ © maryne.
multinicks :
giselledanielshilohscar


age (birth) : 24 y.o. (22/11)
♡ status : no strings attached.
work : burlesque dancer at the illunis, former figure skater.
home : sharing ayden's bed.
points : 1825
moodboard : (you're bad for me) 0b34fccf594a1558dcec59057227476cb75e4992
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : velkan ⋅ yuri ⋅ larissa (jace)

(you're bad for me) Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) · Sam 27 Fév - 20:41
D'abord taquine, Odette se mordit la lèvre inférieure, se sentant presque coupable, à la réponse de Jace. Ce dernier semblait hanté par son passé, ce qu'elle ne pouvait que comprendre - quoique pas pour les mêmes raisons - et elle décida alors de ne pas trop insisté. Elle se laissa juste aller à une confidence, celle d'avouer qu'elle n'était jamais tombée amoureuse, et la réponse de l'irlandais la fit sourire. « Je ne sais pas non plus. Quand je vois à quel point ça fait mal, je me dis que je suis la mieux lotie. » Elle haussa les épaules, mais elle ne pensait pas vraiment ce qu'elle disait. Elle souffrait du manque de relation dans sa vie, du manque d'amour - mais comment aimer quelqu'un quand elle n'avait connu aucun amour dans sa famille, ni aucun amour envers elle-même ? Odette jeta un coup d'oeil discret à Jace pour observer sa réaction mais décida de ne pas insister. Elle en savait un peu plus sur l'irlandais, savait qu'il avait souffert à cause d'une fille, espérait qu'elle n'était pas un simple pansement pour lui mais pouvait-elle en exiger plus ? On ne pouvait pas dire qu'elle avait commencé à le fréquenter pour les bonnes raisons puisqu'elle lui offert son corps à la place de quelques billets pour se payer les quelques cachets dont elle avait besoin au quotidien. Odette le regarda disparaître derrière la porte de la salle de bain et ne tarda pas à le rejoindre, nue, sous la douche, où elle n'attendit pas une seconde de plus avant de plaquer ses lèvres sur les siennes, avide de sensations fortes mais surtout convaincue qu'il n'attendait que ça d'elle.
« C'est une chambre, pas un placard. » Répliqua-t-elle en levant les yeux au ciel avant de l'embrasser de nouveau, sourire aux lèvres. Il avait raison, elle préférait être ici, avec lui, que dans la chambre minuscule qu'elle partageait avec Ayden. Si elle appréciait le garçon, s'évader de son quotidien avec lui lui faisait toujours du bien, plus particulièrement quand cette échappatoire portait le doux nom de Jace. Se laissant complètement faire sous les mains expertes de l'irlandais, Odette ferma les yeux et bascula la tête en arrière, posée sur l'épaule de Jace, dont les mains commençaient à glisser sur son corps pour lui procurer un plaisir qui n'égalait à rien d'autre. « Je devrais t'appeler plus souvent quand je me fais coffrer. » Car pour l'instant, c'était lui qui la remerciait et non le contraire. « Mais je crois que je te dois quelque chose. » Quand bien même elle avait été ingrate aux premiers abords, elle lui était reconnaissante d'être venu la chercher. Alors elle se retourna et glissa ses bras autour des épaules de Jace, se hissant sur la pointe des pieds pour l'embrasser avant de se laisser tomber à genoux, laissant sa bouche explorer le haut de son corps sur le chemin, ne s'en lassant pas malgré toutes les fois où ils s'étaient rencontrés pour s'adonner à leurs envies.


_________________
"When I was a child I heard voices, some would sing and some would scream, you soon find you have few choices, I learned the voices died with me."
Contenu sponsorisé




behind
the mask

(you're bad for me) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: (you're bad for me) ·
 
(you're bad for me)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane :: sheriff's office-
Sauter vers: