hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens et mini-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-28%
Le deal à ne pas rater :
Karcher Wd6 Premium – Aspirateur eau et poussière (ODR de 15€)
144 € 199 €
Voir le deal

 

 beyond desolation (oneshot).


F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World
Aller en bas 

I took a walk in the woods and came out taller than the trees.

Sijia Han

behind
messages : 715
name : lora (ōkami), elle/she.
face + © : xu jiaqi — livia (av), obsxlescence (gifs).
multinicks : sakura · minha · yuri · irene.

age (birth) : twenty-five (21/11).
♡ status : doesn't even know what it means.
work : jobless.
activities : hunting, fishing, exploring, avoiding cannibals.
home : error 404.
points : 1756
moodboard :





last of your kind

here's to the girls

whose fathers broke their heart before any boy could.






tw:
 



beyond desolation (oneshot). C6800e53786898223f4472062f74332d

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ON (fr/en) ⋅ oneshot, shiloh, riley.

beyond desolation (oneshot). Empty
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
· beyond desolation (oneshot). · Dim 3 Jan - 16:37
entre septembre et novembre 2020

beyond
desolation

sijia han (oneshot)




september 2020
It’s been a few days now since I left the area. I don’t why exactly, my goal is still the same but I feel like I don’t know where to go. I’m still confused by what happened, and the people, and the small town. It was far from abandoned, and I could’ve stayed there, asking for help. I guess I got scared. How pathetic am I, uh? I do what I do best, survive. But I’m starting to get anxious about what’s to come. If I don’t find any answer, soon it’ll be winter and it’s going to start getting cold, real cold. I shouldn’t worry that much, I’m not completely hopeless. Just tired. Really fucking tired.

Where are you dad?

I thought about going back to our house, maybe that’s what I should do right now. Heading home, and stay there until I… I don’t know. I feel stupid again. I’m fine being alone, but being lonely is way harder that I expected.

Which way to go?

I’m only surrounded by big trees, empty roads and animals. It’s probably better that way. Still, I can’t stop thinking about them. The way they looked at me, or reacted even. It was weird. Yet I didn’t find the courage to dig further. His voice in my head telling me to go, telling me to be careful. The last thing I need right now is to go insane.

La nuit se profile par-dessus l’épaisse couche de sapins, tandis que les chants de différents oiseaux l’accompagnent dans sa marche. Plusieurs heures se sont écoulées depuis qu’elle a quitté son abris – une cabane qui n’a pas dû voir d’âme depuis bien des saisons. Sijia espère trouver un coin où se poser afin de pouvoir y faire un feu et manger les restes de sa chasse. Par chance, elle a trouvé de quoi se satisfaire maigrement. C’est toujours mieux que rien, mais ce ne sera sans doute pas suffisant pour qu’elle récupère toutes ses forces. La jeune femme observe avec nonchalance les étoiles qui se font un peu plus lumineuses à mesure que le soleil se couche. Rien ne semble perturber la nature si ce n’est le bruit des brindilles qui craquent sous son passage et les animaux qui vivent par ici. Autrement, c’est calme.

Elle n’a croisé personne depuis son départ de la zone habitée. Aucun signe de vie, absolument rien qui puisse lui signaler qu’elle n’est pas seule. Elle ignore si elle doit en être soulagée ou tout son contraire. Il faut dire qu’elle a encore du mal à assimiler les quelques rencontres qui ont croisé sa route. Elle se refuse aussi de penser à des « et si » qui n’ont pas sa place dans sa tête. Elle a cru pendant un temps qu’il lui suffisait juste de quelques jours, semaines même, pour s’adapter et retenter une approche de la ville. Elle a bien failli le faire, mais s’est ravisée au tout dernier moment. Finalement convaincue qu’elle ne trouverait pas son père, malgré les quelques fois où elle a surveillé les environs sans trop se rapprocher. Alors elle a simplement plié bagage et a repris la route. Soudain le sentiment d’être de nouveau seule au monde lui semblait bien moins effrayant que l’idée d’être entourée. Une décision qu’elle ne veut pas regretter aujourd’hui, mais son esprit ne cesse de lui rappeler que sa quête ne la mènera nulle part sans savoir où aller exactement.

Son père. Elle l’entend parfois. Dans un coin de sa tête, dans ses rêves, des souvenirs qui l’emprisonnent et lui rappellent sans cesse qu’il ne sera pas là à son réveil. Elle lui en veut aussi, l’inquiétude se mêlant à l’incompréhension. Quelque chose à dû le retenir, s’intime-t-elle davantage pour ne pas laisser des pensées bien plus négatives l’envahir.

C’est le visage en sueur et arrachée d’un sommeil agité que Sijia se rend compte que la nuit a laissé place aux premières lueurs du jour. Le feu crépite encore doucement, qu’elle n’hésite pas à ranimer pour lui procurer plus de chaleur en ces heures automnales. Son estomac se manifeste à son tour et de son sac elle en sort quelques provisions qui feront l’affaire. Elle ne perd pas plus de temps pourtant, car la route est encore longue. Si trouver son père est évidemment sa priorité, elle en est venue à la conclusion que si elle veut pouvoir passer l’hiver dans les meilleures conditions qu’il soit, elle doit impérativement trouver un abri convenable. Ce qui s’avère bien compliqué dans ce paysage naturel et sauvage.

L’espoir au creux de ses entrailles, Sijia range tout et s’éloigne, une nouvelle journée de marche l’attend. Elle se perd quelques pauses, parfois pour grignoter, parfois pour admirer, parfois pour gribouiller rapidement ce qu’elle a sous les yeux. La beauté des lieux a au moins l’avantage d’embellir un peu son voyage. En prenant soin de faire attention à ce qui l’entoure et les signes de présences animales ou humaines, la jeune survivaliste se contente de laisser le courant de la petite rivière la conduire vers une destination qu’elle ignore encore.

Ce n’est que lorsque le soleil est à son sommet que Sijia s’aperçoit qu’elle arrive enfin à la bordure, le goudron coupant d’une ligne droite la forêt. Sans trop de surprise, le lieu est désert de toute activité et Sijia se met à suivre la route sans pour autant se montrer visible. Toujours aussi méfiante, une crainte qu’elle trouve encore justifiée. Ce n’est qu’après une heure de marche qu’elle remarque, au loin, ce qui ressemble à une station-service. Isolée au beau milieu de nulle part, Sijia se demande si quelqu’un s’y trouve. D’où elle est, elle n’arrive pas à voir à l’intérieur et rien à l’extérieur ne lui indique quoique ce soit de bien utile. Si ce n’est peut-être que la bâtisse n’a pas l’air si délabré que ça. S’en suit un débat avec elle-même mais rapidement, elle se décide. Après vérification que ses armes ne lui feront pas défaut, elle quitte la protection des bois et traverse l’artère goudronnée. Son regard est attiré par une vieille voiture garée dans le garage se trouvant juste à côté, seul détail qui l’interpelle alors que les pompes sont laissées à l’abandon pour le moment. Pour une raison qu’elle ne comprend pas tout à fait, son cœur s’emballe et l’adrénaline avec. En se penchant doucement vers une fenêtre, elle détaille les rayons qui sont parfaitement remplis et rangés mais aucune âme qui vive à l’horizon. Soit l’endroit n’a jamais été visité (et encore, ça n’explique pas le manque de poussière), soit ça appartient à un ou des survivants (cette option lui semble plus probable). La main à la ceinture, elle continue d’avancer et pousse la porte de la station dans un cliquetis de clochette qui annonce son passage. Merde. Elle ne sait pas trop à quoi s’attendre, mais elle aurait préféré que son entrée soit un peu plus discrète.

Son estomac réagit aussitôt à la nourriture qu’elle observe avec intérêt. Et à en juger par l’aspect des lieux et des allées, tout à l’air encore consommable. Ses yeux en brilleraient presque. D’un geste, elle attrape un paquet de chips et s’apprête à l’ouvrir quand des voix la coupe dans son élan. Interpellée, elle repose le paquet et se dirige d’un pas discret vers la source. Une pièce à côté de la caisse est ouverte et c’est de là que les bruits proviennent. Elle ne saisit pas réellement ce qui se dit, bien trop concentrée à ne pas trahir sa présence et à l’aide son couteau, le penche dans l’encadrement de sorte à voir ce qui se cache à l’intérieur. Rien. Personne. Si ce n’est… Sijia abaisse son arme et entre dans la pièce, les yeux écarquillés. Ce ne sont plus les voix qui attirent son attention, mais les images qui défilent dans la télévision qui fonctionne parfaitement bien. C’est la première fois qu’elle en voit une qui soit allumée, les autres ayant croisé sa route n’étant que des carcasses d’un temps révolu. Après quelques secondes d’émerveillement, son esprit se focalise finalement sur le contenu. Un homme présente une carte locale avec des symboles, la météo. — Un temps ensoleillé est à prévoir sur une majeure partie de la côte tandis que des précipitations sont attendues en début de soirée à Portland, s'en suit une présentation bruyante et flashy avant de laisser place à d'autres personnes fixant la caméra, des écrans derrière eux et en titre en bas « breaking news » évoquant des élections. Elle est tellement absorbée par la télé que son esprit a éclipsé tout le reste. — Hé vous, que faites-vous ici ?! Sijia sursaute et empoigne fermement son couteau qu’elle évite de justesse de pointer vers l’inconnue (il y a comme un sentiment de déjà vu). Cette dernière, surprise également par la réaction de Sijia, recule en la toisant du regard, ses yeux ne tardant pas non plus de remarquer les armes qui reposent sagement dans son dos. — Vous n’avez pas le droit d’être ici, miss, mais Sijia n’en a que faire. Dans d’autres circonstances elle aurait été menaçante ou aurait quitté les lieux sans se retourner. Pas cette fois. — Est… Est-ce que c’est en direct ? son ton est nerveux, son visage l’exprime tout autant malgré la fatigue qui cerne son regard. La femme l’observe encore un temps avant de poser son attention sur la télé. — Comment ça ? Ouais, vous voyez pas, c’est marqué là-haut « LIVE »…  Sijia se tourne elle aussi, fixant l’écran comme si elle pouvait en déceler les moindres secrets. — Alors vous aussi vous avez de l’électricité ? Est-ce que c’est partout pareil ? Depuis combien de temps ? Qui sont ces gens ? Je croyais que..., les mots se fanent sur ses lèvres alors que tout s’emmêle dans sa tête, je ne comprends pas..., — Vous m’avez l’air un peu paumée, vous voulez pas que j’appelle la police ? ils pourront peut-être-, — Non, qu’elle dit sèchement, je veux savoir qui sont ces gens ??? vous ! qui êtes-vous ?!

the end

_________________
take your last supply,
to leave this home behind.
tear up the letters you've saved,
from all the love left astray.
 
beyond desolation (oneshot).
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: