hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -36%
Pack de 3 couteaux Tefal Ingenio Ice force
Voir le deal
29.99 €

 we been off, way off track

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Koa Thompson

behind
messages : 89
name : Koa Thompson
face + © : Charles Melton ; © @doom days
multinicks : - Sage Anderson

age (birth) : 27 ans
♡ status : single
work : air force pilot
home : flat mate with Aaron Edwards - Bridgewater Way
points : 260
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Free. 2/5 — Merope (Flashback) — Teodora — Topic Commun

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· we been off, way off track · Ven 26 Mar - 0:56
we been off, way off track



Une petite ville calme et paisible en bord de cote de l’état de l’Oregon. Il y fait bon vivre. Rien de palpitant ne s’y passe mais c’est ce qui fait le charme de cette petite bourgade vivant au rythme des saisons. Windmont Bay. Cette arnaque ! Enfin il est vrai qu’il ne s’y passe réellement rien dix mois sur douze. Mais comme pour compenser ce surplus de plénitude, la ville offre à ses habitants l’équivalent de la saison finale de Games of Thrones sur une seule et unique journée. Sans spoiler.  Un maximum de drama sans prévenir. Pourtant habitué à un quotidien plus que mouvementé, le jeune Thompson avait eu du mal à y croire, sur l’instant. Pas quand il s’était retrouvé propulsé à l’intérieur du hall de la mairie en l’espace de quelques secondes, non. Encore moins quand il s’était fait piétiner par la moitié des manifestants, non. Toujours pas, malgré une arcade défoncée et un bras qui pissait le sang, non toujours pas. Il avait fallut deux détonations. Deux putains de coups de feu pour qu’il comprenne enfin l’ampleur de la situation, la réalité effrayante de celle ci. Non, il ne rêvait pas. Non lui n’avait pas eu peur à proprement parlé, pas pour lui en tout cas, pas pour sa vie. Ce type de stress il en était comme anesthésié depuis plusieurs années maintenant. Il avait vu tellement pire, des degrés d’horreur auxquels rien ne vous prépare. Rien, pas même les films les plus gores aux effets spéciaux les plus réalistes, pas même les manuels d’instruction de l’armée, ni les caméras embarquées des commandos spéciaux… Non, pour tout dire il avait été agacé. Les moyens déployés avaient été si minces pour ne pas dire inexistants face à la gravité de la situation. Tant de civils pris en otage c’était aberrant ! Le temps… Le temps avant l’arrivée des renforts. Un constat déplorable. Pour autant il ne blâmait pas directement les forces de l’ordre présentes dans la salle. Leur marge de manoeuvre était si mince, personne n’aurait fait mieux. Simple observation sur les moyens alloués à la police de Windmont Bay. L’arrestation de sa maire serait probablement un bon début.

Nous disions donc plus tôt, une arcade niquée et un bras criblé d’éclats de verre. Rien de très grave en soit. Koa était loin de se considérer comme une victime, ce n’était pas son genre. Et encore moins face à l’état d’autres personnes prises en otage ce même jour. Certaines s’étaient retrouvées entre la vie et la mort, et des blessures bien plus graves. Il n’était qu’un petit dommage collatéral. Il n’avait d’ailleurs pas prit la peine de se rendre à l’hôpital, pas pour si peu. Ayant le luxe d’avoir une mère chirurgienne, il aurait été encore plus égoïste de venir gonfler les bancs de la salle d’attente de l’hôpital du coin. Il s’était assit dans la cuisine du domicile familial le temps de quelques points de suture, puis il était rentré chez lui.

C’était ennuyant ces petits bouts de fils. S’accrocher partout, devoir faire attention sous la douche, ne rien pouvoir soulever du bras gauche. Une vraie plaie. Mais il arrivait bientôt au bout. Deux semaine s’étaient écoulées depuis la prise d’otage de la mairie, et ses blessures prenaient peu a peu l’apparence de petites égratignures alors que la phase de cicatrisation touchait à sa fin.  Après être passé du rouge, au violet, au bleu puis finalement au vert, les hématomes sur ses côtes s’affadissaient, tirant de plus en plus vers le jaune. Bientôt plus rien ne serait visible. Une petite addition de simples cicatrices à celles qu’il avait déjà. Koa ne les détestait pas, ne s’en ventait non plus, il vivait juste avec. Il les considérait comme des rappels, des marques laissées par la vie, même si certaines rappelaient des instants plus douloureux que d’autres.

Ce matin le jeune capitaine avait un appel important quand à la mission qu’on lui assignerait à la rentrée prochaine. Dégaine pas très professionnelle ceci dit. Dans le coaltar au moment de sa douche, il avait complètement oublié l’existence de ses points, et s’était laissé aller sous l’eau brulante, de longues minutes durant, sans veiller à garder bras et visage au sec. Champion le mec !
Il se retrouvait donc devant l’écran de son iPad, en plein Zoom, caméra coupée, cheveux mouillés, à moitié habillé. Jogging gris, et sweat assorti enfilé que sur un bras, laissant le gauche, encore suturé, sécher à l’air libre. Concentré sur l’audio et les images défilant à l’écran, il laissa passer le retentissement de la première sonnette de l’entrée. Probablement Aaron qui avait oublié de prendre ses clés en partant quelques minutes plus tôt. Ne se pressant pas le brun saisissait la tablette de manière à ne pas perdre une miette du Zoom dont la conclusion était imminente. Mais alors qu’il se rapprochait peu à peu de la porte, à sa surprise on ne s’excitait pas sur la sonnette de l’extérieur. Il commençait à connaitre son colocataire et n’en aurait pas attendu moins de lui. Il s’attendait peut être à à peu près tout, sauf à la voir elle. Teodora Akkermann se tenait droite sur le pas de la porte, un sourire timide aux lèvres. La surprise était visible sur le faciès du brun. Enfin si vous le connaissiez elle l’était. Car en réalité son visage n’exprimait alors pas grand chose. Le seul trait d’expression était lisible dans ses sourcils qui se froncèrent bientôt dans une question silencieuse.

« … procéderons ainsi…Thompson sera donc responsable des premiers essais, premiers tests de vol du nouveau F-15EX sur longue distance, je ne vois personne d’autre mieux placer pour remplir cette m… »

Qu’est-ce que tu fais ici?

Ses yeux avaient parlé pour lui, accompagnés d’un geste interrogateur de la main, avant de signifier à la jeune femme de rentrer d’un signe de la tête, laissant la porte ouverte derrière lui. Alors qu’il remontait vers la cuisine, il ne prenait toujours pas la peine d’enfiler son sweat en entier, les points sur son bras n’étaient pas encore secs et le gel sur ses côtes non plus.

« …J’attend un rapport d’étonnement de chacun que vous ayez vu le nouveau chasseur en réel ou juste en simulateur ! Merci messieurs, hâte de votre retour dans nos rangs cap, profitez de votre permission. »

Le Zoom prenait fin après quelques cordialités. La tablette toujours logée au creux de ses mains, le brun relevait le regard vers la jeune femme.

— Du coup…? Comment…?

Il haussait les épaules, ne prenant pas la peine d’apporter des précisions à sa question. Il ne souvenait pas lui avoir mentionner son déménagement, encore moins sa nouvelle adresse. Il était plutôt surpris de la voir ici sans qu’elle ne l’ai prévenu en amont, considérant qu'ils ne s'étaient pas revus ni parlés depuis la fusillade de la mairie.

_________________
 
Plus j'en sais,
plus je sais que
je ne sais rien.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Teodora Akkermann

behind
messages : 604
face + © : Magdalena Zalejska (av. COSMIC LIGHT - sign. diatypose - icons. doom days)
multinicks : -

age (birth) : Vingt-sept ans (19.11.1993)
♡ status : Célibataire, le cœur qui traîne par terre
work : Serveuse au Saddle Peak Lodge
activities : Photographe et dessinatrice à ses heures perdues
home : Crescent Lane
points : 1063
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (fr) Koa - Jules - Chani, Scar, en attente (0/3)

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: we been off, way off track · Lun 29 Mar - 3:00
WE BEEN OFF, WAY OFF TRACK


26 mars 2021
Reprendre sa vie normalement après cette prise d’otage ? Impossible. Du moins pour toi. Tu en gardes des séquelles et d’autres sont réapparues. Les excès de violence te font toujours autant peur. A chaque fois, tu repenses à ce type qui vit encore. Alors non, tu ne remercies pas l’enfoiré qui s’en est pris à vous à la mairie. A cause de lui tu enchaines les cauchemars, dors de temps en temps avec Jules parce qu’il n’y a que ça qui te calme. Mais tu ne te vois pas non plus consulter pour cela. Encore une fois, tu te débrouilleras. Miss têtue. Et puis il faut ajouter à ces insomnies ce besoin pressant d’avoir des nouvelles de celui qui t’a protégée pendant cet affreux événement. Koa pour ne pas le nommer. Lui s’est retrouvé blessé contrairement à toi. Sauf qu’il n’est pas du genre à donner des nouvelles, ni prendre contact en général. Tu t’es toujours dit que tu finirais par le croiser en ville et pourrait lui demander comment il va, mais non. A croire qu’il joue l’ermite dans son appartement.
Jour de repos pour toi, et de corvée de courses pour la coloc, tu t’es motivée à aller chez le primeur plutôt que de te faire livrer. Il te félicitera surement de changer un peu tes habitudes. Petite liste faite (une chose obligatoire chez toi pour faire les courses), deux sacs, ton vélo et te voilà partie. C’est sur le chemin que tu réalises que tu trouves près du logement de Koa. Aller le voir ? N’y penses même pas. Tu vas regretter. Ne fais pas l’idiote Akkermann, continues ta route, tu as des légumes et des fruits à acheter. Mais non. Tu bifurques, changes de destination.  
Et voilà que tu es devant chez lui, ne sachant plus trop ce que tu fous là. Enfin, si, tu sais mais c’est peut-être aussi une idée très conne de ta part. Prévenir aurait peut-être été mieux avant de te pointer devant cette porte et regretter d’avoir sonné. Que faire ? Fuir ? Non, tu assumes maintenant que tu es là. Assumes cette inquiétude que tu as pour lui. Mais est ce que ça ne saurait pas non plus une excuse pour le revoir ? Pour passer à nouveau du temps avec lui ? Peut-être aussi. Il faudrait pourtant que tu te fasses une raison : le jeune homme ne veut pas forcément garder contact avec toi. Pourquoi est ce que tu t’acharnes alors ? Bruits de clé, porte qui s’ouvre. Impossible de faire marche arrière. Te voilà face à lui. Il te dévisage alors que tu tentes de lui offrir un sourire pour mieux faire passer la pilule. Sauf que t’as rien à faire là, Teo. Il va te demander de dégager et ça va être vite fait. Mais non. Malgré ses interrogations et la conversation entamée sur sa tablette, il te fait entrer. Tu es clairement de trop mais tant pis, t’es rentrée.  
T’attends debout, sans un bruit, qu’il finisse son appel vidéo. Tu n’oses pas avancer, te rapprocher de lui comme si tu avais peur qu’il t’engueule. Bien sûr qu’il veut comprendre le pourquoi du comment. Débarquer à l’improviste surtout quand tu n’es pas censé connaitre l’adresse, forcément on se pose des questions. Tu sens que tu as encore fait une boulette. "Je suis désolée, je vais repartir, hein ? Je… Je m’inquiétais pour… Pour ta blessure... Comme j’ai découvert ton adresse un peu par hasard, je me suis dit que je passerai pour venir voir comme tu vas mais c’était une mauvaise idée. Désolée, encore." Et tu fais demi-tour, prête à quitter l’appartement du jeune homme. Tu te maudis d’être venue.  

_________________

I wish all my weaknesses could be hidden
I grew a flower that can’t be bloomed
in a dream that can’t come true
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Koa Thompson

behind
messages : 89
name : Koa Thompson
face + © : Charles Melton ; © @doom days
multinicks : - Sage Anderson

age (birth) : 27 ans
♡ status : single
work : air force pilot
home : flat mate with Aaron Edwards - Bridgewater Way
points : 260
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Free. 2/5 — Merope (Flashback) — Teodora — Topic Commun

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: we been off, way off track · Jeu 1 Avr - 13:37


Pour le moins il était surpris de l’audace du geste. Il connaissait la brune. Elle avait probablement agit sous le coup de l’impulsion, elle faisait souvent ça avant. C’était aussi en partie grâce à ce trait de caractère qu’il y avait finalement eu rapprochement. Mais face à son manque de justification quand il lui demanda le pourquoi du comment, il su. L’instinct. Un instinct sorti de nul part l’avait conduit jusqu’ici. L’avait poussée à appuyer sur la sonnette de la porte d’entrée, et alors il avait été trop tard. Trop tard pour y réfléchir à deux fois, trop tard pour partir en courant comme une gamine un soir d’Halloween. Quoique! C’était plus ou moins ce qu’elle s’apprêtait à faire en battant en retraite.

Sérieusement ?

Un soupir. Koa affichait alors une mine mi-ennuyée, mi-agacée tandis qu’il déposait l’Ipad sur l’îlot de la cuisine. Allait-elle vraiment partir de la même manière qu'elle était arrivée quinze secondes plus tôt. Tout ça pour ça? Attendait-elle qu’il la retienne? Lui montrant ainsi un semblant d’intérêt ? Quelles étaient ses réelles motivations, dans le fond? De peur d’être prétentieux, le jeune Thompson préférait balayer toutes suppositions de son esprit.

Téo… soufflait-il une première fois. Il attendait qu’elle se retourne. Marquait une pause, et ajoutait finalement. Désolé pour l’accueil. C’était pas méchant, je suis juste… Je sais même pas si surpris est le terme adéquat… De te voir ici !

Il emboitait le pas de la jeune femme et refermait la porte qu’elle venait d’ouvrir. Il ajoutait à nouveau dans un murmure qu’elle seule aurait pu entendre en raison de leur proximité le temps de quelques courtes de secondes. Courtes et pourtant qui durent lui paraitre une éternité. Courtes mais assez longues pour qu’elle soit enveloppée d’une effluve d’arômes divers. Un alliage frais de shampoing, de dentifrice à la menthe relevé par des notes subtiles de oud.

Ne sois pas ridicule… C’est n’est pas parce que je ne t’accueille pas en grandes pompes que tu dois partir.

Il rejoignait la cuisine, contournait l’ilot et s’asseyait avec une pointe de lassitude sur l’un des tabourets hauts. Accoudé à la surface en bois sombre, il faisait mine d’inspecter son avant bras suturé.

Pas vraiment grand chose de quoi s’inquiéter hein… Je devrais pouvoir faire sauter tout ça d’ici une petite semaine !

Il haussait les épaules. Rien n’était grave pour Koa. Il avait cette manie que beaucoup trouvait agaçante, de tout relativiser, pour ne pas dire minimiser, même dans des situations qui ne le requerraient pas. C’était assez inquiétant quand on y pensait d’un point de vue psychologique. C’était à se demander quel était le sous texte de son passé, car finalement l’armée n’avait fait qu’amplifier ce trait de caractère.
Il saisissait une serviette laissée plus tôt sur le comptoir et frottait énergiquement ses boucles encore imprégnées d’eau. Il y passait ensuite une main pour dégager son front, reportant son regard sur la jeune femme.

Loin de moi l’idée de te prendre pour une stalkeuse mais… — il avait un petit sourire taquin, alors qu’il réitérait une nouvelle fois sa question, curieux. Du coup ce heureux hasard par lequel tu as découvert où j’habitais…?


_________________
 
Plus j'en sais,
plus je sais que
je ne sais rien.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Teodora Akkermann

behind
messages : 604
face + © : Magdalena Zalejska (av. COSMIC LIGHT - sign. diatypose - icons. doom days)
multinicks : -

age (birth) : Vingt-sept ans (19.11.1993)
♡ status : Célibataire, le cœur qui traîne par terre
work : Serveuse au Saddle Peak Lodge
activities : Photographe et dessinatrice à ses heures perdues
home : Crescent Lane
points : 1063
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (fr) Koa - Jules - Chani, Scar, en attente (0/3)

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: we been off, way off track · Dim 18 Avr - 19:41
WE BEEN OFF, WAY OFF TRACK


26 mars 2021
Tu t’apprêtes à partir alors que tu t’es donnée du mal à venir jusqu’ici. Il va te prendre pour quoi ? Une folle ? Oui, sans aucun doute. Tu passes pour celle qui ne sait pas ce qu’elle veut, qui vient juste faire chier son monde. Et puis si tu te casses, tu seras toujours autant inquiète qu’à ton arrivée. Reprends toi et restes donc. Mais tu as toujours la main sur la poignée et la porte s’ouvre. C’est maintenant ou jamais de partir. Sa voix résonne. Ton surnom. Tu as fait une bêtise en venant mais tu en fais une seconde en voulant repartir aussitôt. Tu le comprends à sa manière de parler. Tu te retournes aussitôt pour lui faire face, n’assumant plus vraiment ce que tu viens de faire. Sourcils légèrement froncés, à l’entendre c’est complètement de sa faute. Il se trompe. C’est complètement normal de t’accueillir de cette manière, ce n’était du tout prévu que tu apparaisses comme ça. Tu agites les mains, essayant de le faire taire. Qu’il arrête de dire des conneries. "Mais non, Koa ! Ne t’excuses pas ! J’suis venue sur un coup de tête, tu m’attendais pas, c’est normal." Tu pourrais continuer de déblatérer or le garçon s’approchant, ça te coupe dans ton élan. Tu te pinces les lèvres, maintenant le regard vers son visage. Tu ne peux plus te permettre de mater comme tu le faisais avant. "Je suis désolée…" souffles-tu à ton tour.
Tu ne bouges pas d’un poil, Koa lui retrouvant sa place en cuisine. Quelques mots suffisent pour te rassurer. Un peu, juste un peu. Tant qu’il n’aura pas complètement cicatrisé, tu te demanderas si tout va bien. Arrêtes un peu, Teo, Koa s’en sort très bien. Il l’a démontré depuis que vous vous êtes quitté. Tu esquisses un sourire, surement le premier depuis ton arrivée. "Tant mieux alors… C’est toi le blessé, t’façon, tu sais mieux que moi !" Il est peut-être blessé physiquement mais est ce qu’il faut qu’on parle de ton état psychologique Teo ? Non, ça ne vaut mieux pas. Surtout ne lui adresse pas un mot. Koa n’a pas besoin de savoir que ça ne va pas. "Fais attention qu’en même, hein ?" Bien sûr qu’il va faire attention, Teo. Tu le prends pour un idiot ou quoi ? Quand tu n’as pas le contrôle de la situation, tu sors vraiment des idioties.
Tu ne peux t’empêcher de le regarder tout de même un peu, quitte à te faire repérer. Tu as toujours aimé l’image qu’il donnait avec ses cheveux mouillés. Homme sexy. Homme qui te sort de ta rêverie, envieux de comprendre où est ce que tu as dégotté son adresse. "Oh ! Euuuh… Je confirme, j’suis pas une stalkeuse." Léger rire nerveux, tout en passant ta main dans tes cheveux. Comment expliquer que tu as découvert son adresse ? "Eh bien… On achète nos légumes chez le primeur avec mon coloc, comme tout le monde quoi, et un jour, je t’ai vu au loin rentrer chez toi alors que je passais en vélo. Voilà comment j’ai su." Et depuis tu as retenu. Ca fait tout de même un peu stalker, Teo mais passons. Tu décides enfin à bouger un peu pour regarder autour de toi, constatant qu’il ne vit pas seul. Est-ce que t’es rentrée chez une meuf ? Peut-être. Et qu’est ce que tu vas faire si c’est le cas ? Rien du tout, Teo. Rien du tout. T’es plus sa nana. "Tu vis en coloc ?" oses-tu demander. Curiosité mal placée.  

_________________

I wish all my weaknesses could be hidden
I grew a flower that can’t be bloomed
in a dream that can’t come true
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Koa Thompson

behind
messages : 89
name : Koa Thompson
face + © : Charles Melton ; © @doom days
multinicks : - Sage Anderson

age (birth) : 27 ans
♡ status : single
work : air force pilot
home : flat mate with Aaron Edwards - Bridgewater Way
points : 260
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Free. 2/5 — Merope (Flashback) — Teodora — Topic Commun

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: we been off, way off track · Lun 19 Avr - 22:07




Il levait les yeux au ciel, râleur, alors qu’il secouait doucement la tête. Il en avait déjà assez avec sa mère qui prenait des nouvelles chaque jour comme si il s’était fait tirer dessus à bout portant et était alité en soins intensifs. Oui quelques points de suture avaient été nécessaires mais in fine, il n’était plus blessé qu’un gamin qui s’était rétamer en jouant à chat perché dans la cours de récréation. Il était excédé par les regards de pitié des gens quand ils sortaient. Le jugement dans leurs yeux comme s’ils toisaient un voyou, enclin à sa battre à la première occasion. Et dire qu’il avait fait le serment de protéger tout ces imbéciles… Il soufflait, se frotter les yeux et murmurait juste assez fort.

- Ughhh… Oui…Oui ! Le jour où il m’arrivera vraiment quelque chose, vous allez tous me faire péter un câble…

Sa main venait bientôt soutenir tout poids de sa tête qu’il penchait sur le côté. Il écoutait la brune se justifier, un demi sourire quasiment imperceptible logé aux coins des lèvres. De par la manière dont elle passait une main nerveuse dans ses cheveux, il percevait le malaise qu’elle était en train de vivre. Elle avait de quoi l’être, nerveuse. Se pointer comme ça au domicile de son ex sans ne jamais y avoir été invitée auparavant, bien que la raison soit touchante, c’était gênant à expliquer. La rassurer aurait été bienvenu. Mais il ne fit rien, non au contraire il prit à malin plaisir à la regarder patauger le temps de quelques courtes secondes. Il haussait lentement la tête, faisant mine de n’être pas totalement convaincu.


Mmmmh… Le primeur… Ok ! Bonne mémoire du coup…

La taquinait-il, subtil qu’à demi mot, alors qu’il ouvrait la porte du frigo en grand. Colocation oui, garçonnière non. Le réfrigérateur débordait de produits frais et de jus bio. Si il y avait bien un point sur lequel les deux jeunes hommes se retrouvaient c’était l’hygiène de vie. Pas qu’ils ne scandent pas à qui veut l’entendre ce mantra stupide « esprit sain corps sain », il n’en était pas moins dans leur manière de fonctionner. Il sortait de la portière un smoothie à la teinte rougeâtre, détaillait la composition sourcils froncés, avant de verser le liquide épais dans deux verres. Il faisait glisser celui destiné à la jeune femme sans lui demander au préalable si elle désirait quoi que ce soit. Il savait que ça lui plairait, certaines habitudes avaient la peau dure. Il reprenait place sur le tabouret et jetait son dévolu sur une banane dans la corbeille de fruits en face de lui.

Ouais ! — acquiesçait il tout en mordant dans le fruit dont il avait commencé à ôter la peau au préalable. ‘ui ’aurait ‘ru mmmh…? — ajoutait-il la bouche a moitié pleine.

C’est vrai que c’était difficile à croire quand on connaissait le pilote comme la jeune femme. Solitaire dans l’âme depuis toujours, il était difficile d’imaginer qu’il puisse vivre avec quelqu’un d’autre que lui même, hors relation. Il n’était pas vraiment facile à vivre, bien qu’il soit rarement chez lui, il avait du mal à déroger à ses habitudes. Le faux calme qu’il était se retrouvait très vite à court de patience, sur des détails qui pouvaient paraitre insignifiants. Séquelles de l’éducation militaire administrée par son père et de son choix de carrière par la suite. Mais avec le jeune Edwards ça avait matché. Il était tout son contraire, beaucoup plus jovial et spontané que lui. C’était peut être ça qui marchait au final.

Jusqu’ici on se supporte… On verra bien ! — avait-il ajouté après avoir déglutit. Et toi ta coloc?

_________________
 
Plus j'en sais,
plus je sais que
je ne sais rien.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé


behind
the mask

we been off, way off track Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: we been off, way off track ·
 
we been off, way off track
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: