hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -15%
-200€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO ...
Voir le deal
1099 €

 Shouldn't let you torture me so sweetly.

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Willow Coulson

behind
messages : 1132
name : sissi.
face + © : v. kirby + © corpsie & tumblr.
multinicks : winnie, alvin, keane, efrem, marley.

age (birth) : 33. (05/02)
♡ status : taking a break from marriage.
work : french teacher.
activities : -
home : her parents’ house.
points : 1989
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

Shouldn't let you torture me so sweetly. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Shouldn't let you torture me so sweetly. · Ven 2 Avr - 9:05

Under your spell again
Crave my heart and it's bleeding in your hand
I can't say no to you


@Zélie Taylor — 2 avril (2021), Portland.

L’espoir de voir de meilleurs jours se profiler à l’horizon s’était offert à elle lors de son anniversaire en février dernier. Le temps d’un dîner, d’une soirée, d’un instant éphémère, les deux jeunes femmes avaient su mettre de côté leurs différends pour profiter de ce bref moment d’intimité retrouvée. Il ne s’était rien passé de particulier pourtant, pas de baiser échangé, pas de geste affectueux non plus, juste un semblant de complicité – qu’elle pensait perdue – qui avait suffi à la faire secrètement espérer. Cet enthousiasme naissant fut toutefois de courte durée. Sitôt séparées l’une de l’autre, la réalité les avait chacune rattrapées, faisant alors exploser cette bulle de confiance et de sérénité qu’elles étaient parvenues à mettre en place. Plus le temps passait et plus le dialogue s’avérait compliqué entre ces deux-là. Ce n’était définitivement pas l’amour qui manquait à leur union, elles tenaient mutuellement l’une à l’autre, et le mariage n’aurait jamais pu être abordé (et acté) si cela n’avait pas été le cas. Lorsque la communication était rompue, il était bien souvent difficile de se faire entendre, de se comprendre, de partager, ou même d’écouter l’autre, sans éprouver une once de colère intérieure impossible à contenir. Willow était une jeune femme pleine d’énergie, de mordant, curieuse et désireuse de découvrir ce que la vie pouvait bien lui réserver. L’avenir, elle n’avait que cela à la bouche, tandis que son épouse semblait développer d’étranges allergies au mot demain. Cette histoire de projection lui compliquait énormément l’existence au quotidien, son couple en payait d’ailleurs le prix fort. Mais elle se refusait catégoriquement à s’excuser de vouloir le meilleur pour elles deux, un engagement commun sur la durée, des preuves d’amour qui ne venaient hélas pas. Elle était en droit d’exiger toutes ces choses que son cœur et son corps réclamaient, elle ne s’en était jamais cachée, ce n’était guère nouveau. Pleinement consciente de l’aventure dans laquelle elle s’engageait, Zélie avait pourtant fait le choix de lui dire oui ce jour-là. Le regrettait-elle désormais ? Alors qu’elles sortaient tout juste de leur seconde séance de thérapie, cette même question lui brûlait les lèvres. Même en sachant pertinemment que sa femme n’évoluait pas à la même vitesse qu’elle, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver (très égoïstement) une profonde déception à cette seconde précise. Elle avait déjà fait l’effort de consentir à l’accompagner jusqu’ici mais cela n’était pas suffisant aux yeux de la blondinette qui avait comme l’impression que sa compagne ne donnait pas le meilleur d’elle-même pour participer à ces sessions d’une heure. Faire acte de présence ne la contentait plus à ce stade, elle avait besoin de preuves concrètes de sa part, qu’elle se livre ouvertement et accepte enfin ce saut majestueux dans le grand bain. « Elle ne le voit peut-être pas mais moi je ne suis pas aveugle, je te connais. Je sais quand tu ne veux pas aborder certains sujets. » La jeune professeure était expansive et se livrait très facilement (trop selon certains), ce qui n’était en revanche pas le cas de sa moitié. Elle pouvait comprendre que la confiance se gagnait et ne pouvait être accordée après quelques échanges mais il s’agissait ici d’une professionnelle, il n’était pas juste question de raconter leur vie conjugale au marchand de légumes du coin. « Le but de cette thérapie est de nous aider à communiquer et à fluidifier nos échanges… Si tu ne fais pas d’efforts, on ne risque pas d’avancer. Je sais que tu n’étais pas partante pour te lancer là-dedans au départ mais maintenant que tu es là, j’aimerais que tu participes davantage. Tu n’es pas juste spectatrice, Zélie. » Elle soupira fortement puis jeta un rapide coup d’œil à son téléphone portable pour regarder l’heure. « Comme le temps de Madame est précieux, j’imagine que tu vas me dire que tu es pressée ? » Pressée de retourner travailler plutôt que de consacrer cette motivation impressionnante (qui la caractérisait) à leur couple, peut-être ?

_________________

-- You still wonder if we made a big mistake.
I tried to go on like I never knew you. I'm awake but my world is half asleep. I pray for this heart to be unbroken but without you all I'm going to be is incomplete.
alpha females don't run in packs.
Voir le profil de l'utilisateur
Zélie Taylor

behind
messages : 842
name : sow — pomeline.
face + © : mmantock — @self.
multinicks : blake · daisy · ethan · jürgen · kerry · luna · xavi.

age (birth) : thirty-three · 27.12
♡ status : married to willow · currently on a break.
work : sommelière.
activities : drinking red wine, working a lot, keeping an eye on rae, thinking about her, looking for her birth father.
home : a house on ocean avenue.
points : 2051
moodboard :
Shouldn't let you torture me so sweetly. B49e2f2a5860bf26cab8ccd4e89edb77
- AS THE WINE DRINKER -
wine not ?

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : eugene [fb], willow (larissa).

Shouldn't let you torture me so sweetly. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Shouldn't let you torture me so sweetly. · Mer 7 Avr - 10:02
Contrariée, Zélie l'était, et le regard qu'elle porta sur sa compagne en était le parfait témoin. Sa mâchoire se resserra et elle finit par jeter un coup d'oeil ailleurs, retenant encore une fois ses mots, comme elle l'avait si bien fait durant leur séance. Willow la connaissait par coeur, assez pour savoir qu'elle ne se livrait pas aussi facilement et encore moins à la première inconnue venue. Il ne s'agissait que d'une professionnelle qui faisait son travail, néanmoins la jeune femme était toujours sur la réserve. Accepter cette thérapie de couple n'avait pas été chose aisée, elle avait mis plusieurs semaines avant d'y consentir. Néanmoins, le tout ne prenait pas la forme espérée, en outre, Zélie se contentait quasiment de faire acte de présence. Elle aimait Willow, de tout son être, sa femme lui manquait un peu plus chaque jour, le quotidien se faisait plus pesant sans elle, moins lumineux, aussi était-il nécessaire désormais d'arranger les choses ou, à contrario, de les clôturer. Elle ne voulait pas en arriver là, et sa compagne partageait cette idée. L'amour était toujours présent, il cimentait encore leur lien, malgré les nombreux couacs qui existaient dans leur relation. Mais leur vitesse de croisière différait tout comme leur vision de l'avenir, ce qui ne permettait plus aux deux jeunes femmes de s'épanouir correctement dans leur mariage. Zélie savait qu'elle n'était pas totalement en capacité de lui offrir tout ce qu'elle souhaitait, dans l'immédiat du moins. Pour autant, tous les reproches devaient-ils forcément converger vers elle ? « Je ne vois pas l'intérêt d'aborder certains sujets, » se justifia-t-elle sans grande conviction. Outre sa difficulté à s'ouvrir à une inconnue, Zélie évitait soigneusement certains points sur lesquels ces deux-là étaient incapable de prendre en compte l'autre. Ce n'était certainement pas la solution adéquate pour régler la situation, mais c'était celle que Zélie avait choisi et sur laquelle elle campait sans ménagement, souhaitant éviter une énième dispute inutile. « Si JE ne fais pas d'efforts !? Oh, excuse moi, Willow, de ne pas être capable de raconter toute notre vie dans les moindres détails à une parfaite inconnue... Je sais que c'est naturel pour toi de tout partager avec tout le monde, mais ça ne l'est pas pour moi ! » Le ton était plus sec, un premier reproche venait d'être lâché car sa femme avait cette tendance désagréable à tout confier à ses proches. Zélie ne pouvait pas la blâmer d'être aussi fusionnelle avec eux, mais savoir qu'elle racontait des pans entiers de leur vie privée parvenait à l'exaspérer rapidement. Tout comme cette dernière remarque acerbe qu'elle eut du mal à digérer et qui empourpra ses joues. « Nous y revoilà, encore, » commença-t-elle en secouant la tête de droite à gauche. Finalement, certains sujets allaient devoir être abordés. « Tu as toujours su que j'avais un travail prenant et un travail que j'aimais, dans lequel je m'investie énormément. Je ne t'ai jamais menti là-dessus et pourtant ça revient sans cesse, en boucle. » Il était difficile de maintenir une vie conjugale avec un tel rythme de vie, mais pas impossible. Elle estimait faire de nombreux efforts pour tout coordonner, là où Willow ne savait que lui balancer des reproches. Mais que devait-elle faire pour contenter sa femme ? Tout abandonner, changer de travail et s'asseoir derrière un bureau comme elle le faisait ? « Tu veux savoir ce que je pense vraiment ? Très bien. Je pense que tu veux faire passer tes désirs avant les miens et ce n'est pas correct de ta part. » Fonder une famille était important pour Willow, une envie partagée par Zélie, mais elle ne souhaitait pas s'y engager de suite. C'était peut-être égoïste de sa part d'agir de la sorte, tout comme il était égoïste de la part de Willow d'agir comme elle le faisait. Mais après toutes ces années d'acharnement, elle ne pouvait pas tirer un trait sur son avenir ainsi. Elle travaillait dur et continuait d'œuvrer en ce sens afin de réaliser son rêve et d'ouvrir son propre établissement. Dans l'esprit de Zélie, il y avait une ligne conductrice qui la menait d'abord vers un projet professionnel abouti, puis vers la vie de famille tant souhaitée auprès de Willow. Pour cela, elle avait besoin de temps et d'une épouse patiente et compréhensive. « Et j'ai l'impression que tout est toujours de ma faute et jamais de la tienne. » conclut-elle de façon un peu abrupte, dérangée par l'idée de se sentir seule responsable du naufrage de leur mariage. L'accalmie survenue en février dernier lui semblait désormais bien lointaine.

_________________

I'll come for you, if you just stay where you are and I'll always hold your hand in the car, don't tell me this is all for nothing.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Willow Coulson

behind
messages : 1132
name : sissi.
face + © : v. kirby + © corpsie & tumblr.
multinicks : winnie, alvin, keane, efrem, marley.

age (birth) : 33. (05/02)
♡ status : taking a break from marriage.
work : french teacher.
activities : -
home : her parents’ house.
points : 1989
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

Shouldn't let you torture me so sweetly. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Shouldn't let you torture me so sweetly. · Sam 17 Avr - 9:48
Contrairement à ce que pouvaient laisser transparaître les apparences, la situation n’était guère plus simple pour Willow. Chaque fois qu’elle essayait de faire des propositions destinées à sauver leur mariage, elle avait la désagréable sensation de porter leur union à bout de bras et d’être la seule à vraiment vouloir arranger les choses. Parfois elle se demandait si Zélie n’attendait pas juste que cela passe naturellement, comme s’il s’agissait d’une vulgaire contrariété entre elles qui pouvait s’évaporer d’elle-même après quelques semaines de répit. Manifestement, elles ne partageaient plus la même vision de ce que devait être leur vie de couple et maintenant, il fallait également ajouter à cela la conception même de leur break. Tout était à revoir, tout était à refaire, mais la blonde n’osait plus s’affirmer et hausser le ton sur ce sujet bien précis, car toutes ses suggestions étaient vécues comme un affront par sa chère et tendre femme. Lorsqu’elle se justifia en disant qu’elle n’estimait pas nécessaire d’aborder certains sujets, ses joues s’empourprèrent de colère tandis qu’elle secouait négativement la tête. Les reproches fusaient dans sa direction, ce qui attira le regard de quelques curieux qui passaient à leur hauteur ou bien sur le trottoir voisin. Une fois de plus, elle avait la preuve que Zélie se sentait presque menacée à l’idée de pouvoir ouvrir son cœur et son esprit, même à une parfaite inconnue, une personne extérieure à leur quotidien, de ce fait susceptible de leur venir en aide. « Je suis comme je suis, toi aussi tu en avais conscience en te mariant avec moi ! » répondit-elle d’une voix ferme. « Sous prétexte que tu ne sais pas te confier, j’ai le droit à une rafale de reproches ?! Je trouve ça un peu gonflé de ta part, vois-tu. » Consciente qu’elle n’appréciait pas de la savoir proche de sa famille au point de leur raconter le moindre de leurs problèmes conjugaux, pour une raison qui lui échappait totalement d’ailleurs, elle avait pris le parti de ne pas tenir compte de ses réticences et de rester elle-même. Si Zélie préférait traverser cette épreuve seule comme la grande fille qu’elle était, cela la regardait, de son côté, elle avait besoin de l’appui de ses proches et leur opinion était très importante pour elle. Les Coulson se disaient tout, la transparence les définissait clairement, et ce n’était pas près de changer. « C’est bien, tu commences à te livrer mais tes confessions arrivent un peu trop tard, Zélie. Tu étais d’accord pour entamer cette thérapie de couple avec moi… Pourquoi venir si tu es incapable de répondre aux questions qui te sont posées ? Lâcher ce que tu as sur le cœur, en pleine rue, te semble judicieux peut-être ? Tu crois vraiment que ça peut nous aider ? » Quand comprendra-t-elle enfin qu’elles n’avaient ni les connaissances ni les capacités de parvenir à quelque chose de concret d’elles-mêmes ? « Ta fierté est bien trop grande, » souffla-t-elle faiblement, dans une attitude défaitiste. Elle marqua une légère pause, le temps pour elle de scruter les environs, de regarder autour d’elle, comme à la recherche d’une explication à leur situation et d’une réponse qui tardait à se manifester. « Je ne dis pas que les torts ne sont pas partagés, je fais également des erreurs, peut-être que je m’y prends mal mais au moins j’essaie… J’y mets toute mon énergie car notre mariage est plus important que le reste. Ton rêve est de t’accomplir professionnellement, le mien c’est de mener une vie parfaite auprès de celle que j’ai juré de chérir et de protéger jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Elle soupira puis haussa les épaules de manière nonchalante. « Tu as le droit de penser que je veux faire passer mes désirs avant les tiens, peut-être est-ce le cas, qui sait ? Pour autant, je refuse d’être celle qui a le plus de concessions à faire. Si j’accepte de te laisser le temps nécessaire, tu auras tout ce que tu souhaites, un travail que tu adores, un foyer, une femme qui t’attend sagement à la maison. Pourquoi devrais-je être celle qui ne peut pleinement s’épanouir dans son mariage ? Contrainte d’attendre une quelconque évolution... Où est l’équité là-dedans ? »

_________________

-- You still wonder if we made a big mistake.
I tried to go on like I never knew you. I'm awake but my world is half asleep. I pray for this heart to be unbroken but without you all I'm going to be is incomplete.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé


behind
the mask

Shouldn't let you torture me so sweetly. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Shouldn't let you torture me so sweetly. ·
 
Shouldn't let you torture me so sweetly.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle délicieuse prestation {Hentaï} [PV Siin]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: