hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le deal à ne pas rater :
Mannesmann – Set de tournevis – 18 pièces
13.02 €
Voir le deal

 dancing with the devil [phoebe]

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· dancing with the devil [phoebe] · Ven 23 Avr - 10:23

dancing with the devil
Darken up my heaven
Brighten up my hell


@phoebe shelley — april 27 (2021)

   Chaque jour ne ressemble pas, chaque soirée non plus. Difficile de catégoriser Slevin Doyle comme un routinier. Bien souvent, il passe ses soirées en compagnie d'une rencontre ou d'une amitié (si on peut taxer certaines de ses relations d'amitié). Toujours accompagné, rarement seul. Il navigue souvent entre Portland et Windmont Bay, depuis quatre ans maintenant. Il parcourt Portland, à la recherche de la moindre information sur un combattant, il se rend souvent dans les différentes salles de boxe et de MMA qui fleurissent ici et là dans l'Oregon. Il suit de loin certains combattants, prêt à miser sur leur victoire pour leur prochain combat. Après une journée en ville, Doyle se pose dans son appartement récemment acquis. Un appartement qu'il n'a pas choisi au hasard. Il a jugé l'emplacement de celui-là idéal, situé dans l'un des quartiers les plus côtés de la ville, là où ceux qui sont nés avec une cuillère argentée dans le bec vivent — le terrain parfait pour l'irlandais. La vue n'est pas parfaite, aucune vue sur la plage — car quiconque vient dans Ocean Avenue veut sa chambre avec vue sur le rivage maritime — mais cela, il s'en fiche pas mal. Ca ne l'intéresse pas tant que cela d'avoir une pièce donnant sur la mer. Quand il s'est installé dans ce logement, la première chose que Slevin y a posé est des rideaux. Des rideaux à chaque fenêtre. Certains y verront une façon de décorer, d'habiller son logement, lui y voit plutôt le côté pratique d'un rideau :  le protéger de la vue des autres. Il s'y plait bien, dans ce quartier et dans ce logement. Après tout, le voisinage est relativement calme.

   Enfin, il pensait cela avant que l'une de ses voisines se mettent à l'œuvre. Installé dans son salon, une bière sur la table, un journal de sport entre les mains qu'il feuillette, il est soudainement interrompu dans sa lecture. Une goutte d'eau, puis une deuxième viennent de s'écraser sur le papier de son journal. Il lève les yeux au plafond, constatant le sinistre de ses propres. « Petite garce », qu'il énonce, en refermant son journal brutalement et le jetant sur la table. Il se lève et semble se dirige vers l'extérieur de son logement, sans même prendre le temps de se vêtir d'une veste. Son sang n'a fait qu'un tour, il n'a pas à se demander ce qu'il se passe ou d'où vient cette infiltration soudaine des eaux chez-lui. Ce n'est pas la première fois qu'il rencontre ce problème. D'un pas pressé, il monte à l'étage supérieur. Il tambourine à une porte. Celle de sa voisine, Phoebe Shelley —  il connait bien son nom à présent et il peut difficilement oublier sa présence dans l'immeuble. Il croit entendre des pas venir de l'intérieur et il attend qu'elle lui ouvre la porte pour avoir une explication avec elle.

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Ven 23 Avr - 17:52
Jusque là, Phoebs considérait que le principal atout du petit deux-pièces qu’elle louait sur Ocean Avenue, outre la proximité directe avec le littoral, résidait dans la vue qu’il offrait depuis le minuscule balcon de la pièce de vie. Pas une vue sur l’océan, encore moins sur la forêt qui bordait les alentours de Windmont Bay – non, une vue, ou plutôt dirait-on un vis-à-vis assez direct sur... l’immeuble d’à côté. Ça aurait rebuté plus d’un locataire, qui y aurait vu non un atout mais un défaut – et ça expliquait le loyer plutôt abordable dans ce quartier bien coté – mais Phoebs, elle, adorait se poster à cette fenêtre et observer la vie de ses voisins. Elle avait vu le petit atelier du deuxième devenir une chambre d’enfant, le mari du rez-de-chaussée se faire reléguer au salon, les défilés de garçons différents sur l’immense terrasse de la fille du dernier étage. Sous réserve d’avoir un peu d’imagination, c’était comme regarder une série – en mieux, puisqu’il s’agissait de vrais gens.
Mais depuis que Phoebe avait fait la connaissance de son voisin du dessous, ceux de l’immeuble d’en face l’intéressaient soudain beaucoup moins. Slevin Doyle n’était pas exactement un prince charmant, à vrai dire il n’était même pas tout à fait aimable avec elle (peut-être le cherchait-elle, cela dit), il n’était pas non plus bavard ou sociable, en fait il avait plutôt l’air d’un solitaire – mais il avait pour ainsi dire sacrément tapé dans l’œil de Phoebe dès la première fois qu’elle l’avait vu. Alors forcément, tous les moyens étaient bons pour attirer son attention.
Sa dernière stratégie en date pour l’attirer chez elle ? Le coup de la baignoire qui déborde. L’immeuble qu’ils habitaient n’était pas tout récent et il suffisait de laisser déborder l’eau quelques minutes pour qu’elle s’infiltre entre les lattes et tombe bientôt en gouttelettes de pluie chez son charmant voisin. Phoebs avait déjà tenté le coup une fois et ça avait plutôt bien marché, même si elle n’avait pas réussi à retenir le jeune homme bien longtemps. Elle avait retenu sa leçon et était prête à se lancer une seconde fois – et puis, elle était si terriblement distraite et maladroite en réalité que ça n’aurait étonné personne qu’elle oublie vraiment qu’elle avait fait couler l’eau.
Après s’être assurée que Slevin était bien chez lui en étudiant la lumière sous sa porte d’entrée d’un œil expert, Phoebe remonta à son appartement à pas de loup, fit couler l’eau, prépara rapidement sa mise en scène (fond musical, tasse de thé fumant et livre ouvert sur le canapé couvert d’un plaid, mood petite soirée cosy) et se planta devant le miroir pour parfaire son allure.
Elle était si concentrée à placer correctement ses mèches brunes autour de son visage de poupée et à vérifier la longueur de son décolleté qu’elle en avait presque vraiment oublié l’eau qui coulait quand elle entendit tambouriner à la porte. Elle réprima le sourire qui lui brûlait les lèvres, essuya le léger trop plein de rouge à lèvre rosé sur sa lèvre inférieure et, d’un pas léger et nonchalant, traversa la pièce pour aller ouvrir la porte. « Oui, j’arrive, » s’exclama-t-elle alors qu’il continuait à cogner à la porte, s’arrêtant un instant pour épousseter son pantalon et réajuster le col de son chemisier, indifférente au chuintement de ses bottines qui pataugeaient dans l’eau. Elle ouvrit la porte d’un air curieux et feignit la surprise (avec un talent d’actrice inné, comme quoi c’était dans le sang et qu’elle n’avait rien à envier à Jean). « Oh, bonsoir Slevin. » le salua-t-elle d’une voix douce, un sourire venant étirer ses lèvres malgré son sourcil toujours haussé.

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Sam 24 Avr - 11:24
Si la première fois Slevin a quelque peu tardé à réagir — car il ne s'était pas rendu compte sur le champ de l'infiltration de l'eau chez lui—, cette fois-ci, il réagit sans délai afin de limiter les dégâts dans son logement. Il n'attend pas et monte jusqu'à l'étage de cette petite garce, Phoebe Shelley. Il tambourine bruyamment à la porte, attisant la curiosité de certains voisins de palier de la brunette. Slevin leur adresse un large sourire, faux, mais leur faisant comprendre qu'il a la situation en main. Il attend, quelques instants, que la porte s'ouvre. Il entend de la vie derrière cette porte, il entend l'eau qui coule, il entend le bruit des pas dans l'eau, il entend sa voix, il entend sa présence. Elle est là. D'un geste presque mécanique, il se frotte les mains, qu'il serre par moment en poing — non pas qu'il ait envie d'en découdre de cette façon avec Phoebe. « Phoebe », qu'il réplique quand elle lui ouvre la porte et le salue. « Tu as encore oublié d'éteindre l'eau de ta baignoire ». Pas de salutation, il annonce brutalement la raison de sa venue inattendue chez elle comme un reproche : elle a oublié d'éteindre l'eau de sa baignoire, c'est l'excuse qu'elle lui a donné, l'autre fois. Il a insisté sur l'adverbe encore en le prononçant, car ce n'est pas la première fois que Phoebe laisse couler l'eau. Il ne sait pas si elle oublie vraiment ou si c'est un acte prémédité de la petite brune. Il commence à se poser des questions sur ses intentions à son égard, des intentions qui lui paraissent troubles. Déjà des ingrédients pour sa cuisine qu'elle est venue chercher jusqu'à chez-lui, ensuite son courrier glissé parmi le sien, et enfin l'eau de sa baignoire qui déborde. Il plante ses yeux bleus dans ceux de son interlocutrice et soutient son regard. « On fait comment cette fois ? », il lui demande, comme si Phoebe Shelley trouverait un compromis à la situation actuelle. « Parce que tu vas commencer à me coûter cher en peinture... », lui fait-il remarquer. « Ca ne va pas être possible là », il continue. Il croise les bras, restant sur le palier de la porte. Il ne bouge pas et l'observe, alors que son regard vient se perdre sur le décolleté de sa chemise qu'elle a mis en avant. Ses prunelles azuréennes épousent les formes rondes de sa petite poitrine, il se pince les lèvres, passant sa langue dessus comme pour se les humecter. Il délaisse les attributs féminins de sa voisine, dont il devine les quelques atouts, pour porter sur son visage de petite poupée. « Alors ? », il n'oublie pas pourquoi il est là.


@phoebe shelley

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Sam 24 Avr - 16:01
Tadaaa ! Phoebs ouvrit la porte et tomba, sans surprise mais non sans émoi, sur le plus charmant de ses voisins. À tant manigancer, elle en avait presque oublié pourquoi elle se donnait tant de peine et découvrir le jeune homme sur son pallier la rappela à son objectif – ce grand et beau garçon aux yeux clairs si doux malgré ses airs un peu revêches, à la mâchoire carrée et sexy, à la voix rauque et irrésistible... « Hein ? » Elle baissa les yeux et constata à son tour l’inondation avec effarement – réel, l’effarement, pour le coup, lorsqu’elle remarqua qu’avant de laisser couler l’eau elle avait complètement oublié de débarrasser le tapis berbère qui décorait son entrée, lequel avait désormais pris l’eau, merde ! elle espérait qu’il n’était pas foutu, elle ne pourrait même pas racheter le même car il datait de la collection de la saison dernière.
« Oh, merde ! » s’exclama-t-elle en pataugeant. « Merde, merde, merde ! » répéta-t-elle. Phoebe ouvrit en grand la porte d’entrée d’un large geste – une invitation subtile à faire entrer Slevin – et se précipita comme un ouragan vers la salle de bain fermer le robinet qui coulait à flots. « Merde. Olala, je suis désolée, Slevin, vraiment désolée. » s’excusa-t-elle en haussant légèrement la voix pour qu’il puisse l’entendre depuis l’entrée de l’appartement, puisqu’il ne l’avait malheureusement pas suivie. Elle vérifia rapidement son reflet dans le miroir surplombant le lavabo, essuya ses mains mouillées puis revint dans l’entrée.
Hmm, visiblement, la technique de la porte grande ouverte n’avait pas été très efficace – le jeune homme était toujours sur le pas de porte, l’air assez contrarié qui plus est. « J’étais en train de lire et j’ai complètement oublié l’eau... » se justifia-t-elle avec une moue contrite. Elle se passa une main dans les cheveux – courir jusqu’à la baignoire avait un peu gâché l’effort qu’elle avait fait pour discipliner sa tignasse, mais elle escomptait sur ce mouvement naturel pour lui donner des airs un peu plus sauvages (sexy) et matures et ainsi faire son petit effet sur son charmant voisin. « Mais non ! Bien sûr que non ! c’est ma faute, je vais contacter mon assurance, ça ne te coûtera pas un centime, c’est promis. » Phoebe se mordit la lèvre en veillant à ne pas trop sur-jouer ses airs désolés et constata sans laisser paraître le moindre sourire que le regard de Slevin s’arrêtait bien au-dessous de son visage. Haha ! Elle fit toutefois comme si de rien n’était, et juste au moment où les yeux du jeune homme remontait jusqu’aux siens et qu’il l’interpellait, son pied glissa malencontreusement sur le sol humide – oui, oui, malencontreusement, ce coup là n’était absolument pas prémédité – et elle n’évita la chute in extremis qu’en s’accrochant au bras de Slevin. Bon sang, c’était pas passé loin ! – déjà qu’elle n’avait qu’une jambe entière et valide, elle aurait encore plus de difficulté à la séduire si elle se pétait la deuxième. « Pardon ! » Le rapprochement physique, en revanche, était un bonus qu’elle n’aurait pas espéré aussi rapide. « Merci... » Elle s’aida du bras du jeune homme pour revenir à la stabilité de ses deux pieds – comme sa poigne était ferme et douce à la fois ! « Entre, je t’en prie... Tu veux bien m’aider à disperser quelques serviettes ? Puis on regarde ensemble pour faire la déclaration à l’assurance ?... Je t’offre un café, ou ce que tu veux, et j’ai même quelques pâtisseries du boulot. » Elle lui offrit un sourire innocent et charmeur à la fois. Next step : jouer celle qui ne comprenait rien aux documents pour l’assurance (ce qui était vrai, du reste) pour que le beau jeune homme reste un peu plus que juste le temps d’un café.

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Dim 25 Avr - 8:56
Slevin est avant tout là pour limiter les dégâts et ne pas retrouver son logement humide par endroit. Il n'a jamais eu comme projet de transformer son appartement en piscine privative. Il énonce ces quelques mots à l'attention de sa voisine. Des mots ou des reproches plutôt. Il lui reproche d'avoir oublié d'éteindre l'eau de sa baignoire. Il croise les bras alors que Phoebe commence à s'agiter en se rendant compte de son oubli (de sa bêtise ?). Elle jure à plusieurs reprises, ce qui la rendrait presque sexy à prononcer ces mots aux yeux de Doyle. Devant l'affolement de sa voisine, il ne réagit pas et attend au seuil de cette porte grande ouverte. S'il n'avait pas à trouver un compromis avec Phoebe Shelley pour réparer les dégâts de l'infiltration, il serait probablement retourné chez-lui, à terminer la lecture de son journal sportif. Il entend la voix de Phoebe s'élever à travers son appartement, elle dit être désolée. Désolée pour ce qui arrive, probablement. Il hausse les épaules, jetant un rapide coup d'oeil à l'intérieur du logement, avant de prendre à son tour la parole : « c'est peu de le dire... ». Il ne peut dissimuler ce ton revêche qui teinte le son de sa voix. Et même quand Phoebe lui explique avoir oublié d'éteindre le robinet, bien trop captivée par sa lecture de l'instant, il ne vacille pas. « Il faut faire plus attention. Mets une alarme, ou je ne sais pas, la prochaine », qu'il énonce, tout en lui donnant un conseil afin que cela ne se reproduise pas. Ne se reproduise PLUS. Ce n'est pas tant pour elle qu'il dit cela mais surtout pour son logement. Il ne souhaiterait pas être de nouveau dérangé par cette pluie venue de son plafond. C'est ainsi qu'il lui demande comment ils vont faire cette fois-ci car tout cela va finir par lui coûter cher en peinture, elle va finir par lui coûter cher. Il doute que Phoebe Shelley est dure en affaire, alors il se dit que cela va être assez simple pour trouver un compromis. « Bien... », qu'il émet brièvement, tout en hochant la tête, en ne décroisant pas ses coudes, alors qu'elle lui annonce que cela ne lui coûtera pas un centime. L'attention de l'irlandais divague, un instant, s'accordant la contemplation de ce décolleté qui s'offre à lui comme un cadeau. Il ne peut quitter cette vue, sans naître en son esprit quelques pensées mal placées, avant de se reconcentrer sur le coeur du problème : le dégât des eaux. Il ne va tout de même pas se déconcentrée pour si peu.

Les deux voisins semblent avoir trouvé une attente : ils vont remplir un constat amiable. Il attend tout de même qu'elle formule de vive voix son accord. Son regard croise celui de sa voisine, qui, tout à coup, semble perdre l'équilibre en voulant faire un pas. Slevin tend son bras vers elle, comme pour tenter de la rattraper dans ce semblant de chute. Elle se saisit de son bras et il l'aida à retrouver son équilibre. « Ca va ? », qu'il vient à lui demander, alors qu'elle le remercie. « Un peu plus et je devais t'emmener aux urgences », fait-il remarquer, on pourrait croire à une plaisanterie. Elle l'invite à entrer dans son logement, Doyle hoche la tête et ne montre aucune résistance à entrer dans le logement. Il franchit le seuil de la porte et se retrouve inévitablement les baskets dans l'eau. « Pas de problème, on fait ça », il se dit qu'en lui prêtant un coup de main, il en aura plus vite terminé avec elle. Slevin la suit et se rend dans la salle de bain, se munissant de serviettes qu'il étale à même le sol. Après avoir dispersé des serviettes, puis avoir épongé, ils terminent cette tâche peu glorieuse. L'irlandais se redresse et se retrouve en face de Phoebe. « Bon, on passe à la déclaration maintenant ». Il se dit que cela ne va pas prendre trop de temps, juste celui de remplir quelques cases et de signer. Instinctivement, il suit sa voisine qui l'emmène dans son salon. Il prend place sur l'un des fauteuils, alors que la brunette s'éclipse pour aller chercher les documents. Il pose ses bras sur les accoudoirs, tout en regardant autour de lui, silencieux.

@phoebe shelley

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Dim 25 Avr - 17:59
Le coup du pied qui glisse sur le parquet trempé et manque de la faire tomber les quatre fers en l'air ? Clairement un coup du karma. Il en aurait fallu plus cela dit – beaucoup plus – pour détourner Phoebe de son plan initial. Parce que désormais qu'elle avait goûté au plaisir de tomber (au sens propre) dans les bras de Slevin – et d'ainsi pouvoir sentir sa poigne solide, sa peau tiède, son parfum boisé – elle était encore moins prête à lâcher le morceau. Elle en rajouta une couche niveau excuses et se remit sur pieds un peu à regrets (elle aurait volontiers prolongé le plaisir quelques minutes – ou quelques heures – de plus) – mais non sans remarquer que le jeune homme l'avait gratifiée de ce qui avait tout l'air d'être une plaisanterie. Peut-être (certainement) se montait-elle la tête mais elle aurait parié que Slevin Doyle le solitaire ne gratifiait pas la première venue de plaisanterie. Il l'aimait bien, c'était sûr et certain !!!
C'est forte de ce constat que Phoebe retrouva son équilibre. « Ça va aller. Merci. Heureusement que tu as de bons réflexes, » le complimenta-t-elle d'une voix veloutée. Elle s'empressa ensuite de l'inviter à entrer sous prétexte de compléter les documents nécessaires pour faire marcher son assurance et jubila intérieurement en refermant la porte derrière Slevin. Outre le petit incident de glissade – qui n'en était pas totalement un puisqu'il n'y avait pas eu de casse et qu'elle avait même atterri dans ses bras, hihi – l'étape numéro un de son imparable plan s'était déroulée sans accroc. 
Elle guida le jeune homme jusqu'à la salle de bain et ouvrit le placard contenant les serviettes en prenant bien garde à ne pas se tromper de porte – les autres placards recelaient jusqu'à ras bord du bordel qui inondait d'ordinaire tout l'appartement et que Phoebs avait "rangé" (comprendre : déplacé et tassé là où elle le pouvait) juste avant de mettre en place son petit numéro pour faire monter Slevin chez elle. Elle dispersa avec son aide tout un lot de serviettes sur le sol inondé, en profita pour observer en gros plan ses biceps délicatement musclés se mettre à l'œuvre (miam miam), s'excusa à nouveau avec ses plus grands yeux de biche, et expédia la tâche au plus vite pour mieux passer aux choses sérieuses.
Ils se trouvèrent bientôt installés au salon, où elle le laissa trouver ses aises sur le canapé – il avait l'air de s'y sentir bien, ce qui était une bonne nouvelle puisqu'elle n'espérait que l'y voir rester. « Tu veux boire quelque chose ? » lui proposa-t-elle avant toute chose. Elle s'occupa de leur préparer un petit plateau puis récupéra son ordinateur portable afin de télécharger et imprimer les documents de l'assurance. Elle décocha un sourire en coin vers Slevin en s'asseyant au plus près de lui (son genou à juste quelques millimètres de celui du jeune homme) et ouvrit l'ordinateur sans plus traîner – et oh zut, alors ! son fond d'écran montrait une photo d'elle sur une plage californienne en haut de bikini et paréo autour de la taille. Les joues légèrement rosées, Phoebe ne se pressa toutefois pas plus que ça d'ouvrir son navigateur et se connecta sur la page de sa société d'assurance. À base de "déclaration", "devis", "assistance", "sinistre", "contrats" et autres "cotisations" – tout sur ce site internet lui donnait mal à la tête mais bien intentionnée (du moins en apparence), Phoebs tâcha de s'y concentrer soigneusement et se pencha un peu plus vers l'écran (si Slevin avait apprécié la vue de son décolleté un peu plus tôt, elle le lui offrait à nouveau sur un plateau), le sourcil froncé – avant de renoncer. « Je vais avoir besoin de ton aide, je n'y comprends pas grand-chose. » lui demanda-t-elle en se mordant la lèvre sur un sourire navré.

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Lun 26 Avr - 13:10

Phoebe manque de peu de se retrouver au sol (et dans l'eau, en plus de cela), si Slevin n'a pas eu le réflexe et le bon de la rattraper et de la retenir. Il ne fait pas attention à la poigne qu'il utilise pour la tenir — mais il semblerait que cela ne dérange pas sa voisine qui ne réplique rien à ce sujet —. « Ca va, je m'en sors pas trop mal », qu'il réplique, quand elle le remercie et fait un commentaire sur ses bons réflexes. Avoir des réflexes (des bons réflexes), agir et réagir au bon moment, il a toujours su fait cela. D'autant plus quand il se retrouve sur un ring. Doit-il cette qualité à la boxe ? Possiblement. Elle lui a appris à se relâcher mais aussi à avoir de bons réflexes, qu'ils soient défensifs ou offensifs, pour s'en sortir à chacun de ses combats. Après tout, sa vie est un combat permanent où il esquive les uppercuts de ses adversaires avec une facilité déconcertante.

Finalement, Slevin entre dans le logement de Phoebe Shelley. Il ne prend pas le temps de s'attarder sur la décoration ou la propreté de l'endroit, il est bien trop focalisé à se saisir des serviettes que la brune lui tend pour les disperser sur le sol couvert d'eau. Il se met en action, tout en s'appliquant à la tâche, et ne prend pas le temps d'échanger avec la jeune femme. Il lui lance des regards, de temps en temps, s'assurant qu'elle est toujours ces deux jambes après qu'elle ait manqué de peu de trébucher. Il se dit que plus vite ils en ont terminé, plus vite il rentrera chez-lui. Quand ils ont terminé, l'irlandais se dirige dans le salon, accompagné de Phoebe. Aussitôt, il prend place dans le canapé où il s'accoude, et attend que la maîtresse des lieux apporte tout ce qu'il faut pour qu'ils signent cette déclaration. « Non, ça ira, merci », qu'il énonce, quand Phoebe lui propose de boire quelque chose. « De toute façon, je ne vais pas m'éterniser là, hein », explique-t-il, lui faisant comprendre qu'il ne reste que pour des raisons administratives. Clairement, s'éterniser chez sa voisine ne fait pas partie des objectifs de Slevin Doyle, ce soir. Par réflexe, il plonge sa main dans la poche de son jean, avant de se souvenir qu'il a laissé son téléphone portable, chez-lui. Après quelques minutes, Shelley revient avec un plateau — elle ne l'a pas écouté, qu'il se dit en son for intérieur — et son ordinateur personnel. Il lui lance un regard et attend que les choses se passent. Par réflexe (ou peut-être, simplement) par curiosité, son attention coule jusqu'à l'écran de l'ordinateur qui affiche un fond d'écran très personnel. C'est assez frappant de constater qu'un simple fond d'écran est souvent le miroir de sa personne, dans lequel on y a projeté toute sa personnalité. Même Slevin n'a pas échappé à agrémenter son fond d'écran d'une image personnelle (un cliché de Mohammed Ali, son idole depuis toujours). Son regard bleu se pose sur la silhouette de sa voisine qui s'offre à lui, à cet instant. Il détaille chacun de ses traits, sans aucun scrupule, venant se perdre un instant sur cette poitrine. Une fois encore. Il se pince les lèvres, qu'il humecte de sa langue. C'est alors que la voix de Phoebe vient le tirer de sa contemplation, en se plaignant qu'elle ne comprend pas tout et qu'elle aurait besoin de son aide. « Fais-moi voir », qu'il expire, un brin impatient, tout en se penchant vers l'écran et en s'approchant un peu plus de la petite brunette. « Là, tu indiques la date du jour », il énonce, en pointant du doigt l'endroit prévu à cet effet. Il attend qu'elle est complétée pour poursuivre. « ici, tu fais la liste de tout ce qui a été touché par le dégât des eaux, en précisant si c'est toi ou c'est moi. A la fin, tu donnes mes coordonnées pour que ton assurance puisse me rappeler », il termine. « Ca va, tu vas t'en sortir ? », ce n'est pas très compliqué, qu'il se dit. D'autant qu'un garçon comme lui y arrive ! Il lui lance un regard en coin, avant de se redresser. Phoebe n'a pas l'air très à l'aise avec l'ordinateur. Alors, il se décide de prendre les choses en main pour que ça aille plus vite. « Tu sais quoi, laisse-moi faire pour mes coordonnées et tout le tralala », déclare-t-il, en se prenant à son tour l'ordinateur.

@phoebe shelley

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Jeu 29 Avr - 10:37
Slevin ne pouvait pas le voir, car penchée au-dessus du comptoir côté cuisine, Phoebe lui tournait le dos, mais elle fit une drôle de grimace quand il déclina sa proposition et lui signifia son intention de ne pas s’éterniser. Comment ça, il voulait déjà prendre la tangente ? Elle s’était faite super-belle, se montrait enjôleuse et adorable avec lui et proposait de lui offrir un verre et quelques pâtisseries – et lui voulait déjà s’échapper ? Ah non, hors de question ! Loin de sa nature que de se laisser abattre, Phoebe revint au salon le menton haut, aussi optimiste que pleine d'assurance, et les bras chargés d’un plateau garni de douceurs (récupérées au Marceline’s, Phoebs ne se serait pas risquée à tenter de cuisiner quelque chose qui n’aurait probablement pas épaté le jeune homme ni ravi ses papilles mais aurait plutôt risqué de l'empoisonner) et de deux bouteilles de bière décapsulées. Il n’allait quand même pas lui faire l’impolitesse de ficher le camp alors qu'elle l'accueillait comme un roi, hein ?
Elle récupéra ensuite son ordinateur portable et se connecta sur la page de sa compagnie d'assurance (puisqu'en somme c'était pour cela plus que pour le verre qu'elle lui offrait qu'il restait là) – non sans offrir brièvement à Slevin une jolie vue sur son fond d'écran la représentant un poil dénudée. Ça avait l'air de faire son petit effet... Étaient-ils vraiment obligés de s'occuper de la déclaration de sinistre ? – hm, quand même, oui. S'y connaissant encore moins en assurance qu'en cuisine, Phoebs fronça les sourcils en essayant d'y comprendre quelque chose et se mordit la lèvre plus d'une fois avant de requérir l'aide précieuse de Slevin, lequel vint à son secours tel un courageux et élégant chevalier servant au service de sa chère et tendre et irrésistible dame.
La brunette fit complètement abstraction de ses soupirs d'impatience – ça allait de paire avec ses airs bougons, donc ça lui allait donc plutôt bien en fait – et l'écouta aussi attentivement qu'elle observait son profil à la dérobée, son sourcil légèrement froncé entre concentration et exaspération, mais ses yeux clairs si doux. Jean se montait vraiment la tête pour rien – elle savait exactement ce qu'elle faisait et pourquoi elle le faisait. « Ah, ok, » Phoebe hocha la tête devant les explications du jeune homme et obtempéra en remplissant le document selon ses instructions. Ça lui plaisait beaucoup trop que Slevin soit aussi directif dans sa façon de lui montrer les choses et elle se demanda s'il était aussi comme ça, disons dans un contexte plus intime. « Attends, on a oublié une case, non ? » l’interpella-t-elle en se penchant vers l’écran pour mieux lui montrer la mention incomplète et en profiter pour sentir le contact de son épaule contre la sienne. Ils arrivaient déjà (beaucoup trop rapidement à son goût) au bout du constat et si Phoebs aurait bien préféré faire durer un peu plus les choses, Slevin, lui, semblait commencer à perdre patience. « Je te laisse faire, » concéda-t-elle. Bon, Slevin avait l’air de s’y connaître avec ce genre de formalités, ça leur prendrait moins de temps que ce qu’elle avait escompté – mais ce talent singulier ne le rendait que plus craquant et parfait à ses yeux.
Le regard porté vers le jeune homme, ses lèvres pincées et ses grandes mains qui pianotaient habilement sur le clavier, plutôt que sur l’écran, Phoebs était plus fière que jamais de son petit manège. Des étoiles filantes traversèrent ses grands yeux bleus quand elle décrocha le graal et vit Slevin reporter son numéro de portable dans la section coordonnées. Le sourire réjoui qui lui brûlait les lèvres devenant plus difficile à réprimer, elle laissa à Slevin le soin de finaliser le remplissage du document puis débarrassa son ordinateur. « Ça m’aurait probablement pris des heures sans toi... » Petit sourire sincère en croissant de lune, elle laissa sa main, légère comme une plume, se poser un bref instant sur le genou du jeune homme comme un geste de reconnaissance. « Merci, » et pour joindre le geste à la parole, elle attrapa l’une des bières sur le plateau qu’elle avait apporté un peu plus tôt et la fourra (l’imposa) dans la main de Slevin, avant de faire cogner la sienne contre celle-ci et d’en boire une gorgée. « Je t'en prie, sers-toi ! » l'incita-t-elle en désignant les petits délices qu'elle avait rapportés du Marceline's et auxquels (elle l'espérait) Slevin ne devrait savoir dire non. « Tu peux bien rester un moment ? » Certes, elle avait réussi à récupérer son numéro de téléphone personnel, mais elle serait tout de même énormément déçue (et aurait sacrément l’air d’une cruche au passage), s’il répondait par la négative et mettait déjà les voiles pour la laisser en plan – alors Phoebs mit plus que jamais le paquet sur les yeux de biche et la moue sexy.

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Sam 1 Mai - 14:28

Slevin Doyle n'a jamais été réputé pour sa patience. Loin de là ! Alors, quand il voit Phoebe prendre son temps devant la page du site de son assurance, se plaindre finalement qu'elle ne comprend pas ce qu'on leur demande de faire, l'irlandais prend les choses en main — essentiellement pour que ça se passe comme il le veut, c'est-à-dire rapidement. Il jette un coup d'oeil sur l'écran, s'approchant de sa voisine. Il observe le site, lit les différentes entrées à compléter puis donne quelques directives à la brunette — il peut lui arriver de paraître un peu trop directif, un peu trop brut de décoffrage dans certains contextes. Il fronce légèrement les sourcils quand elle lui indique qu'ils ont oublié une case. Il se penche légèrement pour mieux voir l'écran, frôlant Phoebe Shelley. « Ah oui... », puis il l'intime de lui donner l'ordinateur le temps de terminer de remplir la déclaration. Slevin laisse ses doigts pianoter chacune des touches, son pouce effleurant le pavé tactile pour dirige le curseur. Il arrive à la dernière partie de la déclaration, celle où il doit entrer ses coordonnées. Ainsi, il indique son nom, son prénom, son adresse ainsi que son numéro de téléphone. « Et voilà ! », énonce-t-il, avant de cliquer finalement sur la touche finale pour envoyer le document. « Tu pourras consulter l'avancement de ton dossier là », qu'il lui explique, « et si tu as besoin de revérifier ce que l'on a complété, tu peux retrouver la déclaration ici », il doute que Phoebe ait vraiment envie de se replonger dans ce genre de littérature. « Normalement, dans quelques jours, ton assurance va me contacter pour faire le constat des dégâts. Ils feront de même avec toi », qu'il dit, afin de lui expliquer les suites des événements. Il hausse les épaules quand elle lui dit que ça lui aurait pris des heures sans lui — il aurait bien tenté de lui faire remarquer qu'effectivement, elle aurait pris des heures ou ... elle aurait abandonné l'idée de faire cette déclaration. « Au moins, c'est fait cette fois », expire-t-il, en posant ses mains sur ses cuisses, prêt à se relever car, définitivement, il n'a pas comme objectif de s'éterniser chez sa voisine, aussi garce et adorable qu'elle peut être. C'est alors qu'il sent la main de la jeune femme se poser sur son genou. Il se dit qu'elle est bien trop tactile pour être innocente et ne pas avoir d'arrière-pensée.

Pourtant Phoebe semble avoir lu les intentions de Slevin — celles de s'en aller — et elle s'empresse de lui donner une bière entre ses mains, comme pour le retenir un peu plus. Il se pince les lèvres, se disant que la soirée allait peut-être longue finalement. « Euh merci », articule-t-il en se saisissant de la bière, qu'il s'empresse à décapsuler (peut-être pour la boire rapidement et ainsi s'en aller, non ?). Il trinque avec sa voisine, croisant son regard avec le sien. Il boit une gorgée, au même moment où elle l'invite à se servir. Il inspecte du regard le contenu du plateau, quelques pâtisseries et gâteaux. « Tu travailles à la boulangerie, c'est ça ? », qu'il lui demande, faussement intéressé par sa réponse. En réalité, il se demande surtout si ce sont des invendus qu'elle a rapporté parce qu'elle a été autorisée de le faire ou bien qu'elle a pris en cachette. Cette dernière solution lui plait, même si elle est la moins morale. Finalement, Slevin se laisse tenter par une pâtisserie. Il tend le bras et attrape un muffin. Il s'apprête à lui répondre qu'il n'a pas le temps, qu'il ne peut pas rester là, avant qu'il ne capte cette moue de séductrice qui s'affiche sur le visage de Doyle. Il ne dit pas dire non à cet air aussi sexy et désirable qu'elle lui offre à ce moment. Il se mordille la lèvre, s'humectant la lèvre. « Je pourrais m'assurer que tu ne fasses pas plus de dégât que tu n'en as déjà fait... », qu'il réplique, émettant un rire. « Je pourrais même surveiller ta baignoire, pendant que tu fais couler ton eau », puisque ce n'était pas ce que Phoebe voulait faire, en oubliant de faire l'eau de sa baignoire, de prendre un bain ? En réalité, il doute des réelles intentions de Shelley de prendre un bain mais il s'en moque bien.


@phoebe shelley

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Jeu 6 Mai - 11:47
Phoebe était une tête brûlée qui n’en faisait jamais qu’à sa tête, mais pour le coup elle se laissait diriger par Slevin sans rechigner – d’abord car elle aurait été incapable de gérer la déclaration d’assurance toute seule et s’en remettait donc à son expertise, et ensuite parce qu’elle n’était que bienheureuse de se plier à ses ordres, qu’elle se plaisait à transposer mentalement dans un contexte un peu moins formel. « Ok, super, merci. » Elle le gratifia d’un sourire en coin reconnaissant qui ne laissait paraître qu’un dixième, si ce n’est un centième de son excitation intérieure à l’idée d’avoir récupéré le numéro de téléphone du jeune homme. Elle hocha sagement la tête quand Slevin conclut que c’était une bonne chose de faite mais ne lui laissa pas pour autant l’opportunité de s’échapper et fourra bien vite une bière dans sa main pour lui donner une bonne raison de rester.
Elle fit cogner sa bouteille contre la sienne et en but une longue gorgée cependant que le jeune homme en faisait de même. Un quart d’heure plus tôt, ils étaient tous deux désespérément esseulés, chacun dans leur appartement, séparés par un plafond pas si épais mais encore étanche – et voilà qu’ils étaient désormais tous les deux assis dans son canapé, leurs genoux et leurs épaules se frôlant, à trinquer devant un plateau généreusement garni. Avec un tel résultat, Phoebs n’était pas peu fière de son petit numéro avec la baignoire !
Elle croqua dans un donut (invitation muette pour que Slevin en fasse de même) puis passa son pouce sur sa lèvre supérieure pour retirer le sucre glace qui y avait atterri. « Chez Marceline’s. » précisa-t-elle, alors que Slevin se servait à son tour et attrapait un muffin. Elle ne l’avait encore jamais croisé au café malheureusement – elle l’aurait remarqué – et se mit à espérer que les muffins succulents du Marceline’s lui donnent une deuxième bonne raison de s’y rendre prochainement et régulièrement (la première raison consistant à venir la voir elle). Loin de considérer la présence de son voisin comme acquise et soucieuse de l’encourager toujours un peu plus à s’attarder chez elle, Phoebs se para de ses airs les plus charmeurs, ce qui sembla plutôt porter ses fruits, la réplique de Slevin la faisant doucement sourire. Tant de sollicitude de la part du jeune homme la rendait toute chose et elle se voyait déjà sortir de la salle d’eau après un long bain moussant, nue sous un peignoir de satin et enveloppée d’un nuage de parfum poudré. Slevin bondirait du canapé en la voyant ainsi plus irrésistible que jamais et ferait glisser ses grandes mains sur ses hanches, sous le peignoir qui finirait sur le plancher humide avant même qu’ils n’aient atteint la chambre.
Le seul point noir dans ce petit fantasme – et Phoebs était rêveuse mais pas naïve, pragmatique juste comme il le fallait – c’est qu’elle n’imaginait pas du tout le jeune homme patienter sagement dans le salon comme un fidèle toutou pendant qu’elle se prélassait paresseusement dans l’eau moussante, au contraire même elle le voyait bien en profiter pour filer à l’anglaise. Peut-être était-il temps d’être un peu plus entreprenante et, disons, de passer à l’offensive. Aussi elle déclina : « C’est gentil... » Moue super craquante. « mais je ne suis plus sûre d’avoir envie d’un bain. » Un fin sourire étirant ses lèvres rosées, Phoebe se pencha doucement vers le jeune homme et sa main, aventureuse et délicate à la fois, se fraya un chemin jusqu’à la sienne, caressant au passage ses phalanges avec la pulpe de ses doigts, jusqu’à venir exercer une légère pression contre sa paume en y formant de petits cercles avec son pouce.

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Slevin Doyle

behind
messages : 434
name : ndia
face + © : jack o'connell @cheekeyfire (avatar) @robertbressons (gifs)
multinicks : chani, justyn, zander, vittoriu

age (birth) : 30 y.o (july 2d)
♡ status : no feelings
work : bookmaker
activities : (ec)
home : ocean avenue
points : 809
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (closed)

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Jeu 13 Mai - 14:31

Le plan de s'extirper du logement de Shelley tombe à l'eau. Le voilà à présent avec une bière entre les mains. Ce n'est qu'une bière, qu'il se dit, le temps de quelques minutes. A son tour, il vient piocher parmi les pâtisseries apportées par sa voisine. Il en prend une qu'il mange. C'est l'occasion pour en savoir un peu plus sur cette fameuse voisine. D'elle, il ne sait rien, si ce n'est qu'elle est la plus étourdie de l'immeuble. Il croit deviner qu'elle travaille à la boulangerie de la petite ville, sûrement comme vendeuse — il se dit qu'avec un sourire pareil, elle serait capable de faire acheter n'importe quoi à n'importe quel type dans son genre —. « Marceline's ? », qu'il répète. « Je ne connais pas », révèle-t-il. Il faut dire que Slevin n'est pas du genre à s'intéresser à ce type d'endroit et n'a donc aucune raison de s'y rendre. Alors, oui, peut-être qu'un jour, il s'y rendra par curiosité, seulement pour voir à quoi ça a l'air comme endroit.

Quand Phoebe lui demande de rester un peu plus chez-elle, il essaie de trouver une raison pour rester. Celle-ci lui semble toute trouver : il pourrait surveiller la baignoire de Phoebe, pendant qu'elle fait couler l'eau — ce qui lui éviterait d'avoir un deuxième dégât des eaux dans la même soirée —. Il lui propose, l'air de rien, sans arrière pensée réelle. Il plisse légèrement les yeux quand elle dit ne plus être sûre d'en avoir envie. « Ah », lâche-t-il, presque spontanément. « J'espère que ce n'est pas ma présence qui t'ait coupé l'envie », qu'il ne manque pas de commenter par la suite. Au même moment, il sent la main aventureuse de sa voisine venir frôler la sienne puis la caresser. D'un geste brusque, il retire sa main. Il n'est pas habitué à ces gestes qu'il juge bien trop doux, bien trop tendre. Il se gratte le haut de la nuque. « Je devrais peut-être y aller », suggère-t-il.

@phoebe shelley

_________________
he's a sinner
not a saint
(ec)
★ straight on till trouble.
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebe Shelley

behind
messages : 1368
name : anane.
face + © : natalia dyer © romane, maryne.
multinicks : vesper, joan.

age (birth) : twenty three (20|03)
♡ status : single lady.
work : storyteller @beaver's lair radio & latte art expert @marceline's coffee shop.
activities : acting like she's sixteen.
home : follow the water drops.
points : 2218
moodboard :
dancing with the devil [phoebe] WbULJNEF_o

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] · Hier à 13:19
« C’est un café dans Harbor Row. On vend aussi des tas de pâtisseries – certains clients font le déplacement rien que pour quelques cupcakes ! » commença-t-elle à pépier joyeusement avant de proposer : « Passe quand tu veux, je t’offrirai le café. » Faire la conversation ne l’embêtait pas du tout : Phoebs était une vraie bavarde, capable de jacasser sur tout et rien (surtout rien en réalité, et c’était bien le problème), et cela ne la dérangeait en rien que Slevin soit un peu plus sur la réserve de ce point de vue là. Au contraire même, ses airs taiseux le rendaient à ses yeux plus mystérieux, et sexy, et ne faisait qu’accroître son envie de briser l’épaisse carapace dans laquelle le jeune homme était engoncé. Elle était presque sûre que dans une quarantaine d’années, quand ils seraient un vieux couple (mais toujours fous amoureux), il en serait toujours ainsi – elle papotant allègrement, lui avare de mots dans ses réponses, acquiesçant par de simples murmures et levant parfois (souvent) les yeux au ciel quand elle raconterait des âneries – et l’idée lui plaisait assez.
Cette idylle qu’elle imaginait longue et prospère (ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, tout ça, tout ça) n’avait pour l’heure pas même commencé, et pourtant Phoebe mettait du cœur à l’ouvrage, encourageant Slevin à rester en sortant les deux armes auxquelles les hommes étaient incapables de résister : la bière et la bouffe – avec en bonus un décolleté pigeonnant qui était sensé lui aussi mettre le jeune homme en appétit.
Tout ça semblait porter ses fruits, puisque malgré son envie de ne pas s’éterniser – que le jeune homme n’avait pas manqué de lui manifester – il se tenait toujours là, installé sur son canapé. Elle n’aurait accepté de l’abandonner là pour aller se prélasser dans un bain qu’à la seule condition... qu’il vienne prendre ce bain avec elle, en fait. « Je préfère profiter de ta présence, il n’y a pas de mal à ça ? » Le sourire plein de malice qui se dessinait sur les lèvres rosées de Phoebs retomba aussi soudainement que s’écroula tout son plan (et toute sa confiance au passage) quand sa main qui s’aventurait résolument vers celle de son voisin vit celle-ci se retirer brusquement. Phoebe se figea un instant – ça, elle ne l’avait pas vu venir ! –, elle se sentit rougir jusqu’aux oreilles et sa conscience de ce rougissement ne fit que décupler l’effet. Quelle cruche ! Elle avait envie de se faire avaler par le canapé et disparaître miraculeusement. Trente secondes plus tôt, elle tournoyait sur son pied gauche, jambe droite en l’air vers le ciel telle une danseuse de ballet – désormais elle se noyait comme une mouche dans un verre d’eau, mais avec en prime une prothèse tibiatale superlourde qui la tirait vers le fond.
Bon ! Pas la peine de jouer les drama queen – des râteaux elle s’en était mangé plus d’un, pas plus tard que ces derniers mois chaque fois qu’elle confessait à son flirt ou son date du jour qu’elle avait une prothèse à la place de la jambe gauche, et avant ça des dizaines ou des centaines quand son joli minois et son sourire mutin ne compensaient pas les poignées de kilos en trop autour de ses hanches, et son ventre, et ses fesses. « Pardon, » s’excusa-t-elle d’une voix douce, retirant sa main dans un mouvement aérien, comme si de rien n’était, comme si ça n’avait jamais été qu’un geste malheureux, une maladresse absolument pas intentionnelle de sa part. Le rose à ses joues s’estompa doucement. Phoebe était bien plus forte aujourd’hui que quand elle avait quinze ou seize ans et que chaque refus essuyé ressemblait à la fin du monde (et plus déterminée, aussi, peut-être, malheureusement pour Slevin). « Déjà ? » La pointe de déception dans sa voix ne traduisait qu’un millième de l’ampleur de sa déconvenue si son voisin s’en allait déjà. Exit les gestes délicats puisque ça lui avait valu un vent monumental, Phoebe se pencha lentement en avant pour attraper un muffin, avec une trajectoire toute calculée pour avoir sa poitrine savamment décolletée droit dans l’axe du regard de Slevin – ça il avait eu l’air d’apprécier davantage que sa main dans la sienne, non ?

_________________
dancing with the devil [phoebe] S99nJ1Aj_o
no matter where we go we always find our way back home, when ties loosen we're losing touch.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé


behind
the mask

dancing with the devil [phoebe] Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: dancing with the devil [phoebe] ·
 
dancing with the devil [phoebe]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: