hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez Agnes Baker à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
PC Portable Gamer 15.6″ Asus A15 TUF566QM-HN039T ...
Voir le deal
1349 €

 how long the dark last when you cannot close your eyes to it.

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue

◐ waking up to ash and dust.
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Wright

behind
messages : 1006
name : anane.
face + © : natalie portman © ndia.
multinicks : vesper, phoebe.

age (birth) : thirty-seven (17|08)
♡ status : divorced.
work : social worker.
activities : being a mom, doing her best, trying not to mess things up.
home : ocean avenue.
points : 905
moodboard : how long the dark last when you cannot close your eyes to it. E0a264600f72c6e3071a180f2d386e0c
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■□

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Sam 24 Avr - 13:01
@Justyn Henessy

Les jours, les semaines passaient – le printemps avait même pointé le bout de son nez – les gens, pour la plupart, eux aussi passaient, ils passaient à autre chose, mais l’angoisse de Joan, elle, ne passait pas. Elle était demeurée stoïque, sur le moment, restant à l’abri et rassurant Maeve sans craquer ni montrer la moindre faiblesse à aucun moment, mais le stress qui l’avait habitée lors de la prise d’otage qui avait eu lieu à la mairie de Windmont en janvier dernier avait été d’une intensité qu’elle n’avait jamais connue jusqu’alors – et le problème c’est qu’il ne l’avait plus quittée depuis.
Son esprit était embrumé en permanence, mais de temps à autres revenaient des images, des sons ou des sensations dont son souvenir était demeuré très net : la main de Maeve dans la sienne, l’odeur diffuse de sang dont elle avait presque le goût métallique sur la langue, la contraction de son palpitant dans sa poitrine, l’électricité dans l’air, le bruit des détonations, le regard apeuré et suppliant de son ex-belle-fille, ses jambes comme du coton... Oppressée autant que tourmentée, elle sortait moins, ne vivait pas vraiment, ne dormait plus. Elle était sur le qui-vive en permanence et même la présence de Niamh, qui d’ordinaire agissait comme un tranquillisant sur ses humeurs, ses sourires si précieux comme des antidépresseurs, était incapable de l’apaiser – au contraire, son anxiété était exacerbée chaque minute que sa fille était à ses côtés puisqu’en somme elle s’inquiétait davantage pour la fillette que pour elle-même.
Les seuls moments dans lesquels les craintes de Joan lui laissaient un peu de répit étaient ceux pendant lesquels, épuisée des insomnies et des cauchemars qui venaient hantés ses nuits, la fatigue prenait le relais sur ses inquiétudes et l’accablait d’un épuisement inouï. Elle avait la chance toutefois de pouvoir compter sur ses proches, ses amis qui ne se rendaient probablement pas compte de l’ampleur des dégâts que les évènements avaient causé sur son état psychique, mais dont la présence et le soutien, même dans les moments les plus simples du quotidien, étaient d’un réconfort qui lui semblait indispensable.
À l’instar de quelques autres de ses amis, Justyn était peut-être sans s’en douter un soutien indéfectible, et les moments, légers, qu’ils passaient régulièrement ensemble au quotidien, reposants. Sans être plus bavard qu’à l’accoutumée mais toujours d’humeur égale, sa présence lui apportait un peu de soulagement plus que bienvenu. Elle n’était pas sûre qu’il réalisât tout à fait, lui non plus, l’état de fatigue et d’anxiété dans lequel elle se trouvait plongée mais sans doute avait-il remarqué son humeur un peu moins joviale, parfois moins encline au flirt qui animait leurs conversations, ainsi que ces quelques brefs moments d’absence qui pouvaient surgir à tout moment quoi qu’ils ne duraient guère plus que quelques secondes.
Ce qui arriva justement cependant que le jeune homme passait la soirée chez elle et que Joan allait leur dégoter une seconde bière – un petit instant de blanc. « Pardon, j’arrive, » lui lança-t-elle depuis le coin cuisine, reprenant ses esprits en croisant son regard clair. Elle esquissa un bout de sourire engageant et leur décapsula à chacun une bouteille de bière avant de venir le rejoindre sur le canapé. Elle lui tendit sa bière avec un sourire en croissant de lune et but une gorgée de la sienne qui eut le mérite de la rafraîchir. « Tu disais ? » Sa petite absence lui avait valu de perdre le fil de la conversation, avant de se souvenir qu’ils évoquaient sa venue au club de striptease. « Ah, oui, ça fait un moment, j’essayerai de passer un de ces quatre. » Elle ne s’engagea pas sur une date précise – en vérité, elle évitait tant de sortir de chez elle que ça en devenait compliqué au niveau de son travail, et elle ne s’était plus rendue à Portland – et encore moins à la nuit tombée – depuis les évènements.

_________________
how long the dark last when you cannot close your eyes to it. 3128325564_1_6_xUwaMAL6
the moon and its eclipse – superman unrolls a suit before he lifts but I'm not the kind of person that it fits.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Justyn Henessy

behind
messages : 3160
name : ndia
face + © : christian hogue @self (avatar&gifs)
multinicks : chani () zander
() vittoriu () slevin


age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : trying to be the best version of himself, dancing, walking with duffy, listening rock music, collecting vinyl records.
home : @pioneer oak
points : 5214
moodboard :

we were written in the stars
gabriela, ophelia, joan

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open : you ?

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Sam 24 Avr - 15:49
Justyn a envisagé de passer la soirée en compagnie de Joan Wright. Cela faisait quelques temps qu'il n'a pas passé un aussi long moment en sa compagnie. Ils leur arrivent de s'écrire, de s'envoyer des messages, de convenir d'un rendez-vous dans un café, ou au parc public pour courir — il n'est toujours pas parvenu à courir plus vite qu'elle pourtant il ne s'est jamais résigné à se déclarant grand perdant. Pour l'occasion, le blond est passé au traiteur de la petite ville pour acheter des sushis , des makis et des rouleaux de printemps ainsi que des mochis en guise de dessert. C'est ainsi qu'il se rend chez Joan, en n'ayant pas les mains vides. Quand la belle trentenaire lui ouvre la porte, un sourire se dessine sur ses lèvres et il s'empresse à brandir le sac qui contient leur repas. Il lui annonce alors qu'il a apporté le repas. La brune réceptionne le sac et le dépose dans la cuisine, pendant que Justyn se mêle à l'aise dans le salon, il ôte sa veste puis s'assoit dans le canapé. Il est rapidement rejoint par la maîtresse des lieux qui emmène avec elle deux bières, de quoi trinquer, et entamer cette soirée. Ils discutent de tout et de rien, surtout de rien. Il y a bien un sujet que Justyn s'efforce de ne pas aborder, la fusillade qui s'est tenu à Windmont Bay, quelques mois auparavant, il sait que Joan était présente sur les lieux. Alors pour ne pas lui faire raviver des souvenirs pouvant être douloureux, il a tiré une croix sur ce sujet. A la place, il parle de son quotidien : les répétitions, les shows, sa routine. D'ailleurs, il note que cela fait déjà quelques temps qu'elle lui a pas rendu visite à Portland — Joan ne semble pas avoir de problème avec son activité professionnelle, quand bien même, ils se laissent bercer par quelques flirts par moment.

Il pose son regard sur Joan qui l'a rejoint, il voit bien qu'elle ne va pas très bien. « Enfin, quand tu veux. Ca ne presse pas », qu'il déclare, en haussant légèrement les épaules comme pour lui signifier que cela n'est que des futilités. Il ne veut pas qu'elle se sente obligée de s'y rendre. Il se tourne vers elle, sa bière en main. Il la détaille, fronçant légèrement les sourcils, quand il peut lire les traits marqués et la fatigue sur son visage qui, d'habitude, est si radieux. De sa main libre, il se laisse à caresser la joue de Joan. « Tu es fatiguée, toi ... », note-t-il, sans aucun reproche dans le son de sa voix. « On peut écourter la soirée, si tu veux. », qu'il déclare, en gardant sa main posée sur son beau visage, plantant ses prunelles bleues dans son regard. Il ne lui en voudra pas. « On met les sushis au frigo, et tu auras ton repas pour le déjeuner, comme ça », il continue, sur un ton léger. Il essaie de lui adresser un rictus qui se veut léger, comme pour la distraire un peu.


@joan wright

_________________
Do you love me or love me not ?
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
◐ waking up to ash and dust.
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Wright

behind
messages : 1006
name : anane.
face + © : natalie portman © ndia.
multinicks : vesper, phoebe.

age (birth) : thirty-seven (17|08)
♡ status : divorced.
work : social worker.
activities : being a mom, doing her best, trying not to mess things up.
home : ocean avenue.
points : 905
moodboard : how long the dark last when you cannot close your eyes to it. E0a264600f72c6e3071a180f2d386e0c
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■□

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Sam 24 Avr - 19:00
Après une courte absence qui l’avait ramenée, une fois de plus, à l’instant charnière où le stress avait été tel qu’elle ne le contrôlait plus, Joan revint à elle et mit quelques instants à rattacher entre elles les dernières bribes de conversation. Ah, oui, le club de strip-tease. Elle n’avait jamais envisagé les activités professionnelles de Justyn comme un frein et ni jamais vu à cela le moindre inconvénient – au contraire même, puisque c’était au club justement, quoi que dans des circonstances particulières, qu’ils s’étaient connus. Elle y était ainsi retournée quelques fois depuis et y retournerait sans aucun doute payer une petite visite à Justyn un jour. Un jour – elle avait juste besoin... de temps. Combien de temps exactement, Joan n’en savait trop rien, et était en cela reconnaissante à Justyn de ne pas insister ni poser la question. Elle hocha la tête et esquissa un sourire en coin.
Elle but une gorgée de bière, en apprécia la fraîcheur, et s’installa profondément dans le canapé afin d'essayer de décontracter les muscles de son corps, qui de même que son esprit était angoissé à longueur de journée, étaient tendus en permanence, et eux aussi aux prises d'une fatigue accablante. Sentant la main de Justyn venir se loger contre sa joue, Joan leva les yeux vers lui et trouva dans ses prunelles bleutées autant de douceur que dans son geste. Il avait donc remarqué... « Un peu, » reconnut-elle avec un vague haussement d’épaule, minimisant la chose comme elle en avait pris l’habitude depuis plusieurs semaines – elle tâchait de faire bonne figure sans être absolument convaincue de le tromper tout à fait.
Elle secoua fermement la tête en revanche à l’évocation d’écourter la soirée – la nuit était à peine tombée et Justyn n’était pas arrivé depuis plus d’une heure à tout casser, il était bien trop tôt pour cela. « Ne dis pas de bêtise. » dit-elle pour écarter sa proposition. Elle n’avait aucune envie de mettre un terme à ce moment privilégié, dont elle n’avait que trop besoin pour se changer les esprits et évacuer les idées noires qui flottaient en permanence comme des nuages sombres autour sa boîte crânienne. Par ailleurs, ce n’était pas comme si écourter la soirée règlerait le problème de la fatigue chronique qu’elle subissait, puisque celui-ci résidait en son incapacité à trouver le sommeil.
Elle pencha un instant son visage sur le côté pour mieux apprécier le contact de la main du jeune homme contre sa joue. Pouvait-il lire sur ses cernes depuis combien de temps elle n’avait pas dormi ? Deviner à la pâleur de sa peau à quel point elle avait évité toute sortie ? Joan n’était pas certaine de réussir à mentir et à lui dissimuler la vérité s’il venait à poser la question brûle-pourpoint. Pour se l’épargner autant que par reconnaissance envers la douceur et la bienveillance de Justyn à son égard, elle se fendit d’un fin sourire et finit par se reculer doucement pour attraper une paire de baguettes, saisir un sushi avec celles-ci et une expertise millimétrée avant de le diriger droit vers la bouche du jeune homme. Elle pouffa cependant qu’il l’avalait et en attrapa un pour elle-même, dans lequel elle mordit avec appétit. Tant qu’elle serait incapable de trouver le repos, c’était avant toute chose de la légèreté de ce genre de moments dont elle avait le plus profondément besoin.

_________________
how long the dark last when you cannot close your eyes to it. 3128325564_1_6_xUwaMAL6
the moon and its eclipse – superman unrolls a suit before he lifts but I'm not the kind of person that it fits.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Justyn Henessy

behind
messages : 3160
name : ndia
face + © : christian hogue @self (avatar&gifs)
multinicks : chani () zander
() vittoriu () slevin


age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : trying to be the best version of himself, dancing, walking with duffy, listening rock music, collecting vinyl records.
home : @pioneer oak
points : 5214
moodboard :

we were written in the stars
gabriela, ophelia, joan

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open : you ?

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Dim 25 Avr - 13:22
Justyn s'est permis ce commentaire, sans trop réfléchir, après avoir constaté les traits tirés et fatigués de Joan. Elle est fatiguée. Elle ne peut pas lui mentir, en disant le contraire. Elle est fatiguée, et il comprend mieux maintenant qu'il ait mis le mot sur son état ses absences à répétition, au cours de leurs conversations. Elle lui confirme qu'elle est. Elle est fatiguée, mais dans la bouche de Joan Wright, elle n'est seulement qu'un peu. Elle est un peu fatiguée. Il hoche légèrement la tête, comme pour noter ces paroles. Il garde sa main, nichée contre sa joue, se réchauffant de son épiderme. Un discret rictus étire ses lippes, à ce contact. Il ne réplique pas, mais n'en pense pas moins. C'est alors qu'il lui propose d'écourter la soirée, en se disant que Joan a besoin de sommeil, qu'elle a besoin de dormir et que sa présence, chez-elle, l'empêche de le faire. Il ne lui en voudrait pas, si elle souhaitait tout arrêter pour ce soir, si elle voulait écourter cette soirée en tête à tête. « D'accord », qu'il concède, quand elle prend la parole. Elle semble bien décidée de passer cette soirée avec lui, à ses côtés. Un sourire se dessine sur ses lèvres, alors qu'il garde sa main sur son beau visage, sans bouger. Il ne bouge pas, comme pour lui témoigner sa présence, pour lui montrer qu'il estlà pour elle. Il inspecte en silence chacun de ses traits, sans une once de jugement, se confortant à sa première idée. Elle est fatiguée. Il se demande depuis combien de temps elle n'a pas fermé l'oeil mais il ne veut pas lui poser la question parce qu'il s'est promis qu'il ne parlerait pas de tout ce qui pourrait lui rappeler ce moment à la mairie, de près comme de loin.

Finalement, Joan semble lui montrer qu'elle ne veut pas écourter cette soirée et se munit de deux baguettes. Il retire sa main, presque avec une certain regret, alors qu'au même moment, il réceptionne entre ses lèvres un sushi qu'elle lui tend. Il n'en fait qu'une bouchée. « Tu m'en diras des nouvelles », finit-il par dire, une fois qu'il a terminé son premier sushi, en lancant un regard complice en direction de Joan. A son tour, il prend deux baguettes comme Joan et continue son repas. Au cours du repas, ils discutent, ils plaisantent, ils rient et se détendent. Joan semble être un peu plus détendue, bien qu'il puisse toujours lire des marques de fatigue sur son beau faciès. Quand Justyn termine son regard, il se laisse mollement retomber contre le dossier du canapé, et pose sa main sur son ventre, comme pour témoigner qu'il est rassasié par ce repas. « Je crois que je vais devoir rouler jusqu'à chez-moi », qu'il lance, sur un ton léger, avant d'éclater de rire. Son regard croise celui de Joan. Il sait qu'il va devoir partir, mais il n'a pas pour autant envie de la quitter.

@joan wright

_________________
Do you love me or love me not ?
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
◐ waking up to ash and dust.
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Wright

behind
messages : 1006
name : anane.
face + © : natalie portman © ndia.
multinicks : vesper, phoebe.

age (birth) : thirty-seven (17|08)
♡ status : divorced.
work : social worker.
activities : being a mom, doing her best, trying not to mess things up.
home : ocean avenue.
points : 905
moodboard : how long the dark last when you cannot close your eyes to it. E0a264600f72c6e3071a180f2d386e0c
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■□

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Jeu 29 Avr - 13:23
Par quelques sourires et en lançant les festivités en plaçant d’une main experte un premier sushi entre les lèvres de Justyn, elle parvint, sinon à véritablement duper le jeune homme, du moins à balayer le sujet. Ce n’était pas tant que Joan craignait ou refusait d’aborder le sujet des angoisses et de la fatigue qui assombrissaient son quotidien depuis plusieurs semaines, mais plutôt un souhait de ne pas l’inquiéter outre mesure. Elle restait persuadée, à tord ou à raison, que le traumatisme se résoudrait naturellement jusqu’à disparaître, que les choses finiraient par s’apaiser d’elles-mêmes pour revenir à la normale et que tout ce dont elle avait besoin était de temps et de moments volés d’insouciance, et elle ne voulait pas voir Justyn, ou quiconque d’autre dans son entourage, se ronger les sangs pour elle. Peut-être était-ce son côté maternel qui s’exprimait dans cette forme de générosité qu’elle ne se connaissait que trop peu – du reste elle préférait déprécier l’ampleur de son épuisement et épargner à ses proches un souci qu’elle estimait inutile. « Excellents, » commenta-t-elle après avoir à son tour avalé un premier sushi en rendant à Justyn son œillade complice, un sourire qui n’avait rien de forcé se frayant un chemin jusqu’à ses lèvres.
Ce sourire, il ne la quitta presque pas de toute la soirée. Joan n’avait pas à faire semblant – ses anxiétés venaient se rappeler à elle ponctuellement, dans de courtes absences comme celle qu’elle avait eu un peu plus tôt dans la soirée ou par de soudains frissons inattendus, mais la plupart du temps de la soirée elles la laissèrent tranquille et la jeune femme put profiter avec sérénité de la présence de Justyn, de leurs conversations détendues, de quelques plaisanteries pleines de complicité, et du généreux repas qui s’offraient à eux.
C’est bien par gourmandise, l’appétit rassasié depuis au moins deux makis, qu’ils s’octroyèrent un dessert afin de conclure le dîner sur une note sucrée. Joan avala son dernier mochi avec appétence, et elle pouffa en jetant un œil à un Justyn repu du repas qu’ils s’étaient arrogés et qui n’avait plus l’air de pouvoir émerger du canapé. « Ne compte pas sur moi pour te faire rouler jusqu’à là-bas, » plaisanta Joan à son tour en s’enfonçant plus profondément encore dans le canapé, d'où elle n’avait pas davantage que le jeune homme l’intention de s’extirper. Elle se glissa lentement sur le côté jusqu’à venir caler confortablement sa joue contre l’épaule du jeune homme, paupières mi-closes – non vraiment par fatigue, mais profitant de la délicieuse sensation de satiété et d’apaisement. L’instant de répit, toutefois, fut bref – il suffit d’un bruit assez lointain et somme toute anodin provenant du bas de la rue (le klaxon d’une voiture, sans doute) pour briser le moment d’accalmie et faire brusquement sursauter Joan. En temps normal, elle n’aurait, comme Justyn ou quiconque d’autre, pas bronché, mais sa nervosité à fleur de peau la rendait si sensible à ces bruits anodins qu’elle tressaillit aussi abruptement que fébrilement et sentit son cœur manquer un battement.
Elle retint son souffle une petite seconde avant de se détendre à nouveau et retrouver un peu de contenance. « Excuse-moi, » chuchota-t-elle avec un geste plus doux sur l’avant-bras du jeune homme. Elle esquissa vers lui un sourire légèrement contrit, se voulant désolé autant que rassurant, et se laissa retomber dans le fond du canapé, la tête en arrière contre le dossier.

_________________
how long the dark last when you cannot close your eyes to it. 3128325564_1_6_xUwaMAL6
the moon and its eclipse – superman unrolls a suit before he lifts but I'm not the kind of person that it fits.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Justyn Henessy

behind
messages : 3160
name : ndia
face + © : christian hogue @self (avatar&gifs)
multinicks : chani () zander
() vittoriu () slevin


age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : trying to be the best version of himself, dancing, walking with duffy, listening rock music, collecting vinyl records.
home : @pioneer oak
points : 5214
moodboard :

we were written in the stars
gabriela, ophelia, joan

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open : you ?

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Sam 1 Mai - 12:14
Justyn a sûrement eu les yeux plus gros que le ventre en achetant tous ces mets à se mettre sous la dent pour le repas. Repu par ce repas, il se laisse mollement retomber dans le canapé, posant sa main sur son ventre. Il se permet une plaisanterie — ce genre de paroles qu'il ne se permettrait pas avec n'importe qui, il est vrai. Un discret rictus étire ses lèvres, alors qu'il tourne sa tête vers Joan qui ne tarde pas à répondre. Il arque légèrement l'un de ses sourcils, quand il l'entend. « Tu es en train de me dire que je ne peux pas compter sur toi, sur ce coup », qu'il continue, sur un ton léger et amusé. Il capte le regard de Joan, un regard complice. Ce n'est pas pour autant que le blond décide de bouger du canapé pour s'y extirper et rentrer (ou rouler, comme il dit) chez-lui. Il reste là, la main posé sur son ventre rassasié, alors que Joan vient le rejoindre. L'imitant, elle s'affale dans son canapé pour finalement venir se blottir contre lui. Justyn ne bouge pas et profite de ce moment de proximité. Il ne dit rien, restant silencieux comme à son habitude. Justyn n'a jamais été un grand bavard. Du genre taiseux et solitaire, nombreux sont ceux qui ont tenté de lui dénouer la langue, de le rendre plus verbeux, et nombreux sont ceux qui se sont confrontés à un échec. Joan ne fait pas partie de ceux-là. Et il apprécie le fait qu'elle ne le force pas à devoir prendre la parole, à s'exprimer. Il préfère toujours les gestes à la parole, qu'il juge plus sincères, plus vrais. Il baisse la tête en direction de Joan, n'osant bouger de crainte de la réveiller quand il la remarque assoupie. Il veut qu'elle profite de ces quelques minutes qui leur son offertes pour se reposer un peu, bien qu'il se doute que cela ne rattrapera pas tout le quota de sommeil manquant à la trentenaire. Le calme et le silence régnant dans le logement de Joan leur octroie un moment d'apaisement. Un instant qui n'a pas duré aussi longtemps que le stripteaser l'aurait souhaité. Quelques minutes plus tard, le bruit d'un klaxon gronde dans la rue. Ce grondement fut sursauté Joan, qui se redresse aussitôt, sur le qui-vive. Justyn se redresse pour se rasseoir confortablement dans le canapé. Il se tourne vers elle, alors qu'elle s'excuse. « Hé, mais ce n'est pas grave », qu'il énonce comme pour la rassurer. Il vient lui passer sa main sur sa joue, pour lui déposer une caresse, pour la rassurer, pour lui faire comprendre que ce n'est rien, que des tas de gens sursautent quand ils entendent un bruit qui vient briser leur moment. « Tu as juste été surprise », complète-t-il. Ses doigts se perdent quelques instants dans la chevelure brune de Joan. Quelques secondes s'écoulent avant qu'il ne retire sa main. « Je te promets qu'à un moment donné, je vais me décider d'aller rouler jusqu'à chez-moi », il sait qu'il va devoir rentrer mais quelque part, en son for intérieur, il n'a pas envie de quitter Joan.

@justyn henessy

_________________
Do you love me or love me not ?
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
◐ waking up to ash and dust.
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Wright

behind
messages : 1006
name : anane.
face + © : natalie portman © ndia.
multinicks : vesper, phoebe.

age (birth) : thirty-seven (17|08)
♡ status : divorced.
work : social worker.
activities : being a mom, doing her best, trying not to mess things up.
home : ocean avenue.
points : 905
moodboard : how long the dark last when you cannot close your eyes to it. E0a264600f72c6e3071a180f2d386e0c
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■□

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Sam 8 Mai - 15:15
« Je le crains, » répliqua Joan sur le même ton complice, haussant les épaules d’un air faussement désolé seulement trahi par la lueur mutine dans son regard noisette. Elle aussi s’était régalée des sushis plus que de raison et n’avait aucune intention de bouger du canapé molletonneux avant au moins quelques minutes. Elle savoura la sensation de satiété et de plénitude en accolant sa tête contre l’épaule de Justyn, allant jusqu’à clore à demi ses paupières, sans s’endormir mais pour mieux profiter de l’instant.
Le silence qui les enveloppa ne dura guère plus d’une poignée de secondes toutefois, et quand un bruit de klaxon, quoi que lointain et anodin, vint perturber le fond sonore feutré, Joan sursauta comme s’il s’était agi d’un coup de feu – ce qu’elle entendit presque, en souvenir, dans sa tête – et prit un moment pour retrouver ses esprits et un rythme cardiaque moins affolé. « Désolée. » Quand bien même Justyn était, de façon égale à lui-même, compréhensif et délicat à son égard, Joan s’excusa une seconde fois et le gratifia d’un semblant de sourire navré. Elle qui pensait qu’avec les semaines qui défilaient, sa nervosité irait décroissante et n’en serait que plus aisée à occulter, notamment devant ses proches, était forcée de constater que c’était tout l’inverse : l’anxiété ne s’estompait pas, et la fatigue qui venait s’y ajouter la rendait plus lourde au quotidien et plus évidente encore. À ce constat, Joan s’enfonça paresseusement dans le canapé, la tête penchée en arrière contre le dossier, et apprécia le geste de la main de Justyn, légère comme une plume le long de sa joue puis de ses cheveux. Elle attrapa ensuite sa bouteille de bière abandonnée sur la table et basse en en but une longue gorgée réconfortante.
Secouant imperceptiblement le menton, elle se tourna vers le jeune homme dont l’heure du départ se rapprochait insensiblement. Joan n’avait pas vraiment l’impression qu’il était pressé de partir, et à vrai dire elle n’en avait pas envie non plus – elle ne souhaitait pas voir déjà s’envoler l’effet apaisant de la présence de Justyn sur sa fébrilité évidente. « Tu n’es pas obligé, » proposa-t-elle spontanément avant d’y avoir tout à fait réfléchi. « Je veux dire, tu peux rester là ce soir – si tu veux, bien sûr. » Elle se redressa légèrement, reposa sa bière sur la table basse et tourna la tête vers lui, un demi-sourire étirant doucement ses lèvres.
Ce n’était pas exactement ainsi – angoissée, alerte et exténuée – qu’elle se serait figurée proposer pour la première fois à Justyn de rester chez elle pour la nuit – mais en réalité, elle ne s’était pas vraiment prêtée à l’exercice d’imaginer ce qui les attendait. Ils s’étaient laissé la porte ouverte sans s’engager, plus tôt dans l’année, au détour d’une conversation le long de la plage où elle s’était épanchée sur ses erreurs passées, et depuis Joan laissait les choses se faire et venir comme elle l’avait toujours plus ou moins fait, sans trop ni se projeter, ni se poser de questions. Elle ajouta, davantage sur le ton de la confession que pour insister, loin d’elle l’intention de lui forcer la main si le jeune homme préférait passer la nuit chez lui : « Je crois que je dormirai un peu plus sereinement si tu restes dans les parages. » Elle n’entra pas dans les détails, inutile de préciser à quel point elle avait besoin de ce sommeil, combien elle était à bout de nerf comme de fatigue – si Justyn n’avait que des soupçons jusqu’alors, depuis ses derniers sursauts révélateurs il n’était probablement plus dupe une seule seconde – ni pour quelles raisons ses nuits étaient aussi agitées – elle était convaincue qu’il aurait fait le lien avec les évènements du mois de janvier.

_________________
how long the dark last when you cannot close your eyes to it. 3128325564_1_6_xUwaMAL6
the moon and its eclipse – superman unrolls a suit before he lifts but I'm not the kind of person that it fits.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Justyn Henessy

behind
messages : 3160
name : ndia
face + © : christian hogue @self (avatar&gifs)
multinicks : chani () zander
() vittoriu () slevin


age (birth) : 30 y.o (june 20th)
♡ status : not important
work : striptease dancer
activities : trying to be the best version of himself, dancing, walking with duffy, listening rock music, collecting vinyl records.
home : @pioneer oak
points : 5214
moodboard :

we were written in the stars
gabriela, ophelia, joan

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open : you ?

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. · Mer 12 Mai - 16:47


Il n'en veut pas à Joan d'avoir été surprise par le bruit d'un klaxon, il ne lui en veut pas d'avoir brisé cet instant de répit à deux, dans ce canapé. S'il devait en vouloir à quelqu'un, ce serait probablement au conducteur du véhicule qui a eu la bonne idée de klaxonner au beau milieu de cet instant. Il lui adresse un discret rictus, alors qu'elle répète être désolée. « Ce n'est rien », souffle-t-il, une fois encore, en direction de Joan. Il laisse sa main s'aventurer sur son visage, effleurant son épiderme jusqu'à se perdre dans sa chevelure. Il lui accorde quelques gestes tendres, avant qu'elle ne se redresse dans son siège pour se saisir de sa bière et en boire une gorgée. Son bras glisse dans le dos de Joan, où sa main s'aventure à loisir pour la caresser. Justyn n'a jamais été éloquent en son genre, préférant toujours le geste à la parole. S'il ne sait pas mettre des mots sur ce qu'il ressent, il peut les montrer quand il en a envie — car Justyn n'est pas très démonstratif dans son genre. Il la regarde et la détaille, un instant, en silence. Il scrute avec une certaine minutie son beau visage. C'est alors qu'il se rend à l'évidence qu'il va devoir partir. Partir et rentrer chez-lui. Partir et la quitter (pour une nuit seulement, certes). Joan ne manque pas de rebondir sur ses dires et l'invite même à rester. Elle commence par lui dire qu'il n'est pas obligé. « Vraiment ? », énonce-t-il presque spontanément. Puis il hoche la tête quand elle lui dit qu'il peut rester là. Il hoche la tête comme pour montrer qu'il a bien entendu sa parole. Il hoche la tête comme pour lui dire qu'il est d'accord, qu'il restera là, chez-elle, ce soir-là. Jusqu'à présent, Justyn n'a jamais envisagé sa première nuit chez Joan : très probablement parce qu'il laisse les choses se faire entre eux, sans chercher à intervenir. A vrai dire, rien ne le retient à rentrer chez-lui et quelque part, il a en envie. Il a envie de rester à ses côtés, de rester avec elle. Il croise le regard de Joan qui reprend la parole. Elle lui fait un aveu. Elle dormirait plus sereinement s'il restait là, non loin d'elle. « Je vais rester », formule-t-il, enfin. Il s'approche de Joan, faisant fondre la distance qui persistait entre eux depuis quelques instants. « Puis il me convient parfaitement ce canapé », qu'il énonce, sur une note plus légère. Il réprime un éclat de rire. Il est certain que dormir dans le canapé ne dérangerait pas Justyn. Il ne peut s'empêcher de penser à ce que sa meilleure amie pourrait dire s'il venait à lui avouer avoir dormi dans le canapé de Joan, ce soir.


@joan wright

_________________
Do you love me or love me not ?
 
Never too late to write the best of your story
Remember to breathe
or else you're gonna be sorry
Life's no race, it's a companion
Always face with reckless abandon
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé


behind
the mask

how long the dark last when you cannot close your eyes to it. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: how long the dark last when you cannot close your eyes to it. ·
 
how long the dark last when you cannot close your eyes to it.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Dark Fantasy [DVDRiP]
» Batman The Dark Knight Rises [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: