sombre

hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -37%
Grosses remises sur le calendrier de l’Avent ...
Voir le deal
43.99 €

 Don't blame it on me

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Don't blame it on me · Ven 21 Mai - 18:49
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


Trois mois à vivre dans l’ombre de quelqu’un, c’est beaucoup. A Windmont Bay, tu n’es qu’un spectre depuis plusieurs semaines. Une fois Wayne, une fois John, une fois Jay, t’as dû mal a avoir ta propre identité. Tes intentions ici personne ne les connaît. Tu as débarqué dans cette ville uniquement pour retrouver la trace de ton ex et surtout pour découvrir ta fille. Pour le moment, on ne peut pas dire que ce soit un grand succès. Tu as pourtant tenté de l’approcher par tous les moyens et d’apprendre à la connaître. Tu l’as vu à plusieurs reprises en vrai et Maya t’as aussi regardé. Mais elle ne te connaît pas. Elle ne t’a jamais appelé « papa ». Et ça, ce n’est pas normal. T’as envie que les choses changent. T’es bien décidé. Le seul souci c’est la maman Katarina. On ne peut pas dire que vous soyez tous les deux en bons termes. Oh non. Elle a profité du fait que tu sois incarcéré il y a quelques années pour disparaître de ta vie et s’échapper avec ta fille. Et pour ça, tu lui en veux terriblement. Mais tu sais pertinemment que la personne la plus en tord dans l’histoire c’est bien toi. T’as grave déconné. Et pas qu’une fois. Peut-être que si t’avais été elle, tu aurais pris les mêmes décisions. Sauf que tu n’es pas à sa place et qu’elle n’est pas à la tienne. Il est grand temps que ça change. Tu risques de bousculer son quotidien à tout jamais. Tu sais très bien que ta venue ne sera pas sans conséquence. C’est d’ailleurs pour ça que tu as mis autant de temps avant de venir frapper à sa porte. Cette confrontation tu l’appréhendes plus que jamais. Il t’as fallu prendre ton courage à deux mains pour ça. Et on ne peut pas dire que ce soit ton fort. T’as préféré jusqu’à présent inventer tout un stratagème afin de faire parti indirectement de la vie de ta fille sans que ce soit risqué. Peut-être que tu aurais dû continuer ainsi. Ou peut-être pas. Seul l’avenir le dira. Ta poignée est mollassonne. Est-ce que tu as frappé assez fort ? L’attente est interminable. Tu sais qu’elle est chez elle. Tu l’as stalké encore une fois. Il n’y a pas de judas et t’es persuadé qu’elle ne sait pas que tu es là. La surprise n’en sera que plus grande. Tu fais les cent pas sur le seuil de sa porte, hésitant à prendre la poudre d’escampette à moult reprises. D’ailleurs, lorsqu’elle tourne la poignée, tu as le dos tourné, tout de noir vêtu, mais le bruit suffit à ce que tu te retournes en sa direction. – Bonjour Katarina. – Ton regard se plonge aussitôt dans le sien. Une sensation plus qu’étrange et presque hors du temps t’envahie.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Sam 5 Juin - 23:40
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


Aujourd'hui, il n'y avait pas de boulot : ni la boutique de fleurs, ni le yoga. Katarina avait été faire une balade avec Maya, ce matin. Rien de très extravagant : elles avaient été jusqu'à Harbor Row pour aller à l'air de jeux de redwoods park. Maya adorait l'endroit et ça permettait à la jeune mère de se reposer sur un banc tout en ne la quittant pas des yeux. En règle générale (comme ce matin), le chemin du retour se faisait avec une petite fille complètement endormie ce qui obligeait toujours Kat à prendre la poussette.
Le reste de la journée s'est déroulée sur le même modèle : déjeuner, une enfant surexcitée avant de s'écrouler pour sa sieste, et elle était désormais réveillée depuis deux heures, à jouer dans le salon. La fleuriste avait bien essayé de ranger ses affaires -et le salon par la même occasion- mais sa fille avait un don pour repasser derrière elle et tout ressortir. A croire qu'avec un enfant en bas âge, il fallait juste se résigner à ne pas avoir un espace de vie parfaitement rangé -et ce n'était pas faute d'essayer. La petite avait pourtant appris à ranger ses propres jouets une fois qu'elle avait fini, ou avant d'aller se coucher, mais en cette fin d'après-midi, le concept semblait quelque peu oublié. C'est presque l'heure du bain quand Kat entend frapper à la porte. C'est que ça l'a presque fait sursauter tant elle ne s'attendait à de la visite. Ses dimanches sont plutôt calmes -si on oublie Maya- et elle n'a que très peu de visites ce jour là.  Les jouets de sa fille écartés, elle va jusqu'à la porte pour ouvrir. Une silhouette qu'elle ne connait que trop bien mais à laquelle elle ne voit pas croire. La porte se referme aussitôt à cause d'un réflexe un peu débile alors que son palpitant bat à cent à l'heure. La respiration qui se fait irrégulière et la jeune femme essaie de reprendre ses esprits pour réfléchir. N'aurait-elle pas juste hallucinée ? Non, impossible. Si elle a déjà croisé des mecs qui lui avaient fait penser à Chris à cause d'un sourire ou d'un regard, jamais au point d'halluciner sa présence, encore moins sa voix. Alors doucement, elle rouvre la porte, il est toujours là. « Chris ? » Son myocarde ne s'est pas calmé, et elle a l'impression d'être prête à s'écrouler à n'importe quel moment. En quittant le Tennessee, elle n'avait pas réfléchi à la suite. En réalité, sur ce coup là, elle n'avait pensé à qu'elle et sa grossesse. « Je... qu'est ce que... qu'es ce que tu fais là ? » comment l'avait-il trouvé ? Certes, elle n'avait pas changé de nom, mais la retrouver dans un pays si vaste, ça relevait du miracle ou de très bonnes aptitudes de détective. Elle s'interdisait de se demander ce qu'il avait ressenti en sortant de prison, elle n'y avait que trop penser les mots suivants son incarcération. Elle s'en était voulue, pour diverses raisons, avant de se promettre à elle-même d'arrêter avec ça. Et dans le fond, elle entend les semblants de conversation de maya avec elle-même, alors qu'elle essaie de se concentrer sur chris, plutôt que sur sa -leur- fille en train de jouer dans le salon. Ça aurait été mentir que de dire que ça ne lui faisait rien de le voir là. Ça faisait remonter un sacré paquet d'émotion : de l'excitation de son palpitant à la peur qu'il avait parfois pu provoquer, autrement dit les dessous d'une relation passionnée, brulante et sans doute destructrice, si ce n'était pour eux deux, au moins pour elle.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mar 8 Juin - 18:36
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


Les retrouvailles avec Katarina ont enfin lieu. Ce n’était pas trop tôt. Ce moment, tu l’attends depuis un sacré bout de temps. Tu l’as imaginé une bonne centaine de fois. Parfois, la fin était positive et parfois non. Le fait qu’elle te claque la porte au nez était toutefois prévisible. Le choc de te revoir. Ça ne fait évidemment pas plaisir et tu te sens horriblement con mais tu restes là, fort et statique, devant la porte, les bras croisés, à attendre qu’elle la rouvre. Car c’est ce qu’il va arriver. T’en es persuadé. Elle ne peut plus te fuir maintenant. Tu es là, et t’attendra s’il le faut. Tu as retrouvé sa trace sur terre et tu ne comptes plus la perdre. La porte s’ouvre à nouveau et t’y perçois une jeune femme chamboulée et décontenancée prononçant le premier prénom figurant sur ta pièce d’identité. Ou du moins son diminutif. – Wayne. – Tu rétorques presque du tac-au-tac. Tu n’as vraiment plus l’habitude qu’on t’appelle Christopher ou Chris. Ça te ramène au passé et c’est insupportable. Tu veux aller de l’avant, oublier la case prison, et tout ce qu’il s’y rapporte. – On m’appelle Wayne maintenant. – Tu précises car tu vois bien dans les yeux de Katarina qu’elle ne comprends pas pourquoi tu lui sort un autre prénom. C’est bien toi, il n’y a pas de doute. L’homme qui l’a fait pleurer. L’homme qu’elle a aimé. L’homme qui lui a donné un enfant. Qu’est-ce que tu fais là ? La réponse est bien simple et t’es persuadé qu’elle la connaît au fond d’elle. – Je sais que tu ne t’attendais probablement pas à me revoir un jour. Et honnêtement, je comprends ta décision de me faire sortir de ma vie. Mais… quand j’ai su que j’étais père... c’était impossible pour moi de ne pas faire partie de la vie de mon enfant. – Oui, tu es au courant. Pas besoin de te l’annoncer ou alors de te masquer l’existence de ta fille. Tu connais déjà pleins de choses d’elle. Tu l’as même déjà vu à plusieurs reprises. Mais ça, tu ne lui en dira pas un traître mot. Tu feras comme si tu venais de débarquer en ville. Comme si t’avais eu les couilles de rappliquer directement devant sa porte. Comme si t’étais pas un putain de stalker. Tes vices sont toujours omniprésents. Mais tu ne les lui montreras pas. T’as envie qu’elle voit le meilleur côté de toi. T’as envie qu’elle te donne l’opportunité de connaître ta fille. – Est-ce que je peux entrer ? – C’est sûrement un peu trop brutal et la métisse est probablement encore choquée par ta présence ici. Il y a des risques qu’elle te referme la porte au nez et t’ordonne de disparaître à tout jamais mais tu comptes bien lui faire comprendre que tu ne comptes pas t’éclipser ainsi. Sa fille a le droit de te connaître et d’avoir un père.


Dernière édition par Wayne Parker le Mar 29 Juin - 22:37, édité 1 fois
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mar 29 Juin - 21:42
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


S'il y a bien une personne que Katarina ne s'attendait pas à trouver sur le pas de sa porte, c'était bien Chris. Aux dernières nouvelles, il était en prison, au frais, comme on disait, à des centaines de kilomètres d'ici. Pas devant chez elle, à se pointer comme une fleur. Le choc est certain et renversant. Un instant, elle se demande même si elle n'hallucine pas totalement, et plus encore lorsqu'il lui précise 'wayne'. Se serait-elle trompée à ce point là de personne ? Ou un frère jumeau (maléfique ? Angélique?) caché qui viendrait à la rencontre de cette famille inconnue. Non, à la tête qu'elle tire, Wayne se corrige, c'est bien son prénom et un simple changement, comme pour une nouvelle vie. Mon cul, qu'elle aurait pensé trop fort si elle n'avait pas totalement court-circuité. Elle a envie d'ouvrir la bouche, de dire autre chose, mais il n'y a toujours rien qui vient tant elle est surprise.
Kat ne fait que le détailler, de la tête aux pieds puis en sens inverse. Ce serait mentir que de dire qu'il n'est plus aussi séduisant qu'avant. Elle retrouve le mec qu'elle a aimé, sans doute un peu trop d'ailleurs. Les mêmes yeux perçants, la même musculature, et cette façon de lui parler, pour la toucher ou mieux l'amadouer. Y'a le meilleur qui revient, mais aussi  le pire. Le sortir de sa vie, ça a plus été une opportunité qu'une véritable décision. Elle n'y a pas réfléchi, elle l'a fait, dans un sursaut. « qu-quoi ? » qu'elle répète quand il mentionne savoir être père. Comment est-ce qu'il l'a su ? Ce n'est pas comme si elle avait envoyé une carte postale de la maternité lors de la naissance de la petite.. « comment t'es au courant ? » ça sort trop vite, mais il y a beaucoup trop de choses dans sa tête pour organiser ses pensées sur le moment. Elle prend son visage entre ses mains, comme si ça allait l'aider à y voir plus clair ou à trier quelques unes de ses pensées, puis elle recule d'un pas, pour mieux respirer. Derrière, c'est la voix de Maya qu'elle entend, en train de jouer dans le salon. Le palpitant qui se serre et toute sa vie qui semble être désormais en bordel. Un vrai chaos. « chr-wayne » se reprend-elle, sans être certaine de réussir à s'habituer. Elle n'avait pas envie d'en parler mais elle était obligée. « tu sais au moins pourquoi je suis partie ? » il devait se douter, au moins en partie Il y avait un tas de choses, et en partie leur mode de vie. C'était pas fait pour un bébé, et il était temps qu'elle se prenne un peu plus en main, ou c'est du moins ce qu'elle s'est répétée pour croire qu'elle faisait la bonne chose et ne pas regretter Wayne. La vérité, c'est que malgré les mauvais (les pires) moments, il lui avait manqué tant elle l'avait aimé. « Entrer ? » elle a un rire nerveux alors qu'elle secoue doucement la tête, complètement ahurie de cette situation. « pour ? La rencontrer ? Maintenant ? » demande-t-elle avec un semblant de panique dans la voix. « Je lui ai rien dit ! Elle sait pas qui t'es ! » ou c'était peut-être que c'était elle-même qu'elle cherchait à protéger, à le voir revenir dans sa vie. Mais lorsqu'elle sent quelque chose -quelqu'un- tirer sur le bas de son pantalon, elle ferme les yeux, dépitée. Maya. Elle finit par se baisser, prendre la petite dans ses bras et s'écarte sans le regarder, elle serait capable de changer d'avis, ou de fuir loin. « J'te promets rien » Pas maintenant. Pas encore.

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mar 29 Juin - 23:39
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


Le choc des retrouvailles est intense pour Katarina. Tu t’en rends compte. Elle t’a machinalement fermé la porte au nez. Heureusement que tu n’es pas susceptible. La situation est déstabilisante pour toi également mais tu t’évertues à ne pas montrer tes failles et surtout être là, à assumer jusqu’au bout ta démarche. Une démarche qui ne semble pas emballer pleinement la jeune fleuriste. Et tu peux le comprendre. Néanmoins, il est grand temps de chambouler le cours des choses. Tu n’as plus envie de rester dans l’ombre. Et tu le lui fais savoir même si tu ne racontes pas ces dernières semaines passées à les épier, elle et Maya. Ta fille, tu as déjà eu l’occasion de la voir de près par un concours de circonstance. Mais à présent tu veux pouvoir la voir au quotidien ou presque. Comment tu es au courant de son existence ? – Peu importe, je le sais, c’est tout. – Pas question de dévoiler tes sources. Tu as promis de ne rien dire. De toute façon, cela n’a pas d’importance. Kat n’a pas nié ce que tu as pu lui dire. Tout ceci est vrai. Les éventuels petits doutes que tu pouvais encore avoir sont levés. Tu es bien le père de sa fille. –  Oui.. Enfin j’imagine. On aura l’occasion d’en reparler plus tard. – Cela fait beaucoup d’informations pour elle. Et puis, tu entends une voix d’enfant qui te rappelle que ce n’est pas la priorité. Tu es là pour ta fille et non pas pour régler tes comptes avec sa mère. Chaque chose en son temps. Est-ce que tu peux entrer ? Ta question semble la surprendre. Autant dire qu’elle n’a pas du tout l’air emballé à cette idée. Tu hoches la tête positivement face à ses différentes interrogations. Oui, tu aimerais rentrer chez elle, là, tout de suite. Pas de panique à avoir pour autant. Ce n’est pas comme si ta fille était assez âgée pour te demander qui tu es et se poser tout un tas de question. – Tu n’es pas obligée de lui dire tout de suite. Je veux seulement la voir. – Tu essayes de te montrer rassurant autant que possible malgré le fait que tu lui imposes ta présence. Autant y aller au culot. Tu n’as vraiment rien à perdre et même tout à y gagner. T’es conscient que Kat pourrait très bien refuser mais le fait que Maya vienne dans ses bras joue en ta faveur. Tes yeux se rivent sur ta descendance. Tu arbores un sourire naturel, comme si c’était le plus beau jour de ta vie. Évidemment, il ne s’agit pas d’une naissance et on ne te la mettra pas dans tes bras. Tu t’approches néanmoins de Maya empruntant une intonation des plus chaleureuses. – Hey ! – Tu te permets même de poser ta main contre les cheveux de la petite fille furtivement qui se montre plutôt curieuse mais un brin craintive face à ton visage encore inconnu mais ému. – Tu t’appelles comment bout de chou ? – Tu t’agenouilles face à elle une fois que Kat l’ait déposée à terre. Tu essayes de créer du lien mais il est encore trop tôt. La petite prends la fuite rapidement pour aller se réfugier contre le canapé et s’emparer de son doudou. Tu te relèves alors, puis te retrouve face à sa mère, les yeux brillants et avec un sourire que tu as du mal à dissimuler. – Elle est magnifique. Elle a quelle âge ? – Question stupide. Tu connais bien évidemment la réponse. Mais tu as envie qu’elle te donne des précisions sur ta fille. Il serait temps qu’elle t’en dise plus et te donne quelques explications. – Tu m’offres à boire ? – Autant lui faire savoir que tu n’es pas juste de passage et que tu comptes bien rester. Tu aimerais d’ailleurs lui demander de dormir chez elle mais c’est bien trop tôt. Vous venez tout juste de vous retrouver et il faut encore qu’elle se remette de ses émotions.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Jeu 15 Juil - 23:17
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


Katarina essaie de retrouver un peu de contenance mais c'est pas gagné. C'était comme si à chaque mot qu'il prononçait, Wayne la surprenait. Jusqu'à son prénom. Il a toujours été Chris pour elle, est-ce qu'elle se ferait à ce wayne ? Est-ce qu'elle devait s'imaginer qu'il avait changer et que ça allait avec, comme nouveau prénom pour nouvelle vie ? Un instant, elle se dit qu'elle serait bien naïve de croire ça, et en même temps... Pourquoi pas ? Elle soupire, déjà agacée par sa réponse. Non, pas de changement finalement. La vérité, c'est qu'elle aurait vraiment voulu savoir comment il s'était débrouillé, de un pour la retrouver, mais aussi et surtout pour connaître l'existence de Maya. Quant à savoir si il était le père, elle n'irait pas jusqu'à lui mentir, un bref calcul et il relierait les points tout seul. Kat n'avait jamais été du genre à aller voir ailleurs et il le savait. « J'y compte bien » tranche-t-elle un peu sèchement. Elle n'a pas oublié ce qu'ils ont vécu, que ça soit les bons ou les mauvais moments. La passion qu'il lui a fait connaître, et la douleur qu'il a causé. Mais ça lui montre qu'il est là pour leur fille et non pour elle, étrangement, ça ne la rassure pas plus que ça. La fleuriste ne sait pas ce qu'il a fait toutes ces années, ou depuis quand il est sorti de prison. Ses questions silencieuses cessent quand Maya vient dans ses pattes alors elle se penche pour la récupérer. « Manquerait plus que ça » soupire-t-elle une fois la petite dans ses bras. Et en même temps, qui ne voudrait pas la connaître ? Son père encore plus. Avec sa moue boudeuse mais adorable, ses petites joues rebondies qu'on aurait envie de croquer et ses yeux clairs. Une merveille. Il se rapproche, et elle retient son souffle. Premier contact entre le père et la fille, et si elle est un minimum curieuse, Maya vient cacher sa tête dans le cou de sa mère. Dans d'autres circonstances, ça l'aurait fait rire, mais là, la norvégienne sait que ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle n'aille d'elle-même vers son père. La petite a le contact assez facile et n'est pas franchement sauvage. Alors une fois rentrés, Kat la relache et alors que sa fille reste silencieuse, elle répond à sa place. « elle s'appelle Maya » elle disparaît rapidement dans le salon, suivie par ses parents. Quand elle refait face à son ex, Kat le voit ému, peut-être plus qu'elle ne l'avait jamais vu. Elle ne saurait dire si ça lui plait, ou au contraire, si ça l'inquiète plus qu'autre chose. Est-ce qu'il a l'intention de rester et de s'imposer ? S'investir dans la vie de sa fille, et par conséquent dans la sienne ? « tu le sais déjà » soupire-t-elle quant à son âge. Le calcul est vite fait, ils ne se sont pas revus depuis son incarcération, et elle est bien de lui. « sérieusement ? T'as cru que c'était une auberge ? » un sourcil arqué elle se dit que finalement pas grand chose à changer. « des petits gateaux aussi ?! » réplique-t-elle sarcastique avant d'aller vers la cuisine -ouverte sur le salon.  Un instant elle s'appuie sur le plan de travail, pour souffler en silence, se reprendre, à défaut d'avoir une bouffée d'air frais et quand elle se redresse, c'est pour récupérer deux bières dans le frigo. « t'y habitues pas, wayne » dit-elle en lui tendant la bière. Pourtant la familiarité des mouvements la frappe, des habitudes trop ancrées et pas si oubliées que ça. Elle s’assoit sur le canapé et maya vient se caler naturellement contre elle. « qu'est ce tu veux vraiment ? La voir ? La connaître ? » ou s'investir. La réponse lui fait peur mais elle sait qu'elle doit se préparer à l'entendre. « t'es arrivé quand ? » lache-t-elle soudainement après une gorgée de bière.  

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mar 27 Juil - 0:08
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


Tu n’as jamais autant stressé de ta vie qu’aujourd’hui. La réaction de ton ex Katarina sera probablement déterminante pour la suite des choses. Pour le moment, c’est encore trop tôt pour savoir si tu as bien fait ou non de venir toquer à sa porte. Elle est encore sous le choc et tente de comprendre ce que tu fais là, comment tu sais où elle habite et qui t’as mis au courant pour votre fille. Ses questions sont légitimes mais ne sont pas prioritaires à ton sens. Elles n’ont même pas d’importance à ce stade. A la limite, vous en discuterez plus tard. Elle y compte bien. Une confrontation sera nécessaire. Mais chaque chose en son temps. Tu veux juste rencontrer officiellement ta fille, que sa mère te la présente, comme si elle venait tout juste d’accoucher et que tu n’avais rien raté jusqu’à présent. C’est étrange, mais tu tiens à rattraper le temps perdu comme si de rien n’était. Bien entendu, inutile de parler à Maya de tout ça tout de suite. Ta remarque ne manque pas de faire réagir sa mère. Tu ne rétorque pas. Elle a le droit d’être en colère contre toi après tout ce dont tu lui en as fait baver. Toi aussi tu pourrais lui reprocher certaines choses. Mais ce n’est pas non plus le moment. Tu as juste envie de faire une trêve et profiter de l’instant présent. Si tu as déjà approché ta fille il y a quelques semaines de ça en l’absence de sa mère, là tu as même l’occasion de la serrer dans tes bras. Mais tu ne le fais pas. Tu ne veux pas brusquer les choses. Tu te contentes simplement de lui caresser ses doux cheveux. Elle les tiens de sa mère, c’est une certitude. Sa bouille aussi. Tu essayes de créer un premier contact avec, mais c’est un échec puisque la petite se réfugie dans les bras de ton ex. – Tu as bien choisi. C’est très joli. – Tu te permets de commenter, comme si ton avis avait une quelconque importance. Tu aurais tant aimé être là lors de la naissance de la petite, et même avant, mais les choses ont fait que Katarina a pris des décisions comme étant seule parent. –  Oui. Je crois que je voulais simplement l’entendre de ta bouche. – C’est très stupide de lui avoir demandé son âge puisque tu le connais étant donné que tu es le père et que tu n’as pas eu de relation avec Kat après ton incarcération. Peut-être était-ce un moyen pour toi de lui faire une première reproche dissimulée ? Tu aurais tant aimé savoir à l’époque qu’elle était enceinte de toi. Qu’est-ce que cela aurait changé ? Sûrement beaucoup de choses. Si tu le proposes.. Tu susurres de manière inaudible avant de te pincer intérieurement les lèvres pour ne pas rire face à son sarcasme qui ne te rends pas insensible. Tu ne peux t’empêcher de penser que si elle réagit ainsi, c’est que ça ne la laisse pas indifférente de te revoir. Et c’est plutôt positif même si ton objectif premier c’est ta fille. – Merci. – Tu te contentes finalement de dire en interceptant la bière et baissant la tête, presque coupable de lui demander quelque chose de plus. Tu aurais surement mieux fait de t’abstenir. Et en même temps, ça te permet de gagner du temps et de pouvoir profiter un peu plus de la huitième merveille du monde qui joue à la poupée non loin de vous. – Je veux faire partie de sa vie. Assumer mon rôle de père, même si tu ne l’as pas demandé. – Tu ravales ta salive tout en ne détournant pas le regard de celui de la fleuriste. Tu tiens à lui montrer que tu es sincère dans ta démarche et que si tu fais tout ça, ce n’est pas seulement pour toi mais aussi pour elle. Pour son bien. Même si elle semble être une petite fille pleinement épanoui. Tu veux qu’elle te connaisse et ne manque de rien. – Il y a quelques heures. – Tu réponds, en détournant la tête pas très fier de ce mensonge puis en avalant une première gorgée de bière. – Elle te ressemble comme deux gouttes d’eau. – Tu rajoutes ensuite, regard rivée vers la petite, comme pour détourner l’attention.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mar 10 Aoû - 16:14
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


Katarina a l'impression de retenir sa respiration depuis cinq minutes. Le choc sans doute, parce qu'il a l'air de marcher sur des œufs lui aussi. Et il y a de quoi. Elle a plein de questions à lui poser maintenant qu'il est là, des questions auxquelles elle ne pensait pas vouloir de réponses, mais pourquoi s'en priver ? « Merci » répond-elle simplement, sans savoir quel aurait été le prénom de leur fille s'ils avaient les choses à deux. Ça aurait peut-être été le même. Il aurait pu être d'accord, l'aimer tout autant qu'elle, ou elle aurait pu l'en convaincre à l'usure. Ou elle aurait craqué sur autre chose, peut-être un prénom qu'il aurait choisi. Elle inspire profondément, se retient de ne pas lever les yeux au ciel encore une fois. « c'est ta fille. Content ? » c'était par contre trop lui demander que de rester aimable. Après tout, il la connait bien, il devait se douter que ça ne serait pas tout rose ou qu'elle ne lui sauterait pas dans les bras. Sans dtout savoir ou tout deviner, il avait dû se faire plusieurs scénarios avant de débarquer devant sa porte.
Pour le moment, la norvégienne met tout ça de côté et le laisse rentrer. Est-ce qu'elle a même le choix ? Ou est-ce qu'il serait resté planté sur son perron jusqu'à elle ne daigne sortir de chez elle ? Elle préfère ne pas y penser, presque certaine de connaître la réponse. Dans le salon, Kat lache sa fille, qui ne perd pas de temps pour aller retrouver sa poupée pendant qu'elle récupère une bière pour Wayne. Elle le dévisage encore, plusieurs fois, en silence, pas totalement remise du choc et de l'avoir face à elle. Et finalement, Kat s'installe à son tour en manquant de s'étouffer. « rien que ça » commente-t-elle à voix basse. C'est sorti plus vite qu'elle ne l'aurait voulu, presque incapable de retenir ses commentaires sarcastiques, qui lui ont d'ailleurs souvent valu quelques ennuis. Elle sait qu'elle doit se détendre un peu, ou en tout cas ne pas réagir aussi vivement si elle veut qu'ils aient une vraie conversation, ou que ça soit un minimum constructif. Elle soupire, pour évacuer autant que possible et se retrouve à sourire lorsqu'il lui dit que Maya lui ressemble. C'est vrai, énormément même, mais aussi beaucoup à son père, qu'elle le veuille ou non. « à toi aussi, que ça me plaise ou non » elle prend maya dans ses bras, la fixe quelques instants. « je saurais pas trop dire quoi exactement. Peut-être ton regard. Mais il y a quelque chose » Elle caresse ses cheveux alors que la petite la regarde avec un grand sourire. « comment je peux être sûre que ça soit une bonne chose pour elle ? » demande-t-elle subitement en relevant la tête vers son ex. « comment je sais que t'as changé ? Ou que tu seras bien avec elle ? » elle lui posait sincèrement la question. Elle savait comment il était avec elle, le meilleur comme le pire, mais elle voulait savoir ce qu'il avait à dire pour s'occuper de leur fille. « et si  jamais, je dis bien si jamais, j'accepte, ça sera selon mes conditions. Tu ne bouscules rien » le prévient-elle avant qu'ils n'aillent plus loin dans leur conversation.  

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Jeu 12 Aoû - 22:53
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


Maya. La première fois que tu as appris le prénom de ta fille, tu l’as tout de suite trouvé magnifique. Tu ne saurais dire si c’était simplement la joie d’être père ou bien une question de goût. Probablement un peu des deux. Tu ne l’as pas choisi ce prénom mais t’en es fier malgré tout. Cela lui ressemble. Cela vous ressemble. C’est le fruit de votre amour. Et ce, même s’il est périmé aujourd’hui. Il en est sortie une très belle pomme nommée Maya et tu tiens à le faire savoir à sa mère. Non pas pour la brosser dans le sens du poil et remonter dans son estime mais car tu le penses sincèrement. Elle a bien choisi le prénom. Même si tu aurais profondément aimé être présent le jour de sa naissance ou au moins que ce soit Kat qui t’annonce son existence. C’est ce qu’elle fait maintenant suite à ta remarque. Mais ça n’a évidemment pas l’effet escompté. Ton ex est hyper agacée. Tu ressens encore beaucoup de colère en elle. Son ton froid te peine. Mais dans un sens, t’en es responsable. Tu ne pouvais pas t’attendre à ce qu’elle t’accueille les bras ouverts. Tu hausses les épaules et ne réponds rien. Bien évidemment que t’es heureux que ce soit ta fille et pas celle d’un autre homme. Elle est si belle. Tu attrapes ta bière après t’être confortablement installé sur son canapé. Elle ne te reçoit finalement pas trop mal quand t’y penses. Même si il y a encore très clairement de l’eau dans le gaz. Elle te demande ce que tu fais là. Ce n’est pas évident ? Tu lui réponds que tu veux faire partie de la vie de la petite et assumer le rôle de père. Car c’est la plus belle chose qui te soit arrivé ces derniers mois. Et hors de question de faire comme si de rien n’était et de vivre une vie de bandit à l’autre bout du pays. – Rien que ça. – Tu répètes doucement, d’un ton presque solennel. Non, tu ne te fiches pas de sa gueule. Tu veux lui prouver que ta démarche est sincère et que tu veux faire table rase du passé. T’aimerais aussi lui démontrer que si tu n’as pas été un bon conjoint, tu peux être un bon père. Autant dire que ce n’est pas gagné. Tu tentes de détendre l’atmosphère en complimentant votre fille. Elle lui ressemble et à toi aussi apparemment. T’as dû mal à te l’avouer. –  Elle a un beau regard. – Tu te contentes de dire sans confirmer que ce soit le tien. Ton regard ne se détache pas de la petite. – Et tes cheveux. – Tu ne peux t’empêcher de lâcher un petit rictus. Autrefois, c’est toi qui caressait ainsi les cheveux frisés de Kat. Maintenant elle fait pareil avec sa fille. Votre fille. Et t’as déjà hâte d’en faire autant. – Tu ne peux pas. – Tu réponds de but en blanc, te doutant que ce n’était pas forcément la réponse qu’elle attendait. T’auras beau essayer de la rassurer autant que possible, les doutes seront toujours présents. Il va falloir qu’elle te fasse confiance à nouveau dans tous les cas. Et c’est ce que tu veux essayer de lui faire comprendre plus ou moins subtilement. – Je n’ai pas été à la hauteur avec toi, mais je peux t'assurer que je le serai avec elle. Laisses-moi simplement te le prouver avec le temps. – Tu regardes droit dans les yeux Katarina. Cette fois-ci pas de duperie. Tu parles avec le cœur. Tu ne dis pas que tu ne feras pas d’erreur et que tu seras un père parfait mais tu feras de ton mieux avec Maya pour qu’elle te considère comme le meilleur papa du monde. – Personne ne m’a forcé à venir ici. – Tu te permets de souligner comme pour montrer que tu prends tes responsabilités et que c’est une décision mûrement réfléchie. Une belle preuve d’engagement qui pourrait la convaincre de ta sincérité envers elles deux. – Bien sûr. – Tu te rends compte que tu n’as même pas encore touché à ta bière. Ce sujet est bien trop important à tes yeux pour boire comme si de rien n'était. – Quelles seraient tes conditions ? – Est-ce qu’elle en a une idée au moins ?
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Mer 18 Aoû - 17:10
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


Katarina se sent tendue et elle n'aime pas ça. En générale, lorsqu'elle est dans cet état, s'en suit un enchainement de mauvaises décisions et de réactions impulsives. Wayne avait le don de la titiller et elle avait essayé de prendre un nouveau départ ici, dans l'Oregon. Elle avait mis les conneries de côté, les décisions dans le rush avec, et elle l'avait mis lui, dans un coin de sa tête -et de son cœur. Qu'elle l'avoue ou non, elle l'avait aimé, sans doute un peu trop. Elle avait essayé de s'en faire comme on se défait d'une addiction, à la différence prêt qu'il n'y avait pas de réunions d'anonymes pour désintox de wayne (ou de chris à l'époque). Elle avait besoin de souffler -peut-être même de crier-, de se détendre, de faire du yoga ou quoique ce soit qui l'avait aidé jusque là. Elle n'était même pas certaine que sa bouteille de bière soit d'une grande aide. A ce stade, c'est une bouteille de vin qu'elle allait devoir descendre pour se relaxer.
Kat hausses un sourcil à sa remarque avant de se détendre (légèrement -autant que possible) lorsqu'il mentionne maya. « oui c'est vrai » des yeux clairs magnifiques, sublimés par sa peau mate et ses bouclettes. Les souvenirs remontent, ceux où Wayne laissait glsiser sa main dans ses cheveux. Ceux où la brune était dans ses bras à se lasser totalement aller, lorsqu'il n'y avait ni stress ni crispation. Au moins il était franc, et elle sait qu'il a raison : elle ne peut avoir aucune garantie sur le fait que ça soit une bonne chose pour Maya. Seulement elle savait qu'elle avait besoin d'un père. Elle avait le droit d'avoir un père, surtout quand celui-ci débarquait pour faire valoir ses droits. Une petite voix lui disait qu'elle pouvait au moins lui laisser une chance, histoire de voir. Le voir essayer. Qui sait, peut-être que ça irait... « t'auras pas de deuxième chance avec elle » dit-elle alors qu'il la regarde dans les yeux. Elle ne parle pas des petites erreurs du quotidien. Aucun parent n'était parfait dans les tâches quotidiennes, elle parlait de ce qui comptait vraiment. Son amour, sa patience et un soutien inconditionnel envers Maya. Et comme il venait de lui dire, personne ne l'avait forcé à venir. Il s'était débrouillé, l'avait recherché. Sans doute pendant des mois, alors c'était peut-être une preuve. Elle espérait juste que ça ne soit pas un caprice. « je... » elle soupire, sans vraiment savoir quelles étaient ses conditions exactes. « la moindre connerie, tu dégages » mais ça, il devait s'en douter. « c'est moi qui lui diras qui tu es. On fait ça doucement » ça n'allait pas l'empêcher de la connaître, mais elle ne savait pas encore comment assez annoncer ça à sa fille. Et d'ailleurs, elle tire une nouvelle fois sur le short de Kat. « viens ma puce » et elle la prend sur ses genoux, déposant un baiser sur sa joue. « je déconne pas. Que tu merdes avec moi, c'est une chose. Que tu merdes avec elle, s'en est une autre » et elle se dit qu'en fonction de comment ça se passe, elle arrivera peut-être à se détendre petit à petit, et elle ferait au jour le jour. « j'espère qu'on est d'accord » son regard était fixé sur son ex, et ces yeux qui l'avaient tant fait chavirer.  

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Wayne Parker

messages : 390
name : vodka paradise
face + © : benjamin kühnemund (lavmoony)
multinicks : aaron, jules, evelyn

age (birth) : 32
♡ status : horny as hell
work : working for Milo at the camp
home : living at katarina"s house
points : 1319
image : Don't blame it on me 8f7747130cdf2cf997483f65cc163863f3d39b16

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : open (fr)

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Sam 28 Aoû - 14:03
dimanche 23 mai
feat @Katarina Myers


T’en demande beaucoup à Katarina, t’en as conscience. Elle voulait que tu sortes à tout jamais de sa vie mais te revoilà, prêt à assumer ton rôle de père alors qu’elle ne t’a strictement rien demandé. Elle pourrait nier en bloc ta paternité ou bien t’indiquer la sortie, mais au lieu de ça, elle t’offre à boire. Il y a eu beaucoup d’amour entre vous, si bien qu’elle ne peut te renier. Fuir, c’était clairement la facilité. De la lâcheté. Mais tu n’es pas en mesure de le lui reprocher. Maintenant, il est temps de prendre vos responsabilités respectives. – Okay. – Tu te contentes de dire car tu n’es pas en position de dire quoi que ce soit de plus. Elle a pertinemment raison de t’avertir. Tu as sacrément déconné par le passé et elle est en droit de t’en vouloir encore. Tu tiens à ne pas reproduire les mêmes erreurs avec ta fille. Ça n’arrivera pas, c’est une certitude. – On fait ça selon tes règles. – Tu confirmes, comme pour aller dans son sens. Tu y mets du tien pour lui faire voir que tu as changé et qu’elle a les cartes en main. Dans le fond, tu sens que ton ex est contente que tu fasses ça pour Maya. Elle a besoin d’un père et sa mère en est consciente. Elle a toujours géré toute seule jusqu’à présent. – Je te promets que je ne déconnerai plus Kat. – Tu la regardes sincèrement dans ses yeux. Tu voyages quelques instants dans le passé, là où vous étiez éperdument amoureux l’un de l’autre. Tu aurais posé ta main dans son cou avant de poser ton front délicatement contre le sien et déposer sur ses lèvres un doux baiser. Mais te voilà de retour à la réalité. Kat se tient à distance de toi, votre fille sur ses genoux. – Tu as un oreiller à me prêter pour la nuit ? – Tu demandes d’un air faussement innocent en sortant tes clés de voiture de ta poche. Tu lui fais comprendre par là que tu comptes passer la nuit dans ta caisse. Tu t’empares d’une première gorgée de bière afin de poser ton regard vers elle. – Ça ne craint rien si je dors devant chez toi ? Ma voiture est garée dehors. – Air de chien battu activé. Tu lui fais les yeux doux pour qu’elle te propose de crécher chez elle, sans même savoir si elle a de quoi t’héberger. Sa maison a l’air assez spacieuse. Au pire, tu te contenteras du canapé de son salon qui semble convertible.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Myers

messages : 2060
name : all souls (maryne)
face + © : z.kravitz @tearsflight (av)
multinicks : jodie, gabriela, riley, jace, jean & noa

age (birth) : 30 [27.05]
♡ status : dating eugene & Maya's mom
work : owner of rainy river flowers & yoga teacher, twice a week
activities : doing yoga, tryin to stay calm, staying out of trouble, tryin not to murder/cuddle wayne
points : 3649
image : Don't blame it on me TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | eugene, citra, wayne

Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me · Dim 19 Sep - 22:38
dimanche 23 mai
feat @Wayne Parker


Kat comprend désormais que cette visite n'est pas innocente, et surtout, elle marque un tournant dans leurs vies respectives, et plus encore dans celle de Maya. Il est de retour. Pas de passage, mais réellement de retour de ce qu'elle en comprend. Il veut être là, pour leur fille et un instant, la jeune mère panique. Qu'est ce que ça va donner ? Avec leur princesse, avec elle, entre eux ? Trop de questions, trop de souvenirs. Ça la rassure tout de même qu'il soit d'accord pour faire selon ses termes, même si elle doute qu'il ait réellement le choix. « t'as pas intérêt, Wayne. Vraiment pas » dit-elle doucement, ancrant son regard dans le sien. Elle soupire, espère pouvoir lui faire confiance -au moins sur ça- sur le reste, ça reste à voir, parce qu'elle est bien placée pour savoir qu'il ne fallait pas trop s'avancer vu le nombre de conneries qu'ils avaient fait tous les deux. Mais si elle avait réussi à se contrôler -au moins un peu- pourquoi pas lui ? Ce serait sans doute hypocrite de sa part de ne pas le laisser essayer. Elle secoue doucement la tête, pour se sortir de ses pensées et des souvenirs communs, qui restaient encore à l'heure actuelle, un peu trop perturbants. « quoi ? » sort-elle subitement alors qu'il passe du coq à l'âne, si bien que maya redresse la tête tout aussi vite pour la regarder. Pour la rassurer, Kat dépose un bisou sur sa joue avant qu'elle ne se faufile hors de sa portée pour aller jouer.
La métisse se lève, fait quelques pas en tournant en rond, non sans quitter son ex du regard. Est-ce qu'elle allait le laisser dormir dans sa voiture devant chez elle ? C'était...creepy. Et aucun doute que ses voisins allaient le lui faire remarquer. Alors quoi ? L'inviter ici. Non, non, non. Elle avait l'impression de voir les emmerdes arriver en quatrième vitesse. A croire que sa bouche en avait décidé autrement -et sa conscience aussi, par la même occasion. « tu peux dormir ici. Pour cette nuit seulement. » dit-elle précipitamment en le pointant du doigt. « on est d'accord ?! Juste une nuit, et tu te débrouilles ? » Son palpitant s'emballe alors qu'elle se demande dans quelle merde elle s'emballe encore, mais elle peut définitivement pas laisser le père de sa fille dormir dehors (quoiqu'en dise le petit démon sur son épaule). « et ça sera dans le canapé. Mon lit est hors limite » prévient-elle sans oser le regarder. Sans faire vraiment gaffe à ce qu'il lui répond, elle se laisse retomber sur son canapé, déjà perdue dans ses pensées.  

TOPIC FINI

_________________


   AND SHE'S BOLD
she has been through hell. so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



Don't blame it on me Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Don't blame it on me ·
 
Don't blame it on me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Bridgewater Way-
Sauter vers: