sombre

hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Aspirateur eau et poussières KARCHER WD1 Compact
Voir le deal
34.30 €

 I'm in my head and I'm spinning.

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

behind
messages : 4583
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & drownedintofiction.
multinicks : winnie, alvin, keane, efrem, basil.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 6671
moodboard : I'm in my head and I'm spinning. IEaqqiI
the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : bee.

I'm in my head and I'm spinning. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· I'm in my head and I'm spinning. · Jeu 10 Juin - 20:54

I used to live out on the moon
But now I'm back here down on earth.

@Beckett Schaeffer — june 8 (2021)
cw/tw:
 

Si les derniers mois écoulés avaient été particulièrement éprouvants pour son couple, les choses semblaient s’être tassées d’elles-mêmes depuis. Ils avaient retrouvé un semblant de routine agréable grâce, notamment, à de longues conversations qui avaient contribué à les faire avancer, mais surtout à instaurer de nouveau entre eux un dialogue auparavant brisé. Les habitudes n’effrayaient pas Marley, bien au contraire, il avait un besoin évident d’équilibre dans sa vie, sans quoi il se sentait parfois perdu. Faire perdurer cette stabilité représentait un réel enjeu dans leur relation, lorsque l’un d’eux s’éloignait (même légèrement) de la trajectoire toute tracée, leur cocon intime implosait de l’intérieur presque immédiatement. Aujourd’hui, les doutes des semaines passées l’avaient quitté. Son humeur était pour ainsi dire excellente, il avait passé une très bonne journée au travail et sa soirée (qui venait tout juste de s’achever) n’avait pas été mauvaise non plus. Après avoir salué sa bande d’amis, constituée principalement de collègues, il se dirigea d’un pas guilleret vers le parking où sa voiture était garée, un large sourire idiot aux lèvres. Alors que ses pas le rapprochaient progressivement de sa destination, il sentit la présence d’une personne derrière lui, comme si quelqu’un marchait sur ses pas. « Qu’est-ce que vous voulez ? » s’enquit finalement Marley tandis qu’il se retournait pour faire face à l’individu. « Si c’est de l’argent que vous voulez, je n’en ai pas. » Ce n’était pas un mensonge, il ne possédait presque pas de cash sur lui à cette seconde précise, son portemonnaie s’étant vidé au fur et à mesure des tournées offertes à toute la tablée. « Tu sais très bien ce que je veux, » souffla l’homme d’une voix grave, un sourire quelque peu inquiétant étirant ses lèvres gercées. « Dégage, » s’impatienta alors Marley tout en faisant un pas en arrière. « Ne me touche pas, connard ! » s’emporta-t-il ensuite en repoussant les mains baladeuses de l’inconnu qui semblait vouloir lui faire les poches sans son accord. « Tu ne te rappelles vraiment pas de moi ? » Son interlocuteur marqua une pause, un sourcil arqué, comme pour vérifier qu’il ne bluffait pas, avant de sortir ce qui ressemblait à un vieux couteau-suisse abimé. « Ecoute, je ne sais pas de quoi tu parles… Je ne te connais pas. Je ne veux pas de problème, okay ? Je n’ai pas d’argent je t’ai dit. » Téméraire mais pas fou, le jeune infirmier tenta de paraître calme, pour ne pas risquer d’aggraver une situation déjà mal engagée. « Tu m’as presque convaincu bravo, » se moqua ouvertement l’homme avant de tirer d’un geste ferme sur la veste du petit brun. « File-moi ta veste, je sais que c’est là que tu ranges ta dose. » La suite se déroula à une vitesse impressionnante. Dans une tentative vaine de se protéger, Marley attisa davantage la colère de son agresseur en se défendant physiquement de manière un peu trop virulente. Une brève minute plus tard, il fût projeté contre la portière de sa voiture et se retrouva au sol, recroquevillé sur lui-même, les bras repliés contre son visage dans le but d’éviter des mauvais coups qu’il recevait en contrepartie dans le ventre. Si l’arrivée d’un couple sur le parking mit fin à sa torture passagère, il consentit à se redresser après un temps certain, comme pour s’assurer que tout était bien terminé. « Vous allez bien ? » Demanda une femme, agenouillée à sa hauteur. « Vous voulez qu’on appelle la police ? Les secours ? » Inquiète, elle fit signe à son compagnon de sortir son téléphone mais Marley les interrompit en se remettant précipitamment et maladroitement debout, crispé par une expression de douleur. « Je vais bien, » murmura-t-il. « Vous êtes sûr ? » Il hocha la tête, ouvrit la portière de son véhicule et s’engouffra à l’intérieur sans un regard en arrière ni même un remerciement. Il verrouilla la voiture et sortit son portable de la poche arrière de son pantalon. L’objet avait souffert, l’écran était un peu abimé, mais il put facilement appeler son compagnon. Il était tard, cependant le grand blond répondit à son appel. Le simple fait d’entendre sa voix le fit aussitôt fondre en larmes, sans doute à cause de la peur ressentie un peu plus tôt et le sentiment de soulagement éprouvé à cet instant. « Tu peux venir me chercher à Portland ? » sanglota-t-il d’une voix entrecoupée. « S’il te plaît… » Ils étaient à une heure de route l’un de l’autre, son compagnon travaillait demain matin, mais il ne parvenait pas à réfléchir correctement. Tout ce qu’il désirait, c’était la protection et l’étreinte des bras réconfortants de Beckett. La logique de la situation lui importait peu. « Un mec m’a agressé sur le parking à la sortie du bar… J’ai un peu bu, je suis fatigué, je ne sais pas quoi faire. Viens me chercher, » répéta-t-il à nouveau, d’une voix suppliante. Dans les faits, plus de peur que de mal. Le type était tout de même parvenu à lui mettre son poing au visage mais le plus gros de la douleur se faisait ressentir dans le bas de son ventre.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
a man on fire × a violent desire
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Schaeffer

behind
messages : 4945
name : corpsie.
face + © : j. lowden x gif©jack-lowden.
multinicks : isaac - larissa - maisie - oliver - peter - tony

age (birth) : 29 {11.06}
♡ status : bzz ❤ bzz.
work : handyman at the camp TL, part-time dad, full-time wanker.
activities : building a rabbit hutch, helping his friends out, annoying Marley.
home : a small house on crescent lane.
points : 6481
moodboard :
I'm in my head and I'm spinning. Tumblr_pnn8meWBDm1uazunqo1_400
I'm in my head and I'm spinning. Bee-bumble-bee

the mask

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off [0/3] (marley) tommy, riley.

I'm in my head and I'm spinning. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: I'm in my head and I'm spinning. · Mar 15 Juin - 18:07
Les limitations de vitesse n’avaient qu’une importance accessoire cette nuit. Beckett prenait à cœur de les respecter dans la mesure du possible – ce qui signifiait qu’il conduisait toujours quelques miles par heure au-dessus de ce qui était autorisé pour passer sous les radars – car son dernier souhait était de se faire arrêter pour une raison aussi bâtarde, et parce qu’il n’était pas particulièrement féru de grande vitesse. Sauf qu’il y avait urgence et peu de monde sur la route, alors il s’autorisait un appui plus fort sur la pédale de l’accélérateur. Une quinzaine de minutes plus tôt, il se dandinait sur un vieux tube des Tears for Fears, en plein brossage de dents tandis que Honey se promenait dans le salon, profitant des derniers instants de liberté avant de retrouver sa cage pour une nuit bien méritée. Il était tard et Bee commençait tôt le lendemain, mais comme à chaque fois que Marley sortait, il veillait ; il était sur le point de se mettre au lit pour avancer dans la lecture de son livre du moment quand son téléphone avait sonné. Il avait failli écraser ce dernier dans son poing sous le coup de la colère, mais l’inquiétude l’avait rappelé à l’ordre, sans ce petit appareil il n’aurait plus aucun moyen de communication. « J’arrive. » Il avait enfilé une veste de survêtement par-dessus son pantalon de jogging sans interrompre l’appel, incapable de couper un terme à la conversation qui n’était plus que sanglots désormais, car Beckett était trop énervé pour pouvoir s’exprimer. « Je me mets en route, je te rappelle quand je suis sur la voie rapide, ok ? Va te mettre en sécurité avec d’autres personnes si tu le peux. » Sa voiture n’était pas assez récente pour proposer un kit main libre, il devrait laisser Marley à son propre sort pendant un petit moment avant de revenir vers lui. Il connaissait les rues de Portland à cette heure de la nuit, même si des mauvaises rencontres étaient possibles – comme ça avait malheureusement été le cas – il y avait également souvent du monde qui traînait dehors à des heures indues. Comme convenu, il rappela son compagnon quand la route le lui permit, son portable coincé sur le panneau de bord pour ne pas le déranger durant sa conduite. « Je suis là, Marl’, j’arrive… » Il ne posa pas de questions intrusives, il ne chercha pas à tenir une conversation particulière, il souhaitait juste l’entendre respirer à l’autre bout du fil, et lui faire savoir qu’il était là, même si des kilomètres les séparaient encore. En outre, il ne pouvait se permettre de piquer une crise de colère derrière le volant et risquer un accident s'il apprenait un détail de la mésaventure de Denbrough encore plus fâcheux que le reste. Arrivé à la hauteur de Portland, la circulation s’intensifia et, après avoir pris connaissance du nom du bar sur le parking duquel l’infirmier se trouvait, Beckett raccrocha de nouveau. Il se gara à côté du véhicule de son petit ami et en sortit avec rapidité, sans prendre le temps de fermer sa portière. Il n’avait qu’une envie, celle de le serrer très fort dans ses bras et de savoir qu’il allait bien. Bon dieu, faites qu’il allait bien. Un Marley aux traits tirés et à la mine déconfite s’extirpa de sa voiture et Bee glissa lentement une main dans sa nuque pour instaurer un contact. « Qu’est-ce qui s’est passé ? Où est-ce que tu as mal ? » La question qui lui brûlait les lèvres était bien moins inquiète, beaucoup plus colérique. « Qui t’a fait ça ? Tu l’as vu ? » Il le détailla des pieds à la tête, lisant dans son langage corporel que l’infirmier souffrait avant tout au niveau du ventre. En voyant l’état de son visage, il ne pouvait qu’imaginer avec effroi ce qui se passait sous son vêtement supérieur. Les néons du bar offraient une luminosité suffisante pour que le blondinet puisse discerner l’hématome qui se formait sur la pommette de son compagnon, et cette image lui donna envie de tout brûler à dix kilomètres à la ronde. « On va aller à l’hôpital puis on portera plainte contre cet enfoiré, ok ? » Il n’aurait jamais proposé un tel programme si lui-même avait été pris à partie, mais la valeur de Marley était toute autre, il fallait faire les choses bien et ne prendre aucun risque. Il ouvrit un bras pour l’inviter contre lui, n’osant pas le toucher de lui-même sans savoir où il avait mal. « Je suis tellement désolé, mon cœur, » murmura-t-il quand il eut enfin la possibilité de l’étreindre, ses lèvres se plongeant dans sa tignasse pour lui embrasser le crâne. Il n’y était pour rien, mais il ne pouvait s’empêcher de culpabiliser de ne pas avoir été là où il fallait quand il le fallait.

_________________
I'm just a man, it's all I am
The future & the past are falling through our hands & all we have is now. So take me as I am, cause it ain't easy. I know you see me.
 
I'm in my head and I'm spinning.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: