sombre

hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

 You're up then you're down

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane

WB'S FAVORITE GRANDMA
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn Shearer

messages : 732
name : vodka paradise
face + © : liliane rovère
multinicks : aaron, jules, wayne

age (birth) : 80 ans et toutes mes dents ! (ou presque)
♡ status : veuve
work : anciennement pharmacienne, nouvellement cartomancienne
activities : tirer les cartes, faire des canulars téléphonique, faire pousser des courgettes, sortir dragibus
home : maison à Crescent Lane
points : 786
moodboard : You're up then you're down PDzIvBF
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : FR

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· You're up then you're down · Ven 11 Juin - 19:22
Vendredi 11 juin
feat  @Marley Denbrough


La matinée a assez mal démarrée. Tu t’es réveillée fatiguée, plus que d’habitude, mais t’es quand même sortie aller t’occuper de ton potager. Ce qui s’est avéré être une bien mauvaise idée vu la chaleur du moment. T’aurais mieux fait de te ménager. Tu as failli tomber à la renverse entre les courgettes et les poivrons. Du coup, t’es rentrée boire un coup puis te reposer mais t’as tout de même contacté par précaution ton infirmier. Il passera en début d’après-midi. Cela devrait aller jusqu’à là. Tu te contentes de manger une tomate et un yaourt. A peine tu as eu le temps de débarrasser que la porte d’entrée sonne et que Dragibus se met à aboyer. Pas la foi de l’engueuler aujourd’hui. Tu te contentes de l’enfermer dans la salle de bain pour qu’il ne gêne pas. Possible qu’il gratte pendant un temps contre la porte mais tant pis. – Mon infirmier préféré ! Comment vas-tu ? – Tu déclares avec un léger sourire en ouvrant la porte à Marley pour le laisser entrer chez toi. Il connaît le chemin. Cela doit bien faire trois ans qu’il prends soin de toi. Même si, il y a des périodes où vous ne vous voyez pas. Tu évites de trop le solliciter. Tu t’installes sur le fauteuil du salon tandis qu’il déballe ses outils. – Je pense que j’ai eu une baisse de tension ce matin.. Un coup de chaud et mémé voit trouble. – C’est bien connu que les personnes âgées résistent moins à la chaleur avec l’âge. La canicule fait parfois des carnages. Heureusement, vous n’y êtes pas encore et t’as tout juste quatre-vingt printemps. – Mais là ça va un peu mieux. Enfin.. j’irai pas faire un marathon non plus. – Tu n’es pas au top de ta forme et la tension qu’il va te prendre le confirmera sûrement. Peut-être qu’il va te prescrire de nouveaux médicaments. – Comment va Buckley ? J’attends toujours que tu me le présente ! – Tu demandes le plus spontanément du monde loin de te douter que tu viens malencontreusement d’écorcher le prénom de son chair et tendre. L’important, c’est qu’il comprenne de qui tu veux parler après tout.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : You're up then you're down IEaqqiI
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Lun 14 Juin - 21:04
Marley n’était pas un être très positif de manière générale, son optimisme laissait parfois (pour ne pas dire souvent) à désirer, néanmoins il parvenait à avancer et à vaincre les multiples obstacles qui se dressaient devant lui depuis son plus jeune âge. Lorsqu’il pensait être un minimum tranquille, la vie lui rappelait sournoisement qu’il ne fallait jamais baisser sa garde. Peut-être ferait-il mieux de croire ces personnes – qu’il qualifiait de charlatans – qui clamaient haut et fort à quel point il était important de prendre soin de son karma. Trois jours plus tôt, il avait été victime d’une agression sur le parking d’un bar à Portland. S’il se portait bien en apparence, sa fierté en avait pris un sacré coup. Les bleus qui se dessinaient sur le bas de son ventre pouvaient facilement être dissimulés, en revanche, il était bien plus difficile de masquer les marques visibles sur son visage. Cela l’embêtait énormément de se présenter ainsi à Evelyn, raison pour laquelle il avait en partie maquillé sa joue. Le dessous de son œil droit avait une pigmentation légèrement bleutée, toutefois son allure demeurait convenable. De plus, Beckett fêtait son vingt-neuvième anniversaire aujourd’hui, une raison de plus pour l’infirmier de faire un effort. « Bonjour Evelyn ! Je vais bien et toi ? » répondit-il avec enthousiasme pour se montrer convaincant. « C’est vrai qu’il commence déjà à faire chaud… » approuva-t-il en posant son sac sur le canapé. Pour sa part, il adorait la chaleur et l’été dans son ensemble, cependant il comprenait la pénibilité de cette saison pour certains. « J’espère que tu t’hydrates bien ? » demanda-t-il tandis qu’il sortait son tensiomètre automatique pour préparer la vieille femme. Il fronça les sourcils à la lecture du résultat et non à cause de la déformation du prénom de son petit ami. « Il s’appelle Beckett, » corrigea-t-il avec un petit sourire amusé. « Je parle tout le temps de lui, comment tu fais pour oublier comme ça ? » la taquina-t-il ensuite. « Invite-nous à venir manger ici et je te le présenterai ! » proposa-t-il d’une voix faussement autoritaire. Il appréciait grandement la compagnie de cette dame car ils partageaient tous deux le même franc parler, ils pouvaient s’exprimer sans risquer de vexer l’autre et n’hésitaient pas à se lancer quelques piques de temps à autre. « Ta tension est élevée, » reprit-il avec plus de sérieux après avoir repris la mesure une seconde fois, pour être certain. « Il faudrait peut-être aller voir ton médecin traitant. Quand est-ce que tu l’as consulté pour la dernière fois ? » Elle ne devait pas négliger sa santé, surtout à cet âge. « Tu te sens stressée en ce moment ? » Cela pouvait également expliquer cette hausse de tension si elle n’était pas dans de bonnes conditions. Dans tous les cas, il ne fallait pas prendre à la légère les différentes réactions de son corps, problème médical avéré ou non.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
WB'S FAVORITE GRANDMA
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn Shearer

messages : 732
name : vodka paradise
face + © : liliane rovère
multinicks : aaron, jules, wayne

age (birth) : 80 ans et toutes mes dents ! (ou presque)
♡ status : veuve
work : anciennement pharmacienne, nouvellement cartomancienne
activities : tirer les cartes, faire des canulars téléphonique, faire pousser des courgettes, sortir dragibus
home : maison à Crescent Lane
points : 786
moodboard : You're up then you're down PDzIvBF
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : FR

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Sam 10 Juil - 19:01
@Marley Denbrough

Soulagée de voir ton infirmier débarquer rapidement, tu l’accueilles sans même remarquer les quelques traces dissimulées sur son visage. Ta baisse de régime te préoccupe quand même un peu. Tu veux t’assurer que tout va bien et que c’est simplement dû à la chaleur du moment. – Ça va.. J’ai déjà été plus en forme. – Cela ne se voit peut-être pas car t’es toujours autant dynamique mais tu sens que ton corps ne te suit pas autant que tu l’aimerais. Tu laisses le jeune homme s’installer chez toi comme à son habitude avant que vous évoquiez le beau temps et en particulier la chaleur presque pesante. – J’essaye mais peut-être pas assez en journée. – Tu reconnais, un peu coupable. Il est vrai que tu n’as pas bu grand-chose en te réveillant. Sûrement à tord. Habituellement, tu bois beaucoup de thé. Mais là, vu qu’il fait chaud, tu ferais mieux de boire beaucoup d’eau fraîche. Il n’y a rien de mieux de toute manière pour s’hydrater. – Beckett pardon. – C’est pas ce que t’avais dit ? Visiblement non. Mais t’as du mal à te rappeler des prénoms lorsque tu n’as pas mit de visage dessus. D’où l’importance qu’il te le présente en chair et en os. – Quand tu veux mon grand ! – Est-ce qu’il faudrait que tu lui proposes une date et un menu ? Probable. Mais ton agenda n’étant pas hyper chargé et encore moins le soir c’est à lui de te dire quand ça l’arrange. – La porte est toujours ouverte. En plus de ça, tu sais que j’adore cuisiner. – Il n’a à ton souvenir jamais mangé en ta compagnie mais très souvent tu l’accueilles avec des petits gâteaux faits maisons et lui offre de quoi boire. Tu sais l’accueillir chaleureusement et tu feras encore plus d’efforts s’il vient dîner avec son chair et tendre chez toi. – Ah.. – Merde ! Ta tension est élevée. Tu l’avais devinée même si tu trouvais qu’il y avait une amélioration par rapport à ce matin. – Fiouf ça fait un moment.. Je suis pas sa meilleure patiente.. Il ne me voit pas souvent, je touche du bois mais je tombe pas souvent malade. – La dernière fois ça devait simplement être un contrôle de routine histoire de s’assurer que tout allait bien. – Stressée, moi ? Non.. – Bon, d’accord, l’histoire de Daphne t’as foutu un vrai coup au moral et aussi les rumeurs d’Agnes dont tu n’as d’ailleurs pas attendu trop longtemps pour riposter. – Tu as quoi au visage ? – Tu demandes soudainement en posant ta main délicatement sur le menton de ce dernier pour l’examiner, inversant un instant les rôles d’infirmier et de patient.

Spoiler:
 
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : You're up then you're down IEaqqiI
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Lun 19 Juil - 11:52
Vivre loin de ses parents n’était pas tous les jours facile pour Marley. La relation qu’ils entretenaient tous ensemble était solide et sincère, il passait énormément de temps au téléphone avec eux. Mais parfois la distance s’avérait plus difficile à gérer et supporter certains jours, principalement lorsque son moral n’était pas au beau fixe. Imaginer un quotidien sans la présence de sa famille était inconcevable à ses yeux et même si Evelyn ne figurait pas sur son arbre généalogique, il appréciait énormément sa compagnie. Il n’avait hélas plus de grands-parents, la côtoyer lui permettait en partie de faire revivre ce sentiment agréable de partage entre une personne âgée et son petit-fils. Certes n’était-elle pas une mamie banale, elle possédait un caractère bien trempé qui faisait toute la différence ; c’était probablement ce qu’il aimait le plus dans leurs rapports. « La prochaine fois, n’attends pas la sensation de soif pour boire, d’accord ? » Elle devait faire attention à elle, c’était important. Mais il ne désirait pas l’accabler ou lui faire des leçons de morale, Evelyn avait encore toute sa tête, un rappel suffisait. « Je te prends au mot, tu ne peux plus revenir en arrière, » souffla-t-il après son invitation. Il n’avait rien à redire sur l’accueil qu’elle lui réservait généralement, de ce fait l’idée d’un repas un peu moins formel ne le dérangeait pas du tout, bien au contraire. Ils se fréquentaient depuis un petit moment maintenant, par conséquent se retrouver dans un contexte autre que médical était une suite logique. « Je lui en toucherai deux mots mais je suis sûr qu’il acceptera. » Beckett était un homme très sociable, il était à l’aise en société et avait le contact facile, de plus il ne lui refusait pas grand-chose. Lorsque la maîtresse de maison mentionna ses rares visites chez son médecin, il secoua négativement la tête et souffla par le nez. « Ce n’est pas très sérieux tout ça… Tu me promets d’aller le voir prochainement ? » Même si son docteur ne trouvait rien d’anormal, il valait mieux prévenir que guérir. Il aimait prodiguer des conseils à ses proches, toutefois il réalisa qu’il ne les appliquait pas pour lui-même lorsque la vieille femme se mit à le questionner. « C’est moi ou tu essaies de changer de conversation ? » Il était avant tout question d’elle, pas de lui. Il se toucha la joue à plusieurs reprises, comme s’il essayait de retirer une tache invisible. « C’est rien… Juste une petite altercation de rien du tout, » répondit-il pour la rassurer. « C’est ça d’avoir une tête à claque, » ajouta-t-il dans le but de dédramatiser un peu la situation et de minimiser ce qui s’était réellement produit. « C’est bientôt l’été, est-ce que tu comptes faire quelque chose ? Ou partir un peu ? » Demanda-t-il pour noyer le poisson. Il ignorait certaines choses la concernant. Avait-elle de la famille dans une ville voisine ou même un autre état ? Rendait-elle parfois visite à des proches ou faisait-elle partie de ces gens qui ne quittaient jamais leur domicile ?

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
WB'S FAVORITE GRANDMA
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn Shearer

messages : 732
name : vodka paradise
face + © : liliane rovère
multinicks : aaron, jules, wayne

age (birth) : 80 ans et toutes mes dents ! (ou presque)
♡ status : veuve
work : anciennement pharmacienne, nouvellement cartomancienne
activities : tirer les cartes, faire des canulars téléphonique, faire pousser des courgettes, sortir dragibus
home : maison à Crescent Lane
points : 786
moodboard : You're up then you're down PDzIvBF
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : FR

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Jeu 5 Aoû - 17:45
@Marley Denbrough

La chaleur ne faisait jamais bon ménage avec les personnes âgées, voilà que ton infirmier est là pour te soigner ou tout du moins te requinquer. C’est pas la grande forme, et ça, tu ne t’en caches pas. Il te recommande de faire un peu plus attention à toi. – C’est bien la première fois qu’un professionnel de santé m’incite à boire. – Tu joues sur les mots histoire de dédramatiser la situation et amuser la galerie. Bien évidemment, il ne parlait pas d’alcool mais du fait de s’hydrater. Et tu sais pertinemment qu’il a raison. Tu dois te forcer à boire de l’eau même quand tu n’as pas soif. Tu n’as plus un corps de jeune fille et tu n’es pas un chameau non plus. – Je vais faire des efforts. – Tu reprends ensuite d’un ton plus sérieux avant de changer de sujet et lui demander comment va Buckley.. Euh.. Beckett, son cher et tendre compagnon. Il t’en parle si souvent qu’il faudrait qu’un jour il te le présente. Cela te plairait de voir ton infirmier dans un autre contexte. – J’espère bien ! Dis-lui que je mords pas, que je radote pas, que je fais bien la cuisine, ah et que je suis pas encore sénile, ça devrait faire l’affaire. – Tu pourrais encore rajouter certaines choses sur cette liste si tu le voulais mais il vaut mieux que tu t’arrêtes là. T’es pas certaine que son copain accepte d’aller dîner chez une inconnue toute fripée. D’accord, t’es probablement la patiente ridée préférée de Marley, mais est-ce une raison valable pour autant ? Seul l’avenir le dira. – Promis, je vais aller le voir. – Tu réponds en levant les yeux au ciel discrètement. Cela ne t’enchante pas plus que ça d’aller voir ton médecin car tu ne l’apprécies pas tellement et tu redoutes toujours qu’il t’annonce des mauvaises nouvelles, mais là, c’est ton chouchou qui te le demande et tu vois limite ça comme une faveur. – Je m’inquiète pour toi moi aussi. – Tu rétorques lorsqu’elle t’accuse de vouloir changer la conversation et inverser les rôles de patient et d’infirmier. Oui, il a vu juste mais tu te demandes bien comment les marques sur son visage sont arrivées là. Il te précise qu’il s’agit d’une petite altercation. – Toi une tête à claque ?! T’as une bouille de koala. – Autrement dit, on a plus envie de lui faire des câlins que de le frapper. Cela t’étonne donc fortement. – Le prochain qui ose mettre la main sur toi, il aura affaire à moi. Et rigole pas, je suis plus dangereuse que j’en ai l’air ! – Ou pas. Mais c’est l’intention qui compte, non ? Tu espères en tous les cas que c’était un incident isolé et si tu n’iras pas le questionner davantage, tu comptes bien veiller à ce que cela ne se reproduise pas. – Oh non, je pars pas. J’ai passé l’âge. Et toi ? Tu comptes quoi faire de beau, mon beau? – Tu l’observes ranger son matériel et pense un instant à ton chien qui est resté sagement à attendre dans la salle de bain.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : You're up then you're down IEaqqiI
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Ven 20 Aoû - 12:05
Evelyn pouvait bien faire preuve d’humour autant qu’elle le souhaitait – et il lui faisait confiance pour assurer à ce nouveau-là – il n’en demeurait pas moins inquiet et soucieux de son bien-être. Il savait la femme accompagnée, elle n’était pas isolée et pourtant il ne pouvait s’empêcher de lui prodiguer des conseils bienveillants dans l’unique but de prendre soin d’elle. Certes n’étaient-ils pas de la même famille mais les années avaient su les rapprocher d’une manière aussi étrange qu’agréable. Proche de la plupart de ses patients, ce n’était pas Marley qui allait se plaindre d’une telle relation amicale. « Tu es incorrigible... » murmura-t-il, un mince sourire étirant ses lèvres. « Je n’ai même pas besoin de lui dire tout ça pour le convaincre, tu sais. Beckett est gentil, peut-être même plus que moi d’ailleurs. » La propriétaire des lieux le percevait comme un être frêle et doux, toutefois elle ne le connaissait pas dans un contexte privé de vie intime. Il pouvait être particulièrement vulgaire, bourru et incroyablement chiant. « Si je lui propose de rencontrer une amie, même de ton âge, il acceptera sans rechigner. » Ses propos étaient sans doute mièvres, cela ne lui plaisait pas particulièrement d’être aussi gnangnan mais il devait se faire une raison, son homme était ainsi fait ; toujours présent et prêt à satisfaire sa moitié sans se poser de questions. Lui-même ne réagissait pas toujours comme ça. Assis à ses côtés, il secoua vigoureusement la tête lorsqu’elle lui indiqua s’inquiéter pour lui. Elle avait déjà ses propres problèmes, il ne voulait pas lui en ajouter davantage. « La bouille de koala te remercie mais je t’assure, ce ne sera pas nécessaire, » souffla-t-il en souriant. « Tout va bien, » conclut-il ensuite pour définitivement passer à autre chose. Le discussion bifurqua ensuite sur un thème beaucoup plus sympathique et réjouissant : les vacances. « On n’a rien prévu pour le moment mais je pense qu’on partira une semaine en septembre. Beckett travaille au camp Tomahawk Lake, je ne sais pas si tu connais ? L’affluence est importante en été donc il ne peut pas trop poser de congés, du coup on verra à la rentrée quand les touristes auront quitté Windmont Bay. » Il se sentait un peu fatigué et ne dirait pas non à des vacances, là, tout de suite, mais il devait patienter. « Je peux te parler de quelque chose ? » demanda-t-il subitement, le regard songeur. « Comme tu le sais, je ne travaille plus à la clinique de la ville depuis un moment maintenant… J’ai rejoint les urgences de l’hôpital de Portland. J’adore ce que je fais, mais faire la route matin et soir commence de plus en plus à me fatiguer. Et j’ai l’impression que ça finit par peser sur le moral de Beckett. Il m’a plus d’une fois fait des remarques et il veut que je revienne travailler par ici, mais je n’ai pas spécialement envie de retourner à la clinique. Du coup, j’hésite à me lancer en infirmier libéral… T’en penses quoi ? Tu trouves que c’est stupide comme idée ? » C’était la seule alternative qu’il avait trouvé pour satisfaire tout le monde. C’était également la première fois qu’il émettait cette hypothèse à voix haute.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
WB'S FAVORITE GRANDMA
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn Shearer

messages : 732
name : vodka paradise
face + © : liliane rovère
multinicks : aaron, jules, wayne

age (birth) : 80 ans et toutes mes dents ! (ou presque)
♡ status : veuve
work : anciennement pharmacienne, nouvellement cartomancienne
activities : tirer les cartes, faire des canulars téléphonique, faire pousser des courgettes, sortir dragibus
home : maison à Crescent Lane
points : 786
moodboard : You're up then you're down PDzIvBF
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : FR

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Mar 7 Sep - 23:46
@Marley Denbrough

Le jeune homme a bien raison, t’es incorrigible. Si tu n’existais pas, il faudrait probablement t’inventer. Tu es un sacré phénomène et vieillir, ça n’arrange pas tes affaires, ni celles des autres. Mais c’est aussi comme ça qu’on t’aime. Rares sont ceux qui n’ont pas réussi à t’apprivoiser. Marley est bien plus qu’un simple infirmier, si bien que tu serais heureuse de pouvoir rencontrer l’homme qui partage sa vie et dont tu as tant entendu parler. – Plus gentil que toi c’est possible ? Il faut que je vois ça de mes propres yeux ! – Tu es sûr qu’il est merveilleux. Le garçon semble parfaitement épanoui sentimentalement et ça se ressent. Tu as de bonnes ondes quant à cette relation, même si tu n’as pas encore vu son prétendant. Ce qui ne serait visiblement tarder. – Alors c’est l’homme parfait ! – Tu t’exprimes comme pour conclure sur le sujet compagnon de Marley. Tu te doutes bien que ce fameux garçon a bien des défauts mais tu ne souhaites pas pour autant les connaître. Tout ce qui t’intéresse à toi c’est de savoir ô combien ton petit infirmier favoris est heureux. – Tu me le promets ? – Tu redemandes, assez inquiète après avoir remarqué la blessure sur son visage dû à une agression physique ou plutôt une altercation. Tu te demandes bien comment on peut avoir envie de frapper Marley. Enfin le principal c’est qu’il aille bien et que cela ne se reproduise pas. T’y veilleras au grain. Du moins autant que possible. Tu ne le vois pas tous les quatre matins non plus et heureusement dans un sens. Cela prouve que t’es relativement en bonne santé. Pas au point d’aller faire une excursion cet été ceci étant. Tu expliques à ton ami que tu resteras à Windmont Bay comme tous les ans. Puis, tu lui demandes ce que lui a prévu. Pas grand-chose dans l’immédiat visiblement. Il prendrait plutôt des vacances en septembre. – Je vois.. Vous allez les attendre avec impatience ces vacances ! Mais en septembre cela sera mieux, la vague touristique sera passée. – De ton point de vue. Il faut bien que ça ait aussi des avantages de partir en congé plus tard. Et tu comprends parfaitement que cela ne soit pas possible avant à cause de la saisonnalité du boulot de Beckett. Windmont Bay restant une destination assez touristique. – Évidemment. Tu peux tout me dire. Je suis une tombe. – Ou presque. Cela dépends de l’ampleur du sujet. Mais tu sais tenir ta langue si besoin. Ton infirmier te dévoile alors ses projets professionnels. Tu prends tout de suite peur. T’as soudain l’impression qu’il va t’annoncer que c’est la dernière fois qu’il s’occupera de toi et c’est tout ce que tu ne souhaites pas. Du coup, tu mets un temps à réagir face à son annonce. Le temps de réaliser qu’il s’agit en réalité d’une bonne chose et que rien ne changera pour toi, au contraire. – Non, pas du tout. Je trouve ça vraiment super. – Tu commences à dire avant de reprendre la parole rapidement. – Faire les aller-retour ça va un temps mais t’es plus tout jeune. Enfin je veux dire.. il serait temps de te poser. Cela serait plus sain pour toi. Et peut-être aussi pour constituer une famille avec Beckett. – Tout de suite les grands mots. Tu ne sais pas du tout si c’est dans les projets des deux jeunes hommes mais en tout cas, cela serait une bonne chose pour leur relation en vue de ce qu’il vient de te dire. – Et puis compte sur moi pour te trouver de nouvelles patientes. J’ai le bras long ici. – Tu as toujours vécu à Windmont Bay et tu connais beaucoup les anciennes générations. Tu pourrais ainsi lui fournir pas mal de contacts. T’es persuadée que bon nombre de mémés seraient ravies d’avoir affaire à un aussi beau et charmant infirmier que lui.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : You're up then you're down IEaqqiI
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Mer 8 Sep - 10:13
La façon (presque maternelle) dont Evelyn prenait soin de lui faisait grandement plaisir au jeune infirmier. Même s’il jouait souvent au fier dans la vie courante, il était constamment à la recherche d’une petite attention de la part des autres. Un regard, une caresse, une parole gentille, il prenait ce que les autres voulaient bien lui donner. Quand il rendait visite à la vieille femme, il savait par avance que cette dernière allait bien s’occuper de lui. Même lorsqu’elle le disputait plus ou moins, cela restait bienveillant. Comme il n’avait pas l’occasion de voir ses parents aussi souvent qu’il le souhaitait, ceux-ci vivant à Seattle, il était plus que ravi de trouver une famille de substitution, en quelques sortes. Sa nature protectrice était la bienvenue, il avait parfois l’impression de retrouver Beckett dans sa manière de réagir, ce qui s’avérait plutôt amusant. S’il ne gardait pas un souvenir très agréable de cette agression récente, il était néanmoins prêt à aller de l’avant et à tout oublier. « Une tombe, oui, » reprit-il à sa suite avec un petit sourire moqueur. Il n’était pas certain de la croire à ce niveau-là mais ce n’était pas bien grave. Marley se percevait comme un habitant sans importance et surtout, sans grand intérêt, par conséquent commérer à son sujet ferait probablement un flop total. « Je suis content que l’idée te plaise... » répondit-il d’une voix rassurée. Il était évident que Evelyn figurerait la première sur sa liste de patients, cela ne faisait aucun doute. « Attends, je rêve ou tu viens de me traiter de vieux ? » pouffa-t-il en penchant la tête de côté. Il en plaisantait aujourd’hui mais ce sujet de conversation était plus sérieux qu’il n’en paraissait aux yeux du jeune homme. Tous les jours, il se répétait lui-même que le temps filait à une vitesse folle et que, par conséquent, son âge avançait également. Beckett n’était pas de cet avis, il ne voyait pas l’utilité de se précipiter tandis que l’infirmier n’avait qu’une hâte, passer à la prochaine étape. « Je ne sais pas pour quand ce sera, la famille... » avoua-t-il malgré lui d’une intonation triste. « Ni même si ça arrivera un jour. » Son grand blond ne lui avait pas totalement fermé la porte mais il n’avait pas été très clair non plus dans son désir d’avenir. Sans doute préférait-il se laisser porter par l’instant présent, ce que lui ne savait pas faire. « Il a déjà un fils, tu sais… Je ne sais pas si je t’en ai déjà parlé ? » Lui et Evelyn papotaient tellement qu’il ne se souvenait pas toujours de ce qu’il avait déjà mentionné ou non. « Il s’appelle Harry, il a trois ans. Il a de gros problèmes de santé… Ça ne doit pas jouer en notre faveur non plus, j’imagine. » Si l’amitié entre Charlotte et Beckett avait été plus simple et saine et si l’enfant de cette dernière n’avait pas eu à subir toute la génétique consanguine qu’on lui avait imposée contre son gré, peut-être que leur relation amoureuse serait davantage fluide à cette seconde. « Bref… Si je peux compter sur toi, alors je suis rassuré ! J’espère bien que tu m’aideras à trouver de nombreux patients. » Ou même juste des patientes comme elle venait de l’énoncer. Il n’était pas discriminant quant aux profils de ces personnes.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
WB'S FAVORITE GRANDMA
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn Shearer

messages : 732
name : vodka paradise
face + © : liliane rovère
multinicks : aaron, jules, wayne

age (birth) : 80 ans et toutes mes dents ! (ou presque)
♡ status : veuve
work : anciennement pharmacienne, nouvellement cartomancienne
activities : tirer les cartes, faire des canulars téléphonique, faire pousser des courgettes, sortir dragibus
home : maison à Crescent Lane
points : 786
moodboard : You're up then you're down PDzIvBF
image : You're up then you're down TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : FR

You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down · Mer 15 Sep - 18:38
@Marley Denbrough

Évidemment que tu te soucies de la santé des tes proches et d’autant plus lorsqu’il s’agit de celle de ton infirmier. Si lui ne va pas bien, qui s’occupera de toi ? Heureusement, il semble s’agir d’un incident isolé et te voilà toute rassurée. Marley est un garçon sérieux et tu n’as nul doute quand au fait que tout ira mieux. En parallèle, il peut tout te dire s’il le veut. Tu es une tombe. Ou presque. Tout le monde sait que tu n’as pas ta langue dans ta poche et que t’es parfois un peu trop bavarde. Tu aimes bien commérer, c’est un fait. Mais tu ne t’en rends même pas compte. T’as l’impression de ne pas prendre part aux potins mais t’es parfois incorrigible. En revanche et contrairement à Agnes Baker, tu sais tenir ta langue lorsqu’il le faut et tu n’iras jamais dire du mal intentionnellement de quelqu’un. Sauf si cette personne l’a mérité. Ce qui n’est absolument pas le cas de ton infirmier qui te dévoile ses projets professionnels. – Si moi je peux pas me le permettre alors qui le peut ? – Tu déclares avec amusement, comme pour te défendre lorsqu’il relève que tu as insinué qu’il n’est plus tout jeune. En vérité, il l’est. Il n’a que la trentaine soit l’age de tes petites-filles. Tu disais ça dans le sens où il a l’age de se stabiliser et non plus d’exercer un métier aussi fatiguant et pouvant être nuisible pour sur son foyer. – Ça ne je peux pas te le dire.. Ou alors, il faudrait que je te tire les cartes. – Tu plaisantes car tu n’as nullement l’intention de le faire avec lui. Tu n’es pas assez en forme aujourd’hui pour faire appel à tes dons. – Mais il faut rester optimiste et si ça ne vient pas, ce n’est pas une fatalité en soit. – Tu relativises alors car t’as quand même mis les pieds dans le plat sans le vouloir. C’est plutôt intime ce genre de conversation et ton idée n’était pas de t’immiscer dans sa vie de couple. Et tu sais que ce n’est pas facile pour des personnes de même sexe d’enfanter même si les temps évoluent. D’ailleurs tu apprends que son compagnon est déjà père. – Ah non. Enfin je ne crois pas. – Est-ce que ta mémoire flanche ? Tu ne penses pas. Marley ne t’as visiblement jamais parlé de cet enfant, peut-être car il ne le considère pas réellement comme sien ? Ou bien car vous n’avez jamais eu ce type de conversation. Peu importe. Harry donc. Comme le sorcier célèbre ou bien le prince anglais. Il a des souci de santé le gosse en plus. Le pauvre. Il cumule. – Mon pauvre. Ça doit pas être facile tous les jours. – Tu ne sais plus vraiment quoi dire, un peu gênée face à toutes ces révélations soudaines. Tu imagines que ton chouchou subit un peu l’arrivée de cet enfant à la santé fragile dans sa vie. – Si jamais t’as besoin d’aide un jour pour le garder ou… rendre service, n’hésites pas. – Tu te rattrapes comme tu peux. T’as plus vraiment l’âge ni la patiente de t’occuper d’enfants en bas âge mais si tu peux aider ne serait-ce qu’une fois alors tu le feras de bon cœur. Même si, tu préferais aider ton infirmier autrement. A commencer par lui constituer une nouvelle patientelle face à son changement de cap professionnel. Il pourra compter sur toi et tu ne manques pas de le lui faire savoir. – Je te garanti pas de leur état de santé par contre. Et possible qu’il y en ait un ou deux qui soit agonisant. – On peut dire que tu sais donner envie lorsqu’il le faut. En même temps, t’es réaliste. Les problèmes de santé il y en a souvent bien plus chez les personnes âgées. Et heureusement d’ailleurs dans un sens. – Et puis.. je doute que tu trouves une autre mamie comme moi. – Bonne ou mauvaise chose ? A lui de te le dire. En attendant, tu le regardes se lever et préparer déjà ses affaires pour le reste de la journée.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



You're up then you're down Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: You're up then you're down ·
 
You're up then you're down
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: