sombre

hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-29%
Le deal à ne pas rater :
HOTPOINT H8A1ES – Réfrigérateur congélateur bas – 338L
352.99 € 499.99 €
Voir le deal

 there must be something in the water

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World

a man on fire × a violent desire
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Schaeffer

messages : 5110
name : corpsie.
face + © : j. lowden x me.
multinicks : isaac - larissa - maisie - peter - tony

age (birth) : 29 {11.06}
♡ status : bzz ❤ bzz.
work : handyman at the camp TL, part-time dad, full-time wanker.
activities : helping his friends & family out, annoying Marley, (still) making bad decisions.
home : a small house on crescent lane.
points : 6839
moodboard :
there must be something in the water Tumblr_pnn8meWBDm1uazunqo1_400
there must be something in the water Bee-bumble-bee

image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on [1/3] riley, rosalie.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· there must be something in the water · Ven 6 Aoû - 20:28

the king & the queeny
You could travel the world but nothing comes close to the golden coast;
Once you party with us, you'll be falling in love.


@Rosalie Svenson — August 3rd (2021)

L'été était chaleureusement installé sur la Côte Ouest depuis plusieurs semaines et la saison des vacances battait son plan au camp, ce qui offrait à Beckett des longues journées de travail. Plusieurs employés avaient mystérieusement disparu et les équipes réduites avaient obligé Milo à revoir la répartition des tâches. Bee en avait profité pour s'essayer à l'animation et force avait été de constater qu'il ne s'en sortait pas trop mal, son bagout l'aidant beaucoup dans cette mission. Parler à des inconnus lui était facile, leur tirer des sourires et des rires également. Certains s'étaient toutefois plaint de son côté un peu trop fantasque, ce qui l'avait mis temporairement sur le banc de touche. Malgré cela, ses journées de travail restaient longues et les instants partagés avec Marley se faisaient à nouveau rares, raison pour laquelle il avait été un peu frustré quand son petit ami lui avait envoyé un SMS, plus tôt, pour lui indiquer qu'il finirait tard et de ne pas l'attendre. Heureusement, Schaeffer pouvait compter sur la compagnie de sa cousine et colocataire du moment pour le distraire dès l'instant où il posait un pied à l'intérieur de chez lui. Ce lundi-là, il avait à peine eu le temps d'ôter sa veste que Rosalie lui avait sauté dessus pour lui faire part d'une soirée hyper importante qui avait lieu sur Portland. Une douche plus tard, il avait enfilé l'une de ses plus jolies chemises - « pour ne pas faire honte à la famille » - et s'était retrouvé côté passager dans la voiture clinquante de la blondinette. S'il était lui-même bavard, il n'eut pour autant pas l'occasion d'en placer une sur l'ensemble du trajet, ce qui lui convenait très bien car il adorait entendre sa cousine préférée jacasser et raconter ses aventures, pour le coup plus trépidantes que les siennes. Autrefois, il aurait pu lui faire concurrence, mais maintenant qu'il était un homme rangé, il passait presque pour un vieux croûton planplan en comparaison. Il profita d'un instant de calme – relatif, car Rosalie chantait à tue-tête par-dessus le tube qui passait à la radio – pour envoyer un texto à Marley pour l'informer qu'ils étaient sur Portland et qu'il pouvait les rejoindre après son shift s'il le souhaitait. Bee savait que les rapports entre les deux n'étaient pas les plus chaleureux, cependant il croyait encore à une possible amitié entre eux. Ils étaient des individus différents mais chacun était formidable, à sa façon, il ne cessait dès lors pas d'espérer. « Euh... Rosie... » Il se racla la gorge une fois arrivés devant la façade de l'établissement qui abriterait leur soirée d'enfer. « Tu as oublié de préciser que c'était dans un club de strip-tease... » Pas que ça le dérangeait, bien au contraire, son avis sur la nudité n'était que positif, néanmoins si son infirmier de petit ami apprenait qu'il mettait les pieds dans un tel lieu, nul doute qu'il finirait avec le cul hors du lit conjugal, et fissa. Il jeta un coup d’œil à son téléphone et réalisa, avec soulagement, qu'il n'avait pas encore envoyé le SMS avec l'adresse où ils pourraient se retrouver car il avait jugé préférable d'attendre la réponse positive de son compagnon. Ouf.

_________________
I'm just a man, it's all I am
The future & the past are falling through our hands & all we have is now. So take me as I am, cause it ain't easy. I know you see me.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Svenson

messages : 1528
name : castiells @ marido.
face + © : florence pugh ; une mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 26 ans, née le 8 aout 1995.
♡ status : aime les grosses bagnoles et les chaines en or.
work : championne féminine américaine en drift et égérie pour diverses marques.
activities : mettre le nez sous le capot, emmerder sa soeur, préparer des cocktails, multiplier les paires de chaussures plateformes.
home : crèche actuellement chez son cousin beckett.
points : 1776
image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1:2 free} : beckett, mack/hunter, susie, vince.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Lun 16 Aoû - 17:13
Loin de se laisser abattre par le cours tragique que sa vie avait pris depuis qu’on l’avait viré de chez elle, Rosalie tâchait de voir le côté positif des choses. Outre sa dignité bafouée à cause de racontars grotesques, elle avait perdu son petit confort de vie mais avait su rebondir auprès de son cousin chez qui elle squattait depuis plusieurs semaines. Ce n’était pas facile au quotidien, surtout à cause de Marley avec lequel elle partageait peu d’atomes crochus, cependant chacun faisait de son mieux pour ne pas marcher sur les platebandes de l’autre. Au pire des cas, elle pouvait toujours compter sur Beckett pour prendre sa défense – ou presque. Afin de se changer les idées – et par la même occasion de le dérider un peu – elle décida que ce soir ils sortiraient ensemble. Elle avait repéré un flyer dieu sait où lors d’une escapade récente et s’était dit que ça pourrait être sympa d’y aller ensemble. Aussitôt rentré du boulot, Beckett fut mis dans la confidence avant d’être embarqué dans la foulée pour une destination inconnue. Même si elle n’était pas du genre expansive (enfin tout dépendant de qui comment et pourquoi) elle était heureuse de le retrouver et de pouvoir compter sur lui. Ils avaient toujours été très complices durant leur jeunesse mais leur relation avait franchi un cap supplémentaire quand elle avait débarqué chez lui. Partir serait peut-être plus compliqué que prévu en définitive… Après quelques minutes à discuter en voiture – qui correspondaient surtout à des monologues de sa part - sur une musique relativement assourdissante, ils arrivèrent finalement à l’endroit escompté. Rosalie se gara où elle pouvait en prenant soin de ne pas abimer son bolide rose et sortit de là, toute guillerette. Pour l’occasion elle avait passé une robe assez courte qui mettait en valeur ses jambes au même titre que des chaussures plateformes dont elle raffolait. Sans être (trop) vulgaire, elle restait jolie à sa façon et ne passait pas inaperçue. En voyant la tête effarée de Beckett, elle ne put s’empêcher de rigoler d’un air moqueur. « Bah quoi ? Ce n’est pas parce qu’on est goal qu’on peut pas marquer. Et puis si je t’avais dit tu aurais refusé de venir. » La raison était évidente, Marley était visiblement jaloux – un point qu’ils avaient d’ailleurs en commun sans forcément en être conscients. Rosalie n’avait jamais réussi à supporter la gent féminine qui gravitait autour de Vince et ce y compris quand ils étaient en break. C’était irrationnel, on ne pouvait pas littéralement appartenir à quelqu’un ce qui ne la privait pas de taper des scandales dès qu’elle en avait l’opportunité. « Allez tu vas voir on va bien rigoler, ça va te faire du bien. Ce sera notre petit secret. » Ni une ni deux, elle l’attrapa par le bras pour le trainer à l’intérieur déjà convoité par la foule. Outre des individus en tenue légère, un DJ célèbre était supposé mixer un peu plus tard dans la soirée. « TU VEUX BOIRE QUOI ? » Obligée de crier à cause du bruit, elle se tourna vers lui tandis qu’ils se dirigeaient vers le bar encombré. Étant un peu célèbre dans les parages à cause des afters drift, elle alpagua immédiatement un des serveurs qui la connaissait pour prendre un cocktail. « Tiens, ce mec arrête pas de nous mater, tu le connais ? » Du menton, elle désigna un individu à quelques mètres de là qui aurait pu être à poil qu’on aurait pas vu beaucoup de différence vu le peu de tissus qu’il avait sur le dos.

_________________
 
a little bit dangerous but baby, that's how I want it, a little less conversation, and a little more touch my body 'cause I'm so into you.
a man on fire × a violent desire
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Schaeffer

messages : 5110
name : corpsie.
face + © : j. lowden x me.
multinicks : isaac - larissa - maisie - peter - tony

age (birth) : 29 {11.06}
♡ status : bzz ❤ bzz.
work : handyman at the camp TL, part-time dad, full-time wanker.
activities : helping his friends & family out, annoying Marley, (still) making bad decisions.
home : a small house on crescent lane.
points : 6839
moodboard :
there must be something in the water Tumblr_pnn8meWBDm1uazunqo1_400
there must be something in the water Bee-bumble-bee

image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on [1/3] riley, rosalie.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Sam 28 Aoû - 19:41
Beckett ne portait pas sur son visage qu’il avait un jour été un élève assidu et qu’il avait poursuivi des études supérieures, son côté franchouillard et débonnaire laissait sous-entendre qu’il avait l’équivalent d’un pois chiche dans le crâne, ce qui était loin d’être le cas. S’il approchait la trentaine et était papa, il se comportait toujours comme un gamin immature ce qui n’aidait pas à le prendre au sérieux. En dépit de tout cela, il avait souvent du mal à suivre les discours de sa cousine favorite. Cette dernière ne semblait pas comprendre le sens du terme « couple » et risquait de l’envoyer tout droit dans la gueule du loup. « C’est pas parce que t’es quoi que quoi ? » Il n’était pas féru de sports, il n’était pas certain de savoir de quelle position elle parlait. Ce dont il était certain, en revanche, que ce qui allait certainement marquer ce soir serait la forme des cinq doigts de la main de Marley sur la joue de son petit ami. Le regard azur de Schaeffer relut plusieurs fois le nom de l’établissement, puis il prit une profonde inspiration en y mettant un peu plus de bonne volonté au moment où elle le conduisait à l’intérieur. « OK ! » Il avait besoin d’énoncer son accord à voix haute pour le rendre réel. Il ne savait pas trop pourquoi il acceptait, Rosalie avait ce pouvoir de rendre les choses peu sérieuses, d’envoyer valser les conséquences. C’était la raison pour laquelle il l’hébergeait depuis plusieurs jours, et elle n’était pas un modèle de vertu, toutefois Beckett savait qu’il ne ferait rien qui pourrait porter préjudice à son couple. Il aimait Marley plus que tout. Pas sûr qu’il garderait le secret pour autant, l’infirmier avait le don pour découvrir les choses et mieux valait faire preuve d’honnêteté plutôt que de risquer de devoir justifier un mensonge par omission. « UNE BIÈRE ! » aboya-t-il en retour même s’il se trouvait littéralement à l’oreille de la jeune femme. Il attendit sagement – c’est-à-dire sans laisser son regard dévier sur les corps dénudés aux alentours – derrière sa cousine pour réceptionner sa chope et la leva devant elle. La lèvre supérieure plongée dans le breuvage, il tourna sur lui-même pour suivre son regard. Il avala une gorgée avant de hausser les épaules. « Ouais, c’est SunnyD ! Cherche pas, je crois qu’il a juste envie de savoir où tu as dégoté tes pompes pour s’acheter les mêmes ! » En tant qu’ancien travailleur de la nuit et membre de la communauté LGBTQ+ de Portland, il ne pouvait guère sortir sans croiser au moins une demi-douzaine de visages familiers. Rosalie n’était pas la seule à être dotée d’une pseudo célébrité dans le coin. La bière qu’il descendit de moitié et l’atmosphère électrique du club finirent par avoir raison de sa réticence à s’y trouver, Beckett commença à remuer les épaules au rythme de la musique. Il ne pouvait pas vivre dans la crainte d’une crise de jalousie de la part de son homme. Marley devait apprendre à lui faire confiance, d’autant plus quand ils avaient franchi des obstacles bien plus laborieux. En outre, il lui avait envoyé un SMS à leur arrivée, et si l'infirmier acceptait, il n'aurait pas d'autre choix que de lui donner l'adresse. Rosalie les conduisit vers une table libre, sur le côté de la scène centrale, et Bee se pencha sur elle tandis que les paroles de « Like A Virgin » de Madonna résonnaient dans la salle. « Je pourrais tout à fait faire ça, tu sais ! » plaisanta-t-il, la pudeur étant un concept abstrait pour le grand blond. « Je parie cinquante balles que toi t’en es pas capable, » la défia-t-elle, avec humour, car il n’avait aucune envie de voir sa petite cousine à poil se dandiner devant une foule en délire.

_________________
I'm just a man, it's all I am
The future & the past are falling through our hands & all we have is now. So take me as I am, cause it ain't easy. I know you see me.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Svenson

messages : 1528
name : castiells @ marido.
face + © : florence pugh ; une mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 26 ans, née le 8 aout 1995.
♡ status : aime les grosses bagnoles et les chaines en or.
work : championne féminine américaine en drift et égérie pour diverses marques.
activities : mettre le nez sous le capot, emmerder sa soeur, préparer des cocktails, multiplier les paires de chaussures plateformes.
home : crèche actuellement chez son cousin beckett.
points : 1776
image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1:2 free} : beckett, mack/hunter, susie, vince.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Mar 14 Sep - 15:31
Désormais sur les lieux de crime, Rosalie se fichait bien de savoir dans quel état et où ils finiraient cette nuit. Pour elle, c’était l’histoire de sa vie mais pour son cousin, les choses étaient complètement différentes. En faisant le choix de garder cette image du passé qu’elle avait de lui, elle occultait son nouveau statut de père en couple. Ce n’était pas conscient de sa part et peut être maladroit, toutefois il était trop tard pour les regrets. « Je t’expliquerais un jour. » Sans attendre de réponse de sa part, elle le tira par le bras à l’intérieur et fut aussitôt plongée dans l’ambiance grâce à la musique assourdissante. D’ordinaire, c’était en compagnie de Vince qu’elle sortait dans ce genre d’endroit où ils ne faisaient pas long feu car d’une manière ou d’une autre, cela se terminait toujours en dispute monumentale. Fort heureusement pour elle, Beckett n’était pas son petit ami caractériel et elle comptait bien s’amuser pour se changer les idées. Leurs boissons en main, ils trinquèrent à la perspective de passer un bon moment et Rosie descendit la moitié de son verre. Autour d’eux les corps s’agitaient dans tous les sens dans un ballet endiablé de paillettes, de nudité et de mouvements parfois explicites. « SunnyD ??? C’est quoi ce nom on dirait un truc de jus de fruit. » Elle jeta un coup d’œil au mec en question qu’elle dévisagea un instant – il dansait incroyablement bien et possédait une silhouette à se damner. « En tout cas il sait ce qu’il fait et s’il aime mes chaussures c’est qu’il a bon gout. » Ajoute-t-elle dans un petit sourire en remuant tout doucement sur la mélodie mue par un réflexe naturel. Cette obsession pour les plateformes avait commencé il y a quelques années à cause d’un complexe sur sa taille. Accessoirement, c’était assez pratique pour donner des coups de pied lorsqu’on la faisait chier ce qui arrivait assez fréquemment en réalité. La principale victime (qui en riait au demeurant puisqu’elle l’atteignait rarement) était Vince mais pas seulement. Nouvelle chanson, nouvelle rasade pour Rosalie qui décida ensuite de les mener vers une table libre en se frayant un chemin parmi la foule. « Faire quoi ? Monter sur la scène ? » En soi cela n’avait rien d’étonnant vu l’ancienne profession de son acolyte a présent rangé. Pour sa part, Rosalie n’était jamais contre un défi et voilà que Beckett venait de lui en mettre un sous le nez. Penser qu’elle allait se dégonfler était mal la connaitre. « Cinquante balles ? Tu me prends pour qui, augmente la mise et tu verras. » Suggéra-t-elle tout en chantant en cœur avec Madonna dont la voix emplissait l’espace pour le plus grand bonheur des gens dans la salle. « Non tu sais quoi je vais le faire, je vais te prouver que je n’ai pas peur. » Un air de défi sur ses traits, elle termina son cocktail et grimpa les escaliers de la scène principale pour rejoindre les plus téméraires mais également les danseurs professionnels qui se dandinaient à moitié à poil. Elle les accompagna en se collant à eux avant de faire sauter quelques boutons de son décolleté sous des applaudissements ravis. Cela dura plusieurs secondes jusqu’à ce qu’elle prenne un micro abandonné pour convier son cousin à s’approcher. « Beckett à ton tour maintenant de relever le défi. » Si le public s’était trouvé déconcerté par son intervention, il scandait maintenant le nom du principal concerné.

_________________
 
a little bit dangerous but baby, that's how I want it, a little less conversation, and a little more touch my body 'cause I'm so into you.
a man on fire × a violent desire
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Schaeffer

messages : 5110
name : corpsie.
face + © : j. lowden x me.
multinicks : isaac - larissa - maisie - peter - tony

age (birth) : 29 {11.06}
♡ status : bzz ❤ bzz.
work : handyman at the camp TL, part-time dad, full-time wanker.
activities : helping his friends & family out, annoying Marley, (still) making bad decisions.
home : a small house on crescent lane.
points : 6839
moodboard :
there must be something in the water Tumblr_pnn8meWBDm1uazunqo1_400
there must be something in the water Bee-bumble-bee

image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on [1/3] riley, rosalie.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Mer 15 Sep - 19:01
Pour une fêtarde, Rosie semblait ne pas connaître les bases du monde de la nuit. Les sobriquets ridicules et à connotation sexuelle étaient légion ; dans le cas de leur « ami » de la soirée, il s’agissait bien d’une allusion à une boisson diablement sucrée, car il se vantait « d’avoir bon goût et un goulot agréable à mettre en bouche ». Tout était dans l’humilité avec les connaissances nocturnes de Beckett. « Y a beaucoup de monde qui les aime ? » demanda-t-il avec un air circonspect, pour la taquiner plus que pour se moquer. Schaeffer n’était pas un type méchant qui jugeait les goûts d’autrui, bien au contraire, son ouverture d’esprit était immense. Les souvenirs qu’il avait de Rosalie étaient dénués de ses échasses qui formaient désormais une bonne partie de sa personnalité, il se remémorait une petite gamine hyperactive qui adorait les bêtises mais qui ne risquait pas de tomber de haut lorsqu’elle les faisait. C’était différent désormais, il éprouvait parfois de la peine pour ses chevilles quotidiennement sur-sollicitées. Les événements se déroulèrent ensuite à une vitesse folle, à leur image, et Bee se retrouva bien vite les yeux écarquillés à fixer la scénette la plus proche de lui, sur laquelle sa cousine venait de grimper pour se déhancher au rythme de la musique. « Putain de merde, » éclata-t-il de rire avant de taper dans ses mains, pour applaudir la performance autant que pour l’encourager, même si la jeune femme n’avait guère besoin de ça. Il fit semblant de se cacher les yeux lorsqu’elle déboutonna sa chemise et se fendit d’un nouveau rire, qui aurait été bruyant si le son de la musique n’avait pas déjà été aussi puissant autour de lui. « Quoi ?! Non ! » Le Bee d’antan ne se serait pas fait prier pour se donner en spectacle, celui d’aujourd’hui possédait sur son épaule droite l’ange Marley qui lui dictait de filer droit. Un large sourire aux lèvres, il croisa le regard de plusieurs clients enthousiastes qui l’encourageaient à y aller. « Ok, ok ! » A l’image de sa cousine, il n’eut pas besoin d’être poussé outre mesure pour capituler. Il lui tendit la main afin qu’elle l’aidât à grimper sur le podium et il prit ses marques l’espace d’un instant avant de se prendre au jeu, remuant les épaules dans un premier temps, puis d’onduler des hanches. Il se retourna sur Rosalie et se mit à chanter sur les paroles de Madonna tandis que ses doigts ouvraient le devant de sa chemise, dévoilant son torse non épilé – il avait arrêté au moment de sa reconversion professionnelle – et il osa davantage en déboutonnant son pantalon afin de dévoiler l’élastique de son boxer, sous les exclamations et les sifflets enjoués des spectateurs. Pris dans l’euphorie, il ne réfléchit pas aux effets dévastateurs que pourraient avoir le moindre enregistrement de cette performance si cela venait à parvenir sur les réseaux sociaux. Hilares, le duo retrouva finalement le chemin de leur table, où Beckett termina d’une traite sa chope de bière avant de proposer d’aller leur chercher du ravitaillement. « La même chose ? Fais attention à toi, j’ai vu plus d’un regard lubrique posé sur toi, de là-haut ! » Il la gratifia d’un clin d’œil complice puis brava la foule afin de leur dégoter deux nouveaux verres. Au comptoir, après avoir passé commande, il jeta un regard sur son téléphone et grimaça malgré lui. Marley. Il répondit à son compagnon qui souhaitait désormais les rejoindre et regretta amèrement son invitation initiale, conscient d’avoir signé son arrêt de mort. De retour auprès de sa cousine, il pouffa nerveusement de rire en remuant son téléphone sous son nez. « Oupsie ! J’ai donné l’adresse d’ici à Marley et je crois que je suis célibataire… » Il pinça les lèvres dans une expression faussement attristée, toujours un peu exalté par le show qu’ils venaient de donner et par la mauvaise influence de la jeune Svenson. « Je sais pas s’il va venir, cela dit… » Il eut à peine le temps de terminer son dernier mot que sa cousine s’emparait de son téléphone pour répondre à sa place. « Nan, arrête, Rosie ! » Il récupéra son bien et fit de son mieux pour contrôler la situation auprès de son petit ami, dont il pouvait renifler la colère à dix kilomètres à la ronde. Il referma sa chemise, qu’il avait quelque peu abandonnée en l’état suite à sa petite danse publique, et avala une dose de courage avec une rasade de bière. « A nous et à notre dernier verre avant la fin du monde, » trinqua-t-il, avec un large sourire légèrement crispé. Il savait que Marley exagérait en les menaçant, mais il le savait également capable de causer une scène ridicule, ce qu’il ne souhaitait pas le moins du monde. Cela donnerait raison à Rosie qui le considérait comme un être chiant et désagréable, ce qu'il n'était pas aux yeux de Beckett.

_________________
I'm just a man, it's all I am
The future & the past are falling through our hands & all we have is now. So take me as I am, cause it ain't easy. I know you see me.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : there must be something in the water IEaqqiI
image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Jeu 16 Sep - 11:38
Les mains fermement crispées sur son volant, au point de faire blanchir ses jointures, Marley fixait la route devant lui en marmonnant des sons incompréhensibles. Sans doute devait-il y avoir des « je vais la tuer » répétitifs dans le lot, comme il venait d’ailleurs d’en informer son petit ami par messages. Après la journée éreintante qu’il venait d’avoir, il avait tout sauf besoin d’une dose supplémentaire d’un stress qui faisait monter en flèche sa tension. Cela n’était pas arrivé depuis un moment, du moins pas avec une telle intensité et si rapidement. En l’espace d’une fraction de seconde, son sang s’était glacé, réveillant alors le monstre enfoui en lui et endormi jusqu’à présent. Rosalie allait finir par avoir raison de sa santé mentale et physique ; il ne tiendrait pas encore longtemps comme cela, il le savait. Essayant de travailler sur sa respiration, il pouvait toutefois sentir son rythme cardiaque s’accélérer et les battements de son cœur tambouriner douloureusement dans le creux de sa poitrine. Même s’il ne le faisait pas habituellement, principalement pour l’odeur, il s’alluma une cigarette et ouvrit en grand sa fenêtre, le temps de la fumer en quatrième vitesse. Une heure plus tôt, un important accident de la route s’était produit dans la ville de Portland, ce qui avait pas mal remué les urgences de l’hôpital dans lequel il travaillait. Le visage ensanglanté de cette jeune femme, de vingt-deux ans, lui revenait en mémoire. Arrivée dans un état grave, elle n’avait hélas pas survécu à son opération. Si en temps normal le jeune infirmier parvenait à dissocier son travail de sa vie personnelle, aujourd’hui il se sentait particulièrement vulnérable. Ses yeux bleutés s’arrêtèrent longuement sur ses mains, propres à cette seconde précise, mais qu’il persistait à visualiser parsemées de ce liquide rougeâtre. Un bruit de klaxon, émanant de la voiture juste derrière, l’informa que le feu venait de passer au vert et le contraignit à revenir dans l’instant présent. Une petite dizaine de minutes plus tard, il se garait sur le parking du club dans lequel les deux cousins se trouvaient. Debout face à la devanture, il poussa un profond soupir las. Lorsqu’il avait écrit ce SMS à Beckett, il ne s’était pas imaginé un tel contexte pour terminer sa soirée. Il ne plaisantait pas quand il avait clamé avoir besoin de s’amuser. Au lieu de cela, il devait jouer le rôle du parent relou et revêtir le costume d’un conjoint oppressant. Il l’était, assurément, néanmoins ce n’était pas ce qu’il avait souhaité pour lui, ou même pour sa moitié, ce soir. Les traits tirés, il pénétra dans l’établissement et fut immédiatement dérangé par la musique assourdissante. Il n’était vraisemblablement pas d’humeur festive, en attestaient son expression figée et le regard perçant avec lequel il mitraillait chaque client présent. Il tapa d’un coup sec la main d’un inconnu qui se posa malencontreusement sur son bras et n’eut guère besoin de se justifier verbalement pour lui faire comprendre qu’il devait dégager, et très vite. « Alors, ça t’amuse de traîner mon mec dans ce genre d’endroit ? » rétorqua-t-il avec colère, sitôt arrivé à leur table. « Espèce de petite... » Pute ? Connasse ? Salope ? « Garce, » finit-il par prononcer en croisant le regard inquiet de son homme, assis aux côtés de sa cousine. Ce n’était définitivement pas les noms d’oiseaux qui manquaient à son vocabulaire, toutefois, et pour Schaeffer, il contrôla sa langue de vipère un instant et tempéra ses mots. Tiraillé entre l’envie de les aligner tous les deux contre un mur pour les baffer à tour de rôle et celle d’écraser la tête de la blondinette contre la table, il croisa les bras contre son torse pour tenter de calmer le tremblement nerveux de ses mains. « Que tu foutes la merde dans le couple de ta mère, ça te regarde, j’en ai rien à foutre, mais je ne te laisserai pas t’immiscer dans le mien. Tu m’entends ? » La patience n’était pas une vertu dont il disposait au quotidien, sauf pour son travail d’infirmier qu’il prenait très au sérieux. Lorsqu’il était question de Beckett et de leur histoire, il ne laissait rien passer et démarrait au quart de tour. Telle une maman éléphante protectrice, il gardait précieusement son compagnon contre lui, en sécurité, et ne laissait rien ni personne l’atteindre. Beckett représentait la plus belle chose qui lui était jamais arrivée, par conséquent il était prêt à montrer les crocs face au moindre danger qui risquait de bousculer leur bonheur. « Et rhabille-toi un peu, merde. » souffla-t-il en détaillant son chemisier déboutonné. Cette fille n’avait-elle aucune décence ? Aux dernières nouvelles, elle ne travaillait pas dans ce club et ne pratiquait donc pas l’effeuillage. Il le saurait, autrement elle aurait suffisamment d’argent pour se loger elle-même.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Svenson

messages : 1528
name : castiells @ marido.
face + © : florence pugh ; une mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn.

age (birth) : 26 ans, née le 8 aout 1995.
♡ status : aime les grosses bagnoles et les chaines en or.
work : championne féminine américaine en drift et égérie pour diverses marques.
activities : mettre le nez sous le capot, emmerder sa soeur, préparer des cocktails, multiplier les paires de chaussures plateformes.
home : crèche actuellement chez son cousin beckett.
points : 1776
image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1:2 free} : beckett, mack/hunter, susie, vince.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Jeu 16 Sep - 17:57
Un seul verre avait suffi à désinhiber Rosie qui était aussitôt montée sur scène pour répondre au défi de son cousin. Là-haut, elle avait fait sauter quelques boutons de sa tenue très légère et s’était trémoussée sur le rythme de la mélodie. Quelques instants plus tard, elle fut rejointe par un Beckett encouragé par une foule en délire qui ne demandait pas mieux à voir que ces deux-là. Il ne fallut pas plus de temps à son cousin qu’à elle pour se mettre dans l’ambiance et jouer le jeu en se dessapant à moitié sous les applaudissements euphoriques. Rosalie, hilare, l’encouragea avant de danser à ses côtés jusqu’à ce que la chanson se termine. Épuisé le duo s’esquiva ensuite pour aller reprendre ses esprits ou plutôt pour se resservir une tournée. « Ok !!! » En attendant le garçon, elle s’enfonça dans la banquette en faisant mine de ne pas voir les regards aiguisés de certains qui passaient dans les parages. D’une part elle n’était pas intéressée et d’autre part, elle avait toujours Vince à l’esprit en dépit de leur énième break dans leur relation. Nul ne doutait qu’il aurait probablement pété un câble en assistant à tout ce petit cinéma mais c’était le cadet de ses soucis et il n’était pas là. Beckett de retour à ses côtés, elle chassa ses pensées tout en s’emparant de sa boisson. « T’as fait quoi ??? » Avait-elle bien entendu ses propos ? Marley allait-il vraiment débarquer ? Elle s’empressa immédiatement de récupérer son téléphone pour écrire des bêtises sous le coup de l’alcool et surtout parce qu’elle aimait faire chier l’infirmier. L’effet fut toutefois de courte durée grâce aux reflexes de son ainé. « À nous deux ! Heureuse de t’avoir connu mon cousin adoré. » Ils allaient probablement passer un sale quart d’heure si Marley mettait à exécution ses menaces, pour autant Rosalie s’en foutait complètement. Elle estimait ne pas avoir de compte à lui rendre et s’il ne comprenait pas qu’on pouvait s’amuser sans dépasser les bornes, ce n’était pas son problème. En parlant du loup, il venait justement de débarquer et vu la tête qu’il tirait, il était sacrément énervé.  Être rasoir ne suffisait pas, il fallait en sus qu’il casse l’ambiance. « Une boite de nuit tu veux dire ? » Lâcha t-elle naïvement sans ciller car elle n’avait pas peur de lui ni de qui que ce soit au demeurant. « Je crois que c’est pute que tu voulais dire donc vas-y, dis-le au lieu de te retenir ça te fera du bien. » Ce ne serait ni la première ni la dernière fois qu’on l’insultait et ça lui passait par-dessus la tête. En revanche elle était curieuse de connaitre la réaction de Beckett sur le sujet. « Ferme là un peu et détends toi au lieu de parler de choses qui ne te regardent pas. Laisse ma mère en dehors de tout ça, quant à Beckett il est suffisamment grand pour faire ses propres choix. C’est pas de sa faute si t’es chiant à mourir et que tu sais pas t’amuser. » Dans les faits, ils n’avaient rien fait de très répréhensible dès lors la jalousie de Marley lui paraissait être disproportionnée. Un comble pour celle qui vrillait quand on s’approchait trop près de son cher et tendre. « Pourquoi ? T’as un problème avec la nudité ? Et là c’est mieux ? » Par provocation elle fit exprès de descendre son haut, exhibant ainsi son soutien-gorge à la vue de tous. « Prends un verre ça te fera du bien. » Ajouta-t-elle en descendant le sien d’une traite.

_________________
 
a little bit dangerous but baby, that's how I want it, a little less conversation, and a little more touch my body 'cause I'm so into you.
a man on fire × a violent desire
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Schaeffer

messages : 5110
name : corpsie.
face + © : j. lowden x me.
multinicks : isaac - larissa - maisie - peter - tony

age (birth) : 29 {11.06}
♡ status : bzz ❤ bzz.
work : handyman at the camp TL, part-time dad, full-time wanker.
activities : helping his friends & family out, annoying Marley, (still) making bad decisions.
home : a small house on crescent lane.
points : 6839
moodboard :
there must be something in the water Tumblr_pnn8meWBDm1uazunqo1_400
there must be something in the water Bee-bumble-bee

image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on [1/3] riley, rosalie.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Jeu 16 Sep - 18:54
Malgré le ton humoristique dont ils faisaient usage pour trinquer, Beckett avait un mauvais pressentiment et sa gorgée de bière eut une saveur amère. Il envoya néanmoins un sourire amusé en direction de sa cousine préférée, conscient qu’il s’inquiétait un peu trop ; Marley n’était pas un monstre, il avait calmé sa jalousie au fil des mois, il n’y avait pas de raison pour qu’il piquât une crise en plein milieu du club. Il devait lui faire davantage confiance, lui conférer plus de crédit.  La moitié de son deuxième verre avalée, il trouva enfin les mots pour tenter de justifier les réactions potentielles de son petit ami auprès de Rosalie, cependant il n’en eut pas la chance car ce dernier se manifesta devant eux, enveloppé d’un halo de colère et un paquet de noms d’oiseaux à leur envoyer dans son escarcelle. Dans un mouvement instinctif, Bee se hissa sur ses pieds pour se tenir aux côtés de son compagnon et essaya d’en placer une, ce qui ne fut guère une tâche aisée au vu du bruit ambiant et de la faculté partagée par les deux antagonistes à monopoliser la parole. « Wowowo… » Seules des onomatopées parvenaient à se glisser à travers la joute verbale et, après une longue hésitation, il plaça une main dans le bas du dos de son petit brun favori pour essayer de le ramener à lui, émotionnellement. « Est-ce que vous pouv… » Si elle avait amplement raison de se défendre – et qu’elle l’aurait fait eut-elle été en tort – Rosalie fit la terrible erreur de s’attaquer personnellement à Marley en l’accusant d’être ce qu’il n’était pas. Le rouge – d’embarras ? de colère ? – monta aux joues de Beckett, qui avait presque mal à la nuque de suivre l’échange encore plus animé qu’une finale de l’US Open. « Stop ! » hurla-t-il en levant ses mains entre les deux individus, l’une d’elle plaquée sur la poitrine de Rosie afin de la dissimuler au plus grand nombre. A nouveau, Rosalie et Beckett se retrouvaient sous le feu des projecteurs, mais de manière beaucoup moins sympathique cette fois-ci. Fourrant sa bière dans les mains de Marley et embarquant le cocktail de Rosalie, il les somma de s’éloigner pour retrouver un coin plus calme, dans le couloir qui menait aux toilettes et qui était pris d’assaut par un couple qui se roulait des pelles comme si leurs vies en dépendaient. « Hé… on va se calmer, respirer un bon coup et se réhydrater un peu, ok ? » Il sentit la blondinette prête à rétorquer donc il lui fit les gros yeux et leva son index devant son visage. « Tut ! Bois. » Cela lui libérerait quelques secondes pour gérer un tant fût peu le cas Denbrough. « Elle ne m’a pas forcé à venir ici, ok ? Elle l’a maladroitement expliqué mais elle n’a pas tort, je suis un adulte et je sais décider par moi-même. » La maladresse était un trait de famille. Il coula un regard pour vérifier que Rosalie ne grimaçait pas trop derrière lui avant de glisser une main dans la nuque de son compagnon. « Tout va bien, Babe, je t’assure que tu n’as rien à craindre. » Depuis le temps, Marley devait savoir qu’il n’avait d’yeux et de sentiments que pour lui. Il pencha la tête sur le côté, son pouce caressant ses petits cheveux, son regard de chien battu en pleine action. Il se recula ensuite pour attraper Rosie par les épaules, créant un lien humain entre les deux. « Est-ce que chacun peut mettre de côté son caractère de cochon pour passer une soirée agréable ? La musique est sympa, l’ambiance aussi, il n’y a aucune raison de ne pas passer un bon moment… » Il avait à peine terminé sa phrase qu’un grand échalas, qui devait faire une tête de plus que lui et une dizaine de kilos de moins, s’exclama d’une voix suraigüe : « Oh ! Mais vous avez un pote ! Tu t’es pas désapé, toi, il me semble ! » Il ricana en donnant une tape sur le postérieur de l’infirmier tandis que toute couleur s’évaporait du visage de Beckett. « Putain… » murmura-t-il en échangeant un regard inquiet avec la jeune Svenson.

_________________
I'm just a man, it's all I am
The future & the past are falling through our hands & all we have is now. So take me as I am, cause it ain't easy. I know you see me.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Marley Denbrough

messages : 4921
name : sissi.
face + © : h. treadaway + © corpsie & rioliv.
multinicks : alvin, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 33. (05/04)
♡ status : I love you more than bees love honey.
work : nurse in portland.
activities : smoking cigarettes, being grumpy and in love, learning to appreciate life.
home : small house on crescent lane.
points : 7329
moodboard : there must be something in the water IEaqqiI
image : there must be something in the water TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : zélie, evelyn.

there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water · Jeu 16 Sep - 22:38
Plus les secondes passaient et moins il comprenait comment Beckett pouvait apprécier la compagnie puérile de sa cousine. Il avait l’impression d’être le seul adulte responsable dans ce trio détonnant et ce n’était définitivement pas agréable, dans un tel contexte. Il savait s’amuser, sans doute un peu trop d’ailleurs, mais ça, Rosalie l’ignorait. Et il préférait que cela reste ainsi. Compte tenu de son attitude envers lui, la blondinette utiliserait forcément à tort et à outrance une telle information à son sujet. Tout ceci relevait du personnel, par conséquent il espérait que Beckett ne lui avait pas parlé de son passif de drogué, principalement par respect pour lui. La couleur bleutée de ses yeux devait probablement tanguer vers un rouge vif à cette seconde précise, tant la colère qu’il éprouvait pour la jeune femme était grande. Miss Grande Gueule ne cessait de se justifier et surenchérissait toujours plus alors que tout ceci était de sa faute, du moins dans l’esprit de l’infirmier. Une boîte de nuit aurait été nettement plus appréciée, songea-t-il, à la suite de sa réponse désinvolte. Ce strip club donnait une ambiance presque glauque à la situation. A quel moment s’étaient-ils dit que fréquenter un tel endroit en famille était une bonne idée ? Cela le dépassait grandement et il préféra balayer rapidement cette pensée fugace de son esprit avant de s’énerver davantage. « Ouais, pute, c’est le mot, » lâcha-t-il avec un certain détachement dans la voix. Il venait de prononcer le mot, hélas il ne se sentait guère mieux, comme avait pu le suggérer Rosalie juste avant. Il ne put malheureusement pas poursuivre leur petit jeu de ping pong car Beckett s’était désormais interposé entre eux. Si jusqu’à présent il ne s’était pas trop attardé sur son petit ami, son cri eut toutefois le mérite d’attirer son attention. Tout comme la bière qu’il lui fourra dans la main, de manière inexpliquée. « Je suis hydraté, » marmonna-t-il après avoir suivi son conjoint dans un endroit plus isolé. Oui, il était hydraté et son cerveau était convenablement oxygéné, contrairement à certains. « Je sais que tu peux décider par toi-même mais… pourquoi accepter de venir ici ? Pourquoi faire ça ? » C’était incompréhensible selon lui. Il existait bien des manières de s’amuser en famille, beaucoup n’impliquaient pas de retirer une couche de vêtements. Attendri l’espace d’un instant grâce à la douceur de ses gestes, il poussa un petit soupir et secoua la tête. « Je veux qu’elle parte de chez nous… et vite… » murmura-t-il très faiblement pour n’être entendu que par sa moitié. Leur moment d’intimité fut de courte durée, ce qu’il déplora d’ailleurs, car déjà il était à nouveau question de sa cousine. « Il n’y a aucune raison de ne pas passer un bon moment ? Tu plaisantes, j’espère ? » Ces deux-là se détestaient amèrement. Pourquoi diable voulait-il à ce point forcer les choses entre eux ? Il ne faisait qu’aggraver la situation en voulant les obliger à se supporter contre leur gré. Un quatrième larron se mêla alors à leur petit groupe et le sang de Marley ne fit qu’un tour. Les yeux écarquillés et braqués sur Beckett, il serra ses poings et prit une profonde inspiration. Cet individu un peu trop festif et familier venait-il vraiment de lui mettre la main au cul ? Il se tourna vers l’homme, bien plus grand que lui, et l’agrippa par le maigre bout de tissu qui couvrait approximativement le haut de son corps, prêt à lui mettre son poing dans la tronche, mais il n’en fit rien. Il expira fortement, relâcha leur nouvel ami et lui tapota le torse. « Pardon... » lui dit-il, d’une voix plus calme, malgré un sourire crispé. « C’est quoi cette histoire ? Je suis pas au courant. » poursuivit-il, toujours avec ce sourire forcé, sans doute pour mettre l’homme à l’aise. « T’es en train de dire que ces deux-là se sont déjà déshabillés ? Intéressant... » Il les jaugea tous les deux du regard et pinça les lèvres. On lui demandait de leur faire confiance alors qu’une partie de leur soirée lui avait été volontairement dissimulée. Il était déçu et, au lieu de s’emporter à nouveau inutilement, il opta pour une autre tactique ; agir de manière inattendue, être là où on ne l’attendait pas. « Allez, c’est parti ! Amusons-nous alors ! Je commence tout de suite ou… ? » demanda-t-il en retirant déjà son t-shirt après avoir rendu sa bière à son propriétaire. Il ignorait que les deux comparses étaient au préalable montés sur scène pour se dandiner donc il faisait ça là, au bout milieu d’un couloir, visiblement réservé aux roulages de pelles. Il posa soigneusement son vêtement sur l’épaule de son petit ami puis glissa son bras sous celui du grand échalas qui l’entraînait déjà joyeusement au cœur des festivités.

_________________

-- Tired of empty conversation,'cause no one hears me anymore.
I used to crave the world's attention. I think I cried too many times. I just need some more affection, anything to get me by.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



there must be something in the water Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: there must be something in the water ·
 
there must be something in the water
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: