sombre

hell to the liars

Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS,
vous pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de vous
lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos demandes
/idées/doutes dans la partie aide à la création . Plusieurs
pré-liens sont également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions, n'hésitez pas à
les poser dans ce sujet ou si vous voulez passer par MP,
veuillez contacter le staff sur le compte @The Observer.
home sweet home

Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Sage Anderson

messages : 70
face + © : Christina Nadin ©labxnairs
multinicks : koa thompson

age (birth) : 29 yo
♡ status : single
points : 385
image : wave after wave TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

wave after wave Empty
Revenir en haut Aller en bas
· wave after wave · Sam 21 Aoû - 0:25

« Arrêtes de te faire du mal. »

Il ne comprenait pas, mais elle ne lui en voulait pas. Dès qu’elle était arrivée en Oregon, et s’était installée chez son oncle à Windmont Bay, l’une des première chose que Sage avait recherché était le chemin de la plage la plus proche. L’attrait de l’océan. Encore, toujours et à jamais. Malgré son accident elle ne pourrait jamais tourner le dos à l’immensité de la grande bleue. C’était presque physique, elle avait besoin de cette proximité avec l’océan. Toute sa vie s’y résumait. C’était un point d’ancrage bien qu’elle soit à plus de onze mille kilomètres de son lieu de naissance.
Tous ses problèmes semblaient disparaitre quand elle apercevait même de loin la grande étendue d’eau. Oui pour l’instant il n’était pas vraiment question de remettre les pieds sur une planche de surf… Alors elle attendait patiemment depuis la plage, des fois plusieurs fois par jour, comme si elle avait fait gage de fidélité à l’éphémérité de chaque vagues.

Ce matin, c’était encore la même chose. Réveillée par ces habituelles impatiences dans les jambes, Sage s’extirpait de la chaleur de son lit sur les coup de cinq heures du matin. Horaire qu’elle ignorait alors qu’elle enfilait un jogging de couleur sombre dépareillé à un immense sweat vintage jaune poussin.
Poussée par ce besoin de sentir la brise marine sur son visage encore tiède de sommeil, elle quittait son appartement à la hâte. Les crissement provoqués par les semelles de ses vans sur le bitume raisonnaient dans les rues silencieuses de la petite bourgade oregonnaise. Windmont bay dormait encore, plongé dans un silence que certains auraient trouvé inquiétant, pas que la petite ville soit beaucoup plus vivante aux heures d’activités habituelles. Sage s’y était faite, elle qui était pourtant habituée à l’effervescence constante de Sydney, et bizarrement elle se plaisait à Windmont Bay. Elle aimait l’atmosphère qui y régnait, tout le monde semblait se connaitre, un peu comme une grande famille. Une vision que son oncle qualifiait de naïve. Sceptique invétéré à l’inverse de sa nièce, il se méfiait de tous ces sourires qu’il qualifiait d’hypocrites, ce n’étaient que des masques, avançait-il même, méticuleusement confectionnés de toutes pièces.
Mais ce que Sage appréciait tout particulièrement était l’anonymat dont elle jouissait ici. Personne ne la connaissait à Windmont Bay, c’était un nouveau départ offert sur un plateau en argent. Elle avait la possibilité de se réinventer sans que personne ne la juge. Pour l’instant elle ne savait ni vers quel domaine ou type d’activité se tourner, et poursuivait ainsi son congé sabbatique, si on pouvait appeler ça ainsi.

Profond soupire de soulagement alors qu’elle arrivait aux abords de la côte. Premier sourire de la journée alors qu’elle ôtait déjà ses chaussures pour descendre sur la plage, enfonçant ses pieds dans le sable froid et humide. D’un point de vue externe, on devait clairement la prendre pour une folle, souriant toute seule, pieds nus sur la plage à six heures du matin, les cheveux à moitié relevé dans un chignon on ne peut plus négligé, qu’elle n’avait prit la peine d’arranger depuis son réveil. Elle n’avait pas vraiment conscience de sa dégaine, mais très honnêtement, elle n’en avait pas grand chose à faire.

S’asseyant dans le sable, elle observait bientôt le jour pointer le bout de son nez à l’horizon. Nouveau petit sourire, presque imperceptible, provoqué par ce sentiment de sérénité, de gratitude grandissant quelque part dans sa cage thoracique. Elle en avait vu des milliers, et pourtant elle éprouvait toujours la même chose face à ce spectacle qu’elle jugeait particulièrement précieux. Mais bientôt une silhouette évoluait dans son champs de vision. L’homme…? Oui il s’agissait bien d’un homme — ramait vers le large avec méthode. Intriguée, Sage le suivit du regard, toute sa session durant. Sa technique était bonne. Elle n’avait jamais croisé de surfeur depuis qu’elle était à Windmont, si ce n’était les gamins du secondaire boire la tasse en sortie scolaire sur des planches en mousse. Elle eu un petit pincement au coeur en regardant l’inconnu évoluer sur les vagues. Elle l’enviait tellement, ses jambes la démangeait à nouveau.
« Arrêtes de te faire du mal. » La voix de son oncle résonnait dans sa tête bien qu’elle ne puisse se résoudre à détourner le regard et à rentrer chez elle.

Hey !

C’était sortit tout seul. Il était trop tôt pour tout type de coordination avec son cerveau et sa propre bouche. Sage l’enfant, l’élève dissipée, le retour. Assume ma grande, il n’y a pas un chat sur cette plage c’est sur qu’il t’a entendu. La brune faisait un petit geste de la main —signifiant que oui, obvious, c’était bien elle qui avait ouvert sa grande bouche — au jeune homme qui sortait tout juste de l’eau, remontant la plage vers ce qui devait être ses affaires quelques mètres plus haut.

Tu viens souvent ici? Je ne t’ai jamais vu… Fin depuis que… Je veux dire… —la jeune femme poussait un petit soupire, comme si elle s’agaçait elle même. Elle vomissait des mots que son cerveau ne semblait pas avoir assimilé en amont. Wow désolée… Ce n’est absolument pas une pick up line d’ailleurs hein ! — rires. C’est dommage le vent à tourné alors que t’était à ça…d’un aerial parfait !! —elle enchainait, toujours hors sujet avec beaucoup d’enthousiasme pourtant, alliant le geste à la parole en levant la main, pinçant à peine son pouce et son index à la hauteur de son visage. T’as vraiment dit ça ? Mon dieu, pour qui tu te prend Sage vraiment? L’arrogance c’est nouveau ou…? Je suis désolée ! —ajoutait-elle en baissant les yeux, de peur d’avoir insulté l’inconnu en jugeant sa session, dont elle n’avait perdu une miette. Je m’appelle Sage…? Et… Tu surfes très bien ! —ponctuait-elle finalement dans un murmure sincère, relevant le regard vers son interlocuteur, hasardant un sourire timide.


@Basil Cavendish

_________________
i will hold on tighter 'til the afterglow

and we'll burn so bright 'til the darkness softly clears.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Cavendish

messages : 2321
name : sissi.
face + © : j. bailey - © mine & tumblr.
multinicks : alvin, efrem, marley, jinho.

age (birth) : 32 - 05/03.
♡ status : floraison printanière.
work : jardinier paysagiste + pompier volontaire.
activities : faire du vélo, entretenir son potager, jardiner, s'occuper de ses nièces, être attachiant.
home : une petire maison sur bridgewater way.
points : 1244
image : wave after wave TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

wave after wave Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: wave after wave · Dim 22 Aoû - 19:35
Lorsque ses pieds nus entrèrent en contact avec le sable – encore frais – Basil prit une profonde inspiration qu’il expira presque aussitôt. Il était encore tôt, peut-être même un peu trop pour certains, et c’était précisément ce qui plaisait au jeune homme matinal. Sa profession de jardinier le contraignait à un emploi du temps bien particulier, qui impliquait souvent de se lever aux aurores. Avec les années, il avait pris l’habitude en plus de tirer un gros avantage à ces nombreux réveils difficiles. La beauté de Windmont Bay et de ses environs suffisait à le motiver à mettre un pied devant l’autre chaque matin, principalement les jours où la météo était clémente, comme cela semblait être le cas aujourd’hui. Loin d’être un grand sportif, c’était avant tout la vie de tous les jours et le travail en extérieur qui avaient su façonner sa silhouette naturellement musclée. Il n’avait, pour ainsi dire, jamais foulé le plancher d’une salle de sport de toute sa jeune existence, et ne comptait pas le faire. S’il aimait bouger et se défouler, il le faisait uniquement dehors et adaptait ses activités aux décors qui l’entouraient. Le surf avait sans conteste la place la plus chère et la plus importante dans son cœur. Malheureusement il ne possédait pas dans son entourage des proches, des amis ou même de la famille, partageant cette passion aquatique qu’il se devait donc de pratiquer seul. Sous un ciel bleu – bien que sombre à cette heure-ci – et très peu nuageux, il déposa ses effets personnels dans le sable avant d’aller embrasser les quelques vagues que l’océan voulait bien lui offrir. Ils étaient peu nombreux à se trouver sur la plage à ce moment précis, la plupart des lève-tôt présents étaient des joggeurs, des habitués pour la grande majorité. Ce n’était ni Hawaï ni l’Australie, pour autant le petit brun apprécia cette demi-heure qu’il s’octroya en mer, avec sa fidèle planche blanche qui le suivait depuis de longues années. Une fois sorti de l’eau (très fraîche à ce moment de la journée), il retira le haut de sa combinaison et marqua une pause lorsqu’il entendit une voix féminine le héler. « Hey... » répéta-t-il instinctivement et bien plus faiblement qu’elle, elle ne devait d’ailleurs pas avoir entendu sa réponse. Par réflexe, on ne savait jamais, il se tourna et regarda derrière lui pour s’assurer qu’il ne faisait pas fausse route. Le signe de la main qu’elle lui adressa par la suite confirma qu’il était bien le destinataire de ce fameux hey enthousiaste. Sociable, il planta sa planche dans le sable, attrapa sa serviette puis entreprit de parcourir les quelques mètres qui les séparaient. « Salut, » dit-il, simplement pour se montrer courtois. Basil était un homme un peu naïf et très peu méfiant, il ne s’imaginait pas un seul instant que cette personne puisse être dangereuse d’une quelconque manière. Pourtant, il n’avait pas l’habitude d’être accosté à six heures du matin. La jeune inconnue prit alors la parole et se mit à déblatérer tout un tas de mots qui l’amusèrent et le firent sourire largement. Elle donnait l’impression d’être gênée pour une raison qui lui échappait, par conséquent il ne tenta pas de l’interrompre et la laissa aller jusqu’au bout de sa pensée. « Enchanté Sage, moi c’est Basil, » souffla-t-il, toujours avec ce fin sourire amusé. « T’es sûre que ça va ? » demanda-t-il ensuite. Cette rencontre fortuite avait des allures de drague du dimanche, il le concevait, toutefois à en juger par la gêne palpable de la demoiselle, il doutait fortement que cela soit le cas à cette seconde précise. De plus, elle semblait avoir des connaissances certaines en surf, ce qui le mit alors sur la piste. C’était sans doute la raison pour laquelle elle l’avait approché. « Je viens ici plusieurs fois par semaine, oui… Parfois l’après-midi mais surtout le matin en fait. » Il jeta un rapide coup d’œil autour d’eux pour savourer un court instant le calme alentour. « Dis-moi si je me trompe mais ça t’arrive aussi de venir traîner sur la plage, non ? » Étourdi par nature, il pouvait néanmoins se targuer d’être physionomiste, il était persuadé d’avoir déjà croisé la brunette par ici. « Je ne t’ai jamais vue avec une planche, tu préfères regarder que pratiquer ? » s’enquit-il, sans savoir qu’il mettait peut-être les pieds dans le plat.

_________________

-- They tell you that the sky might fall.
So take me up high, take me down low. Where it all ends nobody knows. But until then let's have some fun.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Sage Anderson

messages : 70
face + © : Christina Nadin ©labxnairs
multinicks : koa thompson

age (birth) : 29 yo
♡ status : single
points : 385
image : wave after wave TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

wave after wave Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: wave after wave · Dim 29 Aoû - 17:45
Concernant Sage, on pouvait parfois même parler d’hyperactivité verbale. On finissait par s’y habituer. Mais il est vrai que dernièrement ses interactions sociales en général avaient été plus que limitées. La jeune femme avait toujours débordé de vie, et ce depuis gamine, ne donnant pas la force à ses parents de lui offrir ni frère ou soeur. Pourtant elle aurait adoré. Syndrome de l’enfant unique, elle cherchait constamment à combler ce vide. De manière presque exacerbée elle s’était tissé un réseau social vivant plus jeune, scellant des amitiés à tout va, au moindre feeling ressenti. Bien qu’il ne s’agissait d’une quête de popularité, elle l’était devenue —populaire— dans sa quête de reconnaissance. Divorce puis perte de sa génitrice, elle cherchait désespérément une balance dont elle ignorait le fonctionnement et les composants. L’australienne pensa longtemps à tort qu’elle était vivante au travers de son entourage, qu’elle se nourrissait de l’énergie d’autrui. La prise de conscience — quand au caractère égoïste de ce fonctionnement fut tardive mais eut éventuellement bien lieu. Brutale, elle le fut. Sage aurait préféré qu’il en soit autrement, que tout son équilibre ne soit pas chamboulé d’un coup, qu’il soit psychique comme physique. La solitude la frappa, n’ayant comme source d’énergie que sa propre personne, il lui fallu se rendre à l’évidence. Cette balance était une illusion parfaite dont elle même s’était persuadée du bon fonctionnement. Il fallait impérativement cesser de se voiler la face et tout repenser.
Une seconde naissance donc. Réapprendre à marcher, réapprendre à vivre et à penser ses relations  sociales. Sage retenait d’ailleurs un soupir de soulagement face à la réponse de son interlocuteur. Bon il fallait vraiment qu’elle apprenne à penser avant de l’ouvrir mais il ne semblait pas — encore— la prendre pour une folle, ce qui la fit sourire plus largement. Elle acquiesçait à l’entente du prénom du surfer, comme si elle emmagasinait déjà l’information, puis hochait vivement la tête signifiant que oui, elle allait bien juste… Pas réveillée.

Ok ! Cool… Très cool même ! Oui le matin je comprend parfaitement… Je préfère aussi… -elle ajoute même dans un murmure à peine audible alors qu’elle détourne le regard. La jeune femme s’éclaircie discrètement la gorge, masquant ainsi l’affaiblissement de son sourire. Elle mordille bientôt sa lèvre inférieure, hésitante sur la réponse qu’elle fournira au dénommé Basil. Elle ne le connait pas, la raison de sa présence sur la terre ferme est personnelle quand on y pense. Mais surtout Sage n’aime pas vraiment en parler car cette information vient souvent altérer le regard d’autrui à son égard. L’australienne n’aime pas être catégorisée comme une victime, si toute chose elle est une survivante, une battante. Elle aimerait éviter d’avoir à rentrer dans les détails, mais quelle version pourrait-elle lui fournir sans avoir à évoqué son accident? Fallait y penser avant de parler de surf, dummy

Hmmm… Oui je viens souvent ! C’est mon petit rituel… —elle s’essaye à nouveau sourire timide alors qu’elle glisse ses mains dans ses cheveux pour les relever en une queue de cheval peu sophistiquée, gagnant quelques secondes supplémentaires. On a eu un petit accrochage tout les deux… —elle désigne l’immensité de l’océan d’un mouvement du menton, résumant son accident à un incident presque insignifiant bien qu’il ai remit sa vie en jeu. Initialement je préfère pratiquer, crois moi ! —elle laisse échapper un petit rire discret alors que ses iris verts se reportent sur son interlocuteur. Mais pour l’instant je ne suis pas vraiment sur une « forme optimale » comme dirait mon kiné… Donc dans le meilleur des scénarios on parle de quelques mois, dans le pire… —l’australienne prend une grande inspire, son petit nez marqué de tâches de rousseurs froncé jusqu’a ce qu’elle expire dans un haussement d’épaules désinvolte. Elle a un geste vague comme pour balayer de la table la possibilité —a laquelle elle se refuse même de simplement penser— qu’elle ne pourrait jamais remonter sur une board de sa vie.


@Basil Cavendish

_________________
i will hold on tighter 'til the afterglow

and we'll burn so bright 'til the darkness softly clears.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Basil Cavendish

messages : 2321
name : sissi.
face + © : j. bailey - © mine & tumblr.
multinicks : alvin, efrem, marley, jinho.

age (birth) : 32 - 05/03.
♡ status : floraison printanière.
work : jardinier paysagiste + pompier volontaire.
activities : faire du vélo, entretenir son potager, jardiner, s'occuper de ses nièces, être attachiant.
home : une petire maison sur bridgewater way.
points : 1244
image : wave after wave TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

wave after wave Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: wave after wave · Mer 15 Sep - 18:45
C’était agréable de pouvoir échanger sur l’une de ses passions – car oui, Basil en possédait un certain nombre au final – avec une parfaite inconnue. Sociable, il n’éprouvait aucune difficulté à approcher une personne qu’il ne connaissait absolument pas pour s’entretenir avec elle, sur un sujet sérieux comme futile. Visiblement, dans le cas présent, quelque chose de plus profond se dissimulait derrière cette conversation à l’allure plutôt banale. Si jusqu’alors il n’était pas parvenu à mettre le doigt dessus, la jeune femme s’apprêtait très prochainement à éclairer sa lanterne, difficilement certes, mais les mots (qui semblaient auparavant bloqués au fond de sa gorge) finirent toutefois par sortir de sa bouche. Sage était venue volontairement à sa rencontre, il n’avait aucunement initié leur discussion, par conséquent il peinait un peu à comprendre d’où provenait l’obstacle qui se dressait entre eux. Avait-il dit ou fait quelque chose qui puisse la mettre mal à l’aise ? Il ne l’espérait pas car, depuis le début de leur échange, le jardinier se comportait de manière avenante et naturelle, comme il l’aurait fait avec n’importe quel individu, de son entourage ou non. A sa connaissance, il n’était pas un weirdo ou même un homme creepy que les femmes fuyaient. Sans doute pouvait-il parfois agir de façon idiote, notamment sous l’emprise de l’alcool, mais son comportement n’était jamais volontairement méchant ou même dérangeant. La seule personne qui réussit à faire ressortir des traits de sa personnalité qu’il ne soupçonnait pas, c’était Imran, son ancien compagnon. Pour le reste de la population terrestre, il prenait le visage d’un jeune homme serviable, toujours souriant, à l’écoute, rieur et positif. Même si son interlocutrice refusa de donner les détails et circonstances de la raison qui l’obligeait à rester sur le sable, il comprit rapidement qu’un accident était la cause de toute cette situation. Elle avait probablement raison de ne pas se confier ouvertement à lui, après tout ils ne se connaissaient pas le moins du monde. Toutefois Basil était un être tellement bavard – et une bonne pâte, il fallait bien l’avouer – qu’il n’aurait éprouvé aucune gêne à l’idée d’échanger sur un sujet plus intime avec la demoiselle. Raconter ses expériences personnelles à un inconnu ne représentait cependant pas une activité naturelle à une heure si matinale de la journée. « Oh, je vois... » répondit-il, avec un petit sourire compatissant. « J’espère que tu seras vite remise et que tu pourras prochainement reprendre le surf. » La convalescence pouvait prendre du temps, il fallait savoir faire preuve de patience la majeure partie du temps, ce qui n’était hélas pas le cas de tous. Il comprenait sa peine et le manque qu’elle devait probablement ressentir, principalement si ce sport avait une grande place dans son quotidien. « Tu n’es pas d’ici, je me trompe ? Je perçois un petit accent dans ta voix… » Il ne parvenait pas à identifier l’origine de cet accent, sans doute car il n’y avait jamais été confronté. S’il faisait fausse route, il prenait le risque de froisser la jeune femme, ce qu’il ne désirait vraisemblablement pas.

_________________

-- They tell you that the sky might fall.
So take me up high, take me down low. Where it all ends nobody knows. But until then let's have some fun.
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



wave after wave Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: wave after wave ·
 
wave after wave
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Ocean Avenue-
Sauter vers: