hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS vous
pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de
vous lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos
demandes/idées/doutes dans la partie
aide à la création. Plusieurs pré-liens sont
également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions,
n'hésitez pas à les poser dans ce sujet ou si vous
voulez passer par MP, veuillez contacter le staff sur
le compte @The Observer.
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-60%
Le deal à ne pas rater :
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go – 2,5″
22.99 € 57.21 €
Voir le deal

 now don't let them all break you.

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rob Hendwick

messages : 297
name : anane.
face + © : asante blackk © corpsie.
multinicks : vesper, joan, phoebe.

age (birth) : 18 (06|06).
♡ status : ◠‿◠✿
work : student ; projectionist @ arc light ; trainee @ wb's pharmacy.
activities : drawing comics, playing ukulele, scrolling through mazebird, talking with everyone in town, hanging around.
home : with his parents (bridgewater way) ; student room (portland).
points : 517
moodboard : now don't let them all break you. Giphy
image : now don't let them all break you. Oh-i-see-malik-hodges

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

now don't let them all break you. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· now don't let them all break you. · Sam 4 Déc - 14:46
@Ophelia Walker

Surfant sur son caddie, Rob traversa le rayon petit-déjeuner et passa une demi-minute à fixer les étalages avant d’y trouver le café moulu de la marque qu’il recherchait, en prendre deux sachets et les rayer de la liste de courses soigneusement rédigée par sa mère. C’était généralement la maîtresse de maison qui prenait la charge de cette tâche, toutefois avec le rythme de la fac et les examens approchant, Rob n’avait clairement pas consacré le peu de temps qu’il passait chez ses parents aux diverses tâches ménagères (encore moins qu’à l’accoutumée pour ainsi dire, il restait un adolescent de dix-huit ans, du genre masculin qui plus est, autant dire qu’il n’avait jamais passé davantage son temps à passer l’aspirateur qu’à crayonner dans sa chambre) et avait souhaité profité de cet après-midi où il n’avait pas cours pour se rattraper et rendre ce service à sa mère qui par ailleurs, les réveillons approchant, voyait l’affluence croître exponentiellement au salon de coiffure qui l’employait (« les gens se plaisent à être bien coiffés pour les fêtes de fin d’année » racontait-elle le soir en s’enfonçant dans un fauteuil du salon, reposant ses pieds endoloris sur un pouf en laine – mais sans se plaindre : les heures supplémentaires permettaient de faire quelques économies avant les fêtes, justement).
Rob s’arrêta au passage devant les étalages de céréales avant de se diriger vers les rayons frais. À cette heure de la journée, le supermarché était peu fréquenté puisque la plupart des gens étaient au travail, ce qui rendait la tâche plus agréable et lui avait valu une charmante conversation sur la météo et la déforestation (il n’aurait su dire à quel moment ni comment la discussion avait dévié) avec une grand-mère qu’il avait aidé en attrapant un pot de cornichons. Le magasin était donc plutôt calme hormis le fond musical discret et le chuintement des roues usées des caddies, ce qui ne rendit que plus sonores encore des éclats de voix en provenance du coin fruits et légumes. Les quelques clients qui faisaient leurs emplettes s’arrêtèrent presque sans exception pour observer ce qui se passait – Rob, pour sa part, vérifia sa liste et se mit en quête des laitages, mais il ne put toutefois ignorer ce qui se passait en passant devant la scène.
S’il ne capta que quelques brides de la conversation et ne comprit pas vraiment de quoi il en retournait, il identifia en revanche que l’échange opposait une femme d'une soixantaine d’années qui semblait assez véhémente et une jeune femme au bord de la crise de nerf. L’attroupement qui commençait à se former autour des deux individus le fit tiquer et le garçon finit par abandonner ses provisions pour se rapprocher. Il chassa poliment mais sans masquer son agacement quelques curieux dont l’œil pétillant laissait entrevoir de véritables langues de vipère qui commençaient déjà à cancaner et auraient tôt fait de sortir leur téléphone portable pour immortaliser la scène. Ceux-ci saisirent l’opportunité que leur offrait le garçon en les congédiant de pester contre l’insolence de la nouvelle génération et Rob se contenta de lever les yeux en se félicitant du reste de les faire battre en retraite. Sur le point d’en faire de même et rejoindre son caddie, il eut toutefois le réflexe de se retourner quand la sexagénaire reprit la parole pour mieux traiter la jeune femme d’assassin avant de s’éclipser – et plutôt que l’imiter, le bon samaritain qu’il était ne put s’empêcher de s’enquérir l’état de celle-ci. Il s’approcha à pas prudents. « Ça va aller ? » demanda-t-il d’une voix douce. Ses mains tremblaient nerveusement, à moins que ce ne soit de colère, et quoi que la question de Rob était sans doute malheureuse (visiblement non ça n’allait pas), il n’avait pas le cœur de la laisser seule dans cet état sans s’assurer qu’elle allait se remettre de cette altercation et de ses émotions.

_________________

and i saw my reflection in the snow-covered hills 'til the landslide brought me down. i've been afraid of changin', 'cause i've built my life around you. but time makes you bolder, even children get older.


Dernière édition par Rob Hendwick le Jeu 30 Déc - 11:03, édité 1 fois
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Ophelia Walker

messages : 648
name : chasinghearts (margot - elle - she/her)
face + © : k. queiroz (all-souls) + astra, tightrope (m. williams)
multinicks : finn ▴ ali

age (birth) : 34 yo (june 25th)
♡ status : single, (ex)mom.
work : just quit the Majestic, taking any small job at the moment / former school teacher
activities : windmont bay fire watch, making herself small, biking through town, hiking, baking cookies, ignoring the rumors
home : small house on pioneer oak
points : 1780
image : now don't let them all break you. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Giselle ▴ Wayne ▴ Koa ▴ Shiloh | fr/en ▴ open

now don't let them all break you. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now don't let them all break you. · Mar 28 Déc - 21:51
Ophelia pensait pouvoir résister au stress causé par quasiment toutes les situations après avoir survécu à celui infligé en prison. Il n’y a sans doute personne que l’on essaie de rendre fou que quelqu’un emprisonné pour assassinat d’un enfant. Pourtant, la vie extérieure apporte un stress différent, et Ophelia se sent en train de perdre pied. Il faut dire que depuis sa démission, les choses se sont un peu compliquées pour la jeune femme. Si elle a pu trouver quelques petits boulots à droite et à gauche, elle doit tout de même se serrer la ceinture. Son projet d’être patissière ou d’ouvrir sa propre pâtisserie prend doucement forme mais en attendant, la jeune femme doit compter absolument tout ce qu’elle dépense. Certaines pièces de son appartement ne sont pas chauffées et si elle mange à sa fin, la jeune femme a tout de même pris soin de faire une liste de courses précises, avec le coût que cela devrait avoir, avant de faire les courses. Ce n’est qu’une mauvaise période à passer et la jeune femme sait qu’elle se remettra rapidement sur pied - en trouvant un emploi plus stable si besoin - mais il n’empêche que c’est une période désagréable à passer. Le fait que les fêtes de fin d’année approchent à grand pas n’aident absolument en rien ; la jeune femme sait pertinemment qu’elle va les passer seule. Ce n’est pas faute d’avoir cherché à contacter sa famille, espérant que le bonheur et l’indulgence exigés à Noël leur permette a minima d’écouter ce qu’elle avait à dire mais même cela fut un échec.
Cette session de courses est en tout cas plus compliquée que prévue. Perdue dans ses pensées - tournées vers ses enfants, comme souvent lorsqu’Ophe s’y perd, l’ancienne femme de chambre n’a pas remarqué qu’elle s’apprêtait à bousculer une soixantenaire avec son caddie. Même si elle s’est immédiatement excusée, la personne heurtée a apparemment décidé de laisser toute la colère accumulée au cours de l’année, déferler sur Ophelia qui l’a regardé quelques secondes interdite avant de réagir. “Je viens de vous demander pardon. Je vous ai à peine effleurée.” répond-elle, sur le même ton sec que la future ou jeune retraitée. La rouquine prit une grande inspiration et même si la perspective de la remettre plus à sa place que cela est tentante, elle s’en empêche et laisse son caddie sur le côté pour aller chercher des pommes de terre de l’autre côté du rayon.
Cela ne suffit malheureusement pas à apaiser le courroux de la soixantenaire qui se sent obligée d’en rajouter et lui demande si elle a voulu la tuer. Ophelia relève la tête vers elle, fait rouler ses yeux dans ses orbites après s’être assurée qu’elle la regarde. L’idée de lui balancer qu’elle a passé assez de temps en prison pour éviter de recommencer une seconde fois lui traverse l’esprit mais la jeune femme déteste le conflit et n’a certainement pas le cœur de tenir ce genre de propos. Le décès de sa fille est quelque chose de trop douloureux pour qu’elle ne laisse la chance à quiconque de l’y enfoncer un peu plus, et elle a de toute façon bien vu dans le regard de cette femme qu’elle savait exactement ce qu’elle disait. Lorsque le prénom de Diane est prononcé, accolé au terme d’assassin, le visage de la rouquine se ferme complètement. Plongeant ses deux mains dans le bac à pomme de terre, elle espère les empêcher de trembler. Elle en attrape deux qu’elle serre aussi fort que possible dans l’espoir de contenir toute la colère qu’elle détient mais quand elle sort de son champ de vision, Ophelia lâche les pommes de terre et tâche de se rapprocher de son caddie pour quitter les lieux le plus vite possible  - mais pas sans avoir fait ses courses. Elle sursaute quand elle entend une voix douce demander si ça va aller et elle tourne la tête, prête à répliquer que ce n’est pas la peine d’en faire un foin, le caddie l’a seulement effleurée ! Elle se rend cependant compte que le jeune individu s’adresse à elle et la jeune femme soupire, soulagée. Elle s’éclaircit doucement la gorge : “Oui, oui.” avant de poser ses deux mains sur son caddie, pas si sûre. Elle offre un sourire qui ressemble plus à une grimace au jeune homme, étonnée de sa sollicitude et précise : “Je vais aller prendre un peu l’air avant de finir mes courses, c’est tout”.

_________________
❝ Walking a tightrope ❞


taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rob Hendwick

messages : 297
name : anane.
face + © : asante blackk © corpsie.
multinicks : vesper, joan, phoebe.

age (birth) : 18 (06|06).
♡ status : ◠‿◠✿
work : student ; projectionist @ arc light ; trainee @ wb's pharmacy.
activities : drawing comics, playing ukulele, scrolling through mazebird, talking with everyone in town, hanging around.
home : with his parents (bridgewater way) ; student room (portland).
points : 517
moodboard : now don't let them all break you. Giphy
image : now don't let them all break you. Oh-i-see-malik-hodges

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ■■■

now don't let them all break you. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now don't let them all break you. · Jeu 30 Déc - 11:00
Rob n’était pas le genre à se mêler de ce qui ne le regardait pas. Il arrivait quelques fois que d’aucuns lui content leurs mésaventures ou leurs chagrins, parce que l’adolescent avait la conversation facile, un visage d’ange auquel on ne prêtait (à raison, d’ailleurs) aucunes mauvaises intentions, et un sourire chaleureux des plus réconfortants. Mais jamais il n’irait de lui-même fourrer son nez dans les affaires des autres, ça n’était pas dans sa nature, tout simplement. Aussi aurait-il sans doute continué tranquillement ses petites emplettes et passé son chemin devant l’altercation qui opposait une sexagénaire et une jeune femme si ça n’avait pas été pour le malaise évident de cette dernière, dont il voyait les mains trembler nerveusement.
Il suivit du regard la soixantenaire à l’air revêche qui s’éloignait le nez relevé en l’air et délaissa son caddie pour s’avancer prudemment vers la jeune femme. Le sursaut que provoqua chez elle son approche ne le surprit pas vraiment tant elle semblait secouée, et Rob lui adressa un petit sourire attestant de ses bonnes intentions qui s’élargit doucement quand la jeune femme lui confirma qu’elle allait bien, même si sa voix légèrement étranglée permettait d’en douter. « Ok. » Il hocha la tête et tendit le bras par réflexe pour l’offrir à la jeune femme qui s’appuya finalement plutôt sur son caddie. Rob tenta un sourire amical et empathique en retour, hocha à nouveau le menton quand elle lui signifia son envie de prendre l’air quelques instants et se recula d’un pas, comme sur le départ, avant de se raviser. « Vous savez quoi ? Moi aussi, je crois que j’ai besoin de prendre un peu l’air. Je peux vous accompagner ? » proposa-t-il prudemment, soucieux de ne pas la laisser seule sans toutefois se faire trop invasif. « Si ça ne vous dérange pas, bien entendu. » précisa-t-il avec un petit sourire encourageant.
Il attendit qu’elle acquiesce avant de lui emboîter le pas vers la sortie, marchant d’un pas tranquille, deux-trois mètres derrière elle, et s’arrêtant au passage au niveau d’un distributeur automatique installé à l’entrée du magasin. Son achat effectué, le garçon passa la porte tambour et atterrit devant le parking, où il repéra la silhouette de la jeune femme qu’il alla rejoindre. Le froid de décembre était piquant, Rob enfonça ses poings dans les poches de son sweat, et bienvenue à la fois après ce qui venait de se passer. Il se posta près de la jeune femme, le dos appuyé contre une rambarde derrière laquelle des dizaines de caddies étaient militairement alignés, et extirpa une de ses mains de ses poches pour en sortir une bouteille d’eau pétillante. « Tenez. » dit-il en la tendant en direction de la jeune femme avec une œillade amicale. Observer les minuscules bulles s’agiter à l’ouverture du bouchon, ou au contraire se stabiliser après un moment avait sur lui un effet apaisant, mais sans doute n’était-ce qu’un truc de gosse – une cigarette ou une boisson un peu plus relevée aurait probablement été plus appropriée, cependant il n’avait rien de tout ça sur lui. « Je m’appelle Rob. » précisa-t-il.
Il laissa s’écouler quelques minutes dans un silence qu’il trouvait plutôt confortable et qui laissait, du reste, un peu de temps à la jeune femme pour reprendre son souffle et se remettre de ses émotions. De temps en temps, il lui jetait un regard de côté, qu’il accompagnait d’un sourire bienveillant, avant d’à nouveau fixer, droit devant lui, le parking peu fréquenté et les petits nuages de fumée que son souffle chaud formait devant son visage. Après un moment, il sortit de sa poche un KitKat et en déchira soigneusement l’emballage, ce qui lui permit de garder les yeux baissés quand il posa sa prochaine question. « Ça… ça arrive souvent ? » risqua-t-il d’une voix douce, sans curiosité aucune avec une sincère sollicitude. « Vous n’êtes pas obligée de répondre. » Un sourire tout doux au coin des lèvres, il releva vers elle sa barre chocolatée. « Vous en voulez ? »

_________________

and i saw my reflection in the snow-covered hills 'til the landslide brought me down. i've been afraid of changin', 'cause i've built my life around you. but time makes you bolder, even children get older.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Ophelia Walker

messages : 648
name : chasinghearts (margot - elle - she/her)
face + © : k. queiroz (all-souls) + astra, tightrope (m. williams)
multinicks : finn ▴ ali

age (birth) : 34 yo (june 25th)
♡ status : single, (ex)mom.
work : just quit the Majestic, taking any small job at the moment / former school teacher
activities : windmont bay fire watch, making herself small, biking through town, hiking, baking cookies, ignoring the rumors
home : small house on pioneer oak
points : 1780
image : now don't let them all break you. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : ✎ Giselle ▴ Wayne ▴ Koa ▴ Shiloh | fr/en ▴ open

now don't let them all break you. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now don't let them all break you. · Hier à 23:02
La sollicitude du jeune homme prend Ophelia au dépourvu et elle ne sait pas vraiment comment réagir. Un léger sourire, plein de reconnaissance, se dessine sur ses lèvres mais elle est tellement habituée à ce qu’on l’enfonce plutôt qu’on ne l’aide que la jeune femme ne sait guère comment réagir. C’est d’autant plus touchant qu’il s’agit d’un jeune adulte, ou d’un adolescent elle ne sait pas trop. Cela lui donne un peu d’espoir pour l’avenir de la ville, le renouveau de la génération qui se montrera peut-être un peu plus clémente et compréhensive face à des choses qui les dépassent. Ophelia ne sait pas vraiment de quel côté se placer à ce sujet à dire vrai; elle ne se comporterait certainement pas de manière aussi agressive, se contenterait de passer son chemin à leur place et si elle leur en veut du mal qu’ils lui font chaque jour, elle sait aussi qu’elle ne peut pas vraiment leur reprocher de ne pas comprendre un acte qu’elle, saisit à peine. Ses mains se resserrent automatiquement autour du chariot lorsqu’il lui dit qu’il a également besoin de prendre l’air. Elle déglutit doucement, se demande si c’est parce que lui à au moins la décence de lui dire ses quatre vérités en privé mais lorsqu’elle sonde son regard, ce n’est pas ce que la rousse y voit au contraire. Elle y voit une forme de bienveillance et pourrait presque sentir son coeur se fissurer tant cela ne lui ait pas arrivé de la part d’inconnus depuis des années. “Oui, oui, d’accord.” bafouille-t-elle avant de secouer doucement la tête quand il lui précise qu’il n’est pas question de la déranger. Ce n’est vraiment pas ce qui l’inquiète.
Contente qu’il marche derrière elle, Ophelia sort à son rythme, se demandant si elle devra recommencer ses courses de zéro en laissant son chariot abandonné dans les rayons comme ça. Peu importe au fond, mais elle a déjà rayé de sa liste ce qu’elle avait déjà trouvé et n’est pas certaine d’avoir la force de repartir de zéro. Vous savez, les petites choses qui vous épuisent parfois sans qu’il y ait vraiment de raison. Une fois arrivée dehors, Ophelia ne s’étonne pas vraiment de ne pas le voir la suivre. Il a dû changer d’avis en cours de route et ce n’est probablement pas plus mal pour lui. Elle regarde rapidement autour d’elle et va s’installer là où sont tous les chariots, fermant les yeux et pratiquant les techniques de respiration recommandées par son thérapeute. Plus que surprise quand le jeune homme lui tend une bouteille, elle sursaute légèrement, portant sa main à son coeur avant d’ouvrir les yeux et de lui sourire. “Merci.” dit-elle, un peu pantoise de sa réaction. “Ophelia.” précise-t-elle, ne pouvant s’empêcher de se demander comment il pourrait ne pas savoir qui elle est. D’un autre côté, il ne réagirait probablement pas comme ça si c’était le cas. Elle joue un peu avec la bouteille, la retournant doucement régulièrement avant de se décider à l’ouvrir en douceur, afin que les bulles ne lui explosent pas à la figure. Elle se pince doucement les lèvres quand il l’interroge et est touchée quand il lui précise d’office qu’elle ne lui doit rien. “Non merci.” refuse-t-elle quand il lui offre une barre de Kitkat avant de préciser : “Et non, ça n’arrive pas très souvent que les gens soient aussi bienveillants que vous.” Elle soupire doucement, hésite : “Vous savez pourquoi ils sont comme ça ?” Ce n’est pas une interrogation philosophique, elle souhaite juste s’assurer de ce qu’il sait ou ne sait pas avant d’avoir un semblant de conversation avec lui.

_________________
❝ Walking a tightrope ❞


Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



now don't let them all break you. Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: now don't let them all break you. ·
 Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Grande évasion [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: