hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS vous
pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de
vous lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos
demandes/idées/doutes dans la partie
aide à la création. Plusieurs pré-liens sont
également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions,
n'hésitez pas à les poser dans ce sujet ou si vous
voulez passer par MP, veuillez contacter le staff sur
le compte @The Observer.
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + ...
Voir le deal
99.99 €

 Cages or wings. Which do you prefer?

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Forest

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Cages or wings. Which do you prefer? · Sam 18 Déc - 23:48

16 dec 2021

Fear or love, baby
Don't say the answer
Actions speak louder than words

 @Gary Hastings & @Aubrey Blum


Devait-elle sagement patienter de son côté ? Ou devait-elle, effectivement, le rejoindre le plus tôt possible, comme indiquait le message de Gary ? Les mains posées autour de son volant, le contact de la voiture était lancé depuis dix bonnes minutes, elle ne parvenait cependant pas à se décider à se mettre en route. Il devait probablement rester une bonne demi-heure de conduite à son ancien compagnon, ce qui lui laissait un peu de temps pour peaufiner son discours. Plusieurs versions avaient germé dans son esprit depuis le début d’après-midi mais aucune n’avait su véritablement retenir son attention. Son entretien de la veille avec Isaac lui revint alors en mémoire, ce qui lui permit de voir la situation sous un angle différent. Elle ne devait pas se positionner en coupable par défaut, même si les yeux de biche du jeune homme l’imploraient de s’excuser contre son gré, elle devait être plus forte que cela. De plus, ils n’étaient plus ensemble, Hastings ne pouvait continuer à avoir une telle emprise et un tel pouvoir sur elle, ce n’était pas sain. Techniquement elle n’avait rien fait de mal, à part peut-être oublier de prendre sa pilule, mais même là elle n’avait pas souvenir d’avoir omis de le faire. Sans doute un peu naïve, elle ne s’était pas inquiétée tout de suite du retard de ses règles déjà irrégulières. L’idée d’être enceinte ne lui avait pas effleuré l’esprit un seul instant, probablement car leur relation s’était terminée et que, par conséquent, il n’était plus la première personne à qui elle pensait lorsque sa vie partait de travers. Grossière erreur, donc, car même loin d’elle il réussissait à affecter son existence. Travailler au bar n’avait pas été une option pour la jeune serveuse, qui avait contacté un collègue pour échanger ses horaires avec lui. Il prenait sa place ce soir et elle le remplacerait demain. Peu importait la tournure de la conversation avec l’ingénieur, elle savait par avance qu’elle n’aurait pas la force de se rendre au Daveys plus tard. Une musique rythmée et entraînante passa alors à la radio, lui procurant au passage un léger regain d’énergie et de courage nécessaire pour rouler jusqu’au domicile légèrement reculé de son ex petit-ami. Il n’était pas encore arrivé. Tant mieux, songea-t-elle fortement en coupant le contact. Elle sortit de son véhicule et tourna en rond plusieurs minutes avant de se décider à s’asseoir sur un rondin de bois qui traînait près de la maison silencieuse. Raoul n’était pas loin, elle le savait, il avait forcément entendu sa voiture et senti sa présence. Mais comme elle ne se sentait pas la bienvenue ici, elle n’osait pas regarder si Gary avait laissé le double de ses clés caché dehors. Il n’avait aucune raison de l’avoir fait, car sa venue aujourd’hui n’était pas prévue, de ce fait elle préféra patienter dans le froid une vingtaine de minutes avant d’être aveuglée par les phares du véhicule qui s’immisçait dans l’allée. « Okay, » souffla-t-elle pour elle-même avant de se remettre debout. Le bout de ses doigts semblait douloureux à cause de la température peu élevée, ses jambes engourdies l’empêchèrent néanmoins de se focaliser sur ce point. « Salut Gary, » lança-t-elle lorsque le propriétaire des lieux claqua sa portière. « Je, euh... » balbutia-t-elle en apercevant son doux visage qui ne l’aidait pas à se concentrer. « J’avais préparé quelque chose mais j’ai tout oublié donc je vais me lancer et arracher le pansement tout de suite, ce sera mieux. » Elle voyait bien qu’il n’était aucunement rassuré, sans doute à cause de leurs derniers échanges par messages, pour autant elle n’était pas dans un meilleur état de son côté. « J’ai envie de vomir, » lâcha-t-elle en ouvrant de grands yeux comme si elle s’apprêtait réellement à rejeter son dernier repas. Était-ce la situation qui la rendait potentiellement malade ou bien l’être minuscule qui évoluait en elle ? « Écoute, je suis enceinte, » ajouta-t-elle avec précipitation, le regard fuyant.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Dim 19 Déc - 17:52
Les journées étaient toujours longues lorsque Gary partait travailler sur Portland, non seulement à cause des deux heures de trajet mais aussi parce qu’il remplissait son agenda pour être sûr de ne pas avoir à y revenir plus tard inutilement. Il possédait un côté pragmatique et économe tant sur son argent que sur son temps. Laboratoire, bibliothèque, cafétéria, bureau exigu pour recevoir les étudiants en galère dans son cours, il avait parcouru plusieurs kilomètres au sein même du campus et n’avait qu’une hâte : rentrer chez lui et s’installer dans son canapé, la truffe de son chien sous une main, une bière dans l’autre. Ses plans avaient été contrariés par une succession de messages étranges qui l’avaient laissé sur sa faim et avaient déclenché une légère crise d’angoisse chez l’ingénieur. Il avait lancé un podcast sur le trajet jusqu’à Windmont Bay pour se changer les idées, ce qui avait réussi en partie, puisque ce ne fut qu’une fois engagé dans l’allée qui menait jusqu’à sa maison que son rythme cardiaque repartit à la hausse. La silhouette d’Aubrey se dessina devant ses phares et un soupir s’échappa d’entre ses lèvres. Il appréciait la gamine mais cette dernière s’était montrée plus qu’étrange ces dernières semaines, il se demandait ce qui pouvait la tracasser, tout en se persuadant que ce n’était pas son problème. Il n’était plus son petit ami, il n’était pas non plus son meilleur ami, que pouvait-elle avoir de si important à partager avec lui ? « Hé, » la salua-t-il avec sobriété en retour. Il ne lui demanda pas, même par politesse, comment elle allait, leurs SMS avaient répondu à cette question plus tôt dans la soirée. « T’es sûre que tu ne veux pas rentrer d’abord ? » Sa proposition se perdit sous le malaise de la jeune femme ; un peu dégoûté par avance de se retrouver avec le reste de son repas du midi sur ses chaussures, il s’avança à pas feutrés vers elle et ouvrit une main qui se referma dans le vide avant d’atteindre son dos. Ce fut plus fort que lui, un rire nerveux s’échappa de ses narines et il se redressa à l’entente de la nouvelle. « Ah... Félicitations ? » Il ne savait pas trop les usages dans une telle situation. Il ne savait pas si elle était ravie de cette nouvelle ou pas. Il se remémora à nouveau leurs échanges et grimaça. « Ou pas... Je sais pas trop quoi te dire, Aubs, je... » Une ampoule s’alluma sous sa tignasse brune. Elle n’avait pas fait le déplacement pour avoir le conseil d’un ami, elle était là pour une raison beaucoup plus inquiétante. Un nouveau rire monta de sa gorge et il se mit à secouer la tête, le nez retroussé en une expression amusée. « Non, non... Non... Non ? Non ! » Ses traits se figèrent face à l’air sérieux, voire peiné désormais, de son ex-petite-amie. « Voyons, Aubrey, ça fait quoi ? quatre mois qu’on s’est séparés, ça peut pas être de ma faute... » Il savait que ça n’en faisait que trois, mais il estimait que gonfler les chiffres jouerait en sa faveur. Même si elle se protégeait, elle pouvait avoir eu un accident avec un autre partenaire, pourquoi tout de suite s’en prendre à lui ? « Rentre, il fait froid. » Sa voix frémissait à cause de la température autant que de l’inquiétude. Qu’allait-il dire ou faire s’il s’avérait, qu’en effet, il était le géniteur de la graine qui poussait dans le ventre de la brunette ? Il appréciait la jeune Blum, mais leur histoire était derrière eux, ils s’étaient accordés sur ce point. Il ouvrit la porte et s’effaça pour la laisser passer, accueillis par un Raoul vraisemblablement ravi de la voir. Il y en avait au moins un ici.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.


Dernière édition par Gary Hastings le Lun 20 Déc - 19:18, édité 1 fois
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Dim 19 Déc - 23:33
Elle n’avait pas souhaité réfléchir plus en détails à la potentielle réaction de Gary face à cette annonce. S’y pencher davantage ne l’aurait aucunement aidé, bien au contraire, car dans son esprit le jeune homme était susceptible de prendre la nouvelle avec bienveillance comme avec froideur. Psychoter des heures sur le sujet n’était, par conséquent, pas très utile dans sa situation. Alors elle avait attendu le moment de leur entrevue, à la fois impatiente d’en finir et anxieuse à l’idée que cela puisse mal se finir. L’appréhension était réellement présente, tout comme cette foutue nausée qui n’arrivait définitivement pas au bon moment. Le poing serré, elle se crispa un peu lorsqu’il entra en contact physique avec elle et, comme prise d’une décharge soudaine, elle sursauta légèrement. Pour une rare fois, les mots lui manquaient, elle ignorait quoi dire et de quelle manière récupérer un semblant de prestance. Fort heureusement, le yo-yo qui se jouait dans son estomac diminua progressivement, sans doute car Gary monopolisait la conversation, ce qui ne lui ressemblait pas vraiment d’ailleurs mais qui arrangeait grandement les affaires de la jeune femme. Il se perdait dans ses explications, ce qu’elle pouvait parfaitement comprendre, elle-même n’était pas au sommet de sa forme, tant sur le plan physique que sur celui émotionnel. Pour autant, elle fût rassurée de voir qu’il faisait les questions/réponses lui-même jusqu’à comprendre, seul, de quoi il était véritablement question ce soir. « Trois mois, ça fait trois mois... » se sentit-elle obligée de préciser à sa suite. Cela la peinait quelque peu qu’il ne se souvienne pas d’un détail aussi futile que la période de leur rupture. Avait-il si peu de considération pour elle maintenant qu’ils n’étaient plus ensemble ? « Ta faute… » reprit-elle ensuite en soufflant fortement par le nez. La pauvreté et la maladresse de ses choix de mots ne l’aidaient guère à se sentir à l’aise à cette seconde précise, peut-être devait-elle y voir un mauvais signe ou quelque chose du même genre. « Rentrons, oui. » Le bout de son nez était littéralement congelé lorsqu’elle passa la porte d’entrée et elle fut presque désolée de proposer des mains tout aussi glacées à Raoul pour les quelques caresses qu’elle lui offrit une fois à l’intérieur. Elle se massa instinctivement le ventre, sans même réaliser son geste, sans doute dans l’optique de puiser un peu de force là où il y en avait encore. « Ce n’est pas un guet-apens… » dit-elle en tournant la tête vers le maître des lieux. « Je ne suis pas ici pour te piéger ou te faire du chantage. » Il était important de le préciser. Elle connaissait suffisamment les hommes pour savoir qu’ils étaient capables de tout ramener à eux en s’imaginant qu’ils étaient les seuls susceptibles d’avoir quelque chose à perdre dans l’histoire. « Je voulais juste que tu le saches… Car tu es en droit de savoir. » Elle inspira longuement. « Et pour répondre à ce que tu as dit dehors, il est de toi, je peux te le confirmer et t’apporter les preuves si tu le souhaites. » Gary avait un esprit logique de scientifique, elle le savait capable de lui demander la preuve de sa grossesse. Certes avait-elle menti à Raelyn lorsqu’elle lui avait affirmé ne pas avoir couché avec d’autres hommes après Gary – il y avait eu Jürgen entre temps – toutefois les dates ne mentaient pas, elles. Cela remontait à septembre, il n’y avait pas de doute là-dessus. « Je ne sais pas ce que je vais faire, si je compte le garder ou non. Ma décision n’est pas prise. » Elle devait néanmoins se décider rapidement. « Je voulais juste que tu saches, » répéta-t-elle à nouveau, cette fois avec émotion. « Tu as le droit de ne pas vouloir faire partie de cette aventure. Quelle que soit ta réponse, je la respecterai. » Elle n’était pas présente aujourd’hui pour faire peser sur lui une pression qu’il ne supporterait sans doute pas. Elle avait trouvé refuge auprès de son oncle, elle n’était pas seule dans cette épreuve. Peu importait l’issue de cette histoire, elle recevrait le soutien nécessaire. A lui, désormais, de décider s’il avait le courage suffisant ou non d’assumer la partie qui le concernait.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Lun 20 Déc - 20:04
Il remua les doigts à destination de son chien en guise de bref salut, laissant à Aubrey la prieur de ses câlins tandis qu’il refermait derrière elle puis se séparait de son manteau et de ses chaussures. Son regard tomba sur les mains de la jeune femme sur son ventre et ce fut à son tour d’avoir la nausée. C’était beaucoup à assimiler, même pour un adulte de trente-quatre balais. Malgré quelques relations sérieuses, il s’agissait de la première fois qu’il se retrouvait dans une telle situation, parce qu’il prenait ses précautions et ses partenaires aussi. Il était persuadé qu’Aubrey était sérieuse également de ce côté-là, il l’avait peut-être tenue en trop haute estime à ce sujet. « Oh, ok, merci de préciser. » C’était important de savoir qu’elle ne débarquait pas avec ses gros sabots pour lui mettre le couteau sous la gorge, même si cela ne simplifiait nullement les échanges qui s’annonçaient. Les sourcils froncés, il l’écouta avec autant d’attention que possible sans être en mesure de soutenir son regard, il préférait diriger ses yeux sur la tête bienveillante de Raoul qui semblait heureux de les retrouver tous les deux ensemble. « Des preuves... » ricana-t-il malgré lui. « Faudrait que je te file mon ADN pour ça, non ? » Il ne pouvait pas la croire simplement sur parole ou grâce à une histoire de dates. Dans l’absolu, il n’était pas réticent à l’idée de se gratouiller l’intérieur de la joue pour en avoir le cœur net. Il hocha la tête avec vigueur en essayant de maintenir un sourire honnête sur ses traits, pour lui démontrer en retour sa bonne foi. Même s’ils avaient rompu, le duo était resté en bons termes, il n’y avait pas de raison pour que cette histoire ne vienne ternir leurs liens. Il leva un index devant lui pour la faire patienter puis disparut dans la cuisine pour se servir un grand verre d’eau qu’il but d’une traite avant de le remplir à nouveau, il en fit de même pour un second verre qu’il apporta à Aubrey. « Je peux te faire un thé ou une tisane ou quelque chose de chaud, si tu veux. » Il avait entendu ce qu’elle venait de lui dire mais il avait du mal à se décider sur les mots à répondre. Voulait-il de cet enfant ? Préférait-il sa tranquillité ? Dans l’idéal, il se voyait père avec un.e partenaire qui l’aimait et qu’il aimait en retour, avant ses quarante ans, avec suffisamment d’argent de côté pour leur assurer une vie tranquille à l’abri du besoin. Le projet exposé par Aubrey comportait un nombre important de failles. « Je sais pas quoi te dire, je suis désolé. Tu dis que tu n’as pas pris de décision mais quand je t’entends parler, j’ai l’impression que tu veux le garder... » Il la regardait et il se persuadait que leur progéniture aurait au moins de fortes chances d’être doté d’une grande beauté. Cette pensée le fit sourire avec amusement, détendant son visage jusqu’alors tiraillé par l’inquiétude. Il secoua la tête pour retrouver un air sérieux. « Ce n’est pas dans mes plans d’être juste le géniteur d’un gamin, je ne trouve pas ça très réglo, surtout connaissant ta situation. » Il avala une longue gorgée d’eau puis une bouffée d’air avant de la regarder droit dans les yeux. Il ouvrit son bras pour la conduire jusqu’au canapé, afin qu’elle soit plus à l’aise. « S’il faut te conduire à la clinique pour avorter, je peux le faire... S’il faut te conduire à la clinique pour ta première échographie... je peux le faire aussi, je crois... Je peux aider à trouver des centres d’adoption... mais je ne peux pas te promettre que j’assumerai d’être papa d’un enfant non désiré. J’ai besoin de temps pour y réfléchir. » Cela faisait trois minutes que cette éventualité était tombée, un moment – entre une heure et six mois – de réflexion avec lui-même était nécessaire pour prendre une réelle décision. « Je suis vraiment désolé, je pensais que tu prenais la pilule... » Il s’excusait sans y croire car il avait conscience de n’y être pour rien. Ils avaient arrêté très tôt l’usage du préservatif par confiance mutuel et aucun dérapage n’avait été à constater durant leurs six mois de couple.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Ven 24 Déc - 9:10
Contrairement aux apparences, et à ce que bon nombre de personnes pensaient, Aubrey n’était pas idiote, elle était même plutôt dégourdie et réfléchie pour une jeune femme de son âge. Son parcours personnel lui avait permis de grandir rapidement – sans doute un peu trop vite – et de voir le monde comme il était vraiment, plus sombre que lumineux. On lui prêtait des intentions fausses comme justes, mais elle s’en contrefichait pas mal, seule sa survie comptait au final, le reste n’avait aucune espèce d’importance à ses yeux. Être jugée sur sa manière parfois douteuse d’obtenir des choses – bien souvent en soudoyant les hommes par le charme – la laissait indifférente. Seul le résultat comptait pour elle. Pour autant, lorsque les remarques provenaient de ses proches, les reproches avaient un peu plus de mal à passer. Comme elle s’en doutait, Gary n’était pas totalement persuadé de son implication dans cette histoire, ce qui la chagrinait grandement car sa réflexion s’avérait blessante. Elle entendait par là qu’elle n’était qu’une traînée à qui on ne pouvait faire confiance. « Merci, » dit-elle simplement lorsqu’il lui plaça un verre d’eau entre les mains. Elle demeura immobile sans même boire une gorgée, ne sachant que faire de son corps à cette seconde précise. Maintenant que le dialogue était officiellement lancé, elle n’était plus tellement certaine de vouloir se tenir ici. Elle le suivit néanmoins jusqu’au canapé et s’installa contre le dossier. Emmitouflée dans son manteau et son écharpe, elle semblait bien engoncée dans son vêtement, comme si elle n’était pas libre de ses mouvements. « Non, je n’ai pas encore pris de décision, » insista-t-elle. « Je veux juste être certaine de mon choix et ne me fermer aucune porte. » Pour cela, elle avait besoin d’envisager toutes les possibilités et d’y réfléchir sérieusement. « Gary... » souffla-t-elle en fronçant les sourcils quand il mentionna sa situation. « Comme je l’ai dit, ce n’est pas un piège et il n’est pas question de mon passé ou ce que j’ai pu moi-même connaître, d’accord ? » Elle ne se trouvait pas chez lui pour qu’il la prenne en pitié, elle et la graine qui poussait dans son ventre. Hasard total ou paroles contrôlées, le jeune homme avait tout de même mis l’avortement en première option des choix qui s’offraient à elle. Elle y perçut comme le signe certain que son ancien petit ami savait ce qu’il souhaitait réellement au fond de lui, la voir mettre un terme à cette grossesse. Cette pensée radicale lui donna une nouvelle nausée et elle reposa aussitôt le verre toujours plein sur la table basse face à elle, avant d’ouvrir la fermeture éclair de sa veste. « Bien sûr que je prenais la pilule, c’est quoi cette remarque ? Tu m’as vue la prendre plus d’une fois. » Comme Monsieur se sentait acculé dans un coin, il en devenait subitement con ? « Je veux bien un thé finalement, » murmura-t-elle en baissant le regard sur ses mains avant de se remettre debout. « Je vais le faire. Je connais la maison et j’ai besoin de bouger. » Rester assise l’angoissait davantage et se trouver physiquement trop proche de lui l’empêchait d’y voir clair. Il ne faisait rien de particulier et pourtant elle s’imaginait qu’il s’immisçait dans son esprit pour prendre des décisions à sa place. « Ce n’était pas prémédité... » souffla-t-elle à nouveau comme pour essayer de bien se faire comprendre. « Moi non plus ce n’était pas dans mes plans de tomber enceinte d’un homme qui ne m’aime plus, à seulement vingt-trois ans. » Son anniversaire remontait à une dizaine de jours mais la grossesse, elle, datait très clairement de bien avant. Les hommes se sentaient toujours piégés par l’annonce d’une grossesse, comme un vieux réflexe instinctif, sans penser que la femme pouvait elle aussi en souffrir. Elle retira sa veste, la déposa sur une chaise, puis disparût dans la cuisine pour se faire chauffer de l’eau, le regard vide et lointain. Elle réalisait, avec un peu de recul, qu’elle avait secrètement espéré pouvoir recoller les morceaux avec Gary, que cette découverte les aurait rapprochés d’une certaine manière. « Je pensais qu’une seconde chance était envisageable, » dit-elle pour elle-même, sans se rendre compte qu’elle parlait à voix haute. Cela faisait une ou deux semaines que le jeune ingénieur occupait ses pensées, puis la nouvelle était tombée, naïvement elle y avait vu un signe du destin qui lui disait que leur histoire n’avait pas encore connu son chapitre final. Visiblement elle s’était trompée, les contes de fée n’étaient pas réservés à des filles comme elle.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Lun 27 Déc - 21:24
Sa cage thoracique semblait tout à coup trop étroite pour contenir à la fois son cœur et ses poumons, il sentait son visage chauffer alors qu’il faisait plutôt frais à l’intérieur de chez lui – il devrait allumer le feu de cheminée sous peu pour ne pas se geler pendant la nuit. Incapable de prononcer des paroles de réconfort ou de compréhension, il se contentait de hocher la tête pour signifier à Aubrey qu’il l’entendait malgré tout. « Tu vas t’en fermer plus d’une si tu le gardes, » eut-il le malheur de prononcer, alors qu’il aurait dû garder cette réflexion pour lui. Les secondes s’égrainaient et le nuage flou commençait à se dissiper. D’un point de vue non nombriliste, il réalisait que cette grossesse serait un problème pour la jeune femme, qu’elle contribuerait à ruiner son avenir car elle méritait mieux que d’être une mère au foyer qui nettoierait des tables et se ferait gifler le postérieur par des clients ivres jusqu’à ses cinquante balais. Cette simple perspective le fit frissonner. La prononciation de son prénom le ramena dans l’instant présent et il secoua la tête. Comment pouvait-il faire abstraction de ce qu’il savait sur son compte ? Aubrey avait des antécédents familiaux qui auraient fait de lui un parfait salopard s’il envisageait, juste une seconde, de ne pas faire partie de la vie de leur enfant commun. Il n’avait pas envie de ternir sa réputation déjà mise à mal dans un autre Etat. « Je t’ai vue la prendre, mais pas tous les jours. » Elle remettait en doute sa question comme s’il était stupide, alors que ses petits cachetons quotidiens étaient supposés empêcher ce genre de situation, il était dans son bon droit de l’interroger. Il la suivit des yeux lorsqu’elle se releva pour se diriger vers la cuisine, à l’image de la maîtresse de maison en ses lieux. Il lui avait donné trop de libertés alors que c’était chez lui. Aubrey debout, il baissa le regard sur son ventre pour essayer de le discerner derrière son manteau désormais entrouvert mais rien de ce qu’il voyait ne laissait transparaître qu’il y avait de la vie là-dedans, ou en tout cas de la vie en préparation. Trois mois restait un laps de temps insuffisant pour considérer un fœtus comme un être humain. Pourtant, et malgré son esprit résolument scientifique, Gary pouvait imaginer le petit bout d’homme grandir en elle. Croisant à nouveau son regard déterminé, il ouvrit la bouche et la referma dans le vide car la brunette s’éloignait déjà dans la pièce voisine. Il lui accorda quelques secondes avant de lui emboîter le pas, reposant son épaule contre l’encadrement de la porte qui donnait sur la cuisine. La pièce était en travaux depuis plusieurs mois, depuis qu’Aubrey avait entrepris des rénovations et du home-staging pour rendre l’endroit moins vieillot. Hastings n’avait pas pris le temps de prendre la suite et de poursuivre les efforts, tout était resté tel qu’au moment de leur séparation. Il s’en voulut un peu car cela démontrait son côté laxiste et incapable de s’occuper de son intérieur. Il n’était pas en mesure de concilier une vie privée normale car il privilégiait sa vie professionnelle. « Une seconde chance de quoi ? » demanda-t-il, ayant une petite idée de ce qu’elle voulait dire malgré tout. C’était idiot de la part d’Aubrey de songer à une telle chose, les hormones devaient la détraquer et lui faire oublier les mille et une raisons qui les avaient conduits à se séparer. « Tu es tombée enceinte, à seulement vingt-trois ans, d’un homme qui ne t’aime plus et que tu n’aimes plus, » se permit-il de rectifier avant de s’avancer dans la cuisine pour se rapprocher d’elle, conservant une distance de sécurité. Il secoua la tête en esquissant un sourire. « En plus, c’est pas vrai, je t’aime, Aubs, mais pas comme ça. » Il ne pouvait pas tirer un trait sur la relation spéciale qu’ils avaient entretenue, et elle était la seule ex avec qui il avait gardé des contacts. Elle lui était précieuse, même s’il n’était pas taillé pour lui montrer. Il leva une main pour se gratter le torse, histoire d’occuper ses doigts nerveux qui avaient envie de plonger dans la longue chevelure de son amie. « T’es chez moi depuis même pas dix minutes et t’en as déjà marre de moi, on serait de bien piètres parents ensemble... » Ce ne devait pas être un hasard qu'elle ait découvert sa grossesse à une période où l'avortement était encore possible. Ils ne pouvaient pas se permettre de fermer les yeux sur un tel timing.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mar 28 Déc - 9:32
Toute la positivité et l’énergie qu’elle avait pu puiser dans l’être généreux et souriant qu’était son oncle s’envolèrent progressivement, au fur et à mesure que cette conversation avançait. Elle était arrivée ici en conquérante, boostée à bloc pour faire entendre sa voix, mais plus les minutes passaient et plus elle souhaitait disparaître dans un trou de souris pour ne plus jamais en ressortir. Elle éprouvait de la déception, de la tristesse, de la colère, de la solitude et aussi un peu de honte, comme si les paroles de Gary avaient finalement trouvé une place dans sa caboche. Il ne fallait pas avoir fait de grandes études pour comprendre les nombreux – et énormes – sous-entendus du jeune homme, destinés à la voir avorter. Cela la peinait de le voir à ce point catégorique sur le sujet, elle remettait par conséquent en question les six mois d’affection qu’ils avaient partagés et l’amour sincère qu’elle avait pu éprouver à son égard. Elle comprenait son raisonnement, pour autant aujourd’hui elle attendait un peu d’humanité de sa part et non un esprit logique et sans émotions. Ainsi exposée, elle avait assurément perdu de sa superbe et craignait, hélas, de suivre le même chemin que sa génitrice en devenant, à son tour, un déchet parmi tant d’autres. Elle qui s’était toujours promis d’avancer sans jamais regarder en arrière, elle sentait ses forces l’abandonner et la vulnérabilité prendre le dessus sur elle. L’arrivée du propriétaire des lieux dans la cuisine la fit sursauter un bref instant, même s’il n’avait pas fait preuve de discrétion, elle était visiblement à cran. Les doigts crispés autour de son mug vide, elle fixait le plan de travail et écoutait ses explications, le cœur lourd et meurtri par ce qu’il avançait. Comme bien souvent, il parlait pour deux et se permettait de s’exprimer à sa place. Mais cette fois-ci, elle en avait assez, elle ne pouvait le laisser continuer de décider ce qui était bon ou non pour elle. Il était peut-être responsable de cette graine qui évoluait en elle, néanmoins son corps lui appartenait et elle se contrefichait pas mal de ses états d’âme. Il se pensait probablement malin avec son discours soi-disant honnête, tellement centré sur lui-même, il ne se rendait même pas compte que ses mots pouvaient la blesser d’une certaine manière. « Tu as raison, je ne suis qu’une idiote, » marmonna-t-elle, tandis que la bouilloire annonçait la fin de la cuisson de l’eau. « Je ne sais pas ce qui m’a pris… de penser que tout ceci, »  dit-elle en désignant la pièce dans laquelle ils se trouvaient et eux. « était possible. » Elle esquissa un sourire forcé alors que son cœur mourrait d’envie de lui préciser qu’il ferait un bien piètre père, alors qu’elle s’adapterait très certainement à sa nouvelle condition de mère, si quelqu’un voulait bien croire en elle, ne serait-ce qu’une petite seconde. Elle souffla doucement et se frotta l’œil droit pour ravaler ses larmes et sa fierté dans un raclement de gorge, tandis qu’elle déversait de l’eau bouillante dans son mug. Cette cuisine, elle la connaissait désormais sur le bout des doigts, au fond d’elle elle n’était même pas surprise de voir que les travaux demeuraient inachevés. Il aimait son indépendance d’homme macho, et pourtant il était incapable de terminer ce qu’elle avait commencé. La tête remplie d’images diverses et de pensées obscures, elle alla jeter le petit sachet de thé une fois que ce dernier eut suffisamment trempé et plongea ses lèvres dans le liquide encore bien trop chaud. Prise d’un nouveau sursaut, elle renversa un peu de sa boisson sur sa poitrine et reposa précipitamment le mug sur le plan de travail, soufflant une injure entre ses dents serrées. Dans sa maladresse et douleur passagère – heureusement elle portait un pull épais – elle posa instinctivement une main protectrice sur son ventre, comme pour s’assurer que cette partie de son corps était indemne. « Je vais avorter, » déclara-t-elle sur un coup de tête, sans vraiment y réfléchir. C’était ce qu’il voulait entendre, non ? Les astres ne désiraient clairement pas s’aligner pour elle ce soir, au contraire, une force invisible cherchait visiblement à lui faire passer un message, si elle avait volontairement ignoré les quelques signes jusqu’à présent, elle ne pouvait désormais plus nier l’évidence. Si elle persistait à faire les mauvais choix dans sa vie, elle n’aurait bientôt plus grand-chose à quoi se raccrocher.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mar 4 Jan - 17:04
Il se demanda à quel moment il l’avait traitée d’idiote, à quelle seconde il avait laissé entendre une telle chose. Certes, il y pensait, car elle lui démontrait par a + b qu’elle ne posait pas un œil réfléchi sur sa situation, mais il n’avait pas l’impression de l’avoir sous-entendu. Il connaissait suffisamment la jeune Blum pour savoir qu’elle était dotée d’une cervelle en bon état de marche, mais également qu’elle se laissait trop facilement transportée par ses émotions ; un avantage qu’il avait sur elle, car sa raison était son moteur principal, à lui. « C’est les hormones, ce n’est pas de ta faute, » répondit-il dans un murmure, avec un sourire qui se désirait engageant même si elle refusait toujours de lui adresser un regard. Il fixait par conséquent son dos, la gorge serrée par l’anxiété causée par sa présence en ces lieux, sans parvenir à trouver les mots pour la rassurer ou pour au contraire la faire partir. Finalement, ce fut la maladresse de la brunette qui brisa l’omerta entre eux et Gary s’avança de plusieurs pas afin de vérifier qu’elle n’avait pas un trop gros bobo. Accroupi et armé d’un morceau d’essuie-tout, il épongeait les quelques gouttes tombées au sol quand la sentence tomba. Il se redressa près d’Aubrey et lui adressa un sourire teinté de tristesse. « Ok. » Il regarda autour de lui et alla récupérer un sweatshirt qui trainait sur un tabouret avant de lui tendre afin qu’elle se change dans un vêtement sec. « Tu fais le bon choix, Aubs. Quand tu repenseras à ce moment, dans plusieurs années, quand tu seras heureuse avec ton prochain compagnon ou ta prochaine compagne, tu réaliseras que c’était la meilleure chose à faire. » Il savait que son lui du futur le ferait, en tout cas. Il se recula et détourna la tête pour la laisser se changer, ne pouvant s’empêcher de couler un regard sur son ventre quand celui-ci fut débarrassé du pull qui le dissimulait. « On ne voit rien, » fit-il remarquer, se retenant de justesse de ne pas tendre une main pour la toucher. Il pouvait décider de remettre en question une nouvelle fois la raison de sa venue chez lui, cependant la détresse dans le regard de la jeune femme ne trompait personne, elle était véritablement perdue et Hastings se confortait dans l’idée qu’il l’avait aidée à se retrouver. Elle n’aurait pas cet enfant, elle pourrait reprendre le cours normal de son existence en passant l’éponge sur leur relation, elle aussi, avortée. Ses yeux sombres se relevèrent jusqu’à tomber sur le logo de la Nasa brodé sur la poitrine de son sweatshirt qu’elle revêtait désormais. « Est-ce que ça va mieux ? » hasarda-t-il, la gratifiant d’un petit regard de chiot battu comme il en avait le secret, essayant sans aucun doute de la faire culpabiliser d’avoir voulu mettre sa vie sens dessus dessous en se pointant sous son toit avec une telle bombe. Surtout, il voulait savoir si elle ne s’était pas trop brûlée avec son thé car, mine de rien, il ne pouvait s’empêcher de s’en faire pour elle. Aubrey était une chouette fille qu’il avait eu de la chance de rencontrer.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mar 4 Jan - 19:37
A cette seconde précise, elle se sentait étonnamment triste, seule, sale, rabaissée, désespérée, et les paroles – qui se voulaient rassurantes – de Gary ne l’aidaient aucunement à améliorer l’estime qu’elle avait d’elle-même ce soir. Il était doué, très doué, pour parler à la place des gens. Il ne cessait d’utiliser le mot « tu » alors que ses mots reflétaient principalement ce qu’il pensait, lui. Fragilisée par la situation, elle n’avait hélas pas le recul suffisant pour comprendre les réelles intentions du jeune homme, sans doute ne les avaient-elles jamais réalisées d’ailleurs, bien trop aveuglée par les sentiments qu’elle éprouvait à son égard, et probablement les quelques attentes qu’elle avait pu placer en lui durant les brefs moments qu’ils avaient partagés. Elle avait choisi, il  avait choisi, ils avaient choisi d’avorter. La décision était prise et il était désormais inutile de revenir dessus. « Il y a bien quelque chose pourtant, » souffla-t-elle en posant à nouveau une main protectrice sur son ventre pourtant plat. A quoi jouait-il avec ses innombrables sous-entendus ? Ne voyait-il pas qu’elle était déjà suffisamment perturbée comme cela pour parvenir à faire la différence entre son passif-agressif et sa douceur ? Elle savait qu’une part de bonté se cachait en lui et comme toujours, elle préférait se raccrocher aux belles choses qui faisaient de Gary une bonne personne plutôt que l’égo énorme dont il était sujet et qui le poussait souvent à faire preuve d’égoïsme. Pourquoi le plaçait-elle à ce point sur un piédestal ? Elle l’ignorait totalement. Si Isaac l’avait au préalable mise en garde contre les possibles manipulations du jeune homme, elle faisait le choix de ne pas le penser capable de vouloir lui nuire d’une quelconque manière, même infime. Personne ne pouvait être mauvais avec un tel regard de biche innocente. « Ça ira, » affirma-t-elle à sa question, levant un menton qui se voulait fier mais qui, en réalité, tremblait de peur. « Merci pour le sweat… » dit-elle en faisant un pas en arrière. « Je… je t’appellerai quand j’aurai pris rendez-vous. » Elle attrapa son pull humide, sa veste posée sur une chaise et son sac à main avant d’enfiler maladroitement ses chaussures pour fuir cette situation qui la plaçait en position de faiblesse. « Je te le rendrai, » dit-elle en tirant sur un pan du vêtement qu’elle portait. Elle savait ô combien Gary tenait à ses effets personnels et à quel point il refusait de partager ce qui lui appartenait, à juste titre sans doute, même si elle avait bien du mal à comprendre ce principe. Toujours incapable de le regarder plus d’un quart de seconde, elle releva brièvement la tête pour croiser son regard puis quitta la maison sans même saluer ce pauvre Raoul, à qui elle tenait pourtant.

20 décembre 2021, 18h05.

Le jour J était enfin arrivé. Dans quelques minutes, elle serait débarrassée de ce fardeau bien trop lourd à porter et pourrait retourner à sa petite vie tranquille de personne insignifiante. Postée devant la clinique de Windmont Bay depuis une demi-heure, les quelques patients et visiteurs ayant croisé sa route l’avaient vu passer par différents stades, de l’euphorie à la crise de nerf, en passant par les rires et désormais les pleurs. Gary s’était désisté une première fois avant de finalement dire qu’il serait présent à son rendez-vous. Dans son for intérieur, elle ne pouvait s’empêcher de douter de la véracité de ses paroles et de sa capacité à s’engager réellement dans quelque chose, aussi bien triste qu’heureux. Son oncle s’était montré compréhensif avec elle et lui avait promis de se rendre disponible si elle venait à avoir besoin de lui, de manière inattendue. Mais, à sa grande surprise, l’épaisse chevelure de l’ingénieur se dessina à quelques mètres de là. A cet instant, elle ne savait pas si sa présence était une bonne chose ou non. Devait-elle être rassurée de réaliser cette intervention avec lui ? Elle referma précipitamment les boutons de son manteau afin de dissimuler, bêtement, le sweat-shirt au logo de la Nasa qu’elle portait actuellement, même si on le devinait facilement à cause des manches bien trop longues qui dépassaient au niveau de ses mains. « Hey, » souffla-t-elle d’une voix éteinte. « Pardon, mes allergies se réveillent, » dit-elle en essuyant ses yeux rougis sur lesquels elle venait de s’acharner. Le ridicule ne tuait pas, raison pour laquelle elle préférait passer pour une idiote plutôt que d’exposer librement sa détresse au grand jour. Il avait sa fierté, elle avait la sienne. « Il nous reste encore quelques minutes si jamais tu veux fumer une cigarette... » proposa-t-elle par pure politesse. « Je vais t’attendre à l’intérieur moi, j’ai un peu froid. » Elle ne mentait pas sur ce point, elle ne sentait plus ses pieds et le bout de ses doigts était congelé.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mer 5 Jan - 11:46
Gary faisait les cent pas depuis un bon quart d’heure, tournant comme un lion en cage dans le riquiqui bureau qui lui avait été attribué à l’université pour recevoir ses étudiants – bureau qu’il devait partager avec les autres chargés d’enseignement comme lui. Il avait envoyé un message à Aubrey pour lui indiquer avoir, encore une fois, changé d’avis, qu’il était disposé à l’accompagner lors de son important rendez-vous médical. Il n’avait que trop fait preuve d’égoïsme depuis leur séparation, il ne pouvait pas la laisser traverser cette épreuve seule, même s’il estimait toujours n’y être pour rien ; ils n’avaient pas prévu de concevoir un enfant quelques semaines avant leur séparation, après tout. Finalement, après une attente interminable, le feu vert de Blum était tombé sous la forme d’un banal « ok, 18h », lançant un compte à rebours difficilement soutenable mais nécessaire. Après un trajet plus long que d’ordinaire, comme si les astres s’alignaient contre lui, il finit par se garer sur le parking de la clinique de Windmont Bay. « Salut, » murmura-t-il, la gorge serrée en voyant l’état de détresse dans lequel son ex petite amie se trouvait. Il avait fait des recherches et comprenait qu’un tel moment, même si réfléchi, était un déchirement pour les femmes qui y passaient. Aubrey était forte, mais pas au point de traverser cette épreuve la tête haute. « Non, ça va… » Il avait fumé les trois quarts de son paquet sur la journée, c’était bien plus qu’à son habitude. Il lui emboîta par conséquent le pas pour pénétrer à l’intérieur de la clinique, restant à une distance raisonnable d’elle, sans savoir comment se comporter avec elle. Il finit par poser une main sur son épaule pour lui faire comprendre qu’il était là, pour elle, et l’attira doucement contre son torse pour l’étreindre. « Tout ira bien. » Une aide-soignante appela le nom d’Aubrey et les deux furent escortés jusqu’à une chambre. Quelques prises de sang plus tard, dans l’attente des derniers résultats, Gary sortit pour prendre un café, comme s’il se trouvait là depuis des heures et ne supportait plus l’attente, alors qu’à peine une demi-heure s’était écoulée. Il entendit des échanges de la part du médecin en charge du cas d’Aubrey et des infirmières qui le firent froncer les sourcils. Il était question d’un retard plus important que prévu, de complications éventuelles et il retourna, les mains vides, dans la chambre, juste avant que le docteur n’arrivât à son tour pour expliquer la situation. La grossesse ne datait pas de trois mois comme précédemment énoncé, les nouvelles analyses avaient révélé que le fœtus se développait depuis quatre mois et qu’il serait plus difficile, mais pas impossible, de s’en débarrasser, par voie chirurgicale et non médicamenteuse. Le souvenir de ses lectures sur le sujet l’informait des risques causés par ces méthodes et il porta son attention sur Aubrey, il attrapa sa main dans la sienne, l’air grave. « On n’est pas obligés, » souffla-t-il. « Tu n’es pas obligée, » se reprit-il immédiatement après. « S’il y a un risque que tu aies des séquelles ou que tu ne puisses plus avoir d’enfants après ça… » Il ne souhaitait pas l’avoir sur la conscience. « Est-ce que vous pouvez nous laisser une minute ? » demanda-t-il au médecin, d’un ton qui n’acceptait pas un refus. Il s’en fichait s’il avait d’autres patientes, il allait leur accorder un moment en tête-à-tête pour y réfléchir. Quand ils ne furent plus que tous les deux, Gary installa une chaise près du lit d’Aubrey pour s’y asseoir. « C’est pas idéal comme situation, je te l’accorde, mais j’ai pas envie que tu prennes le risque de ne plus pouvoir avoir d’enfant. Je ne peux pas te priver de ça. Je t’aiderai à t’en occuper, ça ne t’empêchera pas de trouver un autre job, ou de reprendre tes études, j’assumerai, je te le promets. » Il ne se dégonflerait pas comme il avait pu le faire à propos de ce rendez-vous. Ses yeux humides se posèrent dans ceux de la jeune femme et il ramena leurs mains jointes jusqu’à ses lèvres pour déposer un tendre baiser sur ses jointures. Il tenait encore à elle, il ne lui souhaitait pas de mal, elle méritait mieux que de porter son marmot, mais il était trop tard pour faire machine arrière désormais.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mer 5 Jan - 14:00
S’ils étaient parvenus à rester amis après leur rupture, les récents événements ainsi que ses émotions chamboulées étaient venus redistribuer les cartes. Désormais il lui semblait bien compliqué de le regarder en face, dans les yeux, sans se laisser submerger par une agitation interne qui lui donnait bien souvent la nausée. Cette grossesse impromptue et non désirée changeait vraisemblablement la donne, elle ne pouvait plus le considérer comme un simple ex petit-ami avec qui elle était restée en bons termes. N’en déplaise aux principaux concernés, leur relation allait bien au-delà maintenant. Et c’était bien ce qui l’effrayait justement, elle ne voulait pas perdre cette simplicité entre eux, elle n’était hélas pas encore prête à s’y résoudre totalement. Néanmoins, après leur dernière entrevue, elle s’était posée durant un week-end entier pour réfléchir au sens de toute cette situation. Une fois l’avortement achevé, elle perdrait Gary, elle le savait, chacun retournerait alors à son quotidien bien chargé, en essayant difficilement d’oublier cette fâcheuse aventure. Cette réflexion prit davantage de place dans son esprit lorsqu’ils pénétrèrent ensemble dans la clinique. Tout avait une fin, leur histoire, leur amitié et même ce fœtus qui n’avait pas demandé à exister. Tout, sans exception. Et les bras, pourtant rassurants, de l’ingénieur n’y changeront rien. L’étreinte qu’il lui offrit fut grandement appréciée, même si elle ignorait de quelle manière le montrer. Son teint blafard, ses cernes, son corps inerte, son attitude stoïque, rien ne laissait transparaître une quelconque reconnaissance envers lui. Il avait failli lui faire faux bond aujourd’hui, il avait parsemé sa semence en elle, et pourtant elle n’arrivait toujours pas à lui en vouloir. Sa vie avait pris une direction déplaisante plus d’une fois ces dernières années et, chaque fois, elle en était venue à la triste conclusion qu’elle était l’unique responsable de ses mésaventures. Elle ne savait pas faire les bons choix, cela représentait un problème récurrent dans son quotidien, mais ce soir les choses étaient différentes. Elle prenait enfin son destin en main et, pour une rare fois, elle savait qu’elle prenait la bonne décision. Déterminée, elle entra dans la chambre qui lui était dédiée et enfila la tenue médicale qu’on lui avait fournie avant de s’installer sur le lit, les jambes ramenées contre elle. Elle passa une série d’examens, dont des prises de sang, et Gary s’absenta un moment pour aller se chercher un café. Elle pouvait comprendre son envie de fuir loin d’elle et de la clinique, pour autant elle n’était pas aussi chanceuse que lui, elle n’avait hélas pas cette possibilité pour sa part. Seule, elle patienta quelques minutes avant d’être rejointe par le jeune homme et le docteur qui leur expliqua à tous les deux les nouveaux éléments découverts. Sous le choc, elle entrouvrit la bouche sans toutefois parvenir à prononcer le moindre mot et lança un regard paniqué en direction du petit brun, comme pour chercher dans ses yeux une solution miracle susceptible de réparer tous ses maux. « Non, non, non... » murmura-t-elle, pour elle-même, tandis que son ancien compagnon demandait à leur accorder un peu de temps et d’intimité. Elle entendait ses mots, ses oreilles fonctionnaient correctement, néanmoins son état de détresse l’empêchait de comprendre réellement le sens de ses paroles. « Non... » souffla-t-elle à nouveau d’une voix brisée alors qu’un flot de larmes inondaient son visage aux traits tirés. « Je peux pas, Gary. Je peux pas faire ça. J’y arriverai pas. » Elle renifla bruyamment et secoua vivement la tête. Elle n’était déjà pas parvenue à terminer son cursus scolaire, comment pouvait-elle envisager ne serait-ce qu’une seconde être mère ? « Ma vie est en chantier, je n’ai absolument rien à part des dettes… » Quel avenir pouvait-elle offrir à un nouvel être humain ? Prise d’une montée d’angoisse, elle relâcha la main de Gary pour tirer sur la robe de chambre qu’elle portait, au niveau du col, comme si elle manquait d’oxygène. Les paroles que le jeune homme avait prononcées précédemment lui revinrent alors en mémoire. Tout ira bien avait-il dit. Qui annonçait une telle chose, avec certitude, s’il n’était pas assuré de la suite des événements ? « Tu as dit que jamais tu ne me ferais de mal... » dit-elle d’une petite voix, en relevant des yeux émus vers lui. Elle faisait écho à une ancienne conversation qu’ils avaient jadis eue lorsqu’ils étaient encore ensemble. « T’avais promis, Gary... » ajouta-t-elle d'un ton accusateur en lui donnant un violent coup de poing dans le bras. Elle pinça les lèvres en le regardant droit dans les yeux, même si sa vision n’était pas très nette à cette seconde précise. C’était probablement injuste de sa part de tout lui mettre sur le dos mais pour la toute première fois, elle en avait assez de s’écraser devant lui et de s’excuser pour des faits dont elle n’était pas toujours responsable. Elle aussi pouvait faire preuve d’égoïsme, et si elle n’en n’avait pas le droit, elle se l’accordait elle-même. « Qu’est-ce que je vais faire putain, » murmura-t-elle en reprenant un peu ses esprits.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mer 5 Jan - 15:48
Après leur précédente conversation, il s’était imaginé qu’Aubrey réagirait différemment, qu’elle sauterait sur l’occasion pour mener à terme cette grossesse et élever leur enfant. Le choc se lut sur le visage de Gary qui secouait la tête dans un rythme semblable à celui de la jeune femme. « Aubs… Aubrey… » Sa voix peinait à se faire entendre par-dessus les réflexions fâchées de l’ex (?) future maman. Ses mains devinrent moites et il les remua devant elle, dans une tentative vaine de capter son attention. Il se sentait démuni, avec l’impression que sa place n’était plus auprès d’elle, malgré ce qu’il avait pu s’imaginer en faisant le chemin jusqu’à la clinique. Le coup de massue qu’elle lui asséna fut presque aussi douloureux que celui de poing dont elle gratifia son épaule. « Aouch, » se plaignit-il en se frottant le haut du bras. « Est-ce que je pouvais prévoir tout ça ? » Il rouspétait à son tour, alors qu’il n’était pas en position de le faire, alors il se remit debout pour obtenir un avantage physique sur la discussion. « J’ai pas voulu te foutre enceinte, j’ai pas voulu que tu fasses un putain de déni, j’ai pas voulu qu’ils se trompent dans les dates… J’aurais préféré que ce soit facile, qu’on puisse rompre et continuer nos vies tranquillement. Mais c’est plus une option. » Il n’était pas prêt à se séparer des préservatifs, à l’avenir, il avait compris la leçon. La bienveillance avait quitté son intonation, car il estimait Aubrey déraisonnable même s’il était aisé de comprendre son trouble. Il avait lui-même avancé ces arguments avant qu’elle ne lui fasse écho, il était celui qui lui avait fait réaliser qu’elle n’était pas dans les meilleures dispositions pour accueillir un enfant ; il rebroussait chemin mais ne pouvait pas faire comme s’il n’en avait plus conscience. « Peut-être que ça te servira de déclic ? Il te reste cinq mois pour remettre ta vie sur les rails… » Il ferma les yeux, se rendant compte de la violence de ses propos. « Je veux dire, pour trouver un travail qui paie mieux… » Il était conscient qu’il avait en sa possession la phrase magique pour la sortir de sa torpeur, cependant il faisait tout pour la contourner. Son épaule toujours endolorie, il fit le tour du lit pour se rapprocher à nouveau d’Aubrey, un bras levé devant lui pour parer toute attaque hypothétique. « Le doc a dit que c’était encore possible d’avorter, si vraiment tu veux te faire charcuter là en bas, » il se racla la gorge, « c’est ton choix. » Il commençait à se faire à l’idée de devenir père et elle remettait tout en doute, elle était épuisante. « OK, tu es jeune, OK, tu n’es que serveuse, OK, tu as abandonné tes études, mais tu es l’une des femmes les plus courageuses que je connaisse. Je sais que tu as en toi la force de porter cet enfant et de l’élever, surtout que tu ne seras pas seule pour ce faire. » Elle avait son oncle, elle avait sa meilleure amie, elle avait des tas d’amis qui lui avaient ouvert leurs portes quand elle était dans le besoin. La jeune Blum était pleine de ressources.  Seule une lui faisait particulièrement défaut, or Gary en était plein, à force de travail et d’économies. Il prit une profonde inspiration et, ignorant le déchirement dans sa poitrine, il se mit à hocher vivement la tête, comme pris d’un toc. « Tu n’auras pas à te préoccuper de l’aspect financier, je m’occuperai de tout pendant les premiers mois, les premières années, je ne sais pas trop… Ce sera comme une pension alimentaire ? Sauf qu’on n’a jamais été mariés… » S’il fallait officialiser la chose, il y était prêt, il ne leur suffisait que d’un test de paternité et il était disposé à sceller son avenir à celui de l’enfant à venir, et à celui d’Aubrey par la même occasion. « La balle est dans ton camps, Aubs. Ta décision sera la mienne. » Soit elle le rayait définitivement de son existence, soit elle l’y faisait entrer pour au moins les dix huit prochaines années.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Mer 5 Jan - 17:18
Elle en avait connu des déconvenues durant sa courte vie, mais aujourd’hui elle vivait un événement sans pareil. Elle avait besoin d’être soutenue et épaulée par une personne de confiance et suffisamment solide pour supporter le poids de sa peine, au lieu de ça, elle héritait d’être ingrat petit fils à maman qui pensait tout savoir mieux que tout le monde et extrêmement virulent dans sa manière de s’adresser à elle de surcroît. La violence de ses paroles la laissèrent sans voix un long moment. S’il ne l’avait jamais clairement dit, elle avait toujours su – indirectement et dans son for intérieur – que Gary la prenait pour une ratée. Désormais elle avait enfin la preuve de tout le mal qu’il pouvait penser d’elle. « Je te... » commença-t-elle sans réussir à aller plus loin dans sa réflexion. Oui, une partie d’elle le détestait cruellement à cet instant précis, mais elle était bien incapable de le dire ou de se l’avouer à elle-même. Les mots lui manquaient, elle n’avait même plus la force de se défendre convenablement, derrière ses larmes de crocodile elle le laissait une nouvelle fois gagner la bataille. Il continuait de la blesser par ses attaques verbales et ne semblait même pas s’en formaliser ; sans doute était-ce normal, aux yeux de Monsieur Hastings, de s’adresser de cette façon à une femme qui était sur le point d’avorter encore quelques minutes auparavant. Ses multiples reproches n’étaient guère encourageants, bien au contraire, elle ressentait l’irrépressible envie de l’abandonner à son triste sort dans cette chambre sans âme, pour partir à la recherche de son oncle qui devait très certainement assurer un rendez-vous avec un patient quelque part dans la clinique. Avait-elle été une si mauvaise petite amie pour mériter un tel acharnement sur sa personne ? Lui avait-elle causé du tort sans même s’en rendre compte lorsqu’ils formaient un couple joyeux et uni ? Elle n’avait aucunement l’impression de s’être mal comportée avec lui et de lui avoir manqué de respect. « Je n’ai jamais voulu que ton bien, moi... » parvint-elle enfin à murmurer, sans contexte particulier, car malgré sa grande et connue intelligence, il n’était pas encore en mesure de lire dans les pensées. Sa brutalité eut au moins le mérite de la ramener sur Terre, désormais en pleine possession de ses moyens, elle hocha simplement la tête et inspira longuement. « Arrête de me parler comme ça... » souffla-t-elle, lèvres pincées. Il était question d’elle, de son corps, de sa santé, de l’enfant qu’elle portait, et il osait utiliser des mots comme charcuter ? Avait-il été fini à la pisse pour manquer à ce point de délicatesse et d’empathie ? Elle se passa une main sur le front puis dans les cheveux avant de tourner la tête vers lui lorsqu’il sembla enfin disposé à être agréable avec elle. Est-ce que cela lui coûtait beaucoup de dire du bien d’une autre personne ? Il n’avait néanmoins pas tort sur un point, elle n’était pas seule, elle était même très bien entourée au quotidien, alors qu’il ne pouvait pas en dire autant. Il pouvait bien se vanter de sa réussite professionnelle et de son cerveau plus gros que n’importe quel autre organe de son corps, il ne pouvait hélas concurrencer sa capacité à sociabiliser avec les autres. Sa colère temporaire s’évanouit brusquement lorsque l’ingénieur souffla des paroles plus qu’intrigantes. Il était prêt à totalement assumer sa part de responsabilité ? C’était bien ce qu’il venait de dire, elle n’avait pas rêvé ? « Merci... » murmura-t-elle, dans un petit hochement de tête, cette fois-ci réellement reconnaissante. Les larmes lui montèrent à nouveau aux yeux tandis qu’elle se remettait précipitamment debout pour le prendre dans ses bras. « Merci, » dit-elle à nouveau. Loin d’être faible, la vie avait contraint Aubrey à se débrouiller depuis son plus jeune âge, néanmoins il y avait certains domaines qu’elle ne pouvait hélas pas contrôler, notamment l’argent. Gary avait vu juste, elle saurait mener à bien cette grossesse et même si l’avenir était incroyablement effrayant, elle avait les capacités nécessaires pour devenir une bonne mère pour cet enfant. « Okay… soyons parents alors. » Le dire à voix haute était encore étrange pour elle. Elle le relâcha et prit place au bord du lit, le regard rivé sur ses pieds. « J’ai peur, » lui dit-elle, ne cachant plus sa vulnérabilité. « Et s’il me déteste ? » Elle ne pouvait se résoudre à abandonner son bébé, l’adoption n’était pas une option et Gary connaissait les raisons de tous ses doutes et questionnements. « Je veux pas qu’il me déteste... » Non, elle ne voulait pas que son enfant puisse la mépriser comme elle pouvait éprouver de la rancœur envers ses propres géniteurs. Il n’était pas un enfant désiré et pourtant, elle refusait qu’il puisse un jour le penser. Elle ne souhaitait pas lui offrir l’enfance instable qu’elle avait pu avoir, loin de toute forme de tendresse parentale. Le docteur choisit ce moment pour faire sa réapparition après avoir toqué à la porte, leur demandant si une décision avait été prise. « Je ne veux plus avorter, » affirma-t-elle en tendant une main tremblante en direction de son ancien petit-ami, dans le but de réclamer un peu de son énergie.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
We're not the ones who're meant to follow.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gary Hastings

messages : 1814
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © vindicia.
multinicks : beckett - isaac - larissa - maisie - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : cloudy heart, father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
points : 3904
moodboard : Cages or wings. Which do you prefer? 56070388b293de6d697c4b2cea485f9a75d3f739
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Off. TC, Aubrey, Shiv.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Jeu 6 Jan - 16:49
La détresse, plutôt bien dissimulée, dans laquelle il était plongée l’empêchait de remarquer celle, beaucoup plus intense, et à juste titre, de son ex compagne. Il s’imaginait être très éloquent sans jamais remettre en question la portée de ses paroles ni la manière dont elles pouvaient être interprétées par ses interlocuteurs. Il balançait ses pensées aux quatre vents et advenait ce qui devait advenir. Dès lors, il ne comprenait pas la raison qui poussait Aubrey à se mettre autant sur la défensive ; pourquoi insistait-elle sur le fait qu’il l’avait blessée alors qu’il n’avait jamais eu cette intention. Leur rupture s’était déroulée sans une larme versée, ce qui n’était pas donné à tout le monde, ils avaient mis les choses à plat pour se séparer avec le moins de grief possible. Certes, son égoïsme avait été mis sur le tapis, mais il ne lui en tenait pas rigueur car il existait un fond de vérité certain. Chaque être humain devait se préserver, il le faisait juste un peu plus que la moyenne, ce qui lui valait d’être considéré comme « auto-centré » alors qu’il savait accueillir des gens dans son cercle. L’étreinte aussi imprévisible que surprenante de la part d’Aubrey le sortit de ses réflexions et il referma d’instinct son bras gauche autour d’elle. « De… rien ? » Quel mot magique avait-il prononcé pour obtenir un tel résultat ? Il n’en savait rien mais était ravi que cela fonctionnât. Il préférait les câlins aux larmes, quoi qu’elle puisse penser de lui. Il fit un pas en avant lorsqu’elle s’éloigna pour retourner s’installer sur le rebord du lit et secoua la tête. « Il ne te détestera pas. Enfin, pendant l’adolescence, très certainement, mais avant ça, il n’y a aucune raison pour que tu sois une mauvaise mère. » Elle avait réussi à l’aimer, lui, alors elle était en mesure d’offrir son cœur à n’importe qui, encore plus à la chair de sa chair. Gary, en revanche, aurait à sortir des rames pour s’acheter le tempérament digne d’un bon père de famille. Le médecin refit son apparition et il laissa Aubrey expliquer, très succinctement, la situation. Un silence passa après cette information et le professionnel de santé roula des yeux, murmurant quelque chose comme « c’est pour ça que je déteste quand les géniteurs sont présents ». Hastings attrapa les doigts tendus par la jeune femme avant de prendre place à côté d’elle sur le lit, il glissa son bras autour de ses épaules et hocha la tête pour approuver les mots qu’elle venait de prononcer. « Désolés de vous avoir fait perdre votre temps, mais maintenant vous allez en gagner vu qu’on vous libère d’une opération. » Il refusait de passer pour un beauf qui engrossait la première venue, même aux yeux de quelqu’un qu’il ne connaissait pas, alors il montrait encore une fois qu’il savait comment fonctionner une clinique même si ce n’était pas son domaine professionnel. « Elle se rhabille et on s’en va, promis, on refera même le lit pour la suivante. » La blouse blanche roula à nouveau des yeux avant de les saluer en leur indiquant de pointer à l’accueil avant de partir, puis disparut à nouveau. Il frotta sa paume dans le dos d’Aubrey avant de déposer un bisou sur son épaule. Puis la réalité de leur avenir tomba sur ses épaules et son visage se décomposa, prenant une teinte blafarde malgré le sourire forcé sur ses lèvres. « On va être parents, » articula-t-il, en écho à des précédentes paroles de la jeune Blum. Parents. Quelle idée saugrenue. Il savait s’occuper d’un chien, mais quelles qualifications possédait-il pour oser prétendre prendre soin d’un petit être humain ?

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Aubrey Blum

messages : 1907
name : sissi.
face + © : h. steinfeld - © corpsie & tumblr.
multinicks : alvin, marley, efrem, basil, jinho.

age (birth) : 24 ans - 02/12.
♡ status : enceinte de 4 mois et demi.
work : serveuse au daveys.
activities : essayer d'économiser, garder raoul, embêter jürgen, faire du yoga, se replonger dans les études.
home : chez son oncle sur ocean avenue.
points : 2981
image : Cages or wings. Which do you prefer? TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : tc.

Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? · Jeu 13 Jan - 8:07
Gary n’était pas l’individu le plus rassurant de manière générale et, même s’il avait montré qu’il pouvait l’épauler notamment lors de la disparition de la femme de son oncle, il ne tardait jamais à se refermer comme une huître pour mieux se retrouver avec lui-même ; comme s’il n’y avait que comme ça qu’il était pleinement heureux, loin des autres et libre. Son entourage comportait bon nombre d’âmes charitables, principalement Ike et Jürgen, à eux deux ils devaient probablement former les hommes les plus doux et gentils de Windmont Bay, ceux physiquement incapables de détester et toujours tournés vers le pardon. Elle appréciait pleinement leur compagnie, toutefois, aujourd’hui, seul le soutien de son ancien petit-ami l’importait. C’était sans doute idiot de faire une telle fixation sur lui mais il était nécessaire, pour elle, de savoir qu’il était là pour elle, réellement, et qu’il le dise avec des mots clairs sans chercher à se cacher derrière une quelconque excuse. Il prit les devants face au médecin qui s’occupait de son dossier et l’initiative lui plut sincèrement car il montrait, par des actions concrètes, qu’il était prêt à élever la voix pour elle et pour l’enfant à venir. Il prenait sa défense et se montrait protecteur envers elle, tout ce qu’Aubrey désirait à dire vrai. Maintenant qu’ils avaient pris la décision d’aller jusqu’au bout de cette aventure, une infime part d’elle craignait d’être abandonnée en cours de route pour être ensuite laissée à son triste sort, sans rien. « On va être parents... » répéta-t-elle à son tour pour confirmer et appuyer ce qu’il venait de dire. Elle lâcha un rire nerveux et incontrôlé en baissant les yeux sur son ventre pour le moment inexistant, sans vraiment se douter que d’ici quelques semaines il prendrait rapidement une forme arrondie, pour rattraper le temps perdu. Dans un léger soupir, elle se redressa un peu et guida sa main sur la joue rugueuse de Gary pour la caresser à l’aide de son pouce, un fin sourire étirant ses lèvres. Elle tenait énormément à ce grand idiot, plusieurs personnes l’avaient mise en garde contre ses propres sentiments, qui n’étaient hélas pas toujours bons à suivre, mais à cette seconde elle avait envie de le croire et de lui laisser une chance de montrer qu’il pouvait être un homme de parole. Le jeune ingénieur n’était pas étranger au mot responsabilités, notamment dans son travail, pourquoi ne pourrait-il donc pas assumer celles-ci ? « Je me dépêche de me rhabiller et on part d’ici, » souffla-t-elle avec un peu plus d’aplomb. Elle se remit debout et s’avança près de la chaise sur laquelle elle avait posé ses vêtements pour les remettre un à un. « Je sais ce que tu vas dire, » le coupa-t-elle aussitôt en voyant son regard noisette posé sur le sweat-shirt (à l’effigie de la Nasa) qu’elle portait, le sien à dire vrai, pas ceux que l’on pouvait trouver dans une boutique quelconque dans les centres commerciaux. « J’ai dit que je te le rendrai, c’est juste que là… Il fait froid. » Elle pouvait lui mentir en lui disant qu’il s’agissait du premier bout de tissu qu’elle avait attrapé avant de sortir de chez elle mais ce n’était pas utile. Le vêtement avait rempli sa part du marché, il lui avait donné la force spatiale dont elle avait besoin pour survivre à la situation. « Tu crois qu’ils vont quand même nous facturer l’opération ? » demanda-t-elle, paniquée malgré elle. Le médecin avait presque semblé déçu et soûlé par sa décision finale, par conséquent elle avait peur d’être mal reçue à l’accueil. Gary avait fait mention d’un aspect financier après la naissance principalement, elle allait donc devoir faire des heures supplémentaires et économiser l’argent qu’elle n’avait pas pour avancer les frais médicaux à venir. Rassemblant ses affaires et son courage ensemble, elle quitta la chambre en compagnie de son ex petit-ami, le regard plein de bonne volonté alors que leur destination lui était étrangère, dans le fond.

Topic terminé.

_________________

--- On my tip-toes but I still couldn't reach your ego
Guess I was crazy to give you my body, my mind, don't know what I was thinkin' 'til now
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



Cages or wings. Which do you prefer? Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Cages or wings. Which do you prefer? ·
 Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: Forest-
Sauter vers: