hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS vous
pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de
vous lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos
demandes/idées/doutes dans la partie
aide à la création. Plusieurs pré-liens sont
également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions,
n'hésitez pas à les poser dans ce sujet ou si vous
voulez passer par MP, veuillez contacter le staff sur
le compte @The Observer.
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Fauteuil gaming CGM à 99€ ...
Voir le deal
99.99 €

 Take a trip (ft. Shego)

F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney Winchester

messages : 13
name : Jesse/Tsk
face + © : Inkstaboy (me)
multinicks : -

age (birth) : 23 ans
♡ status : Pas d'attaches, cœur de pierre que personne ne peut pénétrer, en tous cas n'a-t-il jamais laissé cette chance à qui que ce soit
work : Photographe
home : Appartement à Crescent Lane
points : 52
image : Take a trip (ft. Shego) TSWr52A

Take a trip (ft. Shego) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Take a trip (ft. Shego) · Mer 5 Jan - 20:32
Take a trip

Whiskey was his friend, he didn't have another. Vicodin his vice, his real and only lover. Smoked a pack or two, it never was a problem. Popped a pill or two, they really made him blossom.

Journée compliquée, pas à cause du boulot ou du manque de sommeil dû à la nuit dernière, il n'était même pas particulièrement épuisé physiquement, Sidney. Non. Elle était psychologique, la fatigue, éreinté émotionnellement au point de se sentir complètement vidé, des soupirs n'ayant de cesse de filer de ses lèvres alors qu'il passait régulièrement une main lasse sur son visage. Comme tous les mercredis midis, le Californien avait déjeuné avec sa sœur, le moral de cette dernière toujours au plus bas depuis plus de deux mois. Elle pèse lourd la culpabilité sur tes épaules. Celle de pas avoir pu la préserver, la protéger, de pas être capable d'effacer cette peine que tu lis dans son regard. De toutes les personnes qui foulaient cette terre, Ryan était indéniablement la plus importante, celle pour qui il était prêt à tout, mais ça ne suffisait pas. La présence et l'affection d'un frère ne pouvait pas remplacer ce qu'elle avait perdu. Il se demandait souvent, le tatoué, à quoi ça servait d'aimer si fort quelqu'un s'il n'était même pas possible de lui épargner les peines du monde. Ce qui était arrivé à sa cadette faisait bien trop écho à ce qu'il avait lui-même vécu alors qu'il n'était qu'un gamin. Se retrouver face au corps sans vie de son père, suicide, affronter la mort, celle d'un être cher. Tout un monde qui basculait. Il n'avait pas été capable de se sauver lui-même, le traumatisme encore trop présent lorsqu'il y pensait, alors comment serait-il seulement capable de la sauver elle ? Impossible. Pourtant il essayait, faisant au mieux pour être présent, quitte à se retrouver complètement éreinté émotionnellement, tant que ça pouvait permettre à la jeune femme de se sentir un peu moins seule, d'avoir une épaule sur laquelle pleurer. Tout pour qu'elle ne finisse pas aussi foutue que lui, que son cœur puisse encore s'animer un jour et qu'elle accueille la peine pour ne pas avoir à tirer un trait sur les souvenirs positifs, à être vide, robot sans émotion ni espoir.

Dans un besoin urgent de se ressourcer, de s'abrutir le crâne différent que par culpabilité, le photographe avait déserté son appartement en milieu de soirée, laissant derrière lui une Molly visiblement mécontente d'être privée de la présence de son humain pour la soirée. Tant pis, il se rattraperait le lendemain et lui donnerait de la pâtée pour se faire pardonner. S'en étaient donc suivies plusieurs heures dans un club à filer du bar à la piste, prenant au passage de nombreuses bouffées sur des joints qui traînaient là, descendant quelques pilules qui atténuèrent un brin son côté trop asocial, le rendant un peu plus réceptif aux échanges avec ses semblables. Il était resté dans sa bulle un moment avant de se mêler aux autres, un verre constamment tenu en main, rempli aussi rapidement qu'il était vidé. Et peu à peu son esprit s'était apaisé, les poids sur ses épaules s'atténuant, le laissant bien plus léger, presque insouciant. Souvenir biaisé de l'agitation de LA, de ses soirées universitaires. Heureusement que le trop plein d'alcool et de drogue te rend pas con comme certains sinon y a pas à douter que tu serais au cœur de toutes les bastons qui se déclarent. Au contraire même, quelques sourires filaient sur ses lèvres, fait suffisamment rare pour être soulevé.

Un trou dans le temps, les heures qui défilaient sans même qu'il ne s'en rende compte, faille spatio-temporelle dans laquelle il se complaisait suffisamment pour ne quitter l'endroit qu'au milieu de la nuit. Quatre heure du matin, presque cinq, et qu'une seule hâte : se glisser dans son lit et y rester une partie de la journée pour décuver, redescendre aussi du perchoir sur lequel la drogue l'avait foutu. Porte de l'immeuble poussé il ne tardait pas à rejoindre l'ascenseur pour monter à son étage, trop fainéant pour prendre l'escalier à une telle heure. Pas le bon plan non plus l'ascenseur cela dit. Trop lent, les mouvements lui refilant presque un haut le cœur. Et enfin le couloir dans lequel il pénétrait en trébuchant, se rattrapant de justesse contre le mur. Le pire restait à venir : trouver les clés au fond de son sac. Une minute. Deux minutes. Cinq foutues minutes et il les avait. Cinq secondes plus tard elle s'échouaient au sol, lui tirant un « fuck » contrarié. Pour la discrétion au vu de l'heure tardive on repassera. Le Californien se penchait pour les ramasser, perdant sans grande surprise l'équilibre en pestant une nouvelle fois. Maintenant qu'il était assis par terre, autant se prendre quelques minutes avant de se relever, en profiter pour trouver la bonne clé dans son trousseau.


@Shego Barrymore
©️crack in time

_________________


ANAPHORE



taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Shego Barrymore

messages : 97
name : sinki.
face + © : jeon jeongguk. ((amor fati))
multinicks : -jahseh Berry / daruma cruz

age (birth) : vingt-quatre années mais cinq de perdues.
♡ status : célibataire indomptable, le coeur a des noeuds que la raison ne peut défaire.
work : travailleur du sexe sous toutes ses formes, sites pornographiques, onlyfan et clients du week-end, la luxure est un luxe qu'il fait payer très cher.
activities : descendre quelques verres, fumer quelques pilons, faire jouir quelques coeur, se taper quelques corps et battre des records de vues sur pornhub.
home : colocation rude, grotesque et étouffante d'un petit appartement sur crescent lane.
points : 175
image : Take a trip (ft. Shego) TSWr52A

Take a trip (ft. Shego) Empty
Revenir en haut Aller en bas
· Re: Take a trip (ft. Shego) · Aujourd'hui à 1:07
Take a trip

Whiskey was his friend, he didn't have another. Vicodin his vice, his real and only lover. Smoked a pack or two, it never was a problem. Popped a pill or two, they really made him blossom.

c’est trop dur de dire non, j’savais pas quoi faire d’autre, j’te jure. foutaises, songea-t-il en le jaugeant d’un oeil abrupt, dressé face à lui comme un geôlier de front. silencieux, il l’écouta d’une oreille attentive débiter ses mensonges, décelant l’once de culpabilité naissante dans l’iris évasif. d’abord furieux, hors de contrôle, il l'eût saisi par les cheveux et traîna l’adolescent sur le sol jusque dans sa chambre où il balança sa carcasse désabusée contre la commode, non sans éveiller les cris hystériques des étudiants qui lui servirent de colocataires. on est qui nous, putain, on est qui ? vociféra-t-il d’un ton âpre, les onyx foudroyants, tu veux être une p’tite frappe qui cogne sur le plus faible pour faire jouir les neurones de tes p’tits connards de potes ? qu’il renchérit, davantage cinglant, à mille lieues d’avoir pitié, comme eux, il n’éprouva l’ombre d’un remord.

que ce soit bien clair Ari, c’est la dernière fois que j’viens te chercher chez les flics parce que t’as voulu impressionner tes sbires, ari, son frère cadet, dorénavant dernier de la lignée barrymore et vraisemblablement né pour écraser, s’enracina dans le sol, là où il eut été jeté tel un malpropre. sans doute qu’il ne fit pas la différence entre être violent et le subir, être comme son frère, s’identifier à lui, lui ressembler, ainsi fut son souhait le plus cher, à la différence inexorable que shego, soumit à ses pulsions primaires, s’accorda à ce qu’on lui frappe dessus, à ce qu’on lui casse la gueule, qu’on le piétine, qu’on lui fasse mal, en quête constante d’un sursaut de vie, là, dans la poitrine, mais à l’antipode de son benjamin, lui ne rendit pas le moindre coup.

oublie pas que c’est à cause des p’tites merdes dans ton genre que les gens se foutent en l’air, maintenant tu restes là et tu médites sur ce que t’as fais, conclut-il sur le seuil de la porte, des paires d’yeux dans son dos désapprouvant effrontément sa manière impitoyable de traiter ce qui ne fut encore qu’un mineur. au moins j’suis pas un assassin, j’ai tué personne moi, se défendit Ari, sur l’offensive. aussitôt, la porte claqua sous l’effroyable écho qu’elle répandit et, d’une démarche désarticulée, il dût passer près de ses colocataires qui sans surprise, eurent un brusque mouvement de recul, les visages effrayés et noyés de dégoût, un tableau anodin auquel il fut confronté plus d’une fois.

où tu crois qu’il va, peut-être qu’on devrait appeler les flics, vous croyez que-, claquement brutal, sa présence déserta l’air devenu étouffant et le loup solitaire désormais bête de foire vint cogner à la porte de son voisin, l’ébauche déjà bien consummée d’une cigarette suspendue à ses lèvres. rien, pas de réponse. là, sur le palier de Rin et sans la moindre envie de faire demi-tour, il chercha une issue, même infime, susceptible de le sortir de sa torpeur. c’est alors que, soudain, un fracas épouvantable secoua l’immeuble sous sa réverbération assourdissante. l’option s’offrit à lui sur un plateau d’argent, ainsi il descendit un étage plus bas pour trouver son voisin là, avachi sur le sol. les sourcils froncés, shego s’assit sur les escaliers sans même daigner venir l’aider, on peut savoir ce que tu fous à planer ici, t’as pas un pieu ? qu’il demanda, un brin curieux.


@sidney winchester
©️crack in time
 Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: windmont bay :: Crescent Lane-
Sauter vers: