hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
I.
Si vous souhaitez montrer votre soutien à FS vous
pouvez voter pour les top-sites !
II.
L'aventure FS vous tente mais vous avez peur de
vous lancer ? N'hésitez pas à nous faire part de vos
demandes/idées/doutes dans la partie
aide à la création. Plusieurs pré-liens sont
également disponibles.
III.
Pour toutes questions, demandes, suggestions,
n'hésitez pas à les poser dans ce sujet ou si vous
voulez passer par MP, veuillez contacter le staff sur
le compte @The Observer.
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + ...
Voir le deal
99.99 €
Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

 nothing hurts (to you, jahseh) — ELIJAH ONE SHOT

F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World

taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Esposito

messages : 592
name : léa, the samuraibratz
face + © : ariana grande (©nine9design)
multinicks : parker young, the fuckboi

age (birth) : (22 yo)
♡ status : (in love with the devil) ace knox, son nom est estampillé sur son coeur, elle l'attend et console sa peine dans les draps des autres
work : (own dance studio + silver dragons) la danseuse est vagabonde, professeure de danse classique le jour et strip-teaseuse la nuit elle oscille entre pirouettes légères et déhanchés érotiques, double jeu terrifiant qui lui va merveilleusement au teint
activities : (fast life) tendances pathologiques aux choses dangereuses et malsaines, mieux vaut taire ce qu'elle aime faire
home : (ocean avenue) studio modeste compris dans la location du studio qui se situe juste en dessous où elle donne ses cours, eli y passe très peu de temps, préférant de loin dormir dans le lit de ses amants ou de liv
points : 507
image : nothing hurts (to you, jahseh) — ELIJAH ONE SHOT F4ccdee0802927188df8bb8cdf91c9af62bb13be

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :

nothing hurts (to you, jahseh) — ELIJAH ONE SHOT Empty
Revenir en haut Aller en bas
· nothing hurts (to you, jahseh) — ELIJAH ONE SHOT · Ven 7 Jan 2022 - 16:27
nothing hurts



when I was a child I kept watching these films on television that showed buildings being blown up, I always really liked those

when everything sinks to the ground

everything collapses

I wanted to do that too

make things collapse





Quand est-ce que ça a commencé, tout ça ?


Je suis là, entourée de tes grands bras et de ta respiration qui pulse contre ma cage thoracique, on dirait bien que ces putains d’étoiles ont finalement été enclines à t’accorder quelques heures de répit. Moi, mes yeux sont grands ouverts vers cette fenêtre immense, ça donne une vue en première loge sur les sirènes aux lumières épileptiques, ça donne un air de fête aux restes du monument en fumée. Quand est-ce que ça a commencé, hein ? Je t’ai rencontré y’a une semaine, ou peut-être un mois, peut-être que c’était toi que j’attendais depuis la première bouffée d’oxygène. Ça fait peut-être dix, vingt, mille vies qu’on se connait, je sais plus, j’ai les connexions synaptiques complètement bouchées par toutes les substances chimiques qu’on a ingérés. Pourtant, si y’a bien un truc dont j’suis certaine, si il y a bien une vérité absolue parmi tous les fantasmes, c’est que ce soir, je me suis jamais sentie aussi heureuse et complète, Jahseh. J’ai l’impression d’avoir vécu toute ma vie avec un trois tonnes sur le dos que je conscientisais même pas, et ce soir, tu l’as fait exploser avec tout le reste. C’est comme si je réapprenais à respirer, Jah, comme si ce besoin viscéral que je cherchais à combler depuis cinq ans venait enfin de trouver son salut. J’avais le coeur éteint depuis qu'il est parti, et malgré toutes mes efforts pour le rallumer, je me suis ratée à chaque fois. C’est une histoire sans fin. Dès que j’ai essayé d’aimer, y’a toutes les divinités là-haut qui se sont réunies pour comploter et saboter toutes mes tentatives de réussir ce putain de jeu qu’est la vie. J’ai pourtant tout bien fait, n’est-ce pas ? J’étais ordonnée, toujours souriante et obéissante, jamais je criais trop fort, jamais je dépassais, j’étais toujours bien rangée et droite dans mes baskets, je faisais tout Jahseh, tout ce qu’on me demandait sans jamais poser de questions. Même quand les voix dans ma tête me hurlaient de tous les brûler vivant, même quand il déchirait mon justaucorps pour mieux m’atteindre, je ne faisais pas de bruit. J’ai essayé, j’ai essayé tellement fort de pas me laisser bouffer par la colère, mais tu le sais bien, quand on est pareil désordre, il n’y pas d’issue possible.

Je me rappelle de toutes les couleurs de cette nuit, lorsque tu m’as trouvée dans cette maudite forêt où tout me ramène à lui. Je devais avoir l’air pathétique, et toi t’aurais du avoir l’air terrifiant, avec cet arsenal qui décorait ton corps. Elle était grandiose cette rencontre, elle était putain de digne de nous, nous sommes passés par un kaléidoscope d’émotions infinies, j’aurais voulu que le soleil ne se lève jamais. Qu’on reste dans la brume épaisse de notre ignorance, qu’on reste des inconnus qui s’aiment à tout jamais. J’ai su qui tu étais, Jahseh, et j’ai voulu m’enfuir très loin, mais tes yeux me criaient trop fort de rester, et mon coeur te hurlait à la mort de ne pas partir. Et alors, il s’est passé quelque chose de surréaliste, c’était fantastique, ta présence s’est mise à remplir tous les vides. Tu m’as sauvée des nuits noires et silencieuses, tu as amené la lumière là où j’étais devenue complètement aveugle. À la seule force de ton sourire et de tes bombes, tu as brisé le cristal qui m’a retenue prisonnière toutes ces années. Roméo et Juliette, c’était de la rigolade à côté de nous, pas vrai Jahseh ? Les étoiles se sont bien foutus de nos gueules. J’avais enfin trouvé la moitié qu’il me manquait, et il a fallu que ce soit toi. Si tu savais comme je me suis détestée de t’avoir fait tant de mal par le passé, c’était même pas volontaire, mais j’aurais voulu que jamais tu ne souffres à cause de moi, j’aurais voulu que notre histoire ne soit écrite qu’au travers de nos rires et des incendies. J’aurais voulu réparer tous les maux, que tu puisses aimer sans concession, que vous puissiez faire ces trucs de couple normaux, mais rien n’est normal pour nous. Tu es si peu adapté à ton monde Jahseh, tu produis trop de lumière, à trop te regarder on finit forcément par se brûler les yeux. Et il n’y a que les fous comme nous qui préfèrent fixer le soleil et toutes les choses belles quitte à en perdre la vue, il n’y a que nous pour admirer des éclipses sans protection. Il n’y a que nous qui sommes prêts à tous les sacrifices pour simplement ressentir.

Je n’ai jamais cessé d’exister à travers les autres. Ça a d’abord été Daruma, qui m’a sauvée de moi-même, puis Ace, qui a brisé les seaux retenant tous les démons dans ma cage thoracique, et enfin Maru, qui a marché avec moi contre le vent. Avec toi c’est différent, avec toi je suis moi, j’ai enfin l’impression d’avoir le droit d’être l’être monstrueux et bousillé que je suis. Tu m’as dit dans un sourire que les autres pouvaient bien aller crever en enfer, que c’était nous d’abord, parce que plus rien n’a d’importance. Et parce que tout fout le camp en ce moment, j’ai pris cet avion pour te rejoindre. Nous n’avons passé que quelques nuits ensemble, mais ce fut assez pour que ta présence me soit vitale, pas un instant je n’ai douté Jahseh, et même si tu m’avais dit que tu avais posé une de nos bombes dans ce Boeing, je serais quand même montée à l’intérieur. C’est ainsi que le voyage vers notre fin prochaine a commencé. On l’a fait ensemble. Nous sommes rentrés à l’hôtel en silence, on a profité de la cacophonie des tokyoïtes paisiblement, et nous avons entrepris notre guerre contre l’univers. Je t’ai tenu la main, puis nous avons déclenché le plus merveilleux des chaos. Nous sommes des terroristes sans rêves, Jahseh. Nous n’avons pas de revendications, encore moins d’idéologies ou de doctrines à imposer, toute cette folie n’existe que pour raviver une petite braise dans le fond de nos cœurs, parce que plus rien n’a d’importance. Néanmoins, toujours pas de peur, de culpabilité ou de tristesse, simplement de l’émerveillement de voir ce monde à feu et à sang, comme nous. Nous avons grimpé sur les balcons et les gouttières, j’ai manqué de chuter de quinze étages plusieurs fois mais ça n’avait plus d’importance. Et depuis ce toit, on avait la plus belle vue de Tokyo, enfin sûrement pas mais pour moi, c’était la plus belle chose au monde, cette ville illuminée et cette fumée qui ne s’arrêtait plus de grimper au ciel. Puis on s’est défoncés, et je t’ai montré ma variation préférée de Casse- Noisette, la danse de la fée dragée, je tombais en permanence mais ça n’avait plus d’importance, tu m’as rejoint et tu m’as fait tourner tendrement entre tes doigts. Tu sais Jahseh, je l’ai vu le gouffre abyssal dans ton regard, tu étais tellement transparent que j’avais l’impression de voir à travers toi. Je n’ai rien dit, je ne t’ai pas demandé de m’expliquer, quand tu m’as dit que tu avais entrainé tes amis dans la mort et que ça n’avait pas été suffisant pour apaiser ton coeur.



et moi, tu me sacrifierais pour voir si ton coeur marche encore ?

je sais déjà que te sacrifier causerait à mon coeur la même issue que cette tour,
il en resterait que des cendres



Rien n’avait d’importance, Jahseh. Rien ne faisait mal.

Dans notre prochaine vie, je te promet que nous serons heureux. On ira au cinéma et au bowling, on partira en voyage sur des îles aux couleurs de carte postale, on s’allongera dans l’herbe pendant des heures pour se raconter des futilités d’ados, tu me raconteras tes histoires d’amour et tes histoires d’une nuit, je te raconterais mes chagrins et peines de coeur. Dans notre prochaine vie, dans celle où tous les dieux ne nous auront pas maudits, tu seras une putain de pop star, parce que tu es tout Jahseh, t’auras des prix Nobel et tu seras décoré par le président, et moi je serais toujours là pour tenir ta main. On vivra comme dans les comédies pour gens heureux, pour ceux qui ont de l’espoir.


Parce qu’en cet instant, l’espoir est mort. Nous sommes de ceux qui ne peuvent pas être sauvés, Jahseh.

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce


 Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: around windmont bay :: The World-
Sauter vers: