hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
Si vous souhaitez nous rejoindre, n'hésitez pas à vous rendre dans la rubrique aide pour recevoir un petit coup de main de notre part! Vous pouvez aussi y poser toutes vosquestions si vous n'avez pas trouvé réponses dans notre faq.

Le forum célèbre un nouvel anniversaire, et c'est grâce à vous !
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

2 participants
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Betty Hurston
played by
portrayed by
messages : 310
name : jo ⋅ elle.
face + © : lucy boynton, myself.
multinicks : sloane.

age (birth) : vingt-quatre ans.
♡ status : papillon qui papillonne.
work : organisatrice d'évènements.
activities : piano, planification, travail.
points : 401
moodboard : la noche es corta, el sol me espera (elizabeth) 09tSWUG0_o
image : la noche es corta, el sol me espera (elizabeth) RzalHeG

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : off | milo ⋅ elizabeth ⋅ theo ⋅ tc.
· la noche es corta, el sol me espera (elizabeth) · Sam 12 Mar - 16:09
la noche es corta, el sol me espera  /  @Elizabeth Esposito  
Message innatendu, le téléphone de Betty se met à vibrer en plein meeting pour un futur projet. Son pitch presque terminé, elle s'excuse et prend son message. Rejoins-moi à 22h chez moi. La blonde répond à la positive rapidement et rejoint les investisseurs dans la salle de conférence. Heureusement, il ne lui restait que que quelques détails à paufiner avant de pouvoir quitter pour le weekend. Visiblement, elle devait garder sa soirée libre et elle doublerait d'efforts demain pour travailler. Après que l'entretien soit terminé, Betty se dirige vers son bureau, prenant ses affaires, ses dossiers et puis le chemin de son appartement. Elle avait encore quelques heures avant de rejoindre Elizabeth chez elle. Elle se demandait bien ce que son amie pouvait lui réserver à une heure pareille mais elle n'avait pas posé de questions. Une fois arrivée, elle file sous la douche, bien méritée et qui lui fait un bien fou. Les semaines étaient longues et la blonde ne comptait plus ses heures. Mais c'était tout ce qu'elle avait connu. Chez les Hurston, on ne comptait pas les heures, sauf si c'était pour faire payer les autres. Les efforts, les heures devant les dossiers, ses parents enfermés dans leurs bureaux, elle avait été habituée depuis qu'elle était haute comme trois pommes. L'ambition et la rigueur avaient été transmises à Betty qui suivait elle aussi le chemin de ses parents. Sans doute sans vraiment le vouloir mais elle était dans la fleur de l'âge et avait le monde devant elle, où comme le disait son père, à ses pieds. Betty n'aimait pas penser de cette manière. Après la douche, la blonde pris le temps de manger un morceau avant de se préparer, ne sachant pas trop quoi mettre elle décida d'opter pour un jumpsuit classique noir sans manche. Assez léger et comfortable pour la température. Vers 21h30, elle quitta son appartement, prenant l'essentiel dans un petit sac à main, laissant une lumière allumée. Elle décida de faire le chemin à pied, ici tout était pratiquement à distance de marche, ce qui était très différent de Cleveland mais qui lui plaisait. Arrivée chez son amie, elle la prévient par un sms rapide avant de monter et sonner à sa porte, attendant une réponse. « Alors c'est quoi cette activité nocture qui me tire de ma belle soirée de boulot? » lui demanda Betty, intriguée par ce que la petite brune pouvait bien lui réserver en entrant chez Elizabeth. « Tu ne m'as pas donné beaucoup d'indices. » Betty était curieuse de savoir ce que son amie avait en tête et ne le cachait pas.

par alcara

_________________

Killing me slow, out the window, i'm always waiting for you to be waiting below. Devils roll the dice, angels roll their eyes what doesn't kill me makes me want you more.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Esposito
played by
portrayed by
messages : 618
name : léa, the samuraibratz
face + © : ariana grande (©disastereyes)
multinicks : parker young, the fuckboi

age (birth) : (22 yo)
♡ status : (in love with the devil) ace knox, son nom est estampillé sur son coeur, elle l'attend et console sa peine dans les draps des autres
work : (own dance studio + silver dragons) la danseuse est vagabonde, professeure de danse classique le jour et strip-teaseuse la nuit elle oscille entre pirouettes légères et déhanchés érotiques, double jeu terrifiant qui lui va merveilleusement au teint
activities : (fast life) tendances pathologiques aux choses dangereuses et malsaines, mieux vaut taire ce qu'elle aime faire
home : (ocean avenue) studio modeste compris dans la location du studio qui se situe juste en dessous où elle donne ses cours, eli y passe très peu de temps, préférant de loin dormir dans le lit de ses amants ou de liv
points : 692
image : la noche es corta, el sol me espera (elizabeth) D0e7c5c9a34c82e575ad69476cf7244989482932

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :
· Re: la noche es corta, el sol me espera (elizabeth) · Mar 22 Mar - 14:21
la noche es corta, el sol me espera  /  @Betty Hurston  
Petite princesse voleuse a le coeur bien vide en ce moment, alors elle tue les peurs de solitude et les confrontations à la réalité dans des heures incalculables d’entrainement, reste très tard après ses derniers cours dans son studio et ne s’arrête que lorsque son corps ne suit plus, pour noyer ensuite les douleurs dans les alcools et drogues arc-en-ciel. De toutes ses relations, il y en a une qui l’amarre à peu près au monde des vivants, Betty, seule âme qui n’a pas été vampirisée par les néons rouges des bars peu fréquentables et corrompue par le diable en personne. Elizabeth ne semble pas vouloir l’épargner, elle est même absolument ravie de l’embarquer pour une soirée dans son monde à elle, curieuse d’observer un papillon de jour expérimenter les lumières artificielles de la nuit. Texto envoyé à la volée entre deux grands battements, elle rejoint le modeste studio se trouvant juste au dessus de son école, et cette nuit là ne dérogeant pas à la règle, ce sont les mêmes rituels qu’elle applique religieusement : recouvre son visage poupin d’un maquillage extravagant et soigné, galbe ses courbes dans une robe provocante, et enfile des talons vertigineusement hauts pour masquer sa minuscule taille, Elizabeth Esposito devient Eli, gamine complètement timbrée que tout le monde connait, autant détestée qu’adorée. Portable qui sonne, gentiment ignoré à cause des basses un peu trop fortes qui emplissent l’appartement d’une musique entêtante, c’est à 22 pétante qu’elle entend que ça frappe, son inner child la pousse à accourir vers la porte, un sourire éclatant aux lèvres. Salut girl boss, qu’elle s’écrie en déposant un baiser sur la joue de la blonde, s’écarte pour la laisser pénétrer dans le petit appartement. Les questions pleuvent déjà, elle y répond d’abord par un mystérieux clin d’oeil, avant de se diriger vers la cuisine ouverte dans laquelle les attendait déjà une bouteille de blanc et deux verres à vin, qu’elle remplit aussi sec avant d’en tendre une à Betty, pas une minute à perdre, l’impatience d’Elisabeth n’est un secret pour personne. Normal, je voulais te faire la surprise !, elle fait tinter la coupe contre celle de la blonde, une main posée sur le bar, un air mystérieux à la limite du flippant scotché à ses traits, elle se penche alors vers elle (toujours un peu trop, peu de conscience des limites du raisonnable) avant de poursuivre sur le ton de la confidence. Je t’emmène en braquage, ce soir. Puis elle laisse un étrange doute planer, avant que son rire sonore et enfantin n'éclate, fière de ses propres effets. J’rigole, ça fait longtemps que je fais plus ça… On va danser ce soir, tu m’as dit que tu voulais voir où je travaille. La danseuse vagabonde accompagne chaque parole de grands gestes enthousiastes, alcool siroté à vitesse grand V, s’annonce une soirée mouvementée pour Betty.

par alcara
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum