hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
Si vous souhaitez nous rejoindre, n'hésitez pas à vous rendre dans la rubrique aide pour recevoir un petit coup de main de notre part! Vous pouvez aussi y poser toutes vosquestions si vous n'avez pas trouvé réponses dans notre faq.

Le forum célèbre un nouvel anniversaire, et c'est grâce à vous !
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

2 participants
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Hartsfield
played by
portrayed by
messages : 79
name : nepy
face + © : matthew goode ©valtersen
multinicks : dorothy smith

age (birth) : 38
♡ status : single.
work : priest.
activities : pray. excave.
points : 183
image : may it be (scar) Giphy

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : 0/3 - scar ; jace ; tc
· may it be (scar) · Dim 13 Mar - 15:27

4f2dedf9eec0947c5fc9bf580ca055db62bb2d75.gif9120329c20bb8ecb072c78ecf10df20bbf61fc63.gif
@Scar Murphy & Mark
May it be the shadow's call will fly away. May it be your journey on to light the day. When the night is overcome, you may rise to find the sun. Mornie utulie, believe and you will find your way. Mornie alantie, a promise lives within you now.

Il n’était pas nerveux. Non, il ne l’était pas et si ses doigts se crispaient légèrement sur le sermon qu’il tenait entre ses mains, c’était uniquement à raison de l’épaisseur des murs de l’église qui l’accueillait. Il était passé tellement de fois devant sans jamais oser y entrer autrement qu’avec sa famille chaque dimanche. Il avait passé tant d’heures à observer, émerveillé le détail des vitraux colorés et la lumière évanescente qui se reflétaient délicatement sur les petits angelots désormais doués de vie. Bien sûr, cette église et, qui pour l’occasion servait également de temple, était sans commune mesure avec ces merveilles architecturales qu’il avait visité en Europe. Elle n’avait pas la splendeur des sculptures du Bernin. Ses voûtes étaient bien plus modestes que celles de Notre Dame. Elle ne disposait pas de la splendeur éclatante de la Catalogne. Mais elle avait toujours gardé une place dans son cœur parce que c’est là que tout avait commencé et où, il en avait toujours eu la certitude, tout s’achèverait un jour. Ce n’était évidemment pas la première célébration qu’il tiendrait, il ne comptait plus celles réalisées à Beaver’s Creek. Et il avait l’avantage de connaître d’ores et déjà une grande partie des fidèles et inversement. Mais c’était sans doute là toute la difficulté. Il craignait qu’ils ne le voient que comme un rejeton Harstfield de plus, celui qui causait peut être le moins de remous mais qui ne pouvait effacer la tare de son aîné. Certains de ses anciens professeurs seraient peut être là pour lui rappeler subtilement que durant ses années adolescentes, il était bien loin de l’image docile du berger qu’il présentait aujourd’hui. Ses anciens amis avec qui il maintenait un lien distendu feraient peut être le déplacement pour l’observer comme une bête curieuse, accompagnés de leur famille qui n’aurait pas la moindre idée des liens qui pouvaient les unir. Et il y aurait tous ceux qui ne le connaissaient pas, ou seulement de nom, qui râlaient déjà qu’un jeune arriviste prenne la place d’un pasteur certes vieillissant mais auxquels ils s’étaient attachés. Il entendait déjà les langues de vipère siffler près de ses oreilles dès qu’il aurait le dos tourné. Se consacrer au Tout Puissant, il n’y avait rien de plus normal ; refuser d’avoir une famille comme eux, il n’y avait rien de plus anormal et le pasteur Harstfield devait posséder plus d’un cadavre dans le placard. S’ils savaient l’âge des os dissimulés dans ce dernier…

« Avouons-le, nous avons du mal à accepter spontanément les appels de Jésus à aimer ses ennemis, à supporter l’outrage, à prêter ou donner sans rien attendre en retour. Ne serait-il pas trop angélique ? » La messe se déroulait finalement bien. Après ses premières craintes durant le tout début de la cérémonie, lorsqu’il avait senti les centaines d’yeux sur lui, bien plus remplies qu’ordinairement, l’église s’était réchauffé au fur et à mesure de la lecture des textes et des chants qui s’amplifiaient sous les voutes centenaires. Il avait décidé d’axer son tout premier sermon dans le temple de son enfance sur la nécessité de sculpter sa vie, de révéler ce qu’il y avait de beau à l’intérieur de soi et de tendre la main à son prochain, quant bien même ce dernier nous ait blessé. Toute nervosité avait disparu alors qu’ayant toujours plus d’assurance, il termina son monologue : « Comme nous le dit saint Paul : « De même que nous aurons été à l’image d’Adam qui est fait d’argile, de même nous serons à l’image de Christ qui vient du ciel ». En nous regardant les uns des autres, ce matin ici réunis dans notre assemblée ou dans nos familles et communautés, admirons ce que le Seigneur accomplit en nous, comment il nous façonne par sa parole.  Laissons-le ciseler notre cœur afin de nous rendre toujours plus aimant et aimé. » Il promena son regard azur sur l’ensemble de l’auditoire, la bonté et la tendresse émanant de ses nouvelles ouailles qu’il s’apprêterait à découvrir par la suite. Il ouvrit ses mains, la musique sacrée s’élevant dans les airs afin de leur souhaiter une belle journée et de les inciter à répandre la parole et l’amour de Dieu. Soulagé, il sentit un brouhaha enthousiaste s’élever des paroissiens qui se redressaient et sortaient vers la lumière ensoleillé de ce beau dimanche de printemps. Bientôt, il les suivit pour se présenter à ceux qui souhaitaient en apprendre plus sur leur nouveau pasteur. Bon sang, il avait envie de s'en griller une.

_________________
What do you call a dinosaur that never gives up?
Try-try-try-ceratops!
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Scar Murphy
played by
portrayed by
messages : 2910
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : mrobbie ⋅ © vesna.
multinicks :
danielgiselleodettedianetheo


age (birth) : ( 27 a n s ) née le vingt deux août mille neuf cent quatre vingt quatorze.
♡ status : ( a b s t i n e n t e ) dieu et jésus sont les seuls hommes qui l'intéressent, elle se préserve pour le mariage et clame haut et fort sa différence dans un monde perverti.
work : ( a s s i s t a n t e ) anciennement serveuse au mickey's, elle assiste désormais son ami vittoriu pour la gestion administrative de ses écuries.
home : ( c r e s c e n t l a n e ) au-dessus du davey's, ce qui ne l'enchante pas vraiment, il y a du bruit et de l'indécence.
points : 4634
image : may it be (scar) 27a0e50b5192f48e89b4473bdfab96406a4d266f

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : eliot ⋅ peter ⋅ vittoriu ⋅ woody
· Re: may it be (scar) · Ven 25 Mar - 22:53
La nouvelle d'un nouveau pasteur était arrivée aux oreilles de Scar il y a quelques jours, et elle ne l'avait pas accueillie avec le sourire, au début. La blonde n'aimait pas le changement, surtout quand elle était satisfaite de quelque chose, ce qui était le cas avec le pasteur actuel (ou plutôt, désormais, l'ancien). Mais il s'agissait néanmoins de quelqu'un qui partageait sa foi, à un tel point qu'il en avait fait son métier, et ça, elle ne pouvait pas l'ignorer. Elle alla donc à l'église, ce dimanche, avec l'esprit ouvert et le coeur généreux, prête à accueillir ce nouvel homme dans sa vie. Ce serait une véritable catastrophe s'il était nul ou antipathique, elle espérait donc que la messe se passerait merveilleusement bien et que le nouveau pasteur arriverait à la séduire.

Elle ne savait pas comment elle avait pu louper l'information, mais c'est en arrivant à l'église ce matin-là qu'elle apprit que le nouveau pasteur faisait partie de la famille Hartsfield. Le fils de celui qu'elle admirait tant, et qu'elle espérait bien retrouver aujourd'hui, mais surtout le frère de Peter. Comment deux frères pouvaient-ils être aussi différents ? L'un complètement dévoué à Dieu, et l'autre vivant dans le péché ? C'était quelque chose qu'elle ne s'expliquait pas, puisqu'ils avaient été éduqués de la même façon, par les mêmes personnes. Encore plus curieuse qu'avant, Scar ne trouva aucune place près des Hartsfield et dût se résigner à s'asseoir deux bancs derrière eux. Bible sur les genoux, son coeur loupa un battement quand le nouveau pasteur arriva dans la salle et qu'elle entendit sa voix pour la première fois. Petit à petit, elle se laissa bercer par son discours, si apaisée par sa voix agréable qu'elle finit par fermer les yeux pour totalement s'imprégner de ses propos et communier avec l'assemblée.

Elle resta assise quelques minutes après la fin du service, tentant de retrouver ses esprits. Son regard, lui, ne se détachait pas un seul instant du nouveau pasteur. En l'espace de quelques minutes seulement, il avait réussi à la conquérir. Et ce n'était pas seulement sa prestance naturelle, mais le fait qu'il soit un Hartsfield jouait beaucoup également. Non seulement elle se disait que se rapprocher de lui ne pourrait que la rapprocher de son père, mais voir qu'une progéniture Hartsfield pouvait être inspirante, en contraste avec Peter, la fascinait. Et quoi de mieux, que de faire du frère de sa némésis un allié ? Sûrement qu'il n'approuvait pas le mode de vie de son frère - il ne devait sûrement pas être au courant, mais elle espérait en tout cas que les deux frères ne s'entendaient pas, ou ça pourrait lui causer préjudice.

Quand elle vit le pasteur Hartsfield se diriger dehors, Scar se releva immédiatement de son banc pour le suivre. Elle n'hésita pas une seconde avant de l'approcher, profitant qu'il était seul, tout sourire. « Bonjour. Scarlett Murphy, enchantée. Votre discours était magnifique, vraiment inspiré. Je crois que vous avez fait forte impression. » Elle regarda autour d'eux, remarquant les nombreux regards rivés sur le nouveau venu. Tout le monde espérait l'approcher pour lui parler, se présenter, rentrer dans ses petits papiers. Scar la première. « Je voulais me présenter, j'anime le groupe de jeunesse les dimanches après-midi et je ne rate jamais un service, on sera amenés à se voir souvent. » Et elle espérait qu'elle ne ferait pas que l'écouter mais qu'ils pourraient également échanger régulièrement. Enfin quelqu'un qui partageait les mêmes valeurs qu'elle et qui ne la jugerait pas pour être "trop". « Je connais bien les Hartsfield aussi. Comment ça se fait que je ne vous ai encore jamais vu ? » Elle avait déjà été invitée plusieurs fois chez les Hartsfield, elle se demandait donc où s'était caché le membre le plus intéressant de cette famille pendant tout ce temps.

_________________
I always felt like
I saw things differently
Saw things other people didn’t
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Hartsfield
played by
portrayed by
messages : 79
name : nepy
face + © : matthew goode ©valtersen
multinicks : dorothy smith

age (birth) : 38
♡ status : single.
work : priest.
activities : pray. excave.
points : 183
image : may it be (scar) Giphy

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : 0/3 - scar ; jace ; tc
· Re: may it be (scar) · Sam 16 Avr - 15:42
Il savait ce qu’il faisait. Ce n’était pas son premier sermon, pas sa première messe et le public était plus ou moins acquis après tout, composé des membres de sa famille et des amis de ces derniers. Il savait que tout ce qui sortirait de sa bouche serait vu comme parole d’Evangile, sans mauvais jeu de mot. Tout ce qu’il pourrait bien faire ou dire ne serait jamais aussi scandaleux que ce que certains membres de sa famille avaient odieusement commis. Pourtant, il en avait été toujours ainsi. Juste avant d’entrer dans le lieu saint, qu’il comparait parfois à une arène, il ne pouvait s’empêcher d’avoir la main un peu tremblante, le regard légèrement fuyant et l’oxygène venant à lui manquer. Ce n’était cependant qu’une question de secondes avant qu’il ne retrouve son assurance habituelle emplie de sagesse et de bonté. Lorsqu’il revêtait la robe, c’était comme s’il se sentait habité par une puissance supérieure qui se servait de lui comme un amplificateur de la parole divine. Il n’était qu’un messager, un témoin de la mémoire qui se contentait de répandre la bonne parole et toutes ses craintes, toutes ses émotions négatives disparaissaient de manière évanescente dans la maison de Dieu. Le prêche passa plus vite qu’il ne voulut l’admettre et même s’il était ravi d’avoir pu partager un véritable moment avec les paroissiens de Windmont Bay et souhaitait connaître davantage cette communauté qui l’accueillait les bras ouverts, il n’en demeurait pas moins qu’il avait envie de relâcher la pression. Les premières impressions étaient les plus importantes et sa famille pouvait bien connaître certains travers, il était opportun que les autres membres de la Congrégation attendent quelques temps avant de remarquer ses défauts. Ils ne manqueraient pas d’apparaître sous peu. La cigarette devrait attendre un peu.

Une voix délicate sur sa gauche le fit se retourner et l’espace d’un instant, il s’attendait à se retrouver face à une famille entière portée par la matriarche au pas de course, un peu trop maquillée et aux lèvres un peu trop pincées comme il en avait l’habitude à Beaver’s Creek. Mais quand son regard se porta sur un visage qui n’avait rien à envier aux poupées de porcelaine de sa grand-mère, il accueillit cette agréable surprise avec un sourire aussi bienveillant que son regard chaleureux. On était loin de la ménagère de moins de 50 ans qui misait tout sur leur sortie du dimanche. Il lui adressa un léger signe de tête en guise de salut. « Je vous remercie pour votre chaleureux accueil et vos paroles apaisantes. Je suis ravi de faire partie d’une communauté aussi unie. » lui répondit-il avant de poursuivre, sans relever qu’au regard du nombre d’habitants, la communauté demeurait assez restreinte. La quantité ne valait pas la qualité. « Enchanté de même, Mademoiselle Murphy. Vous pouvez m’appeler Mark si vous le désirez. » Il n’avait jamais apprécié qu’on l’appelle par son titre, préférant la simplicité qui permettait d’offrir une proximité plus affable avec les croyants et les non-croyants. Les orbes azurs de l’homme de foi s’illuminèrent de ravissement en apprenant qu’ils seraient amenés à se voir régulièrement. « Oh vraiment ? Vous m’en voyez tout simplement ravi. » Il ne put s’empêcher de laisser s’échapper un petit rire en promenant un regard paternel sur la foule joyeuse. « Constater que la moyenne d’âge se répercute non seulement dans l’assemblée que dans ceux qui font vivre la foi m’enchante. Il apparaît donc que nous passerons tous nos dimanches ensemble alors ? » poursuivit-il en haussant ses sourcils d’un air interrogateur.

Si les fidèles de son ancienne paroisse étaient fidèles au rendez-vous dominical, il devait regretter qu’ils fassent preuve de moins d’enthousiasme et d’initiative. Force était de constater que l’esprit innovateur de Windmont Bay était un cran au dessus. « Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez en ce moment ? » lui demanda-t-elle, sincèrement intéressé. « Ou que vous souhaitiez que nous développions ? » Il demeurait sur la réserve pour son premier jour même si sa passion pour la géologie et surtout la paléontologie étaient connus de tous. « Rien de plus normal, j’exerçais au sein d’une autre paroisse jusque récemment après avoir beaucoup voyagé. » répondit-il le plus simplement du monde. « Je serai presqu’offusqué que ma famille ne vous ai pas parlé de moi. J’espérais un peu être le fils prodigue. » plaisanta-t-il, bien conscient du poids qui avait reposé sur ses épaules lorsqu’il était devenu l’aîné de fait de la famille. « Mais je le suis plus encore qu’ils ne nous aient jamais fait nous rencontrer. Vous êtes proches de ces derniers depuis longtemps ? » Son regard coula sur la tribu Hartsfield qui discutaient joyeusement avec d’autres paroissiens, lui donnant l’impression de parader tel des coqs. « Si tel était le cas, il nous faudra rattraper le temps perdu. »

_________________
What do you call a dinosaur that never gives up?
Try-try-try-ceratops!
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Scar Murphy
played by
portrayed by
messages : 2910
name : romane ⋅ bambi eyes.
face + © : mrobbie ⋅ © vesna.
multinicks :
danielgiselleodettedianetheo


age (birth) : ( 27 a n s ) née le vingt deux août mille neuf cent quatre vingt quatorze.
♡ status : ( a b s t i n e n t e ) dieu et jésus sont les seuls hommes qui l'intéressent, elle se préserve pour le mariage et clame haut et fort sa différence dans un monde perverti.
work : ( a s s i s t a n t e ) anciennement serveuse au mickey's, elle assiste désormais son ami vittoriu pour la gestion administrative de ses écuries.
home : ( c r e s c e n t l a n e ) au-dessus du davey's, ce qui ne l'enchante pas vraiment, il y a du bruit et de l'indécence.
points : 4634
image : may it be (scar) 27a0e50b5192f48e89b4473bdfab96406a4d266f

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : eliot ⋅ peter ⋅ vittoriu ⋅ woody
· Re: may it be (scar) · Jeu 5 Mai - 10:31
Elle était ravie, Scar, de découvrir le nouveau visage de l'église. Si elle avait été un peu dubitative avant d'y mettre les pieds ce matin, il avait suffi d'un sermon pour la convaincre qu'il était l'homme de la situation. Il était jeune, pas désagréable à regarder, vaillant, de quoi redonner un peu d'énergie à la paroisse. Avec lui, elle avancerait certainement plus qu'avec le vieux qui l'avait précédé. Elle n'hésita donc pas à l'accoster dehors, après le service, lui mettant le grapin dessus avant que les mères de famille ne prennent toute la place. Elle estimait être la plus légitime à former une relation particulière avec le pasteur, et n'hésiterait pas à s'imposer de la sorte. Ravie qu'il lui propose de l'appeler par son prénom, elle se sentait déjà proche de lui à un niveau spirituelle, convaincue qu'ils feraient de grandes choses ensemble. « Je suis fidèle au poste, tous les dimanches. Je suis heureuse de pouvoir passer autant de temps en votre compagnie. » Lui confirma-t-elle dans un ravissant sourire. Elle ne jouait pas simplement les lèche-cul, elle avait réellement hâte de le découvrir et de travailler avec lui, maintenant qu'elle était persuadée qu'il était l'homme de la situation.
Quand il lui demanda quels étaient ses projets ou ses ambitions, Scar fit mine de réfléchir, car jamais on ne lui avait posé la question. Jusque-là, elle s'était contentée de suivre la ligne qu'on lui imposait, elle suivait les directives, mais ce nouveau pasteur avait l'air ouvert aux propositions et ça l'enchantait. « Eh bien, ce que je déplore le plus, c'est la jeunesse de Windmont Bay qui ne s'intéresse pas assez à la religion. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas croyants, mais ils ne vont pas forcément à l'église, et leurs moeurs sont un peu légères. » Elle désespérait, Scar, de trouver des jeunes de son âge aussi investis dans l'église. Comment était-elle censée se trouver un mari avec cette bande de dégénérés qui remplissaient les rues de sa ville ? « J'aimerais mettre des choses en place pour attirer les jeunes mais ce n'est pas facile. » Elle avait bien tenté de piéger Elvis Flowers, le grand magicien, pour qu'il mette ses talents au profit de l'église, mais ce dernier s'était très mal comporté. A la suite de cette dispute, Scar avait tout simplement abandonné ce projet, mais peut-être qu'avec Mark, ils arriveraient à quelque chose.
Quand le sujet des Hartsfield fut abordé, la blonde changea légèrement d'attitude, un peu plus sur la retenue, car elle ignorait encore les relations que Mark entretenaient avec son frère. Devait-elle le critiquer, ou au contraire, faire croire qu'il était son meilleur ami ? « Je connais votre frère Peter depuis de nombreuses années, donc de fil en aiguille j'ai rencontré vos parents, et ça a été un véritable coup de foudre. Je suis souvent invitée à déjeuner chez eux. Peut-être vous y croiserai-je une prochaine fois ? » Ce coup de foudre valait surtout pour le patriarche, et s'imaginer autour d'une table avec Mark et lui était comme un avant-goût de paradis pour la blonde. « Vous êtes proche de Peter ? » Lui demanda-t-elle, curieuse mais faussement innocente, pour savoir sur quel pied danser. Si Mark était un homme bon, il serait sûrement dans son camp et ils pourraient alors faire bloc contre le cadet Hartsfield.

_________________
I always felt like
I saw things differently
Saw things other people didn’t
Contenu sponsorisé
played by
portrayed by
· Re: may it be (scar) ·
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum