hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
Si vous souhaitez nous rejoindre, n'hésitez pas à vous rendre dans la rubrique aide pour recevoir un petit coup de main de notre part! Vous pouvez aussi y poser toutes vosquestions si vous n'avez pas trouvé réponses dans notre faq.

Le forum célèbre un nouvel anniversaire, et c'est grâce à vous !
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

2 participants
just a lost boy not ready to be found.
Voir le profil de l'utilisateur
Eliot Hastings
played by
portrayed by
messages : 2642
name : marido @ castiells.
face + © : tom holland © la mie + phyla.
multinicks : aurora, citra, pablo, raelyn, rosalie, shiv.

age (birth) : vingt cinq ans, 08 février 1996.
♡ status : amoureux.
work : assistant vétérinaire et propriétaire du davey's.
activities : faire du vélo, jouer à la batterie, jouer avec maverick, passer du temps à rêvasser en compagnie de peter.
home : il squatte principalement chez peter mais retourne voir ses parents régulièrement.
points : 3836
moodboard :
stressed out. SjUEF66

stressed out. 6kVRrST

“and I can see us twisted in bedsheets,
august sipped away like a bottle of wine.”

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : jules, peter, scar.
· stressed out. · Jeu 17 Mar - 18:43

I hold you through the toughest parts when you feel like it's the end.

 @Peter Hartsfield     — mars (2022)

La journée avait commencé sereinement à l’instar des derniers mois où tout paraissait fluide et naturel. Leur vie privée était sensiblement la même (il ne se plaignait pas) toutefois il avait noté des efforts ou plutôt des initiatives de la part de Peter. Celui-ci se détendait à son rythme et il le laissait faire sans jamais forcer. Récemment, son petit ami avait d’ailleurs fait part de sa volonté de partager sa sexualité à ses parents ce qui le réjouissait d’un côté et l’inquiétait également eu égard à leurs convictions religieuses. Ca passerait ou ça casserait mais c’était – il le pensait – une étape nécessaire pour son compagnon afin de vivre plus tranquillement et de se libérer d’un poids. Tout en le soutenant par ses mots, il ne demanda pas quand ni comment car c’était le genre de chose qui viendrait spontanément un beau matin. Il savait que Peter se préparerait tout un discours personnel afin d’anticiper au mieux les réactions toutefois le moment venu le scénario se déroulerait probablement différent. On avait beau tout prévoir, le destin réservait toujours de drôles de surprises. De toute façon, quand ce serait fait, il ne doutait pas être mis au courant rapidement car ils n’avaient que peu de secrets l’un pour l’autre. Après une opération réussie, il partit dehors faire une pause et fumer une cigarette en compagnie de ses collègues. Il avait tenté d’arrêter – et avait à moitié réussi – puisque tantôt (quand il stressait notamment), l’envie de nicotine revenait picoter le bout de ses lèvres. C’était mal il en était conscient alors il faisait au mieux pour réduire sa consommation, ce qui était difficile quand tout le monde autour de vous souffrait d’un vice similaire. Pendant que les conversations bifurquaient sur les actualités locales, il jeta un coup d’œil à son téléphone pour rattraper les dernières informations ainsi que les quelques trucs de ses amis qu’il avait manqué sur mazebird. Il n’utilisait que très peu l’application d’un point de vue personnel et préférait s’en servir pour regarder des vidéos débiles. Son feed était constitué de 70% d’animaux, 20% de transformers et de 10% de top gun, dès lors quand il vit le fameux compte de ragots il fut légèrement étonné. Il n’aimait pas particulièrement les potins voir pas du tout mais sa curiosité prit bizarrement le dessus avant de réaliser le contenu de ce qu’il avait sous les yeux. Peter…. Ces imbéciles l’avaient pris pour cible de la pire manière qui soit en révélant cette partie de lui qu’il avait du mal à gérer. Il écrivit aussitôt à ce dernier en promettant de faire au plus vite pour rentrer car il n’osait imaginer son état face à l’ampleur que de tels mots pouvaient avoir. Une poignée d’heures plus tard il débarqua dans leur appartement – vide – ce qui aurait pu l’inquiéter néanmoins l’absence de sa chienne indiquait que le binôme n’était pas encore revenu de sa ballade. Rongeant son frein, il faisait les quatre cents pas dans le salon quand il entendit le cliquetis familier de la porte d’entrée. Il se précipita dans le couloir pour accueillir le propriétaire des lieux, en ignorant Maverick qui sautillait partout. « Je suis désolé. » Murmura-t-il en prenant ses miens dans les siennes. « Comment tu te sens ? » Probablement mal à en juger ses yeux rougis mais il était désormais avec lui, une maigre consolation quand sa vie venait d'être chamboulée de a à z par des anonymes.

_________________

love me, 'cause that is all I really need when all the rest of it is blown away.
write your sins away.
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Hartsfield
played by
portrayed by
messages : 1989
name : corpsie.
face + © : c. rowe + ©me & phyla.
multinicks : beckett - gary - isaac - larissa - tony - vince.

age (birth) : 25. (24.05)
♡ status : in a relationship with Eliot.
work : real estate agent.
activities : hanging out with friends, drinking beers, going to church during the week, avoiding his family, accepting himself.
home : his own flat on harbor row.
points : 1456
moodboard :
stressed out. Peterp10
I have tasted your mind,
I cannot forget its flavor.


stressed out. 6kVRrST

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {dispo} . Eliot.
· Re: stressed out. · Ven 18 Mar - 15:19
Acharnement, tel était le mot qui tournait en boucle dans l’esprit de Peter depuis que la publication Mazebird était sortie. Il était un homme simple, discret, qui n’avait jamais un mot plus haut que l’autre, serviable et généreux ; son altruisme lui était dicté par une éducation stricte et religieuse, qu’il n’avait jamais remise en question même en dépit des récentes révélations découvertes sur lui-même. Il ne parvenait pas à se convaincre que son nom était apparu sur ce compte maudit, pourtant il avait lu, relu et re-relu le contenu tant et si bien qu’il en connaissait presque chacun des mots par cœur. Il aurait pu nier publiquement l’intégralité des informations transmises, cependant il était trop tard, les gens le regarderaient de travers s’il ne disait pas la vérité et ils ne le croiraient de toute manière pas car il était un piètre menteur. Sur la route pour rentrer chez lui, son téléphone se mit à bipper de manière incontrôlée, signe que l’information avait débuté sa circulation au sein de son cercle familial et amical. Il avait peur de ce qu’il allait lire, et il se contenta d’appuyer sur la discussion avec Eliot, auquel il répondit jusqu’à se garer en bas de son immeuble. Comme convenu avec lui, il prit en charge la promenade de Maverick, qui continuait de le regarder avec des yeux emplis d’affection, comme si rien n’avait changé depuis qu’elle le connaissait alors que tout chez l’être humain venait d’être chamboulé. Il marcha longtemps, autant pour faire plaisir à l’animal que pour prendre l’air, mais également pour échanger avec les amis qui le contactèrent. Dans l’ensemble, les soutiens étaient nombreux, Pete devait simplement se contenter de ne pas retourner sur l’application Mazebird au risque de tomber sur les commentaires sous la publication incriminante. Les plus critiques étaient les inconnus, ceux qui ne l’avaient jamais vu de près ou de loin, ceux qui ne lui avaient jamais adressé la parole et ignoraient par conséquent tout de lui ; c’était vil et mesquin, pénible et douloureux. Il se rendit à peine compte que des larmes roulèrent sur sa joue au moment de faire demi-tour pour reprendre le chemin jusque chez lui, il les essuya lorsqu’elles coulèrent jusqu’aux sillons de son nez puis adressa un sourire à la chienne qui lui donna un coup de nez dans la main. « Je sais, c’est nul de pleurer pour ça, » grimaça-t-il, sans savoir qu’il ne lui restait plus que quelques minutes avant de s’effondrer de nouveau. Car ouvrir la porte de son appartement sur la silhouette d’Eliot eut l’effet d’un robinet qui s’ouvre sur une cascade digne des chutes du Niagara. Il essaya de les retenir le mieux qu’il le put mais il se mit à pleurer quand il lui demanda comment il se sentait. Mal, sali, dégoûté, les adjectifs étaient nombreux mais aucun ne possédait la force suffisante pour décrire son état actuel. « Ça va, » finit-il par répondre dans un hoquet avant de se redresser. Il se frotta le dessous des yeux du revers de la main avant de prendre une profonde inspiration. « C’est vrai, en plus, ça va… J’essaie de me dire qu’ils m’ont épargné plein de discussions gênantes avec les paroissiens et les membres lointains de ma famille. La prochaine fois qu’ils me verront, ils sauront et la plupart aura le réflexe de ne pas en parler… » Il n’y croyait qu’à moitié et avait le cœur lourd malgré tout. Il ôta ses chaussures pour entrer dans l’appartement et prendre place dans le canapé, s’accrochant à la main de son petit ami. « Je suis désolé, Eliot. Je ne voulais pas qu’on se retrouve sous le feu des projecteurs, je voulais juste prévenir mes parents et poursuivre notre petite vie comme avant, sans le poids de la culpabilité, et maintenant… » Il poussa un long soupir. « Maintenant toute la ville est au courant et ils vont me regarder comme l’attraction phare d’un cirque itinérant… » Pas parce qu’il aimait un homme, mais parce qu’il avait eu son nom d’affiché sur le Mazebird le plus populaire de Windmont Bay. « Je voulais juste être avec toi…, » ajouta-t-il d’une voix faible avant de glisser ses bras autour du jeune Hastings et d’enfouir sa tête dans le creux de son épaule. Au moins, maintenant, il savait que plus rien ne pourrait le heurter pour un moment.

_________________

You see through right to the heart of me, you break down my walls with the strength of your love. I never knew love like I've known it with you.
just a lost boy not ready to be found.
Voir le profil de l'utilisateur
Eliot Hastings
played by
portrayed by
messages : 2642
name : marido @ castiells.
face + © : tom holland © la mie + phyla.
multinicks : aurora, citra, pablo, raelyn, rosalie, shiv.

age (birth) : vingt cinq ans, 08 février 1996.
♡ status : amoureux.
work : assistant vétérinaire et propriétaire du davey's.
activities : faire du vélo, jouer à la batterie, jouer avec maverick, passer du temps à rêvasser en compagnie de peter.
home : il squatte principalement chez peter mais retourne voir ses parents régulièrement.
points : 3836
moodboard :
stressed out. SjUEF66

stressed out. 6kVRrST

“and I can see us twisted in bedsheets,
august sipped away like a bottle of wine.”

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : jules, peter, scar.
· Re: stressed out. · Lun 11 Avr - 17:23
Il ne pouvait pas comprendre ce que Peter traversait puisqu’il ne s’était jamais retrouvé à sa place. Très jeune il avait su quelles étaient ses préférences sentimentales et il avait eu la chance de ne pas être jugé pour celles-ci ou du moins pas de façon aussi brutale que son petit ami. Sa famille l’avait accepté sans broncher, ses amis également, ne restait qu’une poignée d’abrutis avec qui il avait dû composer à l’instar de ce vieux souvenir qui revenait parfois le hanter. Pour sa moitié, c’était différent d’une part à cause de ses antécédents familiaux mais surtout car on l’avait outé publiquement sans son accord. C’était de loin le pire scénario possible et alors qu’il l’attendait patiemment, il se faisait un sang d’encre. Si l’homosexualité ou du moins l’amour pour le même sexe était mieux toléré, il existait malheureusement beaucoup de cas de suicide ou de maltraitance à cause de ce genre d’histoires. Or en être le témoin indirect lui tordait l’estomac et il ferait tout pour le soutenir dans cette épreuve difficile. En le voyant débarquer en larmes, son cœur se serra aussitôt pendant qu’il prenait ses mains dans les siennes en guise de support. « Peter, rien ne pourrait excuser ce que ces gens ont pu faire sans ton consentement. Ce n’était pas à eux de le dire, ta sexualité ne regarde personne d’autre que toi. Tu… Est-ce que ta famille a essayé de te contacter ? » L’information avait dû faire le tour de la ville désormais et avait sans nul doute été jusqu’aux oreilles des siens. Dans la mesure où ils étaient très croyants, il n’osait imaginer leur réaction ainsi que l’impact sur son petit ami. Vouloir révéler la vérité était une chose mais la vivre pleinement en était une autre, qui plus est quand on avait un tel passif. Docile, il le suivit vers le salon et s’installa à ses côtés sur le canapé tout en le laissant s’exprimer sans le brusquer. Maverick les suivis à son tour pour s’installer aux pieds de Pete sur lequel elle semblait veiller avec une attention redoublée. « Désolé de quoi ? Ce n’est pas ta faute du tout, tu n’as pas à t’excuser. Ne t’en fais pas pour moi ok ? » Une fois encore l’altruisme de son compagnon le touchait – il était la victime mais craignait de le blesser par ricochet quand ses seules inquiétudes le concernaient lui. Eliot n’avait rien à cacher et ce n’était pas ces abrutis qui allaient ruiner sa vie, en revanche il avait comme une furieuse envie de taper dans le tas. « Je ne peux pas te dire que je sais à quel point c’est compliqué car je n’ai pas vécu ça mais les gens finiront par se lasser, d’autres ragots remplaceront cette histoire. En attendant le mieux à faire c’est de te protéger. » Il passa ses bras autour de lui pour frotter délicatement son dos afin de le réconforter. « Tu es avec moi… Je ne pars pas, je ferais ce que je peux pour t’aider. » Cet incident malencontreux réveillait chez lui une part d’ombre qu’il avait cru définitivement morte. « Et ce Jules, il va bien ? » Dans la mesure où ils étaient deux à être concernés par ces révélations abjectes, sa question était légitime ; quant à cette mention d’une idylle potentielle, il n’y croyait pas une seconde.

_________________

love me, 'cause that is all I really need when all the rest of it is blown away.
write your sins away.
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Hartsfield
played by
portrayed by
messages : 1989
name : corpsie.
face + © : c. rowe + ©me & phyla.
multinicks : beckett - gary - isaac - larissa - tony - vince.

age (birth) : 25. (24.05)
♡ status : in a relationship with Eliot.
work : real estate agent.
activities : hanging out with friends, drinking beers, going to church during the week, avoiding his family, accepting himself.
home : his own flat on harbor row.
points : 1456
moodboard :
stressed out. Peterp10
I have tasted your mind,
I cannot forget its flavor.


stressed out. 6kVRrST

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {dispo} . Eliot.
· Re: stressed out. · Ven 15 Avr - 12:47
La force morale, à l’image de celle physique, n’était pas une caractéristique de Peter. Il avait traversé des moments intenses au cours de son existence sans pouvoir se targuer d’avoir fait preuve d’un courage exemplaire, au contraire, il avait un fond de lâcheté qui le poussait à enfouir la tête dans le sable. Cette fois, étant le principal concerné dans l’affaire, il ne pouvait se le permettre, il se retrouvait face à ses responsabilités et à ses émotions. Il n’était pourtant pas seul dans cette épreuve. Les mains d’Eliot serrées autour des siennes, fébriles, il se laissa aller à sa crise de larmes, conscient qu’il ne se ferait pas jugé. Il secoua vigoureusement la tête à la question de Hastings concernant les membres de sa famille, dans une réponse qui n’en était pas une. Certains avaient fait l’effort de lui envoyer des messages, la plupart faisait silence radio. Ses frères les plus lointains ne devaient même pas avoir eu l’information et n’auraient qu’un rictus lorsqu’ils l’apprendraient. « Je n’aurais pas dû me cacher aussi longtemps, je n’aurais pas dû en parler à certaines personnes… » Il n’y avait pas réfléchi plus tôt, mais il était fort probable que la personne ayant balancé l’information était un membre de son cercle proche. Un visage en particulier s’imposa à lui, qu’il chassa rapidement car l’heure n’était pas aux doigts pointés. « Je déteste qu’on parle de moi, » avoua-t-il, malgré l’évidence de cette déclaration. Son front était perpétuellement baissé dans les grands rassemblements car il souhaitait avant toute chose passer inaperçu, même à l’église il n’était pas parmi les plus démonstratifs alors que sa famille était un pilier de leur communauté. « Me protéger, » répéta-t-il, sans savoir ce que cela pouvait signifier. Etait-il en danger ? Il n’avait pas encore pensé à cette éventualité alors qu’il faisait désormais partie d’une minorité visible. Il sentit son cœur remonter dans sa gorge et dut se battre avec ses larmes pour éviter une nouvelle cascade. Il resta un instant silencieux, sa respiration saccadée étant le seul son notable en provenance de sa carcasse tremblante, puis ressortit son nez du cou de son petit ami. Il renifla bruyamment en croisant le regard d’Eliot. « Ju… Jules ? Je sais pas… » De nombreuses semaines s’étaient écoulées depuis leur dernière entrevue ; s’il avait brièvement pensé à lui au moment de la lecture de la rumeur, il n’avait pas cherché à le joindre, tout comme le coiffeur n’avait pas non plus souhaité le contacter pour l’instant. Peut-être plus tard, quand la pilule serait avalée. « Tu le connais peut-être, il tient le salon de coiffure sur Crescent Lane. Un gars vraiment sympa. J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop à cause de toute cette histoire... » Il serra nerveusement ses mains les unes contre les autres avant de se remettre debout. « Tu veux quelque chose à boire ? » Lui mourait de soif, et avait un grand besoin de bouger son corps. Il se dirigea donc vers la cuisine pour servir deux grands verres d’eau.

_________________

You see through right to the heart of me, you break down my walls with the strength of your love. I never knew love like I've known it with you.
just a lost boy not ready to be found.
Voir le profil de l'utilisateur
Eliot Hastings
played by
portrayed by
messages : 2642
name : marido @ castiells.
face + © : tom holland © la mie + phyla.
multinicks : aurora, citra, pablo, raelyn, rosalie, shiv.

age (birth) : vingt cinq ans, 08 février 1996.
♡ status : amoureux.
work : assistant vétérinaire et propriétaire du davey's.
activities : faire du vélo, jouer à la batterie, jouer avec maverick, passer du temps à rêvasser en compagnie de peter.
home : il squatte principalement chez peter mais retourne voir ses parents régulièrement.
points : 3836
moodboard :
stressed out. SjUEF66

stressed out. 6kVRrST

“and I can see us twisted in bedsheets,
august sipped away like a bottle of wine.”

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : jules, peter, scar.
· Re: stressed out. · Lun 25 Avr - 20:32
Désormais installés l’un contre l’autre sur le canapé, ils faisaient face à cette nouvelle aux lourdes conséquences sur leur vie personnelle. Si Eliot pouvait s’en accommoder – tout en trouvant abjecte la façon de faire – c’était plus compliqué pour Peter qui voyait son monde imploser en mille morceaux. Envisager de faire son coming out pouvait parfois prendre du temps, surtout pour quelqu’un de stressé qui aimait tout contrôler ce qui rendait cette usurpation douloureuse. Or pour son petit ami, c’était d’autant plus compliqué à cause de sa famille aux mœurs anciennes qui considérait l’union de même sexe comme un pêché mortel. A ce titre, Eliot ne pouvait imaginer ce qui se tramait dans l’esprit de celui qu’il tenait dans ses bras. Ce dernier avait toujours été tiraillé entre son cœur et son éducation et maintenant que l’affaire était révélée il n’était pas sûr que celui-ci soit plus serein. Il y aurait des choses nouvelles à prendre en considération à commencer par le silence et/ou le déni des siens. Peter s’y était probablement préparé il y a un moment mais le vivre était complètement différent. « Peu importe que tu te sois caché ou non, la personne derrière tout ça t’as volé quelque chose de privé. Tu penses connaitre le ou la coupable ? » Il resserra son étreinte à défaut de se lever abruptement pour aller chercher la personne en question afin de se défouler. La violence ne résolvait rien cependant elle permettait de soulager les élans de colère quand on touchait à ceux qu’il aimait. « Je sais, je suis désolé. Je te promets que dans quelques jours ils auront déjà oublié. » Il l’observa sans jugement au gré de ses confessions sans jamais le lâcher par peur que Peter ne se brise davantage. Sa fragilité ainsi que sa timidité faisaient partis des qualités qu’il appréciait le plus chez lui ; elles le rendaient vivant et au combien empathique avec les autres. « Te protéger oui de tout ça oui. Tu vas sûrement avoir des questions ou que sais-je… Ne te force jamais à répondre à ce que tu ne souhaites pas. » Avec les réseaux sociaux tout pouvait aller très vite, le bien comme le mal. Le déferlement avait déjà commencé néanmoins Eliot supposait que ça continuerait encore un peu avant de se tasser. Ce n’était pourtant pas le pire à ses yeux car les mots d’inconnus étaient certes blessants mais pas autant que ceux que pouvaient avoir les proches. Il était plus inquiet au sujet des Hartsfield et de ce qu’ils pourraient faire quand l’information leur parviendrait. Techniquement Peter était majeur, en droit de faire ce que bon lui semble toutefois l’exclusion des activités auxquelles il tenait ou tout bonnement être écarté de sa famille était nettement plus douloureux. « Peut-être qu’il serait judicieux de l’appeler ou de prendre de ses nouvelles ? » Il n’avait pas vraiment cru une seule second à ces rumeurs de tromperie mais il s’était quand même posé la question de savoir ce que les deux pouvaient trafiquer ensemble avant de décider que chacun avait le droit à son jardin secret. Peter avait toute sa confiance et il n’avait pas besoin d’être au courant de tout sauf à ce qu’il soit concerné de près ou de loin. Malgré tout, si Jules était aussi sensible que son compagnon, cela méritait de se renseigner sur son état. La discussion momentanément close, il le suivit dans la cuisine, leur chienne sur les talons. « Ca va aller, tu verras. » Ajouta-t-il dans un sourire encourageant sans faire de promesse qu’il ne pouvait pas tenir.

_________________

love me, 'cause that is all I really need when all the rest of it is blown away.
write your sins away.
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Hartsfield
played by
portrayed by
messages : 1989
name : corpsie.
face + © : c. rowe + ©me & phyla.
multinicks : beckett - gary - isaac - larissa - tony - vince.

age (birth) : 25. (24.05)
♡ status : in a relationship with Eliot.
work : real estate agent.
activities : hanging out with friends, drinking beers, going to church during the week, avoiding his family, accepting himself.
home : his own flat on harbor row.
points : 1456
moodboard :
stressed out. Peterp10
I have tasted your mind,
I cannot forget its flavor.


stressed out. 6kVRrST

image : stressed out. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {dispo} . Eliot.
· Re: stressed out. · Hier à 15:50
La question d’Eliot était légitime, pourtant Peter n’avait pas envie d’y réfléchir car pointer les gens du doigt ne faisait pas partie de sa religion, contrairement à ce à quoi pouvait s’adonner la majorité de ses compatriotes paroissiens. « Il y a peut-être quelqu’un, mais je refuse de croire qu’elle aurait été capable d’une chose pareille… » Malgré ses allures de fausse sainte-nitouche et la détestation flagrante qu’elle éprouvait à son égard, Scar n’était pas une mauvaise personne, il en était persuadé, et plus il y réfléchissait, plus l’idée semblait réelle, plus il la refoulait dans un coin de son esprit. Quand bien même la jeune Murphy eut-elle été à l’origine de tous ses maux, il ne pouvait rien faire d’autre que tendre l’autre joue comme son Dieu le souhaitait. Il n’y aurait aucune vengeance d’organisée de son côté. Il releva un regard larmoyant sur son petit ami et hocha la tête, assimilant l’ensemble de ses conseils comme autant de bouffées d’oxygène qui le ramenaient peu à peu à la vie. Son existence continuerait avec cette information dans l’air, il devait s’en accommoder car ce pan de sa personnalité ne lui appartenait plus. Il était plus facile d’entendre qu’il avait le droit de se taire face aux questionnements que de se retrouver face à des lèvres inquisitrices qui se mêleraient de ce qui ne les regardait pas, il en avait conscience car il se connaissait. Le cadet Harstfield n’était pas à l’aise avec les questions intrusives et il avait tendance à en dire un peu trop sur lui-même sous la pression. Heureusement, Eliot était à ses côtés et le guiderait comme c’était le cas à cet instant précis. L’assistant vétérinaire était un pilier solide auquel il pouvait se raccrocher sans crainte de le voir plier, c’était appréciable, voire indispensable. Il renifla un peu trop bruyamment et secoua la tête. Là encore, Eliot avait raison, Pete aurait dû chercher à entrer en contact avec Jules pour prendre de ses nouvelles, cependant c’était pour l’instant au-dessus de ses forces. « Est-ce que c’est égoïste de ma part de ne pas avoir envie d’en parler ? » A part la présence de son petit ami, il n’avait pas envie de faire face au reste de l’humanité pour le moment. Il avait besoin d’un cocon de chaleur et de réconfort que seul le jeune Hastings était à même de lui offrir. Le nez plongé dans son verre d’eau, il se tourna vers son compagnon avant lui tendre le sien à l’aide de sa main libre. Il déglutit difficilement sa dernière gorgée avant de hocher la tête. A cet instant, rien n’allait plus dans son quotidien, toutefois il savait que c’était un état temporaire. Tout choc entraînait un bouleversement, et tout bouleversement appelait le changement. L’heure d’un Peter Hartsfield nouveau était venue. Peut-être que Dieu en avait eu assez de le voir vivre caché, qu’il avait contribué à l’extraire de ses doutes et de l’ombre dans laquelle il se dissimulait. Une certaine forme de renaissance jaillirait de cette maudite rumeur. « Je te l’ai dit cent fois et je te le redirai jusqu’à mon dernier souffle… Merci, Eliot, d’être dans ma vie. » Il reposa le verre sur le plan de travail avant de se glisser contre le corps rassurant de son petit ami pour l’étreindre à nouveau et s’enivrer de sa présence réconfortante.

_________________

You see through right to the heart of me, you break down my walls with the strength of your love. I never knew love like I've known it with you.
Contenu sponsorisé
played by
portrayed by
· Re: stressed out. ·
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum