hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
Si vous souhaitez nous rejoindre, n'hésitez pas à vous rendre dans la rubrique aide pour recevoir un petit coup de main de notre part! Vous pouvez aussi y poser toutes vosquestions si vous n'avez pas trouvé réponses dans notre faq.

Le forum célèbre un nouvel anniversaire, et c'est grâce à vous !
home sweet home
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

2 participants
you are a fever, you ain't born typical.
Voir le profil de l'utilisateur
Shiv Driscoll
played by
portrayed by
messages : 188
name : castiells @ marido.
face + © : riley keough ; lora.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.

age (birth) : trente deux ans ⎪ 29 novembre 1989.
♡ status : en relation.
work : éducatrice dans un centre de réinsertion.
activities : faire du roller, s'occuper de sa soeur, aider les autres, danser.
home : un petit appartement de deux pièces.
points : 449
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : dina, gary, imran.
· even harder to say, when you know it's not true. · Mer 6 Avr - 18:35

But I don't seem to see many bullets coming through

@Gary Hastings     — april (2022)

Cette parenthèse certes agréable n’avait que trop duré or plus elle attendait plus ce serait compliqué d’aller au bout de ses projets. Il était temps que cette pseudo mascarade s’interrompe et que la vérité soit dévoilée au grand jour. Ça n’allait pas être beau, loin de là, mais IL n’avait eu aucun scrupule à jeter sa cadette dès lors elle n’en aurait pas non plus. La première étape de son plan était en marche, restait à passer à la seconde étape qui serait davantage compliquée. Après quelques échanges par messages, elle réussit à convaincre son petit ami du moment (dieu qu’elle avait du mal avec ce terme !) de venir la rejoindre chez elle dès que possible. Or la nuit avait été compliquée, entre cauchemars et remords vis à vis de ses exactions qui lui vaudraient certainement un aller direct en enfer. Néanmoins si elle reconsidérait la situation posément, ce n’était qu’un juste retour des choses eu égard à ce que Gary avait fait subir à Hazel. Ils étaient sortis ensemble, ils avaient vécu une idylle de plusieurs mois et puis tout s’était achevé d’un coup, brisant ses espoirs de façon dramatique. Par la suite, sa sœur n’avait plus jamais été la même et à ses yeux Gary était le seul responsable. Shiv n’avait donc pas trouvé mieux que lui rendre la monnaie de sa pièce en lui brisant le cœur à son tour. Seulement voilà, elle avait fini par se prendre au jeu car une affection sincère l’avait toujours lié à l’ingénieur. C’était d’ailleurs elle qui l’avait ramené à la maison en premier lieu, en ignorant tous des évènements que cela déclencheraient. En entendant le carillon de la porte, elle eut un moment d’hésitation – il n’était pas trop tard pour renoncer – avant d’abdiquer et d’ouvrir. Son allure générale supposait que le sommeil lui faisait défaut mais qu’importe, son apparence était le dernier de ses soucis à cet instant. « Hey… » Elle ignorait si c’était le culot ou la perspective de faire ce geste pour la dernière fois mais elle l’embrassa tout doucement pour l’accueillir. « Ça va ? » La réponse avait peu de chance d’être positive et pour cause elle avait œuvré à ternir sa réputation au combien importante pour lui. « Écoute, il faut qu’on parle. » Poursuivit-elle sans plus attendre afin d’écourter ce supplice dont il n’avait probablement aucune idée. Peut-être avait-il profité de la veille pour enquêter un minimum sur ces rumeurs toutefois il ne devait pas se douter que les débordements étaient de son initiative.

_________________
 
like bye-bye, I'm set free, not on my mind, no lie, you're just a bad - you're just a bad memory.
can he make a mark ☆ if he gives up his spark?
Voir le profil de l'utilisateur
Gary Hastings
played by
portrayed by
messages : 2423
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © me & josshelps.
multinicks : beckett - isaac - larissa - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : S.O.S - father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
home : his grand-parents' house near the forest.
points : 4597
moodboard : even harder to say, when you know it's not true. 2c3c25d16f4da3d537f55812ef5e8b408bde5b8d
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : × - Shiv, Aubrey, Raelyn, TC.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Dim 10 Avr - 18:04
Gary n’était pas suffisamment perché pour croire au karma, pourtant à force d’esquisser un sourire moqueur ou d’émettre des jugements sur les gens qu’il ne connaissait et qui se retrouvaient malgré eux affichés sur les réseaux sociaux, il avait rejoint leurs rangs, avec toutes les complications que cela engendrait. En plus de devoir se contrôler pour ne pas lire les infâmes commentaires laissés sous la publication, il avait dû taper frénétiquement sur l’écran de son téléphone afin de répondre à ses proches – et moins proches – qui étaient tombés dessus ou qui l’avaient reçu par une connaissance commune. Le Mazebird était local, toutefois l’ingénieur ne doutait pas que la nouvelle traverserait rapidement les Etats jusqu’à rejoindre celui du soleil et des oranges. Le post était sorti en soirée, dans un timing parfait pour lui ruiner sa nuit ; il avait à peine fermer l’œil, pétri par la colère et l’anxiété, le cerveau en manque de sommeil, le trentenaire avait choisi de prendre le contre-pied de cette mésaventure en se jouant de ses bourreaux sur son propre compte Mazebird. Sans le savoir, il déclencha une réaction en cascade qui le mena jusqu’à une conclusion qu’il aurait préféré ne pas tirer. Après avoir roulé quelques minutes, les routes de Windmont Bay vides à cette heure de la matinée, quand les travailleurs étaient déjà à leurs postes, il se gara devant l’immeuble où habitait sa compagne du moment, franchit sans peine la double-porte laissée entrouverte par le dernier locataire sorti, puis attendit d’être invité à entrer après avoir sonné. Son cœur battait dans ses tempes et il aurait pu hurler son mécontentement si Shiv n’avait pas pris les devants en s’avançant vers lui pour déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Affaibli par les marques d’affection, il baissa sa garde puis passa ses bras autour de sa taille afin de partager une étreinte. « Bien sûr que ça ne va pas, » marmonna-t-il en se redressant. D’habitude aussi propre chez les autres que chez lui, il ne prit pas la peine d’ôter ses chaussures avant d’entrer davantage dans le modeste appartement. « Je suis d’accord. » Il s’en voulait de ne pas avoir résolu cette affaire tout seul, mais devait rendre à Dina les honneurs de lui avoir ouvert les yeux. « Je sais d’où sort cette foutue rumeur. » Il se fichait pas mal de ce que Shiv avait à lui dire. Si elle avait pris la décision de croire à ces idioties et de le quitter, tant pis pour elle, il aurait néanmoins partagé ce qu’il avait sur le cœur et tout le mal qu’il pensait actuellement de sa famille. Il tourna la tête vers la jeune femme, les sourcils froncés en une expression grave. « C’est ta sœur, c’est ça ? Tu lui as dit pour nous et cette peste a pété un câble en allant raconter ces conneries sur mon compte ? Tu m’avais prévenu qu’elle était devenue folle, mais jamais je n’aurais pensé à ce point ! » Maladie mentale ou non, elle ne pouvait pas se permettre de balancer des mensonges sous le coup de la jalousie. « C’était il y a dix ans, il est temps qu’elle passe à autre chose ! » Comme lui l’avait fait quelques semaines après leur rupture.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
you are a fever, you ain't born typical.
Voir le profil de l'utilisateur
Shiv Driscoll
played by
portrayed by
messages : 188
name : castiells @ marido.
face + © : riley keough ; lora.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.

age (birth) : trente deux ans ⎪ 29 novembre 1989.
♡ status : en relation.
work : éducatrice dans un centre de réinsertion.
activities : faire du roller, s'occuper de sa soeur, aider les autres, danser.
home : un petit appartement de deux pièces.
points : 449
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : dina, gary, imran.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Mer 20 Avr - 18:35
Après avoir tourné le problème en boucle dans sa tête, elle était arrivée à la conclusion au combien simpliste de tout révéler le plus rapidement possible. Shiv ne sentait pas d’humeur à poursuivre cette mascarade, par ailleurs elle avait besoin que son futur ex petit ami soit au courant de l’identité de la personne derrière tout ça. Elle n’avait aucun rapport de près ou de loin avec ce compte mazebird mais celui-ci avait servi ses intérêts en reprenant les rumeurs qu’elle avait soufflé aux quatre coins de la ville. Et si une partie d’elle était triste à l’idée de perdre Gary, elle savait également que c’était irrémédiable afin de venger sa cadette. Dans cette affaire ses sentiments importaient peu, l’essentiel était de rendre la monnaie de sa pièce au jeune homme. En le voyant aussi ému ou agacé par ce qui s’était passé, elle sut qu’elle avait frappé au bon endroit – sa réputation passerait toujours au-dessus des autres. Contre toute attente elle lui rendit son étreinte avant de poursuivre en s’écartant légèrement. « Évidemment. » La question avait été posée par pure politesse car la réponse était plus qu’évidente : il n’allait pas bien par sa faute. « Ah vraiment ? » Elle ne voyait pas comment il avait pu deviner et si oui pourquoi se montrait-il attention à son égard. Jouait-il un double jeu par mimétisme au sien ? Hésitante, elle ne savait pas si elle devait répondre à cette attaque voilée ou attendre qu’il en dévoile davantage. Fort heureusement pour elle, Gary continua sur sa lancée en utilisant des mots qui lui firent froid dans le dos. À cet instant, elle eut envie de l’étrangler pour avoir osé insulter sa sœur mais elle n’en fit rien, bras croisés sur la poitrine. « Je te préviens toute suite, tu vas retirer ce que tu viens de dire. Je ne te laisserais pas parler de Hazel comme ça. » Cette dernière avait mal vécu la fin de cette idylle et ne s’en était jamais remise totalement malgré le soutien de son entourage. Contrairement à ce que disait son invité, elle n’était pas folle encore moins jalouse, elle avait juste le cœur brisé et l’esprit trop fragilisé pour aller de l’avant seule. Cet acte odieux était uniquement de son propre chef et Hazel n’avait rien à voir là-dedans. Pour autant, Gary avait vu juste en accusant les Driscoll, il s’était juste trompé sur la responsable. « Elle n’a rien fait, elle n’est pas en état de faire quoi que ce soit grâce à toi. » Se permit-elle de préciser même si la réalité était légèrement différente puisqu’elle avait su rebondir à son modeste niveau. « Tu vois Gary tout intelligent que tu es, tu n’as même pas vu venir ce qui vient de te tomber dessus. C’est moi qui ai parlé de ce que tu as fait il y a plus de dix ans pour que ça n’arrive plus jamais à qui que ce soit. Tout ça, notre pseudo histoire, c’était pour te blesser comme tu l’as blessé elle. » A ceci près qu’elle avait éprouvé une réelle affection à son égard néanmoins elle devait restée concentrer alors que la tempête allait s’abattre sur elle.

_________________
 
like bye-bye, I'm set free, not on my mind, no lie, you're just a bad - you're just a bad memory.
can he make a mark ☆ if he gives up his spark?
Voir le profil de l'utilisateur
Gary Hastings
played by
portrayed by
messages : 2423
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © me & josshelps.
multinicks : beckett - isaac - larissa - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : S.O.S - father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
home : his grand-parents' house near the forest.
points : 4597
moodboard : even harder to say, when you know it's not true. 2c3c25d16f4da3d537f55812ef5e8b408bde5b8d
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : × - Shiv, Aubrey, Raelyn, TC.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Jeu 21 Avr - 16:47
Les poings serrés par l’énervement, il trépignait et fit quelques pas dans l’appartement de Shiv afin d’évacuer la pression. Il n’aurait sans doute pas dû attaquer de front, il risquait de se mettre la trentenaire à dos, même s’il n’y était pour rien dans toute cette histoire ; il était la victime d’une aventure vieille d’une décennie qu’il avait laissée derrière lui depuis fort longtemps. « Ne me dis pas ce que je dois faire. » Gary ne tolérait pas qu’on lui dictât sa conduite ou sa manière de s’exprimer. Hazel Driscoll était une folle furieuse bonne à enfermer, si ce n’était pas déjà fait. Il maintiendrait ce cap à son sujet jusqu’à ce que la vérité fût rétablie sur son compte, le plus tôt possible, espérait-il. Il balaya l’air de la main, signe qu’il n’en avait que faire de l’état d’esprit de la blondinette, qui ne l’intéressait plus du tout. Il était aisé de blâmer Gary pour tous les maux de la cadette Driscoll, cependant il n’était pas resté suffisamment longtemps en sa compagnie pour détenir autant de responsabilités concernant sa santé mentale. Il avait été un béguin de jeunesse, un premier amour supposé disparaître grâce aux suivants. Ce n’était pas de sa faute si elle avait été incapable de trouver quelqu’un d’autre après leur rupture. « De quoi tu parles ? » Ses pas s’arrêtèrent brusquement et il tourna un visage circonspect en direction de la maîtresse des lieux. Elle venait de l’insulter, il n’avait pas rêvé, mais le reste de son discours était flou. Il la fixa longuement, l’air interdit, avant de souffler par le nez, dans le rire moqueur de quelqu’un qui n’en croyait pas ses oreilles. « Tu te fous de ma gueule ? » A cette seconde, ou bien depuis plusieurs semaines ? Telle était la question à mille dollars. Il ramena une main à ses lèvres pour grignoter nerveusement un bout de peau avant de relever les yeux vers elle. « Pas toi… Tu n’es quand même pas conne au point de croire aux mensonges de ta sœur ? Encore moins d’aller raconter ça au premier venu tout en sachant que personne dans cette foutue ville n’est capable de tenir sa putain de langue ?! » Son ton montait au fur et à mesure de ses interrogations, qui déviaient davantage vers des accusations. Le regard déterminé et en colère de son interlocutrice fut une réponse suffisante à ses questions rhétoriques. Il secoua la tête et souffla à nouveau, plus nerveusement. « Quelle famille de cinglés, c’est pas possible ! Quelle idée j’ai eu de me rapprocher de vous et de vos troubles psychologiques, bordel de merde ! » Il n’était pas un homme vulgaire, mais le moment s’y prêtait. Il se rapprocha de la jeune femme pour pointer son index devant son nez. « Tu vas reprendre tes propos et faire un rectificatif, sur Mazebird, à tes parents, aux vieilles mégères de Windmont Bay, au monde entier, je me contrefous de la manière dont tu t’y prendras, mais tu vas revenir sur cette connerie de rumeur et nettoyer mon nom. » Il ne méritait pas d’être traîné de la sorte dans la boue. « Putain, Shiv, après ce qu’on a vécu ! Me faire ça ? Garce ! » Malgré son énervement, ses yeux s’embuaient de larmes, car la trahison était sans doute ce qui le laissait le plus amer dans cette histoire. Il avait eu de vrais sentiments pour la jeune femme qui s’était jouée de lui comme d’une vulgaire marionnette.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
you are a fever, you ain't born typical.
Voir le profil de l'utilisateur
Shiv Driscoll
played by
portrayed by
messages : 188
name : castiells @ marido.
face + © : riley keough ; lora.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.

age (birth) : trente deux ans ⎪ 29 novembre 1989.
♡ status : en relation.
work : éducatrice dans un centre de réinsertion.
activities : faire du roller, s'occuper de sa soeur, aider les autres, danser.
home : un petit appartement de deux pièces.
points : 449
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : dina, gary, imran.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Mar 26 Avr - 19:43
D’un calme remarquable, Shiv attendait patiemment que Gary assimile ses propos et plus précisément la source de cette rumeur qui mettait à mal sa réputation. Il avait sous-entendu en connaitre les origines mais à en juger par sa réaction inédite, il n’avait pas misé sur elle. Si elle aurait dû jubiler de cette victoire, elle ne ressentait rien de particulier au fond d’elle. Pendant longtemps, elle avait cru que cette vengeance apporterait une satisfaction à toute cette rancœur qu’elle entretenait à son égard, or, en réalité ça ne changeait rien à ses sentiments. Peut-être était-ce à cause de son affection difficile à éluder pour le garçon ou le fait qu’elle ne soit pas impliquée directement cependant les conclusions étaient décevantes. « Je crois que tu as très bien compris ce que j’ai dit. » Son interlocuteur était loin d’être idiot et à en juger par son air mécontent, il lui fallait seulement un peu plus temps pour assimiler ce qu’elle venait de révéler. « Tu trouves que j’ai l’air de plaisanter ? » Ajouta-elle d’une voix neutre sans le quitter du regard, les bras croisés sur la poitrine. En l’accueillant comme elle l’avait fait, Shiv l’avait probablement induit en erreur mais qu’importe. Le mal était fait et la surpêche était enfin révélée, elle pouvait arrêter de faire semblant – pour peu qu’elle eut un jour feint apprécier sa compagnie. Les choses étaient plus compliquées que ce qu’on pensait néanmoins elle n’était pas prête à l’avouer. « Je te conseille de pas aggraver ton cas en insultant ma sœur, tu en as déjà assez fait comme ça avec elle. » Cette dernière n’était même pas au courant des projets de son ainée, elle était devenue une simple coquille vide qui rien ne semblait importuner. Il lui arrivait tantôt d’avoir des sursauts de vivacité mais elle ne serait plus jamais là même à en entendre les professionnels. Là où Shiv se trompait c’était en imputant son état à Gary puisque celui-ci n’avai fait que mettre à nu ses problèmes à défaut de les créer. Elle n’était tout bonnement pas prête à avoir cette discussion dans la mesure où trouver un coupable semblait plus opportun que d’envisager une maladie chez sa cadette. « Tu veux que j’ajoute psychophobe à la liste ? Dis seulement un mot de plus et je te promets que ta réputation ne va pas s’améliorer. Tu m’as pris ce que j’aimais le plus alors je t’ai rendu la monnaie de ta pièce en écornant ta précieuse réputation. » Elle l’avait suffisamment côtoyé pour savoir qu’en sus de l’argent, c’était précisément à cela qu’il tenait le plus dans son existence. Si elle ne pouvait pas vraiment agir sur le premier point, le second était tout à fait à sa portée comme elle l’avait prouvé en racontant la vérité – et non des ragots – à qui voulait bien l’entendre. « Je ne ferais rien du tout et tu me forceras pas à le faire, il est temps que tu assumes tes actes. » De toute façon combien même aurait-elle voulu rectifier la donne, le mal était fait et tous deux savaient pertinemment que revenir dessus ne ferait que donner du crédit à ces rumeurs. Face au doigt accusateur, elle recula d’un pas. « Ce qu’on a vécu ? Tu ne m’aimes pas Gary, tu n’aimes que toi. » Elle eut un petit rire amer, néanmoins touchée par les larmes du garçon dont la sensibilité insoupçonnée la secouait légèrement. « J’ai rien de plus à ajouter. » Finit-elle par dire tout doucement en guise d’adieux.

_________________
 
like bye-bye, I'm set free, not on my mind, no lie, you're just a bad - you're just a bad memory.
can he make a mark ☆ if he gives up his spark?
Voir le profil de l'utilisateur
Gary Hastings
played by
portrayed by
messages : 2423
name : corpsie.
face + © : bambi garfield © me & josshelps.
multinicks : beckett - isaac - larissa - peter - tony - vince.

age (birth) : 34. {24.08}
♡ status : S.O.S - father-to-be.
work : aerospace engineer.
activities : star-gazing, mostly.
home : his grand-parents' house near the forest.
points : 4597
moodboard : even harder to say, when you know it's not true. 2c3c25d16f4da3d537f55812ef5e8b408bde5b8d
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : × - Shiv, Aubrey, Raelyn, TC.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Lun 2 Mai - 15:42
La scène était ahurissante, digne du mauvais remake américain d’une telenovela ; les mots prononcés par Shiv ne revêtaient pas le moindre sens pour Gary et il avait beau se situait au milieu de son appartement, il avait l’impression de n’être que simple spectateur. La colère, pourtant, était palpable et réelle, au sein de chacun des protagonistes. Il eut un rire mesquin face à l’une de ses innombrables accusations. Psychophobe ? C’était quel délire issu des réseaux sociaux, ça, encore ? Les troubles mentaux des Driscoll étaient les seuls visés par son discours, il ne se permettrait pas de remettre en cause ceux de ses proches ou de personnes qui savaient se rendre utile à la société. Ce qui n’était pas leur cas. « Je ne t’ai rien pris du tout, bordel ! » Les paroles de la jeune femme avaient tout de même fait leur bout de chemin dans sa caboche car il se retint de justesse de remettre à nouveau en question sa santé mentale. Il n’en pensait toutefois pas moins. « Les gens se mettent en couple et se séparent depuis la nuit des temps, pourquoi n’a-t-elle pas été fichue de s’en remettre ? Pourquoi avoir attendu dix piges avant de m’en foutre plein la tronche ? » Il n’était déjà pas ravi d’avoir été contraint de remettre les pieds dans sa ville natale, tout allait de mal en pis, il n’existait plus aucun point lumineux dans son ciel couvert de nuages noirs. Comment avait-il pu être aveugle au point de ne pas voir que Shiv se jouait de lui depuis le début ? Il était plus malin que cela, il aurait dû lire entre les lignes et savoir que sortir avec la sœur d’une ex-compagne était une idée ridicule. La honte et la colère grimpèrent en lui comme la lave dans un volcan réveillé, il serra les poings et planta ses yeux dans ceux de la maîtresse des lieux. « J’ASSUME MES PUTAINS D’ACTES ! » aboya-t-il à son visage. Il n’en avait cure de ses menaces, elle n’était pas en mesure de le rabaisser davantage et si elle refusait de revenir en arrière, alors il réfléchirait à un moyen de lui ruiner la vie à la même hauteur que ses stupides ragots. L’ingénieur reçut ses critiques en pleine face et secoua vivement la tête, avant de lui aussi laisser échapper un rire sardonique. Il essuya sa joue d’un revers rageur de la main. « Je n’ai jamais prétendu t’aimer, Shiv. » Et ils ne s’étaient pas côtoyés suffisamment longtemps pour le faire. Elle n’avait rien à ajouter ? Très bien, elle serait donc toute ouïe pour entendre ce que lui avait à dire. Il remua sa main dans le vide pour la désigner de la tête aux pieds. « Qui pourrait éprouver de tels sentiments pour toi ? Tu es une pauvre fille paumée, qui a raté sa vie et qui devrait réaliser qu’elle ne mérite rien de mieux que le bureau de tabac miteux de son paternel. » Vendeuse de mort était une carrière qui lui allait très bien au teint. « Quand je pense au temps que j’ai perdu à partager ton lit, ça me… » Il termina sa phrase en mimant un frisson de dégoût exagéré.

_________________
starlight and silver fields
Behind the dreams of mastery, love dies silently , torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity.
you are a fever, you ain't born typical.
Voir le profil de l'utilisateur
Shiv Driscoll
played by
portrayed by
messages : 188
name : castiells @ marido.
face + © : riley keough ; lora.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.

age (birth) : trente deux ans ⎪ 29 novembre 1989.
♡ status : en relation.
work : éducatrice dans un centre de réinsertion.
activities : faire du roller, s'occuper de sa soeur, aider les autres, danser.
home : un petit appartement de deux pièces.
points : 449
image : even harder to say, when you know it's not true. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 - free} : dina, gary, imran.
· Re: even harder to say, when you know it's not true. · Mer 18 Mai - 18:14
A l’instant où elle avait décidé de mener ce combat, Shiv savait pertinemment que ses relations en pâtiraient à commencer par ce je ne sais quoi qu’elle avait entretenu avec Gary. Tout n’était pas vrai mais tout n’était pas faux non plus, car, elle avait eu plus jeune des sentiments à son égard dont il avait été difficile de se défaire. Cette parenthèse éphémère les avait ravivés pour mieux leur dire adieu ensuite à cause de ses actes. Avait-elle des regrets ? Peut-être. Cependant il était trop tard désormais pour faire machine arrière et le poids sur ses épaules s’était sensiblement allégé. Seules les larmes ainsi que l’état second de son interlocuteur auraient pu la faire flancher mais à quoi bon ? Le mal était fait. « Tu m’as pris ma sœur. » Précisa-t-elle en croisant les bras sur sa poitrine, ce qui était un raccourci rapide de ce qui s’était passé entre eux. Si Shiv refusait de l’accepter – ou de l’admettre – sa cadette était déjà en souffrance avant cette relation qui avait mis le point final à son état fragile. Sur de nombreux points Gary avait raison mais elle ne l’admettrait jamais. « Tu l’as laissé tomber comme une merde, elle méritait mieux que ça. Elle t’a appelé et tu n’as jamais répondu. » Elle éluda complètement la seconde partie de ses propos sur le pourquoi du comment puisque c’était inutile de préciser : l’état de Hazel s’était dégradé, le jeune homme était parti dans une autre ville et elle avait été trop occupée pour monter ce plan. En entendant qu’il était revenu dans les parages, elle avait aussitôt envisagé une vengeance : la suite il ne la connaissait que trop bien. « Non. » A ses yeux Gary n’assumait rien, tout comme il avait ignoré les appels désespérés de son ex petite amie qu’il avait dégagé de sa vie telle une malpropre. Shiv n’avait eu qu’un son de cloche de cette histoire, nullement intéressée par sa version des faits. « Ça t’as pas empêché de coucher avec la pauvre fille du bureau de tabac. » Après la réalisation amère, venaient les insultes et les reproches toutefois elle avait le cuir solide pour encaisser sa haine. Il n’était pas au courant de son passé encore moins de ce qu’elle avait vécu autrefois et qui justifiaient cette rage à l’égard de ceux qui – selon elle – profitaient du sexe féminin. « Tu te crois meilleur que moi parce que t’as fait de grandes études ? Mais regarde toi Gary, la vérité c’est que tu es aussi seul comme moi. Pourquoi tu es tombé dans le panneau à ton avis ? Parce que tu te sentais compris et que t’avais besoin d’affection. » C’était certainement ce qui les avait rapproché en premier lieu, cette solitude inhérente qui semblait les étouffer en dépit de leurs sourires. « Je suis peut-être une pauvre fille mais je t’ai bien eue. » Ajouta-t-elle sans le quitter du regard tout en faisant un pas dans sa direction pour l’inviter à sortir. « Je pense que nos chemins se séparent ici. » Elle lui indiqua la porte d’un geste de la main pour l’encourager ; à ses yeux, la conversation était close. Il pouvait toujours attendre des excuses de sa part, elle n’en ferait rien dans l’immédiat.

_________________
 
like bye-bye, I'm set free, not on my mind, no lie, you're just a bad - you're just a bad memory.
Contenu sponsorisé
played by
portrayed by
· Re: even harder to say, when you know it's not true. ·
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum