hell to the liars
Afin de valider votre fiche et pour participer au concept même du forum, il est important que votre personnage possède toujours un ou plusieurs secrets. Et si vous aidiez le mystérieux Mazebird à propager ses rumeurs ? Par l'achat de rumeurs dans notre boutique, vous pouvez vous prêter au jeu des commérages. Ou vous pouvez opter pour les SMS/appels anonymes, plus personnels.
wb bulletin
Si vous souhaitez nous rejoindre, n'hésitez pas à vous rendre dans la rubrique aide pour recevoir un petit coup de main de notre part! Vous pouvez aussi y poser toutes vosquestions si vous n'avez pas trouvé réponses dans notre faq.

home sweet home
guidebook
Filthy Secret est un forum city avec un système de secrets. Il n'y a pas de lignes imposées, pas de pression (un rp par mois nous parait raisonnable). Pas de recensement, des mps seront envoyés pour s'assurer que l'envie et la motivation sont toujours présentes avant de procéder à la libération de l'avatar et suppression du compte. Les doublons de prénom (et de nom - sauf si affiliation) ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

2 participants
a sunflower soul with rock'n'roll eyes.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Minha O'Hara
played by
portrayed by
messages : 3584
name : lora (ōkami), elle/she.
face + © : im jinah — self (av), wildwcmenrxs (gifs).
multinicks : sijia · yuri · ellie · nara

age (birth) : thirty two (march 10, 1990).
♡ status : ¯\_(ツ)_/¯
work : WBSO deputy.
activities : member of the northern blackhawks motorcycle club.
home : a small house, pioneer oak.
points : 2461
moodboard :





crime scene do not cross

HAWK on the ROAD

« ok i'm sorry that you're a piece of shit »



I think you messed up (jw/m). 9ad510c1bb8ac57ae91b6ffcc1e5d959 I think you messed up (jw/m). A8c27eb7dd467cab8076c8e3d58b545f





tw:



I think you messed up (jw/m). Xjop0fY

image : I think you messed up (jw/m). 19eb913762de2b5919504d5e77cff8ff8750dfc4

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : (narration) français ,, (dialogues) français et anglais. — larissa, jae won, eleanor.
· I think you messed up (jw/m). · Lun 27 Juin - 15:57

june 27

I think you messed up
it doesn't matter who you are,
I'm gonna hunt you now

@Seo Jae Won & @Minha O'Hara


Derrière ses traits visiblement calmes, Minha était… furieuse. Vagues impétueuses qu’elle tente de garder sous contrôle, l’uniforme qu’elle porte est un rappel constant qu’elle se doit de demeurer imperméable aux perturbations extérieures et de garder son sang-froid. — O’Hara, quelqu’un d’autre peut… — Non, je m’en occupe, fermeté sans teinte d’agressivité, elle laisse derrière elle son collègue qui lui emboîte le pas alors qu’elle se dirige vers l’individu interpellé plus tôt. — Monsieur Seo…Jae Won, vous confirmez ? qu’elle souffle, le regard un instant vissé sur la carte d’identité de l’homme avant qu’elle ne porte pleinement son attention sur lui, vos droits vous ont été lus, avez-vous quelque chose à ajouter ? Seul un simple bureau les sépare là où d’autres de ses collègues peuvent aller et venir, certains sont occupés tandis que d’autres vaquent à leurs affaires. Elle pousse une chaise sur laquelle elle s’installe, Minha l’observe, tente d’en tirer quelque chose. Son visage s’efforce encore d’être impassible, mais elle ne peut s’empêcher de laisser passer un rictus, impatiente. — Donnez-moi une bonne raison de ne pas porter plainte ?

Quelques heures plus tôt

— Moses, t’es où là ? Au garage, t’es sûr ? J’ai reçu une alerte, je pensais que c’était toi qui bossais dessus mais ça m’a envoyé une position et c’est pas du tout sur Pioneer Oak, les sourcils froncés, la première idée qui lui vient en tête est qu’il s’agit soit d’une erreur soit qu’il lui ment. — Quoi ? Attends attends, qu’est-ce que tu viens de dire ? Ouais c’est ça…, un léger rire s’échappe de ses lippes mais soudainement son expression change, tu te fous de ma gueule ?! elle n’a pas le temps d’entendre la réponse de son ami qu’elle a déjà raccroché, frénétiquement elle balaye son doigt sur son portable et ouvre l’application de traceur GPS. Elle avait investi dans cette technologie de pointe pour se rassurer et surtout protéger son bien le plus précieux, en espérant que jamais elle n’aurait de mauvaise surprise. Aujourd’hui pourtant, Minha voit son sang ne faire qu’un tour. L'apparence déconfite interpelle son binôme qui se penche vers elle. — Quelque chose cloche ? elle sort de ses pensées et prend une profonde inspiration pour calmer ses nerfs qui cherchent à s’emballer. — Annonce à la radio qu’on part sur un vol de véhicule, une Yamaha Cruiser Custom noire qui a été aperçue pour la dernière fois au garage des Northern Blackhawks sur Pioneer Oak, le deputy sur le côté passager s’apprête à répéter ses mots au central mais stoppe dans son élan, — C’est pas ta mo…, — Si, elle démarre aussitôt leur voiture aux couleurs du Bureau du Shérif et jette un dernier coup d’œil à son téléphone qu’elle a posée devant eux, le signal de sa moto avançant de lui-même sur la route du nord.

_________________


like there will be no tomorrow
heart pounding moments
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Seo Jae Won
played by
portrayed by
messages : 17
face + © : Lee Jun Ho
multinicks : none

age (birth) : 27 y.o
♡ status : célibataire
work : sergent dans l'armée de terre
home : caserne de l'armée
points : 48
image : I think you messed up (jw/m). 44f40df34042bbae0ad97e3943d6844d

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) :
· Re: I think you messed up (jw/m). · Lun 27 Juin - 21:56

I think you messed up
Néanmoins, mon impassibilité fallacieuse vola en éclat à la question suivante. Un rictus en déforma l’ourlet, alors que mon sourcil droit s’indignait. « Les droits ? Lesquels ? » fis-je d’une voix veloutée. « Certainement pas celui de m’expliquer avant d’être arrêté. Néanmoins, j’ai bien entendu la récitation scolaire, déclamée sans erreurs et dans un flot parfait. Mes félicitations. ».

@Seo Jae Won & @Minha O'Hara


« Papa, pourquoi tu pleures ? » Je fronçais légèrement les sourcils et portai les doigts à mes yeux, afin d’y essuyer les dernières traces de mon angoisse. « Parce que j’ai eu peur. » admis-je en la rebordant. « Da Hyun » commençai-je en douceur, « je veux que tu me promettes de ne plus te promener seule. » « Je voulais juste cueillir des mûres. » plaida la petite brune en se cachant à moitié sous les couvertures. « Que ressentirais-tu si ton chat partait seul dans la forêt ? » arguai-je en la regardant dans les yeux. « Imagine ce que tu ressentirais si tu le savais seul, sans savoir où le chercher ? » Elle plissa les lèvres et fronça ses sourcils noirs. « J’aurais très peur. » « Je viendrais avec toi cueillir des mûres. » « Je préfère apprendre à grimper aux arbres. » « Seulement si tu me promets de ne plus te promener seule. » Elle jaillit brutalement de son lit, posa une main sur son cœur et s’empressa de promettre avec la conviction d’une enfant prête à tout pour obtenir ce qu’elle désirait. Je retins un sourire et lui fis signe de se recoucher. « Mais dis papa … t’as un nouveau jouet ? » J’arquais un sourcil. « Quel jouet ? » « La moto. » fit Da Hyun en souriant de toutes ses dents. « Je pourrais monter dessus ? ça l’air drôle. » Je retins une grimace. J’avais complètement oublié la moto que j’avais subtilisé après le coup de téléphone de la baby-sitter. Et merde, songeai-je. « Elle n’est pas à moi. La femme du capitaine va veiller sur toi pendant que je vais ranger le dit jouet, avant de me faire taper sur les doigts. » « Moi, Sara m’a frappé quand j’ai pris sa poupée. Ça fait mal de voler. On va pas te taper hein ? » « Non. Dors maintenant. » J’attrapais le chaton sur le sol et le posai sur son lit avant de l’embrasser sur le front. « A demain. » Da Hyun attrapa son doudou, se roula en boule à coté d’Hapdan et ferma les yeux. Je sortis de la pièce et fermai la porte en douceur avant de me diriger d’un pas vers l’appartement du capitaine.

Je m’accroupis face à l’engin pour constater les dégâts. Une belle éraflure défigurait la flamme grise qui la décorait, probablement apparue lorsque je l’avais lâché avant de courir dans les bois. Je retins un juron en me frottant le front avant de la redresser à la force des bras. Avec une telle balafre, impossible de la rendre incognito. « Quelle journée de merde » râlai-je en la poussant sur le chemin de terre pour rejoindre la route. Je les entendis une dizaine de mètres avant de parvenir sur le sol goudronné. La sirène déchirait l’air, annonciatrice d’emmerdes et d’heures perdues. Inspirant profondément, je fis – cette fois – jouer le repose pied pour maintenir la moto debout et attendis, calmement adossé à la rambarde en bois qui séparait les végétaux des humains et, en l’occurrence, les esprits libres de la police américaine. « Vous êtes en avance. » les accueillis-je en tendant diligemment les mains, le visage fermé, en retenant le pour une fois qui me brûlait les lèvres.  

Je ne desserrais pas les dents. Le visage figé, j’observais cette nuée de policiers, affairés à courir d’un bureau à l’autre, en jugulant l’antipathie qu’un tel tableau m’inspirait. Le dos droit, les jambes tendues sous le bureau derrière lequel on m’avait assis, je finis par fixer un point devant moi, le menton légèrement incliné vers le col de mon t-shirt, sous lequel j’avais dissimulé ma plaque militaire. L'angoisse. Elle ne m'avait guère quitté depuis ce coup de fil et je me sentais près du gouffre. J'inspirai profondément avant de reporter mon attention sur la situation. Ayant laissé mon portefeuille à l’appartement, il n’avait pu trouver que ma carte d’identité dans la poche de mon bomber noir, sur laquelle n’apparaissait rien sinon mon nom, ma date de naissance et mon adresse en Corée. Les futilités d’usage, en somme. Une voix interrompit le cours de mes pensées. Je levai légèrement les yeux et croisai le regard enflammé de la policière responsable de mon arrestation. « Une carte d’identité ment rarement » rétorquai-je en redressant la tête. « A moins d’être une excellent faussaire, bien sûr. » La commissure de mes lèvres tressaillit mais je retins la moquerie, qui préféra fuir vers mon regard, qu’elle éclaboussa. Néanmoins, mon impassibilité fallacieuse vola en éclat à la question suivante. Un rictus en déforma l’ourlet, alors que mon sourcil droit s’indignait. « Les droits ? Lesquels ? » fis-je d’une voix veloutée. « Certainement pas celui de m’expliquer avant d’être arrêté. Néanmoins, j’ai bien entendu la récitation scolaire, déclamée sans erreurs et dans un flot parfait. Mes félicitations. ». Je ponctuais ma réponse d’un demi sourire sarcastique avant de me réadosser à mon dossier inconfortable, conscient de faire une erreur. Mon attitude ne pouvait qu’envenimer les choses et me tenir éloigné de ma fille, mais je ne parvenais ni à dissimuler mon mépris, ni à taire l’antipathie que m’inspirait leurs organisations. Car il était tellement plus facile de s’en prendre à des petits voleurs sans envergure que d’arrêter les vrais monstres dans la nature. Je relevai le menton, le dos droit, et l’observai tirer une chaise pour s’installer face à moi. Drapé dans le silence, je la fixai avec une même intensité, les lèvres serrées. Elle fut la première à céder, tant face à moi que face à l’angoisse qui l’avait saisie. Car, bien sûr, il avait fallu que j’emprunte la moto d’une flic plutôt qu’à n’importe quel habitant de cette ville. « J’ai sauvé un chat. » répondis-je sans la quitter des yeux. « Il était coincé sur une branche d’arbre et je suis arrivé à temps, grâce à votre précieuse machine, pour l’empêcher de tomber. Vous pouvez la féliciter, elle a sauvé une vie. » Une flamme habilla mes pupilles noires et dilatées. « Ce n’est pas banal, un agent des forces de l’ordre qui se la joue biker. » continuai-je. « Vais-je avoir droit à un audacieux mélange entre voyou et policier, mademoiselle ? »


_________________

underco
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum