home sweet home

city système de secrets public averti 1rp mensuel flexible recensement par mp

-41%
Le deal à ne pas rater :
Moniteur 24″ pouces HP M24F FHD
99 € 169 €
Voir le deal

2 participants
I'm on the vigilante shit again.
Voir le profil de l'utilisateur
Hetty Quinn
played by
portrayed by
messages : 436
name : castiells @ marido.
face + © : olivia cooke ; dailyoliviacooke & ma mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : mort, abus, instabilité psy.

age (birth) : 29 ans ↪︎ 28.10.93.
♡ status : mariée pour la seconde fois.
work : infirmière au windmont bay hospital.
activities : écrire, faire le ménage méticuleusement, se ronger les ongles, passer du temps avec son frère, écouter le bruit des vagues.
home : avec son mari @ ocean avenue.
points : 1303
image : I know my lies could not make you believe. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1/2 - free} : rhys.
· I know my lies could not make you believe. · Lun 28 Nov - 16:57

light one up, let me bum a smoke.

 @Rhys Quinn   — november (2022)

A la fenêtre, elle l’observa partir derrière le coin du rideau, légèrement inquiète de le savoir seul. Pour autant son mari avait insisté, il ne voulait pas d’elle à ses côtés pour régler des soucis d’ordre administratif ainsi qu’une visite de contrôle chez le médecin. Dans d’autres circonstances, Hetty aurait tout fait pour lui forcer la main mais pas cette fois, car elle avait plus urgent à régler. Elle entendit le chauffeur rouspéter à cause de la porte qui ne fonctionnait pas, puis la rampe se déplia afin de laisser rentrer le fauteuil roulant. Tobias se retourna, comme conscient de sa présence et elle s’éclipsa pour vaquer à ses occupations. Son service commençait plus tard dans la journée, ce qui lui donnait tout loisir de parcourir la maison de long en large. Elle détestait cet endroit qu’il avait imposé peu de temps après leur mariage et qui était impersonnelle au possible. A l’exception de quelques photos dans le salon, tout était aussi neutre qu’une chambre d’hôpital. Un bel euphémisme maintenant que son cher et tendre était diminué à cause d’une chute terrible dans les escaliers. La femme de ménage – Tobias tenait aux apparences et par conséquent à afficher son train de vie – arriverait d’ici une heure, elle avait donc toute latitude pour souffler. En remontant à l’étage, elle jeta un coup d’œil à son bureau où il tenait la comptabilité en sus de ses activités extra professionnelles. D’ordinaire, il fermait à clef ce qu’il considérait comme son espace personnel, néanmoins dans la précipitation il n’avait pas été aussi méticuleux que coutume. Elle se hasarda à farfouiller dans ses papiers, sans trop savoir quoi chercher avant d’abandonner. Visiblement sa mémoire persistait à lui jouer des tours et tant mieux ! Elle n’avait aucune envie de devoir gérer ça en plus de tout le reste. Soulagée, elle referma la porte avec prudence puis elle partit se préparer tant qu’elle était encore seule dans les parages. Quelques minutes plus tard, la jeune femme fut interrompue par le bruit de la sonnette, ce qui ne manqua pas de la faire pester. Une serviette dans les cheveux et à moitié habillée (elle avait toujours son bas de pyjama et un tee shirt en coton usé), elle descendit pour ouvrir à l’employée. Celle-ci était soit trop en retard, soit en avance et ce malgré ses commentaires succincts. En voyant un visage différent mais au combien familier, elle se rembrunit, gênée de se retrouver vêtue de la sorte devant son beau-frère. Hetty conservait une certaine pudeur, sans doute propre à son éducation religieuse, qui revenait souvent l’agacer quand IL était là. « Rhys. Je ne t’attendais pas. » Et c’était peu dire, toutefois celui-ci adorait s’inviter à l’improviste, vraisemblablement pour lui mettre des bâtons dans les roues. « Tobias vient de partir, tu l’as raté de peu. » Sa visite avait forcément un lien avec son frère ainé, sinon quoi ? Sur le palier, elle hésita une seconde – de trop – et finit par céder par politesse plus que par réelle envie. « Qu’est-ce que tu veux ? » Finit-elle par demander, de nouveau consciente de son accoutrement ridicule.

_________________

they say looks can kill, and I might try,
lately I've been dressing for revenge I know my lies could not make you believe. 1f52a
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Quinn
played by
portrayed by
messages : 1551
name : all souls (maryne)
face + © : ms @daisyavatars (av) @ (gif)
multinicks : jodie, kat, riley, noa, & jax
trigger : -
warning : -

age (birth) : 40 yo [31.10]
♡ status : célibataire, et veuf
work : avocat dans le milieu de la santé
home : une maison sur Crescent Lane
points : 2086

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on (1/2) | (hetty)
· Re: I know my lies could not make you believe. · Dim 18 Déc - 12:33

light one up, let me bum a smoke.

 @Hetty Quinn   — november (2022)

Rhys venait de raccrocher avec un de ses amis médecin qui relançait sur un problème qu’il avait évoqué en début de semaine. Il n’avait pas eu le temps de s’en charger, ayant été un peu débordé. A croire que les hôpitaux multipliaient les demandes de procès et les situations de merde. Il devait faire en sorte que, justement, ça n’arrive pas devant un juge. Et si c’était le cas… Il ferait ce qu’il sait faire de mieux : démonter la partie adverse quoiqu’il en coute. Son manteau sur le dos, le dossier du patient dans la main, il monta dans sa voiture pour rejoindre Ocean Avenue. Il avait bien hésité, lui aussi, à prendre une baraque de ce côté-là… Vue sur l’océan et tout le bordel… Mais c’était peut-être un changement trop drastique comparé à ce qu’il avait connu avant. Il avait alors opté pour une maison sur Crescent Lane, là où c’était animé… Animé à la façon d’une petite ville évidemment. Mais il n’était qu’à dix minutes de chez son frère… Ils n’avaient jamais habité si près l’un de l’autre depuis… Oxford, probablement.
La voiture garée n’importe comment, comme à son habitude, et comme si les règles s’appliquaient à tout le monde sauf à Quinn, il alla frapper à la porte. Evidemment, il ne s’attendait pas à ce que Robias roule jusqu’à la porte pour lui ouvrir… Mais surprise de voir sa belle-sœur, dans une tenue peu conventionnelle (pour elle). « Je vois ça. Je crois bien que c’est la première fois que je te trouve si… adorablement normale » un large sourire s’affichait sur le visage de Rhys. Il venait de faire un compliment à sa façon. Ça changeait de son look habituel : pas un cheveu qui dépassait, pas une mèche de travers. Pas le moindre mauvais pli. Aujourd’hui elle lui semblait… humaine. Il hausse un sourcil, sceptique, mais quelque peu amusé. « Vraiment ? » il s’approcha d’un pas mais attendit qu’elle ne cède pour rentrer totalement. Il se rapprocha un peu plus, oubliant toute notion d’espace vital ou de quelconques limites. Le visage baissé, ses lippes n’étaient pas très loin du creux de son oreille. « il est sorti ou tu l’as finalement enterré et tu nettoyais les preuves ? » rhys ne se cachait pas vraiment des soupçons qu’il avait envers sa belle-sœur. Il se fendit d’un large sourire, aussi sérieux que ravi de ce qui venait de sortir de sa bouche : emmerder la femme de son frère était réellement délicieux. Il se redressa, la fixa un instant avant de désigner la chemise marron clair qu’il avait dans la main. Des papiers (le dossier d’un ancien patient) sur lesquels il aurait aimé avoir l’avis de son frère. Un service qu’il rendait pour un autre ami médecin. « Je venais apporter ça à Tobias. T’en fais pas, je connais le chemin, pas besoin de m’escorter » en réalité, il n’en faisait qu’à sa tête dès qu’il mettait les pieds ici, que ça fasse râler la maitresse des lieux ou non. Il commença à partir en direction du dit-bureau avant de s’arrêter un instant et de la regarder une nouveau fois de la tête au pied, un sourire amusé sur le coin des lèvres. « c’est beaucoup mieux comme ça » Il finit son chemin jusqu’au bureau, ouvrant la pièce mais sentant bien la présence de sa belle-sœur dans son dos. « je t’ai dit que je connaissais le chemin » il se retourna, un sourcil arqué « t’as peur que je découvre quelque chose ? »

_________________


--- divine violence
underco.

I'm on the vigilante shit again.
Voir le profil de l'utilisateur
Hetty Quinn
played by
portrayed by
messages : 436
name : castiells @ marido.
face + © : olivia cooke ; dailyoliviacooke & ma mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : mort, abus, instabilité psy.

age (birth) : 29 ans ↪︎ 28.10.93.
♡ status : mariée pour la seconde fois.
work : infirmière au windmont bay hospital.
activities : écrire, faire le ménage méticuleusement, se ronger les ongles, passer du temps avec son frère, écouter le bruit des vagues.
home : avec son mari @ ocean avenue.
points : 1303
image : I know my lies could not make you believe. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1/2 - free} : rhys.
· Re: I know my lies could not make you believe. · Mer 21 Déc - 19:19
Le besoin de contrôle faisait partie intégrante de son quotidien et guidait sa façon de faire pour la moindre des choses allant d’une simple conversation jusqu’au rangement précis de l’armoire. C’était plus fort qu’elle, Hetty devait tout maitriser, au risque d’avoir une crise d’angoisse le cas échéant. Avec le temps cette facheuse habitude était devenue une qualité dans son travail et une tare dans sa vie privée même si elle faisait de son mieux pour lâcher du lest. La venue de son beau-frère était typiquement le genre d’incident qui pouvait la faire sortir de ses gonds, car elle était imprévue. Or elle était persuadée que ce dernier en avait conscience et s’en amusait à outrance, en espérant obtenir dieu sait qu’elle résultat. S’il savait songea-t-elle en se mordant la lèvre alors qu’il pénétrait chez elle, toujours avec cet air sarcastique accroché à ses traits ; le total opposé de son frère, austère au possible. « La normalité est un concept surfait. » Répondit-elle en essayant de cacher son malaise à l’idée qu’il l’ait surprise dans une tenue pareille, elle qui était d’ordinaire irréprochable en tout point. Le savoir ici en l’absence de Tobias était déstabilisant mais sa promiscuité exagérée l’était davantage, pourtant elle ne céda pas face à sa provocation. Pour l’heure – contrairement à ses dires - son mari était bel et bien vivant, juste diminué avec quelques trous de mémoire. « Il me semble que sa mort te bénéficierait autant que moi, il serait tellement facile de te faire porter le chapeau. » Elle ignorait le contenu de son testament ou si il en avait fait un (eu égard à sa fortune c’était fort probable) et il y avait fort à parier que Rhys toucherait une somme confortable le jour où son ainé passerait l’arme à gauche. Il pouvait prétendre que les relations étaient pérennes entre eux, Hetty n’était pas dupe, d’ailleurs les critiques fusaient souvent de la part du propriétaire des lieux. Celui-ci le trouvait trop volubile, pas assez sérieux et trop sûr de lui, une opinion que sa femme partageait allégrement. « Je ne te demande pas ton avis. » L’insistance avec laquelle il analysait sa tenue persistait à l’agacer autant qu’elle suscitait une légère étincelle en son sein. Depuis quand ne l’avait-on pas complimenté de la sorte ou ne serait-ce que regardé de cette façon ? Il s’agissait certes d’un jeu ou d’une querelle puérile entre eux toutefois Rhys était ce grain de sable qui faisait tout dérailler. Elle guetta un instant ses pas pour voir où il se rendait, quand bien même n’avait-elle rien à cacher, même s’il semblait croire le contraire. Hetty n’étais pas sotte au point de faire trainer quoi que ce soit dans les parages, sa minutie innée ainsi que son sens du détail étaient un bon atout pour éviter toute bavure de la sorte. « Fais comme chez toi puisque tu insistes. Je reviens. » Elle le planta là et remonta à l’étage afin de se changer, ne supportant pas d’offrir autant d’intimité à son hôte. Un pantalon noir sobre et une chemise sur le dos où reposaient ses boucles humides, elle le retrouva dans le bureau où il paraissait perdu dans ses pensées. « Qu’est-ce que tu es venu vraiment faire ici ? Ce serait d'ailleurs préférable que tu arrêtes de venir comme ça sans prévenir.» Bras croisés sur la poitrine, elle attendait.

_________________

they say looks can kill, and I might try,
lately I've been dressing for revenge I know my lies could not make you believe. 1f52a
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Quinn
played by
portrayed by
messages : 1551
name : all souls (maryne)
face + © : ms @daisyavatars (av) @ (gif)
multinicks : jodie, kat, riley, noa, & jax
trigger : -
warning : -

age (birth) : 40 yo [31.10]
♡ status : célibataire, et veuf
work : avocat dans le milieu de la santé
home : une maison sur Crescent Lane
points : 2086

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on (1/2) | (hetty)
· Re: I know my lies could not make you believe. · Mar 27 Déc - 20:19

light one up, let me bum a smoke.

 @Hetty Quinn   — november (2022)

« c’est pas faux. Mais dans ton cas… » il ne finit pas sa phrase volontairement. Dans le cas de Hetty, un peu de normalité ne faisait pas de mal. Ça la détendrait un peu, qu’il se disait. Qu’elle se lache, qu’elle oublie un peu d’être tirée à quatre épingles et impeccable. Mais Rhys savait qu’il suffisait d’un peu de provocation pour voir la surface gentiment se craqueler -ou au moins frémir. Comme lorsqu’il s’en approche. Trop. Il en oublie la bienséance et la notion d’espace personnel. Plus il l’emmerde, mieux il se porte. Cette fois, Quinn sourit légèrement avant de hausser les épaules. « Peut-être. Mais pas autant que celle de mes parents » lâcha-t-il dans un clin d’œil avant d’ajouter « et j’te faciliterais pas autant la tâche » il était avocat. Certes, dans le milieu de la santé, mais quand même, il connaissait son job, même les branches qu’il côtoyait moins. « mais bien essayé, j’apprécie l’attention » ajouta-t-il, un sourire sur le coin des lèvres, effleurant sa joue avant de se redresser pour expliquer ce qu’il faisait chez elle. Il lâcha un « hm » peut enjoué lorsqu’elle confirma ne pas lui demander son avis. Evidemment, sinon ça aurait été trop simple. Alors il tourna les talons, se rendant jusque dans le bureau de son frère. C’était ici qu’ils se retrouvaient la plupart du temps… Surtout lorsqu’ils parlaient affaires. Il n’y avait rien de très drôle ou de franchement distrayant, et le secret professionnel était souvent de rigueur. Tant pis, qu’elle le suive si elle le voulait, il n’en ferait pas moins qu’à sa tête. Arrivé dans le bureau, il prend place dans le siège de son frère, regardant sa belle-sœur avec insistance, jusqu’à ce qu’elle ne se décide finalement à aller faire sa vie. Il soupira, un mince sourire ornant toujours son visage. Il ouvrit un tiroir, sortit quelques dossiers qu’il feuilleté quelques instants avant de prendre un papier vierge pour y noter un bref mot quoiqu’explicatif avant de fermer les dossiers et mettre le sien sur le dessus. Il se leva, fit un tour avant de tomber sur une (ancienne) photo de famille. Leurs parents, Tobias et lui. Seulement il se souvenait parfaitement du jour où ça avait été pris. C’était l’anniversaire de leurs parents, et Enola était en retard. A peine cinq minutes après ce cliché, elle arrivait, se confondant en excuses et des cadeaux plein les bras. En entendant la voix d’Hetty, il tourne subitement la tête, appréciant que peu de se faire surprendre la tête ailleurs. Un rire amusé s’échappa de sa bouche. « que j’arrête ? Oh non, où serait le plaisir ? » Il s’approcha à nouveau de sa belle-sœur, l’air sérieux. « Je te l’ai déjà dit. T’as la mémoire courte. Ou t’espères autre chose ? » son sourire s’agrandit un peu plus « tu sais, je peux tout entendre. Promis, j’dirai rien à Tobias. Puis tu sais ce qui se passe à … » il lève les yeux au ciel « peu importe, t’as compris » Il détailla ses nouveaux vêtements, une légère grimace se dessina sur ses traits. Il avança, forçant la jeune femme à recula un peu. « C’était mieux avant » Il glissa un doigt dans une mèche bouclée, jouant avec quelques secondes.  « mais ce que j’en dis hein… »

_________________


--- divine violence
underco.

I'm on the vigilante shit again.
Voir le profil de l'utilisateur
Hetty Quinn
played by
portrayed by
messages : 436
name : castiells @ marido.
face + © : olivia cooke ; dailyoliviacooke & ma mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : mort, abus, instabilité psy.

age (birth) : 29 ans ↪︎ 28.10.93.
♡ status : mariée pour la seconde fois.
work : infirmière au windmont bay hospital.
activities : écrire, faire le ménage méticuleusement, se ronger les ongles, passer du temps avec son frère, écouter le bruit des vagues.
home : avec son mari @ ocean avenue.
points : 1303
image : I know my lies could not make you believe. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1/2 - free} : rhys.
· Re: I know my lies could not make you believe. · Jeu 29 Déc - 17:28
La présence de son beau-frère dans ce qu’elle considérait comme son havre de paix avait un côté horripilant dont il avait parfaitement conscience. Ce n’était pas la première fois que Rhys débarquait à l’improviste, un faux prétexte sous le bras dans le but tout sauf subtile de la provoquer. La plupart de ces incidents arrivaient en l’absence de son mari et si jusqu’à maintenant Hetty s’était bien comportée, elle n’était pas sûre de pouvoir réitérer infiniment cet exploit. Tout chez le jeune l’homme l’irritait à commencer par son air suffisant quand il s’adressait à elle dans un sourire sarcastique. Elle avait du mal à comprendre comment cet homme pouvait être le frère de son mari actuel lorsque tout les différenciait de bout en bout. Tobias était une force tranquille, quoi que caractérielle, mais il n’avait pas ce côté tête brûlée que Rhys se plaisait à mettre en avant en toute circonstance. Parfois elle regrettait son entrée dans cette famille, qui était surtout un arrangement poli entre deux individus aux tempéraments étranges. Elle aimait son compagnon, tout en étant agacée par lui pour diverses raisons. « Tu es tellement prétentieux, qu’une simple remarque suffirait à te trahir. Nul besoin de me faciliter quoi que ce soit. » Pour l’heure, elle faisait profil bas, sans toutefois exclure un prochain passage à l’acte quand la pression serait trop forte à contenir. À cet instant, c’était Rhys qu’elle mourrait d’envie d’étrangler pour autant, elle se décida à l’abandonner afin d’aller se changer à l’étage pour une tenue plus correcte. Elle le retrouva quelques minutes plus tard en pleine réflexion dans le bureau de son ainé. Le voir ainsi ‘à nu’ était étrange et elle se demanda soudainement à quoi un esprit tel que le sien pouvait penser. Le charme se rompit aussitôt quand il constata qu’elle était revenue le surveiller. Hetty restait persuadée qu’il cachait ses intentions et elle était on ne peut mieux placée pour deviner la traitrise chez les autres. « Personne ne prends de plaisir à ces visites, moi la première. » Ce n’était pas faute d’avoir insisté là-dessus, en soulevant le caractère irrespectueux que ces allers et venues généraient. Tobias avait lui aussi eu un mot à ce sujet mais personne n’avait semble-t-il d’ascendant sur l’avocat. « Je n’espère rien de toi, juste que tu partes. Tu es venu déposer des papiers, tu n’as donc plus rien à faire ici. » Rétorqua-t-elle en écho à ses explications bancales pour justifier qu’il s’attardait dans les parages. Elle ne croyait pas à ce babillage intempestif, qui plus est quand ces situations se répétaient systématiquement quand Tobias était à l’extérieur. « Toi ? Tout entendre ? Je ne pense pas. » Le regard sombre elle le scruta avec colère, tentée d’en dire davantage et se ravisa en le voyant s’approcher beaucoup trop près. « Je t’ai déjà dit que je ne te demandais pas ton avis. Ne me touche pas. » Elle repoussa sa main d’un geste brusque alors que ses pieds refusaient de bouger. Son cœur se serra dans sa poitrine, galvanisé par l’adrénaline que cet échange suscitait et son visage se métamorphosa tout doucement. « Si Enola était encore là, elle aurait honte. » Finit-elle par ajouter avec une pointe de défi dans la voix.

_________________

they say looks can kill, and I might try,
lately I've been dressing for revenge I know my lies could not make you believe. 1f52a
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Quinn
played by
portrayed by
messages : 1551
name : all souls (maryne)
face + © : ms @daisyavatars (av) @ (gif)
multinicks : jodie, kat, riley, noa, & jax
trigger : -
warning : -

age (birth) : 40 yo [31.10]
♡ status : célibataire, et veuf
work : avocat dans le milieu de la santé
home : une maison sur Crescent Lane
points : 2086

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on (1/2) | (hetty)
· Re: I know my lies could not make you believe. · Lun 2 Jan - 22:26

light one up, let me bum a smoke.

 @Hetty Quinn   — november (2022)

« Je sais ce que je fais, comment je le fais, et méticuleux lorsqu’il le faut, nuance. Et dans le pire des cas, je trouve toujours un moyen de m’en sortir. Demande à ton cher mari » Son sourire était aussi large que forcé. Il était presque tenté de la titiller un peu plus pour voir jusqu’où elle pouvait aller. Est-ce qu’elle laisserait échapper quelque chose qu’il pourrait finalement creuser ? Ses doutes ne diminuaient pas, peu importe ce qu’elle disait ou à quel point elle restait impassible. Mais c’était peut-être ça la truc : elle était impassible. N’importe qui de normalement constitué aurait hurlé au scandale d’être accusé de nuire à son mari d’une telle façon ? C’était du moins ce qu’il pensait. Peu importe, pour le moment du moins. Il était finalement tranquille pour faire ce qu’il avait à faire et rêvasser un peu ici. D’habitude, il y avait Tobias. Tobias qui lui faisait toutes sortes de remontrances et de leçons de moral sur la façon dont il devrait gérer sa vie… Faut voir où la mener lui, ses bons principes et son sérieux. Et voilà qu’elle était de retour, plus rapide que ce qu’il pensait. Avait-elle peur qu’il ne fouille quelque part ? « raconte-toi ce que tu veux » un sourire arrogant, sur les lippes, il ne se lassait jamais de ce petit jeu. « et tu sais quoi du plaisir ? » demanda-t-il avant de se marrer. Elle était toujours si… rigide, qu’il ne l’imaginait pas prendre plaisir dans quoique ce soit… Et en ce qui concernait son mariage, il ne préférait même pas y penser. Elle ne cessait de parler, de son désir de le voir s’en aller, mais elle était encore là, à alimenter leurs scènes. « hm » elle repoussa sa main mais elle ne bougea pas plus. Un léger sourire en coin alors qu’il continuait de la fixer. « tu bouges pas beaucoup pour quelqu’un qui me veut dehors » dit-il à voix basse avant qu’elle ne prenne la parole. Et quels mots. Son sang ne fait qu’un tour. Pas le temps de peser le pour et le contre, de savoir si c’est une si bonne idée que ça de prendre sa belle sœur à la gorge en la coinçant entre lui et le bureau que… c’est déjà fait. De toute façon, quand il a un coup de sang, c’est bien que c’est : pas de réflexion. Elle est cambrée à cause de la force qu’il y a mis, sa main toujours autour de sa gorge, assez serrée pour que ça soit désagréable mais elle peut tout de même respirer, et l’autre sur son autre main à elle, pour qu’elle se débatte le moins possible. Pour le moment. « Ne prononce pas son nom » sa voix était plus profonde, plus menaçante. Tobias aurait dû lui dire ce qu’il se passait quand on parlait d’Enola en sa présence. Ça ne se passait jamais bien, c’était toujours violent. « t’as pas idée de qui elle était ou de ce qu’il y avait entre nous » il a envie de l’insulter, de lui dire qu’elle ne lui arrivait pas à la cheville et que ça ne serait jamais le cas, mais sans savoir vraiment pourquoi, ça ne passe pas la barrière de ses lèvres. Il a peut-être fini par la hisser au rang de sainte, sa femme. Elle l’était d’une certaine façon, pour le supporter lui, pour en faire quelqu’un de pas trop mauvais. Au fond, il le savait. Ils l’avaient su tous les deux, et elle ne s’était jamais barrée. Elle a jamais eu honte de lui, pas même dans ses pires moments, à tel point qu’il s’était demandé ce qu’il avait fait pour avoir une fille comme elle. Elle avait tout. « Tobias t’a jamais dit que c’était dangereux de faire ça ? » un murmure entre ses dents, la mâchoire serrée alors qu’il s’était rapprochée et sa poigne resserrée. Et finalement, il eut un rire nerveux « mais j’imagine que c’était là tout le but de la manœuvre » il réalisa. C’était ce qu’elle voulait : l’agacer comme lui était capable de le faire. Mais Enola, c’était la limite. Sa limite. Il vrillait dès que son nom était prononcé, comme si son souvenir était souillé d’une quelconque manière. Hetty ne l’avait jamais connu et il ne savait pas vraiment ce que son foutu frère lui avait dit. Trop peu apparemment puisqu’elle venait de l’ouvrir. Son regard se baissa sur sa propre main, toujours autour de sa gorge. Il la retira sans pour autant bouger de là où il se trouvait. « Je te déconseille de recommencer » Une menace peut-être, une mise en garde, possiblement. Mais il n’était pas Tobias, si elle le faisait sortir de ses gonds, c’était une réaction différente de celle de son mari si posé qu’elle aurait.

_________________


--- divine violence
underco.

I'm on the vigilante shit again.
Voir le profil de l'utilisateur
Hetty Quinn
played by
portrayed by
messages : 436
name : castiells @ marido.
face + © : olivia cooke ; dailyoliviacooke & ma mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, pablo, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : mort, abus, instabilité psy.

age (birth) : 29 ans ↪︎ 28.10.93.
♡ status : mariée pour la seconde fois.
work : infirmière au windmont bay hospital.
activities : écrire, faire le ménage méticuleusement, se ronger les ongles, passer du temps avec son frère, écouter le bruit des vagues.
home : avec son mari @ ocean avenue.
points : 1303
image : I know my lies could not make you believe. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {1/2 - free} : rhys.
· Re: I know my lies could not make you believe. · Ven 6 Jan - 18:24
Ils jouaient à un jeu dangereux dont nul ne connaissait les règles et qui allait certainement très mal finir eu égard à leurs caractères respectifs. Rhys la sous estimait certainement en se fiant à son côté rigide, exemplaire en tout point et il avait tort. Il y avait un monstre sous cette carapace dont il allait prochainement faire la connaissance à force de tirer sur la corde de la provocation. Hetty n’était pas du genre à se laisser faire, encore moins sur son territoire qu’il piétinait sans vergogne malgré ses avertissements. « Le plaisir revêt tout un tas de facettes, ce n’est pas purement sexuel. » Une telle vision était réductrice mais venant de la part de son beau-frère, elle n’était pas vraiment surprise. Cela ne faisait que confirmer son avis sur l’individu, qui l’horripilait au possible tout en confirmant les dires de Tobias à son sujet. Ce dernier en avait dépeint un tableau assez négatif, qu’elle partageait largement. « Je suis chez moi, pourquoi bougerais-je ? » Jugea-t-elle bon de rappeler sans le quitter du regard tandis que le duel reprenait de plus belle grâce ou à cause de ses paroles malheureuses. Elle avait touché en plein cœur et s’en félicita aussitôt en le voyant se métamorphoser en une seconde. Enfin - le vrai Rhys était là sous ses yeux. Si elle sursauta légèrement en sentant sa main sur sa gorge, elle ne cilla pas d’un pouce, savourant sa victoire temporaire sur lui. Qu’importe qu’il l’ait entravé, le jeu en valait la chandelle. Il était déstabilisé et avait montré sa faiblesse, une erreur de taille car elle était certaine d’en faire bon usage par la suite. Tobias avait effectivement mentionné des bribes d’anecdotes sur l’ex-femme de son frère, sans toutefois rentrer dans le vif du détail. Elle se rappelait seulement l’avoir entendu dire de ne jamais aborder l’affaire. Dommage, il était trop tard pour ça. « Il l’a surement dit mais je ne suis pas obligée de tout écouter. » Encore moins de respecter les consignes songea-t-elle sans le préciser de vive voix alors que son souffle se faisait compliqué. Une partie d’elle se régalait de ce mélange d’impuissance et de pouvoir détenu sur son assaillant qui avait réagi exactement comme elle l’avait imaginé. À peine l’eut-il relâché, qu’elle le gifla violemment pour avoir osé la menacer de la sorte. « Tu vois, j’imagine que ton petit cinéma a laissé des marques sur ma peau. Imagine seulement ce que je pourrais faire de ça et comment je pourrais ruiner ta petite vie faussement parfaite. » Quelques photos, des larmes à n’en plus finir et elle pouvait outre mettre Tobias au courant, porter plainte pour le faire payer. Bien sûr, il y aurait peu de chance que cela aboutisse néanmoins le simple fait d’être convoqué au commissariat l’agacerait certainement. « Si tu étais parti comme je te l’ai demandé, on aurait pu éviter cette situation délicate. » Elle prétendit en être attristée une seconde et reporta son regard sur lui. « Tu ne peux pas gagner à chaque fois, tu apprendras. » Elle tapota son épaule d’un geste infantilisant au possible pour asseoir ses propos, consciente que la guerre était déclarée entre eux.

_________________

they say looks can kill, and I might try,
lately I've been dressing for revenge I know my lies could not make you believe. 1f52a
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys Quinn
played by
portrayed by
messages : 1551
name : all souls (maryne)
face + © : ms @daisyavatars (av) @ (gif)
multinicks : jodie, kat, riley, noa, & jax
trigger : -
warning : -

age (birth) : 40 yo [31.10]
♡ status : célibataire, et veuf
work : avocat dans le milieu de la santé
home : une maison sur Crescent Lane
points : 2086

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : on (1/2) | (hetty)
· Re: I know my lies could not make you believe. · Hier à 21:28

light one up, let me bum a smoke.

 @Hetty Quinn   — november (2022)

« Si tu le dis » lâcha-t-il sans se départir de son sourire. En réalité -et pour une fois- il était totalement d’accord avec sa belle-sœur. Le plaisir revêtait tout un tas d’aspects, mais faire une allusion purement sexuelle était bien trop tentante en ce qui le (la) concernait. Il ne se souvenait que trop bien des quelques discussions qu’il avait eu avec son frère à son sujet, bien avant qu’il ne soit marié, et quand ils étaient tous deux encore à Oxford. Aucun des frangins n’était franchement un adepte des discussions à cœur ouvert, mais ils avaient tous les deux étaient jeunes, cons, et curieux -un plus que l’autre. « pour aller faire ta vie dans une autre pièce qu’ici et t’épargner la vue si horrible de mon adorable personne ? » lança-t-il en guise d’hypothèse. Cependant, Rhys restait persuadée qu’elle ne le voulait pas tant que ça hors de chez elle. Il était persuadé qu’elle pouvait faire mieux que ça mais Hetty ne semblait pas déterminé à lui démontrer cette facette de sa personnalité. Qu’il croyait. Seulement elle ne s’y prit pas du tout comme il l’avait pensé. Pas de cris, pas de petites mains froides qui tentait de le pousser hors de sa demeure. C’était pire. Plus vicieux, plus malin… Et si ça n’avait pas été à propos d’Enola, il aurait presque pu être admiratif de ce coup-là. L’impulsivité prit le dessus, la colère avec. Sa main autour de sa gorge, il sentait l’une de ses veines et son pouls pulser contre sa paume. Il n’avait qu’à serrer plus fort. « Est-ce que tu écoutes au moins quoique ce soit ? » siffla-t-il, la mâchoire serrée, tout en se doutant de la réponse. D’apparences, Hetty avait tout de la petite femme au foyer, parfaite sous tout rapport, mais il savait qu’il ne pouvait se fier à ça. Les doutes qu’il avait la concernant dépeignaient une toute autre femme. C’est elle qui menait la danse, et d’une façon ou d’une autre, elle laissait penser, de temps à autres, à Tobias, que ce n’était pas le cas. Quel idiot. Il relâcha sa poigne et fut gifler immédiatement ce qui lui arracha un rire malgré. Sacré bout de femme. Seulement elle avait raison, il en faudrait peu pour qu’elle écorche la façade de sa vie. Ça ne voulait pas dire qu’elle allait le ruiner, mais elle pourrait faire quelques vagues dont il se passerait bien. Une légère grimace passa sur le visage de Rhys, minime, mais visible si elle avait bien prêté attention. « je te le déconseille. » dit-il simplement, sans émotion, pas même de la colère. De toute façon, une fois encore, elle n’en ferait qu’à sa tête. « avouons-le, ça aurait été moins... intéressant… » Mais sa mâchoire se crispa à son foutu geste, infantilisant au possible. Sans réfléchir, il attrapa subitement son poignet « fais gaffe, hetty. Tu ne sais pas à qui tu te frottes » cette fois, pas d’amusement, une mise en garde. Première fois qu’on le déstabilisait vraiment. Il avait beau savoir que l’important c’était de gagner la guerre, pas chaque bataille, rhys n’avait jamais eu l’habitude de perdre quoique ce soit. Il lâcha son poignet, jeta un dernier coup d’œil au bureau pour vérifier qu’il n’avait rien oublié. Il tourna les talons, sans un regard pour sa belle-sœur, mais bien déterminer à faire claquer la porte pour faire trembler toute la baraque.

_________________


--- divine violence
underco.

Contenu sponsorisé
played by
portrayed by
· Re: I know my lies could not make you believe. ·
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum