home sweet home

city système de secrets public averti 1rp mensuel flexible recensement par mp

Le Deal du moment : -33%
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle ...
Voir le deal
29.99 €

2 participants
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Estrada
played by
portrayed by
messages : 1969
name : marido @ castiells.
face + © : pedro pascal ; la mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, hetty, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : -

age (birth) : 46 ans sur le papier, probablement 15 dans les faits. | 22 juin.
♡ status : en couple mais toujours complètement à l'ouest.
work : prof d'arts plastiques au lycée.
activities : cuisiner, faire de la sculpture, danser sur de la musique cubaine, taquiner sa fille, faire n'importe quoi avec joseph.
home : une maison bien bordélique près de bridgewater way où rien n'est à sa place.
moodboard :
let's call it what it is, it's a masterpiece. Jnwxrzf


points : 2429
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 : free} : joseph, luna.
· let's call it what it is, it's a masterpiece. · Ven 2 Déc - 12:20
I've never met nobody like you
Had friends, and I've had buddies, it's true
But they don't turn my tummy the way you do

@Joseph Murry
01 decembre 2022.


La musique en fond sonore, Pablo avait entreprit de reprendre une ancienne de ses créations pour l’améliorer ou plutôt pour lui donner une nouvelle vie. À défaut de pouvoir travailler convenablement dans le garage transformé en atelier, il s’était installé dans le salon. En effet, l’ancien refuge était encombré de cartons de déménagement et il faisait beaucoup trop froid pour y rester de façon prolongée malgré le radiateur d’appoint. Qui plus est, de là où il était, il pouvait regarder la télévision ou discuter avec Cristiano qui faisait des allers retours un jouet à la gueule en espérant que son maitre daignerait jouer avec lui tôt ou tard. Malheureusement pour lui, le principal intéressé était concentré sur son ouvrage tout autant que sur ses petits mouvements de danse pour accompagner la chanson. L’inspiration était de retour et il comptait bien en profiter durant les prochaines vacances où il aurait de nouveau tout loisir de s’adonner à son passetemps favori. En réalité, il n’en ferait rien car Daisy revenait pour les fêtes, ce qui impliquait tout un tas d’activité entre père et fille pour rattraper ces mois de séparation. Il avait ainsi prévu d’aller faire du patin à glace, de faire un voire plusieurs tours au marché de noël mais également d’aller chercher des cadeaux en sa compagnie. A l’heure actuelle, il ignorait encore ce qu’il pourrait offrir à Joseph, ce qui le tracassait pas mal mais il avait foi en Daisy, qui, était d’ailleurs à l’origine de sa relation. « Regarde Cristiano, qu’est-ce que tu en penses ? » Coupant court à son flot de pensées, il s’écarta de la pâte blanche qui prenait forme pour mieux juger son avancée. Le malheureux canidé s’approcha d’un pas enthousiaste ayant probablement imaginé qu’il recevrait une friandise et observa le résultat en silence. Pablo, pour sa part, n’était pas très convaincu, il ignorait où il allait, se contentant de suivre son instinct là où il l’emportait. Depuis sa seule exposition dans une galerie de modeste renommée, il avait du mal à susciter l’intérêt chez ses pairs. Pour autant il n’était pas démoralisé, ni le prenait mal, en se disant que si ça devait se faire, cela se ferait quoi qu’il advienne. Il n’avait jamais vécu pour se faire connaitre à tout prix et avait pris cette exception dans sa vie comme une bénédiction, voilà tout. Pablo était on ne peut plus heureux d’être professeur, il ne demandait pas davantage. Son seul regret était probablement d’ordre financier car il aurait aimé pouvoir donner plus à sa fille. « Bon je vais changer ça finalement. » Il s’essuya les mains dans son tablier de fortune et reprit de la glaise dans le seau par terre  afin de modeler ce qui devait être un bras. N’ayant pas forcément fait attention au bordel qu’il avait mis tout autour de lui, il n’entendit pas toute suite Joseph qui pestait dans son dos. Pourtant il y avait de quoi râler entre le bac de flotte, les papiers de journaux froissés et les gouttelettes un peu partout.

_________________

oh well I roam from town to town, I go through life without a care until I'm as happy as a clown.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Murry
played by
portrayed by
messages : 1159
name : phyla
face + © : oscar isaac + ©sow (gif: ©oscarverse)
multinicks : eugene - hunter - sally - dina - erin - zahir
trigger : -
warning : -

age (birth) : 44 years old (5.06)
♡ status : in a relationship
work : makeup artist / photograph
activities : drinking, being annoying and dramatic
home : at Pablo's place on bridgewater way
moodboard : let's call it what it is, it's a masterpiece. FeqxLFr

let's call it what it is, it's a masterpiece. RB9Ae7D

points : 3269
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Pablo, Kitty, Hector
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Dim 11 Déc - 20:16
Vivre avec quelqu'un était compliqué, Joseph en avait fait l'expérience lors de ses deux mariages. Mais avec Pablo, c'était différent car tout semblait simple et leur joyeux bordel ne le dérangeait pas. Sauf que ce matin, Joseph faisait de son mieux pour essayer de supporter son petit ami qui lui tapait sur les nerfs. Il savait que son homme était inspiré et il l'avait encouragé plus d'une fois à sculpter autant qu'il le voulait... mais dans l'atelier, là où il était supposé laisser court à son imagination sans se soucier du bordel. Là, Pablo avait pris énormément de place dans le salon et les tâches et le bruit de la musique était en train de rendre Joseph complètement dingue. Il essayait de manger ses céréales tranquillement tout en envoyant quelques mails pour son boulot. Il releva la tête vers son homme lorsqu'il l'entendit lui poser une question... sauf qu'il ne s'adressait pas à lui, mais au chien. Jo poussa un soupir. « Super, tu demandes l'avis du chien maintenant... » Est-ce qu'il était simplement de mauvais poil ou est-ce que sa colère était justifiée? Il n'en savait rien. Un peu des deux, sans doute. En voyant que Pablo n'avait pas l'intention de s'arrêter, Jo décida d'intervenir. Coupant la musique, il se posta devant son petit ami. « Pablo, on a déjà eu cette conversation... le salon n'est pas l'endroit pour faire tes petits... » il fit un geste vers la sculpture en cours de création. «...Trucs. » C'était quoi d'ailleurs? Il n'en avait aucune idée. « L'atelier est juste là, rien que pour toi alors par pitié prends tes affaires et vas-y! » Exaspéré, Joseph secoua la tête. « Je suis en train d'essayer de rédiger le même mail depuis dix minutes mais avec tout ce bordel j'arrive pas à réfléchir! » Cristiano décida d'apporter son jouet aux pieds de Joseph, espérant que ce dernier soit libre pour jouer un peu avec lui. Jo caressa le chien sans pour autant attraper le fameux jouet. « Tu sais que c'est encore un accident qui va se produire si tu continues de laisser tes affaires ici... » Il faisait référence à la sculpture qui avait été brisée par Malcolm lors de sa visite. Un accident qui prouvait à quel point Joseph avait raison. Et lorsque Joseph Murry en arrivait au point de déclarer que c'était le bordel alors c'est que la situation était assez grave.

@Pablo Estrada

_________________
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Estrada
played by
portrayed by
messages : 1969
name : marido @ castiells.
face + © : pedro pascal ; la mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, hetty, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : -

age (birth) : 46 ans sur le papier, probablement 15 dans les faits. | 22 juin.
♡ status : en couple mais toujours complètement à l'ouest.
work : prof d'arts plastiques au lycée.
activities : cuisiner, faire de la sculpture, danser sur de la musique cubaine, taquiner sa fille, faire n'importe quoi avec joseph.
home : une maison bien bordélique près de bridgewater way où rien n'est à sa place.
moodboard :
let's call it what it is, it's a masterpiece. Jnwxrzf


points : 2429
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 : free} : joseph, luna.
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Jeu 15 Déc - 17:55
Insensible au monde extérieur si ce n’était Cristiano à ses pieds, Pablo poursuivait son ouvrage en chantonnant, loin de se douter qu’à quelques mètres de là, son compagnon râlait dans sa barbe. Il n’avait pas fait attention, ni ne s’était installé pour l’enquiquiner, il s’était juste contenté d’aller là où il se sentait le mieux. D’ailleurs, ça semblait parfaitement fonctionner puisque sous ses mains habiles, l’argile prenait enfin forme pour ressembler à quelque chose. Bien sûr cela restait abstrait, ou empreint d’un mysticisme que seul lui comprenait mais il n’en demandait pas plus. Avec un peu de chance, s’il réussissait à concrétiser son projet, il pourrait le proposer à une galerie – pour l’heure on en était encore loin. Dans sa bulle, n’en déplaisait au chien qui persistait à rapporter ses jouets, il fut interrompu uniquement par le bruit de la musique qu’on stoppait abruptement. Relevant la tête, il tomba nez à nez sur Joseph pour lequel il eut un sourire enthousiaste, croyant naïvement que ce dernier venait l’encourager. En l’entendant parler ou plutôt ronchonner, il comprit aussitôt qu’il faisait fausse route et ses lèvres retombèrent d’un coup. « Quel truc ? C’est pas un truc c’est une sculpture. » Un brin dépité, il désigna de sa main tâchée l’objet qui prenait consistance minute après minute . « Je n’ai plus d’atelier à cause de tes cartons et il fait trop froid là bas. » Rétorqua-t-il en croisant les bras sur sa poitrine en guise de défense. L’endroit mentionné était impraticable à cause de l’amoncellement de bricoles qui s’y trouvait, sans compter la luminosité précaire. Le salon était par conséquent le meilleur endroit où exprimer sa créativité. « Pourquoi tu ne monterais pas à l’étage dans le bureau ? » Une suggestion qui semblait assez évidente à ses yeux, qui plus est pour rédiger des mails d’ordre professionnels tel qu’il le sous entendait. « Je suis désolé, je ne pensais pas que ça te dérangerais mais je n’ai nulle part où aller. » Penaud il se gratta l’arrière du crâne tout en réalisant par la même occasion que la maison était la sienne et que Joseph était arrivé bien plus tard. En théorie, il avait la latitude pour décider quoi en faire ou comment mais visiblement ses choix posaient problèmes. Or Pablo détestait les disputes ainsi que les reflexions trop intenses à l’instar de ce qu’il subissait à cet instant. « Ah oui… » Il n’avait pas fait de commentaire particulier vis-à-vis de la casse dont il questions, il s’était contenté de contempler le désastre dans la poubelle, persuadé que le destin lui adressait un signe à prendre en considération. « Tu étais autant responsable que moi. » Osa-t-il relever, puisque - le chien y compris – nul n’avait cassé quoi que ce soit, sauf quand Joseph s’était retrouvé seul avec son fils et ce en son absence. Bonne pâte, il n’avait pas insisté cependant la remarque de son interlocuteur était malvenue lorsqu’il insinuait qu’il était l’unique coupable. « Je ne bougerais pas d’ici, car je me sens mieux ici chez moi. » Qu’il finit par conclure en se penchant pour reprendre de la matière afin de terminer sa tâche artistique.

_________________

oh well I roam from town to town, I go through life without a care until I'm as happy as a clown.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Murry
played by
portrayed by
messages : 1159
name : phyla
face + © : oscar isaac + ©sow (gif: ©oscarverse)
multinicks : eugene - hunter - sally - dina - erin - zahir
trigger : -
warning : -

age (birth) : 44 years old (5.06)
♡ status : in a relationship
work : makeup artist / photograph
activities : drinking, being annoying and dramatic
home : at Pablo's place on bridgewater way
moodboard : let's call it what it is, it's a masterpiece. FeqxLFr

let's call it what it is, it's a masterpiece. RB9Ae7D

points : 3269
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Pablo, Kitty, Hector
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Jeu 22 Déc - 13:16
En osant exprimer son mécontentement, Joseph était plus ou moins conscient qu'il prenait un risque mais pensait tout de même que Pablo pouvait se montrer compréhensif. Sauf que Jo y avait été peut être un peu trop franchement, voire brutalement, et voilà que son homme semblait déjà se braquer. Oui, il avait eu le malheur de qualifier son travail de truc et ce n'était pas très malin. « Je sais, excuse-moi, je voulais dire... "sculpture" »   fit-il en mimant les guillemets. Geste qu'il regretta aussitôt, réalisant à quel point il avait l'air condescendant, surtout que lui aussi était un artiste et qu'il comprenait à quel point ils pouvaient être des créatures sensibles. «Je voulais pas dire ça, j'ai la tête ailleurs. »    Et il était sincère, et espérait que l'incident pourrait s'arrêter là. Sauf que... « Attends, quoi? Tu as un atelier et pour ce qui est des cartons c'est bien la première fois que tu en parles... tu aurais dis quelque chose avant alors on aurait tout débarrassé! »   Soudainement, cette conversation commença à le faire se sentir comme si il était de trop dans cette maison qui était, en théorie, désormais un peu la sienne. Et, pire encore, Pablo venait de marquer un point en lui faisant remarquer qu'il aurait pu aller se réfugier dans le bureau si son mail était si important. Un peu boudeur, Joseph marmonna une excuse « je mangeais un bol de céréales... »   Mais ce n'était pas que ça le problème, c'était le bordel qui régnait dans le salon. Pablo, lui, semblait décidé à rester sur place ce qui n'allait pas arranger la situation. Puis, vint le moment où Joseph se retrouva sur le banc des accusés concernant l'affaire de la sculpture qui avait été cassée « Non. cette histoire aurait pu être évitée si la sculpture avait été rangée dans l'atelier. Si jamais je renterais un jour et que je découvrais que tu avais renversé du gaspacho sur une de mes toiles alors ce serait de ma faute parce que la toile n'aurait pas dû traîner dans le coin  »   Echec et mat, pensa-t-il, persuadé d'avoir remporté le débat. Et puis Pablo répliqua. « Chez toi? Donc je suis pas chez moi, c'est ça? Je suis qu'un invité, en gros? J'y crois pas...»   Joseph se pencha pour donner quelques caresses au chien qui était entre Pablo et lui.


@Pablo Estrada

_________________
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Estrada
played by
portrayed by
messages : 1969
name : marido @ castiells.
face + © : pedro pascal ; la mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, hetty, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : -

age (birth) : 46 ans sur le papier, probablement 15 dans les faits. | 22 juin.
♡ status : en couple mais toujours complètement à l'ouest.
work : prof d'arts plastiques au lycée.
activities : cuisiner, faire de la sculpture, danser sur de la musique cubaine, taquiner sa fille, faire n'importe quoi avec joseph.
home : une maison bien bordélique près de bridgewater way où rien n'est à sa place.
moodboard :
let's call it what it is, it's a masterpiece. Jnwxrzf


points : 2429
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 : free} : joseph, luna.
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Mar 27 Déc - 16:36
Il n’aimait pas les conflits, pire il les fuyait comme la peste car il ne savait pas y faire face ni quelle attitude adopter. Jusqu’à présent il avait plutôt bien réussi y compris auprès de sa fille, avec laquelle ils avaient fini par trouver un compromis quand l’ombre d’un problème pointait le bout de son nez. En général cela se réglait par la préparation d’un plat et éventuellement par une blague qui suffisait à chasser toute amertume. Avec Joseph, il ignorait la méthode à adopter car c’était peut-être la première fois que le ton montait entre eux. Il n’était même pas certain que ce soit une véritable dispute, cependant il éprouvait une once d’amertume à cause de ses propos brusques. « Tu trouves que c’est raté, c’est ça ? » Le sarcasme de son interlocuteur était visible dans son comportement ainsi que dans ses gestes. Pablo se renfrogna en jaugeant sa création avec un regard dépréciateur puis releva la tête vers Joseph. « Pourquoi aurais-je dis quoi que ce soit, ça ne me gênait pas et ça ne me gêne toujours pas. Je suis bien ici. » Quand bien même l’atelier aurait été propre, il n’y mettait que rarement les pieds pour tout un tas de raisons mais principalement par flemme. Il avait besoin d’un contexte et d’une ambiance afin d’être inspiré, ce qu’il avait du mal à trouver dans la pièce exiguë à la luminosité hésitante. Pour le reste, à savoir les affaires de Joseph, il n’avait jamais fait de commentaire parce que ça ne le gênait absolument pas, voilà tout. S’il abordait le sujet aujourd’hui c’était à cause de cette attaque gratuite qui sortait de nulle part alors qu’il composait tranquillement. « Un bol de céréales ? » Un choix incongru sur lequel il tiqua un instant, néanmoins conscient que parfois son compagnon avait des habitudes culinaires d’un enfant. Ça ne le gênait pas et il trouvait ca mignon, sauf à cet instant quand on lui reprochait de mal agir sous son propre toit. La maison était assez grande pour que chacun trouve un espace où s’isoler en toute tranquillité, qui plus est pour des tâches d’ordre professionnelles. « Je ne pouvais pas la déplacer et si je l’ai laissée ici c’était parce que je suis inspiré à cet endroit. » Se sentit-il obligé de préciser pour se justifier à l’instar d’un procès à charge. « Il faudrait que je m’excuse de l’avoir cassé alors que je n’étais pas là ? » Il ne comprenait pas le raisonnement bancal de Joseph et venant de sa part c’était peu dire, quand tout dans sa tête n’était que confusion et lignes entremêlées. « Je n’aime pas le gaspacho, il n’y aucun risque la dessus. » Ajouta-t-il en haussant mollement des épaules ; par conséquent un tel incident était peu probable de se réaliser. « Ce n’est pas ce que j’ai dit, tu sais très bien que cette maison est la tienne aussi mais si tu as ton mot à dire j’ai aussi le mien. » Leur histoire était allée rapidement tout comme l’emménagement de Joseph, mais ça ne l’avait pas choqué outre mesure. Il était heureux de l’avoir à ses côtés dans son quotidien, sauf quand il se mettait à dérailler sans motif.

_________________

oh well I roam from town to town, I go through life without a care until I'm as happy as a clown.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Murry
played by
portrayed by
messages : 1159
name : phyla
face + © : oscar isaac + ©sow (gif: ©oscarverse)
multinicks : eugene - hunter - sally - dina - erin - zahir
trigger : -
warning : -

age (birth) : 44 years old (5.06)
♡ status : in a relationship
work : makeup artist / photograph
activities : drinking, being annoying and dramatic
home : at Pablo's place on bridgewater way
moodboard : let's call it what it is, it's a masterpiece. FeqxLFr

let's call it what it is, it's a masterpiece. RB9Ae7D

points : 3269
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Pablo, Kitty, Hector
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Dim 8 Jan - 17:29
 Joseph commençait à sérieusement accumuler les maladresses avec cette conversation. Il avait été tellement frustré qu'il n'avait tout simplement pas réfléchi avant de se lancer, alors qu'il y avait déjà plusieurs jours qu'il songeait à avoir un échange avec Pablo à ce sujet. Mais au lieu d'attendre un moment plus opportun, il avait foncé et oublié qu'un artiste était une âme sensible et venait de commettre un acte impardonnable : insulter le travail d'un autre artiste. Joseph l'avait aussitôt reconnu et avait tenté de se rattraper comme il le pouvait, « Non, c'est très beau et tu es clairement inspiré, c'est beau à voir »   mais, trop tard, l'expression sur le visage de son petit ami lui faisait énormément de peine... enfin, jusqu'au moment où ce dernier ne se décide à camper sur ses positions en déclarant qu'il n'irait pas dans l'atelier. « Mais je t'ai pas accusé, arrête. Je dis juste que ça n'aurait pas dû être là. »  Joseph fit de son mieux pour rester silencieux après ça, afin de ne pas exploser et empirer la situation car il n'avait pas vraiment envie de dormir sur le canapé ou chez Isaac et Luna ce soir. Alors, Jo écouta son petit ami lui dire qu'il était inspiré dans le salon et qu'aller dans l'atelier c'était toujours hors de question. « Tu sais quoi, je crois juste que t'as besoin d'admettre que les cartons te dérangent alors, je vais m'en charger maintenant! »   déclara-t-il en fonçant comme un taré vers l'atelier, persuadé d'avoir eu une idée de génie. Pablo allait voir qu'une fois l'endroit débarrassé des cartons, il y verrait le potentiel de la pièce. Alors, sans attendre, il se pencha pour attraper les cartons (vides) mais ce simple geste suffit à créer une intense douleur dans le dos. « Oh putain de bordel de merde »   lâcha-t-il en se laissant glisser contre le mur afin de s'asseoir dans une position qui le faisait le moins souffrir. Joseph était donc assis dans l'atelier, le dos bloqué. Lorsqu'il leva les yeux pour voir que Pablo était là, il tenta de prendre un air détendu. « Tu vois? On est... tellement à l'aise ici... »  


@Pablo Estrada [/quote]

_________________
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Estrada
played by
portrayed by
messages : 1969
name : marido @ castiells.
face + © : pedro pascal ; la mie.
multinicks : aurora, citra, eliot, hetty, raelyn, rosalie.
trigger : à voir ensemble.
warning : -

age (birth) : 46 ans sur le papier, probablement 15 dans les faits. | 22 juin.
♡ status : en couple mais toujours complètement à l'ouest.
work : prof d'arts plastiques au lycée.
activities : cuisiner, faire de la sculpture, danser sur de la musique cubaine, taquiner sa fille, faire n'importe quoi avec joseph.
home : une maison bien bordélique près de bridgewater way où rien n'est à sa place.
moodboard :
let's call it what it is, it's a masterpiece. Jnwxrzf


points : 2429
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : {0/2 : free} : joseph, luna.
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Mar 17 Jan - 18:02
Maintenant que le pavé était jeté dans la marre, il paraissait compliqué de faire un retour en arrière. Certains mots avaient été prononcés, sans doute sur le coup de l’irritation mais le mal était fait, raison pour laquelle Pablo fixait sa création d’un air désabusé. En critiquant celle-ci, peu de temps après en avoir brisé une autre, Joseph mettait à mal son amour propre ainsi que ses sentiments. S’il ne s’énervait jamais, le propriétaire des lieux était toutefois attristé par la tournure de la conversation. « Arrête de te moquer de moi. » Le regard était froid et le ton s’était fait plus dur, suffisamment pour inquiéter Cristiano qui repartit se cacher dans un coin, les oreilles basses. Placide et généreux ne signifiaient pas pour autant que Pablo se laissait indéfiniment marché dessus. « Tu as sous-entendu que si c’était cassé, c’était précisément de ma faute au lieu d’admettre que les torts étaient partagés. Je n’ai rien contre ta présence ou celle de ton fils, mais vous, autant que moi auriez pu faire attention. » Il n’en démordait pas à ce sujet et Joseph aurait dû se contenter de son silence poli quand il lui avait confié avoir malencontreusement brisé l’œuvre en devenir. En insistant sur sa responsabilité, il avait fini par l’agacer à son tour et Pablo détestait par-dessus tout devoir se justifier pour des choses qui n’avaient pas lieu d’être. « Je n’ai jamais -- » Malheureusement pour lui, il n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase puisque Joseph, déterminé à prouver son raisonnement, avait filé vers l’atelier. Pablo, pour sa part, resta un instant immobile devant sa composition qu’il voyait désormais d’un mauvais œil. Il n’aimait pas se disputer avec des gens qu’il aimait, encore moins quand cela n’avait pas lieu d’être. En entendant un grand bruit dans son dos, il sursauta avant d’aller voir ce qui se passait. Joseph, tout zélé qu’il était, avait voulu bouger les fameux cartons dont il se contrefichait et gisait contre le mur avec ses genoux replié contre lui. « Oui c’est exactement l’impression que ça donne. » Il poussa du bout du pied le bazar (léger au demeurant) pour venir s’installer à côté de lui, ensuite rejoint par le chien qui vivait mal l’éloignement. « Tout ça est complètement stupide… J’aime bien être au salon pour peindre mais je ferais un effort pour ne pas être en plein dans le passage. Quant aux cartons et bien on s’en occupera plus tard. » Le visage doux, il eut un sourire sincère à son égard tandis que sa main serrait son genou avec effusion.

_________________

oh well I roam from town to town, I go through life without a care until I'm as happy as a clown.
taking this one to the grave.
Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Murry
played by
portrayed by
messages : 1159
name : phyla
face + © : oscar isaac + ©sow (gif: ©oscarverse)
multinicks : eugene - hunter - sally - dina - erin - zahir
trigger : -
warning : -

age (birth) : 44 years old (5.06)
♡ status : in a relationship
work : makeup artist / photograph
activities : drinking, being annoying and dramatic
home : at Pablo's place on bridgewater way
moodboard : let's call it what it is, it's a masterpiece. FeqxLFr

let's call it what it is, it's a masterpiece. RB9Ae7D

points : 3269
image : let's call it what it is, it's a masterpiece. TSWr52A

— boom, butterfly effect.
how we met :
rp status (fr/en) : Pablo, Kitty, Hector
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. · Jeu 26 Jan - 14:49
  Joseph réalisait qu'il avait eu tort de s'énerver de la sorte contre son petit ami. Oui, il pensait que Pablo devrait bosser dans l'atelier ou, du moins, faire attention au chantier qu'il créait mais Joseph n'avait pas su s'y prendre et avait été un peu trop agressif envers lui. Et il s'en voulait. « Je me moque pas...  »   fit-il, cherchant à capter le regard de son homme pour lui assurer que ce n'était pas le cas. Plaçant les mains sur ses hanches, Joseph tenta de doucement de revenir sur ses propos et les exprimer de manière plus calme. « Non, je... j'ai pas voulu...  »   j'ai pas dis ça, avait-il envie de dire, avant de réaliser que c'était bel et bien ce qu'il avait dit. Pablo avait raison, les torts devraient être partagés, mais ça c'était encore trop dur à admettre pour Joseph et sa petite fierté. Il était allé trop loin, s'était trop agacé pour finalement revenir sur ses propos. Et plutôt que de rester et continuer cette conversation, il avait décidé de montrer à Pablo que l'atelier était un endroit merveilleux pour bosser et, surtout, prouver que les cartons étaient bel et bien le problème pour le sculpteur qui ne voulait pas le reconnaître. Mais, problème: Joseph se faisait vieux, qu'il le veuille ou non, et en se penchant un peu trop brutalement il s'était bloqué au niveau du dos et était désormais assis par terre contre le mur. C'est pathétique, pensa-t-il, alors que son petit ami était venu le rejoindre. Joseph poussa un soupir, en serrant la main que Pablo. « excuse-moi »   dit-il doucement. « C'est juste que quand j'ai vu que tu n'allais jamais dans l'atelier c'est parce que tu voulais me faire comprendre que j'avais foutu le bordel et que tu commençais peut être à regretter que je sois là... je sais, c'est stupide, mais j'ai jamais été un compagnon idéal alors j'ai eu peur et, en plus de ça, ma mauvaise humeur m'a rendu parano...  »   Joseph posa les yeux sur Pablo. « Mais je t'aime et je promets de te laisser faire ce que tu veux... et moi j'irais manger mes céréales dans le bureau. »   il lança un sourire à son homme. «  Et je suis bloqué, et je peux pas bouger. Je souffre. »  


@Pablo Estrada

_________________
Contenu sponsorisé
played by
portrayed by
· Re: let's call it what it is, it's a masterpiece. ·
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum